Livres
505 761
Membres
513 479

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Luca Di Fulvio

350 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Laurine-25 2020-01-16T18:00:02+01:00
de

Biographie

Luca Di Fulvio est un écrivain italien né à Rome le 13 mai 1957.

Son premier roman, Zelter, une histoire de vampires, a été publié en 1996 à Zelig.

Son deuxième roman, L’Empailleur (2000), est un thriller adapté au cinéma en 2004 par Eros Puglielli sous le titre Ochi di cristallo. En 2006, il continue dans le cinéma et écrit le scénario de L'Échelle de Dionysos, qui est également un livre.

Sous le pseudonyme de Duke J. Blanco, il se lance dans la littérature de jeunesse avec I misteri dell'Altro Mare en 2002.

Son roman Le Gang des rêves, premier tome d’une forme de trilogie où les personnages et les époques changent mais où les ambiances perdurent et les problématiques s’affirment, démontre l’étendue poétique, la puissance de la prose et la justesse de la plume de Luca di Fulvio. C’est d’ailleurs un grand succès en Italie et en Allemagne, où ce livre s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires. Il est publié en France en juin 2016 chez Slatkine & Cie, et s'impose rapidement comme un succès continu de bouche-à-oreille.

Les Enfants de Venise, paru en mai 2017, est le deuxième volet de cette trilogie.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
174 lecteurs
Or
149 lecteurs
Argent
77 lecteurs
Bronze
28 lecteurs
Lu aussi
34 lecteurs
Envies
334 lecteurs
En train de lire
18 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
242 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.44/10
Nombre d'évaluations : 229

0 Citations 137 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Luca Di Fulvio

Sortie France/Français : 2019-09-12

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Voltera 2020-04-16T18:26:46+02:00
Le Soleil des rebelles

J’aime beaucoup l’univers de cet auteur. Venise avec le gueto juif et la description de l’arsenal : j’ai adoré et eu le plaisir de les retrouver en vacances l’été dernier. Les personnages nous captivent et on vole de page en page. Super.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chevalerie 2020-04-26T17:16:24+02:00
Les Enfants de Venise

J'avais tellement adoré le GANG DES REVES, que forcément celui-ci n'est pas du même niveau.

Malgré celà reste un livre excellent à lire et un agréable moment à passer car l'écriture est sublime et l'histoire ainsi que les personages sont très prenants!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Voltera 2020-04-26T20:47:53+02:00
Les Enfants de Venise

Quelle belle histoire d’amour et aussi une belle description de Venise au temps de la renaissance. Cet écrivain sait nous embarquer dans des mondes incroyables, j’adore.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Daniele34 2020-04-28T14:00:47+02:00
Le Gang des rêves

Un film ! le décor est bien planté, les personnages attachants, un soupçon de personnage stressant, très stressant mm et ce sera des passages difficiles à lire pour moi, une histoire d'amour dramatique mais romantique

Vraiment un film avec une fin très prévisible mais ça fait le job

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Daniele34 2020-04-28T14:02:31+02:00
Les Enfants de Venise

Encore un film toujours mme scénario avec di fulvio

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Daniele34 2020-04-28T14:04:15+02:00
Le Soleil des rebelles

Le di fulvio de trop !!! Toujours pareil sirop ! Des scènes violentes et fin tellement prévisible

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vernon 2020-04-28T18:59:39+02:00
Le Soleil des rebelles

Une aventure passionnante. Une histoire avec beaucoup d'émotion. des personnages qu'on prend plaisir à suivre. Une bonne lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pepitou1 2020-04-29T18:53:46+02:00
Les Enfants de Venise

Se livre est un Chef d'œuvre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2020-05-03T16:30:28+02:00
Le Soleil des rebelles

Marcus est un jeune prince, appelé à régner (araignée, quel drôle de nom) un jour sur le petit royaume de son père.

La convoitise étant mère de bien des vices et des crimes, le voisin, attiré par l'odeur alléchée des richesses qu'il convoite, fit massacrer tout le monde afin d'annexer ce territoire au sien.

Tout le monde est tué ? Non, le jeune héritier, Marcus, a échappé au massacre et il résiste encore et toujours à la mort, caché dans le sol, sous une trappe, chez une sage-femme et on l'a renommé Mikael.

Cela ne vous fait pas penser à une histoire universelle et bien connue, même si l'oncle assassin est remplacé par un seigneur voisin ? L'histoire d'un héritier qui, à un moment donné, va comprendre qu'il doit récupérer son royaume et ne pas oublier qui il est ?

Bingo ! le roi lion ! Quoi, vous pensiez à autre chose ? Qu'il y avait quelque chose de pourri au royaume de Saxe ?

Si l'histoire racontée est universelle, c'est le talent de conteur de l'auteur qu'il faut mettre en avant car, grâce à sa plume, il va nous transporter en l'an de grâce 1407 mieux que si vous étiez réellement. le froid mordra votre peau, les manches des outils déchireront vos mains délicates, la pluie ruissellera sur vos épaules frêles et votre estomac connaîtra la faim.

Les injustices vous tomberont dessus pire qu'une invasion de sauterelles et puisque vous appartenez à votre seigneur et maître et que ce dernier est un sale type capricieux, sadique, méchant, assoiffé d'argent, têtu, tyrannique, il se repaîtra de votre souffrance.

Si le réalisme ne manque pas du côté des décors et de la dure vie des serfs, je mettrai un petit carton rouge pour les personnages un peu trop manichéen à mon goût. Que les gentils soient bons, ça passe encore car Di Fulvio nous a créé des personnages attachants, bourrus, mais auxquels il est difficile de ne pas adhérer.

Le bât blesse au niveau des méchants… Autant où Scar était méchant mais emblématique, autant il a manqué d'épaisseur au seigneur d'Ojsternik.

Qu'il soit sadique et tyrannique, je n'en doute pas un seul instant, à cette époque, la vie n'a aucune valeur. Mais l'auteur aurait dû mettre un peu plus de profondeur à ce personnage central pour en faire un Méchant qui marque les esprits, tels un Scar ou un Geoffrey dans "Game Of Thrones".

Le grand méchant de cette histoire m'a simplement agacée (au départ, il m'avait horrifiée).

Un autre petit bémol sera pour la longueur… Non pas celle des pages, mais des brimades subies par les petites gens de la Raühnvahl, où Marcus/Mikael a trouvé refuge.

Certes, je ne nierai pas que ces gens étaient à la merci de leur seigneur et que si ce dernier était cruel, ils allaient en baver, mais à force qu'il leur arrive trop d'horreurs, ça perd de sa puissance, le cerveau se déconnecte et on n'attend qu'une chose, que Marcus/Mikael arrive enfin à sa vengeance pour éliminer cet enculé de méchant qui n'a même pas entièrement l'étoffe d'un grand, même si, lui au moins n'est pas un cruel trouillard, comme Geoffrey Barathéon (GOT).

Le final est prévisible, de ce côté-là pas de surprise à attendre de la part de l'auteur. Je ne dirai rien là-dessus, un peu de douceur après toutes ces brutalités, ces horreurs, ces privations, ces brimades, ces assassinats, ça fait du bien.

Ce ne sera pas un coup de coeur total, mais n'allez pas non plus croire que je me sois embêtée durant ma lecture, loin de là ! Je l'ai appréciée, vraiment, mais quelques détails m'ont fait tiquer et si chez les autres, c'est passé comme une lettre à la poste, ça passera peut-être muscade chez vous aussi.

Il me reste encore deux pavés de cet auteur et je les lirai aussi car les aventures sont belles et les personnages "gentils" sont attachants, du genre de ceux qu'on aimerait croiser dans sa vie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kadeline 2020-05-19T16:05:36+02:00
Le Gang des rêves

J’ai beaucoup entendu que le gang des rêves était très cru, avec beaucoup de violence et de sexe, le tout avec une écriture très proche du langage parlé. Que d’éléments qui normalement ne me convienne pas. Quitte à l’avoir chez moi, autant essayé malgré tout et j’ai bien fait. Effectivement c’est cru, il y a du sexe et de la violence et pourtant je n’ai jamais pensé l’abandonner avant la fin.

On est au coeur des quartiers pauvres de New-York, principalement ceux italiens. On suit principalement Luminita et son fils Natale, devenu Christmas au passage de l’immigration de leur arrivée aux Etats-Unis à la fin de l’adolescence de Christmas. Luminita est une jeune fille belle et qui immigre seule. Quand elle arrive sans carte verte, ce qui devait arriver arriva, elle termine au bordel. J’ai beaucoup aimé suivre Luminita qui est d’un positivisme et d’une volonté à tout épreuve. Elle est prête à tout sacrifier pour permettre l’intégration de son fils, pour qu’il soit un vrai américain. J’aurai aimé qu’on la suive plus même si Christmas prend toute la place petit à petit.

Christmas est un gamin qui a grandi en étant persuadé d’être américain même s’il est le seul à le penser. Pour tous, il reste un immigré. Il est particulièrement intelligent. Sa mère a tout fait pour qu’il soit instruit même s’il ne va pas à l’école très longtemps. Sa plus grande force est qu’il sait inventer des histoires tout en étant très très crédible. Sa première réussite, il s’invente un gang. Il a une façon de faire, de convaincre les gens aussi bien les vrais mafieux que les enfants de rue le croient et le trouvent attachant. Ils vont tout faire pour qu’il s’en sorte même s’il s’attire des problèmes. Sa gouaille rend très visuel la vie des quartiers. Toute la puissance des rêves est très bien retranscrite et illustre le fait que c’est ce qui tient les gens hors de l’eau. Luminita avance car elle veut réussir l’intégration de son fils. Christmas progresse grâce à son amour pour la riche Esther qu’il veut protéger puis retrouver… S’ils sont les personnages principaux, ils ne sont pas seuls. Toute une galerie de personnages secondaires sont présents.

Toute une galerie de personnages secondaires sont présents, bien construits et assez variés pour avoir une vision globale de la vie à cette période. Il y a juste un des personnage qui m’a particulièrement déplu car c’est le seul sans nuance. Il correspond au cliché du vrai méchant en pleine déchéance. Si son existence est intéressante car elle apporte un plus à l’histoire, le suivre de manière si fréquente et détaille ne m’a pas convaincue. C’était trop dur pour moi. Il y a un autre point très présent, la place de la différence de classes. On oscille entre le fait que tous ont intégré qu’il ne faut pas viser trop haut et le rêve de s’en sortir, de ne pas rester dans la misère.

Au cours du roman, on découvre toutes les contradictions, les espoirs et l’évolution de la société pendant une époque clé. C’est une tres belle fresque, une belle surprise.

Afficher en entier

On parle de Luca Di Fulvio ici :

Dédicaces de Luca Di Fulvio
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Slatkine & Cie : 4 livres

Pocket : 2 livres

Albin Michel : 2 livres

France Loisirs : 1 livre

Slatkine : 1 livre

Gallimard : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array