Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Dédicaces de Léonel Houssam et autres évènements

Ajouter une dédicace ou un évènement pour Léonel Houssam
Ses lecteurs apprécient aussi
Auteurs aux thèmes similaires
Evaluations moyenne de ses livres
Critère Note Visuel
Globale 3
Scénario 2.7
Ecriture 3.7
Suspense 2
Originalité 3.7
Addictivité 2
Pédagogie 2
Créativité 3.7
Personnages 2.3
Humour 1.5

Léonel Houssam

Nom de naissance

Prix et distinctions

Naissance

  • Date : ( ans)
  • Lieu : Non disponible

Décès

  • Date : (à ans)
  • Lieu : Non disponible

Les chiffres

Présent dans : 7 biblio
Note moyenne : 3 / 10
Nombre d'évaluations : 3
Position top auteur : -

Dans les biblio des Booknautes

Liste

Dans le top auteur

Position
[]

Ajouts par semaine

Ajout
[["Sem 36",1],["Sem 37",0],["Sem 38",0],["Sem 39",0],["Sem 40",0],["Sem 41",0],["Sem 42",0],["Sem 43",0],["Sem 44",0],["Sem 45",2],["Sem 46",0]]

Evaluation moyenne

Note
[["jan",0],["f\u00e9v",0],["mar",0],["avr",0],["mai",0],["jui",0],["jui",0],["ao\u00fb",0],["sep",0],["oct",0],["nov",3]]

Biographie de Léonel Houssam

Ajouté par Chrichrilecture le 10 Novembre 2017
Né en 1973 à Charleville-Mézières, Léonel Houssam vit en banlieue parisienne depuis 1984. Sous le pseudonyme d'Andy Vérol, personnage acerbe, acide, provocateur et parfois subversif, Il créa des fanzines expérimentaux (Frost, Interlope, etc.) et participa au magazine Symposium (musiques non-conventionnelles, conceptuelles, industrielles, etc.) de 1993 à 1995, en tant que chroniqueur musical. Punk, puis raver, il vécut de l'intérieur les milieux underground des années 1990. Il fut animateur radio pour les émissions Nevropolis en 1993-1994 (Radio Bellovaque) et Furia Mix en 1999 - 2000 (Rêve FM).

En 1998, il intégra le magazine Furia où il travaillera en tant que chroniqueur musical et journaliste. Il participera également à l'organisation du Furia Sound Festival en 1998-2000.

Dès le début des années 2000, il travaille à la création d'un collectif. Ce fut tout d'abord avec une « feuille de choux » à tirages limités, Modes accusatoires, qu'il déploya véritablement son style incisif et corrosif.

En 2005, il créa le blog Hirsute qui connaîtra un certain succès. Renouant avec l'esprit d'insoumission des premières heures du mouvement punk, il engagea une littérature hardcore, offensive, atypique. Il y fit participer de nombreux écrivains insoumis et en rupture avec la littérature traditionnelle tels qu'Arturo B, Vidal, 6mic, Lucie Ferraille ou encore fol lol.

À partir de 2006, il devint « revuiste ». Ses textes furent publiés sur les webzines e-Torpedo, le Mort-Qui-Trompe, Onlit.be, 60 millions de social-traîtres, RAL,M, Mauvaise graine, etc. Ses pamphlets, chroniques du quotidien, ses articles et ses interviews d'artistes (La Phaze, Gilles de Staal, Jaime Zapata, Régis Nivelle, etc.) furent diffusés sur internet.

Il publia également dans des revues papier : Carbone, Traction-Brabant, Cahiers de la RALM.

Son premier roman est édité par les éditions Pimientos qui créent la « collection Pylône » pour l'occasion. Les Derniers Cow-boys français est un « road-récit », l'errance d'un ancien policier qui « pète les plombs » et se laisse absorber par un gourou : Mimou.

En 2008, Andy Vérol était contacté par Patrick Eudeline, pour le compte des éditions Scali, afin d'écrire la biographie de Bertrand Cantat1 sortie en juin 2008, a connu un réel succès.

En 2009, alors que les éditions Scali eurent disparu, il publia de nouveau sa biographie sur Noir Désir et Bertrand Cantat, sous un nouveau titre : Noir Désir, le vent les portera aux éditions Pylône.

Également, en février 2009, sa nouvelle La Mort dans Marcelle, ma mère, est publiée dans le livre collectif, Le Livre Noir de Ta Mère, des éditions de Ta Mère, au Canada. Ce livre rencontra un succès d'estime au Québec.

En juin 2009, il sortait une biographie de Manu Chao, ancien leader des Mano Negra.

Il fut le parrain du salon du livre de Romagne (Gironde) (devenu Festival Musica-Litté depuis 2010), le 15 novembre 2009, où il invita à cette occasion, Éric Naulleau.

Sa biographie de Manu Chao, traduite en allemand, et éditée par Hannibal Éditions, sortit en juin 2010 en Allemagne, Autriche et Suisse.

À partir de 2010, en préparation d'un nouveau roman, il collabora avec des photographes tels que Martial Rossignol et Kate Polin. Il anima également des discussions littéraires avec des auteurs choisis (Éric Naulleau, Vincent Ravalec, etc.) et participa à divers événements2 (au Comptoir général, Le Pan Brut à la GAG, le festival Arts & Lettres au château de Beaumesnil).

De nouvelles parutions voient le jour en 2011, avec sa participation à des livres collectifs: 25 minitrips en wagon-lit décapotable et la revue Freakwave no 2. Il était intronisé Bâtard Espoir par le magazine Chronic'art (#70 - Janvier - février 2011) avant d'y publier un long article sur Xavier Dupont de Ligonnès dans le numéro 72 de juin 2011.

À compter de 2012, il écrit également sous le pseudonyme Léonel Houssam. Parallèlement, il continue sa collaboration avec la revue noire Freak Wave (no 3 paru en octobre 2012 suivi d'une exposition au Musée de l'érotisme de Paris dès novembre 2012). Il étoffe ses collaborations en intégrant la Revue Cohues, simultanément à la sortie de ses livres Seconde Chance et Planning en juin 2013 puis Du chômage et Le Manifeste de l'Acharniste.

* Un pamphlétaire acharniste:

L'acharniste, qu'il définit lui-même comme « tout être qui se fait traiter de fasciste, beauf, bobo, nazi, gauchiste, rouge, réac' et révolutionnaire de salon, tout ça à la fois, (...) un hédoniste nécessiteux tendance nihiste je-m'en-foutiste », est au fondement de sa conception du pamphlétaire moderne. Proche de la psychologie de Witold Gombrowicz pour qui L'homme crée l'homme, l'acharniste définit en creux son identité par réaction passive aux lieux communs institutionnels. Cette approche douloureuse de l'altérité dans la construction de l'identité fait de lui un singulariste, un individualiste du conflit.

Le singularisme propose une rupture vis-à-vis de la tradition littéraire issue du romantisme et de ses réactions successives. En proposant une vision essentiellement antagoniste du rapport à l'Autre, il développe un monisme social proche du désir mimétique antagoniste développé par René Girard dans son ouvrage Mensonge romantique et vérité romanesque. À cet égard, il dénie au désir mimétique d'apprentissage une place dans la construction de l'espace social. Cette éviction emporte avec elle toute prétention de la littérature à être un objet de connaissance. Ce renversement du paradigme dualiste de l'altérité a donc pour conséquence de définir la littérature comme seul objet de lutte. Tirant les conséquences de la pensée girardienne pour laquelle le désir mimétique antagoniste se canalise socialement par le sacrifice symbolique d'un bouc-émissaire, le singularisme propose une place désormais centrale à la victime sociale. Celle-ci, s'instituant elle-même acharniste, précède ainsi élection sociale du bouc-émissaire, en se posant d'emblée comme victime universelle. Cette posture radicale définissant l'Autre sous toutes ses formes comme un bourreau universel, étend ainsi le champs du désir mimétique antagoniste à l'entièreté de l'espace social, L'artiste devient le lieu commun de la pensée anti-consensuelle, lieu de tensions et de ruptures.

Cette redéfinition de l'espace social au sein duquel la place symbolique de victime légitime devient l'enjeu unique contraint l'acharniste à multiplier les pamphlets courts dans une esthétique du fragment et de la fulgurance. En tension permanente avec toute altérité, lacharniste ne hiérarchise plus ses sujets et multiplie les attaques, se rapprochant ainsi des modes d'action du terrorisme.

En substituant une approche quantitative à une approche qualitative du pamphlet, l'acharniste se tourne naturellement vers les réseaux sociaux. La multiplication des rapports discursifs à l'Autre étant une condition nécessaire à l'accession au statut de bouc-émissaire, l'espace virtuel offre un champs littéraire efficace pour l'esthétique fragmentaire du pamphlet acharniste. A cet égard, Andy Vérol développe depuis plusieurs années un pamphlet permanent et universel par le biais de Facebook. Il y anime notamment un groupe "La littérature tue encore...", faisant figure de premier lieu commun virtuel de l'anti-consensualisme collectif. Il y énonce d'ailleurs avec vigueur le principe de l'accord anti-consensuel sous la formule puissante : "Si vous n'êtes pas d'accord avec les principes et les règles de ce groupe: dégagez!". Ce groupe est ainsi l'occasion de nombreux et virulents débats touchant à tous les sujets passant de tentatives d'une définition nouvelle de la langue française qu'il faut "niquer, (...) défoncer, (...) utiliser comme une chienne (sic)", à la réévaluation des déjections humaines. À titre d'exemple, Andy vérol s'est récemment illustré par le pamphlet Petit échange privé avec un type qui semble avoir une étrange notion de la liberté d'expression et d'écriture, dans lequel il montre avec violence le pouvoir inhérent à la place de victime symbolique.
Voir les biographies de Léonel Houssam

Interviews de Léonel Houssam


Citations de Léonel Houssam

Voir les citations de Léonel Houssam

Informations diverses

Ajouter / Voir plus