Livres
462 313
Membres
419 548

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Linda Lê

36 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Lilou 2010-06-17T19:28:57+02:00

Biographie

Ecrivain viêtnamien

[Littérature étrangère]

Née en 1963

Fille d'un père ingénieur originaire du nord et d'une mère appartenant à une famille aisée naturalisée française, Linda Lê vit entourée de toute sa famille à Dalat. Mais très vite, toute cette petite tribu rejoint Saïgon en 1969 pour fuir la guerre. La jeune fille suit des études au lycée français et dévore Victor Hugo et Balzac. En 1977, elle s'exile en France, au Havre, avec sa mère, ses trois soeurs et sa grand-mère. En 1981, elle monte à Paris pleine d'ambition, suit les cours de khâgne au lycée Henri IV, puis s'inscrit à la Sorbonne. Solitaire, elle lit beaucoup et commence à écrire. Son premier roman, 'Un si tendre vampire' paraît en 1986 alors qu'elle est à peine âgée de vingt-trois ans. En 1992, 'Les Evangiles du crime' est unanimement salué par la presse pour son exceptionnelle originalité. En 1993, elle publie son cinquième roman 'Calomnies' et en 1995, 'Les Dits d'un idiot'. Plusieurs romans suivent dont 'Les Trois Parques' et 'Voix' qui paraissent en 1998, 'Lettre morte' en 1999 puis 'Le Complexe de Caliban' et 'Conte de l'amour Bifrons' en 2005. Elle signe en 2007 le roman 'In Memoriam'. Deux ans après, elle publie un recueil de textes critiques sur différents écrivains, 'Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau'. Riche d'une double culture, Linda Lê écrit dans un français exigeant, précis et économe jusque dans ses effets baroques.

Evene.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
3 lecteurs
Or
4 lecteurs
Argent
8 lecteurs
Bronze
10 lecteurs
Lu aussi
13 lecteurs
Envies
9 lecteurs
En train de lire
0 lecteurs
Pas apprécié
3 lecteurs
PAL
11 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.63/10
Nombre d'évaluations : 8

1 Citations 10 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Linda Lê

Sortie France/Français : 2016-01-07

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Mademoizaile 2012-03-22T21:38:12+01:00
À l'enfant que je n'aurai pas

Linda Lê écrit une lettre à l'enfant qu'elle n'aura jamais. Elle décrit le choix d'une non-maternité et effleure ses douleurs personnelles. Une franche mise à nue qui révèle une grande douleur.Spoiler(cliquez pour révéler)la relation avec sa mère par exemple.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par octarine 2012-06-27T20:20:26+02:00
À l'enfant que je n'aurai pas

Le style de Linda Lê est très bon : fin, aérien avec des phrases structurés en bref la lecture est un plaisir.

Je suis pas contre assez déçue du fond et le sujet des raisons pour lesquelles elle ne souhaite pas avoir d'enfant est à peine effleuré. Dommage. En plus sans vouloir d'enfant, elle ecrit tou de même qu'il fait partie d'elle et qu'elle le projette. C'est un peu contradictoire et décevant

Afficher en entier
Commentaire ajouté par tamhya 2012-09-27T15:27:28+02:00
Lame de fond

Je n'ai pas accroché et j'ai même dû lutter pour le terminer! J'ai trouvé ce livre très long, il m'a donné l'impression de tout le temps se répéter et il ne se passe presque rien. Aucun dialogue, juste les introspections des personnages sur ce qu'ils ressentent et ce qu'ils ont vécu. La lassitude des personnages est bien retranscrite mais j'ai trouvé le style plutôt lourd. Cette lecture m'a déçue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AurelieV 2012-11-05T18:13:23+01:00
Lame de fond

C'est assez intéressant comme livre. Les personnages sont attachants. J'ai bien aimé le thème choisi même si j'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Estrella 2012-11-30T00:13:18+01:00
Lame de fond

Une histoire superbement mener, on a vraiment l'impression en lisant ce livre de rentrer dans l'esprit des personnages, de comprendre leur psychologies, leur manière d'être et d'agir. Je ne suis pas arriver à détester un seul des personnages, ni a trouver un véritable coupable à l'évènement dramatique du roman. J'ai été dépasser par cette cette cette compréhension que je ressentais pour chacun d'entre eux.Leur humanité, leur sincérité dans les propos que chacun d'entre eux tiennent les rendent tous véritablement attachants. Le style m'a aussi beaucoup plu, le manque de dialogue ne m'a pas déranger. Lame de fond est pour moi un vrais petit bijou à déconseiller cependant aux personnes peut porté sur la littérature psychologique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kore 2013-01-24T14:27:17+01:00
À l'enfant que je n'aurai pas

Une lettre bouleversante

J’avoue que je ne connaissais pas du tout le principe : un auteur qui écrit une lettre pour une personne, en particulier et qui le publie. Je me suis dit que ce format court pouvait très bien me convenir après deux gros pavés. Et en effet, ce fut le cas ! Ce fut même l’effet amplificateur du tout ! Je me suis retrouvée bouleversée, révoltée, réfléchie, pensive, peut être même un peu défaitiste en fin de compte. Pour vous expliquer, Linda Lê va écrire une lettre à un enfant qu’elle n’aura pas. En effet, elle ne veut pas faire d’enfant mais sa famille et son compagnon le lui reproche. Et elle nous explique pourquoi.

Tout d’abord, sa famille lui a reproché d’être née fille. Puis d’être intelligente. Son compagnon lui a reproché d’être une femme et de se consacrer qu’à sa carrière. Et la société, en fin de compte, montre son incompréhension face à ce refus. Linda Lê nous montre ce qu’elle prend en pleine figure tous les jours : les réflexions, les on dits, les regards. Et elle nous explique son choix, sa culpabilité, ses envies. Et je dois dire que ce témoignage et cette réflexion m’ont fait énormément réfléchir

A lire pour tous ceux qui croient encore que les femmes sont l’égale des hommes

Oui, je sais, je suis dure. Mais en y réfléchissant bien, c’est vrai. On nous enfonce une sorte d’échelles de valeurs à respecter. On doit être jolies, intelligentes, trouver du travail, trouver un mari, enfanter, élever, tenir la maison. La liberté de la femme, enfin de compte, c’est l’addition des corvées de la femme et celle de l’homme. Car la pression sociale n’est pas du tout la même sur l’homme que sur la femme, et avec ce témoignage-ci (ajouté au mien enfin de compte, puisque j’en suis une … De femme je veux dire), je me rends encore plus compte qu’être une femme, à notre époque, c’est pesant. Oui j’aimerai bien être un homme de temps en temps, être moins responsable. Avoir le choix.

Pour moi, le choix des enfants ne s’est pas fait (je ne vous raconterai pas ma vie, mais en gros, j’en ai quoi). Mais j’ai surpris les mêmes réflexions de Linda Lê quand je suis redevenue célibataire : « Tu n’es pas perdue, tu vas pouvoir trouver quelqu’un. Au pire, tu as déjà montré que tu n’étais pas stérile ». Bon, c’est schématisé mais c’est là. Et ici, le crime de Linda Lê, ce n’est pas qu’elle ne peut pas avoir d’enfants. On pourrait l’excuser encore un peu à ce moment-là. C’est qu’elle ne veut pas en avoir. Pour les gens, c’est inconcevable ! Pourquoi une femme, cet utérus vivant tout plein d’œufs pour propager le patrimoine génétique mondial ne veut pas utiliser son outil. Elle pourrait faire un effort tout de même ! Mais non. Elle est égoïste (véridique, c’est écrit dedans) car elle privilégie son intellect, sa carrière, sa liberté. Et pour cela, on serait prêt à la lyncher sur place !

Une lettre libératoire.

Le pouvoir de l’écriture est ce qu’il est (surtout qu’on ne serait pas là à papoter livre s’il n’existait pas, n’est-ce pas ?) Cette lettre pourrait être une sorte d’antidote à la prison dont on essaie d’imposer Linda Lê. On sent qu’écrire ces sentiments, de poser cette situation sur papier, la libère. Et nous aussi quelque part. Pourquoi devons-nous être dans un rôle qui ne nous convient pas. Pourquoi, nous les femmes, avec tout ce que l’on peut avoir de moyens de contraception, ne pouvons-nous pas dire non à la procréation. Cela doit être un droit et non un devoir. On peut avoir le choix d’en avoir ou pas, sans avoir cette espèce d’œil accusateur au-dessus de nous.

Pour conclure à cette chronique, je voulais simplement dire Merci à Linda Lê, de coucher tous ses sentiments qui sont aussi à nous. Merci d’avoir apporté ce petit caillou à l’édifice qui permettra peut-être un jour de ne plus avoir un rôle prédéfini de pondeuse à retardement, que toutes les femmes aient le choix. Merci http://labibliodekoko.blogspot.fr/2013/01/a-lenfant-que-je-naurai-pas-de-linda-le.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mietje 2013-03-14T09:18:46+01:00
Lame de fond

Lorsque l'on fait parler quatre personnes à tour de rôle pour raconter une histoire, la tendance est de forcer les personnages: le mort dans son cercueil avec un peu d'humour comme il se doit, la jeune fille qui parle à la limite de l'argot, comme les jeunes d'aujourdhui, l'épouse toujours aimante, et la demi-soeur qui retrouve son demi-frère avec exaltation. cela ne donne pas nécessairement un beaulivre. Mais ce qui est dérangeant dans ce livre c'est l'emploi continuel de proverbes, phrases toutes faîtes, lieux communs, jusqu'à en avoir la nausée. J'ai quand même lu ce livre jusqu'au bout, l'histoire est valable, certains passages psychologiques sont intéressants et parfois très bien écrits. Finalement dans cette floppée de livres qu'on nous conseille, il est rare d'en trouver pouvant se situer dans la liste de diamant. C'est de la littérature du tout venant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cherry 2014-09-21T17:23:57+02:00
Lame de fond

L'histoire avait l'air bien. Mais j'ai pas aimé comment elle était écrite. Je l'ai trouvé lourd. Il aurait fallut des dialogues. Parce que les paragraphes de 2 pages...

Afficher en entier

On parle de Linda Lê ici :

Dédicaces de Linda Lê
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Christian Bourgois : 11 livres

Pocket : 2 livres

Seuil : 1 livre

Amazon Publishing : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode