Livres
464 293
Membres
424 696

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tous les livres de Jean Giraudoux

25 notes
99 lecteurs

La ravissante Alcmène, reine de Thèbes, épouse d’Amphitryon, est l'objet du désir de Jupiter qui souhaite l'enfanter d’Hercule. Jupiter aime en Alcmène l'amour humain que celle-ci porte à son époux et son infaillible fidélité le trouble. Avec Mercure, il fomente une diversion pour tromper Alcmène en envoyant Amphitryon à la guerre et en prenant sa forme humaine, sachant qu'il s'agit du seul stratagème possible pour parvenir à ses fins.

3 notes
5 lecteurs

"C'était le gibet idéal pour crucifier des hérons, des cygnes.

Des traits fins, mais qui semblaient avoir réclamé chacun un ouvrier immense, les sourcils, arqués et emmêlés dans un de ces dessins parfais qu'ont les algues minuscules après la tempête, sourcils pour lesquels il avait fallu l'océan."

Telle était Bella de Fontranges et Philippe Dubardeau fut séduit. Autour du couple, deux clans ennemis : les Rebendart et les Dubardeau.

Pour régner sans partage sur la scène parisienne, mondaine et politique, les uns accusent les autres du crime de forfaiture. Nous sommes à la fois entre les deux guerres et aujourd'hui. "René Dubardeau, mon père, avait un autre enfant que moi, c'était l'Europe."

L'Europe ? Jean Giraudoux une fois déjà prophète ? Mais ces personnages portent lavallière, jonc à pomme d'or et décorations.

L'humour de Giraudoux éclate dans cette prodigieuse satire sociale qui nous rappelle ce qu'était, ce que demeure le style.

Source : Librairie Générale Française (LGF)

Voilà qu'on offrait du champagne à la femme adultère.

Son mari s'approchait, ne pouvant y tenir, et l'embrassait. Les enfants se ruèrent sur la mère adultère, avec le problème nouveau de l'enlacer, un verre plein à la main(...).

Tous trois la croyaient le modèle de cette pureté, la plus grande au monde, qui est le bonheur ; et que voulait dire ce coup de cœur sinon qu'elle n'était pas heureuse ?

Ils triomphaient, parce qu'ils se croyaient au moment suprême de ce bonheur et qu'ils pensaient modestement en être une des causes.

Pierre découpait le gâteau sur lequel était écrit le nom de sa femme, son nom de bonheur, Edmée, en lettres blanches, un beau gâteau, nominatif comme une tombe.

Jean Giraudoux. Certains maris sont beaux, intelligents, généreux. Ils sont abandonnés. Par des épouses d'ailleurs pures, loyales, innocentes, mais mystérieusement élues pour cette trahison. T elle est cette Edmée, héroïne du dernier roman publié par Giraudoux (1939).

Dont le suborneur, pour que rien ne soit simple, se nomme l'Abalstitiel. Sartre, dans un article de la N.R.F. avait pointé " les analogies " qui, étrangement, rapprochent l'univers romanesque de Giraudoux de l'univers philosophique d'Aristote. " Monde propret, fini, hiérarchisé, rationnel jusqu'à l'os ", avait-il écrit.

Dans Choix des Elues, on aborde les terres mystérieuses et paradoxales de l'âme féminine, une transparence complexe qui unit froideur et fidélité, indifférence et sensibilité, pureté et sensualité.

"J'étais prêt.

On ne pouvait même être plus prêt pour un grand moment, pour une grande époque. J'ai toujours eu la divination de ces crises qui surgissent entre générations, entre continents, entre races."

J. G.

119 notes
584 lecteurs

Agamemnon, le roi des Rois, a sacrifié sa fille aux dieux. Son épouse, Clytemnestre, l’assassine à son retour de la guerre de Troie, aidée de son amant, Egisthe. Oreste, le fils unique, est banni. Reste Electre, la seconde fille. « Elle ne fait rien. Elle ne dit rien. Mais elle est là.» Aussi Egisthe veut-il la marier pour détourner sur « la famille des Théocathoclès tout ce qui risque de jeter quelques jours un lustre fâcheux sur la famille des Atrides ». Mais Oreste revient et désormais Electre n’est plus que haine, assoiffée de justice et de vengeance au mépris de la menace qui pèse sur le royaume des siens.

Sur ce grand mythe de l’Antiquité, Jean Giraudoux a écrit sans doute sa meilleure pièce. Electre possède une grande force tragique sans jamais perdre cet esprit étincelant, cet humour qui ont fait de Jean Giraudoux l’un des plus grands écrivains du XXe siècle.

1 notes
1 lecteurs

A travers le personnage d'Electre brûlant de venger le meurtre de son père Agamemnon, Jean Giraudoux figurait l'exigence absolue de justice, quel que soit le prix à payer et donnait un de ses chefs-d'œuvre au théâtre de notre temps. Dans un esprit et dans un ton tout à fait différents de celui de son père - et cependant filiaux -, Jean-Pierre Giraudoux nous offre sa propre vision, l'exigence absolue de pureté et donne une des plus frappantes pièces de l'après-guerre.

7 notes
41 lecteurs

Depuis quelque temps les habitants de la petite ville, sous l'effet d'une influence inconnue, se comportent d'étrange façon ; "toute la morale bourgeoise est cul par-dessus tête". Un spectre est d'ailleurs signalé. Les soeurs Mangebois accusent l'institutrice d'être la responsable des événements. Il est vrai que la charmante Isabelle retrouve le fantôme tous les soirs. Spécialiste de la chasse au surnaturel et venant exprès de Limoges pour rétablir l'ordre, l'inspecteur d'Académie tend un piège au spectre... et échoue. C'est l'Amour qui réussit à désenchanter Isabelle et tout redevient normal : "l'argent va de nouveau aux riches, le bonheur aux heureux, la femme au séducteur". Intermezzo, comédie en trois actes, où le magicien Giraudoux a donné libre cours à sa fantaisie et à sa verve, étincelle d'esprit.

4 lecteurs

Depuis quelque temps les habitants de la petite ville, sous l'effet d'une influence inconnue, se comportent d'étrange façon ; « toute la morale bourgeoise est cul par-dessus tête ». Un spectre est d'ailleurs signalé. Les soeurs Mangebois accusent l'institutrice d'être la responsable des événements.Il est vrai que la charmante Isabelle retrouve le fantôme tous les soirs. Spécialiste de la chasse au surnaturel et venant exprès de Limoges pour rétablir l'ordre, l'inspecteur d'Académie tend un piège au spectre... et échoue. C'est l'Amour qui réussit à désenchanter Isabelle et tout redevient normal : « L'argent va de nouveau aux riches, le bonheur aux heureux, la femme au séducteur. »Intermezzo, comédie en trois actes où le magicien Giraudoux a donné libre cours à sa fantaisie et à sa verve, étincelle d'esprit.

1 notes
4 lecteurs

Ses balances immergées dans le ruisseau, Gérard s'est allongé sur l'herbe en attendant que les écrevisses viennent se prendre au piège - heure exquise de rêverie qu'il passe à recenser les éléments de son bonheur. A sa fiancée Juliette, qui le rejoint, il paraît soudain l'être le plus prosaïque, le plus provincial qui soit. Trop terre à terre, en vérité.

Avant de l'épouser, elle veut revoir ces autres 'hommes dont elle a. noté le nom (parfois tout ce qu'elle sait d'eux) et nourri les songes de son adolescence. De Rodrigue qui lui a fait aimer les bêtes sauvages à l'archéologue Daudinat et au Slave Boris, qu'espère-t-elle de .cette quête de l’inconnu, du merveilleux dont ils sont les représentants. Les jeunes filles de Giraudoux aiment la fantaisie mais :aussi-le réel, les nuages et la terre ferme. Juliette ira retrouver l'humain très humain qui lui est destiné, Gérard le-paisible, le provincial, le meilleur.

Source : Le Livre de Poche, LGF

1 notes
2 lecteurs

Un homme enseigne à une demoiselle comment utiliser la beauté pour obtenir ce qu'elle veut.

1 notes
3 lecteurs
6 notes
24 lecteurs

À la terrasse de Chez Francis, place de l'Alma, quatre louches personnages complotent de mettre la ville en coupe réglée. Dans un moment, le jeune Pierre doit dynamiter la maison de l'ingénieur qui interdit les forages du sous-sol parisien grâce auxquels ils espèrent appâter les « gogos ». Mais Pierre renonce. C'est son suicide manqué qui apprend à Aurélie, la Folle de Chaillot, sublime clocharde, que le monde n'est ni si beau ni si pur qu'elle veut bien le croire. Alors elle décide de le purger de ses escrocs, de ses profiteurs. Elle les attirera avec l'annonce d'un jaillissement de pétrole et les fera disparaître dans l'oubliette dont l'Égoutier lui a révélé l'existence.

237 notes
917 lecteurs

«La guerre de Troie n'aura pas lieu», dit Andromaque quand le rideau s'ouvre sur la terrasse du palais de Priam.

Pâris n'aime plus Hélène et Hélène a perdu le goût de Pâris, mais Troie ne rendra pas la captive car pour tous les hommes de la ville «il n'y a plus que le pas d'Hélène, la coudée d'Hélène, la portée du regard ou de la voix d'Hélène », et les augures eux-mêmes refusent de la laisser partir.

Hector, pour Troie, et Ulysse, pour la Grèce, tentent à tout prix de sauver la paix. Mais la guerre est l'affaire de la Fatalité et non de la volonté des hommes. La guerre de Troie aura lieu.

Pièce en deux actes, La guerre de Troie n'aura pas lieu a été représentée pour la première fois le 22 novembre 1935 au Théâtre de l'Athénée, sous la direction de Louis Jouvet. Son succès fut éclatant et immédiat et ne s'est jamais démenti depuis.

1 notes
2 lecteurs

Résumé de "La menteuse"

Pour conquérir Reginald, diplomate, homme politique, homme tout court, Nelly "gentille et frivole femme", s'invente un passé munificent, un présent romanesque. Confondue, l'acharnée de ses songes ne désespère pas et force le mensonge à devenir réalité, mais l'amour ne reviendra pas... {La Menteuse,} écrit en 1936, ne fut publié qu'en 1969.

Un grand roman de Jean Giraudoux, l'auteur de La guerre de Troie n'aura pas lieu, Ondine, Electre et.Les Gracques.

Dans ce portrait ironique et sympathique, à la faveur d'anecdotes et d'analyses savoureuses du comportement de La Fontaine, Jean Giraudoux nous donne du fabuliste le plus célèbre de notre littérature une image qui n'a rien d'académique. C'était un homme " ondoyant et divers ", distrait, malhabile à se conduire dans la vie mais habile à se contredire, grand amateur de sommeil et doté d'une insouciance qui frôlait l'inconscience. Ses cinq tentations le font apparaître sous ses aspects les plus attachants et aussi les plus surprenants. Comme l'écrit Jean Giraudoux, il n'était pas possible de raconter la vie de La Fontaine " autrement que comme une épopée de la simplicité et de la distraction. "

1 lecteurs

en 1908, giraudoux a vingt-six ans.

il commence à publier des contes dans deux quotidiens, le matin et paris-journal. l'humour et la fantaisie éclatent sans contraintes dans ces courtes pièces étincelantes. joyeux et mystificateur, giraudoux fait parler ulysse comme un homère burlesque. il met en scène sherlock holmes, mais un sherlock holmes à l'envers, tandis que ses personnages de la vie parisienne évoquent, trente-cinq ans à l'avance, ceux de la folle de chaillot.

48 notes
188 lecteurs

C'est un conte du romantique allemand La Motte-Fouqué (1777-1843) qui inspira Ondine à Jean Giraudoux. Le thème de la nixe qui cherche à s'incarner dans l'humain est un topos du conte merveilleux (on le retrouve dans le mythe celtique de Mélusine). Mais alors que, dans ces traditions, l'ondine souhaite gagner dans cette forme humaine un supplément d'âme ou assume une vieille malédiction, l'héroïne de Giraudoux y perd par amour ses attributs surnaturels. Le dramaturge a trouvé là une occasion de représenter les rapports impossibles de l'homme et de la femme, dans une féerie théâtrale où la fantaisie se mêle à la rigueur de la tragédie classique.

1 notes
1 lecteurs

Paris grave, Paris insouciante, Paris occupée, Paris libre, Paris village, Paris grand’ville, Paris meurtrie, Paris reconquise, Paris monumentale, Paris secrète… Vingt-cinq grandes plumes de la littérature mondiale, classique et contemporaine, de Montaigne à Dany Laferrière, portent aux nues, en ses mille visages, la Ville Lumière.

Un hommage littéraire à Paris.

1 lecteurs

Un petit garçon de dix ans, malade, qu'« on couche avec le soleil », regarde de sa fenêtre le spectacle de la vie en milieu rural : laboureurs, chevaux, chiens, laitières, machines à battre qui roulent derrière les boeufs, « vendeur de simples qui élève comme des ostensoirs des bocaux de serpents », nain qui crie les titres des journaux... Le père Ribaud « attend tout l'été que les arbres de la promenade se dépouillent et quand, sur son désir, l'automne est venu, il rassemble les feuilles » et en fait des tas. Le père Voie, mystérieux personnage du bourg, passe, souvent flanqué d'une belle personne habillée de rouge. Quand il meurt soudainement, on l'enterre « devant un frêne maigrelet ». Non loin du cours de l'Indre, se dressent « des chapelets d'aulnes au pied desquels serpente un ruisseau d'ombre presque tari ». Les dames de Beaume, elles, observent, caquetantes et jalouses, les progrès de l'amour que l'agent voyer, promis à une des filles Rebecque, voue depuis peu à la nouvelle pharmacienne source : le grand livre du mois

2 lecteurs

1921. Siegfried est sur le point de devenir le chancelier de l’Allemagne humiliée, sauveur d’un pays occupé après la défaite de la Grande Guerre. Ce soldat ramassé amnésique et sans identité sur le champ de bataille par les Allemands serait-il un ennemi français ?

2 notes
10 lecteurs

Un Français, le Limousin Forestier, grièvement blessé dans les lignes allemandes durant la guerre de 14, est ramassé, amnésique, sans identité, par le major Schiff de Stralsund qui en fera un grand intellectuel allemand. Un ami français le reconnaît quelques années plus tard à Munich... Giraudoux nous parle de l'Allemagne de Goethe et de Weimar, de Nuremberg, de Dürer et de Louis II.

5 lecteurs

En avril 1769, avant que son équipage ne débarque sur l'île d'Otahiti, le capitaine Cook délègue Mr. Banks, naturaliste de son expédition, auprès du chef des insulaires, afin de prévenir tout excès sensuel encouragé par l'accueillante population indigène. Un hilarant dialogue de sourds s'instaure entre le rigide émissaire anglais et le notable Outourou, partisan d'une joyeuse immoralité. L'entreprise de colonisation morale va tourner au fiasco. Le Giraudoux libertaire, le styliste du plaisir sauvage, triomphe dans cette comédie en drapant ses scènes de dialogues équivoques et mordants. C'est drôle, excitant, à chaque page.

1 notes
5 lecteurs

Loin de toute méditation angoissée sur la solitude humaine, Suzanne et le Pacifique est un pied de nez à Pascal, emporté comme viatique, et à Flaubert, qui aurait tempêté contre cette île faite femme où « les pommiers donnent des oranges », et aurait trouvé là une nouvelle occasion de rager contre le « besoin de poétisation » des femmes, dont la maladie commune est de « demander des oranges aux pommiers... » Traité sur le bonheur de ne point demeurer en repos dans sa chambre, Suzanne et le Pacifique fait le pari de l' « eudémonisme païen » - dont Sartre parlait à propos de Giraudoux -, bouleverse les classifications de la faune et de la flore, dresse l'inventaire d'un monde qui n'existe que parce qu'il est nommé. Giraudoux nous mène en bateau et l'île a ceci de commun avec le radeau, leitmotiv de l'oeuvre giralducienne, qu'il permet à l'« anarchiste distingué » - que Philippe Soupault voyait en Giraudoux d'isoler la révolte et de laisser l'ordre du monde intact : « On ne devrait s'aimer que sur un navire, un radeau, on le laisse aller, une fois tout fini, et tout le reste du monde est sauf. »

1 lecteurs

Ce volume contient les oeuvres suivantes : Siegfried. Fugues sur Siegfried. Fin de Siegfried - Amphitryon 38 - Judith - Intermezzo - Tessa - La Guerre de Troie n'aura pas lieu - Supplément au voyage de Cook - Électre - L'Impromptu de Paris - Cantique des Cantiques - Ondine - Sodome et Gomorrhe - L'Apollon de Bellac - La Folle de Chaillot - Pour Lucrèce - Les Gracques. Appendice : Les Siamoises. Édition publiée sous la direction de Jacques Body avec la collaboration de Marthe Besson-Herlin, Étienne Brunet, Brett Dawson, Janine Delort, Lise Gauvin, Gunnar Graumann, Wayne Ready, Jacques Robichez, Guy Teissier et Colette Weil, préface de Jean-Pierre Giraudoux.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode