Livres
463 964
Membres
423 885

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Julien Heylbroeck

13 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Diamant
2 lecteurs
Or
8 lecteurs
Argent
5 lecteurs
Bronze
1 lecteurs
Lu aussi
4 lecteurs
Envies
4 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
0 lecteurs
PAL
12 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.57/10
Nombre d'évaluations : 5

0 Citations 11 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Julien Heylbroeck

Sortie France/Français : 2018-11-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par AngeAnonyme 2015-02-22T16:25:39+01:00
Stoner Road

Magnifique ! Je viens tout juste de terminer ce roman et je dois dire que je l'ai adoré ! Ce book road, incroyable voyage à travers la Californie, le Méxique, nous fait découvrir un autre monde : pas forcément celui du peuple "civilisé" mais le libertaire, avec un héros à l'image de l'idéal contre-héros, toxico accro, Doc Défonce est pourtant prêt à toute les conneries pour retrouver et reconquérir sa nana perdue. Et c'est surtout cette association avec son paire contraire qui m'a le plus attiré. Deux jeunes adultes que tout oppose vont s'associer dans le but de retrouver leurs chères disparues...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2015-02-23T22:11:46+01:00
Stoner Road

Entre le buddy movie et la série Z, une plongée dans le désert californien avec un junkie et un redneck aux idées bien étroites. Entre "Une nuit en enfer" et "Las Vegas Parano", Heylbroeck revisite le mythe de l'histoire d'amour plus forte que tout, truffant son récit d'allusions aux plus célèbres d'entre elles. "Stoner Road" est un roman sex, drug et rock'n'roll et un excellent divertissement.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2014/08/amour-quand-je-pense-au-mal-terrible.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par akakhaleesi 2015-11-20T12:42:17+01:00
Stoner Road

Ça y est c'est mon livre préféré il est génial et encore meilleure si vous avez déjà pris quelques drogues x)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amaranth 2016-03-24T20:14:37+01:00
Dimension Trash

Je ne peux certifier être purement objective, mais malgré ma participation à ce recueil (ce qui est loin d'être un calvaire, au contraire), je peux donner mon avis sur les textes de mes petits et grands camarades. Et je peux assurer que ceux-ci sont très bons et très différents les uns des autres : la recette idéale pour un recueil de qualité. L'éclectisme a toujours été une grande force de TRASH, et on la retrouve dans ce présent recueil. Certaines nouvelles sont de vrais petits bijoux, comme Kotok et Junkfood Rampage, que j'ai adorés ; d'autres m'ont moins emballée. Mais il y en a pour tous les goûts, et ceux qui aiment la littérature rouge trouveront forcément des encas propres à émoustiller leurs papilles dans ce joyeux mélange.

Christian Vilà : Splash !

Les histoires d'extraterrestres, ce n'est pas trop ma tasse de thé. Mais ici, ce n'est pas un problème, puisque la nouvelle ne s'arrête pas à ce postulat de base ! Descriptions crues, une bonne dose d'hémoglobine, de l'humour noir et une histoire plus complexe qu'il n'y paraît, forment une partie des ingrédients de cette nouvelle.

Adolf Marx : Épilogue du " Vivre ensemble "

J'ai enchaîné la lecture de cette nouvelle après celle de Lumpen, épilogue percutant de ce roman éprouvant. Même s'il est possible de saisir la violence, le cynisme du texte, je pense qu'avoir lu le livre de Janus auparavant est peut-être plus pertinent.

Francois Darnaudet : Femmes, plantes et autres machines cruelles

Condensé de textes courts, à tendance pornographique, qui m'ont surprise. Il y a une créativité dans ces textes, un vrai pouvoir imaginatif, auquel je ne me serais pas attendue. Le monde créé, étrange, un peu absurde, a quelque chose de très visuel, et transportant.

Brice Tarvel : Kotok

Ma nouvelle préférée dans ce recueil. C'est drôle, sordide, fort, et porté par un style irréprochable. J'ai passé un excellent moment. Voilà qui m'a donnée envie de découvrir Charogne Tango !

Cancereugène : Descente d'organes

Un récit un peu étrange, un peu hermétique, mais stylistiquement intéressant.

Julian C. Hellbroke : Junkfood rampage

Un récit post-apocalyptique savoureux. Rythme, ambiance, personnages déglingués… qu'est-ce qu'il manque ? Ah oui, des rats ! Beaucoup de rats ! Une nouvelle que j'ai adorée.

Romain D'Huissier : La veuve écarlate

Une ambiance soignée, sur fond oriental : dépaysant et agréable à lire.

Zaroff : Zomb's short

Des textes courts et percutants, comme sait bien les faire Zaroff. Variations intéressantes sur le thème du zombie, chaque nouvelle apporte un nouveau éclairage et on ne s'ennuie pas !

Sarah Buschmann : Tranche de nuit

Je ne vais pas m'appesantir sur cette nouvelle, étant l'auteure, mais plutôt faire un bref résumé : Alex, prostituée toxicomane, tombe sur un client malveillant. Elle va tout faire pour tenter de s'en sortir.

Gilles Bergal : Nouvelle vie

Une autre histoire sur les zombies, mais avec une nouvelle perspective. C'est une nouvelle agréable.

Robert Darvel : Killing Joe D'Amato

Fan fiction autour de 50 nuances de Grey, l'intrigue tourne autour du snuff, dans une ambiance relativement porno.

Patrice Lamare : Allegro ma non troppo

Représentation sanglante, devant une foule de monstres, où la violence devient chef d'oeuvre. L'ambiance est là mais il m'a manqué une intrigue.

Artikel Unbekannt vs Schweinhund : White trash

Huit textes courts qui permettent une immersion dans l'univers particulier de cet auteur. L'ambiance y est soignée, la prose est réfléchie, élaborée, et chaque texte est un morceau de quelque chose de singulier, de différent. Je n'ai pas tout saisi, mais j'ai été transportée. Même si mon affection revient toujours à l'excellent « Profondo Nero ».

Catherine Robert : Je suis méchante

Une nouvelle dérangeante, mais qui sait choper le lecteur (aux tripes sûrement, autre part peut-être aussi) pour ne plus le lâcher. J'ai vraiment beaucoup aimé. Même après… quasiment trois mois (j'ai vraiment tardé à écrire cette chronique), j'ai encore tout à fait l'image de cette petite fille, à la fois glaçante et touchante. J'ai certainement ressenti une certaine exultation devant ses forfaits, terribles mais pas injustifiés.

Guy Kermen : Gloriole au glory hole

Une nouvelle efficace et assez dérangeante, qui met indubitablement mal à l'aise.

Corvis : Une heure à tuer

Histoire classique mais efficace. Très vite, la compassion pour les horreurs que subit le personnage s'efface, pour laisser place à une certaine jubilation. J'ai bien aimé le déroulement, certes prévisible, mais implacable. Et j'ai toujours apprécié les vengeances sanglantes.

Kriss Vilà : Éventration d'une grenouille

Un autre récit assez fort, qui joue sur le plan social. C'est cynique et c'est noir. Ca fait mal, et c'est ça qui est bien.

Charles Nécrorian : Les immortels

Dans l'univers de la science-fiction, le récit de ce grand nom du gore se démarque quelque peu des autres textes, ce qui renforce la diversité de ce recueil.

Nelly Chadour : Sacré gril

Un récit extrêmement efficace et dépaysant. Très visuel, il nous fait voyager dans l'Antiquité, pour y suivre des personnages dégénérés. La chute est excellente, et conclut superbement un récit du même acabit.

Christophe Siébert : La vieille

Description froide et crue de la lente décomposition d'un corps, rappelant notre condition mortelle, et animale. C'est un peu effrayant. Et déprimant aussi.

Postface de Sandy Foulon

Condensé de chroniques intéressantes des douze premiers TRASH.

Je n'ai pas lu beaucoup de recueils de nouvelles pour l'instant. Néanmoins, de ma courte expérience, je peux dire que celui-ci est particulièrement bien équilibré, proposant un ensemble de nouvelles diversifiées et de qualité. Je suis vraiment fière d'en faire partie, plus encore maintenant que j'ai pu découvrir le niveau des textes qui le composent. Pour ceux qui suivent TRASH, pour ceux qui apprécient la littérature sanglante ou ceux qui veulent la découvrir, ce recueil en présente un échantillon, écoeurant parfois, affreux souvent, mais aussi tout à fait savoureux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2016-08-13T22:30:12+02:00
Le dernier Vodianoï

De la fantasy urbaine dans l'URSS de 1937, au moment des grandes purges. Le monde des fées existe mais il est considéré par Staline comme une superstition et doit être détruit. Des thèmes classiques, la quête initiatique, les oppositions tradition/modernité et nature/progrès, mais le contexte original porte tout cela. C'est spectaculaire et agréable à lire, avec une étonnante galerie de créatures.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2016/08/un-loup-nattaque-pas-sa-propre-meute.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kuri 2017-02-15T18:10:30+01:00
necrostories

supplément pour le jeu de rôle necropolice

Ce supplément pour Nécropolice contient 6 scénarios inédits inspirés de l'anthologie publiée par Rivière Blanche.

La lecture de cette dernière n'est pas nécessaire pour les jouer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amaranth 2017-07-16T19:08:52+02:00
Le dernier Vodianoï

Ce qui frappe, dans ce roman, et qui constitue incontestablement son point fort, c'est le contexte développé par l’auteur. Le dernier Vodianoï se déroule dans l’URSS de Staline, au sein d’une organisation chargée d’éradiquer les créatures de l’ancien temps, celles des mythes et légendes, afin de permettre aux Hommes d’entrer dans l’ère de la modernité. Mêler un cadre historique à du fantastique, c'est audacieux. Ici, c'est parfaitement réalisé et cela se marie avec crédibilité, donnant une base bien solide au roman. C'est d’ailleurs ce que j’ai préféré dans le dernier Vodianoï : découvrir les créatures légendaires, l’époque du communisme sous Staline, et les deux mêlés. L’intrigue en elle-même suit des routes plus classiques, mais qui n’en tiennent pas moins en haleine. Il y a un tel air d’apocalypse et un tel sentiment d’être broyé dans une machine si puissante qu’il semble vain de lutter qu’on se demande une bonne partie du livre comment le personnage principal pourra s’en sortir. Mais je ne dévoilerai rien à ce sujet.

Julien Heylbroeck est très doué pour les scènes d’action, qui sont toujours dynamiques et captivantes. Mais pour moi, il manque un poil de développement dans les relations entre les personnages, ce qui a fait un peu diminuer l’enjeu dramatique. Il y a côté très « aventure », à travers un rythme soutenu qui amène à rester accroché au récit, mais qui rend aussi celui-ci un peu moins noir que ce qu’il pourrait être, considérant les événements et le contexte. Et moi, j’aime bien les trucs bien plombants. N’en reste que j’ai beaucoup apprécié ma lecture.

Pour tous ceux qui aiment les récits rythmés, se déroulant dans un contexte historique parfaitement élaboré et mêlé avec brio au fantastique, je conseille le dernier Vodianoï sans aucune hésitation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par zaphrinamakichan 2017-09-07T11:03:07+02:00
Malheur aux gagnants

https://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2017/09/malheur-aux-gagnants-de-julien.html

Où réside l'originalité? Dans ce roman, trois personnes anciens soldats de la première guerre mondiale enquête sur une série de meurtres. La première réside sur l'apparence des soldats puisqu'il s'agit de gueules cassées. Ça change pas mal de la plupart des romans. Nous avons comme héros des hommes victime de la guerre. Il y a un hommage vibrant à ses hommes qui ont donné leur apparence pendant cette guerre. La deuxième originalité réside dans la raison des meurtres. C'est complètement tordu mais c'est fait avec intelligence. La troisième est l'utilisation des probabilités et statistiques pendant le roman. Je rassure les non matheux, on ne rentre pas dans les détails. On est comme nos enquêteurs. C'est ça qui est cool. On nous bassine pas avec des explications qu'on ne comprendra pas. L'auteur nous épargne tout le blabla mathématique.

Thématiques abordés : On y aborde la différence de part l'aspect des soldats. Seulement pour une fois, leur handicap est salué puisque tout le monde sait pour quelle raison ils sont "abîmés" (pardon je ne trouve pas le mot correct). Ça change de ce qu'on lit habituellement et à juste titre. Cela n'empêche pas certains moment que l'on trouverait horrible. On y parle d'espionnage et de la montée de Hitler au pouvoir (avant la seconde guerre mondiale). On y aborde le devoir de mémoires, les buts premiers de cette première guerre mondiale que ce la ne se reproduise pas. On y parle du hasard, de la chance. On y parle des limites des mathématiques et de leur influence sur nos vies. La question de ce roman est vraiment celle-ci : Les mathématiques peuvent-elles répondre à toutes les questions de la vie?

Écriture et style du roman : Je l'ai trouvé très bien construit. On suit l'histoire de point de vue de différents personnages tout au long du roman. On ne fait le lien qu'au fil du temps. Il faut chercher les indices, faire attention au moindre mot. C'est fin, subtile par moment et complètement barré par d'autres. Honnêtement, je me suis demandée comment l'auteur avait eu cette idée complètement farfelue mais puissante. Ça va quand même loin surtout à l'approche de la résolution de l'histoire. J'en ai ri autant que Fend-La-Gueule tellement ça paraît absurde (et plausible? J'avoue que je ne sais pas.) Mais au moins, on ne sait jamais dans quelle direction on va jusqu'à la fin. Je me suis laissée entrainer par la plume de l'auteur, l'intelligence de l'histoire et ma curiosité.

Les personnages : Ils ont tous une personnalité bien définit. J'ai vraiment apprécié Gendrot, le premier que nous rencontrons. Il est simple, élégant et réfléchi. Cette histoire va le rendre un peu superstitieux au fil du temps. Sa femme est patiente et charmante. J'adore sa fille. Elles n'apparaissent que peu de fois mais toujours au bon moment. Fend-la-Gueule, je ne monte pas en voiture avec lui. Sinon, il est sympa, bon vivant et surtout optimiste (en tout cas j'ai souri à chacune de ses apparitions). Il ne se prend pas la tête. Piquemouche est plus mystérieux. Autant les deux premiers, on les découvre rapidement, autant lui, il faut attendre. Au fil des découvertes, on s'attache à lui. On ne le prends jamais en pitié. Il y a un chapitre entièrement consacré à lui qui m'a épaté. Je crois que je m'en souviendrais longtemps. Malgré son handicap, Piquemouche reste fidèle à lui-même et assume pleinement aussi bien son handicap que le traumatisme de la guerre. Il est franc et très sensible à son environnement (raison pour laquelle je parle de ce chapitre. Il nous permet vraiment de se mettre dans la peau de Piquemouche). Quand aux méchants, j'en ai rarement vu d'aussi cinglés (surtout pour l'un d'entre eux. Il lui manque vraiment plus qu'une case). Je n'en dirais pas plus. J'ai déjà l'impression de spoiler...À moins que je ne vous perde encore plus pendant votre lecture.

En bref, voilà une nouvelle lecture qui m'a plus que surprise. Je le conseille aux amateurs de thrillers polars, vous aurez de quoi être surpris (c'est vrai que je n'en lis pas beaucoup mais c'est mon ressenti). Je le recommande également à ceux qui veulent de l'originalité ou qui aiment l'uchronie. Et pourquoi pas à quelqu'un qui aurait juste envie de se laisser tenter?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2017-12-21T23:27:34+01:00
Malheur aux gagnants

Un polar qui brasse les différents genres du roman populaire, les détectives amateurs, la SF, l'espionnage... Avec un improbable trio de gueules cassées pour mener la danse, dans une société des années 1930 qui se dirige inexorablement vers une nouvelle catastrophe. C'est enlevé, plein d'humour et de clins d'oeil, plein d'idées originales et amusantes, dont celle qui est au centre de l'intrigue.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2017/12/un-billet-pour-le-cimetiere-drole-de.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2018-02-10T23:30:22+01:00
Merhaba

Heylbroeck délaisse un temps l'imaginaire pour nous proposer un polar de facture très classique, mais avec de vrais intérêts : d'une part, un antihéros mène l'enquête, un assistant social en charge de dossiers de demandes d'asile ; d'autre part, un gros plan sur un pays qu'on connaît mal, l'Erythrée, terrible dictature africaine. Un polar à la fibre sociale en prise directe avec notre actualité.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2018/02/ce-sont-des-gamins-qui-ont-fui-leur.html

Afficher en entier

Dédicaces de Julien Heylbroeck
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Black coat press : 4 livres

Rivière Blanche : 2 livres

ActuSF : 1 livre

Le Carnoplaste : 1 livre

Editions Deleatur : 1 livre

Les moutons électriques : 1 livre

Les Saisons de l’Étrange : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode