Livres
399 032
Comms
1 403 229
Membres
297 956

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tous les livres de Jacques Sadoul

1 lecteurs
1 lecteurs

Merry Christmas, Carol ! Joyeux Noël, Evans ! Pour un ex-agent des services spéciaux qui s’ennuie, y a-t-il plus beau cadeau qu’un meurtre ? Dyan Marley retrouvée nue, ligotée et étranglée dans sa chambre de Manhattan. Sixième victime d’un tueur en série recherché par tous les flics de New York. Pour corser l’affaire, le bureau de Ms Marley est cambriolé. Impossible à Carol de supporter l’inaction quand de tels mystères s’offrent à elle !

Reste en prime ce rendez-vous, le soir du réveillon, avec la divine Sharon Clarke. Une Noire fort désirable sous sa robe de soie blanche… Il n’en faut pas moins à la belle Carol pour se sentir l’appel de l’aventure et flairer l’odeur du sang ! Une piste dangereuse, balisée par la Mafia, un flic privé véreux, la pègre de Harlem et le tueur fou, le Lady Killer.

Jacques Sadoul. Né à Agen, en 1934, il se passionne pour l’alchimie, l’histoire de la S-F, la photographie, la littérature policière… Auteur d’une trilogie fantastique : Le cycle du domaine de R., il a écrit plusieurs romans policiers et obtenu le Grand Prix de littérature policière pour Trois morts au soleil.

2 notes
4 lecteurs

La France a découvert la littérature de science-fiction au début des années 50. Issue du roman scientifique, créée au siècle dernier par Jules Verne et H.G. Wells, elle ne doit pas être confondue avec lui. Les Etats-Unis, au début de ce siècle, ont vu l'apparition d'une genre spécifique qui s'est ensuite répandu dans le reste du monde.

Cette anthologie est la première à proposer un panorama mondial de la science-fiction de 1919 à 1980. Dans la première partie, Jacques Sadoul a réuni des textes de tous les grands écrivains américains, anciens (H.P. Lovecraft), classiques (A.E. Van Vogt) ou modernes (John Varley). Dans la seconde, il a sélectionné des récits d'auteurs des pays de l'Est, d'Amérique du Sud, du Japon, etc. Enfin, il a accordé une place toute particulière aux nouvelles des écrivains britanniques (d'Arthur C. Clarke à Tanith Lee) et français (de Pierre Boulle à Serge Brussolo).

L'ouvrage débute par une introduction historique et critique qui analyse le genre dans son ensemble. Chacun des 62 récits complets qui composent l'anthologie est précédé d'une notice bio-bibliographique précisant la place de son auteur dans la S.-F. C'est la première fois qu'un travail de cette importance est consacré à la science-fiction, considérée hier encore comme un genre mineur et qui est en passe de devenir la véritable littérature de notre temps.

Domaine américain :

Abraham Merritt, Clark A. Smith, Robert Howard, Howard P. Lovecraft, Henry Kuttner, Robert Bloch, Ray Bradbury, A.E. Van Vogt, Theodore Sturgeon, Robert Heinlein, Isaac Asimov, Charles L. Harness, Robert Sheckley, Richard Matheson, Clifford D. Simak, Philip J. Farmer, Frederik Pohl, Poul Anderson, Daniel Keyes, Fredric Brown, Cordwainer Smith, Fritz Leiber, Roger Zelazny, Samuel Delany, Thomas M. Dish, Philip K. Dick, Harlan Ellison, Robert Silverberg, Ursula K. Le Guin, Frank Herbert & F.M. Busby, Joan D. Vinge, John Varley, Carolyn J. Cherryh, Orson S. Card.

Autres sensibilités S.-F.

Anatolyi Dnieprov, A. & B. Strougatski, Stanislas Lem, Karel Capek, Clark Darlton, Bob Shaw, Shin'ichi Hoshi, Jorge Luis Borges, Julio Cortazar, Alexandro Jodorowsky, René Barjavel, Pierre Boulle, Philippe Curval, Kurt Steiner, Gérard Klein, Michel Demuth, Michel Jeury, Jean-Pierre Andrevon, Yves Frémion, Serge Brussolo, J.R.R. Tolkien, Arthur C. Clarke, John Brunner, Brian Aldiss, Michael Moorcock, Christopher Priest, Tanith Lee, J.G. Ballard.

Jacques SADOUL est né à Agen en 1934. Après des études de dilettante, il est « monté » à Paris en 1956 et a publié son premier roman, la Passion selon Satan, en 1960. Devenu rédacteur en chef de Mystère Magazine, il fonde en 1965 le Club du Livre d'Anticipation dont il est le co-directeur littéraire de 1965 à 1968. Depuis cette date, il est le directeur littéraire des Editions J'Ai Lu où il a créé la collection de science-fiction qui est actuellement la plus lue dans notre pays. Il est l'auteur d'une importante Histoire de la science-fiction moderne (1973) et d'un ouvrage sur l'illustraion S.-F., Hier, l'an 2000 (1973). Après une trilogie de roman fantastiques, il vient de publier son premier roman policier, l'Héritage Greenwood.

1 lecteurs

4éme couverture Edition J' ai Lu :

Lorsqu'il s'installe sur les bords de la West Pearl River, un bayou au cœur de la Louisiane, Michel Lentenoy ne sait pas qu'il va basculer dans un monde étrange, régi par les lois mystérieuses et toutes-puissantes du vaudou, un monde sur lequel a régné sans partage Marie Laveau durant tout le XIXe siècle.

Un monde voluptueux où, entre Clara, qui trompe son ennui en assouvissant une sensualité débridée, et Sarah, la jeune quarteronne qui subit l'hérédité implacable de ses ancêtres, son éducation sentimentale l'entraînera très loin.

Un monde dangereux, car le jeune homme va devoir affronter Baron-Samedi, l'esprit de la mort, et les pouvoirs obscurs de Marie Laveau dont certains prétendent qu'elle vit encore...

4éme Couverture Edition France Loisirs 1995:

A la suite d'un héritage,un jeune Parisien, Michel Lentenoy, s'installe au cœur de la Louisiane.

Il découvre un monde régi par les lois mystérieuses et toute-puissantes du vaudou. Entre Clara, qui assouvit sa sensualité ardente dans le culte vaudou et dont il devient l'amant, et Sarah, la jeune quarteronne qu'il aime, et qui subit l'implacable hérédité de ses ancêtres, le jeune homme va devoir affronter des situations dangereuses et Baron-Samedi, l'esprit de la mort ...

2 lecteurs

Existe aux éditions Bragelonne sous le titre C'est dans la poche ! (mémoires).

Voici les mémoires passionnantes — et hilarantes ! — d'un des plus grands noms de l'édition française, l'un de ceux qui ont donné ses lettres de noblesse à la science-fiction en France. Jacques Sadoul livre trente-cinq années de souvenirs irremplaçables comme la création de la collection J'ai lu S-F ou la naissance tumultueuse de Librio.

Vous voulez entrer dans l'intimité du roman populaire ? Rencontrer Stephen King, Barbara Cartland, Gotlib ou van Vogt ? Savoir comment les mangas sont apparus en France ? Alors vous tenez entre vos mains la référence essentielle que tout fan de BD, passionné de S-F ou apprenti historien se doit de posséder.

Cette nouvelle édition de C'est dans la poche ! a été augmentée de révélations jailusiennes pour fêter les 50 ans de la maison. Découvrez le roman-photo inédit et en couleurs des années Sadoul !

3 lecteurs

Le fils d'Amanda Greenwood a disparu ! Qu'a-t-il bien pu lui arriver ? A Carol Evans d'enquêter sur l'enlèvement du fils de son ex-amante. Mais tout arrive en même temps et Carol doit également poursuivre un serial killer qui mutile atrocement ses victimes. Profileur, psychologue, district attorney : autant de fins limiers qui ne parviennent pas à déceler l'identité de cet homme. Le Dr Sandford, l'ami de Carol, est lui aussi sur le pied de guerre. Un, deux, trois crimes... Qui sera la prochaine victime ? Carol Evans a beau se démener, un enlèvement et une affaire de meurtres en série, cela fait beaucoup pour elle...

4 lecteurs

Quatre personnages contemporains (un paléontologue, une shampouineuse, un guide de safari africain, une actrice chinoise spécialisée dans les arts martiaux) et une nymphe d'un autre temps et d'un autre monde sont « aspirés » sur une terre parallèle pour y composer l'Aragne, une entité qui doit être reformée tous les trois mille ans pour combattre la mystérieuse Noirceur...

Commence alors pour nos champions auxquels s'ajoute un Maître-chat doué de la parole, une aventure aux enjeux cosmiques. Mages, dragons, sortilèges, gnomes, elfes, hordes barbares, déchaînements de bruit et de fureur, aucune rencontre insolite, aucune épreuve hors normes ne leur sera épargnée dans leur lutte contre la Noirceur. Une lutte à l'issue d'autant plus douteuse qu'ils comptent parmi eux une émanation du Mal...

Combinant la veine épique et la veine féerique de la fantasy, Jacques Sadoul, grand connaisseur du genre, livre ici une saga haute en couleur, où l'humour a aussi sa place.

1 lecteurs

Doctor Jazz ! Qu'on ne s'y trompe pas. Il s'agit bien d'une série noire et si le blues est à l'honneur, c'est parce qu'il court d'une rue à l'autre, mélodie en sous-sol qui rythme chacun des crimes... Meurtres liés au marché des snuff-movies, ces films atroces où la victime agonise devant une caméra pour satisfaire les désirs pervers d'une riche clientèle...

Face à ces basses oeuvres, Carol Evans, impitoyable agent de la CIA, une belle fille qui a de la classe surtout quand elle tue... Venue à La Nouvelle-Orléans pour enquêter sur un trafic de drogue, elle se heurte à la peu recommandable et trop sexy My-Chen. Si la jeune Chinoise ne fait que se procurer des snuff, est-elle aussi blanche qu'il y paraît ? Entre les deux femmes, ça swingue. C'est à qui dira à l'autre : "Adieu ma jolie"...

1 lecteurs

La science-fiction est enfin un genre littéraire reconnu dans notre pays. Mais sait-on que les grands classiques du genre, DEMAIN LES CHIENS, L'UNIVERS EN FOLIE, LA FLAMME NOIRE, FONDATION, etc., ont d'abord paru dans les PULPS magazines agrémentés de dessins d'une grande puissance imaginative. Voici réunis en album, pour la première fois au monde, les meilleurs illustrateurs de l'âge d'or de la science-fiction tels qu'ils parurent dans AMAZING STORIES, WONDER, ASTOUNDING, FANTASTIC, STARLING, PLANET, etc., et le fabuleux WEIRD TALES.

2 notes
2 lecteurs

Existe aux éditions Robert Laffont sous le titre : Histoire de la science-fiction moderne 1911-1984.

LE DOMAINE ANGLO-SAXON

Fondation (1911-1925)

Cristallisation (1926-1933)

Mutation (1934-1938)

Moisson (1939-1949)

Prolifération (1950-1957)

Récession (1958-1965)

Résurrection (1966-1971)

LE DOMAINE FRANÇAIS

Hier (1905-1949)

... Et demain (1950-1972)

-----------------------------------------------------

Plus qu'un genre, la science-fiction est toute une littérature. Née dans saforme moderne à la fin du siècle dernier, elle a ses thèmes, sa tradition, ses classiques, ses auteurs vedettes et son avant-garde.

Bien qu'elle fleurisse surtout dans le monde anglo-saxon, elle est internationale.

Face à cette profusion, le nouveau venu et même le lecteur chevronné se sentent souvent un peu désemparés.

Par quels livres commencer ? Qui est Asimov, Bradbury, Curval, Jeury ou Van Vogt ? Comment situer dans le temps un roman célèbre qu'on croit bien à tort paru hier ?

A toutes ces questions et à bien d'autres, Jacques Sadoul répond dans sa monumentale Histoire de la science-fiction moderne (1911 — 1984), dont cette nouvelle édition a été soigneusement révisée et augmentée d'un bon tiers. Un index en fiat un instrument indispensable pour l'amateur, le curieux, le libraire, le bibliothécaire.

Mais c'est aussi un extraordinaire recueil d'histoires et d'idées. Jacques Sadoul résume avec humour et pugnacité ses immenses lectures, et si son point de vue lui appartient, il nous fait toujours partager en connaisseur, en éditeur et en écrivain son plaisir, ses découvertes, ses enthousiasmes.

1 notes
4 lecteurs

La science-fiction connaît un succès sans précédent dans notre pays. Parmi tous les ouvrages existants l'amateur se sent un peu perdu. Le besoin d'une histoire complète se faisait sentir.

Jacques Sadoul étudie dans ce premier volume la science-fiction américaine et britannique de 1911 à 1975. Il nous fait suivre son développement à travers les anciennes revues où débutèrent Merritt, Lovecraft, puis Van Vogt, Asimov, Bradbury, Simak, etc.

Ensuite il montre comment l'explosion de la bombe d'Hiroshima modifia complètement l'esprit du genre et donna naissance à une nouvelle génération d'auteurs, Philip K. Dick, Philip José Farmer, Brian Aldiss, etc. Enfin il fait l'historique de la new-wave britannique, brillamment illustrée par J.-G. Ballard et Christopher Priest, et de ses retombées sur la nouvelle génération des auteurs américains, tels Roger Zelazny, Harlan Ellison, Norman Spinrad.

Ainsi pour la première fois l'amateur français peut se faire une idée globale de ce genre littéraire de notre temps, la science-fiction.

1 notes
4 lecteurs

Après avoir présenté la science-fiction anglo-saxonne dans le premier tome de cette histoire, Jacques Sadoul étudie ici ce genre littéraire en France depuis 1905, date de la mort de Jules Verne, son grand précurseur. Il montre tout d'abord pourquoi « les voyages extraordinaires » de Jules Verne et des auteurs du XIXe siècle se sont transformés sous l'influence d'écrivains tels que Rosny Aîné ou Maurice Renard jusqu'à donner le « roman scientifique ».

Il en vient ensuite à l'époque contemporaine de la science-fiction de notre pays : création de la collection Anticipation du Fleuve Noir, premiers auteurs français à paraître dans le Rayon fantastique, tentative de formation d'une école autour de la revue Fiction, révélation d'auteurs tels que Stéphan Wul, Philippe Curval, Gérard Klein, Kurt Steiner, etc.

Il poursuit son étude jusqu'au tout dernier développement de ce genre littéraire en France, marqué par l'apparition d'un nombre croissant de collections et de revues ainsi que par la réunion de deux Congrès nationaux.

L'étude se termine, en appendice, par un examen des productions des pays de l'Est et d'Amérique latine.

3 lecteurs

Los Angeles, été 80. L'ambiance folle, les nuits délirantes, le décor superbe de la Californie...

Vie de plaisirs et de fastes que vient, soudain, troubler une affaire criminelle peu ordinaire.

Amanda Greenwood, une jeune et riche héritière, est enlevée et son frère Baynard assassiné dans leur luxueuse villa de Bel Air.

Témoin du double drame : Carol Evans, une femme curieuse et exceptionnelle qui vient d'être chassée des Services Spéciaux U.S pour folie homicide! Elle va alors, tel un fauve déchaîné, se jeter à corps perdu dans ce drame, où elle n'a pourtant rien à faire.

Un prof d'histoire, Laurent, se trouve seul sur un île déserte avec une star de cinéma à la suite d'un accident d'avion. Que deviendra leur idylle après leur retour à la civilisation?

4 lecteurs

Carol Evans repasse à l'action. Cette fois, le décor est Las Vegas avec ses hôtels-casinos flambloyants de néon, ses désuètes chapelles matrimoniales et ses hauts lieux de prostitution...

Kevin Matthews, un agent de la CIA, a été découvert assassiné au Flamingo. Qui était visé : l'homme ou l'agent ? C'est à Carol de jouer. Bien sûr, les cartes se brouillent très vite. Carol n'a pas la main et des tricheurs de tout espèce s'ingénient à compliquer la partie : un photographe excentrique, un Russe blanc pas catholique, et surtout la richissime Amanda Greenwood, qui, depuis le premier livre de la série, n'a rien perdu de sa perfide sensualité.

2 lecteurs

" Hier je suis mort. " Ainsi commence l'aventure de Julien, tombé en état de mort clinique dans la rue. Alors que l'on s'affaire autour de lui, le jeune homme quitte son corps, traverse un tunnel noir, croise un être lumineux, avant de poursuivre sa vie terrestre. Avec l'aide de la jeune Réka, Julien explore ses vies antérieures et rencontre alors Gaétan Duvernois qui aurait découvert au siècle dernier la tombe de Néfertiti. A leur tour, ils vont tenter de retrouver cette sépulture. En contrepoint, Merytrê, amie d'enfance de Néfertiti, nous fait revivre la fabuleuse aventure de la belle souveraine et du pharaon Akhenaton. Ce récit à deux voix, qui se répondent en écho, révèle le lien mystérieux unissant à travers les siècles Julien et Merytrê.

3 lecteurs

Un enfant erre seul sur une petite route déserte de Californie. Carol Evans le découvre dans la lumière de ses phares et s'arrête pour le prendre en stop. Au même instant, on tente de les abattre.

Sur les pas du petit garçon, Carol va pénétrer dans l'immense ranch où règne d'une poigne de fer le vieux Mat Spencer, à la fois craint et respecté.

Pourquoi donc veut-on tuer Billy, son unique petit-fils ?

Dans ce roman à l'atmosphère lourde, troublante et sensuelle, nous retrouvons en action Carol Evans, l'héroïne de L'héritage Greenwood.

"Tour à tour elle sera la meurtrière, le détective, le juge et le bourreau. Mais comment le coupable peut-il ne pas être l'assassin ?

1 notes
5 lecteurs

Endormie sur un banc dans les jardins du Luxembourg, tombée du ciel dans un accoutrement d'un autre âge, Mylène subjugue immédiatement Rémi Charvin par sa beaut é. Par son étrangeté, aussi : trop parfaite, trop mystérieuse pour une jeune femme du XXe siècle. Elle paraît à son aise et pourtant le monde moderne la laisse désemparée ; elle avoue également ne savoir ni lire ni écrire. Alors même qu'a lieu cette rencontre, une série de morts défraie la chronique du Morvan. Des hommes vidés de leur sang sont réduits à l'état de pulpe par des monstres inconnus. Y aurait-il un lien entre Mylène et les monstres ?

1 notes
7 lecteurs

Dans le Monde des Rêves, Sigurd le héros a rencontré la nymphe Mylène. On la dit douée de pouvoirs magiques, on la dit dangereuse et pourtant, c'est grâce à elle que Sigurd conquiert le trésor des Niebelungen. Et c'est encore grâce à elle qu'il délivre la belle Gudrun d'une cruelle captivité.

Sigurd et Gudrun s'aiment aussitôt et, trois jours plus tard, ils sont unis par le roi Gunnar, le frère de la jeune fille. Bientôt pourtant, Sigurd va risquer sa vie et son bonheur, sa soif de gloire va le jeter dans une aventure généreuse et désespérée. Il veut aider Gunnar à conquérir Briinhild, la reine des Amazones, vierge farouche qui impose à ses prétendants d'inhumaines épreuves. Mylène, alors, s'offre à les guider. Elle dit savoir comment atteindre Lundalir, l'inaccessible cité des guerrières. Mais, à l'insu de tous, Briinhild attend la venue de Sigurd à qui elle s'est secrètement promise... La légende archaïque des Niebelungen retrouve ici, sous la plume d'un auteur amoureux du fantastique, une fraîcheur de début du monde.

2 notes
12 lecteurs

Depuis près de sept siècles, Joachim Lodaüs vit seul dans le manoir du domaine de R., en compagnie d'un chat noir aux yeux de soufre — qui a nom Aï-d'Moloch. Le domaine de R... où seuls quelques buissons poussent sur un sol craquelé, lunaire, où l'air semble chargé d'effluves électriques.

Vers cette terre maudite, une jeune fille en vacances, Josette Rueil, se sent pourtant attirée. Par une force inconnue. Etrangement, après chaque visite, tout souvenir s'efface...

En revanche, des rêves souvent érotiques viennent obséder ses nuits, des cauchemars bientôt — où lui apparaît la terrible vérité des heures vécues au manoir. Jusqu'à l'insoutenable révélation qui va la conduire au suicide.

Aux yeux de Joachim Lodaûs cependant, cette mort terrestre n'est rien, le vrai destin de Josette commence.

3 lecteurs

Si Satan existe, malheur à ceux qui invoquent son nom. Le comte Aymond de Bruilh, qui prononce une conjuration du troisième ordre pour appeler à lui les faveurs du démon, ignore les conséquences que va déclencher son geste : meurtres ; cas de possession démoniaque et passage d'un être de l'éther dans notre univers. Au point que la nymphe Mylène et le Maître-chat, Aï-d'Moloch, se sentent appelés au domaine de R., haut lieu magique.

Pire, un insidieux passage s'ouvre, dans un long brouillard glacé, entre les deux mondes, renvoyant alors l'infortunée fille du comte, Morguy, aux temps les plus noirs de la chasse aux sorcières de 1609 au Pays basque. Une chasse qui fait périr quinze femmes et trois prêtres sur le bûcher. Alors la nuit du sabbat commence, présidée par l'homme noir, Monsieur de la Forêt... et Morguy ne va pas tarder à devenir l'objet de toutes les convoitises.

1 notes
2 lecteurs

Depuis sept siècles, Joachim Lodaüs vit au manoir de R. Sept siècles de pratiques et d'expériences maléfiques qui lui ont livré tous les secrets des sciences occultes. Son unique compagnon : Aï-d'Moloch, le Maître-Chat du Monde des Rêves...

C'est en ce domaine maudit que Sandra, puis Didier, dans un moment de désarroi, se sont laissé attirer... et c'est sur eux, partagés entre le terreur et la curiosité, que Lodaüs tente une diabolique expérience. Ils seront contraints d'errer sans fin sur les Hautes Terres du Rêve où s'incarnent les songes les plus pervers. Didier s'y perdra et Sandra sera séduite par le tyran Tsian-Cheng, suppliciée, et livrée à la luxure de la Princesse Pourpre...

Mais leurs amis s'inquiètent et font appel à un occultiste... Six princes-démons, à la tête de leur milices infernales, cernent le manoir de R.

2 lecteurs

Le cadavre était presque parfait... mais était-ce celui d'un homme ?

Etrange anomalie que celle révélée par l'autopsie de Peter Stubbs : ce jeune homme tué après avoir forcé un barrage routier n'a pas de nombril ! Une affaire idéale pour Carol Evans. Du Mad Lobster, la boît de nuit à la mode, jusqu'à des clubs gays bien spéciaux, l'ex-agent de la CIA, aujourd'hui récupérée par le FBI, est une fois encore à la fête. D'autant plus que son enquête l'amène à rencontrer Serena, une beauté absolue, autour de qui on meurt beaucoup. c'est alors que Peter Subbs, tout à fait mort, réapparaît bien vivant...

4 notes
16 lecteurs

Depuis sept siècles, Joachim Lodaùs vit au manoir de R. Sept siècles de pratiques et d'expériences maléfiques qui lui ont livré tous les secrets des sciences occultes. Son unique compagnon : Aï-d'Moloch, le Maître-Chat du Monde des Rêves...

Rompant cette solitude, pourquoi Lodaùs engage-t-il Sandra, une jeune infirmière chassée de son hôpital ? Et, soudain surgi du néant, quel est cet être à peine humain, sans mémoire ni volonté, sur qui Sandra est chargée de veiller ?

Chaque nuit elle va trouver refuge dans le Monde des Rêves auquel les pouvoirs de Lodaiis lui permettent d'accéder. Physiquement. Totalement.

Refuge, cet univers où tout n'est que voluptés sanglantes et supplices ? Mais, pour Sandra, y a-t-il plus terrifiant que la réalité même du domaine de R. ?

À Los Angeles, Drusilla mène une vie difficile, car elle n'est plus tout à fait humaine, avec une gamine qu'elle a adoptée et un vieil avocat qui possède un miroir dans lequel elle peut se contempler, telle qu’elle était il y a 2000 ans, quand elle était la sœur, amante et conseillère de l'empereur Caligula... Mais peut-on traverser des miroirs trempés par des siècles de solitude et de peur ?

Les choses ont mal tourné pour Marc manceau. Pourtant, rien dans son thème n'indiquait un danger imminent, une échéance fatale. Même le Pr Astral n'avait pas prévu sa fin tragique. Suicide ou assassinat ? Marc est mort à 28 ans, d'une balle dans la tête. Faut-il en déduire qu'en dépit des apparences, il était un mal-aimé du zodiaque ?

Pour georges Knutens, ami d'Astral et journaliste l'enigme réside dans ces deux femmes : Claire, la prétendue fiancée de Marc, à l'image lumineuse, très papier glacé ... et Miss Zsa Zsa dont il est complètement dingue. Strip-easeuse au Sexe à Piles, rousse superbe, croqueuse de diamants.

Balance, noir, impair et gagne ... Entre les deux, vierge follement sage ou lionne hasardeuse, son coeurs balança-t-il ? Qui le dira ? Les astres, peut-être ...

Appâter des touristes en vacances à Tenerife pour leur vendre des appartements n'est certes pas l'occupation rêvée pour une jeune fille. Aussi Linda accueille-t-elle comme une providence sa rencontre avec l'énigmatique Ramon Valdez. Ancien trafiquant d'armes, passionné d'histoire ancienne et de légendes, Valdez mène depuis six ans des recherches sur le royaume mythique de l'Atlantide. Linda se jette avec lui dans l'aventure.

A des milliers de kilomètres de là, Mélodie, "majeure dans huit jours", décide de partir sur les traces de son père inconnu. L'entreprise s'annonce hasardeuse, mais Seth Moloch - un chat facétieux philosophe - veille sur sa maîtresse...

Du Sud de la France à Tenerife en passant par les mystérieux sanctuaires d'une civilisation disparue les destins de ces deux filles finiront-ils par se rejoindre ?

Voici le premier livre complet et parfaitement clair qui ait été écrit sur l'alchimie. A travers une extraordinaire enquête dans le passé, Jacques Sadoul nous fait revivre les vies tumultueuses - et les découvertes - d'Albert le Grand, Nicolas Flamel, Paracelse, le Cosmopolite, Fulcanelli et tant d'autres.

Il démontre, en citant des preuves historiques indiscutables, que la transmutation d'un métal quelconque en or a été réellement effectuée par ces alchimistes devant des témoins irrécusables. Deux savants illustres, Van Helmont et Helvetius, y ont personnellement procédé en se servant de parcelles de Pierre philosophale qui leur avaient été remises par un Adepte.

Enfin l'auteur révèle, pour la première fois, le but ultime du Grand Oeuvre et les techniques employées pour y parvenir. En particulier, il dévoile l'identité réelle des substances qui entrent dans la réalisation de la Pierre: la Matière Première, le Feu Secret et le Mercure Philosophique.

2 notes
16 lecteurs

Auteur de nombreux ouvrages sur l'alchimie et l'astrologie, Jacques Sadoul est aussi reconnu comme l'historien de la science-fiction. Après La passion selon Satan et Le jardin de la licorne, ce livre constitue le dernier volet d'une trilogie fantastique.

Depuis sept siècles, vit retranché dans son manoir de R. le magicien Joachim Lodaüs. Un être monstrueux, invulnérable, semble-t-il.

C'est en ce domaine maudit que Sandra, dans un moment de désarroi, s'est laissée attirer... et c'est sur elle, partagée entre la terreur et la curiosité, que Lodaüs tente une diabolique expérience. Sandra sera contrainte d'errer sans fin sur les Hautes Terres du Rêve où s'incarnent les songes les plus pervers et les plus cruels de l'humanité. Sandra séduite par le tyran Tsian-Cheng, suppliciée, livrée à la luxure de la Princesse Pourpre...

Mais ses amis s'inquiètent de sa disparition, font appel à un occultiste...

Bientôt six Princes-démons, à la tête de leurs milices infernales, cernent le manoir de R.

1 notes
14 lecteurs

Amazing Stories est la plus ancienne revue de science-fiction au monde. Elle a été publiée sans discontinuer depuis le mois d'avril 1926. C'est grâce à elle que la S.-F. a pu se constituer en genre littéraire séparé dans les années 30.

Cette anthologie vous propose des récits d'auteurs aujourd'hui encore célèbres, tels Abraham Merritt, ou injustement oubliés, tels Francis Flagg, Wallace West ou le Dr Keller. Elle présente aussi le long récit de Philip Francis Nowlan à partir duquel fut créée la célèbre bande dessinée de science-fiction : BuckRogers au XXVe siècle.

Inconnue en France, cette première période de la S.-F. américaine sera une révélation pour beaucoup.

3 notes
8 lecteurs

Le premier volume consacré à Astounding Stories couvrait la période 1934-1937. A cette date, John W. Campbell prend en main les destinées du magazine et modifie légèrement son titre. Voici donc la période 1938-1945 de Astounding Science-Fiction.

Campbell lui-même figure au sommaire sous le pseudonyme de Don A. Stuart,avec un récit étonnant, Le manteau d'Aesir, considéré comme un classique outre-Atlantique et qui n'avait jamais été traduit dans notre langue.

Ce volume présente également des textes de Theodore Sturgeon, Clifford D. Simak, Lester del Rey et Murray Leinster, au mieux de leur forme. L'anthologie se termine par un autre grand classique, Tout smouales étaient les Borogoves, de Lewis Padgett, que Boris Vian traduisit pour le Mercure de France en 1953.

1 notes
13 lecteurs

Analog Science Fiction and Fact ou Analog, créé en 1930, est le magazine américain qui a donné ses lettres de noblesse à la science-fiction moderne. Il est couramment appelé Astounding Stories.

Description

Il est, au départ, ce qui est communément appelé un magazine pulp. Son format papier changera pendant les années 1970. À ses débuts, le magazine publie des histoires romancées de science-fiction, souvent sans fondements scientifiques.

Lorsque John W. Campbell en devient l'éditeur, sa mission est modifiée : publier des histoires qui anticipent les changements scientifiques et technologiques. En 2005, cette mission est toujours maintenue.

Depuis sa création, son nom a changé à maintes reprises :

* 1930 : Astounding Stories of Super-Science ;

* 1938 : Astounding Science-Fiction ;

* 1960 : Analog Science Fiction and Science Fact ;

* Aujourd'hui: Analog Science Fiction and Fact.

Il est parfois désigné par l'abréviation ASF, car les mots Analog et Astounding commencent par la même lettre, tout comme les mots Fiction et Fact.

À cause des revenus anémiques de l'industrie dans lequel il évolue, ASF publie fréquemment des auteurs de science-fiction inconnus. C'est ainsi qu'il lance la carrière d'Orson Scott Card pendant les années 1970 et celle d'Harry Turtledove pendant les années 1980.

Historique

Après huit années de publication sous la conduite de deux éditeurs littéraires successifs, John W. Campbell en prend les rênes en 1938. Il le renomme Astounding Science-Fiction et insiste pour qu'il soit perçu comme un magazine de science-fiction seulement. Il exige aussi que les écrivains anticipent les changements scientifiques et technologiques. Plus important encore, il souhaite connaître comment la vie humaine en est modifiée. Ce changement impose la revue comme le chef de file du domaine.

Par après, Campbell estime que le titre est trop accrocheur. Il diminue la taille du mot Astounding et augmente celle des mots Science et Fiction. En 1960, il remplace Astounding par Analog. Le logo subit aussi des changements. La lettre A demeure la même tout au long des années, alors que les lettres stounding diminue de taille; idem pour nalog.

Après le brusque décès de Campbell en 1971, Ben Bova devient l'éditeur du magazine, suivi de Stanley Schmidt quelques années plus tard.

Il est, depuis 1999, la propriété de Dell Magazines.

(Wikipedia)

1 notes
9 lecteurs

Les premiers textes classiques de la science-fiction américaine parurent dans les Munsey Magazines, tels All-Story Weekly, Argosy, etc. Les meilleurs d'entre eux furent réédités dans Famous Fantastic Mysteries à partir de 1939.

Chaque numéro présentait un roman complet suivi de deux ou trois nouvelles et nous avons tenu à respecter cette coutume. Le roman de Georges Allan England, Les ténèbres et l'aurore, raconte le réveil d'un couple de jeunes new-yorkais après un sommeil de huit siècles.

La fille dans l'atome d'or, de Ray Cummings, fut longtemps tenu pour le chef-d'œuvre de la S.-F. d'avant-guerre. Trois lignes de vieux français, d'Abraham Merritt, et L'île amie, de Francis Stevens, complètent cette anthologie qui sera une révélation pour beaucoup.

2 notes
10 lecteurs

Le premier numéro de Fantastic Adventures parut en 1939 ; le magazine dura jusqu'en mars 1953. Il fut créé par la firme qui publiait Amazing Stories et se spécialisa dans les récits de fantasy, de science-fiction d'aventures et d'humour.

Ce sont ces trois genres qui sont illustrés ici. La Fantasy avec La demi-portion de robert Bloch par exemple, ou le Rocher voyageur de Theodore Sturgeon. La S-F d'aventures avec L'observateur de R. Moore Williams, ... Comme les autres nous voient par Raymond F. Jones ; et l'humour avec L'ouvre-boîte de Rog Phillips ou Un flirgleflipologue de génie de William Tenn.

1 notes
12 lecteurs

Planet Stories a été publié entre 1939 et 1955. Ce magazine se consacra presque exclusivement à la science-fiction d'aventure et aux space-opera flamboyants.

C'est dans ses pages que Leigh Brackett publia les meilleurs de ses récits situés sur la planète Mars. C'est également dans Planet que parurent nombre de «chroniques martiennes» de Ray Bradbury.

A côté de ces deux écrivains, cette anthologie vous présente des récits des meilleurs auteurs de l'époque : Henry Kuttner, A.E. Van Vogt, Poul Anderson, etc., ainsi qu'un des premiers textes d'un débutant aujourd'hui célèbre : Philip K. Dick.

2 notes
11 lecteurs

Startling Stories n'eut qu'une assez brève existence, entre 1939 et 1955. Il publia certes du space-opera comme ses confrères de l'époque, mais aussi des récits d'humour et des textes plus élaborés qui annoncent la science-fiction de la décade suivante.

Ces trois tendances sont représentées dans cette anthologie : l'humour avec les nouvelles de Arthur C. Clarke, Henry Kuttner et Jack Lewis ; la S-F classique avec Edmond Hamilton, dans un récit du Captain Future, Leigh Brackett et A. Bertram Chandler ; la science-fiction plus ambitieuse avec Philip José Farmer, Ray Bradbury et Margaret St Clair.

1 notes
8 lecteurs

Thrilling Wonder Stories succéda en 1936 à Wonder Stories, revue à laquelle nous avons déjà consacré une anthologie. Elle était publiée par la même firme que Startling Stories et disparut en même temps en 1955. Ce fut surtout un magazine consacré à l'aventure spatiale et au divertissement pur.

Ce volume vous permettra de découvrir entre autres des textes de SF classique : La danseuse de Ganymède de Leigh Brackett, ou les récits de Ray Bradbury ou Charles Harness. Des nouvelles d'humour, d'auteurs tels que Clark Ashton Smith, Manly Wade Wellman, ou William Fitzgerald ; et un space-opera de la vieille école : Le satellite Sirène de Arthur K. Barnes.

3 notes
13 lecteurs

De tous les magazines américains de science-fiction, Unknown est assurément le plus inconnu et peut-être le meilleur. Au cours de sa brève existence (39 numéros), il publia des récits de tout premier ordre dans un style relevant du fantastique et de la science-fiction.

Vous découvrirez dans ses pages que la vie n'est pas simple pour les pauvres humains qui sont aux prises avec les créatures imaginées par Théodore Sturgeon, Fredric brown, Robert bloch, Robert heinlein,etc.

Que peut faire un homme des cavernes à notre époque ? Pourquoi mercredi succède-t-il à lundi ? Que penser d'une colline qui parait être également une dépression ? Voici quelques-uns des problèmes qui attendent les personnages, et les lecteurs, de cette anthologie de Unknown.

------

Hier, c'était Lundi (Yesterday was Monday) par Theodore Sturgeon

Armageddon (Armageddon) par Fredric Brown

Régime Sec (Trouble with Water) par H.L. Gold

Ces Gens-là (They) par Robert Heinlein

Pleine Lune (When it was Moonlight) par Manly Wade Wellman

Un Mec Préhisto (The Gnarly Man) par L. Sprague de Camp

Le Psychomorphe (The Psychomorph) par E.A. Grosser

La Cape (The Cloak) par Robert Bloch

La Colline et le Trou (The Hil and the Hole) par Fritz Leiber

Profession : Demi-Dieu (Occupation : Demigod) par Nelson Bond

La Troisième Porte (Threshold) par Henry Kuttner

2 notes
14 lecteurs

Weird Tales est un magazine américain de type pulp lancé en mars 1923 célèbre pour avoir publié dans ses pages des récits et nouvelles, appartenant principalement au genre du fantastique et de la fantasy, écrits par certains des auteurs les plus emblématiques du genre. Ce magazine, édité par Jacob Clark Henneberger et J.M. Lassinger, souhaitait à son origine profiter de l'aura positive des autres pulp de l'époque, tels que Black Mask.

Historique

Weird Tales connaît une première année de publication difficile, sous la houlette de son premier rédacteur en chef, Edwin Baird. Celui-ci publie malgré tout les premiers textes de H. P. Lovecraft à partir d'octobre 1923. Certains mois, les numéros ne paraissent pas du tout ou sont regroupés afin de réduire les dettes du magazine. Ce n'est qu'en 1924, après que le poste de rédacteur en chef a été proposé à H. P. Lovecraft (poste que ce dernier refuse), que le magazine trouve en la personne de Farnsworth Wright son âme véritable.

Celui-ci fait entrer au service de la publication les noms extrêmement populaires de Seabury Quinn, d'Edgar Hoffmann Price et, quelque temps plus tard, d'Abraham Merritt ou de Robert E. Howard, dont les aventures de Conan le Barbare font les belles heures du magazine. Comme la plupart des pulps, Weird Tales connaît cependant une vie économique chaotique, souffrant entre autres de la concurrence des drames radiophoniques, des comics ou encore des éditions à prix cassés de roman de fantasy. Après la mort d'H. P. Lovecraft en 1937 d' un cancer de l'intestin et le retrait de Wright en 1940 des suites de la maladie de Parkinson, le magazine périclite jusqu'à l'arrêt complet de sa publication en septembre 1954.

Ce magazine a contribué à faire connaître des talents de la fantasy comme Fritz Leiber, C. L. Moore ou encore Clark Ashton Smith.

Après 1954, il y eu plusieurs tentatives pour le faire revivre : des réimpressions d' anthologies dans les années 60 et 80, notamment. En 1988, WEIRD TALES fut re-publié plus ou moins régulièrement.

Maintenant publié par Wildside Press, WEIRD TALES a renoué avec sa mission originale : publier de brillants écrits sur l'étrange, introuvable ailleurs ...

2008 fut le 85ème anniversaire de la fondation de WEIRD TALES.

(Wikipedia)

2 notes
10 lecteurs

(Quatrième de couverture)

La période 1933-1937 est assurément la meilleure qu'ait connue le magazine Weird Tales. Lovecraft, Robert Howard, Clark Ashton Smith s'y montrent au sommet de leur talent. Les amateurs de H. P. Lovecraft auront l'heureuse surprise de découvrir un excellent texte du maître sous une signature féminine : Hazel Heald. Cette dame existait mais faisait « réviser » ses textes par Lovecraft... Clark Ashton Smith est représenté par un de ses récits les plus célèbres, La mort d’llalotha, dans lequel sadisme, horreur et nécrophilie se mélangent. C’est un des meilleurs récits de Conan le Cimmérien qui illustre ici le talent de Robert Howard et le futur auteur de Psychose, Robert Bloch, nous raconte la mort d’un écrivain de S.-F. de Providence dévoré par des entités d’0utre-espace. Un écrivain dont l’adresse n'est autre que celle de H. P. Lovecraft...

3 notes
11 lecteurs

Les années 1938-1942 marquent la fin de la période classique de Weird Tales. L'orientation du magazine reste tournée à la fois vers le récit de fantasy, l'horreur, le fantastique traditionnel et la science-fiction, et tous ces ingrédients sont présents dans cette troisième anthologie.

On trouvera ainsi l'horreur représentée avec "L'ombre sur l'écran" de Henry Kuttner et "Tout au fond" de R. B. Johnson; la fantasy avec "Esclave des flammes" de Robert Bloch et "Le jardin d'Adompha" de Clark Ashton Smith; la science-fiction avec "La nymphe des ténèbres" de C.L. Moore et F.J. Ackerman et le fantastique avec "Routes" de Seabury Quinn et "Le tueur fantôme" de Fritz Leiber Jr.

1 notes
12 lecteurs

Wonder Stories est paru aux États-Unis entre 1929 et 1936. Il fut dirigé par Hugo Gernsback, le fondateur de la science-fiction moderne.

Ce volume présente deux récits exceptionnels du meilleur auteur révélé par ce magazine, Stanley Weinbaum, dont L'odyssée martienne, qui est le texte le plus souvent reproduit dans les anthologies outre-Atlantique.

On découvrira aussi un récit poétique de Clark Ashton Smith, La cité de la flamme chantante, qui passe justement pour la meilleure œuvre de cet écrivain. Il faut encore citer les récits de Francis Flagg, Edmond Hamilton, Leslie F. Stone, Philip Barshofsky et Gernsback lui-même.

1 lecteurs

On connaît les 7 merveilles du monde, les 7 péchés capitaux... Mais les 7 Masques ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Eh bien, c'est est une, justement. Le dernier roman de Victor Clairval. Il a ses personnages : Christiana, une détective privée (mais non privée d'appas !). Côté méchants : une redoutable bande de racketteurs criminels. Cinq hommes et deux femmes. Signe particulier : chacun se cache derrière un loup de couleur différente. Victor vient de terminer son premier chapitre. " Nul, invraisemblable ! " s'écrie son amie. Pourtant, le jour même, notre auteur en quête d'intrigue rencontre une superbe rousse... tout le portrait de Christiana. D'ailleurs c'est aussi son prénom, et elle est ... détective privée ! Courses-poursuites dans les carrières, les catacombes et le métro, pièges mortels et créatures fatales : bientôt la réalité précède la fiction... Victor n'est pas au bout de ses surprises - et nous non plus !

1 notes
2 lecteurs

Fritz the Cat est mort, tué par Crumb, son créateur. Bicot n'était pas un héros français mais un personnage secondaire d'une série américaine. Spirou a été créé par le dessinateur Rob Vel, son ami Fantasio par Jijé et leur animal fantastique, le Marsupilami, est l'œuvre de Franquin. Le collant du Fantôme n'a jamais été rouge mais violet. Le Surfeur d'argent apparut au cours d'un épisode des 4 Fantastiques et n'eut guère de succès dans son pays d'origine. Saviez-vous tout cela ?

Dans ce livre, petit mais dense, Jacques Sadoul passe en revue 200 bandes dessinées françaises, américaines, belges, italiennes, etc., de 1897 à 1975. Chaque série est examinée d'un point de vue historique et critique et toutes sont accompagnées d'une reproduction, soit 210 illustrations en tout. Ce Panorama de la bande dessinée est destiné à devenir la bible de tous les amateurs de B.-D.

5 lecteurs

"Chronique des dragons oubliés", publié en Flammarion, collection Imagine, constitue la première partie de ce roman.

Quatre personnages contemporains (un paléontologue, une shampouineuse, un guide de safari africain, une actrice chinoise spécialisée dans les arts martiaux), et une nymphe d'un autre temps et d'un autre monde sont « aspirés » sur une terre parallèle pour y composer l'Aragne, une entité devant être reformée tous les trois mille ans pour combattre la terrible Noirceur, puis l'infâme reine Héliara... Mages, dragons, sortilèges, gnomes, elfes, hordes barbares, voyages temporels, aucune rencontre insolite, aucune épreuve ne sera épargnée aux champions dans leurs luttes pour défendre le monde de Shaggartha. Des aventures aux enjeux cosmiques à l'issue d'autant plus douteuse qu'ils comptent parmi eux une émanation du Mal...

1 notes
5 lecteurs

Un photographe, un croupier, un agent immobilier trois hommes qui n'ont aucun point commun, sinon la maîtresse qu'ils partageaient et la balle de 8 mm qu'ils ont reçue en plein coeur...

A Cassis, où tout le monde se connaît et s'épie, l'enquête devrait être simple, et la jeune commissaire chargée de l'affaire va suivre la piste la plus évidente : le crime passionnel. Mais nous, qui dès la première page savons qui a tué et pourquoi, nous savons aussi qu'elle a en face d'elle un meurtrier de la pire espèce: un intellectuel méthodique et sans passion.

Dans un policier classique, la justice et la morale finissent toujours par triompher. Mais dans la vie? Et dans les bons romans? Il nous faudra donc attendre la dernière page pour savoir si le crime paie ou non…

6 lecteurs

June McNally, une riche Californienne, a réuni des amis spécialistes du roman policier pour un jeu de rôles. Assistée de Carol Evans, ex-agent de la CIA, elle doit être la victime d'un crime fictif. Les participants incarnent Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Maigret, Philip Marlowe, Columbo, Kay Scarpetta, Ellery Queen, le Père Brown, et devront mener l'enquête. Le jeu début bien et chacun satisfait, va se coucher. Mais un tremblement de terre survient, le ranch est isolé du reste de la Californie. Tout le monde se réveille alors. Sauf June McNally : elle est morte, poignardée. Carol Evans, huit enquêteurs, le shérif local, cela ne fait-il pas trop de détectives pour démasquer le coupable ?

3 notes
14 lecteurs

A quoi se fier quand les lois les plus élémentaires de la physique et de la géométrie euclidienne ne peuvent vous protéger des prédateurs d'outre-temps ?

Peut-on rester sain d'esprit après s'être trouvé confronté au dieu-poisson, l'idole impie de peuple des abysses ?

Et quand un robot s'avère en tout point l'être parfait, est-il possible de l'aimer comme son prochain ?

Anticipation, space opera, fantasy, weird fantasy...

Toutes les facettes de la science-fiction classiques sont déjà présentes alors qu'elle ne fait que naître comme courant littéraire à part entière.

Jacques Sadoul présente ici un florilège de textes fondateurs d'Abraham Merritt, Howard P. Lovecraft, Robert E. Howard, Stanley G. Weinbaum ou encore Lester del Rey, entre autres, qui témoignent de la richesse et de l'originalité d'un genre qui aura marqué l'imaginaire de notre siècle.

1 notes
15 lecteurs

La ville... Il a décidé de la détruire. Mais le Léviathan de béton et d'acier engage une lutte titanesque pour se défendre...

Un système solaire disparaît, un mode s'éteint... Quelle entité supérieure peut impunément s'octroyer le droit de détruire une civilisation au profit d'une autre ?

Alors que le siècle vit ses plus grands bouversements, la science-fiction entre dans son âge d'or.

Mondes post-apocalyptiques, voyages exploratoires dans l'espace, paradoxes temporels... Le genre se tourne plus ouvertement vers la prospective scientifique, et les écrits se font reflet des inquiétudes contemporaines.

Jacques Sadoul a rassemblé ici onze nouvelles classiques de A. E. van Vogt, Richard Matheson, Ray Bradbury, Arthur C. Clarke ou Robert Heinlein, parfaitement représentatives d'un courant littéraire qui devient incontournable.

1 notes
14 lecteurs

Au sein d'un monde déshumanisé, où tout rapport affectif entre deux êtres est proscrit, comment faire revivre le simple mais vital sentiment de l'amour ?

Apparences trompeuses de la « réalité »...

De quelle façon l'appréhender quand on se découvre soi-même non réel, machine humaine, ou que chaque instant vécu l'est avec la douloureuse prescience de ce que sera l'avenir proche ?

Durant cette période de transformations et de contestations, la science-fiction s'attache à l'analyse inquiète d'un quotidien que le « progrès » rend toujours plus cauchemardesque : pollution, violence urbaine, destructions naturelles...

Huit textes de Philip K. Dick, Harlan Ellison, Norman Spinrad, Robert Silverberg ou Orson Scott Card, qui attestent de l'extraordinaire pertinence d'une littérature interrogeant son époque avec une redoutable acuité.

11 lecteurs

Visions de demain, d'un avenir trop proche...

Un avenir dans lequel les pirates informatiques, hybrides cybernétiques de chair et de métal, commettent leurs méfaits dans les univers virtuels générés par des ordinateurs connectés en réseau.

Un avenir où la dictature du « politiquement correct » confine

à l'absurde et met en péril l'éducation des jeunes générations.

Un avenir où l'intervention des Résurrectionnistes transforme peu à peu le monde en une vaste nécropole...

A l'aube du nouveau millénaire, la science-fiction doit faire face au plus important défi de son existence : continuer à penser le futur alors que les évolutions sociales, scientifiques et technologiques ne cessent de se précipiter et tendent à remettre en cause la capacité unique de cette littérature à prédire l'évolution du monde. Sept auteurs proposent ici leur réponse à ces nouveaux enjeux.

3 lecteurs

Coupable de ne pas porter les mêmes stigmates que les autres membres de la Tribu, le paria est exclu... Mais si c'était lui, le porteur d'avenir de ce monde dévasté ?

Coupable ? Qui l'est, et pour quelle raison ? Voilà ce qu'un xénologue doit élucider, lorsqu'il découvre qu'une espèce extraterrestre s'est donné la mort dans ce qui semble être un suicide collectif...

De manière paradoxale, alors que l'un de ses pères fondateurs, Jules Verne, était français, la science-fiction s'épanouira d'abord chez les Anglo-Saxons. Et ce n'est qu'à l'orée de l'après-guerre que l'Hexagone s'ouvrira à ce courant littéraire, jusqu'à voir progressivement éclore en son sein une véritable école française.

Jacques Sadoul fait revivre cette histoire éditoriale épique et troublée à travers un panorama d'oeuvres de Gérard Klein à Pierre Bordage, qui signe en exclusivité pour cet ultime volume une nouvelle inédite.

1 notes
4 lecteurs

Univers 1981 vous présente le nouveau cru de la science-fiction anglo-saxonne et française.

Il s'ouvre sur Sonate sans accompagnement d'un jeune écrivain, Orson Scott Card, qui est un des plus beaux textes que nous ait donné la SF ces dernières années. Vous y trouverez ensuite des récits d'auteurs confirmés tels que Robert Silverberg, Fred Pohl, Robert Sheckley, Gene Wolfe. A côté d'eux des espoirs, C.J. Cherryh, Scott Baker, George R.R. Martin ou Lisa Tuttle et des nouveaux venus, Anne Lear et Dan Henderson. Côté auteurs français, voici Marianne Leconte, Sylviane Corgiat et Bruno Lecigne, Georges Panchard, Jerry A. California et Richard D. Nolane.

Enfin, ce numéro d'Univers vous présente quatre interviews, réalisées par Charles Platt, d'auteurs de première importance : Philip K Dick, Alfred Bester, Norman Spinrad et Samuel Delany. L'interview de Dick est encore plus dickienne que le plus dément de ses récits, ne la ratez pas.

1 notes
2 lecteurs

Deux très grands noms de la science-fiction au sommaire de cet Univers millésime 1987 : Harlan Ellison avec un émouvant récit sur le temps, couronné aux Etats-Unis par un prix Hugo, et Robert Silverberg qui signe une éblouissante « novella » inspirée de Yeats et lauréate du prix Nebula. John Crowley, déjà connu chez nous par deux excellents romans, montre qu'il est aussi un brillant nouvelliste, tout comme les Américains David Zindell, Lisa Goldstein (que Pascal J. Thomas nous fait mieux connaître grâce à un entretien exclusif) et Tom Maddox, écrivain de la toute dernière génération que certains nomment « post-moderniste », et que nous fait découvrir Norman Spinrad dans un article sur les « Neuromantiques ».

lan Watson nous offre un délire très britannique sur la verticalité du monde, quant à Gardner Dozols, Jack Dann et Michael Swanwick (que nos lecteurs ont pu apprécier dans de récents Univers) ils ont écrit ensemble un récit-hommage à Edgar Rice Burroughs.

Les jeunes auteurs français ne sont pas en reste — Pierre Ferran, Anne Veve et Eric Sanvoisin — même si Stéphane Nicot et Roger Bozzetto soulèvent dans leurs articles d'intéressantes polémiques à ce sujet.

Univers 87, la science-fiction en devenir.

2 lecteurs

La guerre froide est finie ! Conséquence inattendue : de nombreux agents de la CIA sont mis à la retraite... Et voici Carol Evans, avec une médaille et une pension, certes, mais privée de sa raison de vivre : combattre l'ennemi.

Ecoeurée, désoeuvrée, elle retourne en Californie.

Dans l'avion, sa voisine glisse subrepticement un objet dans son sac. Un rubis ! Valeur : un million de dollars. Peu après, dans la villa qu'elle a louée à Sausalito, en face de San Francisco, Miss Evans découvre le cadavre d'un homme aperçu dans l'avion. Or cet homme suivait la jeune fille qui a dissimulé la pierre dans le sac de Carol.

Pour une fois, la belle Carol n'est pas responsable de cette mort. Mais lorsque les flics répondent à son appel et la trouvent devant la télévision, un verre de bière négligemment posé sur le dos du mort, en sont-ils vraiment persuadés ?