Livres
429 326
Membres
350 962

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Umberto Eco

Activité et points forts

ajouté par Charlie18 2012-02-19T13:33:21+01:00

Biographie

Umberto Eco, né le 5 janvier 1932 à Alexandrie dans le Piémont (Italie), est un universitaire, érudit et romancier italien. Reconnu pour ses nombreux essais universitaires sur la sémiotique, l’esthétique médiévale, la communication de masse, la linguistique et la philosophie, il est surtout connu du grand public pour ses œuvres romanesques.

Titulaire de la chaire de sémiotique et directeur de l’École supérieure des sciences humaines à l’université de Bologne, il en est professeur émérite depuis 2008.

Diplômé en philosophie en 1954 à l'université de Turin (avec une thèse sur Thomas d'Aquin), il s'intéresse dans un premier temps à la scolastique médiévale (Sviluppo dell'estetica medievale, 1959), puis à l'art d'avant-garde (L'Œuvre ouverte, 1962) et à la culture populaire contemporaine (Apocalittici e integrati,1964). Il rencontre un succès immédiat en Italie.

Devenu ensuite un pionnier des recherches en sémiotique (La Structure absente, 1968, Trattato di semiotica generale, 1975), il développe une théorie de la réception (Lector in fabula, Le rôle du Lecteur) qui le place parmi les penseurs européens les plus importants de la fin du XXe siècle.

Son premier roman, Le Nom de la rose (1980) connaît un succès mondial avec 17 millions d'exemplaires vendus à ce jour et des traductions en vingt-six langues, malgré un contenu dense et ardu. Umberto Eco met en application dans ce « policier médiéval » ses concepts sémiologiques et ses théories du langage, ceux-là mêmes qu'il enseigne à Turin. En 2002, le quotidien La Repubblica le vend comme supplément au journal (tirage spécial à cette occasion : 2 millions d'exemplaires).

Son deuxième roman, Le Pendule de Foucault (1988) connaît également un énorme succès, quoique pour des raisons inverses : le public, guidé par Eco, part à la découverte de symboles énigmatiques ou prophétiques, à rebours de la dénonciation de l'ésotérisme qui est pourtant le propos de l'auteur, mais celui-ci démontre par la même occasion que le lecteur est libre de ses interprétations (théorie qu'Eco continue de développer dans ses œuvres théoriques sur la réception, Les Limites de l'interprétation en 1990). Le livre tourne d'ailleurs en ridicule l'interprétation à outrance des faits avérés ou légendaires de l'histoire, en tirant avec un égal succès des dimensions d'un simple kiosque à journaux le même genre d'informations de portée cosmique que certains se croient fondés à lire dans celles de la pyramide de Khéops.

Umberto Eco donne ensuite plusieurs conférences sur ses théories de la narration en littérature, Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs (1996), sur la traduction, Experiences in translation (2000), et sur la littérature, De la littérature (2003).

Tout au long de sa carrière, il écrit régulièrement dans des quotidiens et des hebdomadaires des chroniques sur des sujets de l'heure, avec un souci de « débusquer du sens là où on serait porté à ne voir que des faits ».

Plusieurs recueils, dont seulement certains ont été traduits, regroupent les textes les plus amusants, Pastiches et Postiches (1988) (Diario minimo, 1963) et Comment voyager avec un saumon (1998) (Il secondo diario minimo, 1992). Certains autres recueils regroupent des textes plus polémiques, Croire en quoi (1998), Cinq questions de morale (2000), Islam et occident (2002).

Parmi ses activités les moins connues, Umberto Eco est membre du Forum international de l'Unesco (1992), de l'Académie universelle des cultures de Paris (1992), de l'American Academy of Arts and Letters (1998) et a été nommé au conseil de la bibliothèque d'Alexandrie (2003). Il a assuré en 1992-1993 un cours à la chaire européenne du Collège de France sur le thème « La quête d'une langue parfaite dans l'histoire de la culture européenne ».

Fin octobre 2009, Umberto Eco propose l'ouvrage Vertige de la liste qui est traduit par Myriem Bouzaher.

En 2010, il est titulaire de plus de 30 titres de docteur honoris causa1.

Il est élu membre associé de l'Académie royale de Belgique (Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques) le 7 mars 20112.

Source : Wikipédia

Afficher en entier

Livres de Umberto Eco

Classement dans les bibliothèques

Diamant
349 ajouts
Or
539 ajouts
Argent
377 ajouts
Bronze
253 ajouts
Lu aussi
430 ajouts
Envies
756 ajouts
En train de lire
59 ajouts
Pas apprécié
116 ajouts
PAL
690 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.69/10
Nombre d'évaluations : 294

1 Citations 224 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Umberto Eco

Sortie France/Français : 2017-10-11

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par vincent-laurent 2018-04-03T07:51:19+02:00

Le name-dropping à tout-va et les affaires italiennes que l’on ne connait pas forcément en France n’aident pas immédiatement à la lecture. Néanmoins, une fois laissé de côté cette difficulté, on se prend au jeu. Mussolini n’est-il pas mort en 1945 comme on le prétend ? Faut-il faire confiance à l’Information qu’on nous balance en pâture ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyril-Sche-Sulken 2018-04-13T15:11:26+02:00

Le Nom de la Rose est un de mes livres de chevet. Difficile d'en parler, car son contenu est dense et complexe. Beaucoup se contentent de le résumer à une intrigue médiévale traitant de religion, mais c'est réducteur. Il y a bien d'autres sujets abordés par Eco, souvent oubliés par les lecteurs, et je pense en particulier à la sémantique qui était si chère à Eco, et qui est au cœur du propos (le titre lui-même et la maxime finale dont il est tiré sont une question de sémantique).

Je ne saurais nier la précision historique et contextuelle du récit. L'auteur s'est indubitablement renseigné pour écrire sur cette première moitié du XIVe siècle et sur la vie monastique, mais ce n'est finalement guère qu'un prétexte pour accompagner son idée.

La plume d'Eco est difficile et peut être repoussante, en particulier du fait de son refus systématique de traduire les nombreux dialogues et locutions latins, ce qui invite le lecteur à réfléchir à partir de ce qu'il connaît pour déterminer ce qui est dit ou, s'il ne trouve pas, à chercher la réponse par ses propres moyens. Cela peut paraître condescendant, mais j'y vois une sorte de tri des lecteurs similaire à l'intrigue (Spoiler(cliquez pour révéler)un livre qui tue "ceux qui n'en sont pas dignes", dirais-je sans que cela soit tout à fait exact). Pour réellement apprécier Le Nom de la Rose, il faut savoir le déchiffrer, lire entre les lignes.

Pour ma part, je l'ai dévoré, et il fait partie des rares livres que je rouvre avec plaisir pour relire des extraits au hasard. Certaines réflexions sont formidables... Pensons au débat sur la classification des animaux, où Guillaume traite des ressemblance entre le bœuf et le chameau, ou alors la description surnaturelle et angoissante que fait Adso de la bibliothèque (les livres qui parlent entre eux, porteurs de messages qui ont succédé aux années, aux décennies ou aux siècles ayant suivi la mort de leurs auteurs)...

Je conçois pleinement que sa lecture puisse en rebuter certains. Je pense qu'il faut s'intéresser à la sémantique pour savoir déguster cette pièce maîtresse de la littérature contemporaine.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2018-04-13T21:40:03+02:00

Roman un peu compliqué, mais tellement bien écrit et extraordinaire ! Les descriptions, précises, permettent de se faire une image mentale magnifique des décors. Le petit plus qui fait toujours plaisir, j'ai appris plusieurs mots (notamment en rapport à l'architecture) à la lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RazKiss 2018-04-17T20:33:42+02:00

Ce livre est la transcription d'un dialogue entre Jean-Claude Carrière et Umberto Eco (répondant à des questions de Jean-Philippe de Tonnac), deux écrivains respectés mais également deux bibliophiles passionnés et passionnants. Evidemment, cet ouvrage parle de littérature et de supports de lecture, mais pas que ! Les deux hommes ont une culture générale assez impressionnante, il est donc fréquent qu'ils s'éloignent du sujet de base, mais leurs réflexions restent toujours intéressantes pour le lecteur.

Je craignais d'être un peu (ou complètement) larguée face à leur grande érudition. En fait, ce livre est vraiment abordable pour tous. Les deux auteurs parlent sincèrement et simplement - parfois même avec beaucoup d'humour - de leur relation avec les livres et la littérature. On retrace l'histoire du livre (volumen, codex, apparition de l'imprimerie, etc.), on discute de grandes œuvres littéraires (pourtant pas forcément reconnues du vivant de leurs auteurs, cela signifierait-il donc qu'il s'agissait d’œuvres mineures et qu'on passe donc complètement à côté de chefs d’œuvre tombés dans l'oubli ?), on compare la durabilité des livres et des supports électroniques, etc.

Si vous vous intéressez à ces questions et si vous appréciez les faits insolites, ce livre devrait vous combler !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilyMoon 2018-04-19T11:17:36+02:00

J'ai découvert le film (que j'aime beaucoup) avant le livre, qui m'a permis de découvrir l'incroyable richesse d'Umberto Eco. Pas une lecture simple, mais comme tous ceux que j'ai pu lire de lui, s'accrocher vaut le coup, on est largement récompensé. L'histoire est parfaite, l'ambiance assez unique, les personnages captivants. C'est très bien écrit... Il y a tellement à voir, à comprendre, à réfléchir dans ce livre, c'est un coup de cœur complet, difficile à égaler.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LilyMoon 2018-04-24T09:59:53+02:00

Comme souvent avec Umberto Eco, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire (plusieurs moments narratifs, dont on ne comprend pas tout de suite la chronologie), et comme à chaque fois, je n'ai pas regretté de m'accrocher. Une plongée dans l'occulte de pacotille, comment une vaste blague finit par être dangereusement prise au sérieux, et des personnages sympathiques, attachants, brillants, qui s'embarquent dans quelque chose de surréaliste qui finit par les dépasser. Le suspense est là, renforcé par l'absurdité du point de départ. Les théories du complot en tout genre en prennent pour leur grade, notamment dans une scène où l'un des personnages démontre que les dimensions des pyramides ont des proportions mystiques, tout autant que le kiosque au bout de la rue... En bonus, un très léger hommage à Lovecraft, quand l'un des personnages lance le célèbre appel à Cthulhu !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par iletristan 2018-05-10T14:35:13+02:00

Milan - 1968 ; Paris - 1984. Casaubon, étudiant, prépare sa thèse sur les Templiers en s’appuyant sur les faits et textes historiques. Il rencontrera Belbo, travaillant chez un éditeur et recevant bon nombre de manuscrits plus ou moins fantaisistes sur les Templiers et autres Rose-Croix, Francs-maçons... Belbo l’invite à la maison d’édition afin de déterminer qui, dans la pile des manuscrits, pourrait détenir la vérité. Ce sera pour Casaubon l’occasion d’assister à l’entretien avec le colonel Ardenti persuadé d’avoir découvert le secret des Templiers car il détient un document jusque là inconnu de tous : un texte ancien dont certains caractères sont effacés mais que lui a su déchiffrer. Sa disparition soudaine sera le point de départ pour Casaubon, Belbo et Diotallevi de combiner un Plan en reliant l’Histoire comme elle ne l’a jamais été avec les Templiers, Rose-Croix, Francs-maçons, Kabbalistes ; avec Agartha, Stonehenge, les courants telluriques, les réseaux souterrains des métropolitains et des égouts, la Tour Eiffel, le pendule de Foucault... Et tant d’autres. Une interprétation comme une autre mais qui est présentée par Belbo comme la seule, l’unique vérité, le secret jamais révélé et dont il ne dira rien, même pas à ceux qui conspirent à obtenir le Pouvoir absolu.

Le livre foisonne de références historiques, ésotériques, occultes. De l’Italie au Brésil, de candomblé aux cérémonies druidique ou alchimique, de l’Italie à la France, au Conservatoire des Arts et Métiers où oscille le Pendule, l’histoire se met en place, une enquête menée par Casaubon lors d’une nuit où il attend le dénouement, où il essaye de comprendre pourquoi Belbo se sentait en danger et pourquoi la santé de Diotallevi a décliné si rapidement.

Il faut dépasser le premier chapitre, ardu pour les ignorants comme moi des phénomènes physiques, pour plonger dans les thèses des Diaboliques déconstruites aussitôt par l’érudition d’Umberto Eco.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Isallya 2018-05-13T21:41:23+02:00

Un bon livre, quand bien même je me suis uniquement concentrée sur les modes d'emploi -le chapitre qui suit et celui qui précède m'ont laissé perplexe, je me suis contenté de les survoler.

Certains d'entre eux m'ont bien plu (ceux sur le thème du voyage, surtout, ont réussi à me faire sourire), d'autres moins. Mais je ne peux que saluer l'humour sarcastique d'Umbeto Eco qui rend ce livre assez original dans son genre -et le place aux antipodes du Nom de la Rose.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AnnaGoldsweet 2018-06-18T22:24:50+02:00

Un roman qui comme le film saura vous passionner. Une chose est sure : Vous ne resterez pas sans émotions.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilipuces 2018-08-29T09:44:48+02:00

Ce livre est assez difficile à lire mais il en vaut la peine car l'histoire est époustouflante.

Les personnages, l'intrigue, les décors, le suspens, tout est mené d'une main de maitre.

J'ai eu du mal avec le livre mais je suis rentrée dans le film tout de suite, malgré sa longueur on ne s'en lasse pas !

Afficher en entier

Dédicaces de Umberto Eco
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

LGF - Le Livre de Poche : 18 livres

Grasset : 17 livres

France Loisirs : 3 livres

Presses Universitaires de France - PUF : 3 livres

Flammarion : 2 livres

Collège de France : 2 livres

Points : 1 livre

Mercure de France : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode