Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
713 950
Membres
1 009 115

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Robert Merle

Auteur

1 733 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilou 2009-08-31T18:01:45+02:00

Biographie

Ecrivain français

[Littérature française]

Né à Tébessa, Algérie le 29 août 1908

Décédé le 27 mars 2004

Né en Algérie où son père est officier, Robert Merle vit en France à partir de 1918. Titulaire d'une licence de philosophie et d'un doctorat en lettres, agrégé d'anglais, auteur d'une thèse sur Oscar Wilde, il enseigne en lycée, à Bordeaux puis à Neuilly, dans les années trente. Mobilisé en 1939, prisonnier trois années pendant la guerre, Robert Merle écrit son premier roman, 'Week-end à Zuydcoote' en se remémorant la catastrophique retraite de Dunkerque. Pour ce livre, il remporte le prix Goncourt en 1949. L'oeuvre littéraire de Robert Merle se compose de romans d'anticipation, dont le plus célèbre, intitulé 'Malevil', paru en 1972, raconte l'histoire d'une communauté retranchée dans un château après une guerre atomique, et de récits-reportages. 'Derrière la vitre', publié en 1970, est un ouvrage inspiré de l'expérience de Robert Merle dans l'enseignement. Ecrivain aux talents multiples, il a également publié des pièces de théâtre, des essais critiques et des traductions de classiques anglais... Considéré comme un maître du roman historique, Robert Merle est célèbre pour 'Fortune de France', saga commencée en 1977, dont le treizième volume, 'Le Glaive et les amours', est couronné par le prix Jean Giono en 2003.

Evene.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
912 lecteurs
Or
1 138 lecteurs
Argent
699 lecteurs
Bronze
375 lecteurs
Lu aussi
631 lecteurs
Envies
1 081 lecteurs
En train de lire
67 lecteurs
Pas apprécié
48 lecteurs
PAL
992 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.9/10
Nombre d'évaluations : 662

1 Citations 278 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Robert Merle

Sortie Poche France/Français : 2013-05-15

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Multiac 2023-09-21T23:08:06+02:00
Malevil

"L'homme est un loup pour l'homme", quel affrontement de l'humanisme et de la cupidité. Malevil est un grand roman qui m'a fait pensé à l'atmosphère de "qui sonne le glas".

Ces gens que tout relie et tout divise s'associent sous l'aura puissant d'un chef intelligent pour recréer une société peut-être meilleure que la précédente.

Le style, le rythme, le suspense tout est là. J'ai dévoré ce roman et je le recommande.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AttaccaGirl 2023-11-02T11:39:05+01:00
La mort est mon métier

Un livre à lire absolument pour lutter contre le négationnisme. N'oublions jamais! Le livre le plus marquant de ma vie. Merci à mon professeur d'histoire pour cette découverte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marechald 2023-11-06T09:15:14+01:00
La mort est mon métier

Bien que le héro Rudolf Lang soit fictif ce roman retrace le parcours de Rudolf Höss le vrai commandant SS du camp de concentration d'Auschwitz. Ce livre est autant fascinant que terrifiant tant le héro est dans l'obéïssance aux ordres

tout au long de sa vie (son père d'abord, l'armée puis la SS). "Je n'ai pas à m'occuper de ce que je pense, on devoir est d'obéïr"

A lire pour toute personne qui s'interresse à la Seconde Guerre Mondiale car Robert Merle s'est basé sur des documents historiques d'une importance reconnue pour la compréhension de la Shoah, de l'univers concentrationnaire et de la mentalité des bourreaux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SkeletonGirl 2023-11-17T11:10:20+01:00
La mort est mon métier

Jusqu'où a l'obéissance? Peut-elle tout justifier, même l'injustifiable ?

Cest la question que va se poser La mort est mon métier de Robert Merle, vrai récit de la vie de Rudolf Hoess.

C'est un peu long à démarrer. La vie aux camps ne commence qu'à un peu plus de la moitié du roman, on se concentre avant sur ce qui va amener Rudolf à ce sinistre rôle.

C'est autant édifiant que terrifiant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anais39 2023-12-14T15:09:54+01:00
La mort est mon métier

C'est pour moi une grande oeuvre qui m'a beaucoup touchée. La manière dont les regards sont inversés pour nous laisser voir le côté des méchants permet, sans dire de relativiser leurs actions, mais du moins de leur trouver un fondement. Cela montre bien que chacun a un vécu et que pour certains cela les mène à commettre des choses atroces. La manière dont il essaye d'en tenir sa famille éloignée et le chemin qui l'a fait arriver jusqu'à là montre que ce personnage est un homme comme les autres ayant pris des mauvaises décisions

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HundredDreams 2024-02-03T09:18:11+01:00
Malevil

« On devrait vivre en portant plus d'attention à la vie. Elle n'est pas si longue. »

Des fois, le hasard d'une lecture commune fait que certains livres tout poussiéreux arrivent entre nos mains. C'est le cas de « Malevil », il était temps !

De Robert Merle, je ne connaissais que les premiers tomes de « Fortune de France », lecture d'adolescence dont j'ai gardé de très bons souvenirs. D'autres romans de l'auteur m'attiraient et en particulier « Malevil », mais comme toujours, attirée par de nouvelles sorties littéraires, découragée par l'épaisseur du livre, je l'ai toujours remis à plus tard.

Et à nouveau, je découvre que de loin, la pente paraissait plus raide qu'elle ne l'était réellement. Quel bonheur d'ouvrir enfin ce livre avec mes compagnons de cordée que je remercie infiniment !

*

En entrant dans le roman de Robert Merle, j'ai souri car c'est un autre monde qui est venu jusqu'à moi, inattendu, un monde empli de souvenirs, de nostalgie et d'émotions, celui de Marcel Proust et de sa fameuse madeleine qui rouvre les pages du passé.

« Une brève illumination, le rideau retombe et le présent, tyrannique, est là. Retrouver tout le passé dans un gâteau amolli par une infusion, comme ce serait délicieux, si c'était vrai… J'envie Proust. Pour retrouver son passé, il s'appuyait sur du solide : un présent sûr, un indubitable futur. Mais pour nous, le passé est deux fois passé, le temps perdu l'est doublement, puisque avec lui nous avons perdu l'univers où il s'écoulait. Il y a eu cassure. La marche en avant des siècles s'est interrompue. Nous ne savons plus où nous en sommes et s'il y a encore un avenir. »

*

Pour ceux qui ne connaissent pas, l'histoire se déroule dans la France rurale des années 70. Après une explosion, sans doute nucléaire, la Terre a été totalement dévastée. Restent de petits groupes de survivants qui tentent de survivre.

Emmanuel Comte et ses amis sont par hasard dans la cave à vin du vieux château de Malevil au moment de l'explosion. Les épais murs vont les sauver du souffle et du rayonnement thermique de l'explosion.

Le narrateur, Emmanuel, ancien directeur d'école devenu agriculteur et propriétaire du château, raconte comment lui et ses compagnons, vont s'organiser pour assurer leur survie avec le bétail qui a survécu, les vivres et les quelques semences qu'il leur reste.

Mais bientôt, ils vont devoir faire face à d'autres menaces. Ils ne sont pas seuls au milieu de ce paysage de ruines et de poussière.

Quelques habitants du village voisin ont survécu et se sont regroupés autour d'un curé despotique.

D'autres errent dans la nature à la recherche de nourriture. Affamés, ils se sont regroupés en bandes errantes, pillant, massacrant sans état d'âme.

Le retour à l'insécurité, l'anarchie, la tyrannie, la barbarie remet chaque jour leur survie en question et leur survie dépendra de leurs décisions.

« L'homme, c'est la seule espèce animale qui puisse concevoir l'idée de sa disparition et la seule que cette idée désespère. Quelle race étrange : si acharnée à se détruire et si acharnée à se conserver. »

Le récit d'Emmanuel sous la forme d'un journal de bord est régulièrement interrompu par un de ses amis, Thomas, qui n'hésite pas à rajouter des notes pour nuancer ses propos. C'est très bien vu de la part de l'auteur, car le changement de narrateur amène une autre perspective sur le déroulement des évènements et la manière dont les faits sont appréhendés par un autre membre du groupe.

*

« Malevil » est le genre de roman que l'on a hâte de retrouver. Ses beaux personnages, réalistes et complexes, sa narration immersive, son écriture fluide et teintée d'un humour doucement ironique et amical, tout était fait pour que le lecteur devienne insomniaque.

La narration à la première personne nous immerge totalement dans le récit et contribue à créer une empathie totale avec les personnages. Une générosité et une tolérance se dégagent dans chaque portrait fait par Emmanuel ou Thomas. On s'attache à chacun d'entre eux, en particulier Momo et sa mère, la Menou. On partage leurs joies et leurs peines, leurs rires et leurs larmes, leurs espoirs et leurs inquiétudes.

Malgré tout, la force de ce récit provient en grande partie d'Emmanuel et de son regard ouvert sur le monde qui l'entoure.

Ses qualités relationnelles lui confèrent un statut de leadership. J'ai aimé ce personnage charismatique et diplomate, confiant et ingénieux, généreux et réfléchi, particulièrement sagace pour cerner la personnalité de chacun et évaluer leurs plus grandes qualités comme leurs pires défauts.

*

Si l'histoire m'a beaucoup marquée, j'ai adoré également le style de l'auteur qui m'a littéralement happée par la minutie et la justesse des mots pour décrire notamment les personnages, tous les éléments de décor, les couleurs, les odeurs, les bruits, les sensations.

Pour s'en rendre compte, il suffit de lire le moment où l'explosion nucléaire balaie toute vie.

Les paysages d'avant, pleins de vie, de lumière et de couleurs laissent la place à des étendues lunaires sous un ciel de plomb, des espaces immobiles, silencieux et vides, peints dans des camaïeux décolorés de gris cendré.

« Il y eut un souffle de vent. Je pris une inspiration profonde, et aussitôt, une odeur pestilentielle de décomposition et de chair brûlée entra dans mon corps avec tant de force que j'eus l'impression qu'elle émanait de moi. C'était à vomir. J'avais l'impression, vivant, d'être mon propre cadavre. C'était une odeur âcre, pourrie, douceâtre, qui s'installait en moi et que j'aurais à porter jusqu'à la fin. le monde n'était plus qu'une fosse commune, et moi, on m'avait laissé seul sur ce charnier, avec mes compagnons, pour enterrer les morts et vivre avec leur odeur. »

Le récit aurait pu être déprimant par l'horreur, la fulgurance et la violence de cette guerre nucléaire, par les descriptions de terres carbonisées et mortes, de squelettes noircis d'arbres, de végétation brûlée, d'animaux définitivement éteints, d'humanité en voie d'extinction. Il aurait pu avoir le désespoir et la désolation de « La route » de Cormac McCarthy. Mais c'est sans compter la force évocatrice de l'auteur qui n'a pas son pareil pour décrire cette vie qui renaît insensiblement par petites touches, comme des éclats de lumière.

*

Outre l'écriture de l'auteur dont j'ai aimé le charme un peu suranné, c'est également l'aspect prophétique de l'histoire qui m'a frappée. En effet, ce roman post-apocalyptique, entre l'anticipation et la robinsonnade, fut écrit en 1972 et reste d'une actualité déconcertante.

Ce roman peut sembler léger par son humour et ses dialogues bon enfant, mais il laisse à chacun matière à réfléchir sur les thèmes touchant à la survie et aux rapports humains face à l'adversité, à la reconstruction de la société après qu'elle se soit totalement effondré et à la remise en question des valeurs humaines.

« Il est possible que, la médecine ayant disparu, la vie devienne plus brève. Mais si on vit plus lentement, si les jours et les années ne passent plus devant votre nez à une vitesse effrayante, je me demande ce qu'on a perdu.

Même les rapports avec les gens se sont considérablement enrichis du fait de cette lenteur de notre vie. »

Sous l'angle d'une petite communauté en construction, Robert Merle pose les bases d'un nouveau modèle de micro-société. Les personnages soumis à des choix moraux doivent s'efforcer de trouver un équilibre entre les intérêts du groupe et leur conscience. Ils partagent les mêmes valeurs fondées sur la tolérance, le respect de la vie, l'acceptation des différences, le partage, d'écoute, la liberté, l'humanisme, mais sans tomber dans la naïveté, l'irresponsabilité ou la stupidité.

Cette réflexion sur la société et ses évolutions amène à aborder d'autres points autour de la religion, la politique, la force de l'amitié, la place des femmes dans la société, le monde rural et le revers des progrès technologiques.

*

Ainsi, malgré le nombre de pages, le roman de Robert Merle se lit facilement. Son écriture fluide, son récit captivant, ses personnages finement décrits me donnent envie de lire ses autres ouvrages, notamment « L'île » et « La mort est mon métier ».

Un roman à découvrir ou à se rappeler, autant dire un superbe roman qui mérite que l'on s'y arrête, ou qu'on y revienne !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fruikipik 2024-02-18T17:11:55+01:00
Malevil

J’adore la plume de Robert Merle, et dans ce récit post-apocalyptique, je lui reconnais tout son talent pour mettre en lumière la psychologie humaine et sa complexité (comme dans Madrapour par exemple.). J’ai retrouvé également la passion pour les chevaux qui l’animait dans sa vie personnelle.

Finalement on ne connaît ni les raisons ni la méthode du chaos qui s’abat sur le monde, et pourtant, le récit n’en est que plus addictif.

Un livre que je conseille, d’un auteur tricolore trop méconnu.

Merci pour ce bon moment de lecture feu M. Merle.

Afficher en entier
Le jour ne se lève pas pour nous

C'est plaisamment écrit - avec Robert Merle, il n'y avait guère d'inquiétude à nourrir -, fourmillant de détails.

Suranné pour tout ce que notre docteur vit à terre avec "sa" Sophie, le langage et les sentiments à bord sentent aussi leur milieu de XXe siècle, néanmoins une lecture honorable pour cette visite guidée quelque peu amidonnée.

Préférer "Le Dragon sous la mer" de Frank Herbert pour convoquer les peurs ataviques que peuvent inspirer les profondeurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sodasi 2024-03-13T16:42:54+01:00
La mort est mon métier

Robert Merle sait écrire, c' est simple concis et percutant. Par des mécasnismes (manipulation, endoctrinement...) l'auteur nous montre comment un humain de nature "simplet" va devenir un éxécuteur de l'extrème. Edifiant et glaçant. Assurément un très bon livre historique à lire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CyrilR 2024-03-13T22:28:52+01:00
Malevil

Une œuvre immense pour un auteur immense ! "Malevil" est un roman formidable, développant les thèmes de la science-fiction, du postapocalyptique et, en même temps, du terroir français avec un réalisme étonnant ! Le lecteur, dès les premiers mots, est aussitôt happé par cet univers si familier qu'il finit par le faire sien. Le tout, dépeint dans une écriture soignée, belle, et un style simple qui permet de faire passer facilement toute la complexité de cette œuvre monumentale !

Afficher en entier

On parle de Robert Merle ici :

Dédicaces de Robert Merle
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 29 livres

Editions de Fallois : 17 livres

LGF - Le Livre de Poche : 14 livres

France Loisirs : 9 livres

Seuil : 3 livres

Plon : 3 livres

Aufbau Taschenbuch : 3 livres

Folio : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode