Livres
472 813
Membres
445 942

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tahar Ben Jelloun

722 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par ninanina 2010-01-19T22:37:09+01:00

Biographie

Tahar Ben Jelloun est l'écrivain marocain le plus célèbre aussi bien au Maghreb qu'en Europe. Il s'est fait connaître par un premier récit, Harrouda (1973), que certains ont considéré comme un roman à scandale. Depuis le prix Goncourt qui lui a été décerné en 1988, il jouit d'une grande notoriété.

Les débuts de la carrière de Tahar Ben Jelloun (né a Fès en 1944) sont d'abord consacrés au journalisme. Dès 1971, il collabore à divers journaux marocains, avant d'apporter une collaboration assidue au journal français Le Monde. De formation philosophique, il présente son Doctorat de 3è cycle en psychiatrie sociale : son essai La plus haute des solitudes (1977) est issu de cette thèse. Il a maintenu un contact régulier avec le public maghrébin grâce à la chronique hebdomadaire qu'il donne depuis 1983 sur les ondes de Médi I.

L'existence de l'écrivain se partage entre Paris et Tanger (où il a élu domicile depuis qu'il a quitté Fès en 1955). Il est de plus en plus sollicité par les mass-media occidentaux pour toutes les questions en rapport avec le monde arabe, et plus spécialement les problèmes concernant les communautés immigrées, problèmes qui retiennent son attention depuis les débuts de sa carrière.

Le public s'est parfois montré réticent devant l'audace de ses écrits ; les universités, en revanche, ont consacré de nombreux travaux à son œuvre qui constitue maintenant une référence obligée.

L'œuvre de Tahar Ben Jelloun côtoie le conte, la légende, les rites maghrébins, les mythes ancestraux... L'originalité de Ben Jelloun réside dans son art de saisir tous les aspects de la tradition et de la culture maghrébines en une symbiose singulière avec la vie au quotidien et les problèmes sensibles de la société. D'où une écriture qui dérange par ses modalités et ses thèmes privilégiés, parce qu'elle met en scène des sujets tabous ou des êtres exclus de la parole. Enfance saccagée, prostituée, immigré, fou combien sage, homme-femme, et tant d'autres figures livrées à l'errance peuplent l'univers romanesque de Ben Jelloun.

Ces personnages, refoulés dans le silence ou l'indifférence, font émerger un langage interdit, en relation avec le corps, la sexualité ou le statut de la femme. Ce qui est souvent irritant pour le lecteur conformiste, d'autant plus que celui-ci est confronté aux pièges d'une écriture chaotique : écriture du leurre et de la discontinuité, qui rend le récit impossible. En effet, dès les premiers romans, et plus particulièrement Harrouda (1973) et Moha le fou, Moha le sage (1978), on se heurte non seulement à la violence érotique de la mise en spectacle du corps féminin, mais aussi aux difficultés d'une écriture complexe qui brouille l'interprétation. Cependant, avec La Prière de l'absent (1981) et L'Enfant de sable (1985), les romans de Ben Jelloun retrouvent un caractère plus sécurisant, en redevenant plus conformes au schéma du roman traditionnel, du moins en apparence.

Ce qui, au-delà de la violence du langage érotique, peut expliquer certains blocages chez le lecteur maghrébin, c'est sans doute la distance prise avec le réalisme romanesque. Le public marocain des années 1950-1970 attendait de l'écrivain qu'il soit le témoin "engagé" de son époque. Si Tahar Ben Jelloun prend comme "personnages" les figures de l'immigré, de la prostituée ou du fou, ce n'est point pour reproduire les schémas littéraires familiers. Ses personnages qui viennent du conte, de la légende ou du mythe, n'existent que dans un monde imaginaire. Ses récits se laissent gouverner par les désordres de la mémoire et l'insubordination de l'imagination.

Les premières publications de Tahar Ben Jelloun avaient été des poèmes : L'Aube des dalles et Homme sous linceul de silence (Casablanca, 1971). Il est resté fidèle à cette inspiration poétique dans Cicatrices du soleil (1972), Le Discours du chameau (1976), Les amandiers sont morts de leurs blessures (1976), A l'insu du souvenir (1980), La Remontée des cendres (1991). L'ensemble des poèmes de Tahar Ben Jelloun a été repris dans un volume de Poésie complète (1995).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
126 lecteurs
Or
217 lecteurs
Argent
198 lecteurs
Bronze
156 lecteurs
Lu aussi
246 lecteurs
Envies
213 lecteurs
En train de lire
23 lecteurs
Pas apprécié
56 lecteurs
PAL
215 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.27/10
Nombre d'évaluations : 128

13 Citations 124 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Tahar Ben Jelloun

Sortie France/Français : 2018-02-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par fredmerck 2019-02-11T18:52:23+01:00
Au pays

Au pays raconte l'histoire de Mohammed, immigré marocain, arrivé en France en 1962, à cette époque où les recruteurs venaient chercher des travailleurs directement dans leur village du Maghreb. Mohammed a travaillé toute sa vie dans la même usine. A un moment, il a fait venir sa femme, a élevé ses enfants en France. Chaque été, il retournait au bled. Sa vie était réglée, millimétrée. L'arrivée à la retraite, "l'entraite" comme le dit Mohammed, est un crève-coeur pour lui. Le lecteur est ainsi amené à suivre le cheminement de ses réfléxions, sur se percéption de la société française, sur l'islam et ses dérives, sur ses enfants qui, selon lui, renient leurs racines marocaines. Mohammed se retrouve perdu par cette retraite qu'il subit. Il décide alors de retourner au pays construire une maison, sa maison.

Dans la vraie vie, je suis assistante sociale et j'interviens auprès de familles concernées par une mesure d'aide sociale à l'enfance, une Action Educative à Domicile. Les tourments de Mohammed ne me sont pas inconnus et ont fait écho à ce que me racontent parfois des parents concernés par le déracinement, cette difficulté de faire racine, quand le pays n'est plus tout à fait celui d'origine et n'est pas tout à fait non plus celui d'accueil. L'écriture de Tahar Ben Jelloun, toujours aussi ciselée, confère une vraie poésie aux réfléxions de son personnage, un homme coincé dans ses souvenirs, ses représentations, et qui n'a plus le carcan rassurant de son travail pour se maintenir.

J'ai eu un peu de mal avec la connotation fantastique de la fin du livre et le monologue de Mohammed m'a paru un peu lassant par moment. Néanmoins, quand on lit du Tahar Ben Jelloun, il est possible de se laisser porter par son style et on passe toujours un bon moment de lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fredmerck 2019-02-11T21:03:52+01:00
Au pays

Au pays raconte l'histoire de Mohammed, immigré marocain, arrivé en France en 1962, à cette époque où les recruteurs venaient chercher des travailleurs directement dans leur village du Maghreb. Mohammed a travaillé toute sa vie dans la même usine. A un moment, il a fait venir sa femme, a élevé ses enfants en France. Chaque été, il retournait au bled. Sa vie était réglée, millimétrée. L'arrivée à la retraite, "l'entraite" comme le dit Mohammed, est un crève-coeur pour lui. Le lecteur est ainsi amené à suivre le cheminement de ses réfléxions, sur se percéption de la société française, sur l'islam et ses dérives, sur ses enfants qui, selon lui, renient leurs racines marocaines. Mohammed se retrouve perdu par cette retraite qu'il subit. Il décide alors de retourner au pays construire une maison, sa maison.

Dans la vraie vie, je suis assistante sociale et j'interviens auprès de familles concernées par une mesure d'aide sociale à l'enfance, une Action Educative à Domicile. Les tourments de Mohammed ne me sont pas inconnus et ont fait écho à ce que me racontent parfois des parents concernés par le déracinement, cette difficulté de faire racine, quand le pays n'est plus tout à fait celui d'origine et n'est pas tout à fait non plus celui d'accueil. L'écriture de Tahar Ben Jelloun, toujours aussi ciselée, confère une vraie poésie aux réfléxions de son personnage, un homme coincé dans ses souvenirs, ses représentations, et qui n'a plus le carcan rassurant de son travail pour se maintenir.

J'ai eu un peu de mal avec la connotation fantastique de la fin du livre et le monologue de Mohammed m'a paru un peu lassant par moment. Néanmoins, quand on lit du Tahar Ben Jelloun, il est possible de se laisser porter par son style et on passe toujours un bon moment de lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bloodymarie 2019-03-13T08:56:13+01:00
L'Insomnie

J'ai une grande affection pour Tahar Ben Jelloun depuis " La nuit sacré " et "l' enfant de sable ", mais néanmoins j'ai été un peu déçue par ce livre . L'écriture est belle , mais le scénario un peu répétitif et sans grande consistance . L'insomnie comme expression d'une forme de refus de la mort est intéressante , mais pas nouvelle , et les péripéties du narrateur pour en prendre pleinement conscience ne m'ont pas réellement captivée .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serafima 2019-03-14T16:31:51+01:00
Le dernier ami

Je n'ai pas trouvé ce livre très intéressant, la relation des deux amis n'est pas assez développée à mon gout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jizara30 2019-04-10T21:51:43+02:00
Le dernier ami

Un drôle de sentiment en terminant ce livre , je ne peux dire si j'ai aimé ou pas , rien ne m'a vraiment accroché dans l'histoire finalement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serafima 2019-06-04T14:07:40+02:00
L'Insomnie

Un livre étrange ou j'ai eu du mal à entrer, je ne pense pas lire d'autres livre de cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ayu_lis_ 2019-06-12T09:14:43+02:00
La Fiancée de l'eau

J'avais découvert Tahar Ben Jelloum pour le bac en étudiant sa réécriture des contes de Perrault. J'ai voulu le redécouvrir avec d'autres de ces écrits, mais je n'ai pas aimé cette pièce de théâtre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Never-Again 2019-08-26T18:55:41+02:00
L'étincelle

Ce livre, composé de brefs textes, raconte à chaud les évènements révolutionnaires de 2011 dans les pays du Maghreb, dans le monde arabe.

Adoptant le point de vue du dictateur déchu ou mettant en avant quelques unes des victimes de ces régimes, Tahar Ben Jelloun honore les peuples qui ont su agir et prendre leur destin en main pour affirmer leur dignité et revendiquer leurs droits.

J'ajouterai que la lecture de ce livre est d'autant plus intéressante avec les évènements révolutionnaires en Algérie de 2019.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granoise 2019-09-25T12:38:32+02:00
L'Insomnie

Un bon roman bien que ce ne soit pas son meilleur

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PowLeen 2019-09-27T19:45:57+02:00
Partir

J'ai trouvé ce livre plutôt addictif même si la fin m'a laissée perplexe. J'ai aimé suivre les différents personnages et j'avais hâte de savoir la suite.

Certains passages sont durs.

Afficher en entier

Dédicaces de Tahar Ben Jelloun
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Seuil : 26 livres

Gallimard : 19 livres

Points : 5 livres

Arléa : 2 livres

Atlantes : 1 livre

Editions La Découverte : 1 livre

Actes Sud : 1 livre

Le Grand livre du mois : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode