Livres
472 297
Membres
444 354

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marceline Loridan-Ivens

89 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Marceline Rozenberg, fille d'émigrés juifs polonais, a quinze ans quand elle arrive au camp de Birkenau – le camp d'extermination du complexe d'Auschwitz. Elle en sort dix-huit mois plus tard, à la fois affamée de vie et blessée à mort. Elle épouse un beau garçon au nom bien français, le quitte, hante les nuits bleues des caves de Saint-Germain-des-Prés, entre au PC, claque la porte, porte les valises pour le FLN, s'engage pour l'avortement, prend risque sur risque... Rencontre le grand cinéaste Joris Ivens : une histoire d'amour et de cinéma commence. La voilà au Vietnam sous les bombardements, à Pékin pendant la Révolution culturelle... Si les camps de la mort ont empêché Marceline de suivre des études, elle a su apprendre de la vie les leçons essentielles, et en a tiré une oeuvre cinématographique pleine d'audace et de poésie. Actrice pour Jean Rouch, coréalisatrice avec Joris Ivens, réalisatrice de La Petite Prairie aux bouleaux, elle a l'estime indéfectible de la critique et des cinéphiles. Petite, rousse et frisée, Marceline Loridan a tout du lutin – feu follet, trublion, cancre... Même dans le camp de Birkenau, elle fait des pieds de nez au Diable, vole une marmite de soupe, raconte des histoires drôles, se fait des amies "pour la vie" dont Simone Veil. Pas vraiment révolutionnaire, plutôt chahuteuse et dérangeante, Marceline n'a jamais cessé de flirter avec la mort. Son rire a parfois les accents du désespoir ; elle s'amuse du bal zazou qui a précédé son départ pour Auschwitz, évoque le suicide de son frère, hanté par la Shoah au point de se prendre pour un SS, rend hommage à Joris Ivens, l'homme de sa vie dont le corps était " beau comme un vieux chêne "... Dans le récit de vie de Marceline, on ne trouve jamais de regrets, mais une infinie lucidité et une autodérision aussi salutaire que savoureuse.

(source : france inter)

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
15 lecteurs
Or
28 lecteurs
Argent
23 lecteurs
Bronze
12 lecteurs
Lu aussi
15 lecteurs
Envies
58 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
26 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.32/10
Nombre d'évaluations : 35

0 Citations 24 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Marceline Loridan-Ivens

Sortie France/Français : 2018-01-17

Sortie Poche France/Français : 2019-02-06

Interview

Vidéo ajoutée par Fran123 2018-01-21T12:46:47+01:00

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Serafima 2017-01-05T03:16:16+01:00
Et tu n'es pas revenu

Un beau et émouvant témoignage, la voix de la narratrice reste gravée en nous bien après avoir refermé le livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nie-chan 2017-01-24T18:26:14+01:00
Et tu n'es pas revenu

Alors que je suis en temps normal très sensible face à ce genre de livre, je n'ai pas réussi à me sentir prise par ma lecture, à accuser la violence sous-jacente dans de multiples phrases glissées çà et là. Je suis restée très en surface pour une raison que j'ignore alors que j'aurais pu trouver le récit dur et poignant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cjustmoua 2017-04-21T10:24:06+02:00
Et tu n'es pas revenu

Livre poignant qui nous force à une remise en question. Très belle lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Spika 2017-10-06T13:53:11+02:00
Et tu n'es pas revenu

Je suis dans une période où je cherche beaucoup de témoignages de la seconde guerre mondiale, dans les camps ou dans le quotidien des populations, surtout depuis que j'ai relu La Douleur de Marguerite Duras (pour la troisième ou quatrième fois).

On a ici un témoignage d'amour fort, l'absence d'un père, le déchirement d'une famille et l'incompréhension d'une jeune fille revenue des camps quand elle voit ce qui se passe autour d'elle, en captivité comme à son retour, vieille dame toujours pas réparée de l'enfer à l'heure où elle écrit ses lignes.

Touchante mais mordante à la fois, Marceline nous fait part de son récit avec dignité, et relatant les faits comme ils sont, mais assez atténués sur certains passages pour ne pas choquer à l'outrance.

Si vous avez la version du livre de poche, vous trouverez à la fin un petit dossier historiquement plus précis fait par Annette Wieviorka. Seulement ce qui me dérange, comme dans tout le reste du livre, c'est que ce dossier n'est pas partial et prend la défense des Juifs déportés, et uniquement eux, c'est dommageable pour moi. On effleure à peine la question des handicapés le temps d'une phrase, et on y dénigre même les "héros", les résistants morts à la déportation, parce qu'ils ont été célébrés. Quid des noirs, des homosexuels, des autres qui n'avaient absolument rien demandé et qui se sont retrouvés là par hasard et que l'histoire oublie également ? Je ne minimise pas la Shoah en disant ça, j'aurais juste voulu plus de diversité. Je vais donc continuer mes recherches de lecture dans ce sens, mais même si ce point m'a un peu désappointée, j'en recommande sa lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vivie10 2017-10-19T00:17:37+02:00
Et tu n'es pas revenu

Il m'a fallut 1 journée pour lire ce magnifique livre.

C'est une magnifique lettre qu'elle écrit à son père, mort à Auschwitz.

Je ne sais quel mots utiliser pour décrire avec quelle force et quels mots sublime elle utilise pour écrire cette lettre.

Tout y est décrit avec pudeur, retenu, et pourtant avec une telle rage aussi.

C'est un livre sublime par les mots, par sa force...

Un livre à lire et à relire.

Afficher en entier
Et tu n'es pas revenu

Une claque. C'est l'effet obligé de ce roman. Tout comme Si c'est un homme, ce témoignage nous plonge en plein dans les camps d'extermination du IIIe Reich, mais on a ici également l' "après-camp". Le retour en France. La tentative de reconstruction. Et l'incompréhension totale de la part des non-déportés.

C'est terrible, c'est oppressant, mais c'est vrai. Et on ressent tout, même si on ne comprendra jamais vraiment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granny-1 2018-10-01T06:50:59+02:00
Ma vie balagan

Bonjour les lecteurs ...

"Balagan" mot d'origine russe signifiant " désordre, bordel".

Elle, c'est Marceline Rozenberg.

Elle, elle est juive, gauchère rouquine et minuscule.

Elle, elle se raconte, de façon balagan

Elle, bien entendu, évoque la déportation, les camps, l'horreur. Mais pas seulement ...

Elle, elle parle aussi de l'avant et de l'après, de sa famille meurtrie.

Elle raconte qu'on n'oublie jamais, que pas un instant ne passe sans qu'on y pense .

Elle, elle a eu du mal à se reconstruire .. y est-elle seulement arrivée ?

Elle, elle s'est affichée pour l'avortement, contre la guerre d'Algérie.

Elle c'est l'éternelle rebelle au caractère bien trempé.

Elle, elle raconte ses souffrances, ses regrets, ses ravages de façon " destroy" , de façon balagan.

Elle qui n'a plus voulu s'appeler Rozenberg, trop dur, trop difficile.

Elle, c'est Marceline qui est partie il y a quelques semaines vers d'autres cieux

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sara14 2018-11-14T18:51:46+01:00
Et tu n'es pas revenu

Ce livre est touchant, différent de ce que je lis habituellement mais j'ai bien aimé le lire... Marceline Loridan-Ivens est une femme qui a été une femme juive déportée morte en septembre dernier et qui a connu Simone Veil. Lire le début de ce roman était dur pour moi par rapport à la façon dont ils étaient traités dans les camps de concentration etc... Sa vie n'a pas été facile là bas mais ça a empiré quand elle est revenue des camps car elle était traumatisée à vie. Par exemple la seule idée de se déshabiller lui faisait penser à la mort, à la haine. Ou penser qu'une amie à elle est morte à Auschwitz à cause d'elle et vivre avec sur la conscience... Je ne pensais pas que la vie dans les camps était aussi horrible mais je dois avouer que j'ai trouvé quand même intéressant d'avoir un point de vue d'une femme qui a survécu à la guerre ou plutôt aux impacts pendant et après.

Afficher en entier
Et tu n'es pas revenu

C'est un témoignage rare par sa forme qu'on peut lire ici.

Marceline Loridan-Ivens, déportée avec son père, est revenue seule d'Auschwitz. Elle raconte cette blessure profonde d'avoir perdu l'être qui lui était le plus cher, elle s'adresse à lui et nous raconte à travers cette lettre sa déportation, la vie dans le camp et toute la difficulté de "revivre" après une telle épreuve.

On ne peut décemment pas rester de marbre devant ce livre parce que c'est un témoignage. On ne peut qu'essayer de comprendre la difficulté de se reconstruire sans vraiment jamais y arriver. On comprend plus difficilement le comportement de certains de ses proches parce qu'on a aujourd'hui le recul pour mesurer toute l'horreur des camps, recul que les membres de sa famille n'avaient pas.

Bref, c'est un livre qui mérite qu'on s'y attarde.

Le dossier qui suit le livre est aussi extrêmement intéressant à lire et on en apprend encore beaucoup. Parce que c'est un sujet qui est tellement immense, qu'on découvre toujours des choses dessus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lenou68 2019-03-06T12:23:23+01:00
L'amour après

Marcelline nous livre là, son rapport à l'amour après cette période de deshumanisation totale qu'elle a vécue. Le choix des mots est époustouflant de beauté et de sensibilité, et elle semble ne pouvoir s'exprimer qu'avec cette beauté poétique, comme s'il fallait inclure la beauté en tout. D'une émotion profonde et sincère, on prends conscience de ce que Marcelline nous crie haut et fort : qu'elle ne se sentait pas légitime de vivre, alors encore moins d'aimer...Jusqu'à Joris qui lui offre la plus belle parenthèse de sa vie : celle de l'amour, de l'acceptation de ce qu'elle est, sans jugement et avec une largesse d'esprit qu'il lui accorde de suite car il sait intuitivement que ce sera leur liberté personnelle de pouvoir s'accompagner mutuellement. Un hymne à l'amour vrai malgré tous les tourments endurés avec lesquels il faut composer.

Afficher en entier

On parle de Marceline Loridan-Ivens ici :

Dédicaces de Marceline Loridan-Ivens
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Grasset : 3 livres

Robert Laffont : 1 livre

LGF - Le Livre de Poche : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode