Livres
472 628
Membres
445 473

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Toutes les séries de Théophile Gautier

47 livres
161 lecteurs

Faire le tour du globe en 1920 heures ou 15200 minutes, c'est le pari fou que le gentleman anglais Phileas Fogg relève en 1872, contre les membres du Reform Club de Londres! Il entraîne Passepartout, son valet, dans une course effrénée... Il est poursuivi, de steamboat en railroad, par les polices anglaises qui voient en lui le cambrioleur qui vient de dévaliser la banque d'Angleterre! Une grande aventure où se croise une belle indienne à sauver du bûcher, où les ponts s'effondrent, les navires flambent... et où un gentleman dépense et se dépense pour atteindre son but à l'heure exacte!

Tous les livres de Théophile Gautier

1 notes
1 lecteurs

Long poème fantastique très influencé par Byron et par Musset, Albertus retrace l'histoire d'un jeune peintre qui se damne pour une sorcière.

32 notes
81 lecteurs

Trois jeunes gens visitent les ruines de Pompéi. L'un d'eux, Octavien, aperçoit la silhouette d'une jeune femme à jamais prisonnière de la cendre. Le soir, après un dîner bien arrosé, Octavien se promène seul dans la ville. Il se rend compte qu'il ne se promène pas dans une ville morte, mais jeune, sur laquelle n'est pas passée la boue brûlante du Vésuve.

Le lendemain, Octavien se réveille. Ceci n'était qu'un rêve.

18 notes
74 lecteurs

Une nuit, un homme et ses amis décident d’ouvrir un sarcophage égyptien qui a piqué leur curiosité. Alors que l’aurore point, la momie commence à s’agiter. La statue d’une Vénus à la beauté ensorcelante et au regard féroce a été déterrée dans un petit village des Pyrénées. Est-elle aussi maléfique que les villageois semblent le croire ? Un jeune homme achète chez un antiquaire le plus joli pied de momie qu’il lui ait été donné de voir. Le propriétaire légitime va lui rendre une petite visite… Poe, Mérimée et Gautier jouent du fantastique et du réalisme, faisant vivre l’Antiquité au XIXe siècle.

2 lecteurs
2 notes
4 lecteurs

Octave de Saville meurt d'un amour éperdu – mais sans espoir – pour Prascovie Labinska, comtesse lithuanienne rencontrée à Florence. Quand un docteur revenu des Indes l'invite à échanger son enveloppe corporelle contre celle du mari de la comtesse, Octave croit enfin atteindre son but. Mais c'est ignorer qu'une femme sait reconnaître, dans la flamme d'un regard, une âme, et que voler un corps pour lui imposer un esprit étranger n'est finalement qu'une vaine illusion.

http://www.editionsdusonneur.com/produit.php?ref=Avatar&id_rubrique=7

1 notes
3 lecteurs

Quatrième de couverture

Après avoir fait valser les cafetières, parler les tapisseries, réveillé Pompéi, rêvé sur les traces d'Hoffmann et de Nerval dans des tavernes d'étudiants, suscité de séduisants succubes et d'adorables vampires, Théophile Gautier décide, en plein Second Empire, de traquer le fantastique dans la vie réelle. Le romantique au gilet rouge devient ainsi l'inventeur du «fantastique en habit noir» : «Un regard d'une rêverie féline, disait de lui Baudelaire, un écrivain d'un mérite à la fois nouveau et unique dont la muse aime à ressusciter les villes défuntes et à faire redire aux morts rajeunis leurs passions interrompues.»

Celle-ci et celle-là est une nouvelle de Théophile Gautier, sous-titrée ou la Jeune-France passionnée, publiée pour la première fois en 1833 dans le volume des Jeunes France, romans goguenards.

16 notes
69 lecteurs

Fables de vampires, histoires de doubles et de sortilèges, ce recueil évoque par bien des traits une taverne allemande d'Hoffmann, avec ses monstres inquiétants et ses fantômes grinçants. On y retrouve, en effet, les thèmes chers à la première génération romantique, et notamment sa fascination pour le fantastique venu d'Ecosse ou de Rhénanie. A ceci près, cependant, que Théophile Gautier imprime sa marque propre à cet univers trouble de la rêverie humaine : chaque récit reçoit un supplément d'angoisse et de surnaturel qui renforce sa dimension fantastique et l'agrémente d'un surcroît de mystère. L'un des proches de Théophile Gautier avait affirmé que «c'était peu de dire qu'il était superstitieux, il était la superstition même...» Ces Contes et récits fantastiques en sont la parfaite illustration. Derrière le bon vivant se cache en fait un homme taraudé par les sombres figures de l'irrationnel. A sa manière, peut-être, un devancier du Breton de Nadja, lequel dénonce la vanité de «la conventionnelle opposition de la folie et de la raison qui se refuse à faire la part de l'irrationnel». Ce volume comprend : La Cafetière, Omphale, La Morte amoureuse, La Chaîne d'or ou l'Amant partagé, Une nuit de Cléopâtre, La Toison d'or, Le Pied de momie, Le Roi Candaule, Arria Marcella, Avatar, Jettatura. Edition établie par Alain Buisine.

14 notes
65 lecteurs

A dater de cette nuit, ma nature s'est en quelque sorte dédoublée, et il y eut en moi deux hommes dont l'un ne connaissait pas l'autre. " La Morte amoureuse ", Contes fantastiques,

5 notes
14 lecteurs

Gautier y conte l'aventure d'un comédien viennois, Henrich, qui remporte tous les soirs un succès considérable dans le rôle du démon. Une nuit, pourtant, au Gasthof de l'Aigle à deux têtes, un inconnu conteste la vérité de son interprétation et, pour convaincre l'assistance, part d'un rire vraiment diabolique. Quelques jours plus tard, il surgit pendant un entre-acte dans les coulisses du théâtre, fait disparaître Henrich et se substitue à lui sur la scène : toute la salle acclame son jeu éblouissant. On l'a deviné : cet inconnu est le diable en personne. À la fin du spectacle, le malheureux Henrich est découvert sous le plancher du théâtre, les épaules déchirées de terribles griffes. Effrayé par son aventure, il renonce à son métier.

1 notes
4 lecteurs

Aristocrate froid, intelligent et calculateur, Dracula se plaît à semer le mal. Qui peut résister à sa force de séduction? Capable de se changer en animal comme de provoquer une tempête, il sévit la nuit; le vampire mord de jeunes vierges, boit leur sang et laisse sur leur cou l'empreinte sanglante de ses deux canines. Son pendant féminin, la morte-vivante, est une femme fatale au charme trouble.

Entre effroi et érotisme, ces huit nouvelles fantastiques, écrites par des maîtres du genre, font trembler de peur et frissonner de plaisir.

8 notes
24 lecteurs

Pendant les guerres de l'empire,

Goethe, au bruit du canon brutal,

Fit le Divan occidental,

Fraîche oasis où l'art respire.

Pour Nisami quittant Shakspeare,

Il se parfuma de çantal,

Et sur un mètre oriental,

Nota le chant qu'Hudhud soupire.

Comme Goethe sur son divan

À Weimar s'isolait des choses

Et d'Hafiz effeuillait les roses,

Sans prendre garde à l'ouragan

Qui fouettait mes vitres fermées,

Moi, j'ai fait Émaux et Camées.

Théophile Gautier

1 notes
2 lecteurs

Il n'existe pas sur la palette du peintre ou de l'écrivain de couleurs assez claires, de teintes assez lumineuses pour rendre l'impression éclatante que nous fit Cadix dans cette glorieuse matinée. Deux teintes uniques vous saisissaient le regard : du bleu et du blanc ; mais du bleu aussi vif que la turquoise, le saphir, le cobalt ; mais du blanc aussi pur que l'argent, le lait, la neige, le marbre ! Le bleu, c'était le ciel, répété par la mer ; le blanc, c'était la ville. On ne saurait rien imaginer de plus radieux, de plus étincelant, d'une lumière plus diffuse et plus intense à la fois. Vraiment, ce que nous appelons chez nous le soleil n'est à côté de cela qu'une pâle veilleuse à l'agonie sur la table de nuit d'un malade.

1 notes
1 lecteurs

Fortunio (1837), avec son héros décadent, insensible et passionné à la fois, exprime le romantisme du jeune Gautier et son goût pour l'Orient. Partie carrée (1848) est un roman d'aventures maritimes qui, en se jouant des codes du roman-feuilleton, propose une surprenante méditation sur le hasard historique et amoureux. Spirite (1865), «nouvelle fantastique» qui raconte la fusion de deux âmes dans l'au-delà, montre un Gautier féru d'occultisme. Ces trois courts romans déclinent une réflexion sur le bonheur et la beauté : terrestres et individuels dans Fortunio, politiques et collectifs dans Partie carrée, surnaturels dans Spirite.

Hanté par le dépassement des contraires, traquant le cliché et goûtant le paradoxe, Gautier a pratiqué tous les genres littéraires, connu tous les courants esthétiques. Ces trois romans résument un siècle de littérature.

2 notes
1 lecteurs

Giselle, jeune paysanne, aime Albrecht qui lui a juré fidélité. Elle danse en son honneur, oubliant les remontrances de sa mère qui lui rappelle l’histoire des wilis, ces jeunes filles transformées en fantômes pour avoir trop dansé. Mais le garde-chasse Hilarion, amoureux de Giselle, découvre qu’Albrecht n’est autre que le duc de Silésie, fiancé à la fille du duc de Courlande ...

[source : Wikipédia]

1 notes
5 lecteurs

Dans l'Histoire du romantisme, son dernier livre inachevé, Théophile Gautier revient sur ses enthousiasmes littéraires, sa fascination pour l'oeuvre de Victor Hugo, son amitié avec Gérard de Nerval et les compagnons du " Petit Cénacle ".

L'auteur de Capitaine Fracasse et du Roman de la momie signe avec ce texte le portrait d'une génération de flamboyants, dont il fut l'un des plus éminents représentants, prêts à en découdre avec les grisâtres du classicisme, comme il le rappelle ici avec l'épisode célèbre de la bataille d'Hernani. À la fois étude littéraire et mémoires de son auteur, l'Histoire du romantisme démontre brillamment que ce mouvement fut l'une des plus intenses aventures de la création littéraire et artistique.

" Tout germait, écrit Gautier, tout bourgeonnait, tout éclatait à la fois. Des parfums vertigineux se dégageaient des fleurs ; l'air grisait, on était fou de lyrisme et d'art.

2 notes
4 lecteurs

" [...] J'aperçus un pied charmant [...].

Je fus surpris de sa légèreté, ce n'était pas un pied de métal, mais bien un pied de chair, un pied embaumé, un pied de momie. " Le Pied de momie.

3 notes
5 lecteurs

Explorez l'univers surnaturel des auteurs du XIXe siècle.

Des histoire de fantômes d'auteurs essentiellement français du XIXe siècle et du début du XXe siècle, qui se déroulent dans des châteaux reculés d'Angleterre ou des lieux d'Amérique ou d'Europe.

1 notes
4 lecteurs

Explorez l'univers surnaturel des auteurs du XIXè siècle.

Des récits fantastiques qui s'apparentent parfois à des contes, sur le thème des sorcières et de la sorcellerie et écrits par des auteurs essentiellement français du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

11 notes
73 lecteurs

Les précurseurs des " romans de vampires ", genre qui fascina Baudelaire, furent des auteurs français, et non des moindres, même si les manuels de littérature préfèrent encore ignorer ce penchant. Cette anthologie vous propose quelques-uns des classiques du roman d'horreur, signés Alexandre Dumas, Prosper Mérimée, Théophile Gautier, Charles Nodier, Guy de Maupassant, Aloysius Bertrand... Laissez-vous entraîner dans le monde nocturne des maudits, parmi les démons, succubes, ours-garous, femmes doublement fatales et autres vampires, quelques part entre les Carpates et la Normandie. Ce livre regroupe les nouvelles d'auteurs pionniers du genre fantastique des XVIIIe et XIXe siècles.

2 notes
7 lecteurs

Explorez l'univers surnaturel des auteurs du XIXe siècle

Des nouvelles et romans courts sur le thème du vampire, avec aussi des personnages féminins, par des auteurs essentiellement français du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

3 lecteurs

Gautier parle de son ami Balzac et trouve aussitôt le ton le plus juste et le plus fervent. Colorées, prenantes, les pages de Gautier s'imposent autant par l'attention, qu'elles portent aux détails (que d'informations minutieuses et troublantes !) que par leur vue d'ensemble qui nous fait entrer avec familiarité dans un monde de la fiction aussi intense et multiple que celui du réel. A travers elles, Balzac vient à nous, physiquement présent, pressé, inventif, volubile, et dès lors nous n'éprouvons plus qu'un désir : le retrouver, plus proche encore, dans son oeuvre. Il n'est pas de meilleure incitation à pénétrer dans la Comédie humaine que la lecture de ce livre, témoignage, mais surtout acte critique de haute intelligence et d'amitié reconnaissante.

Lassée de ses soupirants compassés et rococos, la marquise de Champrosé, une jeune veuve, décide d'accompagner sa servante et confidente, Justine, au bal du Moulin-Rouge. De son côté, le vicomte de Candale, lassé, lui-aussi, de ses danseuses de l'Opéra, accompagne maître Bonnard à ce même bal. Sous le nom de Jeannette, grimée en grisette, la marquise est invitée à danser par le vicomte se faisant passer pour M. Jean, arrivant de sa province...

1 notes
2 lecteurs

Paul d’Aspremont rejoint à Naples sa fiancée Miss Alicia, nièce du commodore Ward. Intrigué par les mimiques et les imprécations des Napolitains à son égard, M. d’Aspremont doit se rendre à l’évidence : il est un jettatore...

1 notes
1 lecteurs
29 notes
106 lecteurs

Théodore, un peintre, est invité à séjourner chez des amis en Normandie. Le soir, dans sa chambre, quand la pendule sonne onze heures, les bougies s'allument toutes seules, une cafetière se déplace soudainement en bas de la table où elle est posée... Tout un monde de bal se réveille, et parmi tous ses danseurs et danseuses apparaît Angéla, dont Théodore tombe éperdument amoureux...

47 notes
156 lecteurs

Présentation de l'éditeur:

Peut-on tomber amoureux d'une cafetière ? Ou demander la main d'une momie vieille de trente siècles ? Un acteur risque-t-il d'être emporté par le diable ? Telles sont quelques-unes des histoires étranges imaginées par Théophile Gautier, qui donne vie à des personnages évadés de leurs tableaux ou entraîne son héros dans d'incroyables conversations avec des divinités échappées d'antiques tapisseries. Souvent burlesques, parodiques ou ironiques, ces contes fantastiques sont aussi une étonnante galerie de symboles et d'images romantiques.

Le texte intégral annoté de cinq contes

Des questionnaires au fil du texte

Des documents iconographiques exploités

Une présentation de Gautier et de son époque

Un aperçu du genre du conte fantastique

Un groupement de textes : " Rencontres et images du diable "

2 notes
3 lecteurs

Au temps de Périclès, Plangon la Milésienne et Bacchide de Samos « sont sans contredit les deux plus ravissantes hétaïres de toute la Grèce. » Mais Plangon apprend que le jeune Ctésias qu'elle aime à la folie a autrefois été l'amant de sa rivale Bacchide. Jalouse, elle exige du jeune grec qu'il lui rapporte la lourde chaîne d'or que possède Bacchide, capital accumulé de toute une vie de travail et seule garantie de sa retraite. La générosité des deux hétaïres réservera une fin aussi sympathique qu'immorale.

2 lecteurs

Ne trouve pas étrange, homme du monde, artiste,

Qui que tu sois, de voir par un portail si triste

S'ouvrir fatalement ce volume nouveau.

Hélas! tout monument qui dresse au ciel son faîte,

Enfonce autant les pieds qu'il élève la tête.

Avant de s'élancer tout clocher est caveau,

En bas, l'oiseau de nuit, l'ombre humide des tombes;

En haut, l'or du soleil, la neige des colombes,

Des cloches et des chants sur chaque soliveau;

En haut, les minarets et les rosaces frêles,

Où les petits oiseaux s'enchevêtrent les ailes,

Les anges accoudés portant des écussons;

L'acanthe et le lotus ouvrant sa fleur de pierre

Comme un lis séraphique au jardin de lumière;

En bas, l'arc surbaissé, les lourds piliers saxons;

Les chevaliers couchés de leur long, les mains jointes,

Le regard sur la voûte et les deux pieds en pointes;

L'eau qui suinte et tombe avec de sourds frissons.

Mon oeuvre est ainsi faite, et sa première assise

N'est qu'une dalle étroite et d'une teinte grise.

La Mille et Deuxième Nuit

L’intégrale des nouvelles

« Trente-deux nouvelles, contes ou récits : la chatoyante palette d’un écrivain qui s’est toujours voulu peintre… Il était temps, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, de lui rendre, loin des éditions au conformisme fragmentaire et convenu, un vibrant hommage, sous le signe de cette exhaustivité qui, seule, peut permettre de suivre, au fil des années, entre 1830 et 1866, l’évolution, les facettes, les obsessions, les désirs et les rêves d’un écrivain complet. » Claude Aziza

Théophile Gautier, dans ses nouvelles, aborde tous les genres, historique, fantastique, merveilleux, ironique, réaliste. Nul autant que lui n’a joué avec les obsessions de son temps : la soif des ténèbres, la soif de l’exotisme, les tourments de l’âme et la peur de la Femme.

2 lecteurs

Après sa mille et unième nuit passée à divertir son très glorieux sultan pour éviter d’avoir la tête tranchée, la sublime Scheherazade se trouve à court d’histoires. Affolée, elle se rend sur son tapis magique auprès de Théophile Gautier : «Je suis venue ici en toute hâte chercher un conte, car il faut que demain matin, à l’appel accoutumé de ma sœur Dinarzarde, je dise quelque chose au grand Schahriar, l'arbitre de mes destinées.» L’écrivain saura-t-il répondre à ses attentes?

Quatre contes enchantés à la verve jubilatoire, pleins d’humour, d’amour et de magie.

(Source: Gallimard)

93 notes
327 lecteurs

Romuald est âgé de vingt-quatre ans quand son rêve le plus cher est sur le point de se réaliser ; il va devenir prêtre.

Mais lors de son ordination, les choses ne se passent pas comme il le faudrait : il tombe sous le charme de Clarimonde, une femme à la beauté éblouissante, qui lui prouve ses sentiments à travers son regard. Troublé, Romuald accepte malgré lui d'assumer cette fonction d'ecclésiastique et ne revoit pas sa bien aimée, jusqu'au jour où il doit pratiquer pour elle l'extrême-onction...

En lui déposant un baiser sur ses lèvres mortes, le jeune prêtre ressuscite Clarimonde et mène ainsi une double-vie : il est tantôt religieux, tantôt amant de la belle...

5 notes
16 lecteurs

" Elle était brune et pâle ; ses cheveux ondés et crêpelés, noirs comme ceux de la Nuit, se relevaient légèrement vers les tempes à la mode grecque, et dans son visage d'un ton mat brillaient des yeux sombres et doux, chargés d'une indéfinissable expression de tristesse voluptueuse et d'ennui passionné ; sa bouche, dédaigneusement arquée à ses coins, protestait par l'ardeur vivace de sa pourpre enflammée contre la blancheur tranquille du masque ; son col présentait ces belles lignes pures qu'on ne retrouve à présent que dans les statues. Ses bras étaient nus jusqu'à l'épaule, et de la pointe de ses seins orgueilleux, soulevant sa tunique d'un rose mauve, partaient deux plis, qu'on aurait pu croire fouillés dans le marbre par Phidias ou Cléomène. En regardant cette tête si calme et si passionnée, si froide et si ardente, si morte et si vivace, il comprit qu'il avait devant lui son premier et son dernier amour, sa coupe d'ivresse suprême. "

3 lecteurs

Édition et préface de Jean Gaudon

Collection Folio classique (n° 1316), Gallimard

Parution : 03-09-1981

Après avoir fait valser les cafetières, parler les tapisseries, réveillé Pompéi, rêvé sur les traces d'Hoffmann et de Nerval dans des tavernes d'étudiants, suscité de séduisants succubes et d'adorables vampires, Théophile Gautier décide, en plein Second Empire, de traquer le fantastique dans la vie réelle. Le romantique au gilet rouge devient ainsi l'inventeur du «fantastique en habit noir» : «Un regard d'une rêverie féline, disait de lui Baudelaire, un écrivain d'un mérite à la fois nouveau et unique dont la muse aime à ressusciter les villes défuntes et à faire redire aux morts rajeunis leurs passions interrompues.»

2 lecteurs

La Morte Amoureuse (~38 pages)

Le Chevalier Double (~11 pages)

Avatar (~122 pages)

5 notes
13 lecteurs

De belles mortes ressuscitent par amour : des portraits, des tapisseries, des momies s'animent soudain pour venir perturber - ou égayer - l'existence d'innocents jeunes gens ; les époques, les morts et les vivants communiquent mystérieusement. Rêve ou réalité?

4 nouvelles : La Cafetière, Omphale, La Morte Amoureuse, Le pied de la momie

16 notes
55 lecteurs

De tapisserie parlante en amoureuse ressuscitée, de vampire séducteur en voyage dans le temps, ces contes fantastiques nous plongent dans des univers étranges et dérangeants, mais qui signalent tous la présence d’une autre dimension dans notre quotidien. On y entrevoit ainsi la possibilité d’un regard différent sur les choses. Tirant toutes ces ficelles, Gautier joue bien sûr à nous faire peur, mais il nous montre aussi que l’art est une fenêtre ouverte sur l’idéal… dans chacune de nos vies.

Les autres contes de ce recueil : « La Cafetière », « Omphale », « Le Chevalier double », « Arria Marcella ».

2 notes
7 lecteurs

Théophile Gautier rapporte les suites d'une expérience à laquelle il se livra en compagnie d'un ami : ayant aspiré quelques bouffées de la drogue, il décrit les hallucinations qui s'emparent de lui.

"Vous avez donc fait repeindre votre plafond en bleu (…).

- Nullement, mon fils, répondit-il (...), mais vous m'avez furieusement la mine de vous être à vous-même peint l'estomac en rouge, au moyen d'un bordeaux plus ou moins Laffitte.

- Hélas ! Que ne dites-vous la vérité ; mais je n'ai bu qu'un misérable verre d'eau sucrée, où toutes les fourmis de la terre étaient venues se désaltérer, une école de natation d'insectes.

- Le plafond s'ennuyait apparemment d'être noir, il s'est mis en bleu."

2 notes
4 lecteurs

Dans son roman «La Toison d'or», Théophile Gautier nous entraîne dans le nord de l'Europe. En effet, son héros, Tiburce, admirateur des peintures de Rubens, aimerait tellement rencontrer une belle femme blonde et pulpeuse et en tomber amoureux. Aussi, se rend-il à Bruxelles, puis à Anvers, où il pense trouver son bonheur. Il n'y voit, hélas ! que des femmes cuivrées ou métissées et, très mécontent, il se couche et s'endort dans sa chambre d'hôtel.

3 lecteurs

T. Gautier esquisse un portrait de son ami, G. de Nerval, tombant les masques du personnage pour mieux toucher à l'intime. Mêlant la mélancolie du souvenir à l'anecdote affectueuse, il convie le lecteur à flâner aux confins de l'imaginaire et du réel. Derrière l'apparente légèreté du texte, se dessine une réflexion plus profonde sur l'absence, le tragique de la vie et le sens de l'amitié.

87 notes
328 lecteurs

Un jeune aristocrate ruiné qui dépérit dans son château abandonné : le baron de Sigognac. Une jeune fille très belle au milieu d'une troupe de comédien : Isabelle. Dans le rôle du méchant : le duc de Vallombreuse. Un jeune homme profondément amoureux, une naissance mystérieuse, des duels, un enlèvement... Le roman de Théophile Gautier joue avec tous les archétypes du roman de cape et d'épée, pour notre plus grand plaisir. De péripéties en rebondissements, d'une intrigue à une autre, nous accompagnons les comédiens dans leur voyage. Mais l'action, située dans ce milieu particulier du théâtre, est toute en nuances car elle s'enrichit du regard à la fois amusé et affectueux de Théophile Gautier. Vous trouverez dans cet ouvrage de larges extraits annotés, des questionnaires au fil du texte, des documents iconographiques exploités, une présentation de Théophile Gautier et de son époque, un aperçu du genre du roman d'aventures, un groupement de textes : " Le héros au combat ".

6 notes
31 lecteurs

Existe-t-il réellement un lien entre une cafetière et Angéla, jeune femme trop vite disparue ? Quel est cet étrange double qui n'a de cesse d'accompagner le chevalier à l'étoile verte et aux yeux de jais ? Dans ces deux nouvelles, empreintes d'un mystère inquiétant, Théophile Gautier explore des thèmes propres au fantastique et insinue le doute dans l'esprit du lecteur.

1 notes
2 lecteurs

Edwige, la délicate blonde, devrait être aux anges, enfin enceinte de son vieux comte… Pourtant, elle se morfond dans la mélancolie depuis le passage d’un bohémien, fort charmeur.

Neuf mois plus tard, son fils, au sombre regard et à la peau blanche et vermeille ferait la joie de ses parents si son thème astral ne contenait deux étoiles, une verte et une rouge, opposées, qui l'influencent en alternance. Le mire déclare qu'il sera très heureux ou très malheureux, voire les deux à la fois.

De fait, un moment charmant, l'autre presque démoniaque, il fait la fierté de son père qui voit en lui un fier guerrier. Puis sa mère s’éteint, emmenant avec elle son lourd secret… A 20 ans, le jeune homme reprend le titre de comte de son défunt père et ravage les cœurs féminins sans réussir à s’investir dans la moindre relation. Mais le jeune homme pense avoir trouvé en la personne de la comtesse Brenda, celle qui pourra lui faire connaître l’amour. S’il se débarrasse de son démon…

1 notes
7 lecteurs

Dans le Paris de 1845, un groupe d'artistes et d'écrivains se réunit pour des soirées de dégustation de haschisch.

Le poète Théophile Gautier (1811-1872), qui y participe régulièrement, raconte l'une de celles-ci à travers des hallucinations fantasmagoriques. Dans le second récit, c'est une expérience avec l'opium qu'il nous fait partager. Ce sont deux témoignages d'une époque où les drogues douces ou dures n'étaient frappées d'aucune interdiction. Des aventuriers de l'esprit pouvaient alors se lancer dans des explorations parfois périlleuses.

1 notes
1 lecteurs
6 notes
27 lecteurs

Dans une boutique d’antiquités, un homme découvre un pied momifié que le marchand affirme être celui de la princesse égyptienne Hermonthis. L'homme l’achète et le rapporte chez lui pour l'utiliser comme simple presse-papier sur son bureau.

La nuit, la princesse lui apparaît. Elle se lamente d'avoir perdu son pied. L'homme le lui rend.

Pour le remercier, elle échange le presse-papier contre une statuette d’Isis qu'elle portait à son cou puis entraîne miraculeusement son bienfaiteur dans la sépulture de son père, le pharaon Xixouthros.

Alors que le héros entame une discussion avec le souverain défunt, un ami, venu le voir, le tire de son rêve. Il constate que le pied de momie a éturine d’Isis...

7 notes
32 lecteurs

Un jeune homme achète à un marchand d'art le plus ravissant pied de momie qu'il lui ait jamais été donné de voir. Mais ce pied si charmant a forcément un propriétaire, qui va certainement tout faire pour le récupérer !

105 notes
391 lecteurs

"Lorsque le jeune Lord Evandale et l'éminent professeur Rumphius décident de faire confiance à un marchand grec, qui leur a promis de les mener à une tombe encore inviolée, ils ne s'attendent certes pas à faire la trouvaille archéologique du siècle. Et pourtant, ce qu'ils vont découvrir au fond de l'hostile vallée de Bibaan-el-molouk va dépasser leurs espoirs les plus fous. Car c'est bien dans un tombeau que va commencer le fabuleux voyage qui les mènera aux temps reculés où le pharaon Ramsès II règnait sur la moitié du monde !"

(4ème de couverture, "Le Roman de la Momie" de T. Gautier, Editions Hemma, Livre Club Jeunesse).

1 notes
3 lecteurs

Théophile Gautier (1811-1872) n'était pas le moins fougueux des romantiques. Il s'était illustré à la fameuse bataille d'Hernani (1830) en exhibant le légendaire gilet rouge. Trois ans après, sans rien renier de ses choix, il entend, avec ces " romans goguenards ", prendre un peu de recul, trouvant que toute cette agitation romantique n'a pas su déboucher sur une révolution, que ce soit sur le plan politique ou littéraire. Il livre ainsi six courts romans, portrait-satire de ceux qu'on appelait les Jeunes France, des jeunes gens qui, comme lui, ont sans doute rêvé de " mettre la planète à l'envers ", mais se pressent aujourd'hui de rentrer dans l'ordre (bourgeois) qu'hier ils dénonçaient. Six romans, six facettes de ce personnage qui avait déjà fait les gorges chaudes du Figaro... --Ce texte fait référence à lédition

3 notes
12 lecteurs

Fascinants, gracieux, indépendants, mystérieux les chats ont toujours inspiré les écrivains, don ils sont bien souvent les fidèles compagnons. De Patricia Highsmith à Théophile Gautier, d'Émile Zola à Saki, les plus grands auteurs classiques ou contemporains célèbrent ici le chat dans toute sa diversité. En vingt-cinq histoires courtes, étranges comme Le Chat du Cheshire de Lewis Carroll ou Le chat qui s'en va tout seul de Kipling, irrésistiblement drôles avec Le Chat de Dick Baker de Mark Twain ou L'Histoire de Webster de P.G. Wodehouse, émouvantes comme les lignes de Baudelaire, Viens mon beau chat sur mon coeur amoureux, cet ouvrage vous fera ronronner de plaisir !

Ce roman a paru dans La Presse du 19 au 30 mai 1846, qui l’avait annoncé dès 1844 sous le titre de « Sénande et Lucinde, ou Les Roués innocents ». Il a été repris en volume en 1847, puis en 1853, et enfin dans une parution commune avec Jean et Jeannette (voir ci-dessous) en 1862 (datée 1863).

1 notes
3 lecteurs

L'histoire littéraire n'est pas loin d'avoir transformé Théophile Gautier (1811-1872) en momie. Les bandelettes des embaumeurs, heureusement, ne demandent qu'à se rompre. Longtemps réputé impubliable, la "Lettre à la présidente" (cette Apollonie Sabatier dont Baudelaire fut amoureux) laisse éclater une verve rabelaisienne et priapique qui ne blessera que les fausses pudeurs...

4ème de couverture; les Milles et une nuits n° 46

1 notes
2 lecteurs
10 notes
42 lecteurs

Madeleine de Maupin, jeune femme de caractère, est bien résolue à percer les secrets des hommes avant de se risquer à céder à leurs avances. Pour ce faire, elle se déguise et, fort douée dans le maniement de l’épée, donne aisément le change, jusqu’à prendre goût à la chose et à se laisser emporter dans le vertige des aventures galantes…Inspiré par la vie tumultueuse et la figure quasi légendaire de Julie d’Aubigny, une cantatrice du XVIIe siècle qui, travestie en homme, séduisait les femmes et se livrait à de sanglants duels à l’épée, Mademoiselle de Maupin est, à plus d’un titre, un livre essentiel : il s’agit, en effet, non seulement d’un récit épistolaire, mais, aussi, de l’un des premiers romans de cape et d’épée de la littérature française. En outre, Théophile Gautier l’a doté d’une préface qui a fait date dans l’histoire littéraire : avec une verve désopilante il s’y attaque à la critique, proclame la toute-puissante indépendance de l’art (c’est la théorie de l’art pour l’art) et revendique un mépris de la morale que l’histoire de son héroïne va brillamment illustrer. La lecture d’une oeuvre de Théophile Gautier figure au programme des classes de quatrième. L’année 2011 marquera le bicentenaire de la naissance de Théophile Gautier.

1 notes
1 lecteurs
2 lecteurs

Juancho le torero, Militona la manola, Andrés le señorito, Feliciana la jeune fille de bonne famille…

L’amour et la jalousie sur fond d’arènes enfiévrées, le décor est planté : au mitan de ce XIXe siècle romantique, Théophile Gautier écrit le premier vrai roman tauromachique de la littérature française. Rien n’y manque : les descriptions précises de corrida et les souffrances de l’amour exacerbé, le duel à la navaja pour départager les braves et le tragique dénouement sur le sable de la plaza de toro.

Militona, sans doute l’une des œuvres les moins connues de Gautier méritait amplement cette résurrection tissée de sombres intrigues et de pures passions.

(Source : Éditions Cairn)

2 notes
2 lecteurs
2 notes
2 lecteurs

Folie ou phénomène surnaturel ? Un homme est sous l'emprise d'un être invisible... Une inquiétante statue de Vénus sème le trouble dans un mariage... Le pied momifié d'une princesse égyptienne déclenche l'inimaginable... Goûtez à l'effroi et au mystère de Guy de Mauspassant, Prosper Mérimée et Théophile Gautier. Trois maîtres du fantastique français à redécouvrir à travers leurs plus emblématiques nouvelles.

4 lecteurs

Cheveux longs, vêtu de tenues plus excentriques et colorées les unes que les autres, déambulant dans les rues de Paris un cigare au coin des lèvres, le jeune romantique qu’était Théophile Gautier s’arrêtait à la vitrine des antiquaires et des marchands d’oeuvres d’art à la recherche de l’inspiration, se laissant emporter par le rêve qu’éveillait en lui la vue d’objets précieux, de tableaux et de sculptures dont il n’allait cesser de célébrer la beauté dans ses oeuvres.

Gautier fut toutefois plus qu’un esthète. Cette recherche de la beauté pure, capable de transcender le temps et l’espace, révèle en effet une âme angoissée par la mort, la fatalité, un esprit en constante rébellion contre la petitesse du monde et du corps. Il n’est donc pas étonnant que Gautier ait été attiré par le fantastique, lui seul pouvant délivrer l’écrivain des contraintes du monde matériel en ouvrant tout grand les portes de l’imagination. Ainsi, dans les nouvelles fantastiques de Gautier, l’art se confond avec la vie, l’histoire avec le présent, le rêve avec la réalité, l’auteur se plaisant à quitter le cadre étroit de la société de son temps afin de nous livrer une oeuvre toujours surprenante, envoûtante et… intemporelle.

21 notes
76 lecteurs

"Suis-je fou, ou bien le Diable, avec ses ruses les plus subtiles, se joue-t-il de moi?" Telle est la question qui obsède la plupart des héros de récits fantastiques. C'est le cas ici, qu'il s'agisse du Cœur révélateur de Poe, de Deux Acteurs pour un rôle de Gautier, de La Nuit de Maupassant, ou de La Perspective Nevski de Gogol.

Interactifs avant la lettre, ces récits laissent le lecteur à la fois libre d'interpréter ce qu'il lit et prisonnier d'une terreur sourde qui le fascine. Aux Etat-unis comme en Russie et en France, la littérature fantastique se joue des angoisses les plus profondes de l'homme pour tailler des histoires à la mesure de ses cauchemars.

1 notes
1 lecteurs
7 notes
24 lecteurs

Mes années de collège achevées, raconte le narrateur, je logeai quelque temps à Paris dans un pavillon Régence qui appartenait à mon oncle. La tapisserie de ma chambre représentait Hercule aux pieds d'Omphale. En me déshabillant, je crus que les yeux d'Omphale avaient remué, et j'eus quelque peine à m'endormir. Quelques minutes plus tard, Omphale se détacha du mur et vint à mon lit; j'appris que son appareil mythologique était un déguisement, qu'elle s'appelait en réalité la marquise de T..., et que j'avais eu l'heur de lui plaire. Elle renouvela plusieurs fois sa visite et m'initia aux jeux de l'amour. Mais un beau matin, mon oncle intervint; il me renvoya chez mes parents, non sans avoir fait décrocher la tapisserie. Je la retrouvai, tout récemment, roulée, chez un marchand de bric-à-brac; mais un Anglais en donna un gros prix et l'emporta.

1 lecteurs

Onuphrius ou les vexations fantastiques d'un admirateur d'Hoffmann est une nouvelle fantastique de Théophile Gautier publiée pour la première fois en 1832. Le sous-titre fait référence au conteur allemand E.T.A.

1 lecteurs

Ce roman d'aventure est aussi inattendu que captivant. Le récit croise deux histoires d'amour, violentes, dont les partenaires finissent par s'échanger, bien malgré eux, aux termes de péripéties rocambolesques. Celles-ci les conduisent des bas-fonds de Londres aux temples de l'Inde, provoquant une multitude de rencontres avec des personnages illuminés (des pirates, un sage, une magicienne) et même -ce qui constitue l'apothéose de l'ouvrage- l'Empereur déchu Napoléon 1er dans son exil de Sainte-Hélène.

1 lecteurs

Du trésor de l’abbé Farria qui fit d’Edmond Dantès le Comte de Monte-Cristo, à l’obsédant scarabée d’or né de l’imagination fertile de Poe, en passant par le trésor de Joe l’Indien qui faillit coûter la vie à Tom Sawyer, ou encore par l’incroyable histoire du cryptogramme du pirate La Buse... plongez au cœur des plus beaux romans d’aventure et découvrez les histoires qui transformèrent les trésors en légendes ! Véritable invitation au voyage et au rêve, cette surprenante anthologie entremêle des monuments de la littérature et des textes méconnus, choisis parmi les œuvres d’Alexandre Dumas, Théophile Gautier, Maurice Leblanc, Jack London, Edgar Allan Poe, Charles de La Roncière, Robert-Louis Stevenson, Mark Twain, Robert Vergnes et Jules Verne.

1 lecteurs

Je ne serais jamis rédacteur dans un journal vertueux, à moins que je ne me convertisse ce qui serait assez drolatique. Au lieu de faire un prix Monthyon pour la récompense de la vertu, j'aimarais mieux donner une forte prime à celui qui inventerait un nouveau plaisir ; car la jouissance me paraît le but de la vie, et la seule chose utile au monde.

1 notes
3 lecteurs

" Depuis mon départ je n'ai point appris que quelque jour nouveau soit venu éclairer cette mystérieuse catastrophe. " Edition présentée et commentée par Daniel Mortier, professeur de littérature générale et comparée à l'université de Rouen.

Ce volume contient : "Inès de Las Sierras" (Nodier), "Le Chef-d'œuvre inconnu" (Balzac), "La Venus d'Ille" et "Lokis" (Mérimée), "La Morte Amoureuse" et "Avatar" (Gautier),

8 notes
38 lecteurs

Les récits fantastiques de Théophile Gautier (1811-1872) regroupent des nouvelles qu'il écrivit tout au long de sa vie. Pour lui, le rêve était une seconde vie, et s'il fut, au début de sa carrière littéraire, influencé par Hoffmann et Goethe, il devint en dépassant les frontières du réel pour le royaume des ombres, en transgressant les interdits, en entremêlant illusion et réalité, pressentiment et passé mythique dans des récits passionnants, l'un des maîtres de la littérature fantastique du XIXe siècle.

Source : Bookking international

1 lecteurs

Quatrième de couverture

Lamartine - Musset - Gautier - Vigny

Recueil poétique du XIXe siècle

"Poète prends ton luth et me donne un baiser..."

Musset, La nuit de Mai

Édition présenté et commenté par Gérard Gengembre, professeur de littérature française à l'université de Caen

CLASSIQUE

Une anthologie d'une conception originale,

Un outil indispensable pour le futur bachelier

Lamartine Méditation Poétique

Musset Les Nuits

Gautier Émaux et Camées

Vigny Les Destinées

Poèmes commenté suivis d'un "Parcours de la poésie française du XIXe siècle".

ANTHOLOGIE

+ DOSSIERS SPECIAL BAC 2001

Pocket Classique, une nouvelle manière de lire et de comprendre les classiques

en un seul volume

2 lecteurs

Résumé

Rassemble par ordre chronologique tous les textes de fictions de l'écrivain : ses romans mais aussi ses contes fantastiques, essais et nouvelles. Offre une nouvelle perspective sur l'oeuvre de cet auteur romantique, connu surtout pour «Le roman de la momie» et «Le capitaine Fracasse».

Quatrième de couverture

Ce volume contient :

La cafetière les jeunes-france laquelle des deux le nid de rossignols - omphale mademoiselle de maupin la morte amoureuse le petit chien de la marquise la chaîne d'or - fortunio la pipe d'opium une nuit de cléopâtre la toison d'or - l'âme de la maison le chevalier double le pied de momie deux acteurs pour un rôle la mille et deuxième nuit une visite nocturne - le berger le roi candaule l'oreiller d'une jeune fille le club des hachichins les roués innocents le pavillon sur l'eau militona

Appendices

Introduction, Chronologie Note sur la présente édition par Pierre Laubriet

Notices, notes et variantes

1 lecteurs

Résumé

Rassemble par ordre chronologique tous les textes de fictions de l'écrivain : ses romans mais aussi ses contes fantastiques, essais et nouvelles. Offre une nouvelle perspective sur l'oeuvre de cet auteur romantique, connu surtout pour «Le roman de la momie» et «Le capitaine Fracasse».

Quatrième de couverture

Partie carrée

L'enfant aux souliers de pain

Jean et Jeannette

Arria Marcella

Avatar

Jettatura

Le roman de la momie

Le capitaine Fracasse

Spirite

Mademoiselle Dafné

9 lecteurs

Guy de Malivert fréquente une jeune veuve, Mme d'Ymbercourt, sans d'ailleurs éprouver pour elle un sentiment bien profond. Un matin, sa main est prise de fourmillements; et il écrit, comme malgré lui, un billet de rupture.

Tout étonné, il prend le parti de se rendre chez son amie; et, au moment de sortir, il croit entendre un soupir. Quelques heures plus tard, un disciple de Swedenborg, le baron de Féroë, lui donne un avertissement étrange : « Restez libre pour l'amour qui, peut-être, va vous visiter. Les esprits ont l'oeil sur vous ».

De fait, les signes d'au-delà se multiplient. Dès le lendemain, au moment de pénétrer chez Mme d'Ymbercourt, il entend murmurer à son oreille : « N'entrez pas. » Chez lui, dans un miroir vénitien, il voit se former les traits d'une tête de jeune fille qu'il baptise Spirite. Cette apparition, il la retrouve au lac du Bois, dans un traîneau, et il se lance, mais en vain, à sa poursuite.

Spirite, cependant, se révèle de nouveau à lui sous la forme d'une main diaphane qui esquisse le geste d'écrire. Guy comprend qu'il doit servir de médium, et il enregistre une émouvante confession : la virginale apparition est une âme qui attend son jugement; dans sa vie terrestre, elle a follement aimé Guy et elle est morte au couvent, à dix-huit ans.

Guy se rend sur la tombe de la jeune fille, que lui indique le baron de Féroë; et il croit voir s'éloigner une forme svelte et blanche. Dès lors, son existence se scinde en deux parties distinctes, l'une réelle, l'autre fantastique. L'amour de Spirite l'inspire, l'exalte et lui donne même, un moment, l'idée de quitter son enveloppe terrestre. Il prend définitivement congé de Mme d'Ymbercourt et part en croisière vers la Grèce; Spirite voyage à ses côtés. Au cours d'une excursion en montagne aux environs d'Athènes, il disparaît; son guide raconte que des brigands ont attaqué le convoi et ont tué le jeune homme d'une balle, mais qu'à ce moment-là une figure d'une éclatante blancheur et d'une merveilleuse beauté est descendue du ciel pour prendre l'âme du mort et s'envoler avec. elle. Or, au même moment, dans sa chambre, à Paris, le baron de Féroë a senti un avertissement mystérieux; et, levant la tête, il a pu voir s'élever dans le ciel deux points brillants qui finirent par se confondre dans une perle unique.

2 notes
3 lecteurs

Un homme hanté par un double invisile...

Une statue maléfique qui tue par jalousie...

Un voyageur amoureux du fantôme d'une jeune femme... Quand nos peurs troubles notre raison, comment distinguer le rêve du réel ?

Le Horla, la Vénus d'Ille, et la Cafetière, trois chefs-d'oeuvre de la littérature fantastique du XIXe siècle réunis en un seul volume

8 notes
15 lecteurs

C'est une Cléopâtre bien inhabituelle que dépeint ici Théophile Gautier : une reine effrayée par cette Egypte monumentale sur laquelle elle règne et, par-dessus tout, une reine qui s'ennuie... La survenue d'un audacieux jeune homme qui brave tous les dangers pour elle introduit dans se fastueuse existence un trouble qui la séduit. Mais séduire Cléopâtre s'avère peut-être le plus périlleux des exploits. Les voluptueux caprices de la reine ne sont-ils pas les plus dangereux ?

1 notes
1 lecteurs
4 lecteurs

Voyageur sentimental à la manière de Sterne, Gautier délaisse volontiers le musée pour le plein air. C'est une Espagne chatoyante, drôle, populaire, orientale, solaire, qui le fascine. Prétexte à une exaltation joyeuse de la beauté du monde qui ne constitue pas le moindre charme de ce premier récit de vacances de notre littérature.

1 lecteurs

L’hiver 1858-1859, Alexandre Dumas et Théophile Gautier sont en Russie. Ils ont entrepris ce grand voyage pour des raisons différentes mais néanmoins littéraires. Dumas est déjà une gloire, c’est l’homme des Mousquetaires, la plume d’action. Gautier est un homme influent du monde des lettres, un poète et un critique d’art de renom.

Dumas part avant Gautier et pousse loin l’exploration vers le Caucase, Gautier ne passera « que » l’hiver et restera principalement à Saint-Pétersbourg et Moscou. L’un galope, notant tout, l’autre dépeint avec minutie… Ils ne se rencontreront jamais sur place. Ils ramèneront tous deux des récits de voyage parallèles : un même pays vu exactement au même moment par deux monstres sacrés des lettres françaises.

Ce double regard a inspiré l’idée d’un dialogue théâtral fictif mais vraisemblable entre les deux hommes. Anecdotes et relations de voyages, visions de la Russie du 19ème siècle, convergences et divergences d’intérêts et de points de vue, et à travers leur manière de voyager, de regarder et de conter, ce dialogue est aussi le portrait en filigrane de deux fortes personnalités.

Brève et savoureuse rencontre entre le d’Artagnan du roman et le Fracasse de la poésie, cette création est une fiction épistolaire librement adaptée des biographies, récits de voyages et correspondances de Dumas et Gautier.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode