Livres
395 112
Comms
1 387 719
Membres
289 880

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Livres - Bibliographie

Jane Austen


Ajouter un livre manquant

Tous les livres de Jane Austen

17 notes
50 lecteurs

Love and Freindship — orthographié ainsi — est une œuvre écrite sous forme épistolaire et datée de 1790. Elle fait partie des Juvenilia, les œuvres de jeunesse de l'écrivain anglais Jane Austen.

L'œuvre est dédiée à la comtesse de Feuillide, qui en a peut-être inspiré le titre.

16 notes
39 lecteurs

De Jane Austen on sait peu de choses, les sources de renseignements étant rares. Les lettres qu’elle écrivit à ses trois nièces préférées dressent un portrait émouvant de l'auteur d'Orgueil et préjugés et témoignent de son caractère vif et généreux.

Restée célibataire et sans enfants, c’est avec l’affection d’une grande sœur attentionnée qu’elle guide et conseille ses jeunes nièces. Elle leur parle d'écriture, de stratégie amoureuse, de sa vie à la campagne, avec l'humour et l'élégance qui font le sel de ses romans. Ces échanges révèlent une touchante intimité, et l’on acquiert bien vite la conviction que Jane Austen n'avait rien à envier à ses attachantes héroïnes.

Austen se montre tendre et enjouée. Ses lettres poursuivent l’exploration de la tension inépuisable entre « raison » et « sentiment », passion et conventions sociales. Un prolongement attachant de son univers romanesque.

Emily Barnett, Les Inrockuptibles.

(Source : LGF - Le livre de poche)

244 notes
1 167 lecteurs

Depuis qu’Emma a réussi à arranger le mariage de son ancienne gouvernante, elle se met en tête d’unir tous les gens qui l’entourent. Désormais maîtresse de maison, elle s’attribue ce rôle d’entremetteuse sans savoir que son inexpérience des êtres et des cœurs peut la mener à de nombreuses déconvenues. Entre les nouvelles rencontres, les visites de Mr Knightley, un vieil ami de la famille, et ses manœuvres matrimoniales, Emma finit par se perdre elle-même sans s’apercevoir que ce dont elle rêve depuis toujours risque de lui échapper à tout jamais…

5 lecteurs

En Angleterre à l’époque victorienne, Emma est femme de chambre pour une préceptrice à la retraite. Douce, calme et réservée, la domestique cache un passé douloureux. Lorsque le riche William Jones rend visite à son ancienne gouvernante, il remarque la jeune fille et, petit à petit, des liens profonds se tissent entre eux.

3 notes
19 lecteurs

Contient les six romans qu’écrivit Jane Austen (1775-1817), de Raison et sentiments (1811) à Northanger Abbey (1818) :

Raison et Sentiments

Orgueil et Préjugés

Mansfield Park

Emma

Persuasion

Northanger Abbey

37 notes
293 lecteurs

Quatre oeuvres de Jane Austen réunis dans ce premier Volume.

21 notes
123 lecteurs

Le second volume de l'anthologie de Jane Austen, présentant les titres suivants :

Northanger Abbey

Mansfield Park

Persuasion

Les Watson

Sanditon

Ces oeuvres, moins connues du public, et pour certaines inachevées suite au décés de l'auteur, sont tout aussi riches que ses oeuvres les plus connus. L'amour, la condition féminine du XIXè siècle, les barrières de la société, la liberté de chacune des héroïnes ont marqué la littérature internationale.

5 notes
30 lecteurs

Les Juvenilia regroupent des textes composés lorsque Jane Austen était encore adolescente. Certains, comme Catherine, préfigurent les romans de la maturité, tandis que d'autres, à l'image d'Histoire d'Angleterre, laissent surtout s'exprimer librement un goût de la dérision, de la parodie et même de l'absurde. A la lecture des Juvenilia, l'on s'étonne du sens de l'humour et de la lucidité de cette si jeune fille. Ces œuvres, moins connues et plus spontanées, permettent de mieux saisir les qualités d'un écrivain subtil et secret.

109 notes
413 lecteurs

Lady Susan est veuve. Afin d’assurer son avenir, elle voudrait marier sa fille de seize ans à Sir James Martin, un homme riche et stupide. Mais à trente-cinq ans, Susan, brillante manipulatrice, est également une très jolie femme qui en paraît dix de moins. Pourquoi ne pas se chercher, elle aussi, un deuxième époux ? Et les prétendants ne manquent pas. Car Susan s’est forgé une réputation de séductrice sans vergogne, n’hésitant pas à entretenir une relation avec un homme marié tout en courtisant d’autres hommes, plus jeunes qu’elle…

4 notes
13 lecteurs

Lady Susan est resté inédit du vivant de Jane Austen. L’intrigue est entièrement bâtie autour de lettres échangées entre les différents protagonistes:Susan,ravissante veuve d'environ 35 ans,en est le personnage central.Ses agissements volages engendrent bien des critiques.Cette femme spirituelle et sans le sou s'est en effet installée chez son beau-frère,un riche banquier.Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage,ou simplement une coquette qui veut s'amuser? Le jeune Réginald risque de payer cher la réponse à cette question..

Ce texte est suivi de deux fragments inachevés rédigés,l'un au milieu de sa vie,et l'autre juste avant sa mort.Au delà de leur intérêt documentaire,ils valent par la qualité littéraire et le plaisir de lecture qu'ils procurent.

1 notes
3 lecteurs

Catherine Morland est l'héroïne de Northanger Abbaye et fille de révérend. C'est la quatrième d'une famille de dix enfants, composée de trois filles (dont elle est l'aînée) et de sept garçons.

Après une enfance où elle apparaît comme un garçon manqué maladroit - comportement excusable vu le nombre considérable de ses frères - Catherine Morland, est devenue, entre 15 et 17 ans, « presque jolie », et son amour de la boue a fait place à une inclination pour les beaux atours. Elle est désormais prête à devenir l'héroïne du roman. Derrière la jeune fille naïve, ignorante du monde, mais à l'imagination débordante, Catherine Morland cache en effet une âme sincère et sans arrière-pensée, qui va la guider à travers les embûches du monde extérieur qu'elle va devoir affronter.

5 notes
15 lecteurs

Florilège de mots d'esprit de Jane Austen sur la vie (amour, mariage, famille, amis, mondanités, modes, lecture, etc.), tirés de ses romans et de sa correspondance avec sa soeur.

4 notes
11 lecteurs

Emma Watson retourne vivre parmi les siens dans le Surrey après plusieurs années passées chez une tante fortunée.

Rédigée en 1804, cette nouvelle rassemble tous les thèmes qui feront le succès de Jane Austen.

2 lecteurs
139 notes
659 lecteurs

Fanny Price souffre d'une disgrâce majeure – Jane Austen l'annonce d'emblée – elle est pauvre. Elle n'est en outre ni jolie ni brillante, mais timide et effacée. Recueillie par charité à Mansfield Park, la splendide demeure de sir Thomas Bertram, Fanny y est négligée, voire maltraitée. Mais elle va effectuer une ascension inattendue. Et cette évolution semble reposer sur ses seuls mérites, sa rigueur, son jugement infaillible, son indépendance d'esprit.

On a dit que ce roman était l'une des œuvres majeures de la littérature occidentale, l'une des premières à se pencher sur la personnalité au sens moderne du terme. Jane Austen y excelle à confronter diverses sphères sociales, à peindre des personnages dont les qualités ne sont qu'un vernis, tandis que Fanny, sa discrète héroïne, observe, résiste et ne transige pas.

1 notes
4 lecteurs

NouTrois soeurs , Lady Bertram, Mrs Norris et Mrs Price ont épousé la première un Lord, la deuxième un révérend, la troisième un lieutenant de marine sans éducation. Mrs Norris qui n'a pas d'enfant et se croit charitable, fait venir de Portsmouth, sa nièce défavorisée Fanny Price âgée de dix ans pour l'élever à Mansfield Park, propriété familiale commune. Mais alors que Mrs Norris avait indiqué qu'elle était prête à héberger la jeune Fanny, celle-ci devra finalement habiter chez les Bertram, et à leurs frais, Mrs Norris étant trop pingre pour la prendre elle-même en charge.

Arrachée à ses parents, à ses sœurs, et surtout à William, son frère complice, Fanny leur écrit régulièrement pour raconter sa vie à Mansfield Park .

Pauvre, mal habillée, devant supporter frustration et petites vexations, Fanny est mal à l'aise dans cette nouvelle demeure. Dans ce monde qui n'est pas le sien, elle est tolérée davantage qu'aimée. Timide et honnête , elle accepte sans sourciller toutes les tâches ménagères qu'on lui demande. Mais elle a la chance de trouver en son cousin, Edmond, un allié et un confident. Une tendre complicité les unit, et si Fanny pressent qu'elle est amoureuse de son cousin, elle se garde bien de lui avouer.

Quelques années plus tard, au presbytère des Grant, autres résidents de Mansfield Park, arrivent de Londres, Mary Crawford et son frère Henry. Tout se complique alors. Edmond qui souhaite devenir pasteur s'éprend de Mary , mais cette jeune femme un peu frivole va-t-elle vouloir d'un ecclésiastique pour époux ? Henry, redoutable séducteur, parvient très rapidement à charmer les deux filles de Sir Thomas Bertram. Mais alors que ces dernières commencent à se jalouser, le beau séducteur s'éclipse. Lorsqu'il revient quelques mois après, à Mansfield Park, après que les deux sœurs , dépités, aient décidé, l'une de se marier, l'autre de s'émanciper à Londres, Henry fait une cour assidue à Fanny.

elle Description

1 notes
3 lecteurs
190 notes
817 lecteurs

Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu.

Mais si cette jeune Bovary délicatement british n'a rien d'une héroïne, c'est que Jane Austen s'amuse !

Et nous emporte, d'une plume malicieuse, d'un bout à l'autre du plus moderne des romans austeniens.

1 notes
7 lecteurs

Six romans ont suffi à faire de Jane Austen l’un des plus grands écrivains britanniques. Face aux débordements sentimentaux ou à la noirceur gothique des auteurs de son temps, Austen se veut l’écrivain de la raison. Dans son monde, les jeunes filles doivent apprendre à diriger leurs sentiments pour atteindre au bonheur rêvé. Mais ses romans ne sont pas des contes de fées déguisés où l’héroïne finit par épouser le parfait gentleman. Les subtiles métamorphoses psychologiques subies par les protagonistes passent après la joie que procure l’ironie dont Austen fait preuve à l’égard de ses créatures. Douée d’un génie comique certain, celle « qui écrit en cachette derrière une porte grinçante » est, selon Virginia Woolf, l’« un des auteurs les plus constamment satiriques » de son époque.

1 936 notes
7 836 lecteurs

Élisabeth Bennet a quatre sœurs et une mère qui ne songe qu'à les marier. Quand parvient la nouvelle de l'installation à Netherfield, le domaine voisin, de Mr Bingley, célibataire et beau parti, toutes les dames des alentours sont en émoi, d'autant plus qu'il est accompagné de son ami Mr Darcy, un jeune et riche aristocrate. Les préparatifs du prochain bal occupent tous les esprits...

Jane Austen peint avec ce qu'il faut d'ironie les turbulences du cœur des jeunes filles et, aujourd'hui comme hier, on s'indigne avec l'orgueilleuse Élisabeth, puis on ouvre les yeux sur les voies détournées qu'emprunte l'amour...

27 notes
120 lecteurs

Lu et adoré par des millions de lecteurs à travers le monde, Orgueil et préjugés vit une nouvelle jeunesse dans cette adaptation audacieuse et fidèle en manga. Tout l’humour, la passion et le romantisme de l’œuvre originale de Jane Austen apparaissent sous un jour nouveau tout en mettant en lumière l’esprit s’honore de cette œuvre victorienne. Un titre incontournable pour toute une génération de nouveaux lecteurs!

114 notes
397 lecteurs

L'Angleterre subit une terrible épidémie : des morts-vivants envahissent villes et campagnes et contaminent la population.

Dans la famille Bennett, on est bien entrainés. Les arts martiaux n'ont plus de secrets pour les cinq filles et, même à l'heure du thé, elles ne se séparent jamais de leur dague !

Pas facile de trouver un mari à la hauteur. Elizabeth a d'ailleurs bien envie d'égorger cet orgueilleux Darcy qui la snobe, mais l'irruption des « innommables » dans la salle de bal change ses plans...

Source : Edition Pocket 2014

10 notes
36 lecteurs

En Angleterre, dans la société provinciale guindée, fière de ses privilèges et de son rang social, Mrs. Bennett, mère de cinq filles, veut à tout prix les marier... Elle n'hésite pas à faire la cour à son nouveau voisin, Mr. Bingley, jeune homme riche qu'elle aurait aimé donner comme époux à sa fille aînée Jane. S'ébauche une idylle entre Jane et Mr. Bingley, qui pourrait bien aboutir à un mariage. Elisabeth, soeur cadette de Jane, se réjouit de cet amour naissant. Mais c'est sans compter le dédain et la méfiance de l'ami intime de Bingley, Mr. Darcy qui, n'appréciant pas les manières de Mrs. Bennett et de ses filles, empêche Bingley de se prononcer. Elisabeth de tempérament fort et franc, consciente de la valeur et du mérite de son milieu, affronte Mr. Darcy...

3 notes
11 lecteurs

«- Elle est passable, mais pas assez plaisante pour me décider à l'inviter !

Du reste, je ne me sens pas d'humeur à m'occuper des demoiselles qui font tapisserie

- Elizabeth ! Que faites-vous avec votre poignard ?

- Je vais égorger Mr Darcy. Avez-vous entendu ce qu'il a dit ?

Le code du guerrier exige que je venge mon honneur.»

ORGUEIL & PRÉJUGÉS ET ZOMBIES, OU LE SURGISSEMENT DE L'HORREUR LA PLUS TRASH DANS UNE HISTOIRE SENTIMENTALE CULTE.

En attendant son adaptation au cinéma, le pastiche sanglant du classique de Jane Austen devient une bande dessinée. Trash et drôle.

Orgueil et préjugés et zombies ou comment revisiter un classique littéraire aux couleurs de la culture populaire... Orgueil et préjugés, c'est le célèbre roman de Jane Austen bien sûr, référence majeure des lettres anglo-saxonnes. Sur la trame du roman, qui dépeint les stratégies sentimentales et matrimoniales des familles bourgeoises anglaises au XIXe siècle, un écrivain américain d'aujourd'hui, Seth Grahame-Smith, a développé scènes et personnages trash, puisant dans la riche imagerie des histoires de zombies. Bien vu : ce délirant remake (traduit en français chez Flammarion) est aussitôt devenu un best-seller, au point de susciter à son tour un projet d'adaptation au cinéma (avec Natalie Portman) et une bande dessinée, que voici.

Séduction et hémoglobine, carnages et bonnes manières dans l'Angleterre rurale d'autrefois : ça promet !

257 notes
1 034 lecteurs

Voyant leur fortune baisser peu à peu, la famille Elliot, dirigée par le baronnet Sir Walter et sa fille aînée, Elizabeth, est obligée de louer leur résidence principale, ne pouvant plus assurer leur train de vie là-bas. La famille décide donc de partir à Bath, où ils trouveront une résidence de leur rang avec un train de vie plus modeste.

Tenue à l’écart du déménagement, Anne, se réfugie chez sa soeur Mary, mariée depuis peu et déjà mère de deux garçons. Là-bas, la jeune femme rencontre Frederick Wentworth, son amour de jeunesse repoussé froidement pas son père. Devenu capitaine dans la marine anglaise, celui-ci l’évite et l’ignore totalement. Acceptant le fait de n’être plus aimée, Anne se demande alors sur quelles filles des Musgroves va se porter le choix du capitaine. Mais elle risque d’être surprise, car les apparences sont trompeuses...

358 notes
1 801 lecteurs

Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l'hypocrisie feutrée. L'aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s'éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments. Jusqu'au jour où Willoughby disparaît... Publié en 1811, Raison et sentiments est considéré comme le premier grand roman anglais du XIXe siècle.

4 notes
9 lecteurs

Marianne et Elinor Dashwood sont des soeurs très différentes : l’une est impulsive tandis que l’autre est très méfiante. Pourtant elles doivent toutes deux faire face à la mort de leur père et à ses conséquences. L’attachement d’Elinor pour le timide Edward Ferrars se voit détruit par l’opposition familiale de celui-ci tandis que la romance entre Marianne et le beau John Willoughby se termine en trahison et en humiliation publique... Les deux soeurs arriveront-elles à trouver le bonheur et à surmonter ces épreuves que la vie leur impose ?

3 notes
27 lecteurs

Raison et sentiments suivi de Persuasion

Jane Austen

Bien avant que Bridget Jones écrive son journal ou que le diable décide de s'habiller en Prada, un écrivain a su conter avec finesse, humour et une incroyable modernité les affres de la passion, les délices de l'incertitude et des premiers émois du cœur. Jane Austen nous raconte ces jeunes femmes du XIXe siècle prisonnières des conventions mais éprises de liberté. Ces deux romans savoureux nous en persuadent avec raison... et sentiments.

Jane Austen est née le 16 décembre 1775 en Angleterre. Fille de pasteur, benjamine de cinq enfants, elle lit beaucoup dans son enfance et commence très vite à écrire. Ses premiers textes sont des parodies des romans sentimentaux à la mode. En 1795, elle rédige le premier jet de ce qui deviendra Raison et Sentiments, version travaillée de ses écrits d'adolescence, qu'elle fait publier en 1811. Cinq autres romans suivent :

Lady Susan

Orgueil et préjugés

Northanger Abbey

Mansfield Park

Emma

Persuasion

31 notes
111 lecteurs

En ce début du XIXe siècle où la bonne société anglaise découvre les bienfaits des bains de mer, les Parker se sont mis en tête de faire de la paisible bourgade de Sanditon une station balnéaire à la mode. Invitée dans leur magnifique villa, la jeune Charlotte Heywood va découvrir un monde où, en dépit des apparences « très comme il faut », se déchaînent les intrigues et les passions. Autour de la tyrannique lady Denham et de sa pupille Clara gravitent les demoiselles Beaufort, le ténébreux Henry Brudenall et l'étincelant Sidney Parker, peut-être le véritable meneur de jeu d'une folle ronde des sentiments. Observatrice avisée, Charlotte saura-t-elle demeurer spectatrice ? Le cœur ne va-t-il pas bouleverser les plans de la raison ? À sa mort en 1817, Jane Austen laissait cette œuvre inachevée. Une romancière d'aujourd'hui a relevé le défi de lui donner un prolongement. Un exercice mené à bien dans la plus remarquable fidélité, avec autant de tact que de brio.

1 lecteurs

The Juvenilia and Shorter Works of Jane Austen

With an Introduction by Kathryn White

The History of England is illustrated by Cassandra Austen.

This rare collection is a must for all Jane-ites. It represents what Richard Church regarded as Jane Austen’s literary work-basket, and contains some Austen’s earliest work – her hilarious brief History of England, illustrated by her favourite sister, which is a worthy forerunner of 1066 & All That, to the unfinished Sanditon, the novel of her maturity on which she was working at her death aged 42. Also included are the two epistolary novels, Lady Susan and Love and Freindship (sic), The Watsons, Catharine, Lesley Castle, Evelyn, Frederic and Elfrida, Jack and Alice, Edgar and Emma, Henry and Eliza and The Three Sisters.

1 notes
2 lecteurs

n a publishing career that spanned less than a decade, Jane Austen revolutionized the literary romance, using it as a stage from which to address issues of gender politics and class-consciousness rarely expressed in her day. The novels included in this beautiful leatherbound collection - 'Sense and Sensibility', 'Pride and Prejudice', 'Mansfield Park', 'Emma', 'Northanger Abbey', 'Persuasion' and 'Lady Susan' - represent all of Austen's mature work as a novelist and provide the reader with an introduction to the world she and her memorable characters inhabited. 'Jane Austen: Seven Novels' is part of Barnes & Noble's series of quality leatherbound volumes. Each title in the series presents a classic work in an attractively designed edition bound in genuine bonded leather with distinctive gilt edging and a silk-ribbon bookmark. This edition also features a redesigned cover. The 'Barnes & Noble Leatherbound Classics' make elegant additions to any home library.

1 lecteurs

A selection of Austen's dark and hilarious early writings - featuring murder, drunkenness, perjury, theft, poisoning, women breaking out of prison, men forging wills and babies biting off their mothers' fingers...