Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
718 622
Membres
1 032 878

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Livres - Bibliographie

Jean Bruce


Ajouter un livre manquant

Tous les livres de Jean Bruce

Un voile rouge obscurcit la vue de Ben. Il se rua sur la fille, mais ses jambes molles le trahirent, et il tomba brutalement sur les pavés mal joints. Son visage plongea dans une flaque d'eau stagnante. Il roula sur le dos, étouffant sa haine.

Isa était déjà loin. Ben se boucha les oreilles pour ne plus entendre son rire cruel qui lui fouaillait la chair comme une lame de poignard…

Dans le Hambourg des lieux de plaisir, avec ses ruelles à filles, un agent secret est traqué par tous les services de renseignements qu'il a, tour à tour, servis et trahis.

L'homme connaît son destin et veut finir en beauté, entraînant des innocents dans sa fin tragique.

Pour l'empêcher de réaliser son dernier plan, Hubert Bonisseur de la Bath va prendre la place de cet homme condamné.

« Un réseau détruit à Buenos Aires, un autre est remis en place aussitôt. Au total, dit M. Smith au colonel Hubert Bonisseur de la Bath, deux réseaux entièrement liquidés en quatre mois. II faudrait savoir pourquoi les gens du "Centre" se sont énervés de cette façon... »

C'est probablement pour mieux camoufler quelque chose, se dit Hubert, qui va dans cette mission rencontrer un curé contestataire.

Ils ne seront pas trop pour faire échec à Conchita et Pepita, deux phénomènes à qui ces prénoms féminins conviennent très bien, deux tueurs qui se tiennent toujours par la main...

Kidnappé, Hubert Bonisseur de la Bath doit supporter le supplice de la goutte d'eau... vrai supplice chinois. Puis, sans doute par contraste, on l'oblige à devenir l'amant de sa voisine de chambre, la très belle frau Vera Mariazell.

Et Hubert en profite pour joindre l'utile à l'agréable...

Des bobines volées intéressent beaucoup de gens et de services. Cela se traduit par des enlèvements, des assassinats, des interrogatoires épuisants…

OSS 117 est sauve, in extremis, par une "araignée"...

Tant que l'équilibre des forces est maintenu, la paix l'est aussi, affirme Hubert Bonnisseur de la Bath. II est bon que les secrets de l'un et de l'autre ne restent pas trop longtemps secrets...

Et c'est justement pour qu'OSS 117 puisse se procurer des secrets farouchement gardés qu'un sous- marin américain le dépose sur la mer d'Okhotsk tout près de l'île de Sakhaline, qu'Hubert devra atteindre à la nage, le corps enduit de graisse.

Mission très dangereuse dès le premier pas, la police soviétique ayant mis la main sur ses vêtements...

Hubert Bonisseur de la Bath représente une grande banque américaine pour négocier avec les gens du « milieu » des documents secrets qui ont disparu lors d'un hold-up à Paris.

Il faut, à tout prix, retrouver ces documents avant qu'ils ne tombent entre les mains de gens qui en feraient un usage contraire aux intérêts de la C.I.A.

OSS. 117 passe des bras de femmes du monde qui se conduisent comme des filles de joie, dans ceux de prostituées qui se conduisent comme des femmes du monde.

Les deux hommes traversèrent la chaussée et disparurent de l'autre côté, dans l'ombre épaisse des grands arbres plan-tés sur le trottoir. Il n'y avait plus qu'à attendre Leïla.

Elle arriva quelques minutes plus tard, à pied, et traversa la rue sous un lampadaire, ainsi que Hubert le lui avait de-mandé.

Le moment était venu de passer à l'action.

En se faisant passer pour un journaliste polonais, OSS 117 réussit à faire partie des quelques journalistes des pays de l'est autorisés à assister à des essais nucléaires soviétiques à Tiksi dans le nord de la Sibérie...

Source : turrier.fr

L'ingénieur se trouva sur la plate-forme exiguë encombrée d'appareils étranges, à trois cents mètres au-dessus du sol.

Très loin, en bas, s'étalait la vaste cité polaire illuminée. Une grande ville était sortie des glaces, à grands renforts de technique et d'audace. Une ville militaire de sept mille hommes, tous volontaires.

La pendule d'un baromètre enregistreur lui indiqua qu'il était là depuis près de dix minutes.

Plié en deux pour résister aux terribles rafales de vent qui secouaient la tour, il ouvrit la boîte du téléphone fixée à un pilier, tourna la manivelle et attendit.

Un coup de vent d'une brutalité extraordinaire arracha la ,porte de la boîte du téléphone et jeta l'ingénieur contre le pilier. Il jura, raccrocha où il put, s'aperçut que, se lampe avait été emportée...

Cette fois, ça y était. Et bien...

II lança un coup d'oeil vers l'anémomètre en folie et imagina la course rapide de l'aiguille sur le cadran de l'enregistreur, en bas, dans la baraque. 120... 130... 140... 150...

- Placé dans des circonstances inhabituelles, Hubert Bonisseur de la Bath se trouve embarqué dans la même galère que ses ennemis des services spéciaux adverses.

Pendant un certain temps, il va falloir combattre ensemble les entreprises criminelles d'une bande de fanatiques ayant perdu toute mesure.

OSS 117 est sans illusions. Il va devoir se garder de ses alliés aussi bien que de ses ennemis.

Il sait aussi combien sont minces les chances de sauver Lila, la jeune Hindoue sans défense, si belle, si émouvante et si tendre...

Ils prirent pied sur l'étroit chemin qui longeait la digue. L'eau glacée clapotait immédiatement en dessous.

Nouvelle pause d'observation. Rien. Tout de même, Hubert sortit son 22 de sa poche et fit glisser une balle dans le canon. Puis il souffla à Muriel :

- Tiens-moi par mon manteau et ne fais pas l'idiote. On y va.

Elle le saisit par un pli de son duffle-coat et lui emboîta le pas. Ils arrivèrent à hauteur de la péniche qui se trouvait toujours dans la position où ils l'avaient laissée, avec une gîte et la proue touchant presque la digue. Ils montèrent à bord.

L'action se passe au début des années 1950 en Suède, à Stockholm. OSS 117 a pour mission de détruire l'agence d'espionnage soviétique basée à Stockholm qui est active dans toute l'Europe du Nord...

Source : turrier.fr

Théodor reprit possession de la grosse clé anglaise et, avan çant sur les genoux, laissant un sillage de sang qui pissait de son nez écrasé, il vint au-dessus de Walter. Les mâchoire d'acier dirigées vers le bas, il cogna une fois, deux fois, trois fois...

Lorsqu'il s'arrêta, épuisé, la tête de Walter Cramer n'était plus qu'un magma de sang, de cervelle et d'os broyés...

Du lest à l'est :

Théodor reprit possession de la grosse clé anglaise et, avan çant sur les genoux, laissant un sillage de sang qui pissait de son nez écrasé, il vint au-dessus de Walter. Les mâchoire d'acier dirigées vers le bas, il cogna une fois, deux fois, trois fois...

Lorsqu'il s'arrêta, épuisé, la tête de Walter Cramer n'était plus qu'un magma de sang, de cervelle et d'os broyés...

_______________________________________________________

OSS 117 à l'école :

- Eh bien, dit-il doucement, j'ai l'impression que vous avez gagné le gros lot. Descendre un G'man, ce n'est pas à la portée de tout le monde !

Accroché au bureau comme à une bouée de sauvetage, Raymaker en oubliait ses douleurs physiques.

- Un G'man ? répéta-t-il.

Sur un ton de totale incrédulité.

- Aucun doute là-dessus, mon vieux.

- Et... il est mort ?

- Aucun doute là-dessus non plus.

- Seigneur! gémit Raymaker.

Pour avoir accepté de secourir un ami, Hubert Bonisseur de la Bath se trouve en plein mystère.

Deux kriss malais s'entrechoquent dans un meuble fermé, une forme humaine phosphorescente apparaît à la lisière de la foré, deux enfants disparaissent comme par enchantement.

Se croyant revenu à l'époque des sorciers, un instant désarçonné, Hubert reprend vite le dessus et avec son implacable logique confond l'assassin. Seul un cerveau moderne, rompu aux expériences physiques, avait pu exploiter des croyances anciennes...

La série met en scène les aventures de l'agent secret Hubert Bonisseur de La Bath, connu sous le matricule OSS 117, qui donne son nom à la série. C'est un espion américain travaillant tout d'abord pour l’Office of Strategic Services (OSS), service de renseignements américain, puis pour la Central Intelligence Agency, qui remplace l'OSS en 1947.

Source : Wikipédia.org

Hubert Bonisseur de la Bath plonge, la tête la première.

L'instant d'après, il se balance mollement dans la nuit, au bout d'un parachute, au milieu de flocons de neige qui ont l'air de mont du sol, parce qu'il' descend plus vite qu'eux.

C'est ainsi que OSS 117 va prendre contact sur le sol polonais qu'il ne quittera qu'après avoir rempli sa mission.

Encore en pleine tempête, mais cette fois, à pied...

Un homme s'échappe d'un cargo amarré à quai à New York. Peu après, il est assassiné sous les yeux d'un agent du F.B.I., mais il a eu le temps de lui transmettre un renseignement incroyable. Une formidable course contre la montre s'engage, et Hubert Bonisseur de la Bath aura besoin de toute son audace et de sa folle témérité pour déjouer les plans de ceux qui vont essayer de rayer la ville de New York de la carte du monde.

Le taxi fut alors immobilisé par un feu rouge, au coin de la Sixième Avenue. Hans baissa le couvercle de la mallette. Il avait l'impression que tous les passants l'observaient avec réprobation, tous informés de ce qu'il était en train de faire...

Son coeur se mit à battre follement. C'était rédigé en russe, marqué «TRES SECRET», et cela portait la marque du ministère des Affaires étrangères de l'U.R.S.S.

Il fit un pas sur la plage.

Devant lui, la mer se perdait dans des lointains un peu flous, presque bruineux. Ce matin-là, il se sentit enfin profondément heureux.

Quelle bonne idée il avait eue de choisir un Eldorador, à Hammamet. Il se rappela ceux d'Agadir et de Cala d'Or à Majorque. La même ambiance joyeuse et bon enfant, la même qua-lité de vie.

Décidément, pour 2 300 francs, Jet Tours avait bien fait les choses.

Au même moment, il sentit le sable bouger près de lui. Il tourna son regard et sourit. Ingrid l'avait rejoint.

L'action se passe en Russie, notamment à Moscou, à la fin des années 1950. Un savant russe entretient une liaison avec l'épouse d'un attaché militaire de l'ambassade des USA à Moscou. OSS 117 a pour mission de tirer partie de cette situation pour obtenir des informations secrètes...

Source : turrier.fr

En envoyant OSS 117 dans la base de Holy-Loch abritant les sous-marins atomiques, les services secrets ont voulu prévenir des fuites probables.

Ils ne se doutaient pas que c'était déjà chose faite ni de l'importance des sabotages prévus.

Hubert Bonisseur de la Bath joue merveilleusement son rôle d'ingénieur-inventeur, mal-heureusement marié, père de famille, ayant des convictions religieuses, etc. Une proie facile à faire chanter pour le réseau soviétique en place.

Enlevé sur un chalutier « espion » en pleine tempête, il trouve le moyen de se sortir de là grâce à un sous-marin atomique, avec en prime les chefs des réseaux adverses.

Elle se lança en courant a l'assaut de la colline, mais il lui fallut du temps pour atteindre le sommet, le sable cédant sous ses pieds. Elle arriva en haut essoufflée, fit encore quelques pas et aperçut la voituré.

- Elliott ! Ne fais pas l'idiot!

Elle se précipita, fit le tour de la Ford, regarda dedans, puis à l'intérieur du coffre, puis sous la voiture. Aucune trace d'Elliott. C'était incompréhensible et cela ne lui ressemblait pas. II n'avait pas l'habitude de faire des blagues de ce genre et n'avait jamais essayé de l'effrayer, depuis qu'ils étaient mariés.

Elle se mit à appeler désespérément, regardant de tous côtés

— Elliott ! Elliott ! ...Volatilisé.

L'action a lieu aux Etats Unis, à New York, au début des années 1950. Robert Lowel, un industriel, demande à Peter Larne de mener une enquête afin de retrouver un collier de valeur qui lui a été dérobé dans le coffre-fort de sa résidence secondaire. Au départ cette enquête semble banale mais les imprévus, les assassinats, les tentatives d'assassinats et les morts ne tardent pas à se succéder...

Source : turrier.fr

Grand, un mètre quatre-vingt-cinq au moins, épaules larges, solidement charpenté, mains nerveuses, visage sec d'aventurier, regard bleu de glace, nez mince, lèvres sensuelles, menton carré, oreilles petites et plaquées, cheveux châtains coupés très court, vêtu avec élégance d'un complet de tweed de bon faiseur, cravate discrète. Gestes mesurés, l'air parfaitement sûr de soi, sans forfanterie. Un type redoutable, sans aucun doute...

— Mister Bonisseur de la Bath, Hubert pour les intimes...

... Ma dernière aventure ayant failli se terminer très mal, il était devenu nécessaire pour moi, non seulement de changer de visage, mais aussi d'empreintes digitales. L'opération n'a laissé aucune trace. Si bien que nos adversaires habituels qui me croient mort n'auront aucun moyen de découvrir qu'il n'en est rien..

L'action se passe à Naples au début des années 1950. Charles Baron découvre deux couples assassinés sur un bateau. Il découvre en même temps une fortune en billets de banques, dans le coffre fort laissé ouvert, ainsi qu'un contrat de vente du bateau signé par les vendeurs mais sur lequel n'apparaissent ni le nom ni la signature de l'acheteur. Peu scrupuleux, Charles Baron image un scénario en vue de tirer profit de cette situation et de s'enrichir facilement. Cependant l'affaire se révèle très vite bien plus mystérieuse et complexe que prévu. Les assassinats se succèdent et Charles Baron se trouve rapidement en grand danger...

Source : turrier.fr

Hubert Bonisseur de la Bath réussit à ramener lors d'un voyage en Russie, un document prouvant que des plans provenant d'un laboratoire américain ont été transmis aux Russes.

Mais les choses se gâtent à son retour en France et ce n'est qu'aux Etats-Unis, après avoir été la victime d'une tentative d'empoisonnement, qu'OSS 117 réussira à démasquer le coupable.

L'action se passe au milieu des années 1950 au Vénézuela à Caracas et à Paris. Une française trompée puis emprisonnée par un réseau de prostitution parvient à s’échapper et décide de se venger...

Source : turrier.fr

En Birmanie, à Rangoon, dans le coffre-fort d'une ambassade, se trouve enfermé le dossier « Puppet ».

Connaître son contenu s'avère tellement important que la C.I.A. ne recule devant rien pour la réussite de cette opération.

Pour accompagner OSS 117, on fera sortir de prison le plus grand spécialiste de l'ouverture de coffres-forts. A partir de là, les pires ennuis commencent pour Hubert Bonisseur de la Bath, avec cet homme fourbe, rusé et bête... qui ne pense qu'aux femmes et à l'argent au détriment de la mission.

Surpris par des policiers et par le mari d'une belle Polonaise dans une situation qui ne laisse aucun doute sur leurs relations, Christopher Pike, attaché à l'ambassade des Etats-Unis à Varsovie, est obligé de blesser l'époux jaloux.

Conduit au siège de la police, on lui met le marché en main : jugement sommaire et exécution ou trahison.

Christopher Pike choisit de vivre et de trahir.

Mais Christopher Pike n'est autre qu'Hubert Bonisseur de la Bath chargé précisément de démasquer un traître à l'ambassade américaine.

II va avoir fort à faire pour ne pas éveiller les soupçons d'Anthon, le chef de la police polonaise qui croit le manipuler.

L'action a lieu aux Etats Unis, à Los Angeles, au début des années 1950. Peter Larne et son collaborateur James Arnacle sont chargés d'enquêter, suite au décès de Ethel Sanford et de son amant Fred Nicoll retrouvés morts dans leur lit dans des circonstances étranges. Au cours de leur enquête, le suspens va sans cesse augmenter et les deux détectives vont aller de surprise en surprise...

Source : turrier.fr

Dès qu'on eut exposé à Hubert Bonisseur de la Bath l'objet de sa mission, ses cheveux se dressèrent sur sa tête.

C'était proprement incroyable. Le monde devenait fou...

Sans aide, si ce n'est l'appui d'amateurs, des femmes surtout, traqué de tous côtés, au Japon dont il ne comprend pas la langue, Hubert échappe grâce à son entraînement supérieur et à son sang-froid, à une impressionnante série d'attentats.

Un ingénieur allemand, Stefan Menzel, débarque à Trieste pour y rencontrer un agent de la C.I.A.

Trop tard, celui-ci a été assassiné.

Un journaliste italien, Arthur Lamm, essaie de prendre contact avec Menzel.

Mais il est enlevé.

Menzel se réfugie auprès de la soeur infirme de Lamm, la splendide, la resplendissante Esther à la voix extraordinaire.

Hubert Bonisseur de la Bath, envoyé par M. Smith, va devoir faire preuve de toute la ruse dont il est capable pour franchir le filet qui se resserre autour du savant qu'il doit ramener coûte que coûte aux Etats-Unis.

Hubert Bonisseur de la Bath, ayant quitté la C.I.A. depuis plusieurs mois, se trouve à Trieste en touriste...

II aura fallu qu'il rencontre au cours d'une bagarre la belle, la voluptueuse Olivia pour qu'il reprenne le collier à la satisfaction du Big Boss qui le faisait rechercher dans toutes les capitales.

Beaucoup de bagarres avant de trouver le microfilm soi-disant caché dans la " cantine à Flora " et puis de l'amour et cette énigmatique Olivia qui avait décidé de se marier avec lui... C'en était trop. Hubert a foncé.

OSS 117 a du fil à retordre ! La nouvelle mission confiée à Hubert Bonisseur de la Bath ne s'annonce pas de tout repos. Il doit partir à la recherche de sa "tante", Mary MacBean, disparue à Karachi avec des microphotographies qu'elle essayait de négocier. Par une chaleur écrasante, de ville en ville, l'agent se lance à sa poursuite. On ne lui facilite pas la tâche. Un serpent se glisse dans son lit, un camion tente de l'écraser, des policiers découvrent tout un arsenal dans sa valise. Pour OSS 117, ça se tend au Pakistan...

Il regarda le cadran lumineux de son chronomètre-bracelet. Minuit moins trois minutes. Cela faisait près d'un quart d'heure qu'il s'était relevé pour se mettre en observation à la fenêtre, toutes lumières éteintes.

Dehors, tout était tranquille, et personne, sans en être averti, n'aurait pu deviner ce qui se préparait. De gros nuages clairs couraient dans le ciel étoilé. Les rumeurs de la ville s'étaient assourdies. Quelques instants plus tôt, un gros avion était passé assez bas et l'homme avait suivi des yeux la fuite rapide des feux clignotants, vert, rouge et blanc.

Le premier des douze coups de minuit, sonnés d'une église proche, ébranla la nuit, lorsqu'une silhouette silencieuse et furtive traversa la chaussée en direction du portail.

Les luttes d'influence et les passions se déchaînent dans le monde arabe.

De Bagdad, la vieille cité des Mille et Une Nuits, à Téhéran, Hubert Bonisseur de la Bath suit la très belle et très mystérieuse Karomana Korti.

Karomana croit qu'Hubert est un pantin dont elle peut tirer les ficelles à son gré.

Grand bien lui fasse... Hubert en profitera jusqu'à l'explosion finale et Karomana Korti s'apercevra un peu tard qu'elle n'était qu'une marionnette entre les mains d'OSS 117.

En plein coeur du Nevada, sur un piton rocheux en forme de dent creuse, dans les montagnes à plus de deux mille mètres d'altitude, est installé un centre de recherches scientifiques, complètement isolé du monde extérieur.

Pourtant, les micro-films saisis par le F.B.I. proviennent bien de là.

Pendant que les « Fédéraux » mènent une poursuite de San Francisco à Las Vegas, Monsieur Smith envoie Hubert Bonisseur de la Bath résoudre le problème sur place, avec l'ordre de prendre le F.B.I. de vitesse.

Le 19 avril, le public français découvrira les nouvelles aventures du plus célèbre espion français dans une version moderne et d’autant plus attendue que la vedette en est le très populaire Jean Dujardin.

À cette occasion, voici, en un seul ouvrage, les deux livres qui ont inspiré le film.

OS 117 au Liban, où notre héros part à la recherche d’un certain Ferguson, qui fricote avec les dissidents arabes et se trouve aidé – malgré lui – par la trop belle et trop dévouée Rima, et

L’arsenal sautera, où des espions de tout bord se disputent un stock d’armes et où la nièce du Cheik enflamme les cœurs et les esprits.

L'action se passe à Hong Kong vers 1950. Dans le cadre d'une importante affaire de trafic d'arme, les chinois enlèvent un agent secret anglais et n'hésitent pas à éliminer les personnes susceptibles de contrarier leurs objectifs. OSS 117 mène l’enquête...

Source : turrier.fr

Se débarrasser de deux complices, le temps d'un essayage chez un tailleur à la mode, c'est ce qui s'appelle une réussite dans le milieu.

Pour Charles Baron, qui voit dans cette affaire le moyen d'escroquer les escrocs sans aucun souci de confraternité, ce sera l'occasion de montrer avec quelle maîtrise il dépouille quel-qu'un d'une fortune mal acquise.

De pigeons et de colombes, il fera « bonne mesure ».

Quand on découvre que la Thaïlande et son trop célèbre « Triangle d'Or » servent de base à une filière organisée par des Américains, tous anciens de la C.I.A., Washington prend le mors aux dents.

Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est aussitôt envoyé sur place pour y mettre bon ordre.

Un sacré choc l'attend à Bangkok…

L'action se passe au début des années 1950 en Yougoslavie, à Belgrade, à Dubrovnik et sur la cote adriatique. Six agents de la CIA ont eu successivement pour mission de s'introduire dans une cité secrète traitant de la cybernétique. Cette cité est située en Yougoslavie, au Montenegro, sur les pentes du Dormitor. Aucun de ces agents n'est revenu de cette mission ni a ensuite donné un quelconque signe de vie. OSS 117 prend la suite et mène l'enquète...

Source : turrier.fr

Pris de panique, il pivota sur ses talons et voulut se ruer vers la porte. Trop tard. Quelque chose le frappa violemment sur le côté droit de la tête. Une douleur atroce fulgura en lui. II hurla, se rejeta en arrière, fonça comme un fou dans le noir, heurta brutalement un mur, tomba sur les genoux en tournant sur lui-même, à demi assommé: Sa souffrance était insupportable. Il leva une main vers sa joue droite. Le sang, chaud et visqueux, coulait à flots. II en eut plein les doigts, sentit un filet tiède s'insinuer le long de son avant-bras, sous le poignet de sa chemise.

Puis, horrifié, il toucha son oreille qui pendait, ne tenant plus que par le lobe, tranchée net à partir du haut sur quatre cinquièmes de sa hauteur. Il hurla derechef, secouant sa main ensanglantée, malade de terreur…

Dans Macao, le triste « enfer du jeu », OSS 117 est à la recherche du commandant Arthur O'Brien, un collègue évadé de Chine et mystérieusement disparu avec sa compagne le jour même de son arrivée.

Après avoir consommé de la jolie Chinoise présentée sur des « menus » à Hong-Kong, c'est dans Kowloon City qu'Hubert Bonisseur de la Bath trouvera la clé du mystère.

Kowloon City, véritable cour des Miracles, refuge de toute la lie de la population, endroit unique au monde, n'ayant ni gouvernement ni police...

Deux agents disparaissent mystérieusement et sont retrouvés morts et... défigurés.

Hubert Bonisseur de la Bath est chargé de reconstituer le réseau sous la couverture d'un gros industriel sud-américain.

Immédiatement, trois femmes entrent dans le mouvement.

Mais OSS 117 reste vigilant et lorsqu'un des deux agents disparus réapparaît sous d'autres traits, il le démasque grâce à ses empreintes digitales. Mais lui-même tombe dans le même piège. Il ne possède pas non plus les empreintes du Sud-Américain dont il a pris la place et cela risque de lui coûter fort cher...

Quatre-vingts hommes, tous volontaires, sont installés sur une île flottante qui se balade parmi les banquises et les icebergs dans l'inquiétante nuit polaire.

L'île dérive lentement vers la côte soviétique.

Les sabotages se succèdent. La réserve d'eau, puis le système de chauffage sont mis hors de service. Et ce n'est qu'un début...

Hubert Bonisseur de la Bath arrivera-t-il à démasquer à temps le saboteur avant que celui-ci ne fasse sauter l'île flottante ?

Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, décide de prendre quelques jours de repos bien mérités à Tokyo, lorsqu'une histoire de chantage dont est l'objet l'une des secrétaires de l'antenne locale de la CIA éveille son intérêt. À plus d'un titre... L'idée de jouer le mari de la jeune dame n'est pas pour lui déplaire, mais un Nippon bien nippé va lui donner du fil à retordre.

L'action se passe au début des années 1950 aux Etats Unis, à New York, à Washington. Arthur Coate, Propriétaire d'une chaîne de magasins, demande à l'agence de détective "Bath Detective Agency" de mener une enquête pour retrouver sa fille Helen Coate qui a mystérieusement disparu. Peter Larne et ses adjoints mènent l’enquête...

Source : turrier.fr

Une silhouette apparut soudain dans le champ des projecteurs, courant vers la soucoupe. La silhouette vêtue d'une sorte de scaphandre - certainement un vêtement spécial anti-G rendu nécessaire par les prodigieuses accélérations de l'engin - disparut de l'autre côté du disque, et Hubert ne vit pas comment elle avait pu s'y introduire. Mais cela importait peu...

Quelqu'un était entré. On tourna la lampe pour éclairer la table. L'homme respira et se frotta doucement les yeux. Lorsqu'il les rouvrit, il vit sur le bureau un gros bloc de cire rose qui avait vaguement la forme d'un cou humain. Il y avait même l'esquisse du menton.

— Lève-toi... Il obéit.

- Donné tes mains. Il obéit encore. Un type en blouse blanche lui saisit les mains et les plaça autour du bloc de cire.

— Là, comme ça. Appuie, comme si tu voulais étrangler quelqu'un, mais pas trop fort...

L'homme eut un frémissement. Il avait compris. Il hésita un bref instant, puis fit ce qu'on lui demandait...

Le mystérieux sous-marin qui mobilisa pendant dix jours la flotte de guerre argentine dans le golfe de Nuevo, ne fut, parait-il, jamais identifié, Hubert, OSS 117, est chargé de tirer cette affaire au clair.

Des intrus venus d'une autre planète se sont installés dans un canyon de l'Arizona. Leur but est, la destruction des grandes puissances.

Les recommandations faites à Hubert Bonisseur de la Bath pour cette nouvelle mission ne sont pas superflues. C'est bien l'affaire la plus terrifiante qui soit jamais arrivée dans le monde.

Mais Américains et Russes vont se retrouver côte à côte pour lutter ensemble contre ce danger venu d'ailleurs.

Prévoyant qu'il serait obligé de jouer deux personnages différents, Hubert s'était composé deux physionomies distinctes. Harry Blarney, l'émissaire de Barri, portait une moustache blonde et dure taillée en brosse et des lunettes aux fines montures d'or. Hubert, OSS 117, serait glabre et sans lunettes. C'était la première fois que Hubert portait une moustache postiche et il devait convenir que l'accessoire qui lui avait été fourni par le spécialiste de la C.I.A. était en tout point parfait, tant par sa présentation et son fini impeccables, que par l'extraordinaire facilité de la pose et de l'enlèvement.

OSS 117 est chargé d'élucider le mystère qui recouvre le débarquement de grosses quantités de pétrole lampant en un endroit ignoré de tous.

Dans quel but, certaine compagnie exportatrice derrière laquelle se cache un personnage bien connu des services secrets, fait-elle ces opérations ?

Hubert Bonisseur de la Bath, fourvoyé dès le départ, s'en donne à coeur joie.

En même temps que se termine sa mission arrive l'ordre de mise en disponibilité...

Les erreurs se payent toujours...

Les aventures d’Hubert Bonisseur de la Bath

Un club de rencontres anglais qui fournit « en tout bien, tout honneur » des hôtesses à des hommes d'affaires étrangers pour leur extorquer des renseignements confidentiels. C'est vieux comme le monde mais cela fonctionne toujours, et Hubert Bonnisseur de la Bath, alias OSS 117, devra prêter main-forte à ce pauvre Arbuckle du MI5 pour que les espions de Portland soient mis hors d’état de nuire.

Et pour que, par la même occasion, soit sauvé l'un des meilleurs agents de Sa Très Gracieuse Majesté : une rousse flamboyante… et un tantinet ravageuse.

Dans un silence de fin du monde, une caravane est mystérieusement anéantie en quelques secondes.

Les renseignements que le chef du service-action de la C.I.A. reçoit au compte-gouttes sur cette étrange affaire l'obligent à envoyer son agent OSS 117 aux nouvelles.

Enlevé à Lhassa, au Tibet, Hubert Bonisseur de la Bath se retrouve dans une base soviétique aux projets terrifiants, où il a pour allié un Anglais, déguisé en moine tibétain.

A eux deux, ils vont essayer de conjurer le danger, et ce n'est qu'au terme d'une épuisante course contre la montre qu'Hubert pourra enfin envoyer son message victorieux : « OSS 117 appelle ».

La foire aux fourrures de Leningrad, sert de prétexte à Hubert Bonisseur de la Bath qui, sous la couverture d'un importateur de fourrures, va pouvoir prendre contact en toute sécurité avec un de leurs agents sur place.

Ce dernier commence par pousser OSS 117 dans les bras de Nina, jolie blonde au service du contre-espionnage russe.

Mais le « travail » d'Hubert est impossible à réaliser seul, et il devra jusqu'au bout se servir de l'homme dont il ne sait s'il est encore un des leurs...

Pour Hubert Bonisseur de la Bath, cette mission va revêtir un triple aspect. Les deux premiers sont liés.

Une petite boîte noire renfermant le code secret grâce auquel le président des Etats-Unis peut déclencher la guerre nucléaire a été perdu lors d'une catastrophe aérienne.

La personne l'ayant retrouvée veut négocier sa restitution. Refus de céder à un chantage... Résultat, sabotage d'un avion avec huit hommes à bord.

C'est payer trop cher, pense OSS 117, qui est pour la négociation qu'il va mener à bien après quoi ne fera que commencer un autre chantage, au sommet celui-là…

A Las Vegas, capitale du jeu aux Etats-Unis, on joue nuit et jour, mals pas seulement à la roulette ou aux machines à sous.

Une partie autrement sérieuse y est engagée...

Va-t-on continuer à laisser filer à l'étranger les résultats des expériences secrètes qui se déroulent dans le désert du Nevada ?

Hubert Bonisseur de la Bath, l'as de la C.I.A., y est envoyé avec mission de démasquer le traître.

Un as de plus à Las Vegas peut changer bien des choses...

Selon des informations de source sûre, un nouveau pro-cédé de transmission permettant aux sous-marins en plongée de correspondre normalement avec leur base à terre venait d'être inventé par un officier de la marine grecque.

L'arrivée de plusieurs agents spéciaux des pays de l'Est est signalée à Athènes. L'affaire devient grave quand disparaît l'inventeur.

La soeur de ce dernier, Ariane, donne bien du fil à retordre à Hubert Bonisseur de la Bath.

- Eh bien, dit-il doucement, j'ai l'impression que vous avez gagné le gros lot. Descendre un G'man, ce n'est pas à la portée de tout le monde !

Accroché au bureau comme à une bouée de sauvetage, Raymaker en oubliait ses douleurs physiques.

-Un G'man ? répéta-t-il.

Sur un ton de totale incrédulité.

-Aucun doute là-dessus, mon vieux.

- Et... il est mort ?

- Aucun doute là-dessus non plus.

- Seigneur! gémit Raymaker.

OSS 117 perSiSte et Signe!

La CIA est avertie que des documents ont été remis par un de ses agents à une jeune touriste française à Moscou. Or, Isabelle la bien nommée prétend qu’elle ne sait rien.

Le colonel Hubert Bonisseur de la Bath est persuadé que tout s’est passé à son insu. Dans la nuit d’Amsterdam, quelques voitures se retrouvent régulièrement dans le canal… entre autres, celles d’espions soviétiques lancés sur la même piste. OSS 117 va-t-il tomber la veste?

L'action se passe à Venise, au milieu des années 1950. OSS 117 a pour mission d'éliminer une comtesse, agent de la CIA à Venise, devenue dangereuse. La comtesse est très belle et des imprévus ne tardent pas à apparaître venant compliquer la mission...

Source : turrier.fr

Ayant reçu l'information que les Russes installaient en divers points du globe, des bases ultra-secrètes dans des grottes sous-marines, le chef du service action de la C.I.A. envoie son agent OSS 117, le colonel Hubert Bonisseur de la Bath, en Corse où vient de disparaître mystérieusement un des hommes-grenouilles le mieux entraîné.

Pour avoir dans le feu de l'action et au terme d'une mission éprouvante oublié que son Beretta ne contenait que huit balles au lieu des dix de son J.C. Higgins resté dans l'autre poche, Hubert a failli payer cette erreur de sa vie et aussi celle de la formidable Brigitta pour qui il éprouve une immense tendresse.

Le " Roseland " est une académie de danse où les hommes viennent se frotter aux filles.

L'une d'elles est dangereuse et expéditive, elle fait aussi le commerce de poudre de riz entre l'Europe et les Etats-Unis... on voit tout de suite ce que cela veut dire.

Peter Larne, de la Bath Agency, l'agence du célèbre Hubert Bonisseur de la Bath, a découvert le pot aux roses... mais c'est vrai qu'il ne faut pas jouer avec les filles...

H s'en apercevra trop tard.

Un cri atroce creva les oreilles de Patricia qui se dressa à demi, déchirée par une terrible angoisse. Puis, alors qu'elle se laissait retomber sur les coussins, cherchant son souffle qui lui échappait, elle entendit la voix de Hugh Crafty, déo formée par la douleur:

- Laissez-moi lui parler... Laissez-moi lui parler...

Il y eut un bref silence, puis la voix doucereuse d'Otto von Neuburg, presque triomphante, commanda

- Donnez-lui le micro.

Terrifiée, Patricia se contracta dans l'attente de ce qui allait venir.

Un numéro de strip-tease inédit remporte un énorme succès. Une femme, très belle, entièrement vêtue de velours et masquée d'un loup noir éteint d'un coup de feu une chandelle. Pendant les quelques secondes d'obscurité, elle perd une partie de ses vêtements.

Jusqu'au jour où un dernier coup de feu éclate...

Qui a tué Miss Panthère ?

Mais si sa mort est mystérieuse, elle ne l'est pas moins que sa vie...

Patrice lui saisit la main gauche, lui écarta l'auriculaire, l'examina un instant avec envie, puis sans prévenir le mordit et le sectionna net, d'un seul coup de dents: Jackson hurla. Lorsqu'il s'interrompit, le temps d'une seconde, pour remplir ses poumons, il entendit, horrifié, les os de son petit doigt craquer sous l'action des puissantes mâchoires du grand Baluba…

L'action se passe au milieu des années 1950, à Stalinabad au Tadjikistan. OSS 117 a pour mission de s'introduire au Tadjikistan et de récupérer une copie des plans d'une nouvelle fusée intercontinentale soviétique auprès d'un savant russe d'origine italienne acquis à la cause américaine. La mission ne tarde pas à se compliquer de plus en plus au fil des chapitres...

Source : turrier.fr

Les Noëls sont durs pour un espion, même si c'est un Noël sans neige à Rio de Janeiro.

Si l'on a une femme et des enfants, il faudrait être d'acier pour résister à l'ambiance de ce jour spécial entre tous... Enrique Sagarra, partenaire habituel d'Hubert Bonisseur de la Bath, se trouve dans la capitale brésilienne et tombe par le plus grand des hasards sur cet espion qui n'a pas su résister à une nuit de Noël...

L'action se déroule en Espagne au début des années 1950, à environ 100 kms au nord ouest de Seville, dans un village en altitude (Cavaca) situé à 5 kms de Aracena dans la Sierra de Aracena. OSS 117 a pour mission d'obtenir le maximum d'informations sur les expériences secrètes qui ont lieu dans un ancien fort désaffecté proche de Cavaca et qui ont pour but de réduire de façon très importante la consommation d'énergie dans la réalisation de n'importe quelle activité...

Source : turrier.fr

Lorsqu'un Russe névrosé saute d'une fenêtre d'ambassade et qu'un informateur de la CIA saute, quant à lui, sur une mine, Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, et son fidèle Enrique Sagarra n'ont plus qu'a entrer dans la danse. En gardant la tête froide. Ce qui n'est pas le cas de tout le monde, à en juger par le contenu macabre du colis qu'Hubert Bonisseur de la Bath va recevoir…

Un homme et une femme... une femme merveilleusement belle.

Pour elle, William Lobel est prêt à faire toutes les folies. Et il les fait...

Et lorsque son cadavre est découvert par End-que Sagarra avec les plans des nouveaux radars, Hubert Bonisseur de la Bath va se trouver à San Francisco, aux prises avec les Chinois, la très belle maîtresse de Lobel et un chat siamois très inquiétant...

Nadia Baranaya est assassin un soir d'orage au Waldorf. Rendez-vous était pris pour le lendemain avec M. Smith.

La conclusion s'impose. Quelqu'un a voulu empêcher la jeune femme de faire son rapport auprès de la C.I.A.

Hubert Bonisseur de la Bath est envoyé aussitôt pour remonter à l'envers la filière suivie.

Il se trouve en présence de bien étranges revanchards et de curieux " collègues ". Pour sa part, OSS 117 est entouré de gens du milieu qui sont de véritables phénomènes.

L'histoire se terminera mal aussi avec Sonia. Nadia - Sonia. C'étaient de biens jolis prénoms...

Potina fut heureuse un instant. Il avait suffi dune corbeil le de fleurs avec un télégramme portant la signature d'HuBert Bonnisseur de la Bath.

II avait pensé à elle...

Puis elle se souvint de sa propre décision de l'oublier. Ramenée contre son gré de Russie, la jeune femme ne pouvait s'adapter au monde occidental, malgré son immense amour pour OSS 117, un amour qui l'obligeait à faire des choses qui la détruisaient.

Et Hubert, le coeur serré, la voit repartir vers son monde à elle…

Un premier agent ayant échoué d'extrême justesse, c'est à Hubert Bonisseur de la Bath qu'est dévolue la mission d'aller récupérer les plans d'une arme fantastique mise au point par des techniciens soviétiques dans une cité secrète, en plein coeur de la Sibérie, presque à hauteur du cercle polaire.

OSS 117 sera soutenu dans cette tâche par une partie de la main-d'oeuvre de la cité, des prisonniers, mais il aura fort à faire avant d'amadouer le chef des services de sécurité, une femme d'une intelligence exceptionnelle, ignorant la pitié.

L'action se déroule au Portugal à Lisbonne en 1950. La CIA demande à OSS 117 de prendre contact à Lisbonne avec André Guerassi, un pseudo italien qui aurait pris possession aux USA des plans d'une arme secrète américaine, afin de récupérer ces plans et de découvrir l'organisation adverse qui devait en prendre possession. En réalité l'objectif de la CIA est de réussir, à travers la présence d'OSS 117 sur cette affaire, à identifier puis à démanteler l'organisation adverse à Lisbonne afin d'avoir le champs libre dans ce pays.

Source : turrier.fr

La mission dans laquelle Hubert Bonisseur de la Bath est jeté est littéralement délirante.

On essaie de l'assassiner, on le retient prisonnier et il est obligé de s'enfuir d'un couvent déguisé en nonne.

Les femmes perdront OSS 117; on le lui a assez souvent répété. C'est pourtant grâce à l'une d'elles qu'il échappera au pistolet d'une autre et qu'il pourra ainsi terminer sa mission en beauté.

A Honolulu, Jane Welles avait tout pour être heureuse. Un adorable petit garçon, un mari prévenant... mais des documents disparaissent et le mari est assassiné.

Hubert Bonisseur de la Bath, malgré la jeune femme qui ne demande qu'à l'aider mais qui vient de subir une série d'électrochocs et dont la mémoire est plutôt défaillante, ne pourra se fier qu'à lui-même pour démêler les fils de cette affaire embrouillée.

Hubert Bonisseur de la Bath avait de bonnes raisons de descendre au Plaza de Théhéran, la princesse Zeenab habitait là.

Familièrement appelée Zizi dans le milieux d'ambassade, elle n'était pas assignée à résidence comme son mari.

Ce mari qu'Hubert, accompagné d'Enrique Sagarra, devait absolument rencontrer et qui était au sens propre comme au sens figuré : A TUER.

Enlever un mystérieux ressortissant russe dans une ambassade d'Amérique latine n'est pas en soi une mince entreprise, mais lorsque ce drôle de transfuge commence à jouer les filles de l'air, l'affaire se corse. Seuls Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, et son fidèle Enrique Sagarra devraient pouvoir résoudre ce problème... Encore leur faudra-t-il arriver jusqu'à Mexico !

A Singapour, des « Marines » disparaissent de curieuse façon.

Pourtant, rien n'est plus difficile que de faire disparaître « définitivement » un corps. A plus forte raison, dix-sept...

Le meilleur moyen de savoir ce qui se passe est de se jeter dans la gueule du loup, préconise Hubert Bonisseur de la Bath, qui ne croyait pas si bien dire...

Un meurtre est commis dans l'ombre mystérieuse d'un palais hindou; un trésor inestimable disparaît. Dans le même temps, à Paris, le prince oriental propriétaire du trésor est attaqué et délesté d'un saphir de grande valeur. Voilà le problème posé...Peter Larne, le détective, commencera son enquête à Paris et ira la poursuivre aux Indes. Un truculent personnage l'accompagnera : c'est Dandy, qui provoquera la joie du lecteur par sa mauvaise foi désarmante, sa candeur et sa façon particulière de s'exprimer... De l'angoisse, du rire, de l'érotisme, l'intérêt d'une intrigue compliquée et le mystère profond de l'inde...

L'action se déroule pendant la seconde guerre mondiale, en Suisse, à Thoune situé à environ 30 kms au sud est de Berne, . Deux agents des services secrets alliés sont retrouvés assassinés, après avoir tenté de quitter précipitamment la Suisse pour une raison inconnue. OSS 117 est chargé de l'enquète...

Source : turrier.fr

Dans un dernier éclat, la torche éclaira la gorge magnifique dont les pointes saillaient soudain comme sous l’effet d’une jouissance terrible et inconnue…

Nadia Baranaya, un des meilleurs agents secrets du F.B.I est assassinée à New-York avant d’avoir pu rendre compte des résultats d’une mission qu’elle vient d’exécuter en France…

L'action se passe à Paris en 1948. OSS 117 est chargé de retrouver un dossier important, relatif à une affaire de trafic d'armes. Ce dossier a été volé au cours d'un hold up commis en région parisienne par une organisation mafieuse parisienne. Les services secrets d'une puissance étrangère souhaitent également récupérer ce dossier...

Source : turrier.fr

Qui s'amuse à expédier des mouches et des moustiques porteurs de germes sur le nord de la Chine, dans des bombes à tracts américaines ?

C'est à Rangoon, en Birmanie, avec l'aide de Bert Morrisson, le plus grand trafiquant d'armes de l'Orient, après une partie mortelle au jeu du chat et de la souris dans les forêts birmanes, qu'Hubert Bonisseur de la Bath finira enfin par répondre à cette question.

Enrique Sagarra est désolé de ne s'être servi de sa corde à piano qu'une fois... et de plus, sur la plus belle, la plus dan¬ereuse des taxi-girls, la mystérieuse Rosita.

Mais aussi, pourquoi se mêle-t-elle de comploter contre son pays?

OSS 117 réussira à sauver le président des Philippines et l'honneur des U.S.A. en faisant partir un joli feu d'artifice, dans une villa où se trouvent les membres influents d'une terrible organisation terroriste, le « Paltik ».

Mais Enrique Sagarra, jaloux d'Hubert, prétend qu'OSS 117 ne doit son succès que parce qu'il est toujours trop bien placé auprès des jolies filles...

Les agents soviétiques introduits aux Etats-Unis par les bons soins d'un mystérieux Levantin, Irving, tentent de s'emparer des plans d'une nouvelle fusée. Hubert Bonisseur de la Bath se fait engager comme pilote par Irving et se trouve bientôt en présence d'un des plus dangereux espions russes, Gregory. Loin de là, en Russie, un Américain làche au compte-gouttes les renseignements concernant la fusée. Il a subi un traitement contre la douleur physique, mals la torture moule n'aura-telle pas raison de lui ?

Hubert Bonisseur de la Bath, disponible, ne faisant plus partie (momentanément) de la C.I.A., quelle chance, se dit Bert Morrisson, grand trafiquant d'armes. II faut absolument le prendre à mon service, à n'importe quel prix...

Parti de Beyrouth pour Karachi, Hubert constate qu'une jeune femme est constamment dans son sillage.

Peu' importe ce qu'elle lui veut, elle est très belle...

Qui va l'emporter, la proposition mirifique de Bert Morrisson ou celle que lui fera la belle inconnue ?

On ne compte plus les ouvrages dédiés à Saint-Exupéry, l'une des personnalités les plus attractives de notre siècle. Parmi ces ouvrages, les uns mettent surtout en lumière le pilote prestigieux, les autres s'attachent à glorifier l'écrivain de génie. Il est une troisième manière de considérer Saint-Exupéry; c'est celle qu'a choisie Jean Bruce et c'est sans doute la meilleure lorsqu'on s'adresse à un public de jeunes.

Saint-Ex, le grand, le meilleur des copains, tel pourrait être le titre de ce livre.

L'action se passe aux USA, à la Nouvelle Orléans, à la fin des années 1950. L'US Air Force soupçonne que les nombreux dysfonctionnements et échecs constatés, lors des lancements des fusées américaines, proviennent de sabotages ou de malfaçons de certaines parties constitutives. OSS 117 mène l’enquête en collaboration étroite avec L'US Air Force...

Source : turrier.fr

L'action se passe dans l'ile de Wake, dans le pacifique, à la fin des années 1950. Un épais brouillard s'abat subitement sur l'Ile de Wake, les communications sont brouillées et les assassinats se succèdent. En escale dans l'ile, au retour d'une mission à Karachi, OSS117 se retrouve plongé au coeur de cette nouvelle aventure....

Source : turrier.fr

Muriel Savory est cet adversaire qu'Hubert Bonisseur de la Bath a fait jeter en prison malgré la passion qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre.

Lorsqu'on lui propose de la faire évader pour les besoins de la C.I.A., OSS 117 n'hésite pas un seul instant.

Et pourtant, il sait qu'il risque gros... Mais la pensée de cette jeunesse resplendissante en train de se faner au fil des années dans une geôle lui est insupportable.

Cette femme est redoutablement intelligente et... il l'aime.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode