Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Dédicaces de Marie-Pierre Bardou et autres évènements

Ajouter une dédicace ou un évènement pour Marie-Pierre Bardou
Ses lecteurs apprécient aussi
Auteurs aux thèmes similaires
Evaluations moyenne de ses livres
Critère Note Visuel
Globale 7.1
Scénario 7.4
Ecriture 7.6
Suspense 5
Originalité 6.6
Addictivité 5.8
Pédagogie 3.5
Créativité 6.2
Personnages 7.2
Humour 6.1

Marie-Pierre Bardou

Nom de naissance

Prix et distinctions

Naissance

  • Date : ( ans)
  • Lieu : Non disponible

Décès

  • Date : (à ans)
  • Lieu : Non disponible

Editeurs

Les chiffres

Présent dans : 101 biblio
Note moyenne : 7.1 / 10
Nombre d'évaluations : 10
Position top auteur : -

Dans les biblio des Booknautes

Liste

Dans le top auteur

Position
[]

Ajouts par semaine

Ajout
[["Sem 31",0],["Sem 32",0],["Sem 33",0],["Sem 34",0],["Sem 35",0],["Sem 36",5],["Sem 37",0],["Sem 38",0],["Sem 39",2],["Sem 40",0],["Sem 41",2]]

Evaluation moyenne

Note
[["d\u00e9c",0],["jan",7],["f\u00e9v",0],["mar",0],["avr",0],["mai",0],["jui",0],["jui",8],["ao\u00fb",0],["sep",0],["oct",9]]

Biographie de Marie-Pierre Bardou

Ajouté par Virgile le 5 Décembre 2012
Née en Afrique équatoriale dans une famille d’oiseaux migrateurs, Marie-Pierre Bardou a gardé de ses voyages précoces le goût des départs, même en imagination. Elle teste un peu tous les genres – poésie, nouvelle… - mais c’est avec le roman qu’elle peut, réellement, se laisser « embarquer ».
Grande admiratrice du génie fiévreux d’un Dostoïevski ou de l’implacable plume d’un Ross Mc Donald ou d’un Liam O’ Flaherty, elle adore les romans historiques et les thrillers. C’est le plus souvent dans les drames familiaux qu’elle puise sa propre inspiration.
Elle a une prédilection pour les grasses matinées et les séries TV, et de temps en temps se laisse séduire par quelques chutes libres – mais toujours avec un parachute. Sinon, son bureau ou son canapé seront les endroits où vous la trouverez la plupart du temps. L’avantage étant qu’ils sont dans la même pièce, pour une très agréable économie de mouvement.
Voir les biographies de Marie-Pierre Bardou

Interviews de Marie-Pierre Bardou


Citations de Marie-Pierre Bardou

Voir les citations de Marie-Pierre Bardou

Informations diverses

Ajouté par Papachoultse le 18 Février 2013
J’ai écrit l’Heure du Tigre il y a presque dix ans, du moins une première version très différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Car j’ai toujours écrit, mais pour moi : l’écriture était une sorte de pulsion, de besoin, que je me contentais d’assouvir un peu comme une drogue. De poèmes en journaux intimes en nouvelles puis en romans échevelés – mon premier « vrai » roman, écrit à l’adolescence, est un sommet vertigineux de la littérature romantique, le côté « foutraque » en prime : aucune construction, un fil conducteur qu’on a souvent du mal à suivre, et des chapitres qui ne servent en rien l’intrigue. Il est resté sagement dans mes tiroirs, juste pour ma nostalgie personnelle.

J’ai ensuite fréquenté plusieurs sites d’apprentis littéraires, ce qui m’a permis de travailler vraiment mon style, d’évoluer.

Mais l’Heure du Tigre, à la base, me ressemblait : Je suis partie bille en tête, avec le seul « Et si ? » cher aux créatifs, pour ligne de conduite. Je ne savais pas où j’allais, et c’était exactement ce que je voulais. Me faire embarquer par ma propre histoire… Le problème, c’est qu’ensuite le manuscrit est resté plusieurs années dans mes placards, à prendre la poussière, car je ne savais absolument pas quoi en faire. Trop « bon » pour être jeté, trop bordélique pour être édité.

Les éditions HJ ont été un déclic : je suis incapable de m’autoéditer, que ce soit en numérique ou en édition plus classique. Je n’ai pas les compétences techniques, je n’ai pas la patience, je n’ai pas les réseaux nécessaires, le marketing n’est pas ma tasse de thé. C’était donc plutôt mal parti ! Mais Hélène, Gaël et Sébastien les ont, ces compétences, et je n’ai pas hésité à leur confier mon bébé. Plusieurs années après son écriture, je me suis donc attelée à la tâche ; et surprise ! J’ai compris que l’écriture était un vrai travail. Flûte alors.

Je me suis beaucoup – trop ? – attachée au personnage de Nolimé, car cette fille arrogante et égocentrique est jubilatoire à mettre en scène. Difficile de s’en détacher, surtout quand on parle à la première personne et au présent !

J’ai puisé dans mes souvenirs africains, dans mon expérience en parachutisme et en syndicalisme, dans mon goût pour la culture orientale, pour enrichir l’intrigue avec ma réalité. Le reste est une pure invention, et j’espère avoir été assez soigneuse dans mes recherches sur les techniques de combat – moi qui ne pourrais jamais mettre une beigne à quelqu’un sans me fouler le poignet ! – pour ne pas hérisser le poil des spécialistes… S’il y a un adepte de krav-maga parmi mes lecteurs, j’attends ses avis en tremblant – pas taper, pas taper !

En tous les cas, l’Heure du Tigre est ma première œuvre vraiment aboutie. Ce qui m’a donné l’envie d’en produire d’autres, tant qu’on y est. Mais cette fois, de le faire proprement dès le départ, pour ne pas à m’arracher à nouveau les cheveux à me demander comment je vais retravailler, réassembler, réécrire, épurer tout le fatras ! J’ai beaucoup de cheveux, mais ça fait mal.

J’ai donc enchaîné presque immédiatement sur un second roman, beaucoup plus court et volontairement très différent : Antarès devrait être édité d’ici quelques mois, lorsque mes impitoyables correcteurs m’auront donné leur feu vert – et que, soupir, j’y aurai travaillé à corps perdu. J’ai voulu cette fois un véritable exercice de style : mettre une bride à mes envolées lyriques et mon goût excessif pour l’humour, pour écrire un livre sobre, dense, et créer une vraie atmosphère. Mes lecteurs me diront si j’y suis parvenue… Pour l’humour, je crois bien, mais pour les envolées lyriques, heu… joker.

Et, en attendant les corrections, je me suis lancée dans une véritable saga. J’avais envie, après tant de sobriété, d’un véritable roman d’aventures : avec des passions, des voyages, des vengeances et des drames ! Mais c’est aussi un roman historique, et l’approche est extrêmement différente de la fiction pure. La phase de recherches est plus longue que celle de l’écriture ! Frustrante, passionnante, excitante, l’écriture de Dia Linn est mon challenge personnel. Et vu le nombre de personnages, d’époques et de générations que je veux aborder, il va y en avoir, des chapitres… Mais cette fois, j’ai dégainé mes tableaux Excel, et vogue la galère ! A moi les délices du 19ème siècle irlandais, et les exodes américains, et la naissance du poker sur les steamboats du Mississippi. Mon premier roman dont les notes de bas de pages sont aussi denses que les chapitres eux-mêmes ! Mais c’est une autre histoire, et il faudra attendre l’automne prochain pour vous la conter.

Puisse l’Heure du Tigre faire son chemin et plaire à ses lecteurs, car si jamais personnage a jamais eu du punch à revendre et des crocs à montrer, c’est bien la belle Nolimé !
Ajouter / Voir plus