Livres
466 980
Membres
431 696

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tous les livres de Jean-Claude Grumberg

1 lecteurs

° Ça va ?

° Pas des masses, figure-toi que...

° Stop attention, je te signale que tu t'apprêtes à franchir la ligne jaune.

° Quelle ligne jaune ?

° Je te dis en passant "ça va", et toi, au lieu de me dire "pas mal et toi ?", tu t'arrêtes et tu t'apprêtes à me raconter ta vie.

° Je m'apprête à répondre à ta question oui.

° Je ne t'ai pas posé de question, je t'ai dit "ça va", comme j'aurais pu te dire "bonjour".

8 lecteurs

Quand Gripari ou Gumberg s'emparent de célèbres personnages de contes,cela donne lieu à des situations insolites et détonantes:

Alors que l'inspecteur toutou reçoit le Prince charmant dans son bureau,Suzanne Zonzon,raccommodeuse de couples,tente de réconcilier l'Ogresse et le Petit Poucet...Et lorsque Dubillard et Tardieu se jouent du langage,l'absurde devient roi:UN et DEUX décident de cuisiner un pot-au-feu mais finissent au restaurant,tandis que Monsieur A et Madame B se retrouvent dans les bras l'un de l'autre après s'être rencontrés par hasard!

2 lecteurs

Le premier atelier de ma vie fut ce lieu inutile dans les trois pièces de mon enfance où mon père travaillait avant-guerre, dans les années cinquante, ma mère se décida à nous en faire une chambre... Elle-même en attendant le retour de mon père travaillait comme finisseuse dans un atelier de confection pour hommes. Plus tard - nous n'attendions plus, ayant appris peu à peu le sens du mot déporté - devenu moi-même apprenti tailleur, j'ai bien connu d'autres ateliers... Cette pièce est écrite pour ma mère, et pour toutes celles et tous ceux que j'ai vu rire et pleurer dans mes nombreux ateliers... Jean-Claude Grumberg.

1 notes
3 lecteurs

Tandis que le bataille fait rage entre les Iqs, fervents adorateurs du soleil, et les Ox, qui vénèrent le fleuve sacré, Petite Ox porte secours a Petit Iq, qui meurt de soif. Fuyant la colère et la folie guerrière de leurs pères, les grands prêtres, les deux enfants partent en quête d'un nouveau lieu où vivre ensemble et fonder le nouveau peuple Iquéox.

32 notes
106 lecteurs

Dans un atelier de confection, de 1945 à 1952, des employés travaillent et, entre rires et larmes, racontent leur vie pendant l'Occupation et dans l'immédiat après-guerre : un Juif qui a été déporté, un autre qui a vécu caché en zone occupée, une troisième qui s'est réfugiée en zone libre, une quatrième, encore, dont le mari a été arrêté et envoyé dans les camps, mais aussi des jeunes gens à peine touchés par la guerre et une femme dont le mari fonctionnaire a peut-être collaboré... Autant de destins différents qui se croisent et soulèvent tous la même question : comment vivre après le traumatisme de la guerre et de la Shoah ?

12 notes
18 lecteurs

Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron.

Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout. Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ? Allons...

Dans ce grand bois donc, régnaient grande faim et grand froid. Surtout en hiver. En été une chaleur accablante s’abattait sur ce bois et chassait le grand froid. La faim, elle, par contre, était constante, surtout en ces temps où sévissait, autour de ce bois, la guerre mondiale.

La guerre mondiale, oui oui oui oui oui.

1 notes
2 lecteurs

À l’orée d’un bois, le Petit Chaperon rouge rencontre Wolf, un loup déguisé en caporal. Il lui apprend la triste vérité : elle est Uf et, comme pour tous les Ufs petits et grands, tout ou presque lui est interdit. Jean-Claude Grumberg revisite avec humour le célèbre conte populaire qui, sous sa plume, devient une parabole douce-amère sur l’intolérance.

3 notes
7 lecteurs

Léo, le camelot, est seul dans sa roulotte et découvre le secret du bonheur : avoir un enfant. La petite fille sourde rencontrée au cirque Univers le rend quelque temps heureux, mais il songe à son éducation. Il la confie au pédagogue. Sarah grandit et revient au cirque, tombe amoureuse du jeune homme et, bien sûr, elle part vivre sa vie. Le pauvre Léo est seul à nouveau, et " ainsi va la vie ".

1 lecteurs

Les autres : pronom indéfini à cause de l’indétermination dans laquelle il laisse les personnes qu’il évoque.

Il désigne collectivement et sous un genre indifférencié ceux qui ne sont pas semblables à nous, ou encore cet inconnu que Dante appelait "l’antique adversaire".

1 notes
3 lecteurs

Jean-Claude Grumberg est l'auteur tragique le plus drôle de sa génération.

Dans ce "cauchemar de l'Histoire" dont parle Joyce; cauchemar dans lequel il a été jeté à sa naissance, Grumberg va "remonter la pente" en devenant un auteur comique, l'auteur d'un théâtre peuplé de "petites gens" d'une vérité à la fois cocasse; affectueuse et féroce. Grumberg n'est pas populiste, il est populaire. Il n'est pas naturaliste, il est naturel. Il n'est pas réaliste, il sonne réel avec cette simplicité pas du tout simple à obtenir, avec cette vérité qui est le produit d'un art aussi savant qu'invisible.

3 lecteurs

La Gourmandise : À l’heure du bilan trimestriel sur l’état des sept péchés capitaux de par le monde, Satan et son disciple Belzé ne cachent pas leur déception : Madeleine, chargée de faire prospérer la Gourmandise dans les chaumières, serait de mèche avec Dieu. Satan brûle de percer ce mystère…

La Luxure : A. J. est sans nouvelles d’Onyx, une jeune femme libertine avec qui il entretient une relation érotique fiévreuse. Pour reprendre contact avec elle, il demande de l’aide à Herman, l’un de ses anciens amants.

La Paresse : JCF reste bien silencieux auprès de son éditeur à propos de la pièce qui lui a été commandée. Réveillé au milieu de sa sieste par un coup de fil insistant de ce dernier, il tente, encore ensommeillé, de le rassurer : il aurait déjà trouvé le titre et écrit la première réplique…

L’Avarice : Le comptable de la PME part à la retraite et reçoit en cadeau un week-end au bord de la mer. Quelques mois plus tard, sur une plage, le Retraité semble en bien étrange posture, la tête enfouie dans le sable, à la recherche d’une pièce de… deux euros !

La Colère : Une réunion de famille vire au règlement de comptes : la Mère oblige son fils à accepter un pull en cadeau ; la Sœur raconte un incident gênant pour son petit frère ; le Vieillard envie la fraîcheur du Jeune Homme ; Elle et Lui ne s’aiment plus et se cherchent querelle…

L’Envie : David écoute en bâillant ses amis Denise et Marc raconter leurs souvenirs de vacances. Mal à l’aise, il se sent de moins en moins à sa place. Envieux de la liberté des grenouilles qui coassent joyeusement dans le bassin d’à côté, il se lève d’un bond pour aller les rejoindre…

L’Orgueil : Trois acteurs et un auteur-metteur en scène répètent une pièce. Les comédiens, chacun à leur tour, veulent changer les répliques qui ne les mettent pas suffisamment en valeur. L’auteur, blessé dans son amour-propre, menace de tout laisser tomber…

1 notes
1 lecteurs

Mme Zonzon, raccommodeuse de couples déchirés, est débordée : le couple Poucet bat de l'aile, M. Bleu, Barbe de son prénom, hésite à la veille de son huitième mariage et la Princesse a pris tellement de poids qu'elle ne peut plus chausser ses pantoufles. Mais Zonzon aura-t-elle le temps de réaliser son rêve d'écrire des contes ?

2 notes
6 lecteurs

Dans un pays aussi lointain qu'imaginaire, le roi va mourir.

L'ennemi est aux portes du royaume. Marie des grenouilles doit sauver le pays en trouvant un prince charmant dans le monde des grenouilles. Mais, sans fée ni baguette magique, le monde des batraciens est aussi noir que celui des hommes. Marie découvre enfin le prince brillant, qui, en lieu et place de la guerre, propose la paix, "qui est bonne pour tout le monde".

1 notes
6 lecteurs

A la demande du président et sur les conseilsde Maman chérie, Petite Puce envoie ses jouets préférés, Pinok et Barbie, là où les enfants n'ont rien, à l'autre bout du monde.

1 notes
2 lecteurs

Afin d'être aussi complet que possible, je signale - à ceux que la question continuerait à tarauder après lecture de ce présent ouvrage - qu'un professeur émérite d'Harvard a répertorié à ce jour 8612 façons de se dire juif. Ne se reconnaissant dans aucune, il a déclaré à la presse qu'il poursuivait ses recherches. Je m'associe modestement, mais de tout mon cœur, à sa quête.

Né en 1939 à Paris, Jean-Claude Grumberg est auteur de théâtre, scénariste de télévision et de cinéma, notamment avec Costa-Gavras. "Pour en finir avec la question juive" est son dernier ouvrage aux éditions Actes Sud.

Neuf impromptus truculents et hilarants entre deux voisins qui se croisent dans la cage d'escalier de leur immeuble, quand chaque rencontre est l'opportunité pour l'un de questionner l'autre sur ses origines juives. Où comment en finir avec l'obstination des idées reçues sur la question.

Jean-Claude Grumberg signe une œuvre fine et drôle qui devrait mettre fin à quelques préjugés et autre mythes sur le judaïsme.

1 lecteurs

Un voyage au pays des songes... dans l'intimité d'un homme... accusé d'un meurtre qu'il aurait commis en rêve !

1 notes
1 lecteurs

Des satiristes romains aux dessinateurs de Charlie Hebdo, le rire est par excellence l'arme des plus faibles contre les grands de ce monde. Exagération comique jusqu'à la caricature, détournement parodique ou pamphlet sarcastique, les auteurs recourent à des stratégies argumentatives variées pour contester toutes les formes d'autorité, faisant du lecteur amusé leur complice.

Corollaire de la liberté d'expression, la critique du pouvoir interroge aussi ses limites. Comment procède-t-elle ? Et jusqu'où peut-elle aller ?

1 lecteurs

De savoureux dialogues provoqués par un "ça va" ou un "bravo" où l'hilarité et la dérision sont au sommet.

1 notes
6 lecteurs

Fuyant les rafles qui sévissent à Paris en 1942, la famille Zilberberg franchit clandestinement la ligne de démarcation. La voici en zone libre, en pleine campagne, hébergée dans la grange du père Maury, un brave paysan corrézien. Assignés à résidence, Simon et les siens se créent peu à peu un quotidien. Entre les radotages de Mme Schwartz, qui s'entête à vouloir parler yiddish, la grossesse de Mauricette et les enfantillages d'Henri, la vie continue tant bien que mal, marquée par l'absence des proches dont on espère le retour, et dans l'attente de jours meilleurs.

Revisitant une partie de son histoire, Jean-Claude Grumberg évoque le sort des Juifs pendant l'Occupation et nous livre une pièce tout en nuances et pleine de pudeur : un « objet hybride », qui mêle le rire aux larmes et la dérision aux souvenirs. Le dossier de l'édition propose une interview exclusive de l'auteur, des questionnaires de lecture sur l'oeuvre et deux groupements de textes. En outre, il revient sur l'adaptation filmique de la pièce par Christophe Malavoy (2007).

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode