Livres
564 707
Membres
617 316

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tracy Hickman

Auteur

574 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

Biographie

Tracy Hickman est né à Salt Lake City (Utah), le 26 novembre 1955. Il est diplômé de l'Ecole Supérieure de Provo en 1974, ses principales passions étant l'art dramatique, la musique et l'armée de l'air.

En 1975, Tracy commence deux années de service comme missionnaire pour l'Église de Jésus Christ des Saints du Dernier Jour (les Mormons). Son poste initial a été de six mois à Hawaï jusqu'à ce que son visa soit expiré, et il est passé à sa vocation définitive en Indonésie. Là, il a servi comme missionnaire à Surabaya et Djakarta, avant d'être libéré en 1977. De ce fait, Tracy parle couramment l'indonésien et base parfois ses expressions magiques sur cette langue.

Tracy a épousé sa chérie du lycée, Laura Curtis, quatre mois après son retour aux États-Unis. Ils sont les parents de quatre enfants: Ange, Curtis, Tasha, et Jarod.

Tracy a travaillé comme magasinier dans un supermarché, projectionniste, directeur de théâtre, assistant de direction à la télévision et opérateur de presse dans un centre de généalogie.

C'est en 1981 - entre ses boulots et sa volonté d'offrir des chaussures à ses enfants - qu'il a proposé à TSR d'acheter deux de ses modules... et il a fini avec un emploi. La majeure partie de son travail consistait en l'association avec Margaret Weis et leur première publication ensemble : "Chroniques de Dragonlance".

Depuis 1985, ils ont co-écrits plus d'une quarantaine de livres. Les deux premiers romans solos de Tracy, "Requiem of Stars" et "The Immortals", ont été publiés au printemps 1996.

Tracy reste très actif dans son église et poursuit plusieurs hobbys : la guitare, la chanson, le piano, les jeux vidéos, la production de télévision et l'animation. Il aime lire des biographies, des histoires et des livres de science.

Tracy réside actuellement à St. George (Utah) où ses enfants aiment la lumière du soleil et les voisins.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
565 lecteurs
Or
881 lecteurs
Argent
529 lecteurs
Bronze
304 lecteurs
Lu aussi
393 lecteurs
Envies
665 lecteurs
En train de lire
20 lecteurs
Pas apprécié
16 lecteurs
PAL
652 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.99/10
Nombre d'évaluations : 422

0 Citations 132 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Tracy Hickman

Sortie France/Français : 2016-12-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-10T17:27:28+01:00
StarCraft : Retour à Bountiful

N'étant pas en général un grand fan des romans courts (250 pages), je n'avais que moyennement apprécié les deux premiers opus de la licence Starcraft que sont : La Bataille de liberty et La Tempête.

C'est une bonne surprise, donc, que ce troisième tome.

Bien que les défauts inhérents à ce genre de format soient toujours présents (background survolé, cruel manque de détails et de descriptions), j'ai trouvé ce roman nettement plus accrocheur.

Le background est désormais bien connu (grâce à la lecture des deux premiers titres (si l'on ne connaît pas le jeu)).

Le héros est attachant, avec un côté très humain.

Les scènes de batailles sont variées et très prenantes. le discours, bien rôdé sur les valeurs du sacrifice fait mouche.

Le tout accompagné d'un embryon de script qui ajoute un intérêt supplémentaire à l'oeuvre, fait de ce roman un excellent moment de distraction. Une bonne soirée de lecture...

A rapprocher pour l'intérêt dans la licence starcraft de : Les diables du ciel.

Afficher en entier
Chroniques de Dragonlance, Tome 1 : Dragons d'un crépuscule d'automne

Kitiara, 12 ans,

Super histoire d'amour et d'amitié!!! Les personnages sont très attachants et marrants.

Une ombre se repent..... et des créatures diaboliques (des draconiens) veulent conquérir tout le pays mais cette petite bande d'amis ne se laisse pas faire: Raistlin un magicien, Tanis demi elfe, Caramon frère jumeau de Raistlin est un géant, Flint un nain, et Sturm un chevalier de solace vont tout faire pour sauver le pays.....

Afficher en entier
La légende de l'épée noire, Tome 1 : La naissance de l'épée

J'ai eu du mal à accrocher avec cette histoire qui est pourtant très bien écrite. Mon principal problème est que j'ai vraiment eu du mal à accrocher au personnage de Joram, auquel je ne m'identifie pas, étant très froid et distant.

La suite me donnera peut-être tord et envie de continuer cette aventure.

Afficher en entier
Les Portes de la Mort, tome 1 : L'aile du dragon

C'est avec la serie de livres "Les portes de la mort" que je me suis remise à lire voilà environ 10 ans... Depuis j'ai lu plein d'autres livres, mais essentiellement de la Fantasy

Afficher en entier
La légende de l'épée noire, Tome 2 : La malédiction de l'épée

Joram a tué le sorcier Blacloch infiltré parmi les rebelles et à la solde de l’évêque Vanya. Ce dernier veut que Saryon le catalyste le lui ramène ainsi que l'épée noires pour mettre fin à la prophétie qui annonce un danger pour le monde créé par les magiciens. Pour fuir les gardes de feu le sorcier les quatre hommes fuient dans le Nulle Part mais Joram, au grand dam de Saryon, veut à tout prix se rendre à Merilon pour réclamer son héritage.

L'univers se développe un peu avec la découverte de la capitale créée de toute pièce par la magie. A l'instar du premier tome ce second opus ne nous livre aucune information sur le passé ni sur les technologies avancées qui y étaient employées.

Le récit s'avère un peu plus sombre et met bien en place les enjeux. Les points d'interrogation pour le lecteur commencent à s’éclaircir. La première partie du récit se centre essentiellement sur les personnages. Joram ne transparaît qu'au travers des autres personnages par la manière dont ils le perçoivent. Saryon quand à lui il est déchiré entre son devoir envers l’Église et son attachement à Joram et aux Arts Noirs. Hormis l’Évêque Vanya, le grand méchant qui n'a pas encore révélé tous ses secrets, les autres personnages sont moins mis en valeur.

Encore une fois le manque d'action et d'événements rend le style des autrices un peu lourd. Malgré des passages humoristiques dus à Simkin, et un peu plus de dialogues la dynamique de lecture est encore assez lente.

Au final une fantaisie intéressante mais qui a plutôt mal vieillie.

Afficher en entier
Les Portes de la Mort, tome 1 : L'aile du dragon

Bon livre, j'ai l’intention de lire la suite.

J'ai été absolument conquise par le cadre de l'histoire : le monde d'Arianus, avec ses îles flottantes en coralite, ses nefs et ses dragons, est très bien pensé, l'un des plus originaux que j'ai vu jusqu'à présent, et les cartes au début du livre m'ont tout de suite mise dans l'ambiance. Franchement ça me donne envie de terminer la série juste pour voir à quoi ressemblent les autres mondes.

Concernant l'histoire et l'intrigue : tout démarre assez lentement, on en apprend petit à petit sur Arianus et son histoire (principalement vis à vis des Sartans et des Patryns) au fil du livre. Le tout vient progressivement, on n'est pas assommé par une masse d'information, du coup ça facilite la lecture : on a le temps de retenir les informations, et en même temps, on en veut plus ! La série s'étalant sur 7 tomes, on ne voit probablement que le début de l'intrigue dans ce tome 1, mais les enjeux évoqués, comme la gestion des ressources en eau, très rares et à l'origine de guerres entre les humains et les elfes, sont déjà très intéressants et réfléchis. Par contre, j'ai repéré quelques points que je ne comprends pas sur la fin Spoiler(cliquez pour révéler) dans la partie sur les mystériarques : pourquoi Sinistrad veut-il qu'Iridal reste à ses côtés ? Il dit avoir besoin de l'appui des autres mystériarques, mais ils sont déjà tous sous son contrôle ! De plus, les mystériarques sont censés avoir disparu depuis longtemps du Mi-Royaume, alors comment Sinistrad a-t-il pu s y rendre (étant donné qu'il faut avoir déjà visité un endroit pour se dématérialiser) ? .

Concernant les personnages : tous aussi mystérieux les uns que les autres, et surtout, imprévisibles ! Certains personnages m'ont fait ouvrir grand les yeux tellement j'étais surprise. Certes, je n'ai pas eu de coup de coeur, et je n'ai pas versé de larmes pour eux, et pour autant, je pense que je m'en souviendrai bien. En même temps, avec ses quelques 400 pages, impossible d'approfondir les personnages comme pour un livre de 700 pages ! Malgré tout, ils ont tous un passé qui les a influencé, les actions de chacun me semblent logiques au vu de leurs caractères (sauf peut-être à la fin pour certains). En tout cas, je les ai appréciés, Hugh et Tourment particulièrement, et je serai contente de les retrouver dans la suite (si ils reviennent). Et le chien aussi. Tout de même, j'étais assez triste, à la fin, pour Lambic et Hugh.

Malheureusement, sur la fin, j'ai un sentiment d'inachevé : Spoiler(cliquez pour révéler)le livre s'achève brutalement, on ne voit pas la fin des événements sur Arianus, ni ce que deviennent certains personnages restés là-bas.

Une chose que je ne comprends pas après avoir fini ce premier tome, c'est son titre. L'Aile du Dragon. Spoiler(cliquez pour révéler)On voit à peine les dragons. La nef de Hugh ne fait pas long feu. Est-ce alors une référence à l'expression « chevaucher l'aile du dragon » = « toute entreprise risquée mais profitable », qui ferait référence à une sorte de pari ? Qui serait alors le parieur ? Haplo ? Hugh ? Alfred ?

En tout cas, je finis ce premier tomes avec beaucoup de questions: sur les personnages, sur la guerre entre Sartans et Patryns, sur le devenir des Sartans, sur le maître d'Haplo...

En bref, un bon début de série, qui me donne envie de lire la suite, malgré quelques incohérences que je ne comprends pas.

Afficher en entier
Les Portes de la Mort, tome 1 : L'aile du dragon

À la suite d'un conflit entre deux races de magiciens, le monde tel que nous le connaissons a été divisé selon les quatre éléments.

Ce premier tome de la série se passe des années plus tard, alors que ces événements sont relégués au statut de légende lointaine, dans Arianus, le monde de l'air.

Il s'agit d'un roman de fantasy avec une construction du monde très originale. On est loin du classique roman qui se passe dans un monde pseudo-médiéval avec de la magie en plus. le monde de l'air est constitué d'îles qui flottent dans le vide, et l'eau y est une ressource rare et précieuse. Les personnages sont également bien construits, ils ne sont pas caricaturaux, leur histoire est cohérente avec leurs actes et ils nous surprennent régulièrement.

Ce livre est un très bon premier tome à une saga de sept livres.

Afficher en entier
Les Portes de la Mort, tome 2 : L'étoile des elfes

Encore une fois, j'ai été séduite par le monde très original dans lequel l'histoire prend place : complètement différent du monde de l'aire d'Arianus, le monde du feu de Pryan est une gigantesque jungle, perpétuellement ensoleillée. Végétation et eau en abondance... et pourtant c'est un véritable enfer. Les habitants de Pryan, hormis les nains, vivent dans les arbres. Jusqu'à ce que... Suspens !

Le suspens, c'est pour moi une composante majeure de ce deuxième tome. Il y a bien plus d'action que dans le tome 1, bien plus d'angoisse, et à chaque chapitre on se demande si quelqu'un ne va pas y rester.

J'avais préféré les personnages de L'Aile du Dragon, et si Arianus semble être un monde beaucoup plus original et créatif que Pryan, les derniers chapitres m'ont fait changer d'avis. Encore une fois, on découvre les créations des Sartans sous un jour positif, puis au fur et à mesure de la lecture, on se rend compte qu'encore une fois, ils se sont laissés dépasser. Pryan, par sa géographie et son histoire, est vraiment original, et c'est un monde imaginaire dont je me souviendrai longtemps.

Dans le tome 1, la thématique de la rareté des ressources naturelles et des guerres faisant rage pour se les accaparer étaient au centre de l'histoire. Le racisme y était abordé, mais brièvement. Dans ce tome 2, c'est le coeur du roman. Les elfes, les nains et les humains, malgré l'adversité, s'entêtent à camper sur leurs positions. Ajouter à cela un Patryn bien connu et...

Il y a 2 nouveaux personnages qui ont fortement retenu mon attention et que j'espère revoir : Spoiler(cliquez pour révéler)Zifnab et son dragon, et quel numéro ces deux là ! De très bons comédiens, vraiment.

J'ai bien apprécié les nombreuses références au Seigneur des Anneaux et au monde moderne, mais cela m'amène du coup à me demander comment se positionne l'univers des Portes de la Mort par rapport au notre. Il se pourrait bien que notre monde connu, réel, ait été détruit lors de la guerre entre les Patryns et les Sartans, où alors ce ne sont que des allusions provenant d'un vieux fou visant à amuser le lecteur et je m'imagine des choses.

Un deuxième tome riche en émotions, à moi le tome 3 !

Remarque : j'ai eu beaucoup de mal à me procurer le livre, ainsi que sa suite. Une ré-édition serait bienvenue (et au passage la correction de quelques fautes d'orthographe aussi), d'autant que c'est une série de high fantasy qui démarre très bien et à mon avis beaucoup de gens prendraient plaisir à la lire.

Afficher en entier
Les portes de la mort, Tome 3 : La mer de feu

A l'issue du tome 2, je m'étais dit "Pryan est un véritable enfer". Je termine le tome 3 en me disant "Abarrach est pire". Au final, si Arianus est en proie à de nombreux problèmes causés par la rareté des ressources, c'est finalement le monde créé par les Sartans le plus agréable à vivre !

Une fois encore, les thématiques abordées me touchent, elles deviennent de plus en plus approfondies au fil de tomes. On revient, comme sur Arianus, sur les guerres autour des ressources en eau et en énergie, mais cette fois-ci on va plus loin, et on aborde le thème de la vie et de la mort. Les réflexions de trois Sartans en particulier, que je ne nommerai pas pour conserver le suspens, sont particulièrement intéressantes et méritent d'être analysées. Le comportement d'Haplo, à la fin et à l'issue de son voyage sur Abarrach méritent également le détour, car le Haplo qui arrive sur Abarrach, et le Haplo qui quitte Abarrach, sont deux personnes bien différentes. Les révélations sur les origines des Sartans et des Patryns apportent également beaucoup, et sont confirmées certaines théories qu'on pouvait élaborer à la fin du tome 2 Spoiler(cliquez pour révéler)notamment grâce à Zifnab. Je ne suis pas une grande analyste, et je ne prétends pas tout comprendre, mais j'aime les livres de fantasy avec de telles thématiques, qui poussent le lecteur à réfléchir et à se questionner sur ces concepts qui sont tout à fait d'actualité aujourd'hui. Je prends bien plus de plaisir à réfléchir de cette façon qu'en lisant un Zola, mais ce sont mes goûts. D'autant qu'ici, les choses sont amenées en douceur, puis prennent de l'ampleur au fur et à mesure.

Concernant les personnages, une fois de plus après Pryan, hormis les 2 protagonistes (3 avec le chien), je ne m'y suis pas particulièrement attaché, sauf à un : le prince Edmund. La déchéance, et même l'aliénation, des Sartans d'Abarrach au fil des siècles est assez choquante : comme quoi, même un peuple de demi-dieux peut finir par s'autodétruire, malgré ses connaissances et ses pouvoirs.

Le mystère des Sartans, s'il commence à s'éclaircir très légèrement, reste toujours un mystère. On avait déjà appris dans le tome 2 que Pryan avait perdu le contact avec Abarrach : on sait désormais ce qui s'est passé sur le monde de pierre, mais cela n'explique pas pour autant pourquoi la communication ne s'est pas faite, ou pourquoi elle a été interrompue. Une question me turlupine toutefois : Spoiler(cliquez pour révéler)Les Sartans d'Abarrach, à force d'user de nécromancie, ont-ils condamné sans le savoir les Sartans d'Arianus et de Pryan ?

En bref, j'ai préféré les deux premiers tomes, mais La Mer de Feu est probablement celui qui soulève le plus de questions, sur des thématiques complexes.

Petit plus, j'ai beaucoup apprécié d'avoir enfin une réponse à une interrogation concernant le tome 1, mais je n'en dirai pas plus ! Je rajoute également que le chien est toujours aussi étonnant !

Gros coup de cœur pour la couverture de l’édition 2006, qui est magnifique ! Pour le coup, la personne en charge a vraiment lu le livre.

Afficher en entier
Chroniques de Dragonlance, Tome 1 : Dragons d'un crépuscule d'automne

Super mais un peu long à lire

Afficher en entier

Dédicaces de Tracy Hickman
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 15 livres

Milady : 15 livres

Fleuve Noir : 7 livres

Bragelonne : 5 livres

Presses pocket : 2 livres

AdA : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array