Livres
486 075
Membres
475 869

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Steven Erikson

99 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

Classement dans les bibliothèques

Diamant
68 lecteurs
Or
49 lecteurs
Argent
9 lecteurs
Bronze
14 lecteurs
Lu aussi
6 lecteurs
Envies
257 lecteurs
En train de lire
16 lecteurs
Pas apprécié
14 lecteurs
PAL
158 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.18/10
Nombre d'évaluations : 44

0 Citations 19 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Steven Erikson

Sortie France/Français : 2019-10-18

Les derniers commentaires sur ses livres

Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Contrairement à ce que dit Steven Erikson dans sa préface, on peut lire son roman sans l’adorer ou le détester, juste en l’appréciant avec ses qualités et ses défauts. Il peut être complexe d’y entrer, c’est un fait, mais il n’est pas plus chargé en intrigues ou en personnages qu’un autre ouvrage du genre, basé sur l’assemblage des petites histoires, des conflits internes, des trahisons et des alliances à l’origine de la Grande Histoire d’un monde. S’il a quelques petits défauts, il faut reconnaître qu’il maîtrise son sujet, avec un rythme adapté, de jolies descriptions, des protagonistes de tout bord non manichéens, de la magie qui déchire le ciel et la terre, et des combats de dragons (tout le monde aime les combats de dragons ^^).

Chronique complète : https://bulledeleyna.wordpress.com/2019/01/23/chronique-litteraire-le-livre-des-martyrs-t1-les-jardins-de-la-lune-de-steven-erikson/

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Vu tout l’engouement autour de ce livre je n’avais qu’une hâte, le lire, l’adorer et en faire mon prochain podcast en m’enfilant la suite….j’ai dû revoir mes ambitions à la baisse, j’ai trainé tel un petit escargot asthénique tellement cette lecture est complexe et clairement le T2 devra attendre (il est encore plus gros et le T3 est pire ^^) :

Préface à lire absolument avant de commencer :

Dès la préface, l’auteur nous met dans le bain, son monde est complexe, il a énormément eu de mal à le vendre à un éditeur, beaucoup lui ont proposé de revoir sa copie en faisant moins ambitieux et Steven Erikson a tenu bon dans ses idées, oui sa saga est ambitieuse et le restera. Il nous prévient d’emblée, soit on déteste et le livre nous tombera des mains au premier tiers, soit on adore et on le suivra jusqu’au bout. Voilà voilà ^^ J’étais prévenue, le premier tiers est ardu et pas qu’un peu…Pour la simple et bonne raison que tu es jeté dans l’arène sans aucune mise en situation, paf, comme ça, tu sais pas nager pas grave c’est comme ça qu’on apprend, donc oui tu t’accroches à ton slip de bain mais…ça vaut le coup ^^

L’intrigue :

A part un léger prologue qui nous introduit l’ambition du jeune Ganoes Paran, on se retrouve rapidement à Pale, après 3 ans de siège par l’armée Malazéenne au bord de la mutinerie. Malaz est un empire gourmand, il vole de conquête en conquête et continue de s’étendre dans la guerre et la soumission de pays de plus en plus lointains. L’armée est épuisée et plus les frontières s’étendent plus elles deviennent fragiles, les opprimés grondent également.

Bref, quand on démarre on se retrouve avec plusieurs personnages du même bord car faisant partie de l’empire mais on se rend rapidement compte qu’il y a des dissensions internes et que l’ennemi n’est pas forcément en face.

Voilà 9 ans que l’Impératrice Laseen a pris le pouvoir en tuant l’ancien empereur et pour obtenir le contrôle total de son armée, elle intrigue pour faire mourir plusieurs de nos héros, anciens compagnons de l’Empereur qui pourraient bien toujours lui être fidèles. C’est de cette façon qu’on suit les aventures des Brûleurs de Ponts, de la Cadre de Mages Loquevoile et du Commandant Dujek Unbras. On suivra également les intrigues politiques de la dernière ville libre de Genabackis, attirant la convoitise de l’Impératrice Laseen, le Darujhistan.

Les personnages :

Au niveau des personnages il y a foule certes mais certains personnages tirent tout de même leur épingle du jeu :

Du côté de l’Empire Malazéen :

Nous avons les Brûleurs de Ponts qui ont pour rôle de saper les fondations des remparts, quand ils apparaissent à Pale cela faisait 3 ans qu’ils étaient dans les tunnels pour fragiliser ses murs, ils étaient les favoris de l’ancien Empereur. Malgré la taille de l’équipe, 4 sont à retenir, le Sergent Mésangeai, Kalam l’ancien guerrier de la Griffe, le mage Ben le Vif qui est très puissant et maîtrise de curieux pouvoirs et la recrue qui met tout le monde mal à l’aise à commencer par ses équipiers, Mes Regrets, on sait qu’elle est possédée par une Voyante puis par un dieu, c’est un pion. Ils sont toujours envoyés dans les pires situations et se doutent des intentions de Laseen à leur encontre.

Loquevoile et Toupet font partie du Cadre de mages, Lo est la cheffe du Cadre, elle se méfiera du Grand Mage Tayschreen envoyé à Pale pour les aider à vaincre la cité mais les méthodes employées vont décimer les rangs de l’armée de l’Unbras ainsi que du Cadre, Lo et Toupet seront les seuls survivants, quoi que pour la survie de Toupet, Ben le Vif se servira d’une magie oubliée depuis 1 000 ans, le transfert d’âme. Toupet habitera un pantin de bois et son esprit déjà au bord de la folie deviendra effrayant même pour son créateur.

Dujek Unbras, commandant de l’armée malazéenne était pressenti comme héritier par l’ancien Empereur et son armée de 10 000 soldats lui est entièrement dévouée, il n’a qu’un mot à dire pour que la mutinerie soit effective. Laseen le sait, son Adjointe, Lorn est envoyée à Pale avec le Commandant Paran qui devra diriger les Brûleurs de Ponts et neutraliser Mes Regrets. Quand Dujek apprend par la bouche de Lorn quels seront les renforts et où, il sait qu’il y a anguille sous roche.

Du côté du Darujhistan :

Dans cette ville, la pègre règne en maître ainsi que les nobles du Conseil. Le repaire du menu fretin s’appelle l’Auberge du Phénix et on y retrouve régulièrement nos héros, Crokus Jeunemain un adolescent cambrioleur et pickpocket, Kruppe un intrigant petit homme rond qui parle de lui à la 3ème personne du singulier et dont le secret sera éventé en fin de tome, Rallick Nom un assassin de la Guilde qui cherche à venger l’honneur bafoué de son ami Coll avec l’aide de Murillio un courtisan. On suit également les rencontres de l’alchimiste Baruk qui cherche à sauvegarder la paix et s’allie au Seigneur Sangdelune, Anomander Rake.

Il y a également des dieux et pleins de races différentes qui sont évoquées ou qui ont un rôle plus ou moins important au fur et à mesure de l’intrigue.

Une lecture ardue :

On ne se lance pas dans Les jardins de la Lune sans avoir un bon bagage fantasy derrière soi, autrement bon courage. Pour une oeuvre ambitieuse on est dans le haut du panier. Le fait d’être balancé directement dans l’intrigue sans rien savoir des tenants et aboutissants, les personnages ne sont jamais présentés directement ni même la situation politique, tout est installé au fur et à mesure des conversations entre les protagonistes et leurs souvenirs d’un passé plus ou moins lointain. Alors ce n’est pas un procédé innovant mais il y a énormément d’informations à assimiler, des questions qu’il faudra savoir soulever car ne sont pas forcément traiter dans ce tome. Il y a une fin pour l’intrigue qui concerne le Darujhistan et une ouverture avec une lointaine guerre sainte qui se profile.

L’âge des personnages est peu commun, certains ont 100 ans, 1 000 ans et même 100 000 ans pour Anomander Rake. Les dieux viennent mettre leur grain de sel dans l’échiquier du monde histoire de rajouter un peu de bazar sous différentes formes, directement incarnés dans le monde, par possession ou par le truchement d’un artéfact.

L’armée d’Unbras est alliée avec un peuple volant, les Moranths. Ils sont toujours couverts d’une armure, le visage invisible plongé dans les ombres et chevauchent des créatures volantes, ils me font penser aux Nazguls dans le Seigneur des anneaux. Il y a également les T’lan Imass des guerriers zombies qui ont l’air d’avoir une sacrée importance mais je pense qu’ils auront plus de place dans un autre livre.

Le système magique par Garenne comprendre des lignes d’énergie maitrisées par les mages est très riche. Les Garennes peuvent servir à lancer des sorts extrêmement puissants, à se protéger mais aussi à se téléporter d’un point à un autre pour couvrir un maximum de distance en peu de temps mais certaines Garennes anciennes proches du Chaos sont à éviter au risque de s’y brûler les ailes et surtout l’esprit comme Toupet.

Si une saga qui met en avant des créatures humanoïdes et des dieux vous intéresse tout en étant abordable aux novices, je vous conseille La Belgariade de David et Leigh Eddings.

En bref, j’ai peiné sur cette lecture et même si je n’étais pas à fond pendant un moment, arrivée au Darujhistan j’étais déjà plus intéressée et Kruppe m’a beaucoup amusé, apportant une touche de légèreté bienvenue dans toute cette noirceur. Cette saga compte 10 tomes, le 3ème vient de sortir et le 4ème est déjà prévu pour cette année, c’est une affaire rondement menée. Je lirai forcément la suite mais j’ai besoin de me remettre en lisant plus léger d’abord, on verra cet été.

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Ce roman à été une vraie claque pour moi du début jusqu'à la fin.

L'univers est riche et extrêmement détailler, les personnage sont nombreux c'est vrai et si il est dur de s'y retrouver au départ cela n’enlève rien au plaisir de les suivre ni à la curiosité d'en apprendre toujours plus à leur sujet.

La manière dont l'auteur raconte son histoire et son univers peut paraître déroutante et je comprends parfaitement que certains n'accrochent pas au style de l'auteur, les personnages se mélangent et de nouveaux arrivent sans crier gare mais tous contribuent d'une manière ou d'une autre à l'avancement des événements.

Le roman nous emmène dans le monde créer par Steven Erikson comme si on lui était déjà familier ou que l'on était un des nombreux personnages qui y évoluent. On ne nous explique pas grand chose et en un sens c'est tant mieux comme ça. On pourrait penser qu'une telle manière de raconter une histoire nous ferme ses portes mais il n'en ai rien.

Cette lecture à été "fascinante" à bien des égards et il me tarde de lire la suite.

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 2 : Les Portes de la maison des morts

Une sacrée brique que j’ai savourée

Je n’ai pas beaucoup plus de choses à dire que ce que j’avais écrit sur le tome 1 mais je tenais à rappeler que je trouve cette saga est vraiment géniale et mérite d’être lue et enfin publié jusqu’au bout.

Ça continue à se complexifier mais on est bien dans cet univers. On ne sait pas où on va ni avec quel personnage mais on y va et ça c’est gage d’univers réussi.

Juste un point : Félisine qu’elle m’agace bon sang. Mais j’ai adoré voir mon opinion changé à son sujet au fur et à mesure. Autant on voit souvent un personnage qui rebute au départ qui fini par être attachant autant l’inverse n’est pas fréquent et là c’est bien le cas.

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Pas évident de présenter cette histoire, tellement elle est foisonnante. On est dans un monde où l'empire malazéen est en pleine conquête du reste de la planète mais aussi en pleine tentative d'épuration des ses plus anciens soldats au cas où ils soient fidèles à l'empereur précédent. En toile de fond apparait peu à peu un complot bien plus complexe faisant intervenir des forces anciennes (dieux, anciennes races habitant ce monde…) et le mélange de tout ça marche terriblement bien.

Le monde a été construit de manière très précise et sans rien laissé au hasard. Tout a été pensé pour être cohérent : histoire du monde, sytème de magie, géographie, géologie, psychologie des personnages, base de la civilisation assexiste…

Le livre des martyrs est une saga de fantasy épique dense, fun, maitrisé, en bref génial si on ose s'y frotter et accepter que tout ne nous sera pas donner sur un plateau. On entre dans l'histoire sans faciliter scénaristique, directement dans l'action avec des personnages qui eux connaissent leur univers. On n'apprend pas avec des scènes d'exposition (pas d'amnésique ou de voyageur… à qui on présente les caractéristiques du pays) mais en observant. Il faut donc accepter d'y entrer sans tout comprendre. de mon point de vue ça permet d'avoir tout peu à peu sans avoir à tout assimiler au départ mais c'est ça peut être déroutant comme choix d'autant que les points de vue sont nombreux.

Niveau écriture/traduction c'est très bien écrit, c'est beau. Il y a un travail de style assez poussé avec un résultat très réussi tout en restant fluide.

Niveau univers, le système de magie, les garennes, sont assez compliqués à appréhender mais laisse percevoir beaucoup de perspectives. Et pour finir sur un point encore plus positif que les précédents : pas de sexisme dans cet univers, pas de princesse objet à aller sauver et ça fait plaisir, pas de soucis d'autorité si on dépend d'une cheffe… Cette idée est tellement intégrée dans l'univers que régulièrement on ne sait pas si le personnage est un homme ou une femme et on s'en fiche et ça fait du bien.

Gros coup de coeur pour ce tome 1 j'espère que l'on aura toute la série cette fois. Merci aux éditions Léha et à babelio pour cette lecture et cette rencontre très intéressante.

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Ouf c'est fini :) alors oui c'est très bien écrit. certaines scènes sont grandioses et entrainent le lecteur dans l'action mais le parti pris de l'auteur de jeter ses lecteurs dans la mélée en espérant qu'ils flottent ne me convient pas. J'ai besoin de créer des liens qui gagnent en consistance avec les personnages et l'univers. Bref j'y reviendrai peut être mais pour l'instant je ne poursuivrai pas l'aventure.

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Imaginez une guerre, qui semble durer depuis des temps immémoriaux, permettant à l’empire malazéen de s’étendre toujours plus. Et le lecteur est immergé dans cette guerre dès les premières pages, rencontrant des guerriers désabusés. L’auteur ne perd pas de temps, nous plonge dans son univers sombre, violent, aux côtés de personnages parfois cyniques. La magie présente ici est complexe et franchement très originale, les sorciers se servant de différentes « garennes », et même les dieux se mêlent aux conflits, chacun pour tirer avantage, ajoutant encore de la complexité aux situations.

Ici, pas de notion de bien ou de mal, le récit est non manichéen. L’univers, les situations, les personnages, tout n’est qu’ambiguïté. Chacun sert sa cause. Et comme le roman est tentaculaire, on découvre peu à peu les relations entre les personnages, les alliances qui les unissent, les complots qui les opposent. Steven Erikson a fait un travail en amont formidable pour parvenir à gérer de manière si parfaite son monde et les différents peuples qui y évoluent. Tout est d’une incroyable fluidité, malgré le nombre assez conséquent de personnages que nous suivons, le nombre d’intrigues qui s’entremêlent. L’auteur fait le choix de rendre tous ses personnages importants, de les mettre tous sur le même plan. Cela permet au lecteur de suivre l’action depuis différents points de vue, de mesurer toute la complexité des situations, des relations.

Sensation toute personnelle, la cité de Sangdelune, régie par Anomander Rake, m’a fait penser aux cités de Néthéril des Royaumes Oubliés, un des décors de campagne de Donjons et Dragons. Du coup, je vois Anomander Rake comme un des puissants sorciers néthérisses. Ah! L’influence du jeu de rôle! ^^

C’est tout simplement une magnifique fresque fantasy. Certaines questions restent longtemps sans réponse, mais ces dernières finissent toujours (ou presque ? ) par arriver. Dès les premières pages, j’ai trouvé cela original et addictif. Steven Erikson parvient à apporter un nouveau souffle à la fantasy, et c’est sublime. Foncez, cette série promet d’être une véritable merveille! Pour ma part, la suite m’attend déjà!

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 2 : Les Portes de la maison des morts

Après un tome 1 qui m'avait un peu intimidée par la renommée de “difficulté” du cycle et qui m'avait finalement vite plu sans être un coup de coeur, je m'attendais à apprécier le tome 2. Et là patatras ou je-ne-sais-quelle onomatopée de votre choix. Rarement une lecture a été si dure à finir. Une vraie corvée. Je ne comptais pas les chapitres, ni les pages jusqu'à la fin. Je comptais les paragraphes. J'ai mis près de trois mois à le terminer, et je l'aurais sans doute abandonné si je n'avais pas déjà le tome 3 sous la main (j'en entends tellement de bien, je fonde beaucoup d'espoirs dessus!).

Pourquoi ? J'en sais trop rien...

Si Les portes de la maison des morts fait suite chronologiquement aux Jardins de la lune, on saute d'un continent à un autre, passant à une nouvelle intrigue et cela m'a peut-être trop destabilisée. Pourtant, je n'avais eu aucun mal à être catapultée dans un lieu inconnu, dans une guerre inconnue dans le tome précédent.

Je n'ai pas accroché aux nouveaux personnages, seuls ceux déjà présents dans Les jardins de la lune, comme Kalam, Violain ou Apsalar ont attiré mon attention. Duiker m'a laissée froide, Coltaine était intéressant par sa ténacité mais les passages sur la chaînes des chiens m'ont parus interminables, Félisine donne envie de lui éclater la tête à coups de brique et j'ai tellement peu accroché aux chapitres de Mappo et d'Icarium que je ne comprenais parfois même plus ce que je lisais.

L'écriture qui me semblait fluide dans le tome 1 me paraissait lourde, et j'ai souvent buté sur les mots.

Il m'a fallu plus de 300 pages pour entrer un peu dans l'histoire (disons le gros orteil, quand il fait trop froid à la piscine), mais même alors, ma lecture est restée laborieuse.

Paradoxalement, je n'ai pas eu l'impression que ce roman était mauvais. Je suis juste passée à côté.

Afficher en entier
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune

Une incroyable surprise qu'à été ce livre. Pourtant cela faisait un sacré temps qu'il était dans ma PAL. J'ai sauté le pas et j'ai beaucoup aimé. L'univers est convaincant avec son histoire forte et ses milliers de paysages. On est très vite pris par l'intrigue, j'ai été un peu perdue avec tout ces personnages mais au final, on si fait. Je lirais à l'occasion la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sandycot 2019-11-02T16:28:48+01:00
Réjouissez-vous

Superbe découverte ou comment apprendre une grande leçon d'humanité et repenser notre manière d'habiter la terre ! A lire d'urgence. Dans la grande lignée de SIECLE BLEU de Jean-pierre Goux.

Afficher en entier

Dédicaces de Steven Erikson
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Editions Leha : 4 livres

Calmann-Lévy : 3 livres

Tor Books : 1 livre

L'Atalante : 1 livre

Buchet-Chastel : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array