Livres
477 335
Membres
457 746

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Naomi Alderman

192 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Naomi Alderman est née en 1974 et a grandi dans la communauté orthodoxe d’Hendon, à Londres. Diplômée d’Oxford, elle a travaillé dans l’édition et a vécu plusieurs années à New York. Son premier roman, La Désobéissance, (éditions de l’Olivier, 2008) a été très remarqué à sa sortie et a reçu l’Orange Award for New Writers en 2006.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
38 lecteurs
Or
49 lecteurs
Argent
38 lecteurs
Bronze
29 lecteurs
Lu aussi
24 lecteurs
Envies
165 lecteurs
En train de lire
8 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
94 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.92/10
Nombre d'évaluations : 66

0 Citations 24 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Naomi Alderman

Sortie France/Français : 2018-01-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Keikana 2018-05-11T11:11:12+02:00
Le Pouvoir

Ce n’est pas la lecture à laquelle je m’attendais mais c’est ma faute.

Le sujet m’interpellait beaucoup : laquelle d’entre nous, rentrant tard d’une soirée, prenant un métro presque vide ou habillée d’une jupe un peu courte, n’a pas un jour souhaité détenir le pouvoir de se défendre d’un claquement de doigts ? Je n’ai, personnellement, jamais pu faire comprendre à un garçon la peur ténue mais constante qui va de paire avec le fait d’être, tout simplement, une fille.

Naïvement, je pensais lire un roman qui expliquerait ce sentiment à la gente masculine tout en donnant un aperçu réconfortant de ce que notre monde pourrait être si l’égalité homme/femme devenait quelque chose de réel et de concret. Or, cette lecture est un coup de poing et va beaucoup plus loin que ça.

La mise en place est très longue. Le phénomène met du temps à se propager et on commence d’abord par s’intéresser à des cas particuliers : au Nigéria, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Indes, en Arabie Saoudite… Les points de vue sont multiples, féminins et masculins mais cela prend énormément de pages et de place dans nos têtes de lecteurs, si bien que je m’impatientais d’atteindre le moment où les choses commenceraient vraiment. Ce qui m’a gêné au début, c’était de voir les filles se venger ou prendre le contrôle de leur vie mais sans jamais que les hommes comprennent que ce qu’ils vivaient à ce moment-là, les filles l’avaient ressenti toute leur vie avant ça.

Et puis le moment où tout bascule arrive et l’histoire prend un tournant auquel je ne m’attendais pas du tout ! Les femmes se rendent compte de leur force et elles s’en servent pour quoi ? Façonner des carrières politiques, créer des sectes et des milices, en d’autres termes, pour manipuler et conquérir. Ce qui m’a mise très en colère ! Pourtant il est évident que ce qui sert à se défendre d’abord peut devenir une arme d’attaque. Et ce roman explique que le pouvoir a les mêmes effets sur tous les individus : il monte à la tête, n’est jamais suffisant, corrompt. En allant aussi loin, Alderman souligne la nécessité d’une société où les hommes et les femmes sont égaux. Personne ne doit avoir l’ascendant sur personne et le respect de l’Être Humain, sans distinction de sexe ou de race, doit être absolu.

Ce que j’ai préféré dans ce roman ce sont les passages qui ouvrent et referment l’histoire. Ces quelques pages sont indispensables pour comprendre toute la profondeur et la finalité du message d’Alderman. Sans eux, je n’aurais probablement pas apprécié ma lecture en fin de compte, c’est bien joué de la part de l’auteure.

J’aurais encore tellement de choses à dire à propos de ce texte mais je crois que le mieux c’est quand même que vous le lisiez !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par shyn2 2018-05-13T19:45:05+02:00
Le Pouvoir

Passionnant, édifiant, un peu dérangeant aussi parfois... Les adjectifs ne manquent pas! Ce roman ne peut que faire réagir et réfléchir! Je suis certaine qu'il sera adapté un jour sous la forme d'un film ou d'une série.

J'ai un peu moins adhéré à certains personnages qui m'ont semblé un peu caricaturaux (le personnage de Roxy notamment) mais dans une telle épopée il aurait plus difficile d'aller au fond de chaque personnage.

Les échanges de lettres en fin de livre sont édifiants... Si ce n'était si terrible, ca en serait presque drôle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julie1985 2018-05-17T00:43:28+02:00
Le Pouvoir

Ce livre est vraiment intéressant puisqu'il suppose que les femmes sont celles détenant le pouvoir. Cela nous apporte une belle réflexion personnelle!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2018-08-30T19:13:31+02:00
La désobéissance

https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/25/la-desobeissance-naomi-alderman/

La désobéissance a pour héroïne Ronit, une trentenaire qui a passé son enfance dans une communauté juive orthodoxe, avant de couper les ponts. Son cousin Dovid la contacte toutefois à la mort de son père, le Rav Krushka, et elle quitte les États-Unis pour l’Angleterre, où elle retrouve son ancienne petite amie Esti, désormais mariée.

Fan de Rachel Weisz et de Rachel McAdams, j’ai décidé de lire ce livre avant de voir l’adaptation cinématographique (que je n’ai pas encore eu l’occasion de visionner). Il est rare que je dise cela, mais j’espère que le film sera meilleur, car le roman ne m’a absolument pas plu.

Déjà, pour se lancer dans la lecture, il est sans doute préférable d’être de religion juive ou d’avoir de solides connaissances en la matière, parce que le début m’a plus d’une fois perdue en chemin, entre les nombreux termes spécifiques et les traditions. Par exemple, la scène où Esti met du beurre dans la casserole et qui revêt presque une tournure dramatique : eh bien, il m’aura fallu attendre de lire le mot « casher » pour comprendre plus ou moins de quoi il en retournait.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, il ne faut pas s’attendre à une romance, car on en est très loin. Tout est axé autour de la foi, de la pratique religieuse… En tant qu’agnostique, je m’attendais à beaucoup de questionnements, mais finalement, non. Tout au plus a-t-on une critique de la rigidité de l’orthodoxie juive, à travers l’émancipation de Ronit, mais la croyance divine n’est jamais mise en doute, comme le prouve la toute dernière phrase du livre.

Et puisqu’il est question de Ronit… C’est sans doute le personnage que j’ai le moins apprécié, essentiellement parce que j’ai eu du mal à comprendre ses actions et ses motivations. Le fait qu’elle se présente tout au long du roman comme homosexuelle, notamment, me gêne dans le sens où ses deux liaisons les plus évoquées sont, l’une certes avec une femme, mais l’autre avec un homme marié. Il aurait été par conséquent plus logique de la part de l’auteur de la décrire comme étant bisexuelle.

Idem pour la scène où elle repousse les avances d’Esti, tout cela pour lui offrir quelques jours plus tard des hortensias et finir dans son lit. Est-ce qu’elle l’aimait vraiment ? Est-ce qu’elle a simplement voulu assouvir une pulsion charnelle ? Rien de cela n’est développé. Quant aux sentiments d’Esti, s’ils sont plus clairs (que ce soit son attirance refoulée pour les femmes ou son amour indéfectible pour Ronit) me font me questionner sur son choix final. Le seul personnage pour qui j’ai conservé ma sympathie du début à la fin est Dovid, un brave homme patient et attentionné, dépourvu de toute ambition.

Ce roman me laisse perplexe et je ne comprends pas son objectif. J’ai d’abord cru que Ronit avait dû quitter la communauté à cause de sa liaison avec Esti, or il s’avère que personne n’était au courant. Ce n’est que quand toutes ces femmes, pourtant des modèles de piété, cèdent au « lechon ha-ra » que la rumeur commence à se propager, et même lorsque la vérité éclate au grand jour, cela n’a finalement que peu de répercussion.

Pire, c’est à se demander à quoi cela a servi. À nous dire qu’Esti préfère renier ce qu’elle est au plus profond d’elle-même parce qu’elle estime être heureuse ainsi, en étouffant sa véritable nature ? Cette résignation trop conventionnelle n’est assurément pas pour me plaire. M’enfin, ce livre pourra sûrement séduire des lecteurs qui n’auront pas les mêmes attentes ou exigences que moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Siamoisedu54 2019-01-07T22:49:01+01:00
La désobéissance

Voilà un roman inattendu. J'ai assez bien aimé la romance entre les personnages, cette transgression et la volonté de liberté de Ronit. Mais j'avoue que certains passages, vraiment centrés sur la religion, m'ont un peu ennuyée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Swein 2019-02-10T16:25:00+01:00
Le Pouvoir

Magnifique. Le sujet est vraiment bien exploité et explore les multiples facettes des discriminations entre les hommes et les femmes. Le livre ne se veut pas féministe extrême car bien qu'il dénonce les abus fait aux femmes de nos jours il n'omet pas la possibilité que les discriminations seraient aussi importantes si les rôles étaient inversés. A travers les différents personnages, on voit une religion voir le jour, comment les informations se répandent, comment les mafias et la politique s'adaptent et surtout comment tout cela change la vie de tous les jours. Un livre bien écrit avec un sujet bien traité que je conseille.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nausicaa_Npa 2019-05-14T21:43:17+02:00
Le Pouvoir

J'ai du mal encore à dire ce que j'ai éprouvé à la lecture de ce livre.

J'ai adoré l'idée du livre mais le développement est... étrange.

J'ai aimé suivre plusieurs personnages différents dont un homme, ça me semblait très intéressant pour bien comprendre les deux sexes.

En revanche, je n'ai pas du tout adhéré au trip "religieux" vers lequel l'auteure se dirige, ça m'a assez vite exaspérée en fait. Pourquoi passer par la religion ?

Second point noir pour moi : la révolte permanente des femmes. Alors oui, elle est justifiée dans certains cas (et même plus que justifiées). Mais certaines font la guerre aux hommes "par principe" comme certains hommes vont faire la guerre aux femmes "par principe".

J'ai trouvé ça dommage de ne pas approfondir les réelles causes de ces pouvoirs apparus tout à coup et de ne pas exploiter la chose intelligemment.

J'ai bien aimé l'ouvrage mais je suis mitigée face à certains choix sur le fond.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2019-06-24T07:19:02+02:00
Le Pouvoir

Le postulat de départ semble réjouissant : dans cette dystopie, les femmes ne sont pas opprimées comme dans la Servante Ecarlate, non, elles renversent les rôles. Les femmes, mais surtout les filles, obtiennent un pouvoir. Plus de harcèlement de rue, plus de père violent ou violeur, plus de condescendance et de mépris des hommes envers les femmes au travail. J'ai apprécié la libération des Saoudiennes.

Mais le roman montre bien que ce n'est pas d'avoir un pouvoir qui corrompt, c'est d'en abuser. La violence et le sadisme se trouvent partout, quelque soit l'âge ou le sexe. Et c'est ce décalage qui est intéressant. La République des femmes devient aussi cruelle que l'Arabie Saoudite. Un fanatisme, quelque soit la religion, reste un fanatisme.

le style du livre est dans l'air du temps, avec l'importance des médias - mais surtout des médias alternatifs, le journal télévisé incarnant la vacuité et la publicité, les journalistes de terrain ne sont pas crus, tandis que les complotistes criant aux fake news se réfugient sur des forums alternatifs.

Mais ce sont les touches "historiques" que j'ai particulièrement aimées, qu'on comprend progressivement : les traces archéologiques, les échanges de mail entre un auteur et sa conseillère, qui, à son tour après la victoire des femmes, lui parle de façon supérieure, le drague lourdement, et est prête à s'approprier son travail - un renversement de situation...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Thyda 2019-07-22T19:57:14+02:00
Le Pouvoir

Une très belle découverte, j'ai été happée par ce roman. Un très bon livre, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi prenant, à ce que je sois aussi immergée dans l’univers ! J’avais l’impression que je pouvais avoir de l’électricité au bout des doigts et participer à une révolution d’une grande ampleur.

J’ai aussi aimé avoir des points de vue différents, tous les personnages sont agréables à suivre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AnnaLouise 2019-08-04T19:41:07+02:00
Le Pouvoir

Un roman prenant, surprenant et franchement peu optimiste sur la nature humaine. L'auteure a abordé l'éveil du pouvoir chez les femmes grâce à différents points de vue croisés, c'est original, entraînant et sacrément glaçant parfois. D'un réalisme qui fait froid dans le dos mais qui fait aussi écho en moi. La fin m'a laissé le sourire aux lèvres : une conclusion parfaite

Afficher en entier

Dédicaces de Naomi Alderman
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Penguin Books Ltd : 4 livres

Editions de l'Olivier : 2 livres

Milady : 1 livre

Little, Brown and Company : 1 livre

Viking Books : 1 livre

Calmann-Lévy : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array