Livres
515 553
Membres
529 281

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Meric Guilhem

85 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par maarloune 2012-01-03T20:21:04+01:00

Biographie

GUILHEM MERIC - Auteur & scénariste du projet

Né en avril 1971 à Sète (France), Guilhem a toujours été un artiste polyvalent. Dessinateur de BD durant toute son enfance, il s'immerge dans le monde de la musique à 17 ans, après quatre ans d'études au Conservatoire de musique de Sète.

Parallèlement à son métier d'infographiste, il publie à compte d'auteur son premier roman : « La Conjuration des Sept » aux éditions « Aurore Boréale », présenté avec succès à la Comédie du Livre de Montpellier, qui lui donne l'occasion de rencontrer Bernard Werber.

En 1999, Guilhem entame l'écriture d'une comédie musicale intitulée " Isabelle et le Roi ", inspirée de l'histoire d'une abbaye restaurée par son père depuis 1970. Il présente le spectacle dans plusieurs salles de provinces et de Paris, notamment en avril 2004 au Palais des Glaces. Entre temps, l'œuvre est revenue à ses racines et intègre une tournée sur les routes du Languedoc avec le festival médiéval OYEZ .

Durant cette même année 2004, il crée Harmonia Productions , réseau interprofessionnel des métiers du spectacle, de la musique et de la littérature, grâce auquel il aide à faire reconnaître d'autres artistes du spectacle, et avec lequel il créera plus tard un pôle production pour le cinéma.

En septembre 2006, Guilhem achève l'écriture d'un projet qui lui tient à cœur depuis déjà plusieurs années : une saga romanesque intitulée " Myrihandes ", narrant d'une manière inédite la légende d'Ames-Sœurs au cœur d'un monde oublié. Sa rencontre en 2009 avec Marion Mazauric et Charles Recoursé des éditions Au Diable Vauvert est déterminante : signé pour toute la saga, Guilhem Méric publie le premier des trois épisodes « Le secret des Ames-Sœurs » en octobre 2010, année anniversaire des dix ans d'existence de son éditeur.

Entre 2008 et 2009, Guilhem rédige le scénario adapté du 1er chapître et développe au sein d'Harmonia Productions la préproduction du projet d'adaptation long métrage. Une trentaine de talents oeuvrent à ses côtés sur l'univers étendu de Myrihandes : illustrateurs, compositeur, comédiens, infographistes… Ainsi en 2010, un teaser et un documentaire sont produits par l'équipe et diffusés avec le concours d'Allociné, partenaire du projet.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
24 lecteurs
Or
31 lecteurs
Argent
19 lecteurs
Bronze
15 lecteurs
Lu aussi
18 lecteurs
Envies
70 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
4 lecteurs
PAL
49 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.46/10
Nombre d'évaluations : 41

0 Citations 44 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Meric Guilhem

Sortie France/Français : 2019-02-13

Les derniers commentaires sur ses livres

L'art de se prendre les murs - Une nouvelle vision de Peter Pan

J’ai abandonné cette lecture à même pas la moitié... et pourtant je déteste faire ça.

Déjà, je ne sais pas si on peut vraiment appeler ce roman une réécriture. Aucun rapport avec l’histoire de Peter Pan, juste deux ou trois références qui de battent en duel. Première déception.

Ensuite, je n’ai pas du tout accroché ni à l’histoire, ni au personnage principal auquel je ne me suis absolument pas attachée. Il ne m’a fait ressentir aucune émotion. Rien. On suit juste son changement constant de passion, et c’est barbant et pas du tout interessant

Afficher en entier
L'art de se prendre les murs - Une nouvelle vision de Peter Pan

Peter Pan un personnage que j'affectionne particulièrement car qui n'a jamais rêvé de ne pas grandir? Je vous le demande. Dans ce livre c'est le conte qui est revisité et j'ai eu un peu de mal à m'accrocher à l'histoire. Il y a beaucoup de longueur qui on gâché ma lecture mais en dehors de cela j'ai beaucoup aimé Charlie. Un personnage haut en couleur qui se cache derrière ses dessins et ses textes pour ne pas grandir et voir le monde tel qu'il est. J'ai malgré tout passé un bon moment de lecture.

Afficher en entier
L'art de se prendre les murs - Une nouvelle vision de Peter Pan

https://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2019/04/lart-de-se-prendre-les-murs-une.html

Je pense que cela m'arrive très peu souvent, mais j'ai eu dur à comprendre cette histoire. L'intrigue n'est pas mal, mais j'ai eu du mal à comprendre le personnage. On le découvre à sa naissance jusqu'à maintenant avec différentes passions et envie. Le hic, c'est un personnage trop changeant avec un caractère flou pour ma part.

Maintenant, l'auteur apporte un message important dans cette histoire, que tout est possible lorsque l'on y croit.

Pour conclure, je n'ai malheureusement pas grand-chose à raconter sur ce livre qui pour moi est loin de la revisite de Peter Pan, mais reste original. Je n'ai pas accroché, mais je pense que cela peut quand même vous plaire. Donc, ne vous arrêtez pas sur mon avis négatif.

Afficher en entier
Myrihandes, tome 3 : Le lac aux Larmes d'Or

À jamais.

Après la terrible bataille qu'ils ont affrontés, Sisam et Helya se retrouve perdus au coeur du grand désert du Nord , morts aux yeux des autres . Ce qu'ils ont vécus les a marqués à jamais et ils semblent perdre ce qui les rend si spéciaux.

Mais ils vont devoir se ressaisir car ce qui les attend pourrait être bien pire encore que ce qu'ils ont déjà affronté.

J'ai toujours été fascinée par la fantasy et le pouvoir évocateur qu'elle possède. Beaucoup de mes plus beaux moments de lecture sont dus à des livres de fantasy. Grâce à ce genre de roman , nous quittons notre quotidien le temps de quelques heures, quelques heures passées dans des endroits imaginaires auprès de personnages qui bien souvent doivent accomplir une quête importante au péril de leur vie et au prix d'un affrontement avec eux mêmes.

Des romans épiques dans lesquels l'héroïsme ne se trouve pas forcément où on l'attendrait .

Pendant des années ces lectures ont bercées mes nuits d'insomnie mais petit à petit je me suis lassée de ce genre suite à des lectures quelques peu redondantes. Je ne trouvais plus cette petite étincelle qui me faisait vibrer si intensément avant.

Quelques années plus tard je suis devenue blogueuse et c'est ainsi que j'ai pu entrer en contact avec de nouveaux auteurs de fantasy, des auteurs à l'esprit inventif dont les ouvrages titillaient mes envies de fantasy. C'est ainsi que j'ai découvert Guilhem Meric et aujourd'hui je peux dire qu'il fait partie de ces auteurs qui ont su réveiller la fan de fantasy qui sommeillait en moi ( je me dois de citer également Bertrand Crapez et sa saga "Chroniques des prophéties oubliées " qui fait partie de mes meilleures lectures fantasy de ces dernières années ).

Alors quand j'ai vu arriver la sortie du troisième et dernier tome de sa saga "Myrihandes" j'ai eu un petit coup au coeur. J'étais à la fois ravie de découvrir enfin le dénouement de cette histoire mais également nostalgique des moments passés avec Sisam , Helya , Farf , Maâlias et les autres.

J'ai donc fini par me lancer à la découverte de ce dernier volet et que dire si ce n'est qu'il conclut cette saga en beauté. Il réussit à mettre l'accent sur les personnages et les troubles qui les habitent tout en nous laissant en tension permanente, à l'affût du moindre petit rebondissement qui pourrait se produire.

Ce roman nous offre 600 pages intenses qui nous donne l'impression d'être constamment sur des charbons ardents.

Mais revenons en un peu à l'histoire, promis je ne vous en dirai pas trop ;)

La bataille finale du tome 2 a laissé nos héros mal en point. Alors que leurs amis les pensent morts , Sisam et Helya sont en fait perdus en plein grand désert du Nord. Abasourdis par les révélations qui leur ont été faites ils semblent au plus mal. Heureusement pour eux ils vont être aidés par Sioul , un personnage étonnant qui a beaucoup à nous apprendre.

Helya et Sisam savent qu'ils ne sont pas au bout de leur peine et qu'un affrontement est inévitable. Leur monde est en danger par la faute de Kryom et Alrazel.

Mais Helya et Sisam semblent avoir perdus une part d'eux mêmes. Désormais ils n'arrivent plus vraiment à s'entendre, ce qu'ils ressentent les empêchent d'avancer. Leurs peurs , leurs doutes, leurs questionnements les éloignent l'un de l'autre alors qu'au contraire il faudrait qu'ils se rapprochent le plus possible. Ensemble ils sont bien plus fort, il en a toujours été ainsi.

Avant de pouvoir affronter leurs ennemis c'est eux-mêmes qu'ils devront combattre.

Pendant ce temps, Maâlias , Oros et Farf ne peuvent se résoudre à accepter la mort de Sisam et Helya. Ils sentent au plus profond d'eux qu'ils sont toujours là. Ils vont donc chercher à les retrouver. Et leur chemin sera jalonné de révélations parfois bien surprenantes. Grâce à eux on en sait ainsi un peu plus sur cet univers aux multiples secrets.

Ai-je besoin de préciser que bien évidemment Kryom et Alrazel sont prêts à tout pour obtenir ce qu'ils veulent ?

Tout au long de ce dernier tome nos héros sont donc confronter à l'une des luttes les plus féroces qu'il peut exister, le combat contre soi même, un combat âpre et intense mais parfois bien nécessaire pour pouvoir aller de l'avant.

C'est un aspect de l'histoire que j'ai beaucoup apprécié. Il n'y a point de héros sans faille et c'est justement cela qui les rend si intéressants et héroïques.

Et ce dernier tome nous le prouve parfaitement.

Ce troisième conclut cette saga avec brio , nous faisant vibrer d'émotions tout au long de ces quelques 600 pages ( et ce n'est pas forcément chose facile ).

Auprès de ces personnages nous sommes émeut, touchés, nous passons parfois du rire aux larmes en quelques secondes. Et c'est sans doute cela que je regretterai le plus dans cette saga, outre son univers fascinant, c'est la richesse de ses émotions transmises.

Guilhem Meric nous fait une nouvelle fois vivre un très beau moment de lecture. Il nous rappelle combien des mots peuvent être chargés de sentiments et de vécu.

"Le Lac aux larmes d'or" est la parfaite conclusion d'une saga qui nous aura tenue en haleine jusqu'au bout.

Afficher en entier
Myrihandes, tome 3 : Le lac aux Larmes d'Or

Ceux qui me suivent depuis longtemps le savent : lorsqu’un nouveau tome d’une de mes sagas préférées sort après des mois et des mois d’attente, c’est l’occasion rêvée pour moi de relire l’intégralité de la série ! Bien évidemment, Myrihandes n’a pas fait exception à la règle : hors de question de découvrir ce troisième tome sans avoir relu les deux premiers … Imaginez le bonheur que cela représente que de se retrouver face à cette pile d’environ 1600 pages qui n’attend qu’une seule chose : vous embarquer pour le plus beau et le plus émouvant des voyages ! Imaginez le plaisir qui m’étreignait à la simple idée de retrouver Helya, Sisam et leurs compagnons de route, imaginez la joie qui était la mienne lorsque j’ai ressorti le premier opus de son étagère pour me replonger dans ce fabuleux univers créé par le non moins fabuleux Guilhem Meric – que je ne remercierai jamais assez pour cette trilogie qui fait vibrer mon cœur comme aucun autre livre ne l’a fait … Ces deux semaines passées en compagnie de ces trois gros pavés, que j’ai pris le temps de savourer au lieu de les dévorer avidement comme je le fais parfois, ont été tout simplement merveilleuses.

Après leur lutte acharnée contre Kryom, Sisam et Helya se sont échoués dans l’infernal Désert du Nord. Recueillies par Sioul, jeune prince d’un surprenant royaume aux prises avec une atroce malédiction, les deux Flammes Jumelles s’éloignent progressivement l’une de l’autre, hantées par le doute, le découragement, la peur … La belle harmonie qui faisait vibrer leurs cœurs et leurs âmes à l’unisson lorsqu’ils étaient Myrihandes semble belle et bien terminée. Pendant ce temps, Maâlias, Oros et Farf refusent de croire en la mort de leurs amis et se jettent à cœurs perdus dans une dangereuse entreprise pour les retrouver … Et ce malgré la mort de leur ultime compagnon de route, Ecleïs, un des trois Gardiens de la Porte des Ames, sans lequel tout semble perdu. Enfin, après avoir aidé les habitants des Trois Cités à renverser l’ambitieux et tyrannique Gouverneur Hacton, le Capitaine Hemerod décide de couper le mal à la racine : accompagné de toute une armée de soldats et des nombreuses Ames Sœurs désormais libres de s’aimer, il s’apprête à affronter Kryom dans sa propre citadelle …

Le moment est enfin venu de découvrir le dénouement de cette incroyable épopée, qui nous invite à suivre toujours plus de personnages : cette fois-ci, ce ne sont pas deux, ni trois, mais bien quatre points de vue qui nous sont proposés. Nous suivons tout d’abord Helya et Sisam, chez qui la joie insouciante des retrouvailles a laissé place à l’amertume et au doute. Les propos de Kryom ont semé le trouble dans l’âme de Sisam, qui n’aspire désormais qu’à la sécurité tandis qu’Helya vibre de l’envie de mettre fin au règne du terrible Seigneur de Doldometh. J’ai eu tellement de peine pour eux deux, pour Sisam qui a perdu toute volonté de se battre, pour Helya qui souffre de cette distance qui s’installe entre eux, pour leur Amour si pur et puissant qui semble s’être éteint … Leur quête a changé de visage : il ne s’agit plus d’empêcher Kryom d’ouvrir la Porte des Ames, mais bien de retrouver le chemin entre leurs deux cœurs, leurs deux âmes, pour redonner vie à leur Myrihande. Et pour cela, il va leur falloir dépasser la culpabilité qui les assaille depuis qu’ils connaissent la vérité concernant leur passé commun … De même, le Capitaine Hemerod, que nous retrouvons en pleine compagne militaire, cherche à expier ses fautes passées en donnant vie au rêve de sa sœur défunte : un monde de paix, de sérénité, de justice et d’amour.

Vous l’aurez bien compris : bien que l’affrontement final se fasse de plus en plus imminent, il n’est clairement pas question que de batailles dans cet ultime opus ! La quête de nos héros, qu’il s’agisse de Sisam et d’Helya, d’Oros, Farf et Maâlias, d’Hemerod, Santories et Chrysalie, ou encore de Phonkerf et Harfan, est plus initiatique que guerrière. Dans cette trilogie, ce ne sont pas les exploits martiaux qui font les héros. On le sent, nos protagonistes ne pourront vaincre la terrible Ame Noire Alrazel qu’en surmontant leurs propres doutes, leurs propres peurs, leurs propres démons intérieurs. Qu’en faisant la paix avec eux-mêmes. C’est, je pense, la raison pour laquelle j’aime tant cette trilogie : elle ose mettre à la première place les combats intérieurs, plutôt que de s’arrêter aux grandes batailles sanguinolentes dont est généralement si friande la fantasy épique. Alors on ne va pas se mentir, il y a pas mal de morts, pas mal de violence, pas mal de noirceur. Mais l’ultime affrontement, celui que l’on attend depuis le tout premier tome, n’est ni un duel d’épéiste, ni même une bataille magique. C’est avant tout la confrontation entre l’avidité, la noirceur, et la bonté, la lumière. Entre un être pétri de Haine et de cruauté, et deux âmes que l’Amour réunit en un seul être. Certains y verront peut-être trop de manichéisme … moi j’y vois plutôt un véritable appel à la bienveillance, à l’altruisme, à l’amour sous toutes ses formes. On peut tous être des petits héros du quotidien, en portant nos rêves à bout de bras pour lutter contre le découragement ambiant, en brandissant la bonté et la justice autour de nous.

Comme ses deux prédécesseurs, Le lac aux larmes d’or est magnifiquement bien écrit. Il y a de la magie dans ces mots qui, tissés les uns avec les autres, nous offrent bien plus qu’une simple histoire. Au fil des pages, le récit prend vie, et le lecteur est comme transporté dans ce monde en proie à la tyrannie d’un cœur tant meurtri par la douleur qu’il estime que toutes les âmes doivent souffrir autant de la sienne. Un être qui est bourreau autant que victime, et qu’on ne peut ni apprécier ni détester purement et simplement. Le lecteur ne lit pas : il marche aux côtés de tous ces personnages, « qui vont tout donner d’eux-mêmes » pour reprendre les mots de l’auteur, il tremble avec et pour eux, il souffre avec et pour eux, il se réjouit avec et pour eux. C’est un livre qui m’a fait passer par des myriades d’émotions. Un livre qui a su me surprendre. Je ne m’attendais pas à une telle issue, si déchirante. A la fois cruelle et belle. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, car je n’étais pas prête pour cela. On a jamais envie de quitter des personnages avec lesquels on s’est presque lié d’amitié … mais on a encore moins envie de les quitter dans de telles conditions. Heureusement que l’épilogue est là pour nous faire rêver d’une autre histoire, une histoire où nos racines seront définitivement nouées autour du même arbre …

En bref, vous l’aurez bien compris, avec Myrihandes, c’est jamais deux sans trois : c’est encore un coup de cœur ! Une fois encore, Guilhem Meric nous offre plus de cinq cent pages de pur bonheur, augmenté d’une bonne cinquantaine de pages d’annexe pour assouvir notre curiosité. Ca a beau être terrible de ce dire que tout est bel et bien terminé, que les aventures de Sisam, d’Helya et de tous leurs compagnons sont achevées, c’est une fin de toute beauté que nous offre l’auteur. C’est la cœur à la fois triste et apaisé que j’ai tourné la dernière page, en soufflant la promesse de relire la saga une nouvelle fois, un jour ou l’autre, quand l’envie de retrouver les terres d’Oesion se fera sentir. En attendant, il ne me reste plus qu’à vous inviter à découvrir, à votre tour, cette fantastique trilogie et les magnifiques musiques qui l’accompagnent !

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/06/myrihandes-tome-3-le-lac-aux-larmes-dor.html

Afficher en entier
Myrihandes, tome 1 : Le secret des Âmes-Sœurs

Un très gros coup de cœur pour ce premier tome. Dès les premières lignes, nous sommes happés par l’histoire. Tout s’enchaîne. Je n’ai pas vu défiler les 500 pages. Impossible de décrocher. L’auteur a une plume envoûtante, raffinée et complètement immersif. Il nous emporte dans son monde imaginaire très bien construit et si bien détaillée. Le récit est dynamique. Les personnages sont bien travaillés et vraiment attachants. J’ai eu peur pour Helya au tempérament fougueux et avide de liberté et de Sisam, au caractère plus calme et plus protecteur. J’ai pleuré et j’ai angoissé en même temps qu’eux. Je me demandais à chaque fois comment pourraient-ils se dépêtrer de certaines situations. Une histoire d’âme sœurs basée sur le mythe des androgynes d’Aristophane. Un très bon roman Fantasy dont je vais lire la suite très rapidement.

Afficher en entier
Myrihandes, tome 2 : Le gardien de l'âpre-monde

C’est fantastiquement l’un des meilleurs livres fantasy où j’ai eu plaisir à m’évader. J’ai vraiment pris mon temps à cette lecture. Je ne voulais rien manquer. Juste à me délecter de la magie qui opère page après page. Les paysages décrits par l’auteur sont magnifiques. La nature est vivante plus que jamais et regorge de détails. J’avais l’impression de découvrir l’âpre - monde en même temps que les protagonistes. Les rencontres avec les différents peuples hostiles enrichissent la genèse de l’histoire. Les personnages sont travaillés plus en profondeur que le premier tome, plus tourmentés J’ai retrouvé quelques airs de Anima de Mary Sara par rapport aux gardiens possédant chacun la capacité de contrôler les élémentaux. Dans ce tome, l’auteur apporte une note plus sombre, plus épique, plus machiavélique et les véritables enjeux menés par certains gouverneurs sont un peu plus dévoilées au fil de la lecture. Plusieurs intrigues s’entremêlent. J’ai apprécié que les chapitres soient assez courts. Les changements de personnages principaux et secondaires donnent au récit une bonne dynamique. La plume est vraiment belle et addictive. Certaines métaphores nous rappellent ce en quoi l’humanité s’est battue. Des messages d’actualités qui nous rappellent sans cesse que le monde court à sa perte si nous prenons pas le temps de s’aimer, de nous aimer. Ce sentiment de toute puissance, cet amour inconditionnel qui unit deux âmes en un seul être. C’est beau, c’est fort. C’est vraiment un beau message universel à transmettre. Les annexes proposées en fin de livre m’ont permise de retrouver des talents comme Isabel Pecot. J’ai savouré aussi la musique qui accompagne cette lecture. Tellement parfaite. En un mot, ce tome est un vrai diamant à l’état pur. Je recommande à cent pour cent.

Afficher en entier
Myrihandes, tome 3 : Le lac aux Larmes d'Or

Cette fin m’a achevé. C’est rare qu’une trilogie me fasse cet effet là. Tenue en haleine jusqu’au bout malgré quelques longueurs, mais quel voyage! J’ai bien cru que j’allais y laisser mon âme. Certains passages sont prévisibles mais la fin, je ne m’en remets toujours pas.

Je ne saurais décrire ce que j’ai ressenti.Je suis passée par un tas d’émotion, du rire aux larmes, de l’agacement à la joie. Même mon corps frissonnait. Je vibrais avec chacun des personnages tellement c’était intense. C’est une histoire d’amour universel , d’âmes-sœurs, de flammes jumelles, de fraternité, d’amitié, d’ombre et de lumière, d’espérance, une quête initiatique ou chaque personnage en ressort grandit intérieurement. Ce qui m’a vraiment touché dans ce livre, c’est la façon dont l’auteur a su exploité cette légende. Il décrit vraiment le monde actuel avec des croyances qui me sont propres jusqu’à la dernière page. L’auteur a su développer un univers complexe mais si bien ficelé. L’écriture est toujours aussi fluide et gagne en maturité. C’est sombre et riche en rebondissements, en action, tout ce qu’il faut pour passer un agréable moment. Je suis un peu triste de laisser ce monde derrière moi, je n’avais aucune envie de quitter les personnages. Hemerod pour qui je me suis pris d’affection, Maalias dont le courage sans faille est exemplaire, Sisam pour sa capacité à garder son sang froid, Heylia pour sa fougue, Oros pour qui l’amitié n’a pas de prix. Ici point de héros mais des peuples qui se battent pour leur liberté. J’ai vraiment pris tout mon temps à la lecture pour m’imprégner de cet univers et pour ne laisser aucun détail m’échapper. Indéniablement une trilogie à ne pas manquer. J’aimerais trop une adaptation cinématographique. Et la musique du livre est vraiment très belle et nous transporte dans cette épopée épique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elfy_rose 2019-12-01T12:11:17+01:00
Myrihandes : Artbook

De merveilleuses illustrations sur la trilogie Myrihandes où l’on peut apprécier le travail de grands dessinateurs tel que Isabel Pécot, Michel Borderie. Les illustrations sont richement détaillés et donnent une dimension de grandeur à l’histoire, au lieu.

Merci à l’auteur pour ce merveilleux voyage!

Afficher en entier
Myrihandes, tome 1 : Le secret des Âmes-Sœurs

L’histoire que nous livre Guilhem Méric est captivante et j’ai vite pris plaisir à vivre l’aventure de nos protagonistes. L’auteur a su donner un bon rythme d’action à son œuvre, ainsi qu’une dose de questionnement qui nous pousse à vouloir en savoir plus et donc à continuer la lecture. J’émets toutefois un léger bémol. J’ai attendu l’affrontement avec impatience et j’ai quelque peu été déçue dans le sens où j’ai trouvé la scène trop rapide par rapport au reste du roman. Évidemment, ça n’engage que moi et je pense que le prochain tome ne manquera pas d’affrontements comme je l’espérais, ici.

Concernant l’écriture, Guilhem Méric possède un style qui me plaît, soit une plume fluide et prenante. Lorsque j’ai vu le nombre de pages sur la liseuse, j’avoue avoir pris peur, mais finalement le roman se lit vite et bien puisque l’auteur nous plonge dans un univers maîtrisé et dépaysant.

AVIS COMPLET: https://sheonandbooks.wordpress.com/2018/08/21/myrihandes-tome-1-le-secret-des-ames-soeurs-guilhem-meric/

Afficher en entier

Dédicaces de Meric Guilhem
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Harmonia Productions : 4 livres

Au Diable Vauvert : 1 livre

Pygmalion : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array