Livres
451 047
Membres
396 159

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Junichirô Tanizaki

182 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilwen 2010-10-05T08:44:22+02:00

Biographie

(1886-1965)

Un des sept enfants d'une riche famille de commerçants de Tokyo, Junichiro passe une petite enfance heureuse entouré d'une mère et d'une vieille nourrice affectueuses, son père étant un homme plutôt effacé. Il était destiné à reprendre les affaires, mais à partir de 1888, la famille connaît une période nettement moins faste et emménage dans une maison modeste. Inscrit en 1908 à l'université impériale de Tokyo, Junichiro se voit contraint de la quitter pour des raisons financières, mais, décidé de devenir écrivain, réussit à publier une pièce de théâtre 'Naissance'. Suivent 'Le Tatouage' (1910), 'Les jeunes garçons' (1911) et 'Tourbillon' qui lui attirent les foudres de la censure. Dans toute son oeuvre Tanizaki explore le désir sexuel, abordant sadomasochisme, fétichisme, homosexualité et scatologie sans aucun jugement moral ou religieux, contrairement aux auteurs de son époque. Séduction et menace de mort sont des thèmes centraux ainsi que l'infidélité, la perfidie et la trahison ; et les mauvais gagnent toujours. Tanizaki publie 'Le Goût des orties' (1928), 'Chrystanthème dans la tourmente' (1930), 'Le coupeur de roseaux' (1932), 'Shunkin, esquisse d'un portrait' (1933), et 'Eloge de l'ombre' (1933). En 1944, 'Brume de neige' est interdit de publication, les écrivains étant tenus durant la guerre, d'exalter les valeurs traditionnelles. 'La clef' (1956) et le célèbre 'Journal d'un vieux fou' (1961) sont parmi ses derniers écrits.

(Source site de la Fnac)

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.46/10
Nombre d'évaluations : 39

4 Citations 26 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Junichirô Tanizaki

Sortie Poche France/Français : 2017-01-19

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par zaphrinamakichan 2017-04-19T07:44:56+02:00
Louange de l'ombre

http://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2017/04/louange-de-lombre-de-tanizaki-junichiro.html

Ce livre est un classique de la littérature japonaise que je ne connaissais pas. Il a été écrit en 1933. Je vous vois venir d'ici. "Mais c'est vieux!" ou "Ce n'est plus d'actualité!" Je vous arrête tout de suite chers abonnés ou lecteurs de passage. Ce livre est toujours d'actualité si ce n'est plus encore sur pas mal de sujet. C'est assez impression. Certains passages m'ont fait sourire voir rire tant cela me renvoyait à des souvenirs personnelles. Pourtant, je ne suis absolument pas japonaise. Alors en quoi ce livre est-il si fabuleux?

Commençons par l'écriture de l'auteur. Il a écrit cet ouvrage comme il l'a pensé. En tout cas, cela donne cette impression. Cette authenticité est touchante. On ne peut s'empêcher d'imaginer l'auteur observer un endroit ou un objet et de voir l'expression de son visage à la lueur d'une pensée personnelle naissante. Sa capacité de raisonnement est fascinante. Son style est clair, simple et efficace mais doté d'une élégance incroyable. Il arrive tout de même à nous parler des toilettes et à rendre le sujet intéressant. (Ne riez pas. C'est très sérieux. J'avoue que ça me faisait rire jusqu'à un passage qui expliquait le pourquoi il mentionne le sujet).

Poursuivons sur le fond de ce texte. Comme dit précédemment, il est fascinant non dans le Japon des années trente que l'on évoque mais dans le fait qu'il est toujours d'actualité. L'histoire de l'invention d'un simple stylo plume et de son impact sur la société japonaise nous semble improbable et pourtant. Je vous recommande vivement de le lire si vous souhaitez en savoir plus. Ça m'a réellement stupéfaite. Il y parle également des différences entre les occidentaux et orientaux pour reprendre ses mots mais également les points communs, l'impact des nouvelles technologies, la place des personnes âgés dans une société toujours plus accès sur la jeunesse...Beaucoup de sujets toujours actuels, vous en conviendrez.

Toutefois, je vais vous expliquer pourquoi il n'aura pas de petit cœur coup de cœur. J'ai trouvé la fin un peu longue. Il se répétait un peu dans ses propos autour du théâtre nô et kabuki. Malgré ma fascination, j'avoue que quelques pages en moins n'auraient pas été de refus. (Il fallait bien que je lui trouve un défaut)

En bref, j'avais acheté ce livre pour répondre à ma passion pour le Japon sans forcément avoir un réel intérêt pour le thème et j'en ressors bousculé et plus que satisfaite. À lire d'urgence.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pwachevski 2017-08-31T20:26:17+02:00
Svastika

Bon comme d'hab' je ne sais pas parler des livres que j'ai adoré, mais simplement, quelle claque ! J'ai sincèrement trouvé ce livre absolument fascinant. Il m'a happé dès les premières pages, et je n'ai pas pu le lâcher jusqu'à la fin. J'avais jamais dans ma vie ressentis ce "suspense de thriller" dans un livre romantico-dramatique. Je me suis totalement prise au jeu de cette intrigue complexe et emmêlée, un labyrinthe où les amours et les manipulations sont multiples et imbriqués les uns dans les autres. Je pense le relire bientôt d'ailleurs, car je ne suis pas certaine d'en avoir perçu toutes les subtilités à la première lecture.

Le style d'écriture est très sobre, mais agréable et fluide. J'ai particulièrement apprécié l'angle sous lequel l'auteur a choisi de montrer son histoire, à travers les yeux d'un personnage. Une narration à la première personne parfaitement gérée, qui laisse entrevoir la personnalité de son personnage, ainsi que ses états d'âme, et qui apporte même quelque chose à l'intrigue. Spoiler(cliquez pour révéler)Faut-il vraiment croire tout ce que dit Sonoko ? Est-ce qu'elle ne cherche pas à manipuler également son interlocuteur ? Mais en fait tous les personnages sont intéressants et là encore complexes. On ne sait jamais vraiment comment les cerner. Chacun à ses secrets, sa part de narcissisme, de perversion et de machiavélisme, et ils cherchent tous à leur tour et à tirer les ficèles de cette relation à leur avantage. Le tout est décrit avec délicatesse, beaucoup de non-dits, et sans aucune description d'acte sexuel, contrairement à ce que le thème et les couvertures pourraient faire penser. Ça rend le livre d'autant plus percutant, je trouve, car il en devient très cérébral. Il n'est pas question d'une attirance physique un peu bestiale, mais bien d'une envie d'être aimé et de sortir "vainqueur" de cette relation, en écrasant au passage les autres prétendants.

L'intrigue a quelque chose d'un peu extrême tout de même. On peut par moment avoir du mal à y croire et/ou trouver le personnage principal trop naïf. Mais mis à part la toute fin du livre Spoiler(cliquez pour révéler)(Le mari qui tombe sous le charme de Mitsuko en un claquement de doigt, alors qu'il la connaissait déjà, et le coup des somnifères) ça ne m'a pas dérangé. Je pense qu'il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre non plus, et ce n'est qu'une illustration aux traits un peu grossis d'à quel point on peut se faire mal soi-même par amour pour quelqu'un. On décrit un sentiment complexe, fait d'un mélange d'amour, de jalousie, de tendresse, de compassion, de mensonge, de bonheur et de souffrance.

Je trouve cette intrigue d'autant plus étonnante que le livre est quand même assez ancien (écrit dans les années 20) et se déroule dans un japon traditionnel, où avortements, contraceptions ou même couples non-mariés sont assez impensables. Certaines visions des choses peuvent de ce fait paraitre un peu datées, notamment dans la description de l'homosexualité, sur la place de la morale, ou dans la façon dont parents et maris contrôlent la vie de leur fille/épouse. Si ça me gênerait dans un livre écrit à notre époque, je l'accepte ici, car je trouve que ça participe aussi à nous plonger dans l'ambiance.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Croquignolle 2017-10-30T12:00:18+01:00
Le meurtre d'O-Tsuya

Un voyage en train m'a suffi pour être plongée instantanément dans cet univers nippon que j'aime beaucoup. Dépaysement garanti ! Sans chichi, sans fioritures.

L'histoire est simple, presque banale. Pourtant la plume de Tanizaki sait relever un instant, un regard, une parole. La poésie envahit les pages et invite le lecteur à la contemplation, à la fascination.

Je ne pense pas que ce roman laisse une immense trace derrière soi. Mais il permet de passer un moment agréable à l'autre bout du monde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mimori 2018-01-31T22:43:16+01:00
Le goût des orties

Une lecture fascinante, portée par la beauté des mots et la justesse de la narration. Tout pousse à questionner l'influence de l'occident et l'évolution des mœurs dans une société en pleine mutation, mais également les rôles et devoirs des époux dans un couple. Cela permet de former un très beau portrait de l'échec d'un mariage, ce qui est en soi surprenant dans le bon sens du terme.

Afficher en entier
Un amour insensé

Un roman classique, par un auteur qui ne l’est pas moins, et qui raconte une histoire qui ne l’est pas du tout !

Nous sommes en 1918. Jôji, un jeune ingénieur de vingt-huit ans, tombe éperdument amoureux de Naomi, serveuse dans un bar. Jusque là, rien que de très banal. Sauf que Naomi a à peine quinze ans. Inutile de faire les gros yeux en pensant à Lolita : rien que de très normal dans le Japon de l’époque, car ce brave Jôji va épouser le plus civilement du monde la très (trop) jeune Naomi, pensant sincèrement qu’entre ses mains, il gérera l’éveil de ses sens et fera d’elle une épouse aussi accomplie et traditionnelle que soumise… Évidemment, les choses ne vont pas vraiment se passer ainsi. Naomi va vite révéler, outre un tempérament de feu, un gout certain pour les jolies choses et une volonté encore plus certaine de liberté, et ce dans tous les domaines. Elle va constituer ainsi l’archétype de ce que l’on a appelé au Japon, à l’époque, les « moga », les « filles modernes », et va faire tourner en bourrique son infortuné, mais toujours irrémédiablement passionné, époux.

L’histoire de ce couple haut en couleur s’étale ainsi entre 1918 et 1926, dans un Japon en pleine révolution culturelle occidentale. C’est un roman plaisant, parfois comique, tant l’aveuglement du pauvre Jôji et la vanité de ses désirs sautent aux yeux. C’est aussi, en filigrane, une formidable histoire pleine de vitalité, de liberté, qui rend hommage à sa façon aux femmes japonaises de l’époque.

À la suite d’une erreur, j’ai lu ce roman dans la traduction anglaise de Chambers puis dans sa version française, chez Folio. Ce dernier éditeur (je sais, je me rends compte que je me plains souvent de Folio…) croit indispensable de faire précéder le roman d’une préface d’A. Moravia qui vient, bien dans l’air du temps, comme un cheveu sur la soupe, nous expliquer à quel point l’occident en général et l’Amérique en particulier sont coupables de tous les maux, surtout au Japon où, bien entendu, « sétémieuavan ». Pour qui connait un peu, et même beaucoup, le pays et son histoire, on est prié de ne pas rire. Naomi apporte un démenti total à cette sociologie de la repentance en montrant, bien au contraire, comment une jeune femme, à l’orée du vingtième siècle, affirme contre une tradition de la soumission la réalité et la force de ses désirs, de ses goûts et son amour immodéré de la liberté de vivre. Là où Folio voit un personnage « cynique, vulgaire, inconstant », Chambers voit une "femme qui défie les rigidités de la société japonaise traditionnelle", et moi une femme qui ose la liberté dans une époque et un milieu bien peu propice. Voilà du moins ce que j’ai retiré de ma lecture. Et vous, qu’en penserez-vous ? Tanizaki vous tend les bras.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JLB21 2018-08-17T21:35:02+02:00
Le meurtre d'O-Tsuya

Junichirô Tanizaki nous présente les mésaventures d’une belle jeune femme, O-Tsuya, séductrice et manipulatrice et d’un modeste jeune homme, Shinsuke, respectueux des conventions, amoureux et naïf. Lesquelles mésaventures finiront en tragédie… Belle description de la société japonaise des débuts du XXe siècle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fiametta 2019-01-06T07:22:31+01:00
Un amour insensé

Tanizaki est un auteur magnifique. "un amour insensé" n'est pas mon préféré, mais malgré le malaise qu'il m'a procuré à certains moments, je l'ai lu jusqu'au bout. C'est un roman réaliste jusque dans la trivialité, et les descriptions de certains personnages sont cruelles. l'histoire est assez sordide, une histoire d'amour pas romantique du tout et j'ai éprouvé de la répulsion pour Naomi et Jiro. Et pourtant... c'est un super roman. Je l'ai lu dans la traduction française et je me doute que l'oeuvre y perd de sa saveur, mais je le conseille vivement.

Afficher en entier
Le chat, son maître et ses deux maîtresses

J'ai lu ce livre il y a quelques années et il m'a donné l'envie de lire les autres romans de Tanizaki. C'est bien sûr la version française que j'ai lue, mais la traduction est agréable. l'histoire est très prenante, remplie de détails de la vie quotidienne au Japon avant l'ère de l'occidentalisation. Les personnages sont bien décrits, dans leur comportement, le cours de leurs pensées, Tanizaki ne les épargne pas, y compris la chatte. Très bon roman, assez court. Parfait pour découvrir cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fiametta 2019-01-08T18:30:23+01:00
Le goût des orties

j'ai surtout aimé ce livre dans sa description des moeurs traditionnelles : l'encens, les feuilles de cèdre jetées dans les toilettes (si, si), les serviettes chaudes apportées au voyageurs fourbus, ainsi que la description de la beauté féminine vue par les yeux des japonais et leur amour particulier pour les petites dents de lait. l'écriture de Tanizaki est très belle, et sensuelle dans les descriptions de la lumière faible, des couleurs, des goûts, des odeurs. Très beau roman, que je relirai certainement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hawlink 2019-01-18T21:18:51+01:00
Svastika

Dans l'ensemble, c'est un roman que j'ai trouvé divertissant, agréable à lire, mais qui ne propose pas à mon goût la force émotionnelle et la profondeur thématique (en l’occurrence psychologique) que j'aurais aimé y trouver.

Le sujet se portait pourtant bien à une telle richesse, mais à vrai dire, je n’ai pas réussi à m’attacher au duo de personnages principaux formé par Mitsuko et Sonoko. Dès le début du livre, le traitement de leur relation m’a paru assez peu maîtrisé – faisant un peu trop vite le pont entre simple connaissance et amour fou. Alors certes, le début du roman a pour but de représenter une relation qui est avant tout passionnelle et physique, pas sentimentale, mais je n’ai pas pu me prendre au jeu. De plus, la complexité et l’extravagance de l’intrigue, bien qu’elles fassent le sel du roman et qu’elles soient à l’origine de son aspect divertissant, n’ont pas aidé à ajouter une crédibilité potentielle à cette relation centrale qui aurait mérité un traitement moins loufoque.

L’œuvre se transforme en véritable thriller par la suite, avec l’introduction et le développement du personnage de Watanuki, qui est ma foi aussi délirant que réussi. La façon dont il manipule l’intrigue, ses pointes de folie obsessionnelle et ses méthodes non-conventionnelles (les nombreux contrats en tête) en font un protagoniste véritablement fascinant à suivre. Les différents nœuds de scénario se mêlent élégamment afin de rendre le roman véritablement accrocheur.

Malgré ça, j’ai trouvé qu’à force de s’embourber de plus en plus profondément dans ce jeu du chat et de la souris entre les quatre personnages majeurs, le livre n’hésitait plus à sacrifier pleinement le reste. Les tentatives d’émotion, de poésie – bien que présentes – restent au stade d’essai à mon goût, écrasées par les imbroglios de l’intrigue. De plus, la volonté de créer un roman psychologiquement fort tombe à l’eau en raison des extrêmes assez absurdes atteints par le scénario. Un récit agréable donc, mais pas marquant.

Afficher en entier

Dédicaces de Junichirô Tanizaki
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 16 livres

Editions Philippe Picquier : 2 livres

POF : 1 livre

Verdier : 1 livre

Editions Sillage : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode