Livres
467 068
Membres
431 868

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jérôme Attal

55 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par camillel54 2010-06-28T20:58:57+02:00

Biographie

Jérôme Attal est un chanteur auteur-compositeur-interprète et écrivain français. Il vit à Paris. Illustrant ses talents de chanteur dans le registre de la chanson pop française, dans le sillage de l'héritage de Serge Gainsbourg, Jérôme Attal est également parolier pour d'autres artistes, dont Johnny Hallyday, Pierre Guimard, Florent Pagny, Eddy Mitchell, Constance Amiot, Michel Delpech, Marie-Amelie Seigner, William Rousseau entre autres.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
3 lecteurs
Or
4 lecteurs
Argent
14 lecteurs
Bronze
14 lecteurs
Lu aussi
17 lecteurs
Envies
50 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
5 lecteurs
PAL
25 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.25/10
Nombre d'évaluations : 20

0 Citations 19 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jérôme Attal

Sortie France/Français : 2019-08-22

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Madnone 2017-09-02T23:29:41+02:00
L'appel de Portobello road

J'ai bien aimé. Ça manque parfois un peu d'action mais l'idée que ça reste basé sur du réel est top. Ça change du fantastique qu'on peut rencontrer souvent

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maandy2 2017-09-08T10:32:54+02:00
L'appel de Portobello road

J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, tout est farfelu: entre l'appel des parents morts, l'existence de cette sœur dont il n'a aucun souvenir et l'air complètement perdu du personnage qui laisse la vie l'embarquer dans des situations improbables.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MademoiselleMaeve 2017-10-30T12:28:39+01:00
Presque la mer

https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/10/27/presque-la-mer-jerome-attal/

J’ai offert Presque la mer à ma maman, un peu par hasard, le résumé me plaisait, la couverture avait attiré mon regard. Je ne connaissais pas encore Jérôme Attal. D’ailleurs, je ne le connais toujours pas vraiment car je l’ai manqué au Chapiteau du livre de Saint-Cyr-sur-Loire cette année – tristesse.

Quand elle a commencé a le lire, elle m’a dit qu’un personnage portait le même prénom que moi. Enfin, plutôt que deux personnages portaient le même prénom que moi. Et quand on s’appelle Marie-Eve, ça n’arrive pas souvent. Ça n’arrive pas tout court.

Forcément, du coup, je voulais le lire. Je voulais savoir si l’une des Marie-Eve était une héroïne, un personnage que tout le monde aime, plein de panache, de sagesse, inoubliable, une belle femme que tout le monde aime parce qu’elle est aimable. Bref, j’imaginais déjà une Marie-Eve fantastique ! Tant qu’à avoir un personnage qui porte mon nom, autant rêver qu’il soit aussi mythique que Bridget Jones !

Je suis un peu tombée de ma chaise quand j’ai découvert que l’une des Marie-Eve était assistante dans une émission de télé-crochet et que tous les lecteurs allaient l’oublier dès le chapitre terminé. Et que l’autre était l’épicière de Patelin. Pas méchante, plutôt maligne et écoutée, mais mal dégrossie. Ceci dit, elle semble avoir la même suspicion que moi pour les macarons que j’ausculte méticuleusement avant de les manger au cas où ils seraient remplis de crème au beurre, mais elle, elle les écrase avec son poing. Insortable, cette fille. Ceci dit, j’ai un jour craché par terre, devant toute ma famille, le canapé du pain surprise que je venais de mettre dans ma bouche (quelle idée aussi de faire des petits sandwichs à l’andouille !). Donc bon, finalement, peut-être que je suis un peu comme la Marie-Eve de Patelin. Ou qu’elle est un peu comme moi… Tristesse. Je suis donc repartie avec mes rêves d’héroïne chevaleresque en traînant des pieds, mon épée raclant le sol…

Marie-Eve n’étant pas l’héroïne de Presque la mer, il y a plein d’autres choses à dire sur ce roman. L’histoire est très touchante. Imaginez tout un village inventant la mer pour faire venir un médecin ; donnant des noms à leurs maisons – la villa des flots bleus, la villa des dauphins -, passant sur la place du village en tenues de plage et transats… Je vous laisse découvrir les autres idées qu’ils ont eues, elles sont vraiment chouettes. Une telle farce ne peut qu’être découverte à un moment ou à un autre, mais la surprise pour le lecteur sera de savoir comment le médecin réagira.

Presque la mer est un roman plein de poésie, touchant, qui donne le sourire. C’est bien écrit et fantaisiste. Une belle découverte. J’espère que j’aurai un jour l’occasion de rencontrer l’auteur, de lui faire dédicacer ce livre. A mon nom. Enfin, peut-être plutôt à celui de ma maman, c’est son roman après tout !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alyssa2410 2017-12-28T18:37:14+01:00
Les Jonquilles de Green Park

Parce que l’histoire vagabonde de digression en digression au gré des idées et des humeurs de Tommy, le narrateur, le cadre de l’histoire est difficile à mettre en place et donc il n’est pas aisé de se plonger immédiatement dans l’histoire. Mais peu à peu, on voit où veut nous emmener l’auteur, mais une fois établi, la fin de l’histoire arrive...

Afficher en entier
L'appel de Portobello road

https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/12/18/lappel-de-portobello-road-jerome-attal/

Mon histoire avec L’appel de Portobello Road pourrait s’appeler « rendez-vous manqué ». Lors de la dernière édition du Chapiteau du livre à Saint-Cyr-sur-Loire, j’avais préparé ma petite liste d’auteurs à rencontrer et de livres à acheter. Jérôme Attal était sur celle-ci. Malheureusement, quand je suis arrivée à son stand, il était parti déjeuner et je n’ai pas osé faire attendre trop longtemps ma copine Cécilia qui ,elle, se pavanait avec son exemplaire de L’appel de Portobello Road recouvert de stickers et le joli tote-bag que l’auteur lui a offert (elle ne se pavanait pas vraiment mais je l’ai pris comme ça, j’en aurais pleuré de frustration) et nous sommes reparties – j’avais tout de même un raisonnable petit butin sous le bras. Mais ce livre restait un regret.

Quelques semaines plus tard, ma maman m’a prêté Presque la mer que je lui avais offert et j’ai beaucoup aimé cette histoire pleine de poésie dans laquelle non pas un mais deux personnages ont le même prénom que moi – et comme je m’appelle Marie-Eve en vrai, ça n’arrive pas tous les jours. Du coup, là encore j’ai eu l’immense regret de ne pas avoir pu me procurer L’appel de Portobello Road, de ne pas avoir pu discuter avec l’auteur et de ne pas pouvoir me pavaner avec mon tote-bag.

Mais un soir, en rentrant de Paris, je suis passée devant la toute nouvelle boîte à livres de Saint-Pierre-des-Corps – elle avait été installée trois jours avant près de la gare. J’étais chargée de sacs et de livres et j’ai failli ne pas m’arrêter, fatiguée et frigorifiée comme je l’étais. Mais ma curiosité a été la plus forte et parmi la pile de livres, se trouvait L’appel de Portobello Road. Et en l’ouvrant, j’ai vu qu’il était dédicacé, une dédicace généralisée, donc sans nom, et c’était tant mieux. Il faut tout de même reconnaître que l’histoire aurait eu plus de saveur s’il avait été dédicacé à mon nom – et je pense que l’auteur aurait aussi apprécié cette chute à la fois poétique et farfelue.

L’appel de Portobello Road me semblait être une belle histoire fantasque. Imaginez plutôt : Ethan reçoit un appel de ses parents qui lui laissent un message pour sa sœur. Dit comme ça, ça ne paraît pas dingue, mais si l’on sait que les parents d’Ethan sont morts et qu’il n’a pas connaissance d’une petite sœur, tout de suite, ça pique la curiosité. J’ai retrouvé dans ce roman la fantaisie que j’avais aimé dans Presque la mer. Mais malheureusement, j’ai eu du mal à rentrer dans le roman et c’est pour cela que mon histoire avec L’appel de Portobello Road pourrait s’appeler « rendez-vous manqué ». Comme si dès le départ, tout me disait que ce n’était pas pour moi. Ceci dit, je n’ai pas passé un mauvais moment avec ce livre, mais il m’a laissé un petit goût d’inachevé, alors que tout me semblait réuni pour que je passe un bon moment de lecture. En revanche, j’ai adoré le nom de l’entreprise Somewhere over the teapot qui est celui d’un blog que j’aime beaucoup et dont l’auteure est une chouette nana que j’ai eu la chance de rencontrer il y a quelques jours.

La morale de tout cela est que si vous avez la possibilité de rencontrer Jérôme Attal, allez-y, mais pas à l’heure du déjeuner. Et faites-lui une bise de la part de Marie-Eve, et si vous pouvez me rapporter un tote-bag, cela permettrait à cette histoire d’avoir une fin vraiment heureuse !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anne2702 2018-03-25T17:49:57+02:00
Les Jonquilles de Green Park

J'ai rencontré Jérôme Attal à St Maur en poche édition 2017. L'auteur n'était pas présent sur son stand mais il avait laissé un petit mot précisant "auteur sympa parti chercher un café, reviens tout de suite cela vaut le coup d'attendre !". J'ai attendu et j'ai bien fait ce livre est un rayon de soleil dans la grisaille.

Un livre plein d'espoir et de poésie pour faire oublier les bombardements allemands.

Un livre bonne humeur qui fait du bien au moral.

Un auteur sympathique à rencontrer mais ce n'est que mon avis...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-232 2018-09-25T20:29:10+02:00
Aide-moi si tu peux

Ce roman est peuplé de références aux années 80 ( chansons , films , objet...) et moi qui suis nostalgique de ces années , j'ai adoré !

C'est aussi un policier décalé , avec beaucoup d'humour et une intrigue maîtrisée.

L'auteur a une jolie plume très agréable à lire.

Je suis tombée sous le charme de Jérôme Attal et en plus il a écrit une chanson hommage à toutes les Stéphanie :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JLDragon 2018-10-13T17:40:48+02:00
37, étoiles filantes

http://jldragon.over-blog.com/2018/10/37-etoiles-filantes-de-jerome-attal.html

Plutôt 3 étoiles et demi que 37 étoiles, voilà ce que vaut pour moi ce roman.

Ce n’est pas si mal, cela veut dire que j’ai bien aimé, que j’aurai pu adoré, mais que certains détails ne m’ont pas permis d’atteindre de telles folies.

Cela aurait pu le faire, car le style est plaisant, ça se lit bien. Il y a beaucoup de jeux de mots, c’est drôle sans être trop comique, ni absurde.

Ça ne va pas jusque-là.

C’est peut-être ça qui m’a manqué, j’y pense ?

Lorsque vous voulez jouer sur un registre et que vous avez du talent, pourquoi ne pas jouer à fond ?

Peut-être que l’auteur s’est modéré parce qu’ils usaient de personnages connus ?

C’est dommage et ce n’est que mon avis.

En ressort ici une comédie plutôt légère donc.

L’histoire est banale si ce n’est qu’on est en présence de Giacometti qui veut la peau de Sartre.

Deux personnages qui ont réellement existé et, il y en a d’autres.

C’est drôle, avec des pensées philosophiques rarement ennuyantes.

Après, il y a ces personnages féminins qui rafraîchissent et mystifient.

Mais voilà, j’aurai aimé qu’on aille plus loin dans la bouffonnerie.

J’aurai aimé que le tourbillon se transforme en un maelstrom de délires.

Ouaaaaaaaaiiiiiiiiiiis ! ! !

Mais non, il y a des limites…

Ça reste un assez bon livre cependant.

Note globale : 14/20

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LOANDRE 2018-10-30T08:53:55+01:00
L'appel de Portobello road

Je n'ai pas du tout accroché. C'est dommage, car par deux fois, j'ai pu rencontré cet auteur fort sympathique, charmant et drôle. L'histoire de départ m'avait bien plu, un homme qui en pleine nuit reçoit un appel de ses parents morts depuis 2 ans, en lui demandant de dire à sa sœur qu'ils pensent à elle, sachant que cet homme n'a pas de sœur. C'est bien écrit, mais le style ne m'a pas charmée. Pourtant j'aime le loufoque, mais celui-ci ne pas pas captivée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Saturna 2019-06-24T23:41:28+02:00
La Petite Sonneuse de cloches

Bon...Je n'ai decidément pas la main très heureuse avec les épreuves de cette rentrée littéraire...apres "Jour de courage" et "Ce qu'elles disent" qui m'avaient moyennement convaincue, "La petite sonneuse de cloche" me laisse également de marbre.

J'ai trouvé que cette histoire manquait de rythme. Elle n'insuffle pas vraiment d'addictivité au lecteur (à moi en tout cas). Alors que d'habitude j'aime bien les secrets enfouis, le mystère de la petite sonneuse de cloches ne m'a là pas vraiment passionnée. Peut être que ce manque d'intérêt vient de l'écriture que j'ai trouvé un peu plate...

Et puis l'intrigue est portée par des personnages que je n'ai pas trouvé très attachants. Si François-René est parvenu un peu à me toucher, Joachim m'est apparu comme quelqu'un de très bizarre (le gars avoue quand même qu'il suit des filles dans la rue parfois jusqu'à la porte de leur immeuble...), Marin était trop loufoque quant aux deux personnages féminins Mirabel et Violet, je ne suis pas fan de ce genre de protagoniste décrite comme parfaites et irrésistibles alors que je les trouve chiantes au possible...

Si je n'étais pas emballée par l'ouvrage, j'ai été totalement décontenancée par la manière dont il se termine. J'avais l'impression qu'on était pas à la fin d'un roman mais d'un chapitre, qu'il manquait un bout. Au final on ne sait rien de la raison pour laquelle Mirabel voulait ces documents de même qu'on ignore totalement ce qui va advenir de son amourette avec Joachim qui n'évolue pas d'un pouce. Et François-René alors va-t-il poursuivre son histoire avec Violet ? Dans ce cas pourquoi la sonneuse de cloches n'occupe-t-elle pas une plus grande place dans son oeuvre ?

Après, tout n'est pas négatif non plus dans ce roman. J'ai bien aimé le contexte historique dans lequel évolue Chateaubriand. L'auteur parle sans cesse des migrants Français en Angleterre et je ne peux m'empêcher de penser que cela est une analogie ou en tout cas un clin d'oeil à ce qui se passe actuellement en France avec la crise des migrants. Le sujet du livre n'est pas mal non plus. Pour moi l'idée de base est bonne mais elle n'a pas été développée comme je l'aurais souhaité.

Ce n'est donc pas encore le chef-d'oeuvre de cette rentrée en ce qui me concerne.

Afficher en entier

Dédicaces de Jérôme Attal
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Stéphane Million : 8 livres

Robert Laffont : 5 livres

Pocket : 3 livres

Scali : 1 livre

Editions Jérôme Millon : 1 livre

Le mot et le reste : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode