Livres
443 398
Membres
378 932

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mindy McGinnis

22 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.45/10
Nombre d'évaluations : 10

0 Citations 7 Commentaires sur ses livres

Prochain livre
de Mindy McGinnis

Sortie Poche France/Français : 2019-01-22

Sortie USA/English : 2017-10-10

Dernier livre
de Mindy McGinnis

Sortie Poche France/Français : 2018-03-13

Sortie USA/English : 2017-04-11

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Jordan 2014-09-20T12:53:46+02:00
Not a Drop to Drink

3,5/5

NOT A DROP TO DRINK est un roman qui me laisse assez mitigé mais qui, malgré tout, m’a plus conquis que déçu.

Nous plongeons dans un univers purement dystopique dans lequel lutte pour la survie et ambiance ultra chaotique sont omniprésentes. J’ai ADORÉ le climat de cette histoire. Vraiment, vraiment, vraiment. Ce n’est pas un récit qui est là pour embellir les choses et faire passer la vie des héros pour extrêmement simple et peu douloureuse, bien au contraire. Lynn, Lucie, Eli, Stebbs Neva et Vera traversent des épreuves horribles alors que leurs existences étaient déjà faites de souffrance et de chagrin. On sent bien que l’auteure a voulu créer un cadre hyper réaliste, et cela fonctionne à merveille

SUITE : https://www.goodreads.com/review/show/511666601?book_show_action=false

Afficher en entier
Commentaire ajouté par wilkymay 2017-01-08T15:11:06+01:00
The Female Of The Species

4,5/5

Lire ma review : http://www.milkywaygraph.fr/article/books/246/chronique-the-female-of-the-species-de-mindy-mcginnis

“You see it in all animals - the female of the species is more deadly than the male.”

Un livre important. Je ne lis pas beaucoup de contemporains et encore moins des livres qui traitent de tels sujets mais je devrais peut-être le faire plus souvent. Parce que. J'adore les livres qui nous provoquent et qui nous font réfléchir. The Female of the Species est définitivement de ce genre-là. Une lecture brutale qui nous ouvre les yeux sur le viol et le slut-shaming.

J'avais vaguement entendu parler de ce livre lors de sa sortie (septembre 2016) mais je ne m'étais pas penchée plus que ça sur sa description ou son contenu. Je ne recherchais pas spécialement de contemporain et ce n'est toujours pas le cas en ce moment… pourtant, j'ai pris ce livre (qui n'était même pas dans ma PAL) parce que je suis récemment tombée sur une review qui en disait beaucoup de bien. Ça m'avait intriguée, donc me voici ! J'ai lu ce livre et je ne regrette pas du tout !

L'histoire se concentre sur la vie de trois adolescents dans leur dernière année au lycée (senior year) : Alex, Jack et Peekay (surnom qu'on lui donne car elle est la fille du pasteur : PK = Preacher's Kid). On a accès à ces trois points de vue de manière alternée ce qui nous permet de mieux les comprendre et d'adhérer plus facilement aux personnages.

Anna, la grande sœur d'Alex, a été violée puis tuée sans que son meurtrier se retrouve derrière les barreaux. Depuis ce jour, Alex n'est plus la même. Elle sait que quelque chose cloche chez elle, qu'elle est différente des autres. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même.

Alex était un personnage hyper intéressant. Une jeune fille brisée, sans amis ni vie sociale, qui passe inaperçu mais qui est capable du pire. On passe du côté obscur avec elle… il est cependant impossible de ne pas l'aimer malgré les choses horribles qu'elle a fait. Un personnage complexe et torturé, mais également d'une bonté d'âme infinie ! Comme vous l'aurez compris, j'ai totalement craquée pour Alex.

Ensuite, on a Peekay qui va devenir la meilleure amie de notre chère Alex. Les deux font connaissance au refuge animalier dans lequel elles travaillent et OH comment ces petits animaux étaient tous d'adorable petites boules de poils. J'ai adoré voir Alex et Peekay apprendre à se connaître tout en s'occupant des animaux abandonnés. #cute&sad Peekay essaye à tout prix de se démarquer du fait qu'elle soit la fille du pasteur. Elle ne fait jamais référence à son surnom et ne semble pas agaçée par celui-ci, pourtant, une part d'elle essaye de se battre contre cette idée que l'on a d'elle. Je pense que son étiquette Preacher's Kid, sans qu'elle n'en ait conscience, lui met beaucoup la pression et l'affecte plus que ce qu'elle ne pense. La rupture avec son petit-ami Adam n'arrange pas les choses, c'est pourquoi l'amitié d'Alex va devenir essentielle dans sa vie.

Jack. Jack est juste adorable. J'ai ADORÉ la romance entre lui et Alex. C'était juste la meilleure chose qui soit ! Jack est le beau gosse du lycée, il peut avoir toutes les filles à ses pieds et c'est le genre de mec qui pense davantage avec le bas de sa ceinture plutôt qu'avec son cerveau. Vous pensez peut-être tout savoir de Jack avec cette description peu flatteuse ? Ce que j'aime tout particulièrement avec The Female of the Species c'est que ce livre ne s'arrête pas aux clichés. Jack est comme ça au début, mais il a une réelle évolution tout au long de l'histoire. Lorsqu'il remarque Alex, il ne parvient plus à penser à autre chose, il veut absolument faire sa connaissance et c'est ainsi qu'ils vont devenir inséparables. J'ai beaucoup aimé le fait qu'Alex ne soit pas le genre de fille qui soit en mode " omg, le BG du lycée veut me parler *rougissement x1000* ". Je n'ai pas eu l'occasion de lever les yeux au ciel, de me sentir gênée ou de trouver la romance trop fleur bleue, parce que c'était une belle romance, comme je les aime. ET.JE.SHIP.TELLEMENT. Bref, Jack et Alex apprennent à se connaître et tombent amoureux lentement mais sûrement.

“But "boys will be boys", our favorite phrase that excuses so many things, while the only thing we have for the opposite gender is "women", said with disdain and punctuated with an eye roll.”

Quand je dis que ce livre ne s'arrête pas aux clichés, on le voit également avec le personnage de Branley (dont on n'a pas accès au point de vue) qui est la fille parfaite, celle qui a un corps de rêve et qui peut se taper tous les garçons du coin si elle le veut. Mais on se rend compte que son personnage est plus complexe que cela : on a envie de la détester mais il y a des moments où on a plus pitié d'elle que ce qu'on aurait pensé au début. Les personnages dans ce livres ont tous un caractère et une personnalité propre, ils sont attachants et multidimensionnels.

L'histoire est belle. L'histoire est triste. L'intrigue tourne principalement autour des trois personnages dont je vous ai parlé (Alex, Jack et Peekay). Le fait qu'ils redonnent à Alex le goût de vivre et que celle-ci les fasse changer pour le meilleur était tout simplement merveilleux. Le viol est au cœur du sujet comme je le disais plus haut, c'est pourquoi ce livre fait beaucoup d'effet car il n'est pas là pour enjoliver la réalité.

À la fin j'ai versé une larme parce que. TROP D'ÉMOTIONS.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anna19 2017-02-27T14:49:14+01:00
Not a Drop to Drink

On se situe dans un futur où l'eau manque, il n'y en a plus assez pour tout le monde, ce qui cause un certain nombre de problèmes. Dans les villes, l'eau est rationnée et s'achète à prix d'or. La concentration d'hommes au même endroit a provoqué le retour du choléra qui décime la population. Dans les zones plus rurales, c'est un peu le retour à l'état sauvage : chacun protège son accès à l'eau et fait fuir quiconque s'approchant trop près de sa source.

Lynn et sa mère ont une mare sur leur propriété, c'est leur source de survie et elles la protègent jalousement. Mère et fille passent leurs journées sur le toit de leur maison, un fusil à la main, et elles tirent sur quiconque tenterait de s'approcher un peu trop près.

Tout change lorsque de nouveaux arrivants remettent en question le mode de vie et la façon de penser de Lynn. La jeune fille va découvrir que ses émotions ne sont pas exclusivement réservées à sa mère, et qu'il est possible de considérer les autres autrement que comme des ennemis.

Le premier bon point de ce roman, c'est d'avoir une héroïne incroyablement attachante. Lynn est à la fois endurcie et possédant l'innocence d'une enfant sur certaines choses. Sa mère l'a élevée comme une guerrière intraitable et lui a appris à ne jamais se laisser attendrir. Il y a ainsi des choses dont elle n'a jamais entendu parler, au sujet des liens qu'elle peut former avec ses semblables. Ces choses, elle les découvrira au contact de Stebbs, son voisin qui deviendra peu à peu une figure paternelle, de Lucy, la petite fille dont Lynn prendra soin comme sa propre fille, et surtout Eli, pour qui Lynn verra naître des sentiments qu'elle n'a jamais soupçonnés.

Après avoir grandi en laissant enterrée toute forme d'empathie pour ses semblables, comme si elle et sa mère étaient les deux seuls êtres humains restant au monde, on voit Lynn s'ouvrir peu à peu aux autres.

Not a drop to drink offre aussi une version de la fin de la civilisation assez peu exploitée et pourtant parfaitement réaliste : le moment où il n'y aura plus assez d'eau sur terre pour tous. Je crois qu'il est plus ou moins admis que, si l'humanité continue de grandir comme elle le fait depuis quelques décennies, ce moment finira fatalement par arriver.

La manière dont les choses sont expliquées dans le livre m'a parue tout à fait crédible, ça donnerait presque envie de déménager pour se trouver un coin tranquille près d'un point d'eau. Quand on pense que tout le monde se bat pour du pétrole, alors que pendant ce temps, on risque de se retrouver à cours de l'élément primordial à notre survie...

L'atmosphère du roman oscille entre sensation de dénuement, d'une nature - humaine ou pas - impitoyable, et touches d'espoir et d'optimisme, avec de belles scènes de joies simples et d'affection entre les personnages.

Chacun va apprendre quelque chose de l'autre : les citadins Eli et Lucy apprendront Lynn à s'ouvrir à des émotions nouvelles, et en retour, la jeune fille leur apprendra l'art de la survie.

La scène finale est à mes yeux parfaite, elle montre tout le chemin parcouru par Lynn, désormais capable de se battre pour d'autres qu'elle. Elle montre aussi à quel point l'homme peut devenir une bête cruelle, lorsque la société s'effondre et qu'il n'y a plus de lois pour le retenir. La fin à ce côté doux amer, avec de l'espoir mais sans happy ending complet, et j'ai trouvé que cela collait parfaitement au ton du roman.

Je ne peux que recommander ce livre à ceux qui sont amateurs de lectures en anglais (pas de traduction en vue pour ce roman malheureusement) et qui aiment les personnages forts dans des univers intransigeants. J'ai vu que le roman avait une suite, "In a handful of dust". Je n'hésiterais pas une seconde à me le procurer, tant j'ai hâte de retrouver ces personnages.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sheo 2017-05-14T23:28:03+02:00
The Female Of The Species

«it's easier to fantasize about violence than actually perform it.»

Merde.

"This is how I kill someone." Ceci est le genre de première phrase qui est censée vous prévenir du genre de lecture qui vous attend. Et j'ai beau à voir bien pris en compte cette même phrase, je ne m'attendais pas à The Female of the Species.

The Female of the Species est un roman qui traite du "slut-shaming" et du viol, qui vous montre aussi le rapport des adolescents (pas tous) au sexe, à l'alcool, etc. C'est un roman qui vous pousse à ouvrir les yeux que ça soit sur la société ou autre et qui se trouve être brutal dans tous les sens du terme.

Un goût de violence et de calme.

J'ai adoré. Je crois que c'est le genre de bouquin qui se doit d'être lu. Parce que c'est un roman avec une véritable morale en fond, une lecture qui vous fait réfléchir, et cela sans vous retirer le moindre plaisir de lire par simple passion.

The Female of the Species va suivre l'histoire de trois adolescents dans une petite ville où tout le monde se connait. Alors tout le monde connaît Alex comme la fille dont la sœur a été retrouvée morte trois ans plus tôt et dont le tueur reste libre par manque de preuves. Tout le monde connaît Jack le gars populaire qui semble (j'insiste sur SEMBLE) d'avantage penser au cul de Branley qu'autre chose. Et tout le monde connaît Peekay (= PK = the Preacher's Kid) qui comme vous l'aurez donc sûrement deviner est la fille du pasteur de la ville.

Alex, Peekay, et Jack sont trois adolescents différents qui vont être menés à se fréquenter. Alex et Peekay travaillent dans le même refuge animalier et vont se liées d'amitié pendant qu'entre Jack et Alex vont naître des sentiments amoureux.

Je vais commencer par l'unique point qui m'a véritablement "dérangée" concernant The Female of the Species: la romance. What a surprise!!!

Uh. J'ai un sérieux problème de romance, moi. Et aussi motivée étais-je à aimer la relation entre Alex et Jack, je n'ai pas réussi. Ce n'est pas de l'insta-love et pourtant ça ne m'empêche pas de me demander d'où sortent les sentiments de ces deux-là. Je me suis sentie déconnectée par rapport à leur romance parce que je ne comprenais pas comment ils sont passés de presque inconnus à amoureux. Je ne sais pas. ^^ Et même si jamais je finis par avoir une illumination et par comprendre, je n'ai tout simplement pas aimé la romance entre Jack et Alex. Je l'ai trouvé très banale voir clichée, creuse et d'un ennui mortel et aussi malgré tous mes efforts, je n'étais capable de totalement visualiser Alex avec des sentiments amoureux. Et SURTOUT des sentiments amoureux envers un personnage masculin. (J'expliquerai ce point plus bas.) Cela dit, j'admets que vers la fin, leur relation me plaisait un peu (un peu) plus.

De manière générale, dans un livre, les personnages sont très importants pour moi. Je trouve que c'est un point qui peut faire grimper une lecture au sommet ou alors tout foutre en l'air. Sérieux.

Heureusement, Mindy McGinnis a présenté d'excellents personnages. Que je les ai aimé ou non, je ne peux pas nier qu'ils sont géniaux. Ils sont solides, réalistes avec un brin de complexité, et ce que je vais dire est un peu contradictoire mais je trouve qu'ils ont les éléments (pour certains) de personnages clichés (Hello Jack!) mais le résultat ne peut pas les faire entrer dans la case des clichés. Vous me suivez?

ALEX est le personnage que j'ai préféré. Je l'ai trouvé géniale, tout bêtement. La mort de sa sœur a eu un véritable impact sur sa façon d'être. Alex est une jeune fille avec un comportement antisocial et qui peut être très violente selon les circonstances. Cependant, on sent bien qu'au fond il y a la fille qu'elle aurait dû être si sa sœur n'avait pas subi un tel sort. Et c'est cette fille-là qui se lie d'amitié avec Peekay et éprouve des sentiments amoureux à l'égard de Jack. Alex est la plupart du temps d'un calme presque dérangeant. Et surtout c'est une fille brisée en un million de morceaux trop petits pour être recollés. Pour faire simple, je la trouve fascinante.

JACK est le personnage que j'ai le moins aimé. "I’ve been with enough girls to know that one body is as good as another when the lights go out." WHAT?! Je ne veux surtout pas jouer les rabat-joies mais ce n'est qu'un des moments que j'ai lu où j'ai eu envie de le frapper. Et je ne me sens pas du tout désolée. ;)

Bref, la raison pour laquelle je n'ai pas vraiment aimé Jack, c'est surtout parce qu'il me laissait soit de glace soit il me donnait envie de lever les yeux au ciel au point où ça aurait été douloureux. CEPENDANT, j'admets que son personnage a une véritable évolution tout au long du livre et que ce n'est pas un si mauvais gars. C'est juste qu'une fois que je me suis fait une opinion sur quelqu'un, impossible de changer d'avis -ou presque-. Je sais, c'est pas bien. ^^

Mais au fait, pourquoi j'avais du mal à visualiser Alex ayant des sentiments amoureux et surtout des sentiments amoureux pour un garçon? Déjà de manière globale j'avais un peu de mal à visualiser Alex comme étant le genre de personne qui peut ressentir des sentiments amoureux à l'égard de quelqu'un. Je ne la vois pas comme quelqu'un de véritablement asexuel mais j'espérais qu'elle serait au moins Aromantique (ne ressent pas d'attirance romantique). Je ne sais pas vraiment comment expliquer mon point de vue, en fait. ^^ Et même si j'avais été capable de la voir dans une relation amoureuse, ça n'aurait pas été avec un personnage de sexe masculin. C'est très bête mais après ce qui est arrivé à sa sœur, j'imaginais que le fait qu'un homme puisse la toucher lui déplairait et qu'elle préfèrerait donc plutôt la compagnie d'une femme... ^^ Voilà.

-pour en revenir aux personnages- PEEKAY est un personnage que j'ai beaucoup aimé. Je l'ai sincèrement trouvé attachante. Et j'aime que Mindy McGinnis n'ait pas fait "Fille de pasteur? Prude, coincée, blablabla." Peekay est une adolescente, fille de pasteur ou non, qui boit, et sait tout ce qu'il y a à savoir sur le sexe, elle a eu un petit-ami (Adam) et elle est loin d'être prude ou quoi que ce soit. C'est une adolescente normale. Je n'ai pas grand-chose de plus à dire sur elle et retenez simplement que je l'ai vraiment bien.

-pour en revenir aux personnages- PEEKAY est un personnage que j'ai beaucoup aimé. Je l'ai sincèrement trouvé attachante. Et j'aime que Mindy McGinnis n'ait pas fait "Fille de pasteur? Prude, coincée, blablabla." Peekay est une adolescente, fille de pasteur ou non, qui boit, et sait tout ce qu'il y a à savoir sur le sexe, elle a eu un petit-ami (Adam) et elle est loin d'être prude ou quoi que ce soit. C'est une adolescente normale. Je n'ai pas grand-chose de plus à dire sur elle et retenez simplement que je l'ai vraiment bien.

L'amitié entre Peekay et Alex m'a énormément plu. C'est une amitié forte et vraiment agréable à suivre.

*changement brutal de sujet dans... 3... 2.. 1...*

La plume de Mindy McGinnis est aussi un point qui m'a énormément plu. Cette auteure écrit merveilleusement bien. J'ai eu l'impression que c'était un roman qui avait été écrit avec le plus grand naturel, sans forcer les choses. C'est un récit fluide. Il y a aussi de belles phrases qui ne sont pas là que pour faire jolies, qui ont un véritable sens, et c'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié. Et puis, Mindy McGinnis sait donner du poids à sa plume, des émotions aux mots, des sentiments dans les scènes qu'elle décrit que les scènes en question soient celles que n'importe qui pourrait vivre ou qu'elles soient un peu plus inquiétantes qu'une scène du quotidien...

*autre changement brutal*

La fin. Je ne m'y attendais pas. Et putain, qu'est-ce que j'ai envie de pleurer, de faire des petits bruits comme un petit animal agonisant, roulée en boule... J'ai même bugué sur la phrase qui marque le début de la fin. Spoiler(cliquez pour révéler)La première phrase qui est écrit du point de vue d'Alex est "This is how I kill someone.". La dernière est "This is how I die.". Et je ne sais pas quoi faire avec ma vie, là. De ce moment jusqu'au dernier mot du livre (19 pages) j'ai eu la gorge serrée, les larmes aux yeux... Alex est morte. Et comme elle l'a dit "I am not surprised." MOI JE LE SUIS!!! Je suis triste. Merde. Alex est une fille brisée pendant une bonne partie de ce roman. Parfois elle est brisée au point d'agir de manière très inquiétante. Mais The Female of the Species nous montre qu'être entouré de personnes qu'on aime et qui nous aiment en retour peut sauver plus qu'on ne croit et d'un tas de façons différentes. Alex a tué trois personnes. Par vengeance parce que la justice n'était pas faite. Parce qu'elle était brisée et qu'un être brisé est capable d'un tas de trucs. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle meurt. Et pourtant, au moment où on se met à croire que peut-être finalement les morceaux de son cœur pouvaient être recollés, elle meurt. J'ai bugué sur le moment où elle dit "This is how I die. And I am not surprised.", j'ai eut les larmes aux yeux quand l'auteure écrit sa mort, le choc si violent que ses dents ont claquées, qu'elles ont cassées et qu'elles sont tombées dans sa gorge avant qu'elle ait eu le temps de les recracher, quand elle sent le sang qui coule de son crâne. OMG. C'était horrible. Et j'ai pleuré quand elle a dit à Jack "You're a good person." Ses derniers mots. À ce moment-là je me suis dit "je ne sais même pas quels étaient mes premiers mots mais est-ce que je saurais quels seront mes derniers? Est-ce qu'après les avoir dit j'aurais un instant pour me dire c'est ceux-là?"

Je n'aurais pas dû être étonnée par la mort d'Alex. Les gens qui parlent de mort dès le début d'un livre meurent souvent à la fin. Theordore Finch (non, je ne me suis toujours pas remise de All the Bright Places) me l'a appris. Mais je me suis quand-même fait avoir. Sûrement parce que personnage fictif ou pas, on n'a jamais envie de savoir dès le début de l'histoire que le personnage va mourir alors qu'on sait tous parfaitement dès le début qu'à la fin on mourra.

Ouais, la mort d'Alex a un effet bizarre sur moi. ^^

En conclusion, j'ai adoré ce roman et je pense que je pourrais dire encore un tas de choses sur The Female of the Species mais je vais me contenter de dire que c'est un roman captivant, addictif, sombre, et qui vaut vraiment la découverte. ET un roman dont je ne suis pas près de me remettre.

«There are laws in place to stop us from doing things. This is what we tell ourselves. In truth we stop ourselves; the law is a guideline for how to punish someone who is caught.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/14/the-female-of-the-species-mindy-mcginnis/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Prilla 2017-07-08T17:39:14+02:00
Given to the sea

Je ne sais pas trop quoi penser de Given to the Sea. J'ai du mal à savoir si j'ai aimé ma lecture ou pas. Je ne m'attendais à rien en commençant ce roman, je n'avais lu que rapidement le résumé, car je l'ai reçu dans une box. Mais la couverture est très jolie et donne envie de se lancer dans cette histoire !

Je trouve l'intrigue originale : Khosa est née pour être sacrifiée à la mer une fois qu'elle aura accouché, afin de sauver la ville de Stille, tout comme sa mère, grand-mère, etc. Mais elle déteste le contact humain, ce qui rend sa tâche de donner naissance à son héritière plus compliqué. Mais elle est tout de même appelée par la mer. Mais au final, l'intrigue s'est trouvée mélangée dans mon esprit au fil de ma lecture. Je ne savais plus trop quel était le but. On se retrouve dans une histoire d'amour avec des tonnes de liens différents et un peu compliqués à suivre de temps en temps. Et en même temps, ce n'était pas entièrement une histoire d'amour, il y a d'autres choses, mais la romance prend une place très importante dans tout cela.

Il y a une autre partie qui touche à une guerre, que j'ai beaucoup appréciée, que j'ai trouvé plus palpitante et intéressante. La romance, c'est un peu bateau, mais les autres enjeux sortaient de l'ordinaire à mes yeux. Il y a une quête pour sauver des vies, un mystère autour de tout cela, que j'aurais aimé voir plus de place que la romance.

Je n'ai réussi à m'attacher à aucun personnage, ou même à les connaître un peu, simplement parce qu'il y en a 5 principaux, avec 4 points de vue différents, certains à la première personne, et d'autres à la troisième personne. J'étais confuse au début, je ne comprenais pas ce que je lisais car l'on passait d'un personnage inconnu à un autre, avec une méthode de narration à une autre. Et avec des chapitres plutôt courts, il est un peu dur de créer des liens avec quiconque.

Au fond, je pense avoir bien aimé l'histoire, et surtout dans les 50 dernières pages qui m'ont happées comme pas possible. C'est à ce moment que j'ai trouvé que les choses étaient vraiment intéressantes, il y avait enfin quelque chose qui se passait ! Avant, il se passe des choses, mais c'est beaucoup plus lent, et je n'en sentais pas l'entière utilité. L'idée est originale, je ne crois pas avoir lu ou entendu parler de romans avec des intrigues similaires. L'auteur a créé un tout nouveau monde que j'ai aimé découvrir, avec des légendes, un passé particulier, et une certaine magie. Mais l'amour prend bien trop de place à mes yeux, et est un peu surfait, exagéré, peut-être même stéréotypé, au final.

Bien que je sois mitigée par cette lecture, je pense lire le second tome, qui apparemment devrait être publié en 2018.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par wilkymay 2017-11-02T10:15:24+01:00
This Darkness Mine

DNF @ 50%

Lire ma review : https://www.wilkymay.com/article/livres/423/chronique/this-darkness-mine-de-mindy-mcginnis

Je suis assez déçue par ce livre que j’attendais depuis un moment. J’ai adoré The Female of Species de l’auteure, que j’ai lu plus tôt cette année, et je pensais que The Darkness Mine serait donc un autre coup de cœur ! Mais pas du tout, je n’ai même pas eu le courage de terminer ce livre. Je me suis arrêtée à la moitié.

En gros, c’est l’histoire d’une jeune fille “parfaite” du nom de Sasha. Elle est l’une des premières de sa classe, un virtuose à la clarinette et sort avec le petit ami parfait dans son école à Oxford. Mais Sasha se rend compte qu’elle a des trous de mémoire depuis quelques temps. Elle se met alors à faire des “mauvaises” choses comme tromper son copain, fumer, etc… On apprend que Sasha devait avoir une sœur jumelle mais que cette dernière n’a pas pu naître car Sasha l’avait absorbée dans le ventre de sa mère. Mais sa sœur jumelle n’a pas complètement disparu, Sasha est convaincue de partager une partie de son cœur avec sa sœur, ce qui la pousserait donc à faire toutes ces choses inhabituelles.

J’adore l’idée d’avoir une sœur jumelle diabolique au fond de soi mais dans ce livre, ce n’était juste pas crédible. Impossible de prendre au sérieux une héroïne persuadée d’être contrôlée par sa jumelle juste parce qu’elle partage son CŒUR. Aux dernière nouvelles, nos actions et nos émotions sont générées par le cerveau. Pas par le cœur.

Je pense qu’il s’agissait davantage d’une désillusion de la part de Sasha. Autrement dit, qu’elle souffrait de schizophrénie. Mais même dans ce cas-là, le fait d’insister que c’est son cœur qui la contrôle et pas son cerveau m’a vraiment dérangée. De plus, je ne me suis pas du tout attachée à la protagoniste, je n’avais aucune empathie pour elle. C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas aller plus loin avec ce livre.

Beaucoup d’incohérences et de longueurs (les seuls passages intéressants étaient ceux où Sasha communiquait avec sa sœur). Enfin, je ne me suis pas du tout attachée à l’héroïne dû à sa personnalité fade et trop “parfaite”. Le seul point positif était la plume de l’auteure que j’aime toujours autant !

Afficher en entier

Dédicaces de Mindy McGinnis
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Katherine Tegen Books : 2 livres

Putnam Publishing : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode