Livres
475 617
Membres
453 532

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mary Shelley

Royaume-Uni Né(e) le 1797-08-30
Royaume-Uni 1851-02-01 ( 53 ans )
1 733 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par panda 2010-02-14T19:51:52+01:00

Biographie

Mary Shelley (née Mary Wollstonecraft Godwin) est une femme de lettres anglaise, romancière, nouvelliste, dramaturge, essayiste, biographe et auteur de récits de voyage. Née le 30 août 1797 à Somers Town, petit faubourg londonien situé au sud de Camden Town, elle est surtout connue pour son roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, publié en 1818, alors qu'elle n'a que 21 ans.

Fille de la philosophe féministe Mary Wollstonecraft et de l'essayiste et écrivain politique William Godwin, elle épouse en 1816 le poète Percy Bysshe Shelley, dont la première femme venait de se suicider. Elle collabore avec lui et fait beaucoup pour faire connaître son œuvre.

Sa mère meurt alors qu'elle-même n'est âgée que de onze jours ; par la suite, sa demi-sœur, Fanny Imlay, et elle sont élevées par son père. Lorsque Mary atteint quatre ans, Godwin épouse sa voisine, Mary Jane Clairmont. Godwin offre à sa fille une éducation riche, bien qu'irrégulière, et l'encourage à adhérer à ses théories politiques libérales. En 1814, Mary Godwin entame une relation romanesque avec un des partisans de son père, Percy Bysshe Shelley, alors marié. Avec la belle-sœur de Mary, Claire Clairmont, ils partent pour la France et voyagent à travers l'Europe ; lorsqu'ils reviennent en Angleterre, Mary est enceinte de Shelley. Au cours des deux années qui suivent, ils affrontent tous les deux l'ostracisme, un endettement permanent et la mort de leur fille, née prématurée. Ils se marient à la fin de 1816, après le suicide d'Harriet, la première épouse de Shelley.

En 1816, le couple passe un été — resté dans les annales — avec Lord Byron, John William Polidori, et Claire Clairmont près de Genève, en Suisse ; c'est là que vient à Mary Shelley l'idée de son roman Frankenstein. En 1818, les Shelley quittent la Grande-Bretagne pour l'Italie, où meurent leur deuxième et leur troisième enfants, avant que Mary Shelley ne donne naissance à son fils, Percy Florence Shelley, qui seul survivra, En 1822, son mari se noie dans le golfe de la Spezia, lorsque son voilier sombre pendant une tempête. Un an plus tard, Mary Shelley retourne en Angleterre et, dès lors, se consacre entièrement à l'éducation de son fils et à sa carrière d'auteur. Les dix dernières années de sa vie sont marquées par la maladie, probablement causée par la tumeur du cerveau qui l'emportera à l'âge de 53 ans.

Jusqu'aux années 1970, Mary Shelley est surtout connue pour les efforts qu'elle a mis à faire publier les œuvres de son mari et pour son propre roman Frankenstein, qui continue à attirer les lecteurs et a inspiré de nombreuses adaptations, tant au théâtre qu'au cinéma. Les études récentes ont permis une vision plus complète de son œuvre. Les spécialistes ont montré un intérêt croissant pour sa production littéraire, en particulier ses romans, au rang desquels on compte les romans historiques Valperga (1823) et The Fortunes of Perkin Warbeck (La destinée de Perkin Warbeck) (1830), son roman apocalyptique The Last Man (Le dernier homme) (1826) et ses deux derniers romans, Lodore (1835) et Falkner (1837). L'étude de ses œuvres moins connues, comme le carnet de voyage Rambles in Germany and Italy (Errances en Allemagne et en Italie) (1844) et les articles biographiques pour le Cabinet Cyclopaedia de Dionysius Lardner (1829–1846) justifie l'idée croissante que Mary Shelley est restée toute sa vie une radicale sur le plan politique. Ses livres soutiennent souvent que la coopération et la solidarité — comme les pratiquent tout naturellement les femmes au sein de leur famille — sont la voie qui permet de réformer la société civile. Cette idée est une remise en cause directe de l'approche individualiste et romantique prônée par Percy Shelley et des théories politiques du siècle des Lumières explicitées par son père, William Godwin.

Mary Shelley est décédée d'une tumeur du cerveau le 1er février 1851 à Belgravia, à Londres. Elle repose auprès de ses parents, au cimetière de Saint Peters à Bournemouth, sur la côte sud de l'Angleterre.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
177 lecteurs
Or
361 lecteurs
Argent
322 lecteurs
Bronze
300 lecteurs
Lu aussi
438 lecteurs
Envies
471 lecteurs
En train de lire
63 lecteurs
Pas apprécié
55 lecteurs
PAL
524 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.45/10
Nombre d'évaluations : 479

3 Citations 231 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Mary Shelley

Sortie France/Français : 2016-11-16

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Irene-Adler 2019-05-10T16:50:25+02:00
Frankenstein

Tout d'abord, remarquons que ce roman a été écrit par une femme. A l'époque (1818), ce n'était pas rien ! Voilà, c'était la minute féministe...

Moi aussi, lorsque j'ai décidé de lire ce livre (les années 1990), je croyais tout savoir sur Frankenstein. Et bien, comme on dit chez nous, j'aurais mieux fait de laisser croire les bonnes soeurs, elles sont quand même là pour ça...

J'avais tout faux ! Mais vraiment tout faux. Une claque que je me suis prise dans la figure. Mon jeune âge de l'époque était sans doute la cause.

Maintenant, je sais qu'il ne faut pas confondre le Professeur Frankenstein et la créature du Professeur Frankenstein, cette même créature composée de divers fragments de cadavres.

Oui, je croyais tout savoir, je ne savais rien et je sais qu'on ne sait rien...

Fichtre, quel livre. Il a remis mes pendules à l'heure.

Mary Shelley n'est pas tout à fait contemporaine à Conan Doyle, pourtant, son livre a un petit rapport avec Sherlock Holmes et c'est une amie qui m'a ouvert les yeux dernièrement.

Quel rapport ? me demandez-vous...

La science, bande de béotiens !

L'incroyable génie de ce professeur Frankenstein qui aura été capable de faire vivre des bouts de chair cousus grâce à des décharges électriques.

La morale de ce livre pourrait se traduire par une phrase de Rabelais : «science sans conscience n'est que ruine de l'âme ».

Pour être encore plus clair, les scientifiques doivent réfléchir aux conséquences de leurs actes plutôt qu'à la gloire. Ce que le professeur ne fit pas... et qui paya les pots cassés ? Sa pauvre créature. Oui, pauvre créature, je le dis haut et fort.

Moi qui croyait le connaître et moi qui "pensais" la haïr, et bien, ce fut tout le contraire. Non, la créature n'est pas à blâmer, mais son créateur, oui !

Tout comme Icare, le professeur Frankenstein a voulu s'approcher de Dieu, mais en créant ce « monstre », ses ailes ont brûlé et il s'est écrasé au sol.

Si ça s'arrêtait là, encore, ça irait. Mais Mary Shelley va plus loin en montrant que la créature elle-même est une victime de la mégalomanie du professeur.

Elle souffre, cette créature, d'être fuie par les humains. Sa souffrance suinte de toutes les pages du roman. J'ai eu mal avec elle. Oui, elle a tué... mais le professeur l'avait abandonné à son triste sort. Que pouvait-elle faire ?

Donc, à la différence : Conan Doyle en bon médecin, prône la science et Mary Shelley en dénonce les mauvais aspects. Et elle a eu bien raison.

Deux visions différentes d'une même force...

Mettez vos a priori sur le côté, laissez croire les bonnes soeurs et ne pensez pas tout savoir d'une oeuvre avant de vous être penchée dessus parce que ce roman vous remettra à votre place.

Un livre de plus qui m'a marqué au fer rouge.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ArkhamAsyluum 2019-06-06T00:52:33+02:00
Frankenstein

J'ai été très surprise par le roman.

Dans l'inconscient collectif, Frankenstein évoque la créature née lors d'un orage des mains d'un savant fou et de son complice.

Il n'en est rien.

L'histoire est très poétique dans l'ensemble, je ne m'y attendais vraiment pas.

Je recommande chaudement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Llit 2019-06-19T13:34:31+02:00
Les Évadés des ténèbres

Deux romans mon vraiment plus, par le style d'écriture et par le scénario "les mystères du château d'Udolphe" qui a su faire monter en moi ,le mystère et l'intérêt au fur et a mesure de l'histoire ,et Dracula qui comme toujours m'attire et exerce sur moi de la fascination pour ce personnage ,repoussant et attirant à la fois .J'avais entendu l'histoire de Frankenstein ,vu des films mais jamais lu ce récit ,et comme beaucoup je donnais ce nom au monstre .Les deux autres histoires "CARMILLA et le GOLEM" mon plu ,voir fait un peu peur :),mais j'ai mon accroché avec l'écriture .C'est un livre ,qui a su capter mon intérêt et exciter mon gout pour le surnaturel et le fantastique .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elhyandra 2019-06-22T10:32:11+02:00
Frankenstein

Le contexte historique :

Frankenstein a été écrit une nuit d’orage lors d’un séjour entre amis autour du Lac Léman à l’été 1816. Lord Byron lance le défi à ses amis d’écrire une histoire d’épouvante, son propre brouillon sera repris par Polidori qui le publiera sous le nom de Le vampire initiant par là la littérature vampirique. Mary Godwin, amante de Percy Shelley à cette époque, écrit Frankenstein catalogué dans le roman gothique, ce livre est également vu comme le précurseur de la science-fiction.

Pour en apprendre plus sur Mary Shelley, je vous recommande le podcast de France Culture

L’intrigue :

Le jeune Victor Frankenstein étudie les vieux traités alchimiques puis les sciences et la philosophie plus modernes. A force de s’instruire il finit par trouver un moyen de donner la vie et tente une expérience, il parvient à réveiller la chair morte qu’il a façonné en être humanoïde gigantesque et perd pied face à l’horreur de la situation, il s’enfuit loin de sa création. Victor finit par reprendre le cours de sa vie mais sera finalement rattrapé par sa Créature qui de bienveillante deviendra malsaine et son pire cauchemar.

La construction du texte et les messages :

Le récit démarre sous forme épistolaire, Robert Walton, marin de son état qui explore les glaciers du Nord, écrit à sa soeur Margaret pour la tenir au courant de ses avancées. Un jour, il découvre un homme transit de froid qu’il fait remorquer à bord de son navire et qu’il va ranimer grâce à son équipage. Suite à sa convalescence, l’homme entame son récit qui l’a amené dans ce milieu inhospitalier, Robert Walton rapporte donc le récit de Victor Frankenstein dans son journal et s’y trouve également intriqué le récit de sa Créature.

Ce qui frappe c’est la frénésie scientifique de Victor Frankenstein totalement hermétique à l’horreur qu’il est en train de commettre, c’est quand la Créature créée commence à se mouvoir qu’il atterri enfin et…s’enfuit plutôt que de tout stopper/réparer cette erreur et tout supprimer. Suite à cette frénésie, on se trouve confronté à l’égoïsme et la lâcheté du scientifique, il tombe malade et se considère comme un être pauvre, abandonné. En recouvrant la santé il apprend que son plus jeune frère été tué et que le servante est accusée du crime. Victor se rend compte que sa Créature est derrière ce meurtre mais…pense à lui et se tait laissant la malheureuse être condamnée à mort. Même avec un sursaut de volonté face au chantage de sa Créature, il pense encore et toujours à lui entrainant d’autres morts dans son sillage là où c’était franchement prévisible.

Quand est venue la partie du récit consacrée à la Créature, j’étais beaucoup plus intéressée, du moins au départ. On avait un être vierge de malice, qui commence sa vie comme un nouveau-né, qui voit flou puis nettement, viennent ensuite les sons et le désir de socialiser. Malheureusement, les gens s’arrêtent à son aspect affreux et prennent peur ou deviennent violents. Pris d’affection pour une paisible famille, il fera tout pour apprendre la langue, les aide en secret tel un bon génie et prend confiance pour tenter une approche qui se révèlera catastrophique. J’ai été mitigée par la transformation de la Créature en monstre véritable mais en même temps, vu que personne ne lui donnait sa chance, n’est-il pas plus simple de devenir ce que les autres veulent de vous ? Je suis quand même surprise que d’un être naïf on se retrouve avec un être plein de malice et se vautrant dans la violence et l’horreur. Qu’il s’en prenne à son créateur encore, c’est compréhensible, mais de là à tuer les proches pour faire souffrir l’autre, il y a une forme de sadisme dont je ne suis pas certaine qu’elle soit aussi simple à atteindre.

Les trucs un peu (beaucoup) craignos :

Bon, il faut se remettre dans le contexte, un texte écrit au tout début du XIXème siècle ne va pas sans réflexions qui pour anodines à l’époque, grattent bien fort maintenant ^^

Le petit truc classique du mec qui pourrait te dire la même chose de nos jours, « je l’ai vu, je suis tombé amoureux », non mec tu veux juste la ken, tu ne la connais pas. A cet endroit, on nous relate la rencontre du père de Safie avec sa mère, esclave à ce moment-là (bon gros rapport de domination en plus).

On reste avec le père de Safie, musulman. Il est enfermé à la prison en attente d’exécution et Félix fait tout pour le faire évader par engagement politique. Le père promet sa fille en mariage si le jeune homme parvient à ses fins. Pendant leur fuite, Felix apprend que sa famille a été enfermée en prison pour complicité et a tout perdu de son statut de noble. On sent le bon petit relent islamophobe du musulman perfide qui ne tient pas parole contre les bons chrétiens qui payent le prix mais restent dignes dans la pauvreté huhu.

Le couple Frankenstein adopte une petite Elisabeth, très blonde et adorable, magnifique petite poupée. Elle sera la compagne de jeux du jeune Victor et les parents espèrent un mariage quand ils seront grands. Les mariages arrangés à cette époque étaient légions donc j’imagine qu’à l’époque lire ce livre n’avait rien de choquant, avec mon regard du XXIème siècle, j’avais l’impression qu’on tatait la cuisse des enfançons jusqu’à ce qu’ils soient mûrs à point, beurk.

En bref, je suis contente d’avoir lu ce classique même si je pensais que l’autrice dénonçait le monstre à visage humain vs la bonté à visage monstrueux mais pas du tout, tout le monde est détestable, j’ai été plus que mitigée dans cette lecture sur ce point, mais au moins, le fameux classique est découvert ^^

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DocteurIsis 2019-07-05T22:00:34+02:00
Frankenstein

Un classique. L'histoire est bien connue mais très sympathique. Les personnages sont bien traités et la texte est de qualité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RidleyDuchannes 2019-07-21T01:41:01+02:00
Frankenstein

Un roman passionnant, qui rend encore plus accro à chaque page. Le livre est très bien écrit, les personnages sont surprenants ! Petit conseil : il ne faut pas se fier aux apparences, car les monstres ne sont pas forcément ceux que l'on croit...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par plumanna 2019-08-10T14:33:22+02:00
Frankenstein

Un classique très intéressant et surprenant qui captive et amène à réfléchir. Il est un peu long à lire mais très bien écrit avec de belles descriptions et des personnages profonds. Une histoire enrichissante et touchante à lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par la1234 2019-08-20T15:20:23+02:00
Frankenstein

oulà!! j'ai eu des frisson dans le dos!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Colleen21 2019-09-10T23:43:44+02:00
Frankenstein

J’ai beaucoup apprécié ma lecture.

Ce roman m’a surprise au premier abord, l’intrigue est en réalité assez loin du folklore qui s´est développé autour de Frankeinstein. Je m’attendais plutôt à une histoire d’horreur avec un monstre et un docteur fou et caricaturé comme nous le dépeint Hollywood.

Ce ne fut pas du tout le cas.

L’histoire est complexe, elle tourne beaucoup autour des ambitions des hommes.

Cet élan qui les rend intelligent et qui les fait se questionner et qui les empêche d’être simplement des imbéciles heureux. L’ambition qui mène un homme à sa perte.

La thématique de la nature est très présente dans le roman. Le personnage voyage beaucoup et semble se ressourcer uniquement dans des paysages magnifiques.

Victor Frankeinstein est un personnage extrêmement intéressant, ambitieux, vaniteux en apparence, mais torturé et en quête de sens.

Le monstre quant à lui m’a exaspéré. Il proclame qu’il est malveillant parce qu’il a été maltraité. J’ai trouvé ça tellement facile de jeter la faute sur les autres, ce n’est pas parce qu’on t’a fait du mal que tu dois forcément devenir mauvais, oui c’est de ta faute, prend tes responsabilités !

J’étais assez frustrée que Frankeinstein ne lui fasse pas remarquer. Le monstre s’apitoie beaucoup sur son sort.

Mais en même temps, ne pas assumer ses actes et tout mettre sur le dos des autres ou de la fatalité c’est le comportement le plus humain qui soit...

J’ai ressenti beaucoup plus d’empathie pour Victor Frankeinstein que pour sa créature.

Bref, un roman qui fait beaucoup réfléchir, et une aventure aussi avec beaucoup d’action.

L’auteure est très talentueuse, son histoire est vraiment originale et prenante.

J’ai adoré le fait que ce soit un roman épistolaire, ça a ajouté un vrai cachet à l’histoire.

Afficher en entier

On parle de Mary Shelley ici :

Dédicaces de Mary Shelley
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Marabout-Gérard : 9 livres

Gallimard : 8 livres

LGF - Le Livre de Poche : 5 livres

Flammarion : 5 livres

Gallimard Jeunesse : 5 livres

Pocket : 4 livres

J'ai lu : 4 livres

Editions du Rocher : 3 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array