Livres
475 346
Membres
453 003

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Natsumi Aida

2 687 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

Biographie

Natsumi Aida, née le 31 juillet 1978 dans la préfecture de Kanagawa (Japon), est une mangaka japonaise.

Elle est une auteur de shôjo manga, et est particulièrement connue pour avoir créé en 2006 Switch Girl! (publié en France aux éditions Delcourt). Elle débute sa carrière de mangaka en 2001 avec plusieurs one shot manga, dont certains sont publiés dans des magazines de prépublication tels que Margaret. Elle est également l'auteur de plusieurs chroniques et articles journalistiques.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
4 510 lecteurs
Or
8 336 lecteurs
Argent
5 253 lecteurs
Bronze
3 388 lecteurs
Lu aussi
5 349 lecteurs
Envies
2 584 lecteurs
En train de lire
83 lecteurs
Pas apprécié
196 lecteurs
PAL
667 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.14/10
Nombre d'évaluations : 4 215

6 Citations 1 972 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Natsumi Aida

Sortie Poche France/Français : 2017-07-13

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Fanfan_Unicorn 2019-06-16T13:23:31+02:00
Switch Girl, Tome 1

BEAUCOUP TROP DROLE !!!

j'ai bcp aimé les personnage et le fait qu'il ait une vie assez différente !

- Original ! -

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessFab01 2019-06-18T16:58:11+02:00
Switch Girl, Tome 25

Oh non ! J ai fini !!!! J ai bien aimé lire ces 25 tomes. J ai vraiment ri quand je lisais le roman , c étais vraiment comique ! Je lui donne 10/10 pour l humour .

Par contre , le 25eme tome m a déçu ... il n y a pas assez d histoire et juste des moments inutile ( le moment de l épellation) ça ne servait à rien ! Je voulais plus de conclusion sur les personnages . Ce n étais pas assez . Ça me laisse un goût amers ...

Par contre , je conseille à tout le monde de lire ces manga ( ça relaxe et ça se lit vite !)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Evahorse 2019-08-16T19:21:45+02:00
Switch Girl, Tome 1

C'est mon manga préféré!!!

J'ai lu toute la collection (jusqu'au tome 25)

C'est un livre génial

Je le conseille surtout pour les jeunes filles.

C'est un manga drôle, avec du suspens, de l'amour, la vie d'une lycéenne....

Pourquoi il n'y a plus rien après le tome 25 ?!?!?!?! :( ^^

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clemcres 2019-08-21T22:19:09+02:00
Switch Girl, Tome 1

Haha, ce manga est un peu mon plaisir coupable. C'est parfois tellement bête et absurde, mais teeeellement drôle! Et avouez-le, on est très nombreuses à avoir un mode OFF comme Nika !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Im-a-Sassenach 2019-08-24T10:44:59+02:00
Ugly Princess, tome 2

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Akata pour ce sublime envoi et la belle et agréable surprise qu'ils m'ont faite. En effet, alors que je ne leur avais demandé que le tome cinq d'Ugly Princess, soit le dernier qui était sorti en librairie lorsque j'avais envoyé mon mail, ils ont ajouté dans le colis le tome six, paru il y a quelques jours seulement. Quelle ne fut donc pas ma stupéfaction d'ouvrir le service de presse et d'y ouvrer non pas un, mais deux mangas ! Deux magnifiques mangas qui plus est ! (Les couvertures d'Ugly Princess sont à chaque fois de vraies beautés) Je les remercie du fond du cœur de la confiance qu'ils ont eu en moi dès ce premier partenariat, cela me touche énormément, plus que je ne puis le dire. Et chose promise, chose due, voici ma chronique globale des six tomes parus à ce jour !

Dans les quatre premiers tomes, on fait la connaissance de Mito Meguro, une jeune fille complexée par son physique et en particulier sa belle bouille de bébé bien joufflue qui ne la fait pas paraître très féminine et élancée. Ajoutez à cela des cheveux indomptables qui rebiquent dans tous les sens et notre héroïne a tôt fait de détester son apparence ! Pourtant, au niveau silhouette, elle est mince comme les jeunes filles à l'allure chaloupée qu'elle admire. Aucun problème sur le plan sportif également. Simplement, Mito ne trouve pas sa face très ravissante et les autres le lui font bien sentir. Alors que sa dernière année de collège débute, Mito doit trouver le moyen de reprendre confiance en elle après avoir essuyé un échec amoureux aux yeux de l'ensemble de sa classe, humiliée publiquement et harcelée moralement par l'ancien objet de ses désirs dans les couloirs. De quoi la faire sentir comme une moins que rien.

On va vite découvrir que Mito, qui a une très faible estime de soi, est en réalité bien plus belle que toutes autres filles mignonnes et intégralement longilignes, qui sont bien fades en comparaison. Notre personnage principal déteste son prénom, Mito, qui s'écrit avec les caractères de 'belle' et 'personne' en japonais. Ironie tragique et cruelle du sort pour elle, qui pense que ce prénom ne lui sied absolument pas. Alors qu'en réalité, la mangaka, Natsumi Aida, n'aurait pas pu mieux choisir ! Au fil de ma lecture, je me suis très vite rendue compte que Mito remplissait tous les critères de la 'belle personne'. Pas seulement physiquement,ce n'est que la surface de l'iceberg et c'est loin d'être le plus important. Et puis, si vous vous le demandez, je trouve Mito craquante et jolie comme tout, elle est adorable, et je ne comprend pas la méchanceté gratuite et le mépris des gens à son égard dès qu'ils la voient, c'est atroce !

Bref, là où je veux en venir, c'est que le cœur du manga, c'est la beauté de l'âme, de nos sentiments, de notre personnalité, cette beauté cachée où personne ne veut creuser suffisamment au-delà des apparences et des préjugés afin de la contempler et de la chérir. Sauf des personnages comme Mito. Je l'ai trouvée magnifique car elle ne supporte pas de faire du mal aux autres. Contrairement à ce qu'on pourrait s'attendre,elle n'est pas rancunière face à ceux qui la martyrisent ou qui font peser leur regard sur elle, et elle agit comme une vraie lumière de bon sens et d'ouverture aux autres. Je m'explique : Mito est d'une sincérité désarmante, elle ouvre son cœur à chaque fois et ne tolère pas le mensonge. Du coup, elle ne peut s'empêcher de laisser ses sentiments parler pour elle et qui plus est ses paroles franches sont formulées de la manière la plus douce et gentille qui soit. Forcément, dans notre monde empli d'hypocrisie et de paroles enrobées de miel (empoisonné), ça choque et ça nous laisse même sans voix. Moi, j'avais la folle envie d'applaudir Mito et même de lui donner un standing ovation. Si tout le monde prenait exemple sur elle, ça irait bien mieux sur notre planète, je vous le dis.

D'ailleurs, au fil des rencontres que notre collégienne va faire au cours de sa dernière année, cette dernière va agir positivement sur le comportement de certaines personnes et les faire aller de l'avant grâce à sa bienveillance et la beauté de ses pensées, grâce à son innocence et sa tendresse qui ne peut que bouleverser et chambouler vos petites habitudes pas forcément recommandables. Mito va elle-même va évoluer au fur et à mesure qu'elle fait son chemin à la fin du collège puis au lycée, s'épanouissant telle une jolie fleur, et ça fait plaisir à voir, surtout que, quand on l'accompagne ainsi à chaque jalon important de sa nouvelle vie en tant que personne qui a décidé que geindre et se renfermer sur soi, c'est loin derrière, on l'aime de plus en plus et on s'y attache comme si elle était une de nos amies proches. J'adorerais avoir une amie comme Mito, qui soit mon petit rayon de soleil chaque jour qui passe.

En parlant d'amies, je me suis vite attachée aussi à Haru et Maru, qui sont aussi geekettes et adorables que notre petite Mito. Elles sont vraiment soudées toutes les trois et, même quand elles ne sont plus dans le même établissement scolaire, elles continuent à se voir fréquemment, j'ai trouvé ça très beau et ça m'a donné du baume au cœur ! Des amitiés comme ça, où l'on s'écoute les uns les autres, où on a ce besoin fondamental de se retrouver et de se parler constamment, de se soutenir et de s'entraider, c'est très rare. Une si belle représentation de l'amitié, ça redonne espoir et ça dessine un sourire resplendissant et sincère sur mon visage.

Haru est l'analogie même du terme kawaii et elle fait tout pour aider Mito à devenir plus féminine, plus à la page niveau mode et maquillage, sans pour autant se dénaturer, elle lui donne de bons conseils pour ouvrir son cœur et pour faire briller aux yeux de tous la lumière qui est en son amie. Elle est la définition de l'amie fidèle et dévouée, encourageante et formidable, je l'adore. Quand à Maru, elle m'a fait un peu penser à moi car, au contraire de Mito, elle a une part d'elle qui est très sombre, vu que ses anciennes amies l'ont trahie et l'ont laissée tomber comme une vieille chaussette. Après avoir vécu une épreuve aussi traumatisante, Maru a énormément de mal à faire confiance à nouveau, et à avoir foi en l'Amour sous toutes ses formes. Elle reste enfermée dans sa solitude qui l'étouffe et, heureusement, Haru et Mito l'ont sentie et vont réussir à apporter du bonheur dans sa vie vide. Ce passage du manga fut très émouvant et cela nous rappelle la force de l'amitié, des relations humaines, de la solidarité et de faire du bien envers les autres. Semer le malheur en faisant preuve d'indifférence et d'actions malveillantes et volontairement blessantes ne fait que détruire celui qui est visé, à ne jamais oublier.

Avant de passer aux deux derniers mangas parus, je ne peux pas ne pas vous parler de Kunimatsu ! Ou autrement dit, le garçon qui a sorti notre héroïne de sa torpeur et qui l'a remise d'aplomb après l'avoir défendu face à l'horrible Umeda, la sauvant des griffes de son ancien béguin (vous savez, celui qui l'a humiliée aux yeux de tous). Je l'adore ce jeune homme, à l'image de Mito, il est gentil, bienveillant et il est tel un prince charmant, il faut l'avouer. Il est aussi assez étourdi et amusant comme personnage, comme on a pu le constater au parc Edo Land. J'ai adoré les voir Mito et lui se rapprocher de plus en plus dans les quatre premiers tomes, tissant des liens solides et authentiques. Ce qui force l'admiration chez lui, c'est qu'il éprouve un tel respect pour Mito, qui se montre toujours persévérante, investie, qui plie sous le travail afin de rendre service à ses camarades de classe, et qui est emplie de bonté et touchante, que quand Mito parvient à lui faire sa déclaration dans le tome quatre, il en en tout retourné et il ressent une immense gratitude d'être aimée par une fille aussi admirable qu'il pense ne pas la mériter. C'est un garçon profondément bien, je l'aime de tout mon cœur.

Dans les tomes cinq et six, on continue l'aventure avec notre jeune fille désormais lycéenne. Cette expérience inédite dans un endroit où elle ne connait personne va l'amener à faire de nouvelles rencontres, et pas des moindres ! A sa stupéfaction et à son grand bonheur aussi, Mito va faire la connaissance de trois spécimens mâles qui se trouvent être des copies conformes des héros de son jeu de drague favori avec Maru et Haru : Princess Paradise, surnommé Prinpara (omg, c'est trop choupi ! ♥). Ces trois jeunes hommes virtuels sont Shinbê, Rei et Seiya, et deviennent irl le professeur principal de Mito, Edogawa ; Rei-ichi, pour les intimes Reichi, le nouveau meilleur ami homo de notre héroïne ; et la cerise sur le gâteau (humour) : Kanata, le séducteur du lycée qui n'a jamais embrassé une fille et n'a jamais eu aucune attache. Le sexe par contre, il connaît ça mon cochon (bon, je me calme !) !

D'un rêve devenu réalité, Mito va déchanter assez vite (Bah oui, son Seiya adoré est en réalité un pervers sadique et à l'émotion zéro), avant de finalement réaliser que la vraie vie est remplie de nuances : tout n'est pas tout noir ou tout blanc (Bravo 'Naïs, c'est bien !). De cette entrée assez inattendue et loufoque du virtuel dans notre réalité, j'interprète cela comme un message de l'auteur nous avertissant de ne pas nous enfermer dans nos illusions et fantasmes, car la vie réelle est encore plus intéressante, belle que ça et vaut le coup qu'on ouvre les yeux et qu'on regarde un peu autour de nous afin de voir l'extraordinaire dans un monde qu'on croyait terne, décevant et sans saveur.

J'ai adoré d'emblée Reichi, qui cherche à se faire des amis sincères et avec qui il puisse être lui-même, sans peur de rejet. Ce garçon est une bouffée d'air frais, il fait de son mieux pour être toujours joyeux, pétillant afin d'apporter joie et allégresse autour de lui. C'est une boule d'amour, j'avais envie d'entrer dans le manga et de lui faire un gros câlin dès que je le voyais ! Le professeur Edogawa m'a semblé de prime abord très froid, distant et repoussant, malgré son physique avantageux (humhum) mais une révélation fracassante à son propos a totalement changé mon point de vue. In fine, je le trouve touchant et j'éprouve de la compassion pour lui, même si ses traits de caractère sont exacerbés et nous font osciller entre le rire et les larmes d'empathie. J'espère vraiment qu'il va s'en sortir avec son manque cruel de confiance en soi, mais fort heureusement il est sur la bonne voie.

Il ne faut pas que j'oublie de vous parler de Kemari, l'amie et camarade de classe de Mito qui est grande comme une girafe mais dont le prénom signifie 'petite', haha ! Encore une ironie funeste, mais aussi ingénieuse de la part de Natsumi Aida. Ce nouveau personnage féminin est certes grand de taille mais petit dans le sens où Kemari est timide et craintive comme je ne sais pas quoi, qu'elle se fait petite comme une souris, qu'elle n'est pas imposante et qu'elle ne pense même pas appartenir au genre féminin à cause de ce complexe physique qui la ronge ! Alors que Mito la jalouse au départ pour son apparence féminine et mignonne qui correspond à l'idéal qu'elle souhaite atteindre, Kemari, quant à elle, ne voit rien de tout ça en se regardant dans le miroir. Une manière assez claire de nous rappeler qu'on veut toujours être ce qu'on n'est pas (c'est le fléau de notre société), ce qui nous rend aveugle de notre valeur, de nos qualités et de notre beauté propre, qui, comme par hasard, est visible par ceux qui nous sont chers mais pas par nous même (et flûte alors !).

Je terminerai mon débrief sur ces six tomes d'Ugly Princess parus à ce jour avec Kanata. Que dire de ce petit démon ? Vu la (très) courte description que je vous ai faite de cet énergumène, vous vous doutez bien que cela avait mal commencé avec lui et qu'il ne pouvait pas marquer de bons points avec moi. Son concept de sortir avec une fille que deux fois, puis de la jeter tel un déchet (en passant par la case lit avant, bien sûr !), ça avait de quoi me donner envie de vomir. Quel être abject ! Or, de manière bien surprenante, lors de moments de haute intensité émotionnelle entre Mito et le sosie de son Seiya adoré (avec fous rires au programme aussi, merci M et MME MEGURO lol), je me suis retrouvée avec une image complètement différente du personnage, celle d'un être qui souffre d'un manque de confiance en soi et en ses proches (eh oui, encore !), qui est torturé de l'intérieur, isolé au sein de sa propre famille qui ne lui apporte pas l'amour et le soutien dont chacun a besoin, qui cache une grande gentillesse au fond de son petit cœur meurtri et qui, du coup, se retrouve impuissant et perdu face à la sincérité et aux bonnes intentions de Mito. Cela n'excuse pas tout, je vous l'accorde, mais je n'ai pas pu résister et j'ai succombé face à la vague d'amour et de tendresse que j'ai ressenti pour ce personnage, qui, malgré l'image dégradante qu'il renvoie, vaut beaucoup mieux que cela, et Mito ne peut lui faire que du bien. Et soyez attentifs, ce personnage fait le lien entre les quatre premiers tomes et les deux suivants, j'en dis pas plus !

Pour conclure, je dirais que Ugly Princess est un manga frais, déjanté, pétillant, qui fait du bien et nous fait sentir bien dans nos baskets. C'est un manga qui aborde des thématiques très importantes, telles que les diktats de la société, l'importance de l'apparence, la notion de la beauté (qu'elle soit extérieure ou intérieure),l'amour de soi, la force de l'amitié ; et véhicule de belles valeurs et des messages forts : avoir toujours espoir en l'humanité et en notre investissement dans chaque chose que nous faisons, garder la tête haute, ne pas se laisser enterrer par l'opinion des autres sur nous, être toujours bienveillant et honnête, même face à ceux qui nous ont fait du mal, ne pas avoir honte de soi-même et devenir beau, ça ne signifie pas se changer pour plaire aux autres. En réalité, nous sommes tous déjà beaux de base. Il faut savoir rester fidèle à soi-même et rayonner afin d'apporter du bien à ceux qui nous entourent. Je remercie Natsumi Aida pour cette merveilleuse série et je tiens à dire qu'elle déchire ! Je suis tellement impatiente pour le tome sept, qui se promet être une fin digne de ce nom (avec le retour de Kunimatsu, ouiiii !), et en même temps j'ai un pincement au cœur car ma petite Mito et son univers vont profondément me manquer. Mais il ne faut pas se laisser alourdir le cœur, je serai ravie de lire ce tome final, qui sera le point d'orgue de la série, je le sens ! Je remercie encore les éditions Akata pour cet envoi de qualité et je vous dis rendez-vous pour le tome sept !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Noeleen 2019-09-30T19:06:51+02:00
Switch Girl, Tome 23

Un très bon tome mais on sent la fin approcher, ça se précise (ou précipite, au choix). Hâte de lire la suite !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Noeleen 2019-09-30T19:13:43+02:00
Switch Girl, Tome 24

On se doutait un peu de la fin mais c'est le chemin parcouru qui compte, pas la destination. Et à ce jeu là, nos deux tourtereaux ne manquent pas de ressources. Les amateurs de montagnes russes émotionnelles seront servi.

Plus qu'un tome, dommage T.T

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Noeleen 2019-09-30T19:20:28+02:00
Switch Girl, Tome 25

Ça y est, c'est la fin...

On en aura vu des vertes et des pas mûres (c'est le cas de dire), mais comme on dit, toutes les bonnes choses ont une fin.

Par contre, l'auteur nous gâte jusque la fin avec un aperçu du futur des personnages et un "quand y en a plus y en a encore !".

Que du bonheur !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HannaHmt 2019-10-10T13:41:36+02:00
Switch Girl, Tome 1

Je n'ai lu que le tome 1. C'est une histoire qui ne m'a pas accroché des masses, mais chacun ses goûts.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MaiHime 2019-10-13T16:25:36+02:00
C.L.A.S.S.

Une bonne lecture, agréable one shot qui aurait sans doute mérité davantage de tome et également une certaine maturité davantage plus présente.

Afficher en entier

On parle de Natsumi Aida ici :

Les gens aiment aussi

Dédicaces de Natsumi Aida
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Delcourt : 53 livres

Akata : 27 livres

Shûeisha : 26 livres

Kodansha : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array