Livres
432 512
Membres
354 538

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jean-Paul Didierlaurent

463 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Winky 2015-09-30T01:07:08+02:00

Biographie

Jean-Paul Didierlaurent est l’auteur du best-seller Le liseur du 6 h 27, vendu en France à 60 000 exemplaires et au Québec à 4000 ex. En cours de traduction dans 26 pays et d’adaptation au cinéma par Mandarin Film, ce premier roman a notamment remporté le prix du Festival du Premier roman de Chambéry. Avant de se lancer dans le roman, Jean-Paul Didierlaurent se considérait davantage comme un nouvelliste. Il a d’ailleurs été trois fois finaliste et deux fois lauréat du Prix Hemingway spécialisé dans la nouvelle. Il termine actuellement l’écriture de son deuxième roman qui devrait paraître en 2016.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.06/10
Nombre d'évaluations : 163

0 Citations 122 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jean-Paul Didierlaurent

Sortie Poche France/Français : 2018-01-16

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Emakhtila 2018-04-03T17:06:42+02:00

Je ne sais que dire. Perturbant. Déjà je m'attendais à une histoire dans le RER autour d'histoires lus par Guylain et de rencontres dans ce RER mais pas du tout. La seconde partie a été plus plaisante avec les histoires de Julie qui m'ont plus touchées. Un avis plutôt ambigu sur ce roman qui se lit très vite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RUCHON 2018-04-04T22:46:04+02:00

Je n'ai pas trop apprécié ce livre. Il parle de cette "chose" pendant plusieurs pages. Guylain détruit des livres et il n'aime pas son métier. Il récupère quelques pages et lit dans le RER du 6h27 à des voyageurs qui cela intéresse. Puis un jour, 2 personnes lui propose de faire de la lecture chez elles le samedi...

C'est un livre qui est facile à lire mais qui ne parle pas le rapport au titre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Inso 2018-04-11T11:41:25+02:00

Après "Le lecteur du 6h27" je reste un peu sur ma faim, même si j'ai passé un très bon moment.

Peut être un peu trop de bons sentiments.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Poljack 2018-05-18T11:34:05+02:00

Mon avis :

Dans Le liseur du 6 h 27, le personnage central se décrit lui-même comme un être sans relief et mène une vie morne. Le seul point qui le différencie de ces contemporains, c’est son l’habitude de lire dans le RER qui l’emmène à son travail, à voix haute, des pages de romans sauvées du pilon. En réalité, c’est un peu tout le roman qui est « sans relief » !

J’ai poussé un peu mes recherches, et il s’avère qui si ce livre a rencontré un tel succès, c’est d’une part grâce au travail de sa maison d’édition (ou de l’attaché de presse) qui a réussi à installer une rumeur avant même sa parution, et d’autre part parce que cette même maison d’édition a su surfer sur le vague de ces livres dit « feel-good ».

Dans cette catégorie (et pour donner une meilleure idée de quoi l’on parle), on trouve les romans d’Agnès Martin-Lugand, de Katherine Pancol ou d’Anna Gavalda, pour ne citer que des Françaises (il y en a d’autres !), mais aussi des livres comme « La petite boulangerie du bout du monde » ou « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » ou « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». D’une certaine manière, on pourrait aussi dire que Le petit prince de Saint-Exupéry fait partie de cette catégorie. Bref, on y trouve un peu de tout, du meilleur comme du moins bon. Le principal, semblerait-il, n’est pas dans la qualité littéraire, mais dans le sentiment qu’on en retire.

Pour cela, la recette est un peu toujours la même : prenez un personnage (homme ou femme, mais plus souvent femme, cette littérature s’adressant plus à un lectorat féminin), donnez-lui une existence banale (la ménagère de moins de cinquante ans doit pouvoir s’identifier immédiatement) mais contraignante, ce qui peut aller du petit souci quotidien (couple en perdition, enfants ingrats et/ou insupportables, travail non choisi qu’il voudrait fuir, ou au contraire manque de travail…) aux problèmes plus graves (conjoint alcoolique et/ou violent, solitude, maladie, deuil…), et faites de votre héros ou héroïne un gagnant plein de ressources que va trouver la voie du bonheur…

Il n’est pas exagéré de dire que les auteurs de romans feel-good sont les champions de « l’enfonçage de portes ouvertes ». Ils répètent à l’envie les vieilles formules du genre : « quand on veut, on peut… », « le bonheur est à la portée de tous… », « il faut voir le verre à moitié plein plutôt qu’a moitié vide… », et s’il vous en vient d’autres, n’hésitez pas à les ajouter à la liste !

Et la recette fonctionne à merveille, alors pourquoi s’en priver ?

Le livre de Jean-Paul Didierlaurent est de cette veine. Pas vraiment mal écrit (encore que deux ou trois tournures auraient mérité, selon moi, une petite retouche), mais sans réelle envergure. Il commence des choses qui pourraient amener vers des territoires inexplorés, mais ne s’y aventure pas à fond et nous laisse sur notre faim. L’histoire qui est censée être l’ossature de ce roman (la partie « feel-good ») ne commence qu’à mi-parcours, mais offre peut-être les passages les plus intéressants, à travers les écrits d’une dame-pipi. Mais là encore, ce n’est peut-être pas assez exploité, tout comme les autres personnages ; certains sont pourtant pleins de promesses littéraires, mais aucune n’est tenue et on se retrouve toujours à tourner autour du petit nombril de Guylain Vignolles, comme Rouget de Lisle, son poisson rouge, dans son bocal. Et comme il n’a finalement que peu d’intérêt, ce nombril, on l’oublie très vite, comme l’ensemble de ce livre.

Alors oui, si vous avez besoin qu’on vous montre un peu de positif, dans ce monde de brutes, et que vous n’êtes pas trop exigeant sur la qualité littéraire, ce petit livre (200 pages, environ) vous donnera sans doute le sourire. Mais j’ai quand même un peu l’impression qu’à de rares exceptions, ce genre de bouquins, c’est un peu l’équivalent du placebo en médecine…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Samantha-5 2018-05-23T11:46:22+02:00

On m’a offert ce livre et il est vrai que ce n’est sans doute pas un livre que j’aurais acheté moi même. Ce n’est pas pour autant que ce livre ne m’a pas intéressé il est vraiment super je vous le conseil

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sabine29200 2018-06-02T23:20:50+02:00

En plus d'être un vrai bonheur à lire, il est un hymne au bonheur, ou plutôt à comment chacun peut trouver dans sa vie sa propre source de bonheur.

Un vrai bonheur à lire aussi car il est clair que l'auteur est un amoureux des mots qui aime et sait le faire partager. A tel point que j'ai bien failli passer toute ma lecture à voix haute.

Et une lecture réellement jubilatoire, tellement j'ai ri à certains passages.

Roman dont le ton se transforme au fil des pages, mais je n'en dirai pas plus.

Bref, un vrai bon moment de lecture, un petit bijou.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jeannon 2018-07-22T18:21:47+02:00

C'était une lecture très agréable, une histoire délicieuse !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jfjs 2018-08-01T14:27:53+02:00

C'est tendre, sympathique, on se laisse porter par les personnages drôles et émouvants. Personnellement je n'avais pas lu la 4ème de couv' et donc j'ai découvert l'arrivée du personnage féminin et de sa profession en lisant. Quelle belle surprise, je vous recommande de faire de même si c'est possible. Bravo à l'auteur, j'ai vraiment passé un très bon moment, ça m'aurait plu d'écrire quelque chose de même...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-232 2018-08-11T11:13:49+02:00

C'est un joli conte moderne , rempli de bons sentiments avec des personnages attachants et qui donne le sourire quand on le referme !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Spika 2018-08-21T09:21:49+02:00

Je suis plus que surprise par ce livre, et j'avoue en garder un sentiment indéfinissable. J'avais beaucoup aimé Le Liseur du 6h27, et je m'attendais à retrouver la même légèreté. Elle est en partie là, sur la fin, mais la plupart du roman a été beaucoup plus... Cru.

Je savais qu'on suivait les péripéties d'un thanatopracteur, donc l'humour noir sur la mort était certain et j'ai aimé ce point du livre. En revanche, les descriptions cliniques et quasi chirurgicales dudit travail à de nombreuses reprises m'ont beaucoup moins plu (sans parler des scènes de sexe explicites et tout aussi cliniques pour certaines ce qui rend le tout parfaitement déconcertant quand on passe de l'un à l'autre sans crier gare, pendant une dizaine de pages chaque).

Je ne m'attendais pas à ça de la part d'un auteur qui réussissait dans un précédent livre à nous faire passer un grave accident pour une épreuve de la vie dont on ne ressort que plus fort et heureux.

L'histoire quant à elle met du temps à se mettre en place, car on ne suit pas qu'Ambroise, croque-mort de son état, mais aussi Manelle, aide à domicile dans ses scenettes et sa flopée de petits vieux qui n'ont aucun rapport les uns avec les autres. Pendant une bonne moitié du livre, si ce n’est présenter les personnages de façon attachantes (et ça marche malgré tout, même si j'ai beaucoup de mal avec Ambroise qui a quand même un petit côté bipolaire et qu'il a d'un coup une profusion de sentiments bien dégoulinants qui me laissent pantoise), on ne sait pas où Didierlaurent veut nous emmener.

Le roadtrip promit par la quatrième de couverture n'arrive que dans le tiers final du livre, et il est beaucoup plus court que ce qu'on peut imaginer. Il conclut l'histoire sur beaucoup (trop ?) de bons sentiments, un amour un peu trop vite amené, et quand même quelques passages qui prêtent à sourire.

Bref, pour moi ce livre est déconcertant, parce que je ne m'y attendais pas, mais j'ai passé un bon moment de lecture, tout compte fait, en gardant une relativité presque objective. En revanche, il faut avertir des descriptions qui peuvent vraiment mettre mal à l'aise avant de commencer la lecture, ça évitera pas mal de mauvaises surprises.

Afficher en entier

Dédicaces de Jean-Paul Didierlaurent
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Au Diable Vauvert : 4 livres

Gallimard : 3 livres

Gabelire : 1 livre

Édito : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode