Livres
461 493
Membres
417 914

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Robert Silverberg

660 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par violette6989 2019-05-11T20:47:47+02:00

Biographie

Robert Silverberg est l’un des maîtres contemporains de la science-fiction. Dans la collection « Ailleurs et Demain », il a notamment fait paraître Les Monades urbaines, L’Homme stochastique, Shadrak dans la fournaise, L’Étoile des Gitans, À la fin de l’hiver, Les Royaumes du mur, Ciel brûlant de minuit et, à la suite du Château de Lord Valentin, sept romans du cycle de Majipoor dont Le Roi des rêves, paru en 2002, est le dernier. Robert Silverberg a reçu en 2004 pour l’ensemble de son œuvre le titre de Grand Maître de la science-fiction, la plus haute distinction honorifique du domaine, décernée par l’Association des auteurs américains de science-fiction.

Afficher en entier

Livres de Robert Silverberg

Classement dans les bibliothèques

Diamant
212 lecteurs
Or
551 lecteurs
Argent
347 lecteurs
Bronze
287 lecteurs
Lu aussi
307 lecteurs
Envies
786 lecteurs
En train de lire
18 lecteurs
Pas apprécié
35 lecteurs
PAL
606 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.41/10
Nombre d'évaluations : 188

0 Citations 214 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Robert Silverberg

Sortie Poche France/Français : 2016-10-08

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par MChampion 2019-03-01T17:28:51+01:00
Roma aeterna

Uchronie (histoire fiction, géniale à mon avis . J'ai adoré ! Ce livre est étonnant car l'idée de départ "et si les romains étaient restés les maîtres du monde ?" permet de suivre les personnages à différentes époques dans différents contextes mais toujours avec comme toile de fond la Pax Romana... Ou devrais-je plutôt dire sous le joug de la Pax Romana ? Car finalement est-on libre si l'on vit sous la terreur ? Le livre se lit facilement mais piétine un peu à la fin car on se lasse de l'éternelle oisiveté des romains et de leur ennui perpétuel... Peut-être qu'un détour chez les esclaves de temps en temps aurait permis de voir le revers de la médaille...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AstridJavert 2019-03-07T15:19:24+01:00
Tout sauf un homme

Sachant bien sûr que le film "L'homme bicentenaire" avec Robin Williams dans le rôle d'Andrew a été fortement romantisé en y incluant Portia dans le rôle dans la compagne d'Andrew, je trouve que le livre aurait eu une touche encore plus humaine en l'y incluant.

Mais dans l'ensemble, j'ai bien aimé, bien qu'il y eu un tout petit peu trop d'accent sur l'aspect juridique.

P-S: premier roman de vrai science-fiction a avoir été lu par moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginy 2019-04-14T14:10:56+02:00
Le dernier chant d'Orphée.

Orphée, vous connaissez? Mais si! Amoureux d’Eurydice, il n’hésita pas à descendre aux enfers pour retrouver l’âme de sa belle. Attention, à ne pas confondre avec Morphée, dieu des rêves ? . Ainsi donc Orphée, joueur de lyre, poète, est le narrateur de sa propre histoire. Il raconte son unique amour perdu, son aventure sur l’Argo, le bateau de Jason et les Argonautes.

Avec ce récit, Robert Silverberg réécrit le mythe d’Orphée. C’est agréable et magnifiquement bien fait. Il se dégage de ces pages une certaine poésie, un certaine lyrisme, une tension tragique qui correspondent parfaitement au personnage d’Orphée, que je connaissais finalement bien peu! Il faut dire que les mythologies gréco-latines, bien que davantage représentées dans nos contrées que les autres, n’ont pas vraiment ma préférence. Dans ce texte, Orphée s’interroge sur le destin: nos vies sont-elles toutes tracées, déjà écrites, ou sont-elles vraiment le résultat de nos choix?

« Donc, les dieux m’offrirent Eurydice; ou plutôt, ils la placèrent sur mon chemin, même si je crus faire ce choix moi-même. D’accord, disons que je l’aie choisie moi-même; vous êtes nombreux à croire que cette possibilité existe réellement en ce bas monde, je le sais. » (p. 32)

Fataliste, Orphée accepte son sort, ses souffrances. Et même si le chagrin amoureux est difficile à surmonter, si sa fin est particulièrement violente, il revit tout cela, chaque épreuve, encore.

« Ce sera mon dernier chant. Il est pour toi, Musée, mon fils. Il te dira tout ce qu’il y a à savoir sur ma vie. Mon dernier chant, mais aussi le premier, car la fin est le commencement et, pour moi, il n’y a ni fins ni commencements; seulement le cercle de l’éternité. » (p.17)

En fait, ce roman constitue un cycle. Le cycle de la vie. On peut aisément, une fois qu’on l’a terminé, le recommencer. Sa fin, son début, permettent de le voir comme un cercle, de le lire sans fin. On y suit la « naissance » d’Orphée, son « éducation », son apprentissage initié par Apollon, l’amour, les voyages, les souffrances, les pertes, la mort. La Vie, en somme.

Une réécriture de mythe que j’ai trouvé sublime, et qui m’a donné envie de me replonger dans les textes d’Ovide et d’Homère.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par John88 2019-04-20T15:44:17+02:00
La porte des mondes

Une belle aventure que je conseil à tous fans d'uchronie. Dan voyage dans une Amérique appartenant à une autre réalité et s'appelant maintenant les Hespérides. J'ai adoré les références à la vrai Amérique tout au long du livre. Malgré une écriture parfois enfantine et certaine situations ayant été placés comme pour boucher un trou, l'aventure en reste pas moins au rendez-vous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Latika1 2019-04-24T07:58:56+02:00
Le seigneur des ténèbres

Un magnifique roman d'aventure qui nous entraîne à travers les terres d'Afrique, nous faisant découvrir une multitude de peuples, de coutumes et de paysages... Les jaqqas sont proprement envoutant et leur philosophie dénote quelque peu un réquisitoire contre le colonialisme.

J'ai adoré !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ludwigjeansebastien 2019-04-28T16:45:25+02:00
Tom O'Bedlam

En 2103, l’humanité doit faire face aux terribles conséquences de la Guerre des poussières… Tom O' Bedlam passe pour un simple d’esprit aux yeux d’un groupe de bandidos en train de rafistoler un van dans le désert californien. En effet, ce pauvre vagabond prétend avoir eu la vision d’une aurore verte, de neuf soleils, d’un monde d’émeraude et de créatures de cristal dotées de quatre rangées de trois yeux. Et il n’est pas le seul dans ce cas. Le docteur Elszabet Lewis doit traiter par curage psychique le père Christie, pasteur ayant perdu la foi, qui, lui aussi, prétend avoir vu les neuf soleils et même avoir rencontré Dieu en personne et en majesté. Il y a aussi Jaspin, ex-professeur d’université, qui, lors d’une cérémonie de tumbondé, étrange culte cosmopolite basé sur un mélange de croyances guinéennes, haïtiennes, mexicaines et brésiliennes, a rêvé de Chungira-Il viendra, dieu gigantesque aux cornes enroulées de bélier surplombé par deux soleils reliés par une arche de feu lancée dans le ciel…

« Tom O'Bedlam » est un roman de science-fiction tout à fait étrange et fantastique et pouvant se lire avec différents niveaux d’interprétation. Le lecteur pourra y voir une méditation sur la mort et la résurrection, un conte philosophique voire une parabole sur la venue d’un nouveau messie en la personne de Tom, personnage tout ce qu’il y a d’ambivalent et de paradoxal, à la fois idiot de village et être doté d’énormes pouvoirs dont celui de faire passer ses frères humains d’un monde à un autre. L’ennui, c’est qu’une fois la problématique posée, l’intrigue ne prend pas l'ampleur escomptée. La narration piétine, fait du surplace. On a même l’impression de tourner en rond. De plus, aucune des questions posées n’est résolue. Jusqu’à la dernière ligne, tout reste en suspens, dans un flou pas très artistique. Le lecteur reste sur sa faim dans à peu près tous les domaines. Il ne saura même pas ce que devient le héros pas plus que ce que le sort de ses « protégés » ou « victimes ». Au total, un ouvrage qui ne tient pas vraiment ses promesses vu l’ambitieux point de départ. Pas le meilleur du grand et prolifique Silverberg !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bluenn 2019-05-05T16:08:43+02:00
Le dernier chant d'Orphée.

Ma chronique complète : https://ombrebones.wordpress.com/2019/05/05/le-dernier-chant-dorphee-robert-silverberg/

Pour résumer, le dernier chant d’Orphée n’a pas su me séduire en tant que lectrice mais n’en reste pas moins un bon livre à prix très abordable et soigné dans sa présentation. Il plaira aux adeptes de la mythologie grecque, de récits philosophiques et à ceux qui aiment les histoires racontées à l’antique.

Afficher en entier
Le dernier chant d'Orphée.

"Le Dernier Chant d'Orphée", réécriture classique des grands mythes autour d'Orphée, instaure malgré tout une touche personnelle de l'auteur avec la vision sur la religion.

.

Court roman fluide et poétique, il ravira les amateurs de mythologies, ou tout simplement pour découvrir ces mythes.

.

Si la Grèce Antique s'articule autour de la Fatalité, Robert Silverberg présente une réflexion sur la religion plutôt détonante dans ce contexte, tout en faisant part d'une beauté poétique en abordant la musicalité cosmique. Cela associé à la Réincarnation et autres grands secrets de l'Égypte Antique créent une œuvre réflexive tout en conservant la caractéristique classique des mythes.

.

chronique complète : http://maude-elyther.over-blog.com/2019/05/robert-silverberg-le-dernier-chant-d-orphee-editions-actusf-collection-helios-2019.html

Afficher en entier
Le dernier chant d'Orphée.

https://la-choupaille-lit.blogspot.com/2019/05/le-dernier-chant-dorphee-de-robert.html

Derrière "Le dernier chant d'Orphée" de Robert Silverberg se cache un court récit mythologique et rigoureux. Pas de revisite à prévoir, mais en revanche un beau coup d'éclat pour la forme. Ça manque de passion, ça suinte un peu trop la scolarité, mais Robert Silverberg manie son sujet sur le bout des doigts et c'est un plaisir de suivre Orphée à travers lui.

Afficher en entier
Le dernier chant d'Orphée.

Un récit court bien écrit et plaisant qui reprend le mythe d’Orphée. Manquant un brin d’originalité à mon goût pour une réécriture, ce livre nous fait voyager et (re)explorer les récits mythologiques qui ont bercé notre civilisation. Mention spéciale pour Zariel l’illustrateur de la couverture, dont je découvre ici le magnifique travail !

En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2019/05/26/le-dernier-chant-dorphee/

Afficher en entier

On parle de Robert Silverberg ici :

Guide de l'âge d'or : les maîtres
2017-02-18T18:35:11+01:00

Dédicaces de Robert Silverberg
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

J'ai lu : 53 livres

LGF - Le Livre de Poche : 52 livres

Robert Laffont : 28 livres

Pocket : 23 livres

Denoël : 8 livres

Gallimard : 7 livres

Flammarion : 6 livres

ActuSF : 5 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode