Livres
421 467
Membres
337 944

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sébastien Fritsch

Auteur de 6 livres

Thèmes principaux

Classement dans les bibliothèques

Diamant
6 ajouts
Or
6 ajouts
Argent
2 ajouts
Bronze
2 ajouts
Lu aussi
1 ajouts
Envies
7 ajouts
Pas apprécié
1 ajouts
PAL
10 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.33/10
Nombre d'évaluations : 6

0 Citations 14 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Sébastien Fritsch

Sortie Poche France/Français : 2012-11-06

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par jarnetmelanie 2017-06-05T12:23:53+02:00

Une fuite en avant vers le passé.

Ariane prend la route avec ses deux enfants , Enzo et Abigaëlle.

Sans que l'on sache vraiment pourquoi, elle rallie le village qui l'a vue grandir.

Sur les traces de son amitié avec Tristan et Matthias elle cherche des réponses .

Ce livre m'a intrigué dès que je l'ai vu pour la première fois.

Sa couverture représentant une petite fille avec des fleurs lui cachant les yeux m'a tout de suite donner envie de voir ce que cachait ce livre.

Et le résumé a finit de me convaincre qu'il fallait que je le lise .

Dès le départ on est plongés dans les souvenirs d'enfance d'Ariane.

On apprend comment elle a rencontré Tristan celui qui la sortira de sa coquille et lui fera découvrir un univers bien différent de son morne quotidien .

Ariane, Tristan et Matthias ( qui arrive un peu plus tard) vont jouer à se faire peur.

Ils vont s'inventer des histoires , des jeux qui les pousseront toujours plus loin.

Mais ce ne sont que des jeux d'enfants.

Des années plus tard , c'est une peur bien différente qui habite Ariane.

On l'a retrouve alors qu'avec ses enfants elle semble partir sur les traces de son passé.

On ne sait au départ pas pourquoi elle fuit, ni ce qu'elle fuit.

Que cherche t-elle en revenant sur les lieux de son enfance?

Pourquoi a t-elle tout quitté du jour au lendemain?

Mais on comprend tout de suite qu'il est important pour elle de revenir là où tout a commencé.

Entre passé et présent son destin de noue.

Et même si l'on ne sait pas qu'elles sont les motivations d'Ariane (on ne les apprendra que plus tard) , on ressent viscéralement qu'il s'est passé quelque chose, quelque chose de suffisamment grave pour nous inquiéter pour elle.

L'auteur , Sébastien Fritsch, joue habilement avec nous. Il nous dévoile les éléments clés de l'histoire que petit à petit. L'on doit essayer de lire entre les lignes pour comprendre ce qu'il se joue réellement devant nos yeux.

Je trouve ça très habile et très intelligent de mettre en exergue ce sentiment qu'est la peur.

Cette peur que l'on tente d'apprivoiser enfant, celle qui nous pousse souvent à aller aux delà de nos limites, cette peur si nécessaire pour nous permettre d'avancer .

Mais qui lorsque l'on grandit prend des tours plus inquiétants et qui, une fois adulte, peut nous empêcher d'avancer, rendre nos cauchemars réels.

Même si Ariane semble être en pleine fuite en avant vers son passé, pour elle cette histoire c'est bien plus que cela.

En retournant sur les traces de son passé, elle tente, inconsciemment ou non, d'apprivoiser ses peurs d'enfance ( et ses conséquences) pour mieux combattre ces peurs d'adultes ( dont je ne révélerai pas les raisons).

Les personnages de Tristan et Matthias, bien que présents seulement à travers les souvenirs d'Ariane, tiennent un rôle très important.

Leurs personnalités ainsi que l'influence que leur présence a eu sur Ariane en font des personnages clés de ce roman.

J'aurai d'ailleurs aimé en apprendre un peu plus sur eux même si cela me semble compliqué au vu du type de narration de l'histoire .

On en sait autant qu'Ariane elle-même.

Ce roman qui m'avait d'abord attirée grâce à sa couverture , m'a captivé par son histoire.

J'ai pris plaisir à démêler l'écheveau des souvenirs d'Ariane pour comprendre qui elle est devenue.

Et surtout comment elle en est arrivée là.

Ce mélange de passé et présent nous tient en haleine jusqu'à la fin, car l'on comprend que tout est lié.

Que sans ce passé le présent serait bien différent.

Et il faut attendre les toutes dernières pages pour réellement saisir qu'il suffit parfois d'une mauvaise décision d'un proche pour remettre en cause tout ce qui est le plus cher à nos yeux.

Et qu'encore une fois, les apparences sont souvent très trompeuses.

Se retenir aux brindilles, est le deuxième roman de Sébastien Fritsch que je lis et ce ne sera certainement pas le dernier.

Ses histoires sur fond de secrets et de nostalgie savent me captiver.

Et elles ont ce point commun de mêler passé et présent pour mieux nous convaincre que la clé de notre avenir se trouve parfois dans nos souvenirs mais qu'ils ne doivent pas nous empêcher d'avancer.

Se retenir aux brindilles, est une histoire à la fois sombre et lumineuse.

Sombre à cause de ce qu'elle raconte mais lumineuse car ce n'est pas une fatalité.

Qu'importe les épreuves il suffit parfois de peu pour changer son destin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeMondeDeMarie 2017-07-20T06:01:30+02:00

C'est d'une plume très agréable et grâce à un récit bien construit, que l'auteur va, à travers l'histoire d'Ariane, opposer les peurs de l'enfance à celles de l'âge adulte. Toutes pouvant avoir de lourdes conséquences mais seulement certaines laissent ensuite place au rire. Les rires de l'innocence. Les peurs qui vous donne des frissons en même temps que du bonheur. Mais lorsqu'on devient adulte, les peurs changent et n'ont plus le même impact, au risque de se transformer en soumission par crainte aussi des conséquences. L'ensemble est ici parfaitement illustré.

On va faire la rencontre d'Ariane alors qu'elle est en fuite. Un départ précipité pour se protéger elle et ses deux enfants. Un retour aux sources, vers les souvenirs heureux de sa jeunesse pour tenter d'oublier son malheur d'aujourd'hui. Mais, après tant d'années, les choses, les lieux et les gens ont changés. On la ressent perdue et on a de la peine pour elle. Au fil de ses réflexions, de ses remises en question, de nombreuses réminiscences sur son enfance, sur ce qu'elle a vécu vont venir étayer le récit. Ariane n'a pas eu une enfance facile mais elle a connu des amis et a vécu de grandes aventures.

Une histoire où on se pose beaucoup de questions. L'auteur maintient l'attention de son lecteur en ne lui donnant les éléments de réponses qu'au compte-gouttes. Une intrigue sur ce qui à amener Ariane à fuir, sur ce qu'elle fuit. Et puis aussi, des intrigues sur son passé. On sait que certaines choses se sont produites, des évènements qui ont eu un impact sur sa vie mais on ne connait pas le pourquoi, ni le comment. On finira par le savoir mais l'auteur maintient le suspense jusqu'au bout. Beaucoup de réflexions aussi sur le "et si.." elle avait agi d'une manière différente, "et si..." elle avait pris d'autres décisions.

Alors que la plus grosse moitié du récit reste assez soft, un peu monotone même, le rythme de la dernière partie devient plus soutenu. Des révélations et des moments de frissons où on prend peur pour elle et ses amis. Aussi bien dans le passé que dans le présent, des passages qui apportent un côté palpitant. Plusieurs fois et jusqu'au final on doute de l'ultime décision d'Ariane. On a cette fois nous-même, en tant que lecteur, peur qu'elle prenne la mauvaise décision.

Certains passages du texte m'ont semblé manquer de réalisme. Ils apportent certes de la beauté et de la bonté humaine mais c'est pour moi trop beau. Je pense que dans la vie, et surtout à l'heure actuelle, les gens, surtout des inconnus, ne réagiraient jamais de la sorte. C'est malheureux à dire mais un tel altruisme n'existe pas. Etant maman, j'ai également trouvé que, par rapport à l'âge des enfants, les choses étaient trop simples. Rien que, par exemple, les envies présentes et totalement soudaines qu'un enfant peut avoir et est encore incapable de retenir trop longtemps sont ici inexistantes. Et même si ce n'est pas le plus important, c'est un détail qui m'a chiffonné car je pensais en tant que maman.

Un récit contemporain qui est une belle illustration de ce qu'est la peur et des différentes formes qu'elle peut prendre pour nous atteindre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeMondeDeMarie 2017-07-26T06:06:30+02:00

L'auteur nous offre ici, malgré le drame, une très belle surprise. Au départ, il prend son temps pour présenter les lieux et les protagonistes. Pourtant, on ressent déjà l'attrait grâce à l'intrigue qui se met en place. Ce qui se passe n'est pas normal et on a envie d'en savoir plus. Nil ou Mock, l'un des deux est-il fou? On ne sait pas trop où l'auteur veut en venir mais on est déjà captivé.

La plume de l'auteur, très agréable, nous plonge dans une histoire où les souvenirs du passé vont resurgir et vont avoir une influence sur le présent. Un passé heureux qui s'est terminé de manière brutale sans la moindre explication. A travers ses réminiscences, Nil va se souvenir de son amour pour Maud. Elle qui est toujours resté indifférente au jeune homme va aujourd'hui lui demander son aide. Des explications vont être données, des moments durs vont être partagés. Et, même si les choses ne seront jamais comme Nil les avait rêvées, lui et Maud n'auront jamais été aussi proches.

Cette histoire, c'est la recherche d'un homme, Mock. Il a disparu sans laisser de trace. Tous sont habitués à son côté voyageur mais là les choses sont différentes et bien plus inquiétantes. Une intrigue prenante qui apporte de la tension et de la peur pour cette personne dont on ne connait que ce que les autres en disent mais pour laquelle on a déjà développé une sorte d'attachement. L'auteur a également l'art de conclure ses chapitres sur des notes de mystères. Le genre d'ouvrage où on ne peut pas dire "après ce chapitre j'arrête!". Il tient son lecteur et ne le lâche pas avant la dernière ligne.

Ce n'est que vers la toute fin que l'on va comprendre la signification du titre et toute la beauté du récit. Un récit sur l'amitié, sur l'amour mais également un drame qui, si certaines vérités avaient été dites, aurait pu être évité. C'est l'histoire d'un homme, un ami merveilleux, celui qui trouve toujours le bon surnom. Celui qui, même avec un verre dans le nez, va trouver les bons mots pour pousser ses proches à avancer tout en donnant le meilleur d'eux-mêmes.

Un texte magnifique qui m'aura ému. Un coup de coeur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NightTeckLectures 2017-08-10T22:26:07+02:00

Nous suivons l'histoire d'Ariane, qui a grandi avec ses deux amis : Tristan et Matthias. Ils se sont longtemps amusés à se faire peur dans le château abandonné de leur village. Autour d'histoires, de films et de jeux où chacun devait prouver son courage, la peur était toujours au rendez-vous. Trente ans plus tard, Ariane tente de fuir la vie qu'elle a construite depuis 7 ans. Aujourd'hui, sa peur n'est plus un jeu d'enfant, elle est réelle et elle a un visage : celui de son mari.

Après avoir lu Albédo du même auteur, je retrouve ici sa plume toujours aussi fluide et qui nous amène à une lecture douce. Le récit fait à la première personne nous permet d'être dans la tête d'Ariane. On la suit à l'instant T mais à chaque détail qui lui évoque son passé, elle nous emmène dans ses plus profonds souvenirs. Ainsi, elle nous raconte sa vie, du jour où elle a rencontré Tristan jusqu'à aujourd'hui, où elle fuit son mari en laissant derrière elle sa maison, son travail et sa collègue. 

Encore une fois, l'auteur réussit, malgré la puissance du récit, à nous faire parvenir certains messages. Puis, malgré les flash-back d'Ariane sur son passé, quelques ombres restent ce qui nous fait soulever des questions qui ne seront élucidées qu'à la toute fin du récit créant ainsi une intrigue qui nous pousse à lire sans s'arrêter. On voit également que pour Ariane, son enfance est restée intacte dans ses souvenirs, malheureusement le temps passe malgré tout et elle comprend alors que rien ne peut arrêter ce temps et que si, pour elle les souvenirs sont toujours là, pour d'autres, ils s'estompent progressivement.

J'ai beaucoup aimé ce livre, pour moi, c'est un coup de cœur ! L'histoire d'Ariane est touchante et je me suis laissé emporter par le récit du début à la fin sans jamais cesser de me demander si Ariane allait s'en sortir. Puis, j'ai était prise dans ses souvenirs, ainsi, je voulais toujours connaître un peu plus ce personnage.

En bref :

Un véritable coup de cœur face à ce récit qui aborde des sujets de la vie courante et qui transporte des messages tout en gardant une intrigue.

Un auteur à lire sans hésitation !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par thebest03 2017-11-12T18:32:55+01:00

Alors qu’elle vient d’assister au meurtre de son mari, cachée dans la salle de bains, Ibolya suit aveuglément les conseils de ce dernier. Il a tout prévu un sac avec des papiers et vêtements afin quelle change d’identité et devienne Milica et fuir loin de sa maison isolée dans les bois, traverser la forêt en essayant de rester en vie.

Qui sont-ils pour en vouloir à son mari cloué dans un fauteuil roulant ?

L’auteur Sébastien Fritsch, embarque le lecteur dans une course infernale.

Milica, femme seule, poursuivit pas les autorités et les assassins de son mari ne sait pas où se réfugier ni a qui elle peut encore faire confiance. Elle se méfie de tout le monde perdue dans ses doutes et sa tristesse, son comportement frôle la paranoïa.

Ne pouvant pas mettre sa famille en danger, elle décide de se rendre en France pour essayer de retrouver son beau frère dont elle ignore l’adresse sans savoir s’il voudra bien lui venir en aide.

Milica arrivera t-elle a rejoindre la France ? Pourra t-elle échapper à ses poursuivants ?

Que se passera t-il une fois quelle aura atteint la France ?

D’une plume acérée et réfléchie, Sébastien Fritsch ne laisse rien au hasard. Son roman est calculé pour intriguer les lecteurs. Il laisse quelques indications pour orienter mais des rebondissements anéantissent nos pensées.

Comme dans un jeu de piste, le lecteur est invité à trouvé les auteurs des crimes (car il y en aura plusieurs) avec un suspense remarquable.

Je remercie Sébastien Fritsch de la confiance qu’il m’a accordée en me confiant le service presse de son dernier roman L’expérience Cendrillon, un remarquable livre policier que je recommande vivement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jarnetmelanie 2017-12-05T01:21:33+01:00

Coup de ❤

En pleine nuit , Milica est réveillée par son mari qui lui dit de fuir tout de suite, elle lui obéit et s'échappe de leur maison en laissant son mari derrière elle.

Pour elle ce sera le début d'une fuite à travers l'Europe avec à ses trousses de mystérieux poursuivants.

Que s'est-il passé cette nuit-là ? Pourquoi la poursuivent-ils ?

Là est la question .

J'ai déjà eu l'occasion de lire des ouvrages signés par Sébastien Fritsch et à chaque fois j'ai passé un bon moment. Alors quand j'ai su qu'il sortait un nouveau roman j'ai tout de suite eu envie de le découvrir.

Et je ne le regrette absolument pas ;)

Dès le départ de ce livre l'on est plongé au coeur d'une histoire trépidante.

Tout comme Milica l'on ne comprend pas ce qui arrive, l'on sait juste qu'il faut partir, le plus vite possible.

On n'a le temps ni de souffler ni de se poser des questions.

Seul compte le fait d'avancer toujours plus pour devancer le danger.

Milica va devoir quitter tout ce qu'elle connait et prendre des risques pour assurer sa survie . Cela va la pousser dans ses retranchements, la forcer à utiliser toute son intelligence et sa ruse pour espérer distancer ceux qui semblent en vouloir à sa vie.

Tout au long de son dangereux périple elle va essayer de découvrir la vérité , de comprendre pourquoi elle et son mari ont été pris pour cible. Est-ce lié au passé de son mari? Est-ce totalement autre chose?

Milica va être confronté à ces questions , elle va chercher le moindre petit indice , la moindre parcelle de vérité.

Elle va tout mettre en œuvre pour comprendre.

Mais happée par le flot de ce qu'il lui arrive , saura t-elle seulement démêler le vrai du faux.

Sébastien Fritsch, nous offre avec ce livre , un polar tortueux , de ceux qui nous pousse à nous interroger sur tout et sur tout le monde.

On a sans cesse l'impression d'être sur des charbons ardents , d'être dans une espèce de tourbillon qui nous force à sans cesse avancer ,sans pouvoir prendre le temps de se pauser, de respirer .

Notre cerveau est en ébullition. Tout comme Milica , l'on cherche à comprendre ce qu'il se passe, l'on a seulement des bribes de vérité ( ou de potentielles vérités ) par-ci par-là pour nous guider.

Et l'on se surprend à tourner les pages de plus en plus vite pour enfin connaître le fin mot de cette histoire.

Lorsque l'on parle d'un polar tel que celui ci l'on parle souvent de thriller haletant , palpitant, de page-turners , et en un sens c'est vrai que cela correspond bien à ce livre mais pour parler de ce livre je dirais plutôt qu'il s'agit d'une course poursuite frénétique .

La course désespérée d'une femme prête à tout pour découvrir la vérité.

Mais quelle vérité ?

Cela je vous laisse le découvrir par vous-même ;)

Je suis une grande amatrice de polar , c'est un genre que j'apprécie particulièrement et envers lequel je suis souvent plus critique ( à force d'en lire l'on finit par repérer certains récurrences qui font qu'un livre peut perdre en intérêt ).

Je regrette souvent le manque d'originalité de certains ou le manque d'intensité mais ici je n'ai rien à dire.

Même si la fin ne m'a qu'en partie étonnée, à aucun moment mon attention ne s'est relâchée. J'ai d'ailleurs lu ce livre d'une seule traite, ne le reposant qu'une fois la dernière page tournée ( ce qui m'a valu une nuit de sommeil sérieusement raccourcie ).

Ce livre fait incontestablement parti de mes polars coups de ❤ de cette année. Il a su me transporter auprès de Milica et me pousser à la suivre dans sa quête .

Je l'ai suivie avec plaisir dans ce voyage où rien n'est jamais totalement ce qu'il semble être.

Saurez vous découvrir la vérité ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Delphine-42 2018-01-08T11:35:44+01:00

Dès que vous commencerez ce thriller, vous vous retrouverez coincés dans un page-turner haletant, assoiffés de découvrir les tenants et aboutissants de cette intrigue intelligente, complexe et surprenante.

L'auteur vous ballade de pages en pages, de chapitres en chapitres dans un univers très orienté espionnage, mais bien ancré dans le thriller...

Milica, tantôt héroïne, tantôt victime, tantôt maîtresse de son destin va vivre et vous faire vivre une large palette d'émotions. L'étau se resserre régulièrement sur elle et sur le lecteur qui, comme elle, cherche l'issue de cette fuite et comprendre quel est son rôle dans cette intrigue alambiquée.

Un roman qui commence en Serbie, vous fera voyager également en Hongrie et en France pour suivre le périple de Milica et des nombreuses morts, qui jonche son passage...

L'expérience Cendrillon est un excellent thriller doté de nombreux rebondissements dont vous ne pouvez deviner la fin... Je vous recommande fortement de tenter cette Expérience Cendrillon qui vous fera, à n'en pas douter, passer une excellente évasion livresque...

Alors pourquoi n'est-ce pas un coup de cœur?

Bien que ce soit un page-turner haletant, j'ai eu un tout petit souci au final, une légère frustration, que je comprends aisément car l'auteur laisse le lecteur à son interprétation après avoir livré toutes les clés, mais un petit je ne sais quoi, que j'aurai voulu voir développer un peu plus ;)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-14T10:53:49+01:00

Cela fait déjà plusieurs jours que je fusille du regard ma page Word vide sans savoir comment commencer cette chronique. Pourquoi tant d’indécision, de tâtonnements, de soupirs et d’hésitation ? Tout simplement parce que ce livre est un OVNI dans ma bibliothèque : vous le savez bien, mes genres de prédilection, c’est le young-adult, la fantasy, la science-fiction. Absolument pas le drame contemporain. Alors pourquoi diable ai-je postulé sur SimPlement pour tenter de recevoir ce livre ? Très honnêtement : aucune idée. La couverture a attiré mon regard, le titre m’a intriguée et le résumé m’a charmée. Sans même réfléchir une seule seconde, j’ai envoyé ma candidature. Et très sincèrement, quand j’ai trouvé le livre dédicacé dans ma boite aux lettres, j’ai eu une bonne minute de panique : mais dans quoi m’étais-je donc embarquée ? Pourquoi diable avais-je donc cédé à cette impulsion en choisissant un livre s’éloignant tellement de ma zone de confort ? Moi qui suis en pleine panne de lecture, j’ai bien cru voir ma dernière heure de lectrice arriver … et pourtant, je suis toujours en vie, et même très heureuse : ce fut une très belle lecture !

Emmanuel pensait avoir définitivement tourné la page et avoir laissé derrière lui son adolescence. Mais voilà que le passé lui retomber soudainement dessus, arborant le visage fermé de Mock : quand un vieil ami, qui a tant fait pour vous, vous demande de lui rendre un service, un seul, comment refuser ? C’est ainsi qu’il se retrouve sur cette plage, en retrait, pendant que Mock répand les cendres de celui qui fut, bien des années auparavant, sans vraiment l’avoir voulu, l’hôte généreux de tout leur petit groupe d’adolescents en quête de liberté. Mais Emmanuel était bien loin de se douter que ces sombres retrouvailles auraient un arrière-gout rance d’adieux silencieux. Car quelques jours après être retourné à son quotidien routinier mais ô combien rassurant, voilà que Maud, la sœur de Mock, dont il était tellement amoureux, le contacte à son tour : Mock a disparu. Commence alors pour Emmanuel une véritable quête de la vérité, qui le conduit à faire face au passé, à découvrir ce qu’il n’avait même pas soupçonné …

Albédo, c’est un roman dans lequel on se plonge progressivement. Dans la plupart des récits, l’auteur fait attention à donner au lecteur suffisamment d’informations pour comprendre aisément le passé des personnages. Pas ici. Ici, les souvenirs se dévoilent petit à petit, telles des pièces de puzzle éparpillées que le lecteur doit de lui-même analyser, trier, organiser pour saisir l’enchevêtrement des événements passés … et leur implication sur le présent. Ici, tout tourne autour de cette dualité passé/présent : comment réagir lorsque le passé refait brusquement surface, alors que l’on pensait avoir définitivement tourné la page ? Les premiers chapitres sont captivants, mais terriblement difficiles à suivre : on ne comprend pas tout, on tâtonne, on fronce des sourcils en se demandant où cela va nous emmener. Et c’est ainsi pendant tout le livre : on fait des suppositions, on essaye de recoller les morceaux, on se fait surprendre, parfois. Bien souvent, j’ai douté de mes idées, avant de constater qu’elles n’étaient peut-être pas complétement absurdes, mais pas tout à fait vraies non plus … J’ai vraiment apprécié le fait de ne pas avoir toutes les cartes en main, même si plus d’une fois je me suis dit « non mais j’en peux plus j’veux comprendre maintenant ». C’est vraiment une des forces de ce livre : le lecteur n’est pas passif, il a vraiment un rôle à jouer, un rôle qui progressivement semble indispensable à l’intrigue : pour pouvoir en saisir toutes les subtilités, le lecteur doit réfléchir, doit faire l’effort de reconstituer un passé tout en clair-obscur.

Mais Albédo, c’est aussi et surtout une formidable histoire d’amitié : entre Emmanuel et Mock, entre Emmanuel et Maud, il y a une amitié véritable, une amitié qui résiste même au temps et à l’absence, et une amitié si forte, si profonde, et bah clairement, ça m’a donné les larmes aux yeux pendant une grande partie du livre. A travers une narration à la première personne aussi fluide que poétique, bien que parfois un peu déconcertante, on ressent une myriade d’émotions qui viennent résonner au plus profond de notre cœur : que l’on ait la chance ou non d’avoir des amis aussi fidèles, on ne peut que se laisser emporter par cette histoire d’amitié. Il faut dire que les personnages sont terriblement attachants : Emmanuel, un peu paumé, terriblement maladroit dans les relations sociales, porte pourtant l’intrigue avec une force insoupçonnée de tous y compris de lui-même. A côté, on a Maud, aussi fragile que forte, une jeune femme qui restera toujours la petite sœur de Mock, celle que Mock protège. Et Mock, d’ailleurs … Mock, c’est le mystère incarné, c’est celui que nul ne peut comprendre, l’électron libre et solitaire qui met véritablement en mouvement cette intrigue. A côté de ce trio, il y a Lison, la collègue d’Emmanuel, attentive mais impulsive, qui va soutenir Emmanuel en même temps qu’elle va le booster. J’aime beaucoup Lison, je l’admets volontiers, d’autant plus qu’au final, elle débarque un peu comme un cheveu sur la soupe, elle s’incruste là-dedans sans gêne, et je trouve ça particulièrement décalé par rapport à la tonalité si dramatique du reste du récit que je ne peux qu’approuver !

En bref, Albédo est un roman qui a su me surprendre, mais surtout, qui a su me faire dépasser mes premières appréhensions en me proposant un véritable condensé d’émotion et de mystère. Des personnages attachants liés les uns aux autres par des liens forts et complexes, un passé dont chacun détient un morceau de vérité et qu’il va désormais falloir reconstituer pour comprendre les agissements d’un d’entre eux avant qu’il ne soit trop tard, mais aussi une véritable réflexion sur la vie, l’amour, l’amitié … A travers ces quelques centaines de pages, l’auteur nous offre tout simplement d’accompagner le narrateur au cours d’une étape de son existence, d’une de ces étapes qui constituent à la fois un retour vers le passé et une passerelle vers l’avenir. Car tout est intimement lié dans une vie, et c’est ce que ce récit met en évidence : comment avancer lorsqu’on a oublié d’où on venait ? Aussi, pour ce roman empli de douceur et de poésie, je remercie vivement Sébastien Fritsch !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2017/07/albedo-sebastien-fritsch.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-14T11:06:27+01:00

Une fois encore, Sébastien Fritsch a su me faire sortir de ma zone de confort : après la belle découverte que fut Albédo, j’ai pris mon courage d’hypersensible chronique à deux mains et j’ai osé postuler pour recevoir cet ouvrage à la si jolie couverture mais à la thématique si difficile : la violence conjugale. Et clairement, je ne le regrette pas : contrairement à ce que je craignais un peu - parce que oui, ce n’est pas parce que j’ai osé franchir le cap que mes appréhensions s’étaient miraculeusement envolées -, cette thématique, bien que présente du début à la fin, est plus suggérée qu’autre chose. Les allusions sont là, suffisamment présentes pour qu’on ne les oublie pas, mais suffisamment évasives pour ne pas troubler les lecteurs les plus émotifs. C’est du grand art, que de réussir à faire comprendre au lecteur ce qui s’est passé sans le décrire vraiment !

Revenue sur les lieux de son enfance, Ariane se demande si elle a fait le bon choix : Marthe et Noël se souviendront-ils d’elle ? et surtout, pourront-ils et voudront-ils l’aider ? est-ce une bonne idée que de compter sur les fantômes de son passé pour l’aider à résoudre ses problèmes présents ? Ariane, la trentaine bien entamée, mère d’un petit garçon de sept ans taciturne et d’une petite fille de quelques mois à peine, fuit les coups d’un conjoint violent et ne sait vers qui se tourner pour trouver de l’aide. Au fil de cette quête, de cette fuite, Ariane va revivre son enfance et son adolescence, au gré des souvenirs et des réminiscences. « Si tu ne sais plus où tu vas, regarde d’où tu viens », nous dit un proverbe africain. Et c’est, finalement, ce que fait Ariane au cours de ce récit, dans lequel se mêlent et s’entremêlent passé et présent et dans lequel la peur constitue le point commun entre ses deux époques, celle des jeux effrayants mais exaltants et celle des angoisses sournoises et douloureuses.

Avec cet ouvrage, l’auteur nous propose un récit plus introspectif qu’autre chose, une sorte de parenthèse dans notre univers littéraire où l’action prend souvent le pas sur la psychologique profonde des personnages. Il y a bien quelques scènes durant lesquelles notre cœur bat à tout rompre, tandis que l’angoisse nous submerge, tandis que la tension monte brutalement d’un cran, mais en ouvrant ce roman, il ne faut pas s’attendre à une avalanche d’actions. Ce livre est surtout riche en émotions : ce récit, il vous prend aux tripes, il est d’une puissance incroyable. Car Ariane, qui est également la narratrice, nous livre sans la moindre retenue toutes ses angoisses, toutes ses peurs. Car la peur a toujours fait partie de sa vie : la peur de l’obscurité, la frayeur enfantine des jeux interdits, la crainte du rejet et de l’échec, et surtout, l’épouvante qui accompagne la simple pensée rattachée à son mari. J’en suis venue à me demander, bien avant que cela ne soit évoqué dans le roman, si Ariane ne cherchait pas inconsciemment à se plonger dans des situations anxiogènes pour entretenir cette peur : n’ayant connu que cela, n’aurait-elle pas peur d’une existence sans la moindre peur ?

Comme cela fut le cas pour Albédo, je pense qu’il y a deux éléments qui ont contribués à faire de cette lecture un coup de cœur. Tout d’abord, la plume de l’auteur. Je ne le répéterais sans doute jamais assez, mais Sébastien Fritsch a véritablement une plume d’or : à la fois très descriptive, suggestive, et très poétique, vivante. Il sait capter l’attention du lecteur malgré l’apparente lenteur et monotonie du récit, et on en vient ici au deuxième point. Le secret de Sébastien Fritsch pour retenir l’attention du lecteur du début à la fin, c’est tout simplement de ne pas tout dévoiler dès le début. Comparons donc la vie d’Ariane - et donc l’histoire que nous propose de découvrir ce livre - à un collier cassé que le lecteur doit réparer. A chaque flashback, le lecteur reçoit une perle. Mais il lui est tout bonnement impossible de déterminer avec précision où placer cette perle dans le collier avant d’avoir en sa possession toutes les perles, avant d’avoir visionné l’intégralité des souvenirs d’Ariane : ce n’est qu’à la toute fin qu’il sera capable de reconstituer le collier à la perfection. C’est brillant : malgré toutes mes suppositions, toutes mes hypothèses, il y a certains éléments de ce passé mouvementé que je n’aurai même pas pu imaginer ! Tout ne tombe pas tout cuit dans le bec du lecteur : il va lui falloir cogiter un peu pour remettre les morceaux en place et comprendre comment et pourquoi Ariane en est arrivé là aujourd’hui.

En bref, Se retenir aux brindilles (ai-je précisé que je trouvais ce titre magnifique ?) est un récit d’une grande richesse et d’une grande profondeur mené d’une main de maitre par une narration qui ne laisse pas le lecteur inactif. Outre son indispensable réflexion pour reconstituer le déroulement de l’existence d’Ariane, le lecteur est également invité à réfléchir sur lui-même : quelles sont les brindilles qui constitueront un jour le terreau des souvenirs sur lesquels il pourra s’appuyer pour affronter un présent trop difficile à supporter ? Nous avons souvent tendance à chercher les racines de notre existence, mais à quoi pourrons-nous nous raccrocher si par malheur un ouragan venait les déraciner ? Une brindille, une fois serrée dans le poing, ne pourra pas s’envoler loin de nous … Alors, quelles sont vos brindilles ?

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2017/09/se-retenir-aux-brindilles-sebastien.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-26T19:08:49+01:00

Jamais deux sans trois, dit le proverbe, et il a parfaitement raison : Sébastien Fritsch m’avait déjà offert deux merveilleuses lectures sortant complétement de ma zone de confort avec Albédo et Se retenir aux brindilles, et voici qu’il recommence avec L’expérience Cendrillon ! Dévoré en une après-midi, ce véritable page-turner m’a clairement fait comprendre que le thriller psychologique et moi, nous étions faits pour nous entendre. Sous ce titre mystérieux, dont le lecteur ne découvre la signification que très tardivement, se cache un roman palpitant, captivant, étourdissant, qui vous happe du début à la fin et ne vous laisse aucun répit. En ouvrant ce livre, préparez-vous à trembler au moindre craquement, à frissonner à la moindre inspiration, à frémir lorsque vient la nuit … Une fois plongé dans l’ambiance angoissante de ce récit, on peine à s’en détacher.

La fuite commence en pleine nuit, dans les bois qui entoure leur propriété, et elle n’est pas prête de prendre fin. Sans connaitre l’identité de ses poursuivants, sans savoir à qui elle peut se fier pour leur échapper, Milica ne sait qu’une seule chose : ils ont tué son mari, et cherchent à la tuer également. Soupçonnée de meurtre, la jeune femme ne peut compter que sur elle-même pour survivre, tandis que cette effrayante course-poursuite s’éternise. Parviendra-t-elle à semer ses mystérieux assaillants ? Finira-t-elle par comprendre comment les choses en sont arrivées là ? Pourra-t-elle, un jour, faire de nouveau confiance à quelqu’un … ou est-elle condamnée à se méfier du monde entier, même de ceux qu’elle aime plus que tout au monde ?

Il est très difficile de vous parler de ce roman sans risquer de vous en dévoiler trop. Car finalement, tout l’intérêt de ce récit, c’est de se laisser embarquer par son rythme endiablé, de se laisser surprendre par ses nombreux rebondissements et ses incroyables révélations. Pas moyen de s’ennuyer avec L’expérience Cendrillon : comme Milica, le lecteur est sans cesse sur le qui-vive, ne se demandant pas si quelque chose de terrible ou de surprenant va arriver, mais quand et quoi. On s’attache finalement tellement rapidement à la jeune femme qu’on s’inquiète terriblement pour elle, comme si on finissait par fusionner avec elle. Ses peurs sont nos angoisses, ses doutes sont nos incertitudes. L’auteur ne se contente pas de malmener sa personnage principale, c’est avant tout son lecteur qu’il cherche à embrouiller, à troubler, à surprendre. Sans cesse, il nous oriente vers de fausses pistes, jusqu’à ce que nous soyons parfaitement incapables de prédire le prochain revirement de situation. Jusqu’à la toute dernière phrase, il nous mène en bateau. Du génie !

Comme souvent chez Sébastien Fritsch, le lecteur est amené à se poser des tas de questions, sur lui-même, sur le monde. Pour ma part, je me suis tout d’abord demandé si, à la place, de Milica, j’aurai réussi à survivre. On ne va pas se mentir, la jeune femme a su faire preuve d’un sang-froid incroyable, malgré quelques moments de panique ou de découragement, elle est toujours parvenue à prendre des décisions raisonnées, à faire des choix efficaces. Cette capacité à faire preuve d’un tel discernement en dépit de la fatigue, du surplus d’émotions et de la peur viscérale, d’où vient-elle ? Est-ce la preuve de la force de caractère de ce personnage de fiction ? Ou bien est-ce, tout simplement, une sorte de réminiscence de nos instincts les plus primaires, ce même instinct qui conduit l’antilope à mettre en place des stratégies pour échapper aux prédateurs en anticipant le mode de fonctionnement de ces derniers ? La question est ouverte, vous avez quatre heures.

Mais ce thriller pose une autre question, à mes yeux plus difficile encore : celle de la confiance. La confiance peut se définir comme la « croyance en la valeur morale d’une autre personne, qui fait que l'on est incapable d'imaginer de sa part tromperie ou trahison ». Milica est exhortée par son mari à ne faire confiance à personne … Mais peut-elle réellement avancer en se méfiant de tout le monde, en considérant tout individu comme potentiellement dangereux, hostile ? Milica, malgré toute son intelligence et sa détermination, est incapable de se débrouiller totalement seule : il lui faut avoir confiance, même inconsciemment, en celui qui a élaboré les plans de la ville qu’elle cherche à traverser, en l’ouvrier qui a participé à la construction du moteur, en l’agriculteur qui dose les pesticides pour ne pas empoisonner les fruits et légumes … Sans cela, Milica serait condamnée à tourner en rond, à faire du sur-place, à mourir de faim. Il semble donc impossible de s’en sortir sans confiance en autrui … mais jusqu’à quel point devons-nous, pouvons-nous offrir cette confiance ? Voilà tout le terrible paradoxe que met en évidence ce roman : la confiance est une arme à double-tranchant, elle est indispensable à la vie humaine, sociale, mais elle peut à tout moment se retourner contre nous. Car la confiance peut être aveuglée, et se transforme alors en une menace d’autant plus grande qu’elle est totalement insoupçonnable … et insoupçonnée.

En bref, un livre captivant et palpitant qui vous fera trembler, frémir, sursauter. Coups de théâtre et révélations viennent rythmer cet ouvrage impossible à lâcher une fois commencé. Une course-poursuite à l’enjeu vital et à l’origine méconnue, dont le dénouement surprendra même les plus aguerris du genre. Vous qui détestez les intrigues trop prévisibles, réjouissez-vous, ce roman est fait pour vous ! C’est de plus toujours un véritable régal que de retrouver la plume de Sébastien Fritsch, cette narration vivante et vibrante, ce style légèrement cinématographique qui stimule l’imagination pour que celle-ci en fasse un véritable film intérieur. Vous l’aurez compris, L’expérience Cendrillon a été un véritable coup de cœur qui me conforte dans ma décision d’ouvrir mes horizons littéraires !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2018/01/lexperience-cendrillon-sebastien-fritsch.html

Afficher en entier

Dédicaces de Sébastien Fritsch
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Editions fin mars début avril : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode