Livres
472 474
Membres
445 047

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Norman Spinrad

143 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Gambit 2010-02-26T22:46:07+01:00

Biographie

Norman Spinrad est né en 1940 dans le Bronx de New York où il passe son enfance. En 1957, il entre au City College of New York où il obtient en 1961 un Bachelor of Science.

Pendant sa dernière année d'étude, il suit des cours d'écriture de nouvelles et soumet ses premières histoires à différents magazines. Son premier texte, The Last of the Romany est publié en 1963 par le magazine Analog.

Il travaille ensuite comme éditeur, tout en continuant à publier régulièrement des nouvelles. Son premier roman, The Solarians, est publié en 1966, année pendant laquelle il déménage à San Francisco, puis à Los Angeles et enfin à Londres.

De 1980 à 1982, il est président de la Science Fiction and Fantasy Writers of America (il sera à nouveau nommé président de cette association en 2001-2002). C'est en 1982 que Spinrad vend les droits filmographiques de son roman Jack Barron et l'Éternité (Bug Jack Barron) à Universal Pictures (le film n'a finalement jamais été réalisé).

En 1988, Spinrad déménage encore pour Paris, où il écrit son roman Le Printemps russe (Russian Spring), avec sa compagne, Nancy Lee Wood (également écrivain) qu'il épouse en 1990.

Spinrad est un auteur de romans atypiques basés sur des thèmes sulfureux. Il publie dans sa carrière une trentaine de romans, deux anthologies et quatre collections de nouvelles. Pour l'anecdote, il a également écrit le scénario d'un épisode de la seconde saison de la série Star Trek intitulée The Doomsday Machine (la Machine infernale en français).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
25 lecteurs
Or
76 lecteurs
Argent
67 lecteurs
Bronze
58 lecteurs
Lu aussi
38 lecteurs
Envies
89 lecteurs
En train de lire
2 lecteurs
Pas apprécié
11 lecteurs
PAL
99 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.41/10
Nombre d'évaluations : 40

0 Citations 28 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Norman Spinrad

Sortie Poche France/Français : 2016-11-21

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Elyo 2016-02-06T18:21:55+01:00
Deus Ex

Vraiment un livre magnifique . Je l'ai trouvé captivant et drôle . L'auteur a su mélangé à la perfection science-fiction et religion . J'ai vraiment aimé le lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Djulaie 2016-03-04T20:27:20+01:00
Le Chaos final

Hors la loi en quête d'un grand avenir, le "héros" va chercher une planète propice à un renversement de pouvoir pouvant le placer sur la plus haute marche. Il trouve donc la planète parfaite : Sangre, une planète gouvernée par quelques aristocrates exploitant toute la population.

Mais quels aristocrates... Une secte serait plus appropriée : ils procèdent à un bourrage de crane permettant à la population d'accepter l'inacceptable. Une caste de la population, les "Animaux" servent à élever les "Viandanimaux", humains engraissés pour nourrir tout ce beau monde. Et des clones Tueurs pour faire régner la loi. Leur distraction ? Des séances de torture sur quelques Animaux piochés au hasard dans les campagnes...

N'est ce pas la planète idéale ou la moindre pichenette permettrait facilement d'encourager le peuple à se rebeller. Mais ce n'est pas si facile, avec cette propagande tellement ancré dans des cerveaux de simples d'esprits n'imaginant pas la vie autrement, si ce n'est comme leur bourreau.

A première vu, ce livre peut sembler être un ramassis de débauche, entre cannibalisme, viol, drogue dure, violence, démence... Mais montre aussi qu'il est parfois difficile de sauver quelqu'un contre son gré, et qu'il est souvent facile de faire pire que ce que l'on tente de combattre.

Un livre haletant mélangeant dégout et curiosité. A ne pas mettre entre toutes les mains, mais à lire si on a l'estomac bien accroché.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pheallys 2016-05-01T23:09:03+02:00
Rêve de fer

Se placer dans la peau d'un Hitler écrivaillon qui mettrait en scène dans de la mauvaise SF ses fantasmes d'homme supérieur et de purification ... C'est un concept un peu tordu, ce qui confirme l'impression que j'aie eue en lisant 'Jack Barron et l'éternité' : voilà un auteur qui me perturbe. Bien que le message anti-nazi (et anti-plein d'autres trucs, ça va bien plus loin que ça) soit extrêmement clair, tout au long du roman je ne savais pas bien sur quel pied danser. D'une part, la lutte de Jaggar contre les mutants et ses discours sur la pureté raciale sont révoltants, et il est impossible de ne pas y voir la critique, mais de l'autre, il se dégage une telle jubilation du récit qu'il est parfois difficile de se rappeler que l'auteur n'est pas vraiment Hitler (ou du moins un homme de son acabit).

J'aime la SF qui fait réfléchir, et ce roman rentre certainement dans cette catégorie — il est complexe, déstabilisant, horrifiant — mais pour une fois, je crois que je me serais portée tout aussi bien si j'avais passé mon chemin.

Afficher en entier
La Dernière croisière du Dragon-Zéphyr

pas du tout aimé. "Même alors, il est probable que je n'ignorait pas que cette dynamique m'aidait à choisir mon sprach au sein du lingo social de notre époque, je découvrais l'expression de l'image de la menscheit". Voila le language employé; Dur à décrypter et c'est comme cela tout au long du livre.

Afficher en entier
Jack Barron et l'éternité

Je termine "Jack Barron et l'éternité".

La trame du roman est le prétexte à une critique de la société. Ségrégation: riches pauvres, blancs noirs, média politiques, ...

Dans les années qui suivent la vague hippie, un homme tiens le haut de l'entertainment. Son émission fait un malheur sur la télévision. Défenseur des sans voix, des sans grade, il envahit les écrans chaque mercredi soir.

Pour découvrir qu'il n'est, après tout, pas meilleur ni plus pire que les autres, que tout le monde en fin de compte. Que nous ne le sommes en réalité.

Que serions nous prêts à faire, à supporter, pour obtenir l'immortalité?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2017-01-22T08:53:20+01:00
Rêve de fer

Certes, on comprend tout de suite que l'auteur est contre le nazisme. L'idée de départ est brillante. Mais ce mélange des genres m'a gêné, peut-être justement parce que c'est trop bien fait grâce justement au talent de l'auteur. Alors, certes, c'est bien écrit ; certes, le message est clair ; certes, c'est le but de la SF de faire réfléchir sur notre monde contemporain et sur notre histoire, mais mettre en valeur un héros aussi identifiable m'a bloqué.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Do 2017-08-03T13:09:37+02:00
Continent perdu

Ecrit au début des années 1970, Norman Spinrad, connu pour être un contestateur et "grande gueule" traduit ici son amour pour et sa critique visant l'Etat américain dans cette novella SF de dénonciation. À cette époque hippie de (fausse) Gloire (le Vietnam) et de (fourbe) Splendeur (...les russes étaient les premiers dans l'espace, non ?), les premiers mouvements se préoccupant de l'environnement pointaient le bout de leur nez...

Et Spinrad, subodorant peut-être un avenir sombre (genre, celui d'aujourd'hui p.e., quand on connaît la production fabuleuse américaine de CO2), imagine une Amérique déchue et effondrée à cause d'une pollution atmosphérique mortelle.

Les US du 23e siècle sont désormais un pays sous-développé, exposant la plus grande poubelle du monde sous d'immenses nappes de smog comme attraction aux touristes africains. Et les habitants du continent africain, en plein essor, accourent pour observer avec une fascination presque malsaine cette (ancienne) société d'immodération déjà dépassée par le déclin.

Les protagonistes de cette histoire, de couleur noire et désormais économiquement avantagés et celui à la peau grisâtre (anciennement "un blanc" mais pollution à obligé...) se trouvent alors dans une situation interversible... et inconfortable, celle qui à travers les siècles est restée immuable : le racisme borné.

Un texte ingénieux, écrit avec verve, laissant s'exprimer alternativement un professeur d'histoire africain et le guide touristique étasunien blafard, qui dépeint un futur en passe de devenir notre présent sur ce ou... un autre Continent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lunaticmag 2018-02-15T02:58:18+01:00
Grève Infernale

Je l'ai découvert à mon club de lecture (le thème du mois était Horreur). Je vous rassure immédiatement si vous êtes comme moi :il ne fait pas peur, c'est bien pour cela que je l'avais choisi à la base. Il y avait ce trait d'humour attrayant dans la description et dans le résumé que m'en avait fait le bibliothécaire qui m'a donné envie de le découvrir. Point positif c'est une lecture courte (dans cette édition vous trouverez aussi un entretien avec l'auteur), pas prise de tête (il n'y a pas trop de références entrepreneuriales donc on arrive à suivre) et les persos ne sont pas aussi affreux (des diables d'hommes) que l'on pourrait se l'imaginer. Mais quelques points négatifs viennent assombrir le tableau (pour moi du moins) : l'humour n'est pas aussi présent que la métaphysique et les questions philosophiques et réflexions religieuses sur le libre-arbitre. Par ailleurs, je n'aime pas rester sur ma faim et la conclusion du livre est remplie de points de suspension. Dommage. ... Et maintenant que j'y pense, je me rends compte qu'il n'y avait pas un seul perso féminin... O.ô

Afficher en entier
Commentaire ajouté par al61 2018-05-10T00:05:31+02:00
Rêve de fer

Adolphe Hitler à réellement tenté d'entrer aux beaux art avant de devenir qui l'on sait.Une projection via une émigration aux états unis puis une carrière d'écrivain de science fiction propose une histoire empreinte de pureté raciale nazi avec comme sommet une préface ainsi q'une postface proprement Hilarante.Jolie pied de nez.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cellophane 2018-10-01T19:49:34+02:00
Deus Ex

Pffffffffiuuuuu, la lecture fut laborieuse…

La base est plutôt intéressante : une fois mort, notre esprit est transformé en programme mis dans un Big Board. Est-ce que ces reproductions d’esprit ont une âme ? Et qu’est-ce que l’âme ?

Evidemment, à lire ces deux lignes, on se dit que le récit va être hautement philosophique.

Et c’est le premier truc qui m’a perdu…

Ici, ne cherchez pas franchement l’action mais plutôt une profonde réflexion sur l’âme… Hélas, je n’étais pas super doué en philo en terminale – principalement parce que ça ne m’intéressait pas de me torturer les méninges sur des questions qui n’ont pas de réponse unanime mais où chacun peut fournir la sienne…

J’ai donc souvent eu l’impression de lire une sorte de thèse sur la question, agrémenté sauce récit, mais qui reste surtout une réflexion…

Comme, secondement, la question ne m’intéresse pas beaucoup plus que la religion et que ce récit est quasi uniquement religieux (au-delà de l’interrogation sur l’âme), ça ne m’a pas accroché outre mesure.

Cela dit, j’ai tout de même apprécié la force logique qui anime Spinrad au cours du récit.

Enfin, dernier point qui m’a fait galérer : le langage…

Quand on se tape des lignes de gabarit carniciels encodés en programmes premier dont les routines d’interface, le simulacre commun, use de sous-routines logiques pour discuter, au bout d’un moment, je lâche…

Alors oui, tout est logique, mais décrit avec un vocabulaire qui est parfois assez imbuvable pour se représenter la chose dont ça parle…

Peut-être que quelqu'un de plus intelligent, ou simplement qui aime la philo ou a des tendances religieuses y trouvera son compte.

Moi, j’ai apprécié de loin l’exercice sans jamais réussir à pleinement entrer dedans.

Dernier détail : j’ai commencé sur l’édition Présence du Futur, écrit gros parce que c’est un roman court. J’ai terminé sur la version Bragelonne – Milady 2015, écrit plus petit mais, du coup, plus aéré.

Et c’est là que je me suis aperçu que présence du Futur avait réalisé une édition étouffante, avec des lettres trop grosses qui occupe l’espace inutilement. La seconde édition était bien plus agréable à lire !

Afficher en entier

Dédicaces de Norman Spinrad
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 10 livres

Denoël : 10 livres

J'ai lu : 8 livres

Robert Laffont : 8 livres

Milady : 7 livres

Gallimard : 7 livres

LGF - Le Livre de Poche : 4 livres

Presses de la Cité : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode