Livres
421 044
Membres
337 162

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marie-Pierre Bardou

Auteur de 14 livres
ajouté par Virgile 2012-12-05T19:14:36+01:00

Biographie

Née en Afrique équatoriale dans une famille d’oiseaux migrateurs, Marie-Pierre Bardou a gardé de ses voyages précoces le goût des départs, même en imagination. Elle teste un peu tous les genres – poésie, nouvelle… - mais c’est avec le roman qu’elle peut, réellement, se laisser « embarquer ».

Grande admiratrice du génie fiévreux d’un Dostoïevski ou de l’implacable plume d’un Ross Mc Donald ou d’un Liam O’ Flaherty, elle adore les romans historiques et les thrillers. C’est le plus souvent dans les drames familiaux qu’elle puise sa propre inspiration.

Elle a une prédilection pour les grasses matinées et les séries TV, et de temps en temps se laisse séduire par quelques chutes libres – mais toujours avec un parachute. Sinon, son bureau ou son canapé seront les endroits où vous la trouverez la plupart du temps. L’avantage étant qu’ils sont dans la même pièce, pour une très agréable économie de mouvement.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Or
14 ajouts
Argent
8 ajouts
Bronze
8 ajouts
Lu aussi
6 ajouts
Envies
60 ajouts
PAL
32 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.26/10
Nombre d'évaluations : 12

0 Citations 23 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Marie-Pierre Bardou

Sortie Poche France/Français : 2017-06-07

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par FeatherWenlock 2017-10-22T00:39:38+02:00

Temps mort est un roman extrêmement difficile à classer. À la fois polar, humoristique, à suspense mais décalé, serial-thriller-gore aux images si parlantes que c'en est inquiétant / prodigieux, d'après mon humble avis, il est impossible de lui accrocher une seule étiquette au gros orteil - vous suivez ? Bon, ok, je laisse les vannes à Kathy Dorl et Marie-Pierre Bardou ! Car vous l'aviez compris (ou pas), mais il s'agit d'une histoire partagée entre deux plumes. Encore un quatre mains qui peut faire parler de lui !

Clairement, le ton est donné dans le résumé du livre. « Car elles dézinguent. Elles trucident, décanillent, découpent, acidifient, crament, tronçonnent ! » Franchement, ça annonce la couleur, vous trouvez pas ? Hm ? Oui, rouge. Bravo, Sherlock.

PK et Saule, deux amies perdues de vue depuis quinze ans, se retrouvent sur un célèbre réseau social. S'ensuivent des échanges par mail, de plus en plus savoureux (façon de parler), sur leur vie et leurs soucis, leurs amis, leurs amours et surtout leurs emmerdes. On retrouve vraiment une relation d'amitié, avec ses hauts de franche camaraderie (hem.) et ses bas de coups de couteau dans le dos. Au figuré. Enfin, vous verrez.

Tout est parfaitement mis en scène grâce aux différents points de vue que nous offre le livre. À travers leur angle "d'appréciation" de la situation, on ne peut que les accuser puis les plaindre tour à tour. Le premier épisode nous plonge directement dans le vif du sujet, et les suivants s'enchaînent avec une facilité déconcertante. On a envie d'en savoir plus, sur le pourquoi du comment, les tenants et les aboutissants, et on se marre à chaque nouvelle explication (et ce, même si elle est horrible, sordide ou les deux).

Côté humour, je crois qu'on peut difficilement faire mieux. J'ai passé un excellent moment à lire les rebondissements de cette affaire - car oui, messieurs-dames, il y a une affaire ! ça y est, je me la joue JJ (lisez le livre pour comprendre). On ne s'ennuie pas une seconde, et quand on croit qu'on est à bout des surprises... c'est l'apothéose.

En bref, un moment de pur délire, avec du sang et quelques substances illicites pour nos plus grands fous rire... Il me tarde de lire le tome 2. Et rien que pour m'avoir fait lire un polar, il décroche mon coup de (couteau) cœur !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AlexianeTh 2017-10-30T09:55:30+01:00

Marie-Pierre Bardou est très loin de son premier roman. Pas loin de dix romans, deux romans co-écrits ainsi que deux guides pratiques, c’est une autrice prolifique (quatorze ouvrages écrits) et fidèle aux éditions Hélène Jacob.

Après une saga américano-irlandaise (Dia Linn) et deux romans co-écrits (Temps mort), MP Bardou nous propose un roman contemporain sur fond de drame familial qui, pourtant, peut cacher un petit pep’s derrière des traits d’humour cynique.

Les diners de famille, les soirées entre amis où rien ne va ni ne fonctionne comme escompté … Mary et son époux étaient loin de se douter que cette insouciante petite fête d’été tournerait au cauchemar.

Sur un principe de chausse-trappe, de flash back divers, MP Bardou nous amène petit à petit jusqu’au point final : qui est mort ?

Nous rencontrons divers personnages tels qu’Alice, la sœur de May, une liaison adultérine, Volker ce viking sexagénaire, May elle-même, une voisine exécrable qui semble avoir plus d’une surprise dans son baluchon … Si nous les suivons par une série de flash back (qu’il faut suivre en notant bien les dates en début de chapitre) ces protagonistes en rencontrent d’autres, plus passagers.

Une certaine originalité vient des points de vus … des chats.

Chamallow et Chaman.

Ces témoignages félins donnent un côté humoristique, un brin décalé mais non moins perspicace sur le déroulement de la soirée.

Au-delà de la petite intrigue posée – à savoir qui a rendu l’âme – c’est tout un méli-mélo d’introspections propres à chaque héros, d’une telle manière que chaque lecteur peut s’identifier à l’un ou à l’autre. Ce sont des tranches de vie qui soulèvent de multiples questions et mettent en lumières … nos « défaillances. » Le bonheur est-il propre à chaque individu ? Qu’attendons-nous de la perfection ? Pour être heureux suffit-il de trouver le bon « partenaire » ou vivre de passion ? Y a-t-il une recette du bonheur, du succès ? Attendons-nous trop des autres ?

Nous sommes loin du livre manichéen. A travers cette « soirée entre amis », on nous dépeint un monde tout en nuances de gris comme l’est réellement la vie. Il n’y a ni bon, ni mauvais … Mais autant que vous vous en fassiez votre propre idée en vous plongeant dans cette petite histoire.

Ce roman demande une certaine concentration dans sa chronologie pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de son intrigue. Hormis cela, c’est une lecture très fluide, qui étire nos lèvres d’un sourire narquois ou cynique, quelques petits gloussements … puis nous pouvons nous renfermés en découvrant certains passages plus graves.

Nous pouvons apprécier le riche vocabulaire de l’autrice au service de chaque héros, de leur élocution personnelle (cf. Volker par exemple) ; c’est bien écrit, bien amené, même si une certaine explication (ou cause à effet) peut nous laisser perplexes.

En outre, Défaillances est un petit roman qui fait passer un bon moment, léger malgré quelques thèmes abordés que nous n’aborderions pas avec le sourire dans notre quotidien, mettant en scène une soirée que nous pourrions vivre (en croisant les doigts néanmoins pour qu’il n’y ait pas autant de drame !)

Alors ? A quand le prochain apéro’ ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Root 2017-11-04T20:28:57+01:00

Saule et PK se sont perdues de vue après le lycée. Grâce aux joies d’internet, elles ont repris contact… et découvert que le même homme avait pourri leur vie. Il n’en faut pas plus pour ranimer le feu de leur amitié vieille quinze ans.

Comme le dit la quatrième, ça dézingue sec. Ça rigole beaucoup aussi. Trop, à mon goût. J’apprécie l’humour, j’apprécie l’humour décalé, mais à peine ai-je le temps de sourire d’une métaphore que je reçois une rafale de jeux de mots en pleine tête. Et pas franchement fins les jeux de mots.

(petite musique de blague qui tombe à l’eau)

Si on arrive à dépasser l’excès de caricatures – des situations et des personnages – qui fait vite froncer les sourcils, l’intrigue est osée et originale. Sauf que les joutes verbales prennent le pas sur l’histoire, qui perd de son crédit.

L’échange de mails entre les deux copines fonctionne, même si l’idée n’est pas nouvelle, et on réunit les morceaux petit à petit (je me mets aux jeux de mots moi aussi, parce qu’il y a tout de même un corps en puzzle dans tout ça), mais la régularité de ce « trop » lasse. Passé le premier tiers du bouquin, plus grand-chose ne pouvait me convaincre.

Temps mort est surprenant, mais la plus mauvaise des surprises pour moi, c’est qu’il fasse dans la surenchère, du (presque) début à la fin. Une fin jusqu’à laquelle je suis péniblement arrivée, et qui, fidèle au reste du roman, déborde de partout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manou60 2017-11-15T14:04:06+01:00

Je remercie vivement les Editions H.J. pour ce service presse et pour leur confiance.

Lorsque j’ai lu le résumé de ce roman et surtout son « classement » je me suis demandé comment un thriller/gore pouvait être humoristique.. Eh bien, je confirme ! Il peut être les trois à la fois !

Saule vit aux Etats-Unis, elle a un petit garçon et un ex-mari encombrant.. PK (ou Petit-Kiwi, enfin.. Elisabeth à la naissance..) vit dans un ashram au milieu de la Creuse avec une communauté assez bigarrée et étrange et son fils « Canard ». Ces deux vieilles amies d’enfance se retrouvent via les réseaux sociaux, papotent, discutent jusqu’au jour où tout dérape et qu’un cadavre, ou plutôt les morceaux d’un cadavre se mettent à traverser l’Atlantique.

Ce roman est composé de plusieurs épisodes un peu à la façon d’une série télévisée mais on entre dans le vif du sujet très rapidement. Au fil des échanges de mails des deux amies, on en apprend plus sur leurs vies, leurs entourages et surtout leurs soucis. Pour l’une c’est une allergie au foin, un ado obsédé par les limaces et de vieux comptes à régler ; pour la seconde c’est une addiction aux achats, une femme de ménage haïtienne un peu fouineuse et portée sur la bouteille et un mort sous son lit.. Chacune ses problèmes dont certains vont très vite devenir communs et qui vont rapprocher nos deux vieilles amies ou du moins les obliger à s’entendre.

La suite de ma chronique sur mon blog : https://ettulisencoreemma.wordpress.com/2017/11/15/temps-mort-saison-1-par-kathy-dorl-et-marie-pierre-bardou/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lesparolesenvolent 2017-11-27T07:54:12+01:00

Un cha-rmant roman qui débute avec les observations naïves d'un chat doté d'un œil clairvoyant sur les relations humaines et d’une conception réaliste sur leurs affinités. Les jeux de mots à base de chats amusants distraient avec finesse le lecteur de la « chien-lie » des personnages du roman.

La trame de ce roman est à rapprocher du scénario de plusieurs films du genre : « un air de famille », « cuisine et dépendance » : Une véritable « surprise-partie » aux couleurs festives qui vire au cauchemar avec un déballage de vérités désagréables, des règlements de comptes et d’animosités... et pire !

L’anniversaire de May s'avère devenir la pire journée de sa vie. Elle subit des invités indésirables qui s’incrustent comme une maîtresse de son mari Thomas, et s’impose à elle Alice bien résolue à lui présenter son amant Volker, un homme marié. Contrariée de cette relation adultérine, elle avait tenté de dissuader sa sœur de poursuivre cette relation sans intérêt.

La soirée est narrée sous le regard et le ressenti de Chamallow, dont l’attitude gourmande et nonchalante de ce chat racé rassérène le lecteur tout le long. Il se complait se complaît dans un confortable train-train perturbé ce soir, par la présence de son insupportable homologue Chaman. Et la découverte du cadavre de cet importun nous augure une soirée sous de sombres auspices. La présence inopportune de l'antipathique Volker (l’amant d’Alice), entaché de nombreux défauts dont il a conscience contribue à intensifier cette idée d’un drame à venir. L’opposé d’un bellâtre, et de surcroit déjà marié et qui ne sera jamais disposé à être disponible pour Alice.

Les touches de flashbacks et rétrospectives nous éclairent sur les tensions à venir ; ressurgissent alors les réminiscences des fragments enfouis par les deux sœurs. Leurs vies semblent aux antipodes. May, ou plutôt Marie : « Elle aimait paraître, oui, elle appréciait le confort, le luxe, la position sociale de son mari », "cette femme apparemment indépendante s’était rapidement transformée en maîtresse exigeante et malheureuse, qui lui réclamait toujours plus",

et sans enfants a reporté toute son affection sur ses chats; Quant à Alice, célibataire, 45 ans, se contente de miettes de moments accordés par son amant, pour se livrer à des incartades surtout sexuelles. Mais finalement, les deux sœurs, aux modes de vie différents ressentaient la même solitude : « La seule chose qui était vraiment difficile à vivre, celle qui venait le plus souvent rompre cet équilibre raisonnable, c’était la solitude. »

Plus d'éléments sur :

http://lesparolesenvolent.blogspot.fr/2017/11/defaillances-de-marie-pierre-bardou.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Root 2018-01-09T21:42:07+01:00

4 heures du matin. Chamallow est intrigué par ce qui flotte dans la baignoire. Pas seulement par ces petits bouts d’aluminium bleu, non, il y a aussi ce corps. Lequel, il l’a compris, ne sortira pas de là. Que fait donc ce cadavre dans sa baignoire ? Comme si la soirée n’avait pas déjà été assez pénible comme ça ! Une maison envahie d’invités qui se croient chez eux, boivent, fument, crient, et piétinent où bon leur semble, ce n’est pas le top pour un chat, malgré les toasts au thon. Alors un mort, pensez donc, ça n’a pas fini de contrarier sa maîtresse et d’agiter les convives.

May ne s’imaginait pas que la soirée tournerait au vinaigre, du moins pas à ce point. Elle n’était pas ravie de rencontrer Volker, le viking déjà très marié avec lequel sa sœur Alice entretient une relation depuis plus d’un an. Quant à Thomas, son mari, à l’aise derrière ses œillères, il n’était pas le meilleur soutien à envisager en cas de dérapage. Mais là, tout de même, c’est allé très loin…

… et je suis un peu sceptique.

On sait de suite où l’auteur nous emmène : cette soirée sordide va virer au drame. J’attendais donc qu’on me surprenne. Or, si ce roman comporte de bien bonnes choses, il reste assez prévisible.

L’histoire, contée à rebours, est entrecoupée de retours en arrière (sur la vie d’Alice) qui m’ont paru longs. Certes, il faut bien qu’on sache qui a fait quoi et pourquoi on en est là, mais ces flashbacks manquent un peu de verve. Et tant qu’à brosser un portrait peu reluisant des personnages, j’aurais aimé qu’on les passe vraiment au vitriol : cette ambiance alcoolisée et enfumée où les épouses côtoient les maîtresses aurait pu être plus piquante encore. Ceci dit, les Défaillances des uns et des autres sont justement décrites, et les redondances du récit servent l’atmosphère assommante de cette soirée d’été.

Mensonge, jalousie, lâcheté… Lassé de faire l’arbitre entre Alice et May, Chamallow se gausse des névroses de chacun, avec fraîcheur et perspicacité. Pas évident de donner la parole à un animal sans tomber dans l’excès de gags. L’auteur a su ne pas en abuser et se permettre ainsi quelques remarques qu’on ne se fait pas « entre humains ».

Défaillances égratigne l’Homme, cette drôle d’espèce, et revisite le repas de famille avec un humour bien senti, et une certaine originalité. Divertissant.

** Merci aux éditions Hélène Jacob **

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manou60 2018-01-30T17:23:45+01:00

Avant tout, je remercie les Editions Hélène Jacob pour ce service presse et leur confiance renouvelée.

May et Thomas ont organisé une soirée entre amis. Mais au lieu du moment de détente espéré, les catastrophes s’enchaînent et vont mener inexorablement vers cette finalité dont Chamallow nous explique les détails dès les premières pages.

J’avais découvert la plume de Marie-Pierre Bardou dans un livre écrit à 4 mains « Temps Mort » dont je vous parlais ICI. J’avais vraiment beaucoup aimé cette lecture et j’étais donc ravie de retrouver l’une des deux auteures en solo.

Ce roman est construit de manière originale puisque chaque chapitre donne lieu à un changement d’époque. Parfois nous allons remonter de quelques heures, d’autres de quelques mois alors il faut faire très attention aux dates et heures afin de bien en comprendre la chronologie. On y fait connaissance avec différents personnages tels que May et son mari Thomas chez qui se déroule la fête mais aussi Alice, la sœur de May, venue avec Volker son amant (et accessoirement homme marié..). Ces 4 personnages sont le socle de l’histoire et autour d’eux gravitent plusieurs personnages secondaires tels que Louise-Berthe, Frankie, Nathalie… Chacun d’eux va faire que cette soirée va virer au drame, que les choses vont imploser sous le regard placide et surtout lucide de Chamallow, le chat.

La suite de ma chronique : https://ettulisencoreemma.wordpress.com/2018/01/30/defaillances-par-marie-pierre-bardou/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merryfantasy 2018-03-26T19:02:23+02:00

Le résumé de ce titre m’avait assez séduite, mais pas au point que je m’y arrête. C’est en lisant la chronique d’une copinaute que j’ai eu le déclic : l’histoire met en scène un mort et est en partie racontée du point de vue d’un chat. Je ne pouvais que craquer, non ?

Au final, je suis un peu mitigée sur certains points, mais j’en ai bien aimé d’autres. D’abord, l’histoire dans sa globalité. Elle est bien réfléchie et met en scène une situation qui, somme toute, pourrait arriver à tout le monde, et n’importe quand… quoique peut-être pas avec une finalité telle que celle-ci. Mais le lecteur a la possibilité de s’identifier à un ou plusieurs personnages, car ils ont chacun leur histoire, leur passif, leurs problèmes. Il fallait bien ça pour mettre en place un drame si bien trouvé et choisi.

Ce que j’ai aussi apprécié, c’est la mise en place de cette scène de début, avec ce corps dans cette baignoire, que l’on ne reverra qu’à la fin pour nous expliquer ce qu’il en est réellement. Et évidemment, le point de vue adopté par le chat, qui avec son attitude tout égoïste critique les actions des personnes qui l’entourent car, ô trahison, elles ne pensent pas à remplir sa gamelle de croquettes ou lui piquent son coussin préféré.

Ce que j’ai un peu moins aimé, c’est la gestion de la temporalité. Pour le début, je m’y attendais, et cela permet en effet de mettre en place cette tension et cette envie de savoir ce qu’il va advenir au cours de cette soirée. Mais, ensuite, j’ai eu l’impression d’être baladée dans le temps et les personnages, et j’étais parfois désarçonnée car je n’arrivais plus à me situer, et ça m'a quand même perturbée pendant un bon moment... Peut-être que des indicateurs temporels auraient pu aider à mieux visualiser les événements.

Mais hormis ça, je salue le rythme, très bien dosé et qui donne envie de poursuivre jusqu’au bout, ainsi que le final de ce livre : je n’ai rien vu venir ! Et ça c’était vraiment sympa !

https://mes-reves-eveilles.blogspot.fr/2018/03/defaillances.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessSwann 2018-05-12T18:54:20+02:00

Le dernier opus des aventures de Saule et de PK (et non PQ lol) qui est sans aucun doute le plus incroyable et le plus déjanté de tous ! Dans ce dernier tome, Saule se retrouve à Fleury pendant que PK prend les deux gamins (et les deux chiens) et se fait la malle en Afrique... Là, elle commence à fricoter avec le vaudou dans l'absurdité la plus totale et j'avoue que j'ai beaucoup ri devant la correspondance entre les deux folles dingues. Les passages du point de vue de Donnall sont très bien construits et j'apprécie le fait que celà coupe un peu le délire entre les deux complices dans le meurtre. La fin m'a vraiment étonnée mais d'un autre côté, je ne vois pas trop comment ça aurait pu se finir autrement pour les deux folles. J'ai particulièrement ri aux problèmes de taches sur les Nike de Saule (c'est là qu'on voit qu'elles ont vraiment un sens moral... étrange). Bref, elles me manqueront

Ce que j'aime : le délire total du tome, la fin, les problèmes existentiels de Saule

Ce que j'aime moins : j'avoue PK et le vaudou... c'est limite crédible

En bref : Un dernier tome en apothéose pour nos meurtrières déjantées : magie, voyage, délire, tout y est !

Ma note

7,5/10

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lesparolesenvolent 2018-06-17T11:12:18+02:00

Deux amies de lycée, sous les pseudos de PK (petit kiwi) et Saule se retrouvent une vingtaine d’année plus tard grâce aux réseaux sociaux et se découvrent des modes de vie aux antipodes. PK (petit Kiwi) élève Donall son ado de fils dans un ashram au fond de la Creuse où elle a adopté des dogmes végétariens, écolo et du yoga. Saule, expatriée aux USA y avait suivi son ex-mari Mike, un chirurgien esthétique ambitieux. Aujourd’hui, elle se complaît dans l’oisiveté et le luxe de sa villa en Floride avec son fils Dickens et sa domestique Bien-Aimée, une haïtienne.

Les discussions, un ressentiment envers Mike de Saule et PK va naître : il se révèle etre le père des fils respectifs de Saule et PK, et l’origine des déceptions de la vie des deux femmes. Une complicité de vengeance entre les deux femmes va murir, s'établir, et se tenter au-delà de l’effet escompté. Pour se dédouaner de leurs subterfuges macabres, elles emportent de lecteurs dans des plans scabreux et loufoques.

MON AVIS général : Voici un ouvrage fort plaisant (merci aux édition Hélène Jacob pour ce SP) et qui met le sourire aux lèvres : l'intrigue cocasse aiguisera votre humour soumis à toutes les sauces autour de ce drame drolatique. L'échange de mails entre deux amies va faire murir une vengeance… à posteriori car la vengeance est un plat qui se mange froid.

et mon avis plus détaillé sur le blog http://lesparolesenvolent.blogspot.fr

bonne lecture !

Afficher en entier

Dédicaces de Marie-Pierre Bardou
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Éditions Hélène Jacob : 9 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode