Livres
514 833
Membres
527 907

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean Echenoz

357 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par anonyme 2012-11-17T23:54:20+01:00

Biographie

Nationalité : France

Né(e) à : Orange , 1947

Biographie :

Jean Echenoz est un orfèvre de la littérature française contemporaine. Fin observateur du monde qui nous entoure, il déclare écrire des "romans géographiques". Il est vrai que, chacune de ses œuvres, donne à voir au lecteur le décor dans lequel évoluent les personnages (qu'il s'agisse de Paris, de la province ou encore de la lointaine banquise) avec une acuité peu commune.

Jean Echenoz passe la majeure partie de son enfance à Aix-en-Provence, où son père dirige un hôpital psychiatrique. Sa vocation pour l'écriture serait née à la lecture d'Ubu roi. Cepdendant, il entreprend des études de sociologie et de génie civil. Sans grande passion, il entre dans la vie active et ne publie son premier roman, aux Editions de minuit, qu'à trente-deux ans. Sa carrière littéraire est couronnée de succès, puisqu'il a remporté une dizaine de prix en publiant quinze ouvrages.

Son écriture bouscule les conventions tant au niveau formel qu'au niveau de la syntaxe. En effet, il emprunte les codes des différents genres romanesques pour mieux dérouter son lecteur.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
26 lecteurs
Or
68 lecteurs
Argent
117 lecteurs
Bronze
69 lecteurs
Lu aussi
128 lecteurs
Envies
82 lecteurs
En train de lire
4 lecteurs
Pas apprécié
40 lecteurs
PAL
106 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.37/10
Nombre d'évaluations : 97

2 Citations 56 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jean Echenoz

Sortie France/Français : 2020-01-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par marions 2018-07-17T12:16:35+02:00
Ravel

Ce livre relate en douceur les dernières années de la vie de Ravel, un grand compositeur. C'est d'une belle écriture fluide et simple que Jean Echenoz nous fait part des tournées, des compositions, des accroches et de la fin de vie du compositeur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pujols 2018-08-08T19:08:20+02:00
Ravel

Jean Echenoz, qui aime et connaît admirablement le jazz, sait que le bleu de la note n’est jamais aussi intense qu’à sa brisure, lorsque le silence la saisit. Il sait aussi que l’écriture se nourrit autant de noir que de blanc, de mots écrits que de mots tus. Et, très au-delà des choses dites dans ce bref roman, c’est la musique de Ravel qu’il nous donne à entendre. Des doigts secs sur un clavier détachant bien les phrases. Et, au fil du temps, la musique qui s’éloigne, comme la vie dans la douleur de la perte, puis dans l’ignorance de la perte. Jusqu’au silence final. Eblouissant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2018-08-22T09:27:19+02:00
14

En lisant ce roman, comme l'impression que n'est pas Céline qui veut au niveau de l'écriture... En racontant la mobilisation et les débuts de la guerre, l'auteur veut éviter l'empathie pour les personnages, cultive les non-dit sur la nature de leurs relations, présente les événements de façon très détachée, clinique presque. Mais quel est alors l'intérêt du conditionnel passé pour avertir du futur en jouant sur les lieux communs de la Grande Guerre ? Ce ton volontairement détaché m'a donc déplu. Mais j'ai été intéressé par le court passage sur les animaux peuplant les tranchées, comestibles, utilitaires ou nuisibles, une originalité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par TristanMalo 2018-10-03T14:43:14+02:00
Envoyée spéciale

Un pur moment de joie ce nouveau livre d'Echenoz. Carrement déjanté, le regard porté sur les personnages d'une cinglante ironie fait rire à chaque page. C'est bon de lire des auteurs qui savent écrire. cela m’ennuie de dire que j’aime ce roman car il a des côtés très agaçants : l’auteur déguisé en romancier d’espionnage y fait le malin, et culpabilise le lecteur de jouir des rocambolesques péripéties (toutes très bien articulées) qu’il invente en les dynamitant par une ironie à la fois narrative et stylistique qui ne se dément jamais. Cet entre-deux postmoderne fonctionne quand même très bien, est-on obligé de reconnaître.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Korentin 2018-11-04T16:13:53+01:00
Envoyée spéciale

Envoyée spéciale c'est une écriture agréable ,une musique littéraire avec des arias aussi belles les unes comme les autres mais une intrigue tellement compliquée qu'on finit par se dire : dans le roman d'Echenoz lisons avec plaisir ce qui est beau...laissons tomber le reste....mais je ne crois que je deviendrais un fan d'Echenoz.

Impression très mitigée je n'ai pas compris si c'était seulement de la parodie ou s'il y avait une autre intention...Bof Bof !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Loloccht 2019-07-02T15:25:23+02:00
Courir

Un livre étudié pour le bac de français. D'apparence peu attrayant il se révèle très intéressant à analyser. Le style d'écriture de cet auteur que je ne connaissais pas est remarquable !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par TristanMalo 2019-10-05T15:13:08+02:00
Je m'en vais

Sorte d'anti roman, sans suspense , sans intrigue ...estomaqué qu'il ait pu avoir autrefois le prix Goncourt..Sans histoire, sans relief, sans style littéraire particulièrement marquant, sans émotion, sans rythme, sans frisson, sans suspens, sans... sans intérêt. Je cherche désespérément quelque-chose de positif à écrire ? peut-être un joli style, les détails amusants, le ton souvent grinçant, etc., qui placent Echenoz quelque part entre Houellebecq passionnant en comparaison et Jean-Philippe Toussaint. De sorte que c'est une lecture peu divertissante, et jamais réjouissante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par progrock57 2020-01-13T21:20:25+01:00
Envoyée spéciale

J'avais adoré le roman 14 (premier roman d Echenoz lu).

J'ai été extrêmement déçu par ce "Envoyée spéciale" que j'ai trouvé poussif et bavard.

Pourtant de mémoire à sa sortie les critiques avaient été très positives (Le Monde, l'Obs, lire; Telerama etc).

Faut que je les retrouve pour les relire voir ce à coté de quoi je suis passé.

Je vais me permettre de mettre une note de 10/20 pour l’écriture qui est fort belle....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Phil_33 2020-01-15T08:40:15+01:00
Vie de Gérard Fulmard

C’est gênant, désagréable et flatteur de reconnaître dans Gérard son alter égo, ce nigaud crédule qui pourrait être inoffensif si on l’ignorait. Mais il est vrai, qu’il suggère lui-même que nous sommes légion : « Je ressemble à n’importe qui » et d’ajouter, modeste « en moins bien ». Lucide, le frangin.

Si l’idiot de service, moi-même, y a compris quelque chose, c’est qu’il ne s’agit pas de la vie de Gérard Fulmard. Dont on se fiche éperdument. Sinon qu’il sert de subterfuge ès maladresses pour relancer une action qui a tendance à s’enliser. Mais des péripéties et convulsions qui s’agitent au sein d’un petit parti politique où chacun y retrouvera les siens, doublé d’une tragédie antique revisitée à la manière echenozienne.

Il est temps, ici, de placer le petit couplet sur l’auteur, aussi connu soit-il. Jean Echenoz est né en 1947 à Orange (Vaucluse), écrivain et romancier français, qui, à ce jour il a publié dix-sept romans et a reçu une dizaine de prix littéraires, dont le Prix Médicis en 1983 pour Cherokee et le Prix Goncourt en 1999 pour Je m'en vais.

Bon, revenons à Monsieur Fulmard, ou plutôt à cette histoire de parti politique et de tragédie grecque… Si vous avez quelques souvenirs scolaires, rappelez-vous de Phèdre… Vous y êtes ? Transposez… La FPI, qu’est-ce que c’est ? "La Fédération Populaire Indépendante", c’est le nom du fameux parti politique où tout se trame. La FPI, donc, a à sa tête Franck Terrail faisant office de Président Fondateur et sa compagne, Nicole Tourneur, dans le rôle de Secrétaire Nationale et, comme partout, toute une clique d’indispensables qui voudraient être Vizir à la place du Vizir. On apprend que Franck est secrètement amoureux fou de la fille de Nicole, Louise Tourneur.

Voilà que Nicole disparaît… Enlevée ? Séquestrée ? Sur la foi d’une courte vidéo on décide de son décès. Grand émoi au sein du bureau exécutif de la FPI car il faut prévoir la nomination d’un(e) Secrétaire National(e) de remplacement… et Terrail de proposer Louise (et de lui déclarer sa flamme) … et bien sûr, Nicole de réapparaître !...

Et notre ami Gérard, dans tout ça ? Eh bien, en tant que narrateur intermittent et maître-expert en incompétence, il vient pimenter la sauce, histoire de mettre la m… pagaille partout, et il s’y connait en contre-façons… enfin, en mauvaises façons de s’y prendre, et ça va saigner…

Que dire de la littérature echenozienne ? Je crois qu’il faut être un familier pour la goûter dans son infinie profondeur. Ce qui n’est, hélas, pas mon cas. Néanmoins, chemin faisant, page après page, je sens que je me laisse apprivoiser. Je n’en suis pas arrivé au rire profond que l’on me promet, ma culture ne me le permet pas encore, mais je suis persuadé qu’avec un peu de persévérance, de roman en roman, je deviendrais vite un "néoechenozien" de bon aloi.

Si vous êtes béotien, comme moi, je vous déconseille la lecture d’une traite. Ce serait un gâchis pur et simple. Il faut laisser mûrir. Le style paraît aisé, il est subtil et maitrisé. Pas question d’aborder sa lecture comme n’importe quel bouquin, quand bien même aurait-il été élaboré sous la coupole. Attention c’est du spécial, c’est du "Echnoze" ! Pas d’adjectif superflu mais tout est dit, avec une précision prodigieuse, parfois.

Et malgré tout, d’un chapitre à l’autre, on n’est pas certain de retrouver la suite de l’action en cours, la narration en cours, les personnages en cours. L’auteur confesse, en effet « J’aime bien en tout cas l’idée d’avoir l’air de m’absenter dans le cours du récit, de laisser se développer des espèces d’intrusions qui surgissent à l’intérieur de l’histoire, que ce soient des digressions, des descriptions et autres pseudopodes. Cela permet d’introduire des cassures, des changements de rythme, de reprendre son souffle ou de le couper, de respirer différemment en tout cas. »

Alors on vagabonde, on globetrotterise, on bédouinise. De catastrophes en catastrophes, laissons-nous emporter dans l’univers echenozien, pour notre plus grand bonheur, si on adhère.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par maidele 2020-04-15T13:04:38+02:00
Les grandes blondes

Il y a quelques années, je me suis décidée à ne pas finir les livres qui ne me plaisent pas (chose qu'en général je m'obligeais à faire jusque là) car la lecture est et doit être avant tout un plaisir. Mais c'est sans compter le merveilleux système scolaire et/ou universitaire qui te fait lire des livres que tu n'as pas envie de lire. Parfois ce sont des belles découvertes, mais dans ce cas-là, pas du tout.

Des journalistes dont j'oubliais le nom à peine lu (et que je faisais que de confondre) décident de faire un reportage ou documentaire à propos des "grandes blondes". OK. Je trouve ça un peu réducteur de résumer des femmes à leur taille et leur couleur de cheveux, mais laissons passer. Ils décident donc de chercher Gloire, une ancienne célébrité déchue, qui s'est cachée. Celle-ci ne veut clairement pas être retrouvée (je veux dire, elle se barre quand même à l'autre bout du monde quand elle comprend qu'on la cherche), les journalistes ne trouvent rien de mieux que la suivre. Vive le harcèlement. S'ensuit donc une flopée de point de vue différents, qui m'ont semblé tous plus ennuyeux que les autres, où l'on alterne entre de la troisième personne, de la première et de la deuxième. Comme ça, sans explication, sans logique, tout en passant du point de vue d'un personnage à l'autre d'un paragraphe à l'autre. Rajoutez quelques pensées bien sexistes (mais bon, on va dire c'est l'époque) et vous aurez ce livre.

Et puis Gloire est retrouvée (et je vais spoiler salement), et voilà qu'elle accepte finalement (OKKKK), et tout est bien qui finit bien, elle tombe amoureuse de l'un des gars dont je me souviens pas le nom (quand je dis que les confonds, je les CONFONDS), sans jamais évoquer le fait qu'elle a tué des gens, notamment un collègue des journalistes (il me semble ?), donc zéro conséquence pour elle, tout bénef, bravo.

Bref, j'ai hâte de me débarrasser de ce livre et de ne jamais le revoir.

Afficher en entier

On parle de Jean Echenoz ici :

Dédicaces de Jean Echenoz
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Les Editions de Minuit : 20 livres

Hachette : 1 livre

Audiolib : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array