Livres
472 578
Membres
445 360

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

K.A. Applegate

Né(e) le 1956-07-19 ( 63 ans )
1 339 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Katherine Applegate's many books include the Roscoe Riley Rules chapter book series, the picture book The Buffalo Storm, and the award-winning novel Home of the Brave. With her husband, Michael Grant, she wrote the hugely popular series Animorphs, which has sold more than 35 million copies worldwide.

Katherine was inspired to write The One and Only Ivan after reading about the true story of a captive gorilla known as Ivan, the Shopping Mall Gorilla. The real Ivan lived alone in a tiny cage for twenty-seven years in a Washington State shopping mall before being moved to Zoo Atlanta after a public outcry. He was a beloved celebrity at the zoo, which houses the nation's largest collection of western lowland gorillas. Ivan was well-known for his paintings, which he "signed" with a thumbprint.

Katherine lives in California with her husband and two children.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
673 lecteurs
Or
1 422 lecteurs
Argent
1 175 lecteurs
Bronze
1 059 lecteurs
Lu aussi
1 382 lecteurs
Envies
1 336 lecteurs
En train de lire
50 lecteurs
Pas apprécié
72 lecteurs
PAL
847 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.78/10
Nombre d'évaluations : 294

0 Citations 478 Commentaires sur ses livres

Alias et noms de plume

  • Katherine Applegate
  • Katherine Alice Applegate

Dernier livre
de K.A. Applegate

Sortie France/Français : 2019-05-23

Les derniers commentaires sur ses livres

Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste

J’aime souvent me lancer dans ces romans pour le côté très imaginatif des auteurs jeunesse. L’imagination se confronte souvent aux barreaux de la raison et du réalisme lorsqu’on écrit pour un public adulte. Pourtant, de jeunes enfants continuent à habiter en chacun d’entre nous. Et, il faut parfois les nourrir afin de ne pas laisser nos imaginations dépérir. En ouvrant ce roman, je m’attendais à une dose d’imagination hors du commun … Mais, je fus quelque peu déçue !

Pourquoi cette déception ? Avant même d’ouvrir le roman, je me suis attardé sur sa couverture. Elle est très belle, certes, mais j’ai rencontré un problème : le personnage central, Byx, ne me semblait pas suffisamment mis en valeur. Je m’explique ! Il est au centre de la couverture, mais pourtant, il ne dégage rien. Rien, parce que pour une œuvre pleine de fantaisies, Byx ne représente qu’un chien. Être un chien n’empêche pas d’être un héros, je suis d’accord ! Mais pas dans un roman vantant des créatures extraordinaires. Byx, de prime abord, n’a rien de d’extraordinaire contrairement à Tobble, qui, lui, a une frimousse toute mignonne et une particularité : trois queues. D’autre part, le physionomie de Byx est très mal réfléchie : pour qu’il puisse tenir assez longtemps sur ses pattes et marcher comme un Homme, elles devraient être bien plus grandes. Petit problème de cohérence dans l’illustration, donc. Mais bon, rien de bien grave à ce niveau. Malheureusement, ma déception a continué de s’agrandir en apprenant la particularité de Byx. Cet animal qui ressemble fortement à un chien, si ce n’est ses doigts, a le don de déceler le vrai du faux des paroles des autres. Super, ça c’est du pouvoir et de l’imagination ! Et si le problème s’arrêtait là … Byx a autant de charisme qu’une batavia sur l’étal d’un hypermarché. Je me demande encore pourquoi l’auteur l’a choisi comme personnage principal alors que tous les autres qui fourmillent autour de lui sont largement mieux que lui. En réalité, je n’ai rien éprouvé pour Byx. Mes seules inquiétudes allaient à Tobble et à Gambler. Impossible de m’attacher à Byx. En ce qui concerne Khara, comment dire ? Pourquoi une enfant de quatorze ans a autant de jugeote qu’une adulte d’une trentaine d’années ? Pourquoi jamais ne ressemble-t-elle à une enfant alors que Renzo, qui a son âge, ressemble vraiment à un enfant ? Ça donne un léger goût d’incrédibilité à l’histoire et c’est dommage.

J’ai aussi eu affaire à quelques (peu) incohérences. Au tout début, Byx décrit Tobble comme un animal brun alors que dans le reste de l’œuvre, Tobble a une fourrure blanche, presque bleu-argentée. Ce pauvre animal semble avoir été l’oublié de la relecture … Tobble, animal qui se nourrit que d’insectes et de végétaux, se verra une ou deux fois manger de la viande, comme les autres.

Point positif, malgré tout, parce qu’il en faut : le postulat de base me plaît beaucoup ! Ce roman est une façon d’éduquer les jeunes sur l’importance de la vie de toutes les espèces sur Terre et de les sensibiliser à leur protection. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui a fait que j’ai voulu lire ce roman, et c’est toujours pour cette raison que je lierais la suite.

Enfant, je pense que j’aurais apprécié lire cette œuvre bien qu’elle ne m’aurait pas marqué comme le fameux Harry Potter a pu me marquer. Cela-dit, ça reste un roman intéressant et assez attractif pour un jeune public.

Afficher en entier
Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste

J'ai reçu ce livre gratuitement dans le cadre d'une opération critique (hors booknode) et je remercie les éditions du Seuil pour ce geste.

Malheureusement, je n'ai vraiment pas trouvé le premier tome de cette trilogie digne d'intérêt. Pourquoi? Plusieurs raisons qui vont être détaillées plus bas : l'écriture est pour moi le gros point négatif de ce livre, ensuite il y a quelques incohérences, des personnages qui n'ont pas un comportement en rapport avec leur physiologie et divers autres points qui m'ont bloqué dans cette lecture.

Première chose, la couverture : habituellement je ne choisis JAMAIS un livre par rapport à sa couverture. Beaucoup de lecteurs font ce choix, mais je préfère me référer à des extraits et au résumé. Bref, cette couverture est belle, dans des tons bleus un peu froids, dans un monde montagneux visiblement. Alors des montagnes, vous n'en verrez pas, mais bon, ça encore ça reste un choix graphique, donc admettons. Byx, le personnage principal, qui n'est pas un chien mais une dairne et Tobble, un wobbyk sont représentés en premier plan. Sauf que, déjà il y a des incohérences avec Byx, qui est décrit dans les premières pages comme brun (page 28 "quelque chose de petit et de brun" mais est bleu argenté dans tout le reste du livre (et donc sur la couverture), ces trois queues sont difficilement lisibles de loin et il faut vraiment s'y attarder pour comprendre qu'il en a plusieurs. Quand à Byx, on dirait juste un labrador, ses mains (sensées avoir des pouces opposables? Vu qu'elle peut manipuler l'épée) diffèrent des chiens, pareil pour ses pattes, ce qui lui permet de se tenir debout. Sauf qu'il y a des gros problèmes de cohérence entre le dessin de la couverture et la possibilité de se tenir debout : ses pattes arrières sont très très petites, à plusieurs moment dans le récit elle se met à 4 pattes pour ressembler à un chien, ce qui est impossible de faire avec de telles pattes, elle ressemblerait plus à un gros lapin. Et la taille de ses bras! On dirait qu'elle peut toucher en dessous de ses genoux sans même bouger. Après cela reste une couverture, pas le point le plus importants pour ma part. Globalement elle est jolie, mais il faut la regarder de loin.

Niveau écriture maintenant, et c'est là le gros problème du livre pour ma part. La plupart des phrases s'articulent ainsi : sujet + verbe + complément + point. La faute à l'écriture ou à la traduction? Je ne saurais dire, mais la petitesse des phrases casse la lecture et est désagréable au final. Ensuite, du chapitre 1 au chapitre 60, il y a exactement 391 pages. Soit une moyenne d'environ 6 pages recto par chapitre (5 1/2 si on compte le titre du chapitre). Donc environ 3 pages recto-verso par chapitre. Là je dois avouer que je ne comprends pas l’intérêt. En plus de gâcher du papier, comme l'écriture, le rythme de lecture est coupé pour rien. Et j'ai parfois eu le sentiment que l'écriture était très allégée, pour de l'écriture jeunesse. Au point où je me suis posée cette question : est-ce que l'autrice ou la traductrice prend en compte que les enfants peuvent lire des phrases complexes? Adaptée peut être, mais pas à ce point.

Ensuite les personnages, bon point, ils évoluent au fil du livre et d'une manière intéressante. Mais la plupart ont des problèmes, déjà Byx est censée ne pas connaître le monde et globalement, à part quelques moments, rien n'a l'air de l'étonner plus que ça. Son "don" de lecture du mensonge est exploité dans le dernier quart du livre (elle y découvre aussi l'ironie, pourtant utilisée dès le début). C'est le personnage principal mais je n'ai pas pu m'y attacher, elle manque de charisme. Pourtant les autres personnages sont intéressant, j'ai adoré Gambler et Tobble, qui sont beaucoup plus développés. Khara quand à elle, qui a 14 ans, parle et agit comme une adulte surdouée de 35 ans. C'est toujours difficile d'équilibrer les jeunes personnages, mais d'autres, comme Renzo et Luca, sont beaucoup plus adaptés à leurs âges que Khara. Luca lui, m'a fortement déçu : tout allait pour le mieux jusqu'à un événement, mais une seule phrase a laissé un indice dessus. Du coup la surprise était totale mais amère, car on passe du coq à l'âne en trois lignes.

Certains autres personnages, croisés en quelques lignes ont également de gros problèmes, ils changent de caractère de manière totalement subite et sans prévis. D'autres incohérences, notamment au niveau des régimes alimentaires des animaux, mais passons, ce n'est pas non plus le sujet du livre. Cependant, pour un roman de fantasy, il aurait été intéressant de travailler toutes les créatures animales et de se tenir aux indications décrites dans le livre.

Quand au scénario, il est intéressant. L'autrice prend en main un sujet grave : l'écologie et plus précisément l'extinction de masse, ère dans laquelle l'humanité a un rôle sans précédent. Sensibiliser les jeunes sur les sujets écologique est fondamental et les livres sont un bon moyen. Globalement l'histoire tiens la route, les péripéties restent correctes, mais souvent l'autrice prend des raccourcis très raccourcis. Je pense que c'est dû au découpage des chapitres, qui obligent en quelque sorte à des scènes très courtes, alors qu'il aurait été très intéressant de développer certaines parties, quitte à en couper d'autres. Toutes les scènes de fuite, de combat, ... paraissent extrêmement courtes et c'est pourtant une force dans ce livre. La fin est correcte, très intéressante pour Tobble, enfin mis en valeur, moins pour les autres personnages.

Maintenant, ceci est une critique avec un regard adulte. Si je me mets à ma place avec des années en moins, je ne suis pas sûre que je l'aurais réellement apprécié. J'imagine que ce livre est adapté au niveau collège. Hors à cette époque je lisais Licia Troisi, Bottero ou Erik L'Homme, et face à eux, j'aurais eu du mal.

Ceci dit, je pense que l'autrice fait un bon travail, qui mérite un développement beaucoup plus approfondit, avec une restructuration de l'écriture et des chapitres, ainsi qu'une relecture correcte pour éviter toute incohérence. Sans les incohérences et l'écriture, le livre reste assez bon dans l'ensemble.

Je suis sincèrement gênée de faire une telle critique et ne souhaite blesser personne avec celle-ci, mais je pense sincèrement qu'il y a beaucoup de choses à revoir. Après, à voir avec d'autres avis de lecteurs, peut être plus jeunes et qui auront une autre vision des choses! Honnêtement, je suis curieuse de voir la suite, car j'espère que la série va s'améliorer. Je pense que je la lirais en bibliothèque. Ce livre sera déposé en boite à livre pour circuler librement auprès d'autres lecteurs!

Afficher en entier
Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste

Superbe livre qui nous emmène dans le monde de byx je me suis retenue pour ne pas le livre Trops vite mais dès que j avait le temps je me plonger dedans

Hâte de lire la suite.

Afficher en entier
Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste

Ce roman m'a rappelé à quel point j'aimais lire.

Après une longue pause j'ai décidé de reprendre la lecture avec de la littérature jeunesse, et autant dire que "Le Monde de Nedarra" remplit merveilleusement bien son rôle.

C'est suffisamment bien écrit pour passionner, c'est-à-dire le but le plus important quand on s'adresse à un public jeune ; il faut donner envie de lire. C'est exactement l'effet que les aventures de Byx ont eues sur moi.

Je compte lire la suite dès qu'elle sera disponible.

Faites un(e) heureux(se) autour de vous, offrez "Le Monde de Nedarra" à des collégiens curieux !

Afficher en entier
Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste

https://revesurpapier.blog4ever.com/le-monde-de-nedarra-de-katherine-applegate

Les dairnes sont une espèce en voie de disparition. Il n'y a plus que trente neuf membres dans la meute de Byx et ils sont contraints de se cacher. Alors que ces tous derniers dairnes se préparent à un grand voyage pour rejoindre la première colonie, la petite Byx choisit d'aller voir la mer une dernière fois avant le départ. Sa petite escapade ne se passe pas comme prévu puisqu'elle sauve un petit wobbyk. Mais surtout, à son retour, elle assiste à une véritable scène d'horreur. Tous les dairnes ont été massacrés...

L'auteure nous plonge dans un monde tout à fait remarquable et c'est la première belle surprise de la lecture. Catherine Applegate a créé toute une faune et des espèces fascinantes avec lesquelles on se familiarise peu à peu. Les descriptions sont complètes et nous permettent d'imaginer sans aucun mal à quoi ressemblent un dairne, un wobbyk, un raptidon, un félivet... etc. Une petite dizaine d'espèces nous sont alors présentées au cours du roman et elles font partie des espèces dirigeantes de ce monde, toutes soumises au maître Murdano (même l'espèce humaine, oui oui). On prend plaisir à découvrir leurs particularités et même les coutumes de leur espèce, pour certaines d'entre elles. C'est fascinant !

Deuxième belle surprise, les héros de l'histoire, à commencer par Byx. Considérée comme la plus petite et la plus maladroite de sa meute, elle est désormais l'Ultimon, la dernière de son espèce. Si elle doute beaucoup de sa valeur et d'elle-même, on ne tarde pas à s'attacher à cette héroïne qui a tout perdu. L'auteure en a fait un personnage touchant et précieux. Elle qui rêvait d'aventures, elle va être servie même si cela se déroule dans de bien tristes circonstances. Puis au fil de la lecture, une équipe quelque peu inattendue se forme. Ce sont des espèces qui n'ont pas pour habitude d'interagir ensemble, et pourtant. J'ai eu un petit coup de cœur pour Tobble, qui est probablement la petite créature la plus courageuse de la troupe.

Les aventures de Byx et de sa nouvelle famille nous emmènent très loin dans le Royaume de Nedarra. Les embûches sont nombreuses et c'est sans compter l'hypocrisie humaine ou encore la soif de pouvoir qui guident l'ennemi. On est bien loin de la préservation des espèces menacées ! L'auteure nous offre un véritable voyage qui se transforme en long combat, ou plutôt en quête de vérité dans laquelle on s'implique autant que nos héros. Ce premier tome fait aussi partie de ces romans jeunesse qui mettent en avant de très belles valeurs comme la loyauté et le courage. Je lirai la suite avec plaisir !

Afficher en entier
Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste

Ce roman de fantasy se situe dans un univers dans lequel plusieurs espèces comme les humains, ou les dairnes, des sortes de chien doués d’intelligence, se partagent le monde. Mais les humains ont la fâcheuse tendance à exterminer les autres.

Le livre est intéressant, l’histoire est bien structurée et les courts chapitres relancent à chaque fois le lecteur, ce qui fait de ce premier opus une lecture adaptée pour les adolescents.

Le récit se base sur la destruction des races vivantes, ce qui est aussi un sujet d’actualité, ce qui ravira les jeunes lecteurs aux envies écologiques.

Les personnages sont assez complexes et le mélange des différentes races, des différentes cultures, font que chacun apporte réellement une pierre à l’édifice. Les personnages de Byx et celle qui l’accompagne dès le début Khara, sont attachants et les lecteurs s’identifieront facilement.

Enfin, le récit est parsemé de rebondissements ce qui nus fait arriver à la fin du premier tome avec l’envie de découvrir ce que le deuxième proposera.

Afficher en entier
Prénom Zoé, tome 1 : Mauvaise soirée

La première fois que j'ai lu ce livre c'était il y a au moins 5 ans. Je l'avais pris à la bibliothèque pour les vacances mais je n'ai pas pu trouver le tome 2 et très vite la bibliothèque s'est débarrassée de toute la série, probablement parce qu'elle était trop vieille. J'ai fini par retomber dessus sur internet et acquérir l'ensemble de la série. Honnêtement j'avais peur d'être déçue mais ce livre est comme dans mon souvenir. L'ambiance en quasi huis clos sur l'île donne une bonne dynamique comme la diversité de points de vue qu'on aborde. Les personnages sont tous intéressants bien que Zoé soit légèrement agaçante. Lucas est tout particulièrement touchant, même avant qu'on apprenne à connaître l'ensemble de l'histoire. Après tout il n'avait que 15 ans, c'était Wade qui devait être l'adulte responsable du petit groupe le jour de l'accident. Bon par contre leur histoire d'amour est attendue et sans aucune surprise, et aussi trop rapide. D'autres relations comme celle de Ben et de Nina sont beaucoup plus intéressantes. Ma grande question vis à vis de la suite concerne l'attitude qu'adoptera Claire par rapport à Lucas après les révélations de la fin. Elle ne peut décemment pas continuer avec Jake la croisade qu'elle menait contre lui.

Afficher en entier
Prénom Zoé, tome 2 : Coup de théâtre

Le début de ce tome est un peu longuet, on attend des choses des personnages qui ne viennent pas. Une réaction de la part de Claire ou du moins qu'elle se torture un peu. Zoé est certes une ado mais elle agit avec très peu de jugeote. Elle trompe son copain, et elle s'attend juste à ce qu'il lui pardonne comme ça. Elle est totalement indélicate et persuadée d'être une héroïne tragique. Bref le personnage agaçant par excellence, heureusement que les personnages secondaires sont là pour rattraper le coup.

Je ne m'attendais pas à ce comportement de la part de Claire, pas après qu'elle a retrouvé ses souvenirs. Mais c'est le genre de personnages qu'on adore détester. Elle n'est toutefois pas cohérente, quand elle pensait que Lucas conduisait, elle lui en voulait terriblement et le pensait seul responsable mais maintenant qu'elle sait que c'était elle, elle pense que les autres ont une part de responsabilité.

À la fin du tome toutefois, les choses se dénouent comme on s'y attendait, ce qui me donne hâte de connaître la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cairy 2019-09-17T23:29:27+02:00
Prénom Zoé, tome 3 : Le secret

Je préfère largement ce tome au précédent, la vérité ayant été dévoilée on s'intéresse moins au couple impossible de Lucas et de Zoé qui n'est plus aussi impossible après les révélations du tome précédent et plus aux personnages laissés auparavant en retrait, surtout Nina et Claire. Avec ce qu'on a pu lire en filigrane dans le tome précédent et le titre original (Nina won't tell), on pouvait se douter du thème abordé dans celui-ci. Ce n'en est pas moins douloureux. L'auteur nous amène à deviner ce qui est arrivé à Nina sans le dire mais en ne laissant toutefois aucun doute. Puis c'est dit clairement et elle se dit coupable de ce qui s'est passé et c'est affreux. L'auteur a vraiment su magistralement traiter le sujet entre pudeur et cruelle vérité. Au moment où Nina a affronté son agresseur ça m'a pris aux tripes. Ce tome est bien au dessus des précédents.

Jake est vraiment mis en avant également, et plus comme un gamin colérique, obsédé par sa copine et capricieux (je n'avais pas du tout une bonne image de lui jusque-là) mais nous est dévoilé avec ses faiblesses.

Un livre vraiment bouleversant et une très bonne surprise.

Afficher en entier
Prénom Zoé, tome 4 : Descente aux enfers

Un tome dans le prolongement du précédent, qui commence quelques instants après la fin du précédent. Heureusement d'ailleurs, il aurait été vraiment dommage de nous priver de la confrontation entre Aisha et Christopher. Ce tome traite du racisme qui malheureusement est trop présent encore dans nos sociétés, il le fait simplement et sans originalité mais c'est bien d'aborder ce thème.

Au niveau de l'intrigue, on se trouve tout de même dans une ambiance plus légère, plus décontracté mais sans oublier les évènements dramatiques précédents. J'ai adoré le développement de la relation entre Ben et Nina.

Afficher en entier

Dédicaces de K.A. Applegate
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard Jeunesse : 63 livres

J'ai lu : 19 livres

HarperCollins : 4 livres

les éditions scholastic : 3 livres

Bayard Jeunesse : 2 livres

K.A.Applegate : 1 livre

Mango poche : 1 livre

Gallimard : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode