Livres
568 933
Membres
624 257

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marquis de Sade

Auteur

743 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par ninanina 2009-08-22T12:05:19+02:00

Biographie

Donatien-Alphonse-François de Sade naît à Paris le 2 juin 1740. Il est le descendant d'une vieille et prestigieuse famille de l'aristocratie de Provence. A 14 ans, il entre dans une école militaire réservée aux fils de la plus ancienne noblesse et, sous-lieutenant un an plus tard, participe à la guerre de Sept ans contre la Prusse. Il y brille par son courage, mais aussi par son goût pour la débauche. Revenu, en 1763, avec le grade de capitaine, il fréquente les actrices de théâtre et les courtisanes. Son père, pour y mettre fin, cherche à le marier au plus vite.

Le 17 mai 1763, il épouse Mlle de Montreuil, de noblesse récente, mais fortunée. Il ne s'en assagit pas pour autant et fait, dans la même année, son premier séjour en prison pour « débauches outrées ». En 1768, il est à nouveau incarcéré six mois pour avoir enlevé et torturé une passante. Il donne fêtes et bals dans son domaine provençal de La Coste, voyage en Italie, notamment avec sa belle-sœur, dont il s'est épris. A Marseille, en 1772, il est accusé d'empoisonnement (il avait en fait distribué, lors d'une orgie, des dragées aphrodisiaques à quatre prostituées qui avaient rendu malade l'une d'entre elles) et doit s'enfuir en Savoie. Condamné à mort par contumace, il est arrêté, s'évade, puis cinq ans plus tard (au cours desquels il alterne voyages et scandales), il est arrêté à Paris où il était venu régler ses affaires à la suite du décès de sa mère.

Malgré les interventions de sa femme, il va passer cinq années dans le donjon de Vincennes, écrivant pièces de théâtre et romans pour tromper son ennui, avant d'être transféré à la Bastille où il commence la rédaction des Cent vingt journées de Sodome (1785) puis, deux ans plus tard, Les infortunes de la vertu et Aline et Valcour. En juillet 1789, dix jours avant la prise de la bastille, il est transféré à Charenton, dans un asile de fous. Il doit abandonner sa bibliothèque de six cents volumes et ses manuscrits.

Il recouvre la liberté, accordée à toutes les victimes de lettres de cachet, en 1790. Sa femme, lasse de ses violences, obtient la séparation. Ses deux fils émigrent. Pour survivre dans le Paris révolutionnaire - ses biens, en Provence, ont été pillés et mis sous séquestre - il cherche à faire jouer ses pièces, se lie avec une jeune actrice, Marie Constance Quesnet, qui lui restera fidèle jusqu'au bout. Justine ou les malheurs de la vertu est publié - anonymement - en 1791.

Pour faire oublier ses origines nobles, il milite dans la section révolutionnaire de son quartier. Mais son zèle n'est-il pas assez convaincant ? Fin 1793, il est arrêté et condamné à mort. Oublié dans sa geôle à la suite d'une erreur administrative, il échappe à la guillotine et est libéré en octobre 1794.

Vivant chichement - ses seuls revenus sont ses écrits - il publie en 1795 La philosophie dans le boudoir, Aline et Valcour, La nouvelle Justine et Juliette (Justine et Juliette sont deux sœurs, l'une incarnant la vertu, l'autre le vice, qui subissent des aventures où la luxure le dispute à la cruauté). La presse l'accuse d'être l'auteur de « l'infâme roman » Justine. Il s'en défend maladroitement. En 1801, la police saisit ses ouvrages chez son imprimeur. On ne lui pardonne pas sa violence érotique, son « délire du vice », sa pornographie. Sans jugement, par simple décision administrative, il est enfermé dans l'asile de fous de Charenton. Il va, qualifié de « fou » mais parfaitement lucide, malgré ses suppliques et ses protestations, y mourir le 1er décembre 1814 sans jamais retrouver la liberté. Cet esprit libre, sur ses 74 années de sa vie, en aura passé 30 en prison.

Ses descendants refuseront de porter le titre de marquis, et il faudra attendre le milieu du XXe siècle pour que son œuvre, dans laquelle il a ouvert la voie à la psychologie sexuelle moderne, soit « réhabilitée ».

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
97 lecteurs
Or
256 lecteurs
Argent
206 lecteurs
Bronze
185 lecteurs
Lu aussi
344 lecteurs
Envies
297 lecteurs
En train de lire
32 lecteurs
Pas apprécié
74 lecteurs
PAL
368 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.87/10
Nombre d'évaluations : 262

3 Citations 143 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Marquis de Sade

Sortie Poche France/Français : 2017-09-14

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par JulienJ 2020-05-31T16:28:08+02:00
Aline et Valcour

En écrivant ce bouquin, Sade voulait prouver qu'il était un homme de lettres et a ainsi rassemblé plusieurs styles de l'époque. C'est un roman épistolaire et nous lisons deux romans d'aventures dans lesquels nombre de réflexions philosophiques sont placées. Or, en matière de philo, notre marquis sait parfaitement ne pas tomber dans le commun et réussit son pari.

La seule critique négative sur ce bouquin concerne l'intrigue (comparé aux Liaisons Dangereuses ) même si, sur la fin, les coups de théâtre sont parfaitement bien maîtrisés.

Par contre, les deux utopies philosophiques qui y sont présentées sont exquises. Superbe et à lire. On y trouve une base de réflexions énorme sur des problèmes du 18ème qui, bien sûr, sont encore d'actualité.

Très dense et magnifiquement intéressant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Belami77 2020-07-06T22:37:10+02:00
La Philosophie dans le boudoir

Une lecture décevante et insipide !

La pornographie qui occupe une large partie du livre est consternante de pauvreté et de bassesse. Quel déficit d’imagination et de poésie !!

Le discours philosophique insurrectionnel qualifié d’athéisme anticlérical venant en pointillé et qui tombe, à chaque fois, comme un cheveu sur la soupe n’a d’intérêt que de mieux connaître la pensée du marquis de Sade.

Ses propos amoraux, anormaux, licencieux trouvant justification à tout même le pire ne pouvaient que lui valoir d’être mis hors jeu de la vie en société, de passer 27 années de sa vie en prison et de la finir dans un asile. On se demande d’ailleurs comment il réchappa, pendant La Révolution, à la guillotine : probablement parce que bien qu’inquiétant, son discours n’était pris au sérieux par personne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Polyn 2020-08-08T12:59:23+02:00
La Philosophie dans le boudoir

Lecture assez dérangeante.

Afficher en entier
Justine ou les malheurs de la vertu

Au-delà des messages politiques et terriblement d'actualité, ce roman est d'un ennui prodigieux. Les mêmes scènes de viol, torture, de pratiques incroyables se succèdent les unes aux autres. La pauvre Justine tombe de Charybde en Scylla, et se retrouve la victime des pires dépravés que la France de Sade peut compter. On n'ose imaginer que les scènes décrites sont autre chose que le fruit de l'imagination débordante de leur auteur, tant elles semblent physiquement impossibles. À moins que cela ne soit un excès de naïveté de la part du lecteur...

Afficher en entier
Justine ou les malheurs de la vertu

A la recherche d'une lecture choc, je ne pensais pas en trouver dans un livre de cette époque. L'horreur grimpe crescendo mais le style detache du marquis, ou peut etre le registre xviii eme atténue l'effet traumatique sur le lecteur. Une bien troublante philosophie qui ne laisse pas de marbre... bien que choquant, il n'y apparaît aucune vulgarité et cette prose est superbe.

Néanmoins certaines scènes mettent mal à l'aise, Sade oblige. Une belle grande oeuvre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rebillard 2020-09-15T23:30:40+02:00
Les Crimes de l'amour

Un style magnifique fait passer les descriptions les plus dures à lire !!! L'inceste sous presque toutes ses formes, surtout les plus cruelles, les plus avilissantes, voilà ce que nous présente Sade dans les onze petites nouvelles de ce recueil. Le dénouement injuste, cruel à chaque fois, est parfois attendu, mais est toujours plus monstreux, plus troublant encore que ce que l'on aurait pu supposer (je crois !). Le style est sûr, clair, jovial et féroce. On ne peut qu'admirer le talent de conteur du marquis...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JulienJ 2020-09-27T17:39:54+02:00
Les 120 journées de sodome

Ce type de livre est difficile et presque impossible a noter et a commenter ...a la fois parfait littérairement et repoussant, écoeurant à la lecture C'est un bel héritage que nous laisse ici le divin marquis.

Ce livre est parfait pour ceux qui sont en quête d'inspiration ou qui ont un sens de l'humour pour le moins particulier...

Mais ce qu'il y à de plus intéressant avec ce livre, c'est qu'il nous met à l’épreuve, nous et tous nos principes. Le marquis originaire du sadisme nous dresse ici un tableau sans concession de la nature humaine et ses désirs inhumains. Seule fausse note la surenchère et la gratuité. Un bon vaccin qui vous immunisera des perversions de ce monde.Dommage que Sade n'est pas eu le temps de le finir bien au propre... Au lieu de tenir sur 350 pages le livre serait un pavé de ^plus de 1200 pages de vices extrêmes et infâmes...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Swein 2021-02-09T18:33:54+01:00
Les Crimes de l'amour

C'est assez perturbant de lire ce livre. Le style est assez lent et pas très agréable (ceux qui n'ont pas l'habitude de lire des "livres plus anciens" le trouveront surement encore plus lent et désagréable).

Je ne m'attendais pas a avoir un ton moralisateur de la pas de Sade... D'accord, il y a des vices et de l'inceste mais de la morale? Non.

La première histoire ne m'a pas plu mais la deuxième m'a beaucoup fait rire et j'ai adoré la chute (ce n'étais sensé être drôle mais le dramatique m'a fait rire). L'histoire de la comtesse de Sancerre m'a fait soupirer devant la débilité des deux jeunes gens manipulés. La dernière histoire à été la plus prenante pour moi même si la fin n'a pas de sens.

Bref, une expérience mitigée et je vais attendre un peu avant de relire du Sade.

Afficher en entier
La Philosophie dans le boudoir

Alors que la tendance Mommy Porn explosait il y a quelques années avec 50 Nuances de Grey, donnant un coup de fouet à la littérature érotique, d'autres romans de ce type eux avaient déjà leur place dans la postérité. Il en va ainsi des écrits du Marquis de Sade, auteur ô combien polémique en son temps et qui aura passé une bonne partie de sa vie en prison.

Provocateurs et vulgaires, les romans du Marquis ne sont pas pour autant dénués de fond. Hum, sans jeu de mots (ou presque). La Philosophie dans le Boudoir est l'un de ses plus connus. Sous forme de dialogues nous assistons-là à ni plus ni moins que l'éducation (libération ?) libertine d'Eugénie, jeune ingénue pas si ingénue, par une équipe de libertins. Ils prennent la chose très au sérieux et vont tous s'y mettre gaiement.

Sous couvert d'un texte érotique outrageant, le Marquis de Sade se livre à travers les dialogues de ses personnages à une violente critique d'une société où la plupart des droits qui nous paraissent acquis aujourd'hui ne l'étaient absolument pas.

Alors oui, des textes des Lumières sur la liberté, les droits de l'Homme ou encore les privilèges, il y en a toute une flopée. Voltaire, Diderot, Laclos, Montesquieu, Rousseau... pour ne citer qu'eux, tous se sont livrés à leur manière à une sévère critique de la société et de son organisation. Pour autant, le Marquis de Sade se démarque considérablement de ses confrères par ses textes beaucoup plus crus. Et tout y passe. Si Eugénie est retournée dans tous les sens "dans son intérêt" et pour parfaire son éducation, la société l'est aussi (pas de la même manière certes).

Pour autant, j'ai trouvé ce texte dérangeant, sûrement la volonté de l'auteur, et pas forcément utile dans la démarche. Pour le coup, je trouve que la dimension provocatrice a pris bien trop le dessus sur le fond. J'ai déjà lu Justine ou les malheurs de la vertu et je n'ai pas souvenir d'avoir été aussi mal à l'aise ou choquée. Au contraire, je trouvais qu'il permettait de comprendre ce qu'était son auteur et son regard sur la société en nous confrontant aux pires facettes de l'Homme. Derrière toute une série d'actes plus immondes les uns que les autres se cachait une réelle réflexion sur son époque et sa société.

Avec La Philosophie dans le Boudoir, on comprend que l'intention est la même, c'est même en quelque sorte un résumé de sa pensée. Mais... Pas un bon résumé. Je l'ai trouvé ennuyeux et c'est à peine si j'ai réussi à le terminer. Certes, ce roman nous pousse à nous interroger mais, à mon sens, il y a en d'autres qui le font avec autant de pertinence et bien mieux.

Conclusion

Adepte des classiques et n'ayant pas peur des lectures plus crues, La Philosophie dans le Boudoir ne m'a pas convaincue. S'il est important de resituer le roman dans son époque pour comprendre l'intention de l'auteur, il n'en reste pas moins que je ne l'ai pas apprécié et bien entendu, il ne s'agit pas d'un roman à mettre entre toutes les mains, en particulier les plus jeunes !

https://flowerpanda04.wixsite.com/pandaflower/single-post/la-philosophie-dans-le-boudoir-du-marquis-de-sade

Afficher en entier
Justine ou les malheurs de la vertu

Un ennui mortel !

Une succession de scènes de sodomies, de pédophilie, d'inceste, de tortures, de meurtres, avec peu de variations.

Je peux comprendre que le "libertinage" à l'époque était une contestation religieuse et politique, par contre je ne peux pas comprendre, qu'aujourd'hui, on puisse le glorifier.

Afficher en entier

On parle de Marquis de Sade ici :

Présentation des nouveaux
2009-08-29T12:41:54+02:00

Dédicaces de Marquis de Sade
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 10 livres

10/18 : 6 livres

Flammarion : 4 livres

France Loisirs : 2 livres

LGF - Le Livre de Poche : 2 livres

Norbert Crochet présente : 1 livre

Albin Michel : 1 livre

Le Square : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array