Livres
451 707
Membres
397 371

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

James Salter

65 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Jon_Spiro 2011-06-19T19:43:31+02:00

Biographie

James Salter, né le 10 juin 1925 à New York City est un écrivain américain.

James Salter est le nom de plume de James A. Horowitz, fils d'un entrepreneur moyennement prospère.

À l'instigation de son père, ancien élève, il entre à West Point en 1942, alors que la taille des classes est doublée et le programme d'études ramené à trois ans par la guerre. Il obtient son diplôme en 1945.

Ses condisciples le surnomment l'"horrible" Horowitz1. Il y termine sa formation en vol pendant sa première année de cours, effectuant sa formation de vol élémentaire à Pine Bluff, Arkansas, et sa formation avancée à Stewart Field, New York. Lors d'un vol de navigation en mai 1945, il s'égare, à cours de carburant, il confond un pont de chemin de fer avec une piste et s'écrase dans une maison à Great Barrington, Massachusetts.

Il sert douze ans dans l'US Air Force comme pilote de chasse avant de quitter l'armée pour poursuivre une carrière d'écrivain, une décision qui lui est difficile eut égard à sa passion de l'aviation.

Ses œuvres, basées sur son expérience à la Force aérienne, ont un ton fataliste: ses protagonistes, après avoir surmonté leur conflit entre réputation et perception de soi, sont tués dans l'exercice de leurs fonctions, alors que les incompétents au sein de leurs propres rangs survivent. Salter brosse des portraits qui sont vivants et familiers pour tout pilote militaire qui a survécu à un combat aérien.

Au cours de la guerre de Corée qu'il effectue dans la 335e escadrille d'interception de la 4e escadre d'interception, une unité renommée contre les MIG, il participe à plus de 100 missions de combat dans un F-86 Sabre entre février 12 et 6 août 1952 et est crédité d'une victoire contre un MiG-15 victoire le 4 juillet 1952.

Il a utilisé son expérience coréenne dans son premier roman, The Hunters (1956), qui a été adapté au cinéma avec Robert Mitchum en 1958. Son roman The Arm of Flesh s'appuie sur ses expériences de vol avec le 36e Wing, à la base aérienne de Bitburg, en Allemagne, entre 1954 et 1957. Une version largement remaniée de ce roman a été rééditée en 2000 sous le titre Cassada. La version cinématographique de The Hunters (Flammes sur l'Asie, en version française) a été très largement saluée pour la puissance de sa performance, son intrigue émouvante, et sa représentation réaliste de la guerre de Corée. Bien qu'excellente adaptation hollywoodienne, ce film est très différent du roman original, qui traite de la lente auto-destruction d'un pilote de chasse de 31 ans, qui autrefois était considéré comme un « as », mais qui n'a trouvé que de la frustration dans son premier combat, tandis que d'autres autour de lui, parvenaient à la gloire grâce à des faits parfois inventés.

Considéré comme l'un des écrivains les plus artistiques de la fiction américaine moderne, Salter lui-même est critique de son propre travail, après avoir dit que seul son roman de 1967 Un sport et un passe temps. Se passant en France dans la période d'après guerre, Un sport et un passe temps est un roman érotique impliquant un étudiant américain et une jeune Française, raconté au présent à travers des flashbacks par un narrateur anonyme qui connaît à peine l'étudiant, qui lui-même désire la jeune fille, et admet volontiers que la plus grande partie de son récit est du ressort du fantasme.

La prose de James Salter laisse transparaitre l'influence d'Ernest Hemingway et d'Henry Miller, mais dans des entretiens avec son biographe, William Dowie2, il indique qu'il a été principalement influencée par André Gide et Thomas Wolfe. Souvent décrit par les critiques comme « succinct » ou « comprimé », son écriture utilise des idées tracées sèchement à partir d'images en apparence éphémères pour que tant les faits que les personnages explosent de la page. Ses phrases sont courtes, et dans certaines œuvres, souvent fragmentaires, il écrit aussi bien à la 1re et qu'à la 3e personne, au temps présent ou passé. Ses dialogues ne sont attribués que pour savoir qui parle, mais sinon, permettent au lecteur de tirer des conclusions à partir du ton et de la motivation.

Ses mémoires, Une vie à brûler utilise ce style de prose pour raconter l'impact que ses expériences à West Point, dans l'armée de l'air, et en temps que célébrité pseudo-expatriée en Europe ont eu sur la façon dont il voyait les changements de son style de vie.

Bien qu'il semble glorifier l'adultère, Salter exprime en fait une réflexion sur ce qui a été connu de lui et des impressions qu'il a pu laisser, comme le fait par exemple son récit poignant sur la mort de sa fille. Une ligne de The Hunters exprime ces sentiments: « Ils ne savaient rien du passé et de sa sainteté."

Son recueil de nouvelles, Dusk and Other Stories (American Express) a reçu en 1988 le PEN/Faulkner Award

James Salter a été élu à l'Académie américaine des Arts et des Lettres en 2000.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.25/10
Nombre d'évaluations : 15

0 Citations 8 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de James Salter

Sortie France/Français : 2018-06-07

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Nath56 2012-08-19T23:10:34+02:00
Un bonheur parfait

J'ai mis plus d'un mois à lire ce roman (qui ne fait que 396 pages, pas vraiment un pavé !) - Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé, mais je n'ai pas été transportée non plus...

Le style est souvent indirect avec beaucoup de descriptions... Pas mon truc !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par petitemaud01 2015-03-26T15:00:39+01:00
Un bonheur parfait

Je ne m attendais pas du tout à ça en lisant ce livre assez déçu je n est pas vraiment réussi à me mettre dedans j'ai mis beaucoup de temps à le lire car je ne trouvais pas l histoire intéressante

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aristoloche 2015-12-17T06:29:22+01:00
Un bonheur parfait

Définitivement conquise par cet auteur. On est loin des clichés bidons et des faux-semblants sur le couple et le bonheur. Une histoire et des personnages complexes, subtils et d'une grande finesse. Comment se construit-on à travers le couple, en étant parents, et dans son cercle social ? Quel est le prix de nos rêves ?

Afficher en entier
Un sport et un passe temps

De la poésie, certes ! Une écriture limpide, c'est sûr ! Une fièvre amoureuse régulière et bien suggérée (voire explicite quelques fois), c'est incontestable ! De la découverte de bourgades françaises, il y en a ! Des personnages attendrissants, ils le sont ! Mais que de nombreuses plages descriptives ennuyeuses ! Bref, un sentiment très mitigé. Roman à sortir lors de moments perdus, pour passer le temps...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tassa-1 2017-02-24T19:37:29+01:00
Un bonheur parfait

Critique éclaire:

Un roman qui s'écoule comme un long fleuve pas si tranquille. Un roman ronronnant, doux, tendre, délicat et addictif.

http://www.unefrancaisedanslalune.fr/2017/02/un-bonheur-parfait-james-salter.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lesparolesenvolent 2017-10-02T08:20:07+02:00
Un bonheur parfait

J'ai été séduite par le titre laissant espérer livrer le secret de cette fameuse quête ! J'avais un peu craint une romance à la guimauve mais James Salter s'est défaussé de ce risque avec son écriture agréable et ses diverses références culturelles intéressantes mais non pompeuses.

A la lecture du parcours de ce couple de Viri et Nedra, j'ai surtout cerné ( à mon humble avis)qu'ils courraient après un leurre car d'aucun pourrait penser qu'ils le possédaient déjà. Leurs amis eux-mêmes, qu'ils recevaient souvent car ils avaient une vie sociale remplie et bien organisée, se sont laissés abuser par l'idéal qui s'exposait à eux.

Mais l'exigence et la soif de liberté étreignait Nedra au-delà de ce qu'elle pouvait supporter. La routine de son foyer l'assujettissait à un rôle devenu insupportable pour elle au point de demander le divorce. La liberté, se réaliser personnellement est-ce là, la recette du bonheur ?

Viri, lui, de son côté, a renoncé à l'amour pour Karya, un amour regretté au fil du reste de sa vie pour sauver ce qu'il estimait primordial, sa famille. Pourtant il était conscient que leur complicité ne suffisant plus à leur épanouissement. Après le départ de Nedra, refera sa vie tant bien que mal.

Et les filles ? Ciment de la famille dans leur jeunesse, elles assisteront à sa dislocation en tentant de créer leur propre famille.

J'ai été un peu déroutée par la force et l'opiniâtreté de Nedra dans son obstination à refuser le mariage et les valeurs qu'il drainent ; cette obstination est d'autant plus remarquable quand on la situe dans le temps. La lectrice que je suis, convaincue que le divorce est un des évènements les plus traumatisants dans une vie, j'ai du mal à admettre la légèreté de Nedra pour l'appréhender. On ne peut que prendre Viri en pitié ; lui n'a rien vu venir, pourrait-on dire.

Mais le problème réside alors dans la question : pourquoi Nedra, a-t-elle absolument renoncé à cette vie facile et confortable ? Peut-être la réponse est qui révèle la recette du parfait bonheur : ne jamais s'endormir sur ses lauriers et ne pas s'installer dans une routine rébarbative. EN COUPLE peut-on se réaliser ? Oui aujourd'hui en 2017; mais Viri et Nedra, eux sont mariés dans les années 60...

L'écriture agréable de James Salter nous accompagne dans cette romance illustrées de références culturelles en tout genre. Il aborde l'art, la biographie de célébrités (Alma Mahler est citée à plusieurs reprises), l'histoire de France, la littérature française, jusqu'à des allusions à la vie des anguilles. Paris et Rome ont du plaire à l'auteur, preuve en est avec les détails fournis sur ces villes.

Ce livre de James Salter fait réfléchir sur l'engagement du mariage, normalement indissoluble ; Nedra a-t-elle usé de courage en tentant une vie meilleure ou pris un risque en renonçant au ronron "familier" ?

http://lesparolesenvolent.blogspot.fr

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilyRause 2017-11-18T23:03:21+01:00
Et rien d'autre

J'ai beaucoup apprécié cette lecture. On suit Philip Bowman dans sa quête du bonheur à travers son travail (milieu litteraire) et sa vie amoureuse. Attention quelques passages érotiques. J'ai adoré avoir le point de vue d'un homme sur ses différentes relations amoureuses (point de vue interne). C'est bien écrit. Je recommande.

Afficher en entier

On parle de James Salter ici :

Dédicaces de James Salter
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Editions de l'Olivier : 7 livres

Points : 7 livres

Editions de la Martinière : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode