Livres
472 376
Membres
444 750

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Minetaro Mochizuki

132 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par angel101076 2011-05-07T17:39:30+02:00

Biographie

Nationalité : Japon

Né(e) à : Yokohama , le 29/01/1964

Biographie :

Minetaro Mochizuki est un mangaka.

Il débute en 1984 avec Bataashi Kingyo. C'est un énorme succès et il sort sur grand écran en 1990.

En 1993, deux ans avant sa série culte « Dragon Head », il signe « La Dame de la chambre close », considéré par les initiés comme un classique absolu de la BD fantastique.

Dragon Head est adapté au cinéma en 2003, réalisé par Jōji Iida.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
48 lecteurs
Or
137 lecteurs
Argent
104 lecteurs
Bronze
90 lecteurs
Lu aussi
78 lecteurs
Envies
92 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
27 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.62/10
Nombre d'évaluations : 51

0 Citations 36 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Minetaro Mochizuki

Sortie France/Français : 2019-04-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par MaevaCerise 2018-06-03T12:22:16+02:00
Tokyo Kaido, Tome 1

Le sujet est intéressant et le graphisme à la fois épuré et... plat.mais je n'ai pas accroché du tout.je passe sans doute à côté de quelque chose vu les avis et note sur manganews.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jeannon 2018-07-08T12:51:00+02:00
Chiisakobé, Tome 1

Les illustrations de ce manga sont juste superbe ! J'ai hâte de lire la suite car l'histoire se développe lentement : le premier tome présente les personnages et le scénario général.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aeliria 2018-09-28T16:51:08+02:00
Chiisakobé, Tome 2

Un deuxième tome qui suit toujours le quotidien simple et pourtant tellement dense de nos personnages ! Des dessins qui correspondent toujours à l'ambiance de ce manga.

Par contre, je ne vois pas vraiment où veut nous emmener l'auteur.

Dans ce tome on va suivre beaucoup Shigeji et donc son point de vue. Même sous ces airs de hipster qui n'en a rien à faire, c'est quelqu'un de beaucoup plus réfléchi et attentif qu'il n'y parait.

Il y un passage qui m'a dérangé. C'est ce que ce passe avec Kiku et la conversation qui s'en suit entre Shigeji et Ritsu.

La fin du tome ne fait me demander pourquoi et qui s'acharme autant sur la vie de Shigeji !

Afficher en entier
Dragon Head (Édition double), Tome 1

https://jukeboxcornerblog.wordpress.com/

Dragon Head se veut avant tout un manga catastrophe. Les trois adolescents survivants de l'accident vont être confrontés à l'horreur immédiate de leur situation: le tunnel est obstrué des deux côtés, ils sont entourés de cadavres (ceux de leurs camarades et amis qui plus est), il fait terriblement chaud, il n'y a pas une once de lumière, et vivres et eau pourraient vite leur manquer si les secours n'interviennent pas rapidement.

A travers ces trois ados, Minetaro Mochizuki nous propose autant de façons différentes de réagir à cette situation de crise extrême. Tous sont en état de choc, évidemment, mais ils ne gèrent pas le stress et l'angoisse de la même manière.

Teru, avec qui nous avons pris connaissance des conditions de l'accident, essaie de rester solide, lucide et rationnel, s'autorisant des plongées dans la normalité de son quotidien familial pour garder un ascendant positif, aussi minime soit-il. Nobuo, lui, se laisse dévorer par la peur et perd pied peu à peu. Ako, quant à elle, semble vouloir s'en remettre à ses deux camarades masculins, incapable de gérer dans les situations de stress et d'angoisse, souffrant visiblement de narcolepsie.

Dans ce huis clos oppressant qu'est ce tunnel rempli de cadavres, d'obscurité et de petits bruits incessants, le temps passe et l'espoir de revoir le jour et la vie normale s'amenuise. Difficile d'occulter les peurs primales qui resurgissent du plus profond de l'être, héritage atavique de l'espèce humaine: la peur de ce qui est tapi dans l'obscurité, celle d'être enterré vivant ou encore de mourir lentement de faim...

Et tandis que chacun y fait fasse avec plus ou moins de succès, une paranoïa ambiante progresse, nourrie par la fatigue et l'angoisse qui se lisent en permanence sur les traits tirés et les pupilles dilatées des adolescents, flirtant dangereusement avec la folie.

Une folie qui les dépouille peu à peu de toutes les règles et convenances de la société civilisée, bien inutiles dans un contexte de survie, promettant à terme un retour à l'instinct primaire où la loi du plus fort prévaut.

Avec presque dix ans d'avance sur The walking dead de Robert Kirkman, Minetaro Mochizuki met en place une situation d'horreur qui promet d'explorer les zones les plus obscures de la nature humaine, celles qui ne sont plus muselées quand la société perd ses droits et qui dorment, effrayantes, en chacun de nous.

Grâce à une maîtrise impressionnante des trames et du noir opaque, ainsi que la présence constante d'onomatopées qui donnent littéralement vie à l'obscurité du tunnel, il installe progressivement une ambiance oppressante et angoissante qui contamine le lecteur. De plus, sa façon réaliste de dessiner ses personnages et le soin qu'il met à représenter leurs expressions horrifiées, souvent en gros plans, voire très gros plans (ces yeux !), achèvent de faire ressentir l'effroi de la situation présente et... plus encore.

Car on le pressent, et les trois adolescents aussi, ils ne sont pas au bout de leurs peines. Si l'enfermement dans ce tunnel est déjà horrible en soi, y survivre les mènerait à quoi ? La situation à l'extérieur est-elle plus enviable ? Est-ce qu'il ne vaut pas mieux se laisser mourir sur place plutôt que de risquer de connaître une mort encore plus atroce ailleurs ? Tous les camarades décédés dans l'accident, ne sont-ils pas, finalement, plus chanceux que les survivants ?

Bref, avec son scénario catastrophe et son histoire de survie, Dragon Head fait un démarrage remarquable qui parvient à saisir le lecteur, qui, de son côté, n'a plus qu'une envie: connaître l'état du monde à l'extérieur. Catastrophe naturelle ou pas ? Je saisi la seconde intégrale sur le champ en espérant le découvrir !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jeannon 2018-10-31T10:43:10+01:00
Chiisakobé, Tome 2

L'univers esthétique de ce manga est vraiment original et magnifique ! Le scénario se développe lentement et l'histoire est simple, relatent le quotidien un peu mouvementé des personnages principaux. Très agréable à lire.

Afficher en entier
Dragon Head (Édition double), Tome 2

Le premier volume intégral qui cantonnait nos protagonistes adolescents à la prison angoissante qu'était ce tunnel obstrué rempli d'obscurité et de cadavres, m'avait fait beaucoup d'effet au point de vouloir dévorer le second volume dans la foulée. Ce n'était pas forcément une bonne idée, car celui-ci, construit différemment, n'est pas parvenu à reproduire les mêmes sensations tant attendues. Mais, avec un peu de recul, ce n'est pas un mal non plus, qu'il propose autre chose...

Teru et Ako sont parvenus à s'extraire in-extremis du tunnel alors qu'il s'effondrait, laissant derrière eux, tenu pour mort, Nobuo et son esprit dérangé. Ce qu'ils découvrent du monde extérieur immédiat les désole: tout n'est que ruine, abandon, obscurité et solitude. Que sont devenus les gens ? Sont-ils tous morts ? Mais où sont les corps ? Ont-ils tous fuit dans ce cas ? Vers où ?

Les deux adolescents recherchent une présence pour calmer cette angoisse nouvelle d'être vraiment seuls au monde. Blessés, épuisés moralement et physiquement, leurs forces et espoirs de retrouver le réconfort de la société sont au plus bas.

Finalement les signes de vie sont bien là. Une chaîne TV qui continue d'émettre et donne des informations et conseils inquiétants, quelques rares survivants croisés par chance qui échangent des nouvelles ressemblant plus à des rumeurs qu'à des faits... Le Japon semble avoir déraillé en même temps que le train qui les ramenait à Tokyo, mais rien n'explique encore la situation chaotique du pays et les comportements bizarres et alarmants de ceux qui ont survécu.

Dans ce cadre hyper hostile où la nature se déchaîne (éboulements, incendies...) Teru et Ako se rendent compte que leur pire ennemi n'est peut-être pas leur environnement, ni la faim, ni l'épuisement, mais bel et bien l'humain dont les instincts primitifs reprennent le dessus. Ils découvrent à leurs dépends qu'il leur faudra s'adapter ou mourir, une évolution violente qui pourrait bien les briser à leur tour, alors qu'ils se cramponnent de toutes leurs forces à leurs repères d'avant.

Minetaro Mochizuki prend son temps pour décrire la catastrophe et fournir ses explications sur ce qui est survenu. En restant ainsi très flou, il permet au lecteur de continuer à se projeter sur les personnages et leurs sentiments de perdition, de désespoir et d'impuissance. Il encourage dans sa tête les hypothèses les plus affreuses, chacun alimentant le récit de ses peurs les plus personnelles quant à une possible fin du monde.

Il produit aussi un travail de sape très intéressant. Mine de rien, dans ce volume, il vient de démonter des figures importantes et rassurantes, transformant un dernier recours salvateur en une solution pire que tout.

Les adolescents sont donc toujours tout seuls alors que la liste des dangers et menaces ne cesse de grandir. Je ne doute pas que dans le prochain volume, avec leur idée obsessionnelle de retourner vers leur foyer retrouver du réconfort, nous en saurons bien plus sur l'état du monde extérieur, puisqu'ils se dirigent tout droit sur Tokyo.

Pour le moment Dragon Head se comporte comme un appareil dont on élargirait petit à petit le champ de vision au fil des tomes, pour saisir toujours plus de la situation générale et se faire une idée plus précise des événements, additionnant comme a+b les éléments entrant dans le champ de perception.

En jouant autant sur les sentiments et l'imagination de son lecteur, Minetaro Mochizuki prend le risque de proposer un tableau final qui ne soit pas à la hauteur des attentes de ce dernier... Mais tant qu'il procède ainsi c'est aussi tout bon pour l'efficacité horrifique... Alors je continue de lire ! Qui lira, saura ;)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jeannon 2018-11-10T14:37:47+01:00
Chiisakobé, Tome 3

L'univers esthétique de ce manga est magnifique et vraiment original ! Le scénario se précise plus dans se tome et les personnages s'ouvrent plus. J'ai très hâte de lire le dernier tome et de voir l'évolution de la relation entre Ritsu, Shigeji et Yuko.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cllem 2018-12-22T16:21:59+01:00
Chiisakobé, Tome 1

Je trouve les illustrations de ce manga vraiment belles. L'histoire s'installe doucement et donne envie de connaître la suite. Concernant les personnage, j'aime beaucoup celui de Ritsu que je trouve assez mystérieux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jeannon 2019-03-03T21:29:14+01:00
Chiisakobé, Tome 4

euuuuh... ok, je ne pensais pas qu'il était possible d'autant aimé une série mais détester le dernier tome... C'est pourtant ce qui est arrivé avec Chiisakobé, j'ai beaucoup aimé les 3 autres tomes mais celui ci je l'ai trouvé vraiment nul.. Les personnages principaux deviennent insupportable dans ce dernier tome, on a l'impression que l'histoire est bâclé. Je n'ai jamais lu une histoire d'amour aussi froide, il n'y a aucune alchimie entre les deux personnages, aucune délicatesse, aucune parole romantique... rien ! Clairement si l'auteur n'avait pas décidé de créer ce couple, il n'y avait aucun indice qui aurait pu nous mettre la puce à l'oreille... Je garde un bon souvenir de cette série grâce aux autres tomes mais je suis énormément déçu par ce dernier tome.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Britanye 2019-05-08T16:08:37+02:00
Dragon Head, tome 1

J'ai découvert ce manga au hasard et je n'ai pas été déçu! L'inrigue est très prenante et originale pour l'époque. Les dessins sont réalistes, un peu marqués années 90, et mettent tout de suite dans l'ambiance assez terrifiante du manga. Les personnages, bien que peu nombreux, sont tous très intéressants et on a vraiment envie de lire la suite. Je recommande!

Afficher en entier

On parle de Minetaro Mochizuki ici :

Dédicaces de Minetaro Mochizuki
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pika : 39 livres

Le Lézard noir : 7 livres

Média Système Édition : 2 livres

Kodansha : 2 livres

Glénat : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode