Livres
478 231
Membres
459 788

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nico Bally

36 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par x-Key 2011-01-15T11:54:20+01:00

Biographie

Nico Bally nait en 1979 à Saint-Omer (62) après avoir été bercé par les Pink Floyd via les écouteurs d'un baladeur posés sur le ventre de sa mère.

Sa naissance est chaotique. Il se retourne juste avant l'accouchement, présentant ses pieds plutôt que sa tête, s'étouffant avec le cordon ombilical. Il faut le réanimer plusieurs fois avant d'annoncer aux parents qu'il a finalement survécu.

La famille grandit dans une commune de deux mille habitants, Nico joue aux légos avec son grand frère et sa petite sœur, écoute les vynils de son père (Gérard Manset, Malicorne, The Doors, JJ Cale...), et lit des recueils de contes, notamment la collection thématique "Mythes & Légendes" de Hachette.

A 9 ans, il créé un journal pour sa famille, il y décrit la vie de ses jouets et nounours (scans visibles ici).

Puis l'ordinateur envahit la maison familiale. Sur son Amastrad CPC 6128, Nico découvre ses premiers jeux vidéos, et la programmation BASIC.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
5 lecteurs
Or
18 lecteurs
Argent
8 lecteurs
Bronze
7 lecteurs
Lu aussi
9 lecteurs
Envies
19 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
0 lecteurs
PAL
9 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.14/10
Nombre d'évaluations : 21

0 Citations 20 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Nico Bally

Sortie Poche France/Français : 2017-06-14

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Panthera 2017-08-24T21:17:58+02:00
Contes du Monde

Des nouvelles aux allures de contes qui font voyager ! J'ai aimé la diversité des histoires proposés ainsi que les messages qu'elles contiennent. Certaines nouvelles sont très sympathiques, ma préférée étant la première celle de l'oiseau-roi et du lion-magicien, alors que d'autres sont vites oubliables. J'ai été étonnamment déçu par l'histoire proposée par Charlotte Bousquet, je m'attendais à mieux personnellement, c'est la nouvelle qui m'a le moins convaincue.

Aussi, j'aurais aimé achevé cette anthologie sur une note enjouée alors que présentement j'ai achevé ma lecture sur un goût amer, la dernière nouvelle m'ayant écœuré quant aux comportements humains.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manou60 2017-09-15T14:54:10+02:00
Les hommes ne lisent pas de romance

Une lecture fraîche, légère et vraiment sympa. Des personnages attachants, une histoire prenante, un bon cocktail pour passer un bon moment de lecture en compagnie de Roméo ou de Meg-la-touffe !

Afficher en entier
Les hommes ne lisent pas de romance

Les hommes ne lisent pas de romance n’est pas le premier roman de monsieur Bally. L’auteur a plusieurs cordes à son arc : tantôt un livre pour enfant, tantôt un sur un univers typé SteamPunk, un autre mettant en scène un chat « vêtu comme un gentilhomme » selon quelques citations et extraits. Mais ce dernier ouvrage propose de nouveaux ingrédients : de la fraicheur, de l’humour, de la romance sur fond d’une petite enquête, et le tout, avec une saveur bucolique.

Nico Bally nous propose de suivre la petite histoire de Roméo Galli, un journaliste et citadin revendiqué qui a besoin de se renflouer pour mieux repartir du bon pied. Quoi de mieux que de se réfugier dans son village natal, Croquignol-Les-Pins, et d’y retrouver un père qu’il n’a plus vu depuis longtemps ? Mais les vieilles habitudes ont la vie dure et lorsque que Roméo trouve un petit boulot pour le journal local, il se voit chargé de rédiger la rubrique nécrologique d’une vieille femme venant de décéder. Et quel déplaisir lorsqu’il apprend qu’elle était une autrice de romans à l’eau de rose … Mais cette histoire a un léger relent de noix de coco (comprendront ceux qui liront) et il se pourrait que Roméo ne soit pas en peine d’occuper ses journées dans ce village perdu. Mieux encore lorsque la petite-nièce de la défunte reste dans son sillage.

Les hommes ne lisent pas de romance est bourré de petits clins d’œil – si vous avez terminé le livre, je vous invite à découvrir la définition de « Croquignol » qui m’a beaucoup amusé - de références et symboliques - si vous voulez vous amuser avec le langage des fleurs ... - et d’un méli-mélo d’émotions que nous avons tous traversé.

Parce que ce n’est pas qu’une énième histoire à l’eau de rose (si ?) imbriquée dans une enquête pour titiller la curiosité et l’intérêt du lecteur ; c’est aussi une quête du héros : celle de se retrouver (ou de se trouver ?), une remise en question perpétuelle et une interrogation sur les véritables piliers qui font nos vies. Que se passe-t-il lorsque notre vénérée cachette perd son toit en une fraction seconde ? (comprendront ceux qui liront bis.) Et puis, au final, qu’est-ce que l’amour ? La sentimentalité est-elle réservée qu’aux femmes ? Où se positionnent les hommes dans tout cela ?

Des introspections intelligentes, des questionnements percutants, tout cela servi du point de vue du protagoniste, Roméo, homme cynique, persuadé que l’aventure est le meilleur moteur du quotidien. Vraiment ?

Un Roméo qui n’est pas en reste d’humour, de pensées cinglantes, parfois englué dans des situations cocasses dont il se serait bien passé.

Surtout, il n’est pas seul et nous découvrons avec grand plaisir les habitants de Croquignol, tous plus singuliers les uns que les autres. Ce qui est tout aussi appréciable, c’est le soin accordé à chacun : leur psychologie, leurs manies, leur propre background. Bref, une identité qui leur est propre. Et c'est ce qui les rend attachants, au même titre que le héros principal lui-même.

Nico Bally nous présente cette histoire aux fragrances campagnardes avec une plume simple, légère tout comme l’ambiance qu’il s’est plu à instaurer dans son récit.

C’est un roman que l’on peut lire partout, en toute occasion mais, surtout, lorsque nous avons besoin d’avoir le cœur un peu plus léger.

Alors ? Vous êtes plutôt campagnards ou citadins ? Lady Myrtille ou James Blond ? Chat ou Lapin ?

Aventureux ? Mais quelle est votre définition de l’aventure ?

Je vous propose de découvrir la définition de Roméo (ô mon Roméo !) et de son auteur.

Afficher en entier
Les hommes ne lisent pas de romance

Une délicieuse enquête.

Roméo Galli retourne vivre dans la ville de son enfance, Croquignole, charmante petite bourgade dont les habitants semblent tous un peu farfelus.

Lui qui souhaiterais devenir journaliste criminel ne trouve comme seul travail que l'écriture de la notice nécrologique de Lady Myrty, une auteure de romans sentimentaux ( ce qui n'est pas vraiment la tasse de thé de Roméo ;) ).

D'abord réticent , il va découvrir que les apparences sont parfois trompeuses.

Au départ ce livre m'a intrigué à cause de son titre. Je me suis donc penchée sur l'histoire que ce livre veut nous raconter et tout de suite j'ai eu envie de découvrir Roméo. La confrontation de Roméo avec l'univers si décrié de la romance et des romans à l'eau de rose promettait de savoureux moments.

Lorsque l'on rencontre pour la première fois Roméo , on peut se dire qu'il a l'air un petit peu à côté de ses pompes. Il n'a pas l'air de vraiment savoir où son chemin le porte et revenir vivre chez son père à Croquignole n'est pas vraiment ce qu'il espérait. Mais il fait contre mauvaise fortune bon cœur et finalement se laisser porter par le destin.

Et il va être sacrément surpris par ce qu'il va lui arriver.

Tout comme Roméo nous découvrons Croquignole et ses drôles d'habitants . Certes Roméo y a déjà vécu mais c'était il y a si longtemps qu'il a désormais l'impression de découvrir ce village pour la première fois.

J'avoue être tombée sous le charme un peu suranné de ce village. Je ne peux m'empêcher de m'y imaginer , flânant dans ses rues , discutant avec les boulangères jumelles ou faisant un tour avec Betty.

Peut être car je suis moi-même originaire d'un petit village mais cette atmosphère où tout le monde se connait , où tout le monde sait tout de tout le monde , m'a tout de suite parlé.

J'ai tout de suite eu l'impression d'y être et d'évoluer auprès d'eux.

Pour Roméo c'est un petit peu plus compliqué , il va lui falloir un petit peu de temps pour s'accommoder à son nouvel univers , bien aidé en cela par la charmante Meg qui l'aide également pour son article sur Lady Myrtille.

J'ai aimé voir comment Roméo va changer son point de vue sur la romance et ses auteurs en découvrant l'histoire de Lady Myrtille.

Petit à petit il va prendre conscience que ce ne sont pas seulement des romans d'amour mais qu'ils sont bien plus que cela et qu'ils peuvent apporter beaucoup aux gens.

Il va découvrir qu'un peu d'amour dans ce monde de brutes ne fait jamais de mal .

Mais il va aussi prendre conscience de ce que cela représente vraiment pour beaucoup de personnes.

J'ai particulièrement aimé ce que l'auteur a voulu faire passer comme message grâce à Roméo. Il démontre à quel point certains préjugés ont la vie dure et qu'il faut parfois aller au-delà des apparences et ne pas laisser ses aprioris guider sa vie.

La romance fait partie de ces genres littéraires que les gens lisent en cachette pour ne pas subir les foudres de ceux qui pourraient les surprendre et tout comme l'auteur , Nico Bally, je trouve ça franchement dommage car cela nie tout ce que ce type de lectures peut apporter .

Mais je vous laisse découvrir ce que cela va apporter à Roméo ;)

D'ailleurs son instinct va le mener sur une voie étonnante. Il va se mettre à enquêter sur les évènements liés à la vie et à la mort de Lady Myrtille et j'avoue d'ailleurs avoir été surprise par la tournure finale de l'enquête de Roméo.

Je me suis laissée porter par l'histoire et pour une fois je n'ai pas cherché à découvrir la fin . J'ai totalement fais confiance au talent de Roméo et il ne m'a pas déçue.

Je trouve cette fin particulièrement bien trouvée et elle correspond parfaitement à l'histoire.

L'auteur a réussi à allégrement mélanger romance, enquête, feel-good ( je défie quiconque de ne pas sourire en lisant ce livre ! ) sans pour autant dans la caricature .

Ce livre dégage beaucoup de bonnes émotions.

Ce roman est un petit bonbon qui se déguste avec délectation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FelicieLitAussi 2017-12-21T22:58:32+01:00
Baron Miaou

J’ai découverts l’univers de Nico Bally avec enchantement ! je me suis plongée dans ce livre jeunesse avec plaisir. Une couverture qui annonce la couleur : des tons chauds, de la douceur, un chat majestueux, des flammes et des plumes, et bien sur, des masques !

Nous allons suivre les aventures rocambolesques et magiques, de la fine équipe d’un Chalchimiste en mal d’affection : le Baron Miaou. Un homme à tête de chat, assez mystérieux que j’ai trouvé un peu narcissique et intéresse, mais qui s’avère finalement sensible et attachant.

Dans sa quête, il va rencontrer plusieurs personnages, tous aussi intéressants les uns que les autres : sa première comparse est Nhadda, une jeune artiste qui crée de sublimes masques vénitiens. Elle manque cruellement de confiance en elle et cache sa timidité derrière ses masques qui lui servent à feindre ses émotions. Il y a aussi Maria, une jeune demoiselle très généreuse et grande amatrice de thés, atteinte d’une maladie lunaire qui la plonge dans de longs sommeils soudains. Et nous avons le courageux et intrépide Jacques Mains Froides, dresseur de ‘feux follets’.

Les personnages sont très bien construits, avec des caractères très différents pour chacun, malgré tout, ils restent très complémentaires.

La plume de Nico Bally est très rythmée et entrainante, les aventures se succèdent : elles seront menées au carnaval, dans un labyrinthe, dans une grotte dangereuse, dans l’espace, de quoi vous faire vivre des émotions extraordinaires !

Le vocabulaire est très riche mais totalement abordable et compréhensif pour nos jeunes enfants. L’auteur nous plonge dans un univers fantastique, onirique dont on ne ressort pas indemne ! Un fil conducteur aussi, qui nous apprend à ne pas nous arrêter à l’apparence des gens, la vraie nature est au fond. Il suffit quelquefois de gratter un peu pour connaitre la personne telle qu’elle est vraiment et découvrir toutes ses qualités. C’est ainsi que nous apprendrons à connaitre également Mourioche et Crabe, deux personnage ‘d’apparence peu amicale’.

Les dernières pages regorgent d’infos insolites et très instructives à ne pas manquer !

Vous l’aurez compris, ce roman est une petite friandise merveilleuse, que je conseille à tous les enfants (et leurs parents) rêveurs et curieux, ceux qui sont un peu timides et qui manquent aussi de confiance en eux.

Un livre qui se pose facilement au pied d’un sapin…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Freyja 2018-01-13T11:13:44+01:00
Baron Miaou

https://mydearema.wordpress.com/2018/01/13/%e2%94%82prix-des-auteurs-inconnus%e2%94%82le-baron-miaou/

Ce livre est un vrai régal, une explosion, une illumination.

Au moins tu sais déjà sur quel pied danser avec ce début de chronique.

Je pense que tu avais compris que j’ai vraiment adoré cette 5è découverte dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus.

Lors de la présélection, l’extrait que j’avais eu m’avait interpellé mais, en même temps, j’avais énormément d’appréhension.

C’est typiquement le genre de livres déjantés que j’apprécie mais qui a tendance à s’égarer, les auteurs se perdent souvent dans leur folie douce.

Mais je me suis bien trompée!

Nico Bally nous emmène dans son univers avec une facilité déconcertante. J’ai eu l’impression de connaître le personnage haut en couleurs qu’est le Baron depuis toujours. Comme si je le retrouvais pour une énième aventure que je sais déjà que je vais apprécier.

Même si tout cela démarre un rien sur les chapeaux de roue et bien, cela se met directement incroyablement bien en place.

L’auteur ne perd pas de temps à établir son décor pendant mille pages, on se confronte tout de suite au gros chat et à Naddha, qui va partager ses aventures. Mais il maîtrise son univers et sa plume tellement bien qu’on apprend à les connaître et à les apprécier en un rien de temps, tout en laissant planer, toujours, une sorte d’aura mystérieuse sur chacun d’eux.

Le Baron est donc une sorte de gros chat. Un corps humain et une tête de matou. Mais est-ce vraiment une sorte de magie ou ce mélange a-t-il une explication rationnelle?

Et bien, c’est sur cela que le livre va jouer. Tout a une explication scientifique mais il faut, parfois (souvent) savoir laisser place à la magie pour pouvoir vivre des aventures extraordinaires.

Naddha, jeune fille créatrice de masques plus abracadabrants les uns que les autres, se retrouve embarquée par le Baron loin de son père tordu pour sauver la vie de Maria, atteinte d’une étrange maladie lunaire qui la plonge toujours plus dans le monde des rêves.

Nous sommes entraînés dans une multitude de décors toujours plus étonnants : un carnaval, une auberge miteuse, une île mystérieuse, un labyrinthe, une grotte, la lune… Si bien mené que, même s’il est à priori destiné au plus jeunes, ce livre saura plaire à tous ceux qui ont un tant soit peu gardé leur âme d’enfant et savent s’émerveiller de la magie qu’une plume peut créer.

Même si le déroulement de l’histoire reste plutôt prévisible, cela n’enlève en rien le plaisir que l’on prend à la vivre aux côtés de ces personnages attachants.

Leurs faiblesses, exploitées tout au long du roman, font leurs forces et c’est magique de voir comment Nico Bally parvient à si bien définir ses personnages en si peu de pages au final. Mais aussi, il renforcera encore l’idée de ne pas s’arrêter à l’image que les gens renvoient. Il est facile de manipuler son apparence, de fausser un sourire pour se donner une contenance ou encore, au contraire, subir l’idée que les autres ont établi de nous, nous enfermant dans un personnage que l’on a pas décidé d’être. Chacun mérite d’être apprécié à sa juste valeur, sans masques, sans artifices, il y aura toujours quelqu’un qui saura apprécier la beauté d’une âme.

AU FINAL…

C’est une lecture qui saura en émerveiller plus d’un. Je la recommande à tous, petits et grands, sensibles à la magie, aux univers incroyables et aux personnages drôles, humains et attachants.

(PS : À lire avec une bonne tasse de thé… Tu comprendras pourquoi.)

Afficher en entier
Lucie Corvus contre Mister Poiscaille

C’est drôle, fluide, prenant, dynamique ! Bref, à lire !

Arrêtons nous tout d’abord sur l’objet livre. Sa couverture est superbe, sa mise en page intérieure très chouette ! Un bel objet pour les collectionneurs de livres ! Et ça c’est le premier point qui m’a marqué quand j’ai pu tenir ce petit livre dans mes mains.

Concernant l’intrigue, Nico Bally nous plonge dans une dimension onirique, merveilleuse. J’ai tout de suite été transportée par ce côté magique, à la limite entre fantastique et réalité qui le temps d’une lecture m’a replongé en enfance pour mon plus grand plaisir.

Aussi, l’évolution des personnages est intéressante et on retrouve un fort aspect initiatique qui colle parfaitement à la dimension jeunesse. C’est tout particulièrement vrai pour Lucie, le personnage-narrateur, qui apprend à grandir à mesure que les pages avancent.

J’ai aimé la voix de Lucie que je pouvais entendre (la magie de la littérature) et j’ai tout de suite accroché au personnage ! D’ailleurs, j’ai adoré enregistré un extrait de cette histoire (l’enregistrement ne devrait plus tarder à être diffusé).

A la fin, on retrouve des recettes de cocktails de Ben et un petit sondage. Pour les curieux, je suis une sorcière aérienne ! La classe, hein ? J’ai beaucoup aimé ces deux bonus ! La cerise sur le gâteau que j’ai savouré avant de refermer le livre. Juste envie de dire merci pour cette lecture plaisir !

Un livre qui a sa place dans les écoles, les bibliothèques et dans vos étagères !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par autofic 2018-02-23T14:49:28+01:00
Pipirate !

L’intrigue est décalée, on retrouve toute sorte de propos étranges dans ce petit roman jeunesse. L’originalité de cette histoire apporte un vrai plus. Des légumes, des fruits, des animaux : bienvenus dans le monde incroyable de Nico Bally ! Cette fois pas de haricots (Cf. Lucie Corvus) – je le regretterai presque – mais un ananas maléfique, une patate pleine de vie, lapin, chat, coq… Au-delà de l’originalité, j’ai adoré le fait que certains personnages soient inspirés des animaux de compagnie de l’auteur. On retrouve à la fin de l’ouvrage quelques photos de Momiji, Darko et Myrtille pour terminer ce récit en beauté !

Je suis persuadé que vous n’avez jamais rien lu de pareil ! J’ai parfois trouvé le côté absurde un peu trop exagéré, ça parle tout de même beaucoup de « pipi », même pour un public jeune, je pense ! Cela dit, le format court de cette histoire rend la lecture plaisante et agréable !

J’avais déjà remarqué que Nico Bally aimait soigner ses livres dans le détail. C’est aussi le cas avec Pipirate ! Déjà, vous remarquerez la couverture très sympa qui interpelle le lecteur. Ensuite, d’emblée, c’est la typographie qui m’a le plus plus dès les premières pages du livre. Quatre pages de « bloup, bloop, gloup » il faut oser, mais ça marche ! L’auteur s’est amusé à jouer avec la forme et l’originalité ne s’en voit que décuplée ! Autre détail très ludique une petite mention « attention aux nez sensibles : ce livre contient beaucoup de prouts » sur la quatrième de couverture ! On retrouve aussi à la fin du livre deux petits jeux. Il est ainsi possible de connaître son nom pirate (je suis la crapule chaotique !) et de passer un petit test pour savoir quel genre de pirate nous sommes ! Régal garanti jusqu’aux dernières pages !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par autofic 2018-02-23T14:53:11+01:00
Les hommes ne lisent pas de romance

La romance est un genre littéraire dévalué et on ne peut que constater que les hommes en lisent rarement. Dans ce court roman, Nico Bally nous propose une autre vision des histoires d’amour. Il nous montre à quel point elles peuvent être positives dans nos vies. Comme toujours avec cet auteur, la thématique du récit est originale, ce qui est très appréciable !

D’une certaine manière, Les hommes ne lisent pas de romance m’a fait penser à Pipirate du même auteur. En effet, on retrouve le même aspect décalé, déjanté, bien qu’il soit traité différemment. Ici, pas d’ananas maléfique et de lapin pirate, mais une image hyperbolique de la campagne. Quelques exemples :

1) La campagne est tellement isolée de la ville que les personnages semblent ne jamais y avoir mis les pieds.

2) Pour subvenir aux différents besoins du village, les personnages ont plusieurs métiers. On retrouve notamment un fossoyeur-notaire-maître nageur.

3) Il n’y a qu’une voiture dans le village.

Il me semble évident que cette exagération est volontaire de la part de l’auteur. Dans Pipirate j’ai trouvé que ça fonctionnait bien, car l’univers est lui aussi inventé, pas seulement les personnages, mais ici les personnages évoluent dans un environnement que je connais bien. Pour avoir vécu 18 ans dans la campagne normande, j’ai eu beaucoup de mal à croire à cette histoire…

Les hommes ne lisent pas de romance c’est aussi une enquête, je dirais même deux enquêtes. La première concerne les circonstances de la mort de Lady Myrtille. La seconde, implicite tout au long du récit, est interne. Quelque part le héros se révèle à lui même. Si j’ai beaucoup aimé l’enquête interne, soit la réflexion du personnage sur sa propre vie, j’ai moins aimé l’enquête principale du roman. Tout comme l’univers et les personnages, elle manque pour moi de crédibilité. Je n’en dis pas plus et vous invite à vous faire votre propre avis en lisant ce roman !

C’est, je crois, ce que j’ai préféré du roman : la mise en abîme. Car le thème principal du récit est l’écriture. L’auteur nous parle donc d’une romancière alors qu’il est lui-même écrivain. La réflexion sur l’écriture est très bien intégrée à l’intrigue. Elle permet, en tant que lecteur, de se poser des questions sur les stéréotypes qui pèsent sur le genre de la romance, mais aussi sur l’écriture en général. Ce livre est à sa manière un petit traité de philosophie sur l’écriture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliesuitsonfil 2018-04-12T14:57:46+02:00
Baron Miaou

Nhadda Cranne, aide son père à créer des masques, dans son atelier. Grâce au Baron Miaou, elle va vivre une aventure folle…

A travers les différents personnages, l’auteur embarque son lecteur dans un voyage imaginaire bien construit. Le moyen-âge en toile de fond permet de rendre hommage aux contes et surtout au chat botté de Charles Perrault. Même si la comparaison semble facile, le parallèle entre les deux contes m’a séduite, puis qu’ici aussi le Baron Miaou est doué de ruse et au départ il souhaite bien arriver à ses fins et surtout faire fortune…

Mais là s’arrête la comparaison, puisque l’auteur s’affranchit du conte d’origine et donne à son personnage principal honneur, bravoure pour mener à bien sa quête…

C’est clairement un récit initiatique permettant facilement à un jeune public de comprendre l’importance de se remettre en question, de s’accepter telle que l’on peut être, sans chercher à se dissimuler derrière un masque. Ici, l’utilisation des masques par notre petite héroïne, est une belle allégorie, puisqu’elle utilise un masque, qu’elle a fabriqué, pour chaque situation. Elle se cache donc pour cacher ses sentiments, ses traits qui pourraient la trahir. Le regard des autres et de s’en préserver tout en s’acceptant et l’acceptant permet d’affronter la réalité.

L’auteur aborde, le courage de faire face aux autres mais aussi aux situations le tout dans un monde enchanté à travers plusieurs aventures.

Lors de la présélection, l’extrait ne m’avait pas emballé, non pas par l’écriture, mais le côté jeunesse et enfantin ne m’avait pas séduite.

Pourtant, ce n’est pas le premier livre jeunesse que je lis… Soit je fais la lecture à mon fils, soit je lis ses bouquins avant lui… Quand monsieur a le temps…

J’ai tenté de lui donner envie, en lui lisant quelques passages, mais il l’a trouvé « trop fille »… En même temps, le petite héroïne est une fille…

Même si le récit est bien construit, je me suis ennuyée… Mais cela n’est dû qu’à l’aspect jeunesse du livre. Je n’ai jamais été bon public pour ce type de lecture et même si je n’ai pas adhéré en tant qu’adulte, c’est un roman enfantin et jeunesse qui plaira sans conteste aux plus jeunes.

Une excellente lecture à faire aux gamins qui seront enchantés de découvrir les aventures du Baron Miaou et de Nhadda.

Afficher en entier

Dédicaces de Nico Bally
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Editions Malpertuis : 6 livres

CreateSpace : 2 livres

editions du riez : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array