Livres
469 626
Membres
437 194

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Kamel Daoud

159 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2011-04-06T22:14:45+02:00

Biographie

Mr Kamel DAOUD est un journaliste; Chroniqueur-reporter, né le 17 juin 1970 à Mostaganem. Après l'obtention d'une licence en Langue Française en 1993, à l'Université d'Es-Sénia - Oran, il prépare actuellement une thèse de Magister. En 1995, il est recruté comme journaliste au "Quotidien d'Oran" et en seulement quatre années de métier, il gravit tout les échelons jusqu'a devenir Rédacteur en Chef. Considéré comme la plume la plus talentueuse de la presse écrite, ce passionné d'Analyses politiques, économiques, d'histoire et de littérature a réussi avec son œuvre "L'Arabe et le Vaste Pays de Ô" à suscité l’enthousiasme général et même une sincère admiration de la part des membres du Jury du prix Littéraire Mohammed DIB qui l’ont couronné pour cette session 2008.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
11 lecteurs
Or
21 lecteurs
Argent
31 lecteurs
Bronze
33 lecteurs
Lu aussi
42 lecteurs
Envies
58 lecteurs
En train de lire
12 lecteurs
Pas apprécié
16 lecteurs
PAL
38 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.72/10
Nombre d'évaluations : 48

0 Citations 26 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Kamel Daoud

Sortie France/Français : 2018-10-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Josefa29 2017-07-20T19:21:08+02:00
Meursault, contre-enquête

Après avoir fini, enfin, L'étranger de Camus je me suis rendue compte que ce vieux cadeau de Noël, que j'ai toujours dédaigné dans ma bibliothèque, s'imbriquait de manière très logique dans la suite de ma lecture.

J'ai été étonnée de lire ce livre en moins de 24h, comme il ne m'avait jamais intéressée, en outre, je l'ai trouvé intéressant sur le point de vue du regard d'un algérien sur son pays avant, lors de la Libération, et aujourd'hui.

En revanche, même si le concept était original, j'ai été très gênée par le remaniement de l'œuvre de Camus sur les personnages et l'histoire. Bien sur, c'est sa part de créativité, mais j'ai trouvé ça d'une certaine mauvaise foi.

Chez Camus, rien ne laisse présager que l'arabe tué ne soit pas le frère de la femme battue. Ensuite, contrairement à ce que K. Daoud a écrit, comme il y a déjà eu bagarre sur la plage, l'Arabe cherchait à venger. Et le livre ne laisse aucunement présager que Meursault échappera à la peine de mort, déjà programmée.

En revanche, ce roman a fait écho à celui de Camus par de multiples façons : la ressemblance, en reniant ou niant la religion des deux narrateurs, qui sont semblables par bien des points, mais également par le fait qu'ils se complètent car, en effet, j'avais constaté l'absence de la victime, "l'Arabe", dans l'étranger. Personnage central mais dont on ne sait rien, "Meursault contre-enquête" a donc pallié à ce manque, a comblé ce vide, lui a rendu justice.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2017-08-22T23:24:45+02:00
Zabor ou les Psaumes

Un conte philosophique mordant et provocateur qui fait l'éloge de l'écrit et de la lecture, de la liberté et de l'évasion qu'offre la littérature. Zabor est une sorte de Shéhérazade qui écrit pour chasser la mort qui plane sur les autres et leur donner une éternité. Difficile de ne pas voir Daoud poindre sous Zabor et cette critique virulente de la religion et du conformisme qu'on veut lui imposer.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2017/08/pourquoi-jecris-parce-que-je-temoigne.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biquet 2018-01-17T12:51:08+01:00
Zabor ou les Psaumes

Pas sûr que le style de mon évaluation soit à la hauteur de celui de Daoud. Son écriture semée de périphrases et de métaphores s'avère pleine de trouvailles et particulièrement poétique.

L'histoire est de peu d'importance et selon une stratégie d'écriture habituelle chez Daoud, c'est dans le désordre qu'on apprend des détails sur le personnage principal Zabor, l'antithèse d'un Ismaël consensuel

• Il est célibataire à près de 30 ans et toujours puceau

• Il n'est pas circoncis

• Végétarien mais fils du boucher Hadj Brahim

• Sa mère répudiée mourut alors qu'il avait deux ans.

• Il vit chez Hadjer, la soeur de son père qui est restée vieille fille

• Il a une dizaine de demi-frères qui le haïssent copieusement

• Il ne circule que la nuit fuyant les regards de ses semblables

• Enfant, il avait une voix bêlante, chevrotante

• Il a une mémoire phénoménale

• Il est autodidacte et a appris le français en le lisant

Peu après l'indépendance de l'Algérie, les traditions culturelles plusieurs fois centenaires continuent d'obérer le village d'Aboukir, le cloîtrent dans son isolement, empêchent son ouverture vers l'extérieur. C'est trop pour cet adolescent qui s'éveille à la sexualité et est en quête d'absolu. Il exerce à ses dires le métier de sorcier, de guérisseur, de thaumaturge. Il prétend par la narration et l'écriture prolonger la vie des gens. L'ultime cible de son don est son père tant absent. Il est en opposition constante avec son environnement et on retrouve bien sûr ici l'hostilité de l'écrivain vis-à-vis de la religion. Il est d'ailleurs fort disert et critique sur ses cours à l'école coranique. Son chien intérieur se manifeste également, c'est un second regard et une allégorie de son sens critique. Or on sait que dans l’islam il est interdit d’avoir des chiens domestiques si se n’est pour la chasse ou pour garder le troupeau. Il est également perturbé par le rôle mineur dévolu à la femme. Il les appelle les corps décapités, le visage reste invisible. Il focalise cette non-compréhension par un fantasme romantique vis-à-vis de Djemila, une jeune femme analphabète et répudiée revenue vivre dans son village. Ses lettres d'amour resteront non lues et sans réponse.

N'est-ce pas une partie de son enfance et de son adolescence que l'auteur nous narre? Quelques détails collent mais je n'en connais pas assez de la vie de l'écrivain que pour être catégorique. Mais ce livre est surtout un poème d'amour à l'imagination, à la langue française au dépens des arabes classique et dialectal inutilisables selon lui dans la vie quotidienne. Cependant le texte reste très symbolique et nécessite parfois une interprétation individuelle. La scène de la tempête de sable finale doublée de la mort du père permet beaucoup d'exégèses. Il n'hésite pas à faire référence à des oeuvres classiques et moins classiques de la littérature mondiale. Reviennent souvent des allusions à des livres de fiction qu'il utilise comme arguments de sa quête. Je ne citerai que "Robinson Crusoë" de Defoe pour la notion de solitude dans l'île, "Les mille et une nuits" pour le pouvoir de l'imagination, "Le rapport de Brodie" de Philippe Claudel pour la puissance de l'écrit, "La Chair de l'orchidée" de James Hadley Chase pour la découverte du féminin, "Le seigneur des anneaux" de Tolkien, "La Peste" de Camus, "Le livre de sable" de Borgès, "Le cristal qui songe" de Sturgeon, "2010: Odyssée 2" de Clarke, "Vingt mille lieues sous les mers" de Jules Verne, "Vol de nuit" de Saint-Exupéry.

D'une écriture solaire, la lecture au premier degré me paraît déconseillée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pujols 2018-01-23T20:53:11+01:00
Meursault, contre-enquête

J'ai relu l’Étranger juste avant de m'intéresser au livre de Kamel Daoud. J'ai pu ainsi prolonger cette atmosphère lourde du premier vers le second dont j'ai pu apprécier toutes les qualités. Une très bonne idée de rappeler les classiques à notre bon souvenir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ardeo 2018-03-16T11:59:35+01:00
Zabor ou les Psaumes

Kamel Daoud, peut-être emporté par son personnage, répète inlassablement les mêmes situations, les mêmes faits, les mêmes relations entre personnages, les mêmes faits « historiques ». S’amuse-t-il à l’écriture comme Zabor ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MissFantastique 2018-04-27T17:29:30+02:00
Meursault, contre-enquête

Si vous avez aimé l'Etranger de Camus autant que je l'ai aimé, cette lecture est faite pour vous.

Il s'agit là d'une réécriture de toute beauté qui reprend avec grâce la plume de Camus, tout en apportant une nouvelle vision au texte source, ainsi que des réflexions insoupçonnées, un ouvrage qui mérite amplement son prix Goncourt du premier roman obtenu en 2015.

Tout comme l'Etranger, j'ai du mal à mettre des mots sur ma lecture, mais je vais essayer de m'exprimer du mieux que je peux au sujet de ce coup de cœur.

Dans Meursault, contre enquête, Kamel Daoud revient sur le crime de l'Arabe, ce crime que l'on a presque oublié, en donnant la parole au frère de l'Arabe, Haroun. Ce dernier, dans un bar, va alors nous raconter son histoire, qui commence à la mort de son frère.

A partir de cet instant et tout au long du roman, on a l'impression que la vraie victime de cet assassinat, c'est Haroun, dont la vie s'est tout bonnement arrêté après la mort de son frère, comme s'il vivait dans le deuil permanent. Mais outre son histoire et ses souvenirs, dans lesquels on s'égare, et où les années et les lieux s'entremêlent, le narrateur nous offre un témoignage unique, presque irréel, d'un homme qui a cherché à comprendre toute sa vie pourquoi et comment son frère était mort.

Sans compter qu'il ressort de ce tourbillon de souvenir de nombreuses réflexions, parmi lesquelles j'ai retenu celle sur le fait de commettre un crime : la vie n'a alors plus aucun sens pour l'assassin, car il s'est rendu compte de la facilité avec laquelle il avait pu la prendre.

Et puis il y a aussi cette analyse du personnage de Meursault faite par Haroun, tant et si bien qu'il donne l'impression que c'est Meursault lui-même qui a écrit l'Etranger, et non Camus, une idée des plus intéressantes. D'ailleurs, on peut même en arriver à se dire que Meursault et Haroun sont beaucoup plus proche qu'ils en ont l'air : l'un comme l'autre sont incapables de savourer les plaisirs de la vie...

En outre, par le biais de ce personnage à la vie bercé par un mort, l'auteur nous donne un aperçu de la Guerre d'Algérie et des violences qui y ont fait rage, et il soulève par la même occasion des questions encore d'actualité, comme celle de la place, démesurée aux yeux du narrateur, qu'a pris la religion en Algérie après la guerre...

Ce livre est formidable, réellement.

Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il égalise Camus, mais je dois bien avouer que Kamel Daoud a un talent exceptionnel, à lire absolument (en ayant lu l'Etranger avant)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alexandreK 2018-07-15T10:26:03+02:00
Meursault, contre-enquête

J'ai adoré depuis l'adolescence "l'Etranger" d'Albert Camus..et je l'ai lu plusieurs fois en y trouvant des messages différents selon l'âge et la situation internationale. L'idée d'écrire une sorte de suite, mieux encore une enquête sur le crime plus ou moins gratuit perpétré dans l'Etranger, m'a semblé géniale...La réalisation dans le livre l'est moins et s'empêtre sans apporter de l'intérêt...

Comme quoi , il vaut mieux ne pas toucher, pour les écrivains moyens, aux "monuments " immortels de la littérature.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Duvallier 2018-07-17T17:26:00+02:00
Meursault, contre-enquête

Je vis de relire l'Etranger de Camus. Dans la foulée j'ai voulu lire Meursault, contre enquête dont l'idée de départ semblait bonne.

Mais. Kamel Daoud n'a pas le talent de Camus ..et de loin.

Son livre s'enlise dans la médiocrité . Il ne m'a pas du tout intéressé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Esperance 2018-10-22T20:21:05+02:00
Meursault, contre-enquête

Lu dans le cadre des cours. Il s'agit d'une "suite" de l'Etranger de Camus. Apporte quelques leçons de morale sans pour autant ajouter à l'histoire de base.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Houda1994 2019-03-18T18:40:02+01:00
Zabor ou les Psaumes

Svp je cherche la description de la couverture de cette roman c'est à dire l'illustration

Afficher en entier

On parle de Kamel Daoud ici :

Dédicaces de Kamel Daoud
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Actes Sud : 5 livres

Sabine Wespieser : 1 livre

Barzakh : 1 livre

Babel : 1 livre

Stock : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode