Livres
443 522
Membres
379 127

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sorj Chalandon

634 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Lilou 2009-09-07T17:34:45+02:00

Biographie

Journaliste et écrivain français

[Média et Communication]

Né à Tunis le 16 mai 1952

Journaliste à Libération de 1973 à 2007, Sorj Chalandon a été dépêché sur tous les fronts : Liban, Iran, Irak, Somalie, Afghanistan... Son ascension au sein du journal le fait passer par tous les postes : il est d'abord dessinateur, monteur en pages, puis journaliste au service société, reporter, grand reporter, chef de service et enfin rédacteur en chef adjoint. Il reçoit le prix Albert Londres en 1988 pour ses couvertures de l'Irlande du Nord et du procès de Klaus Barbie. 'Le Petit Bonzi' est le premier roman de Sorj Chalandon. Sorti en 2005, le livre remporte un certain succès. L'écrivain recommence donc l'expérience un an plus tard avec 'Une promesse', marqué par un même style intimiste. Le journaliste décide d'aborder pour la première fois un fait politique et de passer un message de paix à travers son troisième roman, 'Mon traître' inspiré par trente ans de reportages sur l'Irlande. Avec 'La Légende de mon père', Sorj Chalandon interroge les mémoires collectives et individuelles. Lui qui s'est souvent pensé comme un entre-deux entre l'écrivain et le journaliste finit par conquérir une légitimité inattaquable comme auteur grâce à une oeuvre personnelle et intime.

Evene.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.05/10
Nombre d'évaluations : 183

2 Citations 136 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Sorj Chalandon

Sortie France/Français : 2017-08-16

Sortie Poche France/Français : 2018-08-22

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Laurien 2018-09-12T08:36:41+02:00
Le Quatrième Mur

Une histoire bouleversante portée par une écriture poétique magnifique. Ce roman est un hymne au théâtre, à la poésie et à la tolérance, célébrant la beauté des femmes et la force de l'amitié. La lâcheté du héros fait ressortir la grandeur d'Imane, personnage tragique à l'image d'Antigone, forte parce que faible qui fait peur aux autres, aux hommes qui usent de la force alors qu'elle n'a que des valeurs d'amour.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Spika 2018-09-26T14:25:42+02:00
La légende de nos pères

Ce livre commençait très bien, plutôt poétique, un sujet, la seconde guerre mondiale, qui me passionne, et une sorte de mélancolie et de regrets qui se dégageaient des pages, créant une excellente ambiance.

On suit un ex-journaliste reconverti biographe qui doit écrire les mémoires de résistance d'un vieil homme car sa fille n'attend que ça, bercée par ses souvenirs quand elle était enfant.

Cependant, ce biographe a eu son propre père résistant, et n'a jamais pu le questionner sur "sa guerre" avant sa mort, ce qui lui laisse toute cette empreinte de regret... Et va déclencher une véritable enquête journaliste sur les faits relatés par le vieille homme.

Même si les personnages manquent de reliefs, dit comme ça, ça donne envie ! Dommage que dans les faits, la fin fasse tout capoter, car on tourne autour du pot sur certaines révélations qui sont pourtant claires très rapidement, et ça tourne à la mesquinerie revancharde pour une fin en pétard mouillée. Dommage donc, car pendant une bonne moitié de livre, j'espérais.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Snake 2018-09-30T14:40:05+02:00
Le Quatrième Mur

J'ai été surprise par ma lecture. J'ai beaucoup aimé. C'est le premier livre de Sorj Chalandon que je lis alors cela a été une découverte. J'ai trouvé l'histoire intense, touchante, bouleversante. Je suis impatiente de lire d'autre livres de cet auteur (qui m'attendent dans ma pal)!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LeaCannelo 2018-10-05T10:59:26+02:00
Le Quatrième Mur

Le roman prend aux tripes et secoue car il y a des passages très forts. Cependant le style quelque peu boursouflé (il faut aimer) est lassant à la longue. Il convient, certes, bien au personnage principal qui se cherche une révolte pour vivre, qui est exalté mais cela donne aussi, un aspect artificiel au texte.

De même, les passages qui concernent Antigone sont trop explicatifs, trop scolaires pour ceux qui connaissent cette magnifique pièce.

Au moins cela donne envie de relire Anouilh

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rebillard 2018-10-08T18:46:53+02:00
Mon traître

Très bon (et beau) livre, écrit avec beaucoup d’intelligence pour raconter sur une longue période (1976-2006) l’histoire d’un jeune parisien tombé sous le charme de Belfast et des irlandais catholiques. Il se lance à corps perdu dans sa passion, parle, s’habille, mange, boit irlandais et ne vit que pour des allers-retours entre Paris et Belfast. Les amis qu’il côtoie constituent une famille de substitution. La suite logique est son engagement pour la cause et la chute en sera d’autant plus dure que son mentor et héros s’avère être une taupe des services britanniques depuis 25 ans.

L’auteur décrit cette époque irlandaise comme s’il l’avait vécu personnellement. Ce livre est rugueux et froid, comme les hommes et les femmes qui souffrent de la misère et qui se battent pour leur identité. J’ai beaucoup aimé, les rapports humains, la fragilité de ceux-ci…Excellent roman

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Snake 2018-10-24T12:06:49+02:00
Retour à Killybegs

Après avoir lu Le quatrième mur je me suis lancé dans celui ci que j'ai bien aimé mais pas autant que je le pensais. J'ai fais beaucoup de pauses dans ma lecture parce que je décrochais de l'histoire. Cependant j'ai quand même bien aimé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julie1991 2018-10-30T15:12:05+01:00
Le Quatrième Mur

Très bon roman de Sorj Chalandon que je découvrais par la même occasion; intrigue qui se passe essentiellement au Liban autour de la pièce de théâtre Antigone - on avance dans ce livre comme dans une tragédie avec les drames et les bombardements aériens. Un récit très prenant et très troublant jusqu’à la fin. Ce roman est magnifique par la dualité entre un projet de pièce de théâtre et des événements de guerre au Liban. Très bel exercice.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DimitiV 2018-10-30T23:09:45+01:00
Le Jour d'avant

J'aime beaucoup le style de Sorj Chalandon. J'ai découvert l'auteur grâce à son roman "profession du père" qui m'avait bouleversé. Ici, la description de la vie de mineur est très précise, et forcément terrifiante. A cette vie très difficile se rajoute la dangerosité du métier, et le risque de coup de grisou.

L'auteur raconte la vengeance d'un frère, d'un fils; vengeance contre la mine qui a détruit sa famille. Cette vengeance, soigneusement préparée, survient quelque quarante ans plus tard.

C'est alors que le lecteur que je suis a été dérouté. Un retournement de situation, parfaitement inattendu (pléonasme !), m'a pris de court, et je n'ai plus su que penser de cette histoire.

Si ce roman explore les profondeurs du subconscient dans la deuxième partie, il reste avant tout un bel hommage aux hommes ayant parfois payé de leur vie d'avoir travaillé à la mine .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Totopinette 2018-11-13T23:34:28+01:00
Le Jour d'avant

La claque littéraire, c’est ce roman ! La couverture n’est pas engageante, les avis dithyrambiques effraient ... Et pourtant, c’est LE roman à lire. Véritablement !

Quels personnages incroyables, quelle triste histoire, quelle palette de sentiments ... J’en reste bouleversée. L’histoire est dramatique et pourtant si belle. Belle grâce aux sentiments qui lient Michel à Joseph. Une complicité à faire pâlir plus d’une fratrie. Que je les ai aimé ... Que j’ai rêvé d’être leurs petite sœur aimée ... Je les ai entièrement adopté. Ils étaient devenus, en l’espace de quelques pages, des membres de ma famille. J’ai pleuré Joseph et encouragé Michel dans son dessein de vengeance. Il devait venger cet aîné ... Il le fallait ! C’est rare qu’une histoire me transporte autant ... L’écriture douce et juste de l’auteur n’y est pas pour rien. Son récit n’ajoute pas d’horreur à l’inqualifiable. Ses mots sont parfaitement choisis ... Comme si la langue française avait été inventée dans le seul but de raconter cette tragédie sur fond de fait historique. Car oui, la catastrophe de Liévin a bien eu lieu. Oui, quarante-deux mineurs y ont trouvé la mort, passant d’un trou à un autre. Oui, le capitalisme a gagné la guerre ! Le capitalisme a oublié qu’il n’employait pas des robots mais des vies humaines ... Navrant !

L’hommage ici rendu le semble, à moi, efficacement rendu. Grâce à l’auteur, la catastrophe a été rendue public au pays. Si j’étais une descendante de mineurs, j’aurais apprécié une telle œuvre. Une œuvre qui rend à ces victimes leur humanité. Humanité qui leur avait été volée par l’Etat.

L’auteur, en plus de nous émouvoir, se paie le luxe de nous surprendre. Il nous surprend alors qu’on ne le demandait même pas. C’est une véritable réussite. Jamais je ne me suis douté de ce retournement de situation. Je me suis laissée manipuler ... Parce que personne ne doute du malheur. L’évocation de tels drames manipule la naïveté des êtres dotés d’empathie.

J’ai pris mon temps pour lire ce roman. Je m’en suis délecté ... pages après pages. Sans jamais m’ennuyer, sans jamais m’en lasser. J’ai été émue, parfois jusqu’aux larmes. J’ai été en colère, de nombreuses fois. J’ai été conciliante. J’ai été compréhensive. J’ai été, je le pense, humaine, en achevant ce roman. Comment ne pas l’être ? Et maintenant, je sais que j’en resterais bouleversée. Je sais aussi que jamais je n’oublierais cette œuvre, ni les victimes des mines ... Ceux dont on parle si peu ... Ceux qui semblent oubliés ... Grâce à Sorj Chalandon, ils continueront à vivre à travers nos mémoires. Et si je venais à oublier certains passages, je les relierai jusqu’à les graver en mon esprit. Ouvrez ce roman, et faites connaissance avec ce monde ouvrier et ces braves mineurs. Ouvrez ce livre pour vous souvenir d’eux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2019-01-03T10:19:18+01:00
La légende de nos pères

Ce n'est pas "l'histoire de nos pères" qui serait un roman historique héroïsant les combattants de la Résistance, racontant de façon épique l'assassinat d'un soldat allemand ou les sabotages des trains dans une nouvelle bataille du rail.

Le Narrateur ne se situe pas de l'histoire - même s'il cherche des preuves, des sources, dans les archives, mais de celui de la mémoire. L'histoire est la science qui cherche la vérité objective du passé, tandis que la mémoire est une re-création, un processus de sélection subjective des faits, propre à chaque individu ou à chaque groupe. C'est ce qu'a fait toute sa vie Beuzaboc, qui s'est décrit en héros pour plaire à sa fille.

Plus que la vérité brute, c'est le désir de transmettre qui est important, de transmettre par amour. Car l'amour paternel et l'amour filial sont aussi au coeur du roman, l'autre partie du titre. Le Narrateur écrit en pensant à son père qui ne lui a jamais parlé, son père qui est mort d'amour pour son premier fils. Lupuline rêve que son père soit un héros, et Beuzaboc veut lui offrir la vérité. Le mensonge est-il donc mensonge lorsqu'il est fait par amour pour une petite fille ?

Mais le titre n'est pas "la mémoire de nos pères", mais la légende, au sens latin de "ce qui doit être lu". Puisque le roman est une legenda, un récit. L'écriture est donc le troisième thème du roman.

Un beau roman donc, émouvant, porté par de grandes qualités de style, et avec de très belles réflexions, qui culminent dans la scène finale d'une grande tension.

Afficher en entier

Dédicaces de Sorj Chalandon
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Grasset : 7 livres

LGF - Le Livre de Poche : 5 livres

Livre de : 1 livre

Marabout : 1 livre

Futuropolis : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode