Livres
515 758
Membres
529 587

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Nicolas Bouchard

122 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Nicolas Bouchard, né en 1962. Passionné de science-fiction (L'Empire de poussière, Le Réveil d'Ymir), mais aussi d'histoire (La Ville noire, L'Hymne des démons), il a toujours été fasciné par l'antiquité et le monde romain. Auteur de thrillers, il a voulu comprendre ce qui avait pu amener les criminels romains à de telles aberrations et décrire un torrent de passions tumultueuses au cours d'une période archaïque et, somme toute, peu connue de l'histoire de la ville éternelle.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
13 lecteurs
Or
39 lecteurs
Argent
39 lecteurs
Bronze
27 lecteurs
Lu aussi
27 lecteurs
Envies
176 lecteurs
En train de lire
0 lecteurs
Pas apprécié
5 lecteurs
PAL
125 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.96/10
Nombre d'évaluations : 45

0 Citations 39 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Nicolas Bouchard

Sortie France/Français : 2018-10-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par mokota 2017-11-16T17:56:00+01:00
Etherna, Tome 1 : Terre et Air

Mon avis sur ce premier tome est plutôt mitigé ...

Le thème général du roman est assez intéressant, les descriptions sont très précises et on peut très bien s'imaginer le mouvement et la structure des anneaux. La rencontre entre des personnages de différentes époques et le problème du langage aussi.

Cependant, je dois avouer que je ne me suis attaché à aucun des personnages. Soit à cause de leur manière de s'adapter à leur nouvel environnement soit à cause de leur passé. J'ai véritablement été dégoûtée par le personnage de Mutsuo, auquel je n'arrive pas à donner des excuses pour ses comportements abjectes. Etre dans sa tête a vraiment été une expérience désagréable. Opimia, pour sa part, était d'un ennuie, fade et d'un stéréotype ! Quant à Luther, je n'ai pas encore d'avis sur son personnage. Mais dans l'ensemble, aucun personnage ne m'a donné envie de continuer ma lecture.

A voir pour la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par melicia 2018-04-28T09:15:46+02:00
Éclaircir les ténèbres

http://books-story.wixsite.com/books-story/single-post/2018/03/20/ECLAIRCIR-LES-TENEBRES

Avec ce roman, je vous présente le label Snag Fiction des éditions marmaille et compagnie dont je vous ai déjà parlé, un label qui présentera une nouvelle génération d'auteurs sur 4 collections différentes avec la pop culture, l'anticipation, le contemporain, la fantasy et le fantastique. C'est la collection fantastique que je vais vous présenter aujourd'hui sous le tampon "Compagnie Descartes" et qui verra officiellement le jour le 18 juin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benerogue 2018-06-04T21:36:41+02:00
Éclaircir les ténèbres

Tout d’abord merci à Babelio et sa masse critique, ainsi que SNAG pour l’envoi de ce livre.

SNAG c’est le petit nouveau dans l’univers du Young Adult. Label de la maison d’édition La Geste, SNAG lancera ses deux premiers livres dans les jours à venir (et pour info, SNAG cela veut dire accro, addict !).

Le gros plus dans ce roman selon moi c’est clairement le côté historique. Ancienne étudiante en histoire, j’aime avoir des livres se déroulant dans le passé, mais encore plus lorsque cela est bien traité. Et ici c’est tout à fait le cas. On se sent immerger au XVIIe siècle, on sent que l’auteur a fait des recherches pour que son livre soit réaliste, et cela se ressent au niveau des descriptions. On peut en apprendre un peu plus sur la Guerre de Dix ans qui est peu connu du grand public. Et en plus de cela, un glossaire est proposé à la fin avec les définitions de mots qui nous seraient incompréhensibles de nos jours.

J’ai également beaucoup aimé le principe des flashbacks car cela nous permet de découvrir petit à petit les événements qui ont mené à la situation, on comprend au fur et à mesure comment la brume a pu se déposer sur cette terre. Cela nous permet également d’en savoir plus, en détail l’histoire des personnages.

L’ouvrage nous en offre une large gamme, avec des caractères bien différents, mais complémentaires. René Descartes est un personnage efficace, à moitié soldat, à moitié philosophe qui se sert de ses larges connaissances et de son intuition pour apporter son aide. Les débuts de chapitre sont pourvus de pensées de Descartes issues de ses œuvres, qui présage l’orientation du chapitre. Mais même si la collection de livres porte son nom (La compagnie Descartes), il n’est pas mis trop en avant par rapport aux autres personnages, on a vraiment l’impression d’avoir une équipe.

Un roman qui voit s’affronter sorcellerie et religion, superstition et raison.

Chronique complète : https://lecariboulitteraire.wordpress.com/2018/06/04/nicolas-bouchard-eclaircir-les-tenebres/

Afficher en entier
Éclaircir les ténèbres

http://www.unbrindelecture.com/2018/06/eclaircir-les-tenebres-de-nicolas.html

Un premier tome de fantasy Young adult passionnant pour ce nouveau label SNAG . On passe un bon moment de lecture plus mature que ce que le label Young adult pourrait donner à imaginer . C'est bien écrit, addictif et accessible même si c'est un récit riche et sombre . Descartes et une fine équipe de personnages charismatiques nous entrainent dans une aventure étonnante pleine de magie, de danger et de malédiction.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2018-06-07T10:20:37+02:00
Éclaircir les ténèbres

Un premier tome qui pourrait bien devenir une belle série Héroïque Fantasy. Il se passe des choses pas très catholiques dans la vallée d’Ouraos, afin de régler ce problème, le Cardinal de richelieu dépêche une fine équipe de cinq hommes aux talents particuliers et qui se complètent à merveille. Hugues fils héritier d’Ouraos, Jonas artilleur doué avec les explosifs, Damien combattant à mains nues, Rudolph mercenaire qui sait compenser son handicap et enfin le philosophe René Descartes qui apportera au fil de l’histoire sa sagesse et sa vision du monde. Ils auront fort à faire pour lutter contre le trio diabolique que représente la fratrie Von stade composée du puissant guerrier Erik, de Gunther versé dans les sciences occultes et Ilse leur sœur loyale et fidèle. A cette palette de personnage, vient s’ajouter la jeune Sophronia dont on nous dit qu’elle est princesse en quatrième de couverture mais qui à la lecture de ce premier tome ce révèle être simplement la fille de Perséphone la guérisseuse du village. Voilà l’aventure peut commencer…

J’ai eu un peu de mal avec les personnages dont on ne sait finalement que peu de choses si ce n’est quelques flashbacks qui apportent un éclairage à leur personnalité mais cela n’a pas suffit pour générer chez moi un attachement ou une empathie. Les épigraphes de Descartes me sont restés assez obscures et je n’ai pas toujours retrouvé l’esprit du chapitre. Le côté historique ne m’a pas gêné, on sent que l’auteur à du faire des recherches pour étayer son livre de faits et de vocabulaires de l’époque. Merci pour le glossaire bien utile. J’ai aussi aimé le mixte réalité et imaginaire pour tout ce qui concerne les créatures que nous rencontrons dans ce livre. En revanche je me suis un peu perdue dans le côté descriptif des batailles et des guerres qui ont juste coupé mon rythme de lecture. J’aurai souhaité une plus grande part de sorcellerie avec plus de féminin dans ce roman où la masculinité est fort bien représentée. Pour conclure je dirai que je suis partante pour lire la suite des aventures de la compagnie Descartes parce que qui se lasserai de magie, de sorcellerie, de malédiction de superstition d’antan, certainement pas moi. Bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kesciana 2018-07-10T19:36:51+02:00
Éclaircir les ténèbres

https://aliceneverland.com/2018/07/10/eclaircir-les-tenebres-nicolas-bouchard/

Je découvre la toute nouvelle collection imaginaire et young adult SNAG avec ce titre de Nicolas Bouchard. Etant dans ma période fantasy, j’ai été assez facilement séduite par le résumé, sombre et énigmatique. Il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de partir à la découverte de cette histoire.

Mystère, fantasy et sorcellerie, le tout dans une France historique du XVIIème siècle… Le mélange peut paraître assez déroutant et, pourtant, Nicolas Bouchard en fait une histoire rondement bien menée même si le début a été assez laborieux. Il faut dire que nous suivons quatre personnages différents dans leur enquête sur des évènements bien mystérieux, dans une époque où suspicion et religion sont les maitres mots. A côté de cela, nous avons également d’autres personnages, ce qui nous permet d’avoir très vite une vision globale de la narration.

Descartes, le philosophe, Damien, le spécialiste de la lutte, Jonas, l’artificier, Hughes d’Ouraos, le lieutenant et Rudolph, le soldat aguerri, se dirigent donc vers la vallée d’Ouraos, en Franche-Comté, afin de découvrir ce qui peut bien s’y passer, après qu’une terrible malédiction s’y soit abattue. Mais ils ne sont décidément pas les seuls à s’intéresser à cette région…

L’auteur ancre son histoire fantastique dans l’Histoire, et c’est l’aspect que j’ai le plus apprécié. Retrouver des personnages comme Descartes, s’appuyer sur la philosophie, la pensée de l’époque, ou encore la puissance de l’Eglise… il y a eu un véritable travail de recherche de la part de l’auteur et ça se ressent tout au long du récit. J’ai tout de même été perdue par moment, les changements narratifs et autres flashbacks n’étant parfois pas du tout évidents à situer. Heureusement, cet aspect s’améliore par la suite une fois l’univers bien assimilé. Mais, mine de rien, je n’aurais pas été contre quelques indications supplémentaires.

Éclaircir les ténèbres est donc assez déroutant dans son genre et nous plonge dans un univers mystérieux, sombre et violent, à l’instar de l’époque dans laquelle Nicolas Bouchard inscrit son histoire. Je regrette peut être de ne pas m’être attachée plus que cela aux personnages. Pour autant, j’ai passé un très bon moment avec ce roman bien plus surprenant que ce à quoi je m’attendais. Un titre qui plaira sans nul doute aux amoureux de fantasy et d’Histoire… !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par KarolynD 2018-08-08T19:53:40+02:00
Éclaircir les ténèbres

En bref, j'ai bien fait de me laisser tenter car c'était une belle découverte ! Les personnages sont tous réalistes et intrigants, tandis que la plume convient à tous les âges et à toutes les sensibilités. Les événements s'enchaînent parfaitement, bien qu'il m'ait manqué des repères temporels pendant les flashbacks. Même si les extraits philosophiques des œuvres de Descartes m'ont laissée sur la touche, le mélange des trois genres (historique, philosophique et fantastique) est une véritable réussite. Je crois que c'est ce qui m'a le plus impressionnée dans ce livre, et aussi ce que j'ai le plus apprécié !

Chronique complète : https://plumes-de-reve.skyrock.com/3315401076-La-Compagnie-Descartes-Tome-1-Eclaircir-les-Tenebres-Nicolas.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par elyza 2018-08-23T16:51:35+02:00
Éclaircir les ténèbres

Il y a de ça quelques temps, j'ai reçu deux titres des éditions Snag : Initiée que j'ai eu l'occasion de lire et qui m'a valu un beau coup de cœur et Éclaircir les ténèbres que j'ai lu dernièrement. Je remercie une fois de plus la maison d'édition pour ces envois même si malheureusement, vous allez pouvoir constater d'ici quelques instants que je ne me suis pas franchement régalée en compagnie de cette dernière lecture.

L'intrigue se passe au 17ème siècle. Une vallée de Franche-Comté est en proie à des manifestations qui relèvent de la sorcellerie et ses habitants, terrorisés, restent cloîtrés chez eux. Le Cardinal Richelieu mandate cinq hommes courageux qui n'ont pas grand chose à perdre pour enquêter sur place et tenter de lever la malédiction qui semble être bien installée dans la vallée.

J'ai donc eu l'occasion de découvrir un roman qui mêle habilement les genres historiques et fantastiques et même si cette lecture m'a globalement déçue, je suis rentrée avec facilité dans l'histoire. Il faut dire que la plume de l'auteur est agréable à suivre et le côté historique du roman m'a paru solide et a su me convaincre. L'auteur a choisi pour contexte, la guerre de Dix ans en reconstituant de manière réaliste le conflit de l'époque. On croise d'ailleurs des noms connus à commencer par le Cardinal Richelieu qui même s'il n’apparaît que ponctuellement dans l'histoire, est tout de même l'instigateur de cette curieuse mission.

Parmi les cinq personnages qu'il envoie en Franche-Comté, on peut nommer Descartes, le philosophe envoyé pour ses connaissances, Jonas l'artificier, Damien spécialiste des combats à main nue, Rudolph, un combattant aguerri abîmé par la vie et enfin, Hughes d'Ouraos, fidèle lieutenant et homme de main de Richelieu dont le père est le comte de la triste vallée de Franche-Comté. Nous avons donc une équipe assez hétéroclite mais je déplore le fait de ne pas avoir réussi à m'attacher aux personnages au fil de leur aventure. Il faut dire qu'en dehors de Descartes et de Hugues, le rôle des autres est finalement assez anecdotique.

La partie fantastique de l'histoire a réellement débuté lorsque le premier quart du livre est passé et je n'y ai malheureusement pas été sensible. Pour vous dire en quelques mots en quoi consiste la mythologie du récit, on découvre la sorcière Frigg et tout un bestiaire à l'ambiance gothique qui m'a laissé assez froide.

De manière générale j'ai eu du mal à me sentir investie dans ce récit qui peine à s'installer puis à avancer. Et lorsque j'ai enfin compris de quoi il retournait, j'avoue avoir à peine sourcillé et patiemment attendu le dénouement. En résumé, je suis sans doute passée à coté de cette histoire parce que j'ai vu de très bons avis passer la concernant mais en ce qui me concerne je n'ai pas été sensible à ce récit.

Afficher en entier
Éclaircir les ténèbres

Bonjour les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour une petite chronique consacrée au titre Éclaircir les ténèbres de Nicolas Bouchard, première parution de la toute récente maison d'édition Snag, que je remercie chaleureusement pour ce très bel envoi et dont je vous conseille vivement d'aller voir le catalogue, qui est certes pour l'instant très petit mais qui n'en reste pas moins extrêmement intéressant. Il grandit lentement et sûrement et me fait saliver d'envie. Sans plus attendre, c'est parti pour ma critique de ce livre palpitant et qui tient toutes ses promesses !

En effet, Éclaircir les ténèbres se présente comme un roman qui allie le récit historique, l'action, l'aventure, la religion, le mysticisme, la philosophie, et on saupoudre le tout d'un certain brin de fantastique. Rien que ça ! Il n'en fallait pas plus pour que je signe mon contrat de lectrice et que je sois prête à sauter à pieds joints dans cette intrigue complètement dingue, déterminée à embarquer pour une quête des plus insensées et captivantes ! Avec ce livre, on se retrouve plongés dans la France de Louis XIII et de Richelieu, au moment d'un basculement décisif : celui qui mènera au règne du grand Roi-Soleil et plus tard, au Siècle des Lumières ! En attendant, il ne s'agit pas pour nos personnages de résoudre les mystères épineux de la cour mais plutôt celui gigantesque de notre propre monde et de nos croyances. Entre foi inébranlable et raison coriace, une réconciliation est-elle possible ? A quel moment la vérité laisse-t-elle place au mensonge et inversement ? Sans nous faire triturer nos fragiles petits méninges et donc sans nous torturer, j'ai trouvé que Nicolas Bouchard avait mené son récit très intelligemment, en laissant la parole à chaque personnage, quelque soit leur appartenance religieuse, sociale ou politique. Ainsi, on se rend compte que chacun détient une part de vérité et qu'il faut toujours garder l'esprit bien ouvert. L'auteur arrive à mêler habilement des faits et surtout deux personnages historiques connus pour leur rigueur et leur rationalité sans faille, Richelieu et en particulier Descartes, le maître en la matière, à des phénomènes paranormaux, comme la télépathie ou encore la nécromancie, sans que cela passe comme étant incohérent ou absurde. Au contraire, comme le célèbre philosophe, on essaye de déceler le vrai du faux et de faire face à de telles "prouesses" de la Nature comme on peut. On se retrouve complètement subjugués et l'on en vient à se demander si cela s'est véritablement produit. L'auteur parvient à brouiller nos sens et notre perception de la réalité d'une façon assez troublante, comme si cela coulait de source. D'autre part, j'ai beaucoup aimé le fait que même Descartes, qui a d'habitude une explication rationnelle à toute chose, puisse parfois ne pas trouver les mots et la solution juste face aux épreuves qu'il doit traverser. C'est un réel observateur qui ne détourne pas les yeux face à l'existence même des choses les plus improbables, qui ne se fait pas d'illusions mais qui essaye de comprendre le mécanisme, la façon de fonctionner de chaque élément et sa raison d'être. Je me suis beaucoup retrouvée dans sa façon d'appréhender les choses, de voir le monde, bien plus que je ne l'aurais cru.

En effet, si j'ai toujours reconnu le génie de Descartes et l'importance du nombre colossal de ses travaux, qui traitent de nombreux domaines qui plus est, pas seulement la philosophie, j'ai toujours eu un peu de mal à adhérer à sa façon de penser, donc d'être (vous l'avez vu, le clin d'œil gros comme une maison à sa citation la plus connue ? Nanette, la subtilité incarnée !). Cette façon justement "cartésienne" d'analyser les choses, notamment abstraites comme l'amour, l'humanité ou la religion, en mettant la raison et la logique au centre de tout a eu souvent tendance à m'agacer et à me faire désapprouver plus qu'autre chose. J'avais la sensation d'avoir comme une relation amour-haine avec ce cher René. Or, force est de constater que beaucoup de courts extraits de ses diverses œuvres utilisés en en-tête de chaque chapitre de ce livre ont su me parler et donner justement raison à leur illustre auteur.

Qui plus est, comme je le disais un peu plus haut, je suis parvenue à m'identifier au personnage de Descartes que nous décrit Nicolas Bouchard, alors que je redoutais à la base de commencer le livre par peur de ne pas m'attacher à lui. Je ne m'y connais pas très bien en Descartes, je sais juste le strict minimum de ce qu'il y a à savoir, mais je pense que l'auteur est parvenu à nous restituer avec brio l'essence même de ce grand homme de lettres français sans pour autant nous le rendre barbant et trop distant. Je dirais même que Descartes lui doit une fière chandelle car je suis d'avis qu'Éclaircir les ténèbres saura tenir en haleine même les âmes les plus récalcitrantes à se laisser aller à la philosophie au cours de leur temps libre. A mes yeux, ce roman permet effectivement de mieux comprendre la façon de raisonner de Descartes qui est somme toute assez complexe (alors qu'elle est justement censée aller "droit au but", au cœur des choses) pour qui n'est pas rodé à l'assimiler et à l'affronter, et il vous donnera aussi l'envie de vous renseigner plus sur l'ami René, sur sa vie et ses nombreuses contributions à la biologie, à l'optique et à la métaphysique entre autres. Un livre qui nous enrichit et qui nous rend curieux tout en nous divertissant, ce ne peut être qu'un bon ouvrage, n'est-ce pas ? Pour ma part, c'est ce que je crois.

Pour autant, ce n'est pas le personnage de Descartes qui m'a le plus plu. Certes, il est clairement l'homme de la situation et son ingéniosité, sa répartie et sa combativité m'ont agréablement surprise et impressionnée. Cependant, je garderai un encore meilleur souvenir de ses compagnons d'infortune, que j'ai tous trouvés très humains, bien construits et fortement sympathiques au demeurant ! J'ai adoré le fait que Richelieu ait pour idée de confier une mission de grande envergure à une véritable équipe de bras cassés, tels des Mousquetaires bis. Tout comme ces derniers, nos cinq gais-lurons ont leurs faiblesses et leur façon de se comporter bien propre à eux mais il ne faut surtout pas les sous-estimer car leur courage est à toute épreuve et leurs compétences sont pour le moins... remarquables. Au sein de cette bande tout ce qu'il y a de plus hétéroclite, Descartes fait office d'un D'Artagnan tout à fait inattendu : au départ indésiré de tous, il va réussir à prouver sa véritable valeur et à devenir le ciment de cette fine équipe, celui qui les rassemble et leur donne la force et la volonté d'aller de l'avant.

Parmi cette belle brochette de marginaux profondément attachants, j'ai tout particulièrement adoré les protagonistes que sont Damien et Hugues. D'un côté, nous avons un jeune homme d'apparence espiègle, nonchalante, qui joue avec la mort et qui parvient à l'esquiver d'une façon tout ce qu'il y a de plus incroyable. Damien est extrêmement malin et sait parer chaque attaque de ses adversaires avec un panache et une facilité tout bonnement déconcertante. Il use de son corps, de sa gestuelle, de façon à rendre ces derniers parfaitement souples, flexibles, fluides, au service de sa stratégie qui vise à faire penser à son opposant qu'il a toutes les cartes en main pour gagner face à un jouvenceau littéralement sans défense. C'est ce qui m'a justement fascinée chez Damien : il combat à mains nues, avec la seule force de ses poings et sa seule intelligence, il ne prend jamais les armes et essaye de tuer le moins possible. Il n'attaque que s'il s'agit d'une absolue nécessité. Cela ne pouvait que forcer mon respect. De l'autre, nous avons Hugues, jeune fils du comte de la vallée d'Ouraos, qui est justement au cœur même du récit. Par ailleurs, je précise que j'adorerais me rendre dans cet endroit constitué de plaines verdoyantes, de montagnes majestueuses et doté d'une beauté brute tout simplement enchanteresse. En tout cas, c'est ainsi que je me suis imaginée ce petit coin de paradis qui se transforme rapidement en un cauchemar d'absolue désolation. Je trouvais cela important à souligner car une intrigue n'est pas seulement portée par ses personnages, mais aussi par le lieu où elle se déroule. Et, malgré le pic de dangerosité extrêmement élevé de la vallée d'Ouraos, on ne peut que tomber amoureux de cet endroit qui possède une réelle personnalité. L'attachement tout particulier de mon beau Hugues pour ce territoire qui est le sien m'a par ailleurs beaucoup touchée. De prime abord, ce jeune noble nous paraît être un simple sujet obéissant à sa Majesté et à son supérieur qu'est le cardinal de Richelieu, un chef de troupes particulièrement guindé et que l'ardeur de la jeunesse aurait déserté trop tôt. Mais ne vous y trompez pas : Hugues est un homme d'honneur qui ne pourra que vous faire succomber à son charme et vous surprendre en abaissant ses barrières au fur et à mesure du récit.

Pour ma part, il ne lui a pas été trop difficile de dérober mon cœur, comme cela avait été le cas de la magnifique Sophronia. Ces moments de pure féerie entre ces deux êtres faits l'un pour l'autre ont d'ailleurs été mes préférés de l'histoire. Je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas vous gâcher la surprise que sont ces ravissants flashbacks qui regorgent de pureté et de beauté. Vous n'êtes tout simplement pas prêts pour ce que vous allez découvrir... Pour ce qui est de Jonas et de Rudolph, les deux derniers compères de cette fière épopée, j'ai également beaucoup apprécié faire face aux pires menaces à leurs côtés. Jonas est certainement celui des cinq qui est le plus taciturne et renfermé mais, au vu de l'énorme sacrifice qu'il a dû faire pour sa survie et celle des siens, au vu de sa dignité bafouée et entachée, cela ne peut que se comprendre. Son côté savant fou obnubilé par la capacité d'explosions de ses bombes m'a autant inquiétée que fait énormément rire et me rendre admirative de son immense intelligence. Quant à Rudolph (oui, comme le renne du Père Noël - ne rigolez pas, le Landknecht le prendrait très mal), sa dégaine de grand gaillard à l'accent allemand exagéré exprès et sa tendance à toujours foncer dans le tas et à ne pas tourner sept fois sa langue de guerrier aguerri et avide de mener bataille dans sa bouche me l'ont rendu extrêmement sympathique.

L'un des autres gros points forts du récit, c'est qu'il est très rythmé. Une fois les premières pages passées, on entre en plein dans le vif du sujet et on ne relâche plus le livre avant la dernière page ! Croyez-moi, j'ai eu du mal à le reposer quand il le fallait... Impossible de s'ennuyer un seul instant ! Le seul petit bémol je dirais, c'est qu'il faille souvent se référer au glossaire en fin d'ouvrage pour comprendre pas mal de mots utilisés par l'auteur et qui correspondent à des techniques de combat, à des vêtements et à des armements typiques de l'époque, à des manuscrits particuliers... Certes, cela démontre le travail minutieux que Nicolas Bouchard a accompli pour nous permettre de nous immerger le mieux possible dans son histoire qui nous ramène en plein dix-septième siècle mais je peux comprendre que cela puisse en agacer certains de devoir fréquemment faire des pauses pour aller consulter la définition de tel ou tel mot. Pour ma part, étant de nature extrêmement curieuse, je suis au contraire très contente d'avoir pu apprendre du nouveau vocabulaire, comme l'appellation Landknecht que j'ai employé un peu plus haut par exemple. Pour savoir ce que cela signifie, il vous faudra lire le livre !

Sur ce, ma chronique touche à sa fin. J'espère qu'elle vous aura incité à laisser sa chance à ce titre ainsi qu'aux autres parus chez Snag, que je remercie encore une fois du fond du cœur pour cette lecture palpitante. Si j'ai pu vous donner envie, alors j'en suis vraiment heureuse. Surtout qu'au vu de la fin extrêmement frustrante sur laquelle Nicolas Bouchard nous laisse, il risque sûrement d'y avoir une suite aux aventures mouvementées de la Compagnie Descartes ! Je suis ravie de faire partie de cette mauvaise troupe et j'ai hâte de la retrouver au plus vite !

Afficher en entier
Éclaircir les ténèbres

De la fantasy historique pleine d'aventures et de rebondissements, portée par une sacrée galerie de personnages. Une improbable équipée, réunie autour de René Descartes, rien que ça, qui doit confronter la raison au surnaturel et sa philosophie à des événements qui dépassent l'entendement. L'auteur joue avec la vie et l'oeuvre de Descartes pour une intrigue où science et croyances s'entremêlent jusqu'à la folie.

https://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.com/2019/09/considerant-que-toutes-les-memes.html

Afficher en entier

Les gens aiment aussi

Dédicaces de Nicolas Bouchard
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Mnémos : 8 livres

10/18 : 2 livres

Belfond : 2 livres

Rebelle Editions : 2 livres

Encrage : 1 livre

Fleuve Noir : 1 livre

Flammarion : 1 livre

Mango jeunesse : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array