Livres
472 809
Membres
445 939

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Luc Lang

43 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Nelff 2013-02-03T17:00:41+01:00

Biographie

Luc Lang est l'auteur d'une dizaine de romans, recueil de nouvelles, essais sur les arts et la littérature contemporains, parmi lesquels "Mille six cents ventres" (prix Goncourt des Lycéens en 1998), "La Fin des paysages" (2006), "Cruels", "13" (2008) et "Esprit chien" (2010).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
4 lecteurs
Or
6 lecteurs
Argent
4 lecteurs
Bronze
9 lecteurs
Lu aussi
13 lecteurs
Envies
16 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
18 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.5/10
Nombre d'évaluations : 14

0 Citations 7 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Luc Lang

Sortie France/Français : 2019-08-21

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Oo_Emmanuelle_oO 2014-07-11T21:49:06+02:00
11 septembre mon amour

Un récit de voyage sans grand intérêt. Cela ressemble beaucoup à un recueil de notes prises sur un agenda au jour le jour. Parfois précis, parfois général, on ne sait pas sur quel pied danser et surtout on ressort de la lecture sans avoir été touché un instant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hcdahlem 2016-09-07T22:00:10+02:00
Au commencement du septième jour

Thomas et Camille Texier ont réussi leur vie. Tous deux sont cadres, proches de la quarantaine et vivent près de Paris avec leur deux enfants Elsa et Anton. Seul petit bémol, Camille doit s’absenter fréquemment car le siège de son entreprise, Delta Energy, est en Normandie. Mais Thomas et les enfants ont appris à faire avec. Jusqu’à ce soir où le téléphone sonne pour informer Thomas que son épouse a été victime d’un grave accident et qu’elle a sombré dans un coma de stade 3 : «L hématome temporal était considérable, il nous fallait de toute urgence réduire la pression crânienne avant d’engager d’’autres interventions.»

Commence alors un pénible voyage d’un hôpital à l’autre en passant par la gendarmerie, le lieu de l’accident – une route de la campagne normande ¬– la ferme voisine et le casse auto où ce qui reste du véhicule a été déposé.

Car Thomas veut essayer de comprendre ce que son épouse faisait en pleine nuit sur une route sans réel danger, pourquoi «L’auto a chaviré dans le fossé, des haies ont été arrachées sur 20 m et quand elle est remontée de l‘autre côté du talus, au lieu de s’immobiliser là, avec l’élan inouï, dame, elle a fini en tonneaux, plusieurs, 50m plus loin sur la chaussée, une trajectoire impossible, impossible…»

Les données techniques, le téléphone portable et l’ordinateur portable qu’il va décrypter ne feront qu’augmenter le mystère. Sans compter cette «lampe Art déco signée, en pâte de verre violette et orangée, pas du tout le genre de la maison» qui était en paquet-cadeau qu’elle transportait à l’arrière de sa voiture.

Les messages plus que cordiaux échangés avec un collègue, Hubert Demestre, font naître de nouveaux soupçons, d’autant que le médecin lui annonce que Camille était enceinte de huit semaines. Des chocs multiples que Thomas doit gérer en essayant de préserver ses enfants, la famille et son travail. Pendant ce temps, le coma est en voie de résorption. Peut-être que Camille pourra expliquer son attitude? Un espoir qui sera vite deçu. Si la malade se réveille, elle reste totalement absente et finit par sombrer. Une vie résumée à une pierre tombale : Camille Granier, épouse Texier, 1976-2012. Ce «llivre un» s’achève dans la noirceur la plus totale : «La vie est une prison, on est enfermés dans le malheur.»

Le «livre deux» est celui de la remise en question et du rapprochement avec ceux qui restent. Thomas part avec ses enfants rejoindre son frère Jean qui élève des chèvres dans les Hautes-Pyrénées. L’occasion, en cheminant sur les entiers du GR 10, de retrouver ses racines, mais aussi de dévoiler quelques secrets de famille. Au bord du lac d’Anie, il va notamment se retrouver confronté à une autre mort : celle de son père, victime d’une chute mortelle. Les non-dits, qui ont provoqué l’éclatement de la famille, poussent à agir, à chercher à renouer avec sa sœur qui a choisi de tout quitter pour fonder un dispensaire en Afrique.

Autre décor, autre quête. Nous voici au Cameroun où il n’est pas aisé de faire des kilomètres, surtout pour rejoindre un endroit peu sûr ou Boka Haram commet régulièrement des exactions. Thomas va du reste vite faire l’expérience des coutumes locales, de la corruption et de la gestion du temps. Il est arrêté, soupçonné d’être un agent étranger infiltré par le Tchad ou le Nigeria, puis relâché au bout de quatre jours, délesté de quelques billets. Il va finir par retrouver sa sœur. À nouveau, quelques vérités enfouies vont ressurgir…

J’aime beaucoup la formule d’Éric Libiot qui dans L’Express explique le travail de Luc Lang en expliquant qu’«il cuisine de la théorie dans un grand chaudron romanesque» et que les «500 pages passent comme une respiration. Un rythme de sprinteur pour un roman de coureur de fond.» J’ajouterai que ce roman, dans sa quête individuelle, touche à l’universel. Fruit de plusieurs années de travail, cette œuvre est tout simplement ce que j’ai lu de plus beau cette année. Il mériterait amplement les lauriers d’un prix littéraire.

http://urlz.fr/42VX

Afficher en entier
Au commencement du septième jour

Commentaire de ma collègue Geneviève:

Thomas, 37 ans, doit réapprendre à vivre avec ses enfants après un tragique accident de la route qui a plongé sa femme dans le coma. Une question le taraude alors : que faisait-elle sur cette route secondaire au milieu de la nuit?

La quatrième de couverture nous fait miroiter une quête soutenue de la vérité. Une vérité qui semble liée au passé de Thomas et à son entourage. Or, voilà! Il n'en est rien. Le personnage principal a beau être rongé par les mille et une questions qu'il se pose, rien n'est intense dans ce récit. Tout ressemble à de la résignation. Est-ce dû à l'écriture compacte de Luc Lang? Je ne le sais point, mais les très longs paragraphes (souvent 2 à 3 pages) et l'absence de marqueurs de dialogues (ils sont parfois directement dans le paragraphe) n'en facilite certainement pas la lecture.

Par contre, il faut accorder à l'auteur la beauté de ses personnages complets, complexes et particulièrement bien décrits. Thomas pourrait être un voisin, un cousin ou un collègue de travail tellement il brille de réalisme et on se plait à détester son patron et sa mère.

L'intrigue, même si elle est lente est aussi bien étoffée. On y trouve des revirements inattendus. Je trouve simplement un peu dommage qu'elle se perde dans autant de détails. Je crois que le désir de l'auteur de décrire le quotidien du personnage a un peu trop alourdi l'histoire.

En faisant une petite recherche, j'ai découvert que Luc Lang a gagné le prix Goncourt des lycéens en 1998 pour le livre Mille six cent ventres. J'ai envie de le lire afin de comparer à Au commencement du septième jour et de voir si c'est moi qui ne comprend pas son style ou s'il y a une différence entre les deux écrits. Un prix Goncourt, ce n'est pas rien! Il faut que les juges y aient trouvé un certain génie.

Si vous en faites la lecture, inscrivez-moi vos impressions en commentaire. Je suis très curieuse de savoir ce que vous en avez pensé.

http://letempsdlire.blogspot.ca/2016/12/au-commencement-du-septieme-jour.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lila11 2016-12-13T12:03:33+01:00
Au commencement du septième jour

Ce livre magnifique, formidablement bien écrit, est complètement desservi par la quatrième de couverture : je m'attendais presque à lire un thriller mais, pas du tout. Ce livre raconte la reconstruction d'une famille, la révélation d'un secret de famille.

J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur : de belle phrases longues pour les descriptions des Pyrénées ou de l'Afrique, et des phrases courtes dans les phases où l'action est soutenue. Et insérer des paroles sans des "dit-il" ou autre rend le récit tellement plus vivant.

On s'attache à Thomas, à ses enfants, à sa famille. L'auteur fait passer beaucoup d'émotion, on est projetés dans cette histoire dés les premières lignes, on participe à la renaissance de cette famille.

Je vous invite vivement à découvrir ce livre qui m'a totalement bouleversée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coyote0704 2017-01-09T14:13:39+01:00
Au commencement du septième jour

J'ai mis un petit moment à lire ce livre parce que j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans. L'histoire de cet homme qui enquête sur la mort de sa femme me tentait beaucoup et j'ai finalement été déçue, majoritairement parce que je suis partie du principe que c'était un livre policier (ou en tout cas une enquête) mais ce n'était finalement pas du tout cela. Ce n'était que le départ de l'histoire. Tout le reste du livre nous montre la vie de cet homme après la mort de sa femme. Cela aurait pu être particulièrement intéressant : sur le fond je n'ai rien de particulier à reprocher à ce livre. Mais c'est sur la forme que cela devient un peu problématique.

Tout d'abord, il faut s'habituer au style du texte car les phrases sont très longues et sans ponctuation régulière. Je pense que c'est un parti pris de l'auteur mais cela m'a perturbé et m'a donné beaucoup de difficultés dans ma lecture qui n'était donc pas fluide. Pas facile dans ces conditions là de rentrer dans l'histoire. D'ailleurs, même si c'était voulu par l'auteur, je cherche toujours la raison de ce choix.

Ensuite, il y a beaucoup de descriptions dans ce roman. Ajouté aux phrases interminables, ça donne un livre très dense et difficile à appréhender pour moi.

Malgré tout cela, j'ai quand même fini par accrocher sur la toute fin du livre, même si elle est resté sans surprise pour moi. C'est pour cela que je le place dans ma liste de Bronze.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Palmyre 2017-07-04T22:18:55+02:00
Au commencement du septième jour

Et bien voilà, j'ai pratiquement abandonné la lecture, j'ai lu le dernier quart "en travers" car je commençais à m'ennuyer... Cela ne m'arrive heureusement pas souvent!

Afficher en entier

Dédicaces de Luc Lang
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 11 livres

Stock : 9 livres

LGF - Le Livre de Poche : 1 livre

Fayard : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode