Livres
505 885
Membres
513 755

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Valentin Auwercx

20 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Diamant
4 lecteurs
Or
16 lecteurs
Argent
4 lecteurs
Bronze
0 lecteurs
Lu aussi
3 lecteurs
Envies
28 lecteurs
En train de lire
0 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
6 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.08/10
Nombre d'évaluations : 12

0 Citations 25 Commentaires sur ses livres

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Aryia 2019-08-24T16:26:11+02:00
Demain les hommes

Il faut savoir que je suis toujours assez « sceptique » face aux préquelles et autres récits imbriqués dans l’univers d’un autre roman de l’auteur … Tout simplement parce que ces « histoires complémentaires » tombent généralement dans deux travers : soit elles présentent des incohérences avec le récit principal, soit, au contraire, pour coller parfaitement avec ce qui est raconté dans ce-dit récit principal, elles n’apportent absolument rien de nouveau. C’est un équilibre fort délicat à trouver pour les auteurs qui désirent se lancer dans ce genre de projet : raconter une histoire complète, autonome et nouvelle sans créer de contradiction avec le récit original … Je vais le dire tout de suite : Valentin Auwercx a parfaitement su trouver cet équilibre. La preuve en est qu’il n’est absolument pas nécessaire d’avoir lu Le temps d’une étoile pour comprendre cette novella, qui est donc parfaitement indépendante et autosuffisante ! Mais quel plaisir pour le lecteur du roman de découvrir cet « avant », évoqué pour poser le contexte mais suffisamment peu développé pour laisser la possibilité à l’auteur de nous le raconter dans une autre histoire …

2 janvier 2112. Cette date, Charly Leers et Dormund Portef l’attendaient avec impatience … mais pas pour la même raison. Le premier comptaient les jours qui le séparaient de son grand rêve, celui de devenir millionnaire, d’être Riche, d’être Important, d’être plus Grand que la populace qu’il regarde du haut de son immeuble. Le second, quant à lui, exulte : dans quelques heures, l’avenir tout entier de l’Humanité sera bouleversé, grâce à lui. Lui qui sait que l’Humanité court à sa perte si personne ne se dévoue pour changer drastiquement les choses. Lui qui sait que le Grand Zéro est tout proche et que, très bientôt, toute la richesse du monde ne sera plus rien, une fois que les chiffres inscrits dans les comptes en banques ne pourront plus jamais s’afficher sur aucun écran. 2 janvier 2112. Pour Charly, ce qu’il pense être le début de sa nouvelle existence. Pour Dormund, ce qu’il sait être la fin d’une ère.

Avec Le temps d’une étoile, Valentin Auwercx nous proposait une magnifique histoire d’amour, teintée d’espérance. Avec Demain les hommes, il nous propose de vivre « en direct » une terrible apocalypse programmée : celle d’une Humanité dopée à la technologie, droguée à l’argent, qui ne sait plus ce qu’est la vie. Il nous invite à faire la rencontre de deux hommes, liés par une transaction économique, mais que tout oppose. Charly est ce que j’appellerais un « homme infect ». Sa seule préoccupation au monde, c’est son compte en banque. Car il est persuadé que l’argent fait le bonheur, qu’il sera le plus heureux des hommes une fois qu’il fera partie du cercle des millionnaires. Il trompe sa femme, mais ce n’est pas sa faute, c’est elle qui ne lui consacre pas assez d’attention et ne comble pas suffisamment ses attentes insatiables. Il est égoïste et hypocrite, mais ce n’est pas sa faute, c’est la société qui l’a modelé ainsi. A ses yeux, rien n’est jamais de sa faute, il n’est responsable de rien, ce sont toujours les autres ….

Mais ne serions-nous pas un peu comme Charly, au final, lorsque nous haussons les épaules quand quelqu’un évoque le réchauffement climatique et les mesures écologiques, en disant que « c’est inutile, il faudrait que tout le monde le fasse, pas uniquement moi ». On se dédouane en insinuant que ce sont les autres, les méchants, les autres qui refusent de faire des efforts, les autres, toujours les autres. On refuse d’admettre que l’on est tout autant coupable qu’eux … Car le gros problème, c’est que personne n’a le courage de montrer l’exemple, de faire le premier pas, d’aller à contre-courant en se détournant du mode de vie « à la mode ». A la fois parce que c’est tellement plus facile, de demander sa route au GPS saturé d’électricité nucléaire (qui n’a absolument rien d’une énergie propre comme on veut le croire … vous savez que dans plusieurs départements français, vous marchez littéralement sur des déchets radioactifs ? ou vous ne voulez pas le savoir ?) que de regarder sur une carte routière. Et parce que c’est mal vu, de ne plus être un petit mouton docile qui suit le troupeau sans se poser de question. Dans un monde où le conformisme est roi, où l’argent est souverain, où la technologie est une divinité, difficile d’être la brebis galeuse qui revient à la terre et tire la sonnette d’alarme.

Dormund, lui, a choisi l’option radicale. Tout raser pour reconstruire. Tout détruire pour recycler. Puisque personne ne veut se salir les mains, il prend sur lui la décision de mener l’Humanité vers une nouvelle ère, qu’elle n’aura pas choisi mais qu’il estime être nécessaire. C’est un homme fort complexe, difficile à cerner, que l’on perçoit tantôt comme un homme qui se prend pour un dieu, tantôt comme un homme qui sait qu’il n’est rien. La moralité de ses choix est discutable, mais il a le mérite d’agir, de ne pas rester les bras croisés à regarder le monde s’éteindre à petit feu dans l’indifférence général des Hommes abrutis par l’hyperconnexion. Bien qu’il ne soit pas le narrateur, on sent une certaine complicité, une certaine connivence, entre Dormund et ce dernier, qui ne se contente pas de raconter objectivement une histoire mais laisse transparaitre son opinion – et, je le pense, celle de l’auteur – dans ses propos. On retrouve ici le style très poétique découvert dans Le temps d’une étoile, mais il s’est teinté d’une bonne dose de cynisme et d’ironie qui met le doigt sur les choses qui fâchent … Ce court récit est bien plus engagé, bien plus contestataire que ne pouvait l’être le premier roman de l’auteur. Dans cette ambiance de fin du monde imminente, il interpelle vivement le lecteur : il n’est plus temps d’hausser les épaules en repoussant la faute sur autrui, mais bien de changer de comportement. Ici et maintenant. Avant qu’il ne soit définitivement trop tard. Car peut-être que ce jour est le dernier …

En bref, vous l’aurez bien compris, avec Demain les hommes, Valentin Auwercx nous propose un récit bref mais percutant. Au lecteur du roman Le temps d’une étoile, cette novella apporte un éclairage nouveau sur un événement relaté dans le roman : Dormund, on le connaissait déjà … mais pas de la même manière. J’ai trouvé cela très intéressant, de voir qui était réellement cet homme, comparé à la vision que les générations futures ont de lui. Mais comme je l’ai déjà dit, nul besoin de connaitre le roman pour comprendre et apprécier cette histoire ! Aux côtés de Charly et Dormund, qui n’ont rien de héros louables et attachants mais qui sont bien humains – au plus grand dépit du lecteur qui doit bien admettre avoir des points communs avec eux, même si ce n’est guère flatteur –, le lecteur se retrouve embarqué dans la plus cruelle des histoires : celle qui pourrait bien être un jour la nôtre si nous ne faisons rien. Un vrai électrochoc, à lire et faire lire !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/07/demain-les-hommes-valentin-auwercx.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyce-1 2019-08-26T14:16:14+02:00
Le Temps d'une étoile

Pour le moment c'est la chronique la plus dur à faire. Ce n'est pas un coup de coeur, je n'ai pas lu tout les jours comme à mon habitude, je suis assez mitigé, j'ai pas eu de mal à rentrer dans l'histoire, l'écriture était simple j'ai aimé, mais malgré les 335 pages j'avais l'impression de lire quelque chose de 800 pages, en gros j'ai trouvé ça long, il y a beaucoup de choses dans ce livre, peut-être trop détaillé pour moi, je m'attendais à un début un milieu et à une fin ou tu te dis woaw!! Mais j'ai pas retrouvé ça, trop de petit fils qui te font passer par plusieurs chemin ou tu découvres d'autres choses et c'est pas forcément ce que j'aime.

La fin? C'était peut-être.. Si jamais vous voulez lire la suite rejoignez moi sur fb "bookineuse" ou Instagram "book.ineuse"

https://www.facebook.com/940127162857588/photos/a.944406722429632/978816222322015/?type=3&theater

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Opi-Pro 2019-10-01T13:58:43+02:00
Demain les hommes

https://loeildopi.wixsite.com/loeildopi/acceuil/demain-les-hommes-valentin-auwercx

Je remercie l’auteur pour sa confiance, ainsi que le site Simplement.Pro.

Nous nous intéressons une nouvelle fois ici à un roman de science-fiction. De prime abord, le synopsis est court… mais percutant. Le schéma est assez classique : un héros, un élément perturbateur et un monde qui part à la renverse. Pourtant, il se dégage un on-ne-sait-quoi qui nous fait dire que cette œuvre sera différente des autres. La curiosité grandit tandis que l’on observe la couverture, où la couleur et l’absence de couleur s’entrecroisent. Une image qui prend tout son sens, une fois la lecture commencée…

« Demain les hommes » trace l’histoire de deux hommes. Le premier, Charly Leers, est à un point culminant de sa carrière. Après de longues années d’effort et de travail, il s’apprête à réaliser son rêve en accumulant une immense fortune. Déterminé, ambitieux et coureur de jupons, Charly n’a rien pour toucher le cœur des lecteurs.

Ensuite, il y a Dormund Portef, l’homme le plus puissant du monde. Il a tout ce que Charly rêve d’avoir : le pouvoir et l’argent. C’est un homme d’affaires sous pression constance, travaillant avec des inventeurs de talents, cherchant le profit pour le bien de son empire. À la première lecture, il pourrait paraître comme le « méchant » de l’intrigue, jusqu’à ce que ses réflexions et ses inquiétudes laissent apparaître un nouvel homme. Comme s’il se confessait aux lecteurs, Dormund exprime ses regrets. Ceux d’avoir grandi dans une société égoïste qui s’auto-détruit en permanence. En haut de l’échelle sociale, il voit tout de l’humanité : le meilleur, et surtout le pire.

Un fait très pertinent – bien que sujet à interprétation – est l’ « absence » d’évolution des personnages. Ici, elle n’est pas gênante, car l’histoire est courte et leur attitude bornée raconte quelque chose. Lorsque l’on rencontre Dormund, il a déjà évolué en amont du roman. Jusqu’à la dernière seconde, il restera convaincu d’avoir pris la bonne décision. Ce phénomène est un peu plus complexe pour Charly. En effet, sans trop en dire, on peut noter que ses priorités vont changer. Mais en soi, ses pensées vont montrer qu’il reste au final cette personne égoïste qui se dédouane de toutes responsabilités. Or, qui n’est pas responsable – parmi les personnages mais aussi parmi les lecteurs – de la terrible tragédie que Valentin Auwercs nous dépeint ? De fait, chacun d’entre eux reste fixe dans ses idéaux, ils se bornent dans leur vision d’eux-mêmes et du monde et nous force à nous demander si nous ne ferions pas la même chose.

L’intrigue en elle-même se pose de manière assez douce. L’écriture est fluide et légère, posant les bases des aventures de Charly étape par étape, le tout dans une atmosphère assez angoissante. Une sorte de paradoxe ce créé entre une plume douce, des réflexions demandant une lecture plus calme et une action qui révèle quelque chose de beaucoup plus dure.

L’univers aussi est très bien décrit sans être lourd. L’auteur laisse une grande part à l’imagination tout en donnant des points de repère précis permettant à l’esprit de l’écrivain et du lecteur de collaborer avec soin. Les technologies utilisées le sont avec parcimonie, et si elles sont retrouvables dans d’autres œuvres, elles sont ici maniées à bon escient.

La conclusion est logique et pertinente dans ce qu’elle raconte et ce qu’elle laisse aux lecteurs. Au final, les pages s’écoulent à grande vitesse pour nous amener à cette déduction à la fois surprenante et inévitable. Les thèmes abordés par les personnages sont de plus en plus courant en science-fiction : l’écologie, la famille et l’argent par exemple. Dans « Demain les hommes », ce sont les types de héros et la manière dont ils en parlent qui fait la singularité de l’ouvrage.

C’est donc un grand oui pour « Demain les hommes ». Une œuvre accessible, complète et pertinente à mettre entre toutes les mains !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lillys-1 2019-10-08T18:30:59+02:00
Demain les hommes

✒️L'HISTOIRE

Charly a mené l’affaire du siècle, ses poches pleines et ses bourses vidées grâce à sa maîtresse, son monde va s’effondrer, en deux temps. Le premier quand sa femme le met à la porte et la seconde quand le monde s’éteint.

Imaginez un monde où la technologie est omniprésente. Où notre vie numérique est encore plus pressante qu’actuellement, où même notre cerveau est connecté !

Maintenant, ce monde prend fin en une nuit et la seule pensée de Charly est de savoir si sa femme et ses enfants vont bien. Mais comment survivre et avancer dans un monde qui nous est inconnu tant tout nous a été facilité, assistée.

? LES PLUS

Une claque, ce monde nous courons droit dessus et il est plus que probable que la fin ressemble à celle que j’ai lue dans ce livre.

J’ai été touché par cet homme qui n’a rien d’un saint, mais qui voit enfin ses priorités alors que le monde sombre dans le chaos.

Même le point de vue de celui qui apporte le chaos sur terre reste très touchant, ce n’est pas un super vilain qui veut que l’enfer s’abatte sur terre, mais un homme qui voit le monde tel qu’il est… pourri jusqu’à la moelle.

? LES MOINS

Et bien, la seule chose qui est en moins, ce fut plus un évènement qui m’a attristé. Le « méchant » qui ne l’est pas vraiment sera déçu, mais je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler.

✒️ CONCLUSION

Un Coup de Cœur pour moi, une dystopie réaliste qui prend aux tripes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par emelinevdc76 2019-10-27T22:26:42+01:00
Petite zombie

Je remercie l’écrivain pour l’envoi de son roman sur simplement pro.

J’ai adorer découvrir cette univers avec la petite Méloé.

Au début, je n’ai pas tout compris de pourquoi Méloé se retrouve sous terre mais ensuite au fur et à mesure et surtout avec la partie 2, on comprend vraiment ce qui en découle.

J’ai été attristé par l’histoire et en même tant tellement fière de cette petite.

Par contre je n’ai pas aimer cette fin même si je sais ce qu’il c’est passé mais j’aurais aimer avoir des « retrouvailles ». Savoir ce qu’il va se passer pour cette famille.

Et puis cette imagination, la parole d’une enfant est vraiment impressionnant j’avais vraiment l’impression d’entendre parler mon neveu mais c’est le but comme c’est une petite fille et elle comprend certaine chose malgré tout, il ne faut pas sous estimer les enfants.

Je vous recommande ce roman pour plein de raison et une que je ne peux pas dévoiler au risque de dire trop sur l’histoire.

Afficher en entier
Cadeau empoisonné

Voici une nouvelle policière surprenante et brillante, bonne nouvelle vous pouvez la télécharger gratuitement sur kobo et kindle.

Je l'avoue, j'ai eu des difficultés à lire la nouvelle ou du moins à accrocher au début mais la brillante plume de l'auteur a pourtant achevé de me convaincre.

Si vous êtes prêts à grisonner, plongez vous dans cette nouvelle...Imaginez, vous êtes policier(e) et un collègue vous réveille en pleine nuit, vous le rejoignez au bout de votre rue.Un paquet de Noël pour le moins innatendu à été ouvert par l'un des convives, personne ne sait de qui il vient...et maintenant...filez vite lire la suite!Je n'en dirai pas plus même sous la torture...

Je ne connaissais pas cet auteur mais je suis bien tentée pour lire un de ses romans, si vous pouvez me conseiller alors je compte sur vos commentaires!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lyana-1 2020-02-21T22:48:31+01:00
Demain tout recommence

J’ai découvert l’auteur avec son livre “ Le temps d’une étoile “ puis “ Demain les hommes. “

Je suis littéralement dingue de sa plume qui dénonce les travers de notre société avec une écriture sans excès, qui dit les choses telles qu’elles sont réellement sans envenimer ou enjoliver…

Un univers sombre à l’effigie de “ Demain les hommes “, une fois de plus l’auteur a su me garder au comble du suspense, entre excitation de la lecture et peur du dénouement.

Un texte à l'écriture simple, mais comme toujours poignante qui nous laisse en pleine réflexion sur l’avenir de la planète.

Rendez-vous dans une course folle pour le futur, et ne pensez pas que cela est personnel, car l’auteur vous réserve de belles surprises.

On n'y croit pas, on découvre les lignes en se disant que cela n’est qu’une fiction, on continue notre lecture avec une impression, que plus on avance dans l’histoire plus le questionnement devient présent, à savoir si notre monde lui-même part vraiment à la dérive si profondément.

Une fois de plus, j’ai été embarquée par l’univers de Valentin.

Un monde post apocalyptique et futuriste, et pourtant une aventure qui ne paraît pas si loin de la tournure que prend notre société.

Ouvrir ce livre, c’est accepter de se remettre en question soi-même et notre monde actuel, c’est aussi vivre un moment de lecture intense et dépaysante.

Pour moi, les livres de Valentin resteront des aventures incroyables pleines de bon sens, de sincérité et de vérité taboue.

Je ne veux pas et ne peux pas vous en dire plus cela cacherais votre lecture et découverte, mais sachez qu'avec les ouvrages de Valentin Auwercx vous ne serez jamais déçu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lillys-1 2020-03-25T11:48:18+01:00
Demain tout recommence

Merci à Valentin Auwercx pour ce service presse, j’ai été plus que ravie de découvrir la suite de Demain, les Hommes.

? RÉSUMÉ DE L’AUTEUR

Après l’apocalypse du 2 janvier 2112, le Big Cloud a poussé les derniers survivants du monde à se réfugier sous terre. Quand Liv Monroe remonte à la surface, quelques années plus tard, elle découvre un environnement dévasté où chacun cherche sa place. Alors que les cannibales semblent représenter la plus grande des menaces, d’étranges individus vêtus de combinaisons noires apparaissent.

Dans un monde libre de tout, les monstres n’existent plus, il ne reste que les Hommes.

? MON AVIS

Tout d’abord, je vous invite si ce n’est déjà fait à aller découvrir mon avis sur le tome précédent (cliquez ici).

Tout d’abord répondons à une question légitime, faut-il absolument avoir lu le Demain les hommes pour comprendre Demain tout recommence ?

Non.

Même sans cela, vous ne serez pas perdu au cours de votre lecture et si vous avez lu le précédent tome, vous n’aurez pas non plus l’impression de relire l’histoire.

Valentin Auwercx a écrit son histoire articulée sur ce même univers que le précédent tome, avec des personnages croisés et ici développés des années plus tard.

Ce monde quel est-il ? Fut un temps, il fut ce qu’il deviendra surement un jour, la technologie y a une place dominante, ainsi que la consommation.

Un jour, une ‘’éruption solaire’’ détruisit tout notre confort et pas dans les meilleures conditions. Les piles nucléaires explosèrent à travers les villes en détruisant les habitations, les puces implantées ont grillé, les véhicules ont cessé de fonctionner, les tablettes, smartphone ect ont réduit en charpie ce qui les tenait, comme la main de Liv.

Lors de l’apocalypse, elle eut la malchance de jouer encore à sa tablette sous sa couette, résultat, sa main n’existe plus. Sa chance voulut qu’alors qu’elle errait seule et hagarde, un homme la sauve et ensemble ils ont pu survivre.

Alex devint son nouveau père, caché pendant des années, ils ont appris à survivre seuls alors qu’à l’extérieur, les retombés des explosions nucléaires finirent le travail proprement.

Mais voilà que tout va changer quand leur cachette qui recèle de trésor et de vivres va être découverte.

Le monde a changé, mais de qui doit-on le plus se méfier ?

J’avais adoré l’approche de Demain les hommes et ici je tout simplement en train de baver.

L’écriture je n’ai rien à redire, Valentin Auwercx possède le genre de plume qui me séduit rapidement. Ajoutons à cela une histoire pleine d’action, riche en rebondissements et d’un réalisme à couper le souffle et vous avez un combo gagnant pour passer un superbe moment de lecture plongé dans un monde dur, ou l’espoir se fait piétiner pour mieux repousser, un peu comme la nature.

Vous ne trouverez pas de zombies ni de horde de mutants ici, non la nature humaine recèle de bien assez d’horreur pour en inventer de nouvelles.

✒️ CONCLUSION

Un coup de cœur à lire sans modération !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2020-03-27T10:25:29+01:00
Demain tout recommence

Quand j’ai pris connaissance du résumé de ce court roman, je me suis dit en souriant « Ca y est, il récidive ! Encore une préquelle de Le temps d’une étoile ! Il en a combien en stock ?! ». Il faut dire que jusqu’à présent, j’étais plutôt frileuse vis-à-vis de ces « romans dérivés », mais Demain les hommes m’avait réconciliée avec ce concept, et c’est donc les yeux fermés que je me suis lancée dans celui-ci … Grosse erreur ! Sinon, j’aurai sans aucun doute prêté attention à la petite étiquette « horreur » glissé par l’auteur sur Simplement.pro. Vous le savez, étant hypersensible, c’est un genre que j’ai tendance à éviter … ou du moins, que je m’efforce de lire dans des moments propices (c’est-à-dire où je ne suis ni déprimée ni angoissée). Or, n’ayant absolument aucune idée de ce qui m’attendait, je me suis allégrement lancée dans ce bref récit alors que je n’étais pas dans une forme morale mirobolante … et je l’ai regretté, car vous allez vite vous en rendre compte, ce roman n’a rien d’un conte de fée !

2 janvier 2112. L’apocalypse se déchaine sur le monde : une éruption solaire à la puissance inédite a tout dévasté sur son passage, et toute la technologie humaine sature, faisant des centaines de milliers de victimes en l’espace de quelques secondes. Les piles nucléaires explosent à leur tour, et c’est un immense nuage radioactif qui prend le relais pour tuer tous les malheureux qui n’ont pas eu le réflexe de se calfeutrer. Liv n’est qu’une enfant lorsqu’elle se retrouve orpheline, amputée d’une main, dans ce monde à l’agonie. Recueillie par Alex, un homme aussi solitaire que débrouillard, l’enfant passe plusieurs années cloitrée dans un entrepôt, fort heureusement rempli de victuailles leur permettant de survivre dans des conditions acceptables. Jusqu’au jour où les « oiseaux » débarquent chez eux : après une grosse frayeur, les voici invités à rejoindre le Nid, siège de la communauté, à condition de partager leurs ressources. Tout semble aller pour le mieux, jusqu’à ce que les stocks s’effilochent et que débarquent de nouveaux inconnus, autrement plus dangereux …

Il semblerait que, roman après roman, Valentin Auwercx met en scène les facettes les plus sordides de la nature humaine … Soyez prévenus : des atrocités vous attendent dans ce roman, d’autant plus insoutenables qu’on sait pertinemment que ce n’est pas qu’une affabulation de l’auteur. Celui-ci n’a malheureusement rien inventé : il n’a fait qu’intégrer à son récit de science-fiction des agissements bien avérés de l’être humain. Trahison, séquestration, viol, meurtre, pour aller jusqu’au cannibalisme : contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas que poussé dans ses derniers retranchements que l’homme recourt à ces horreurs (même si j’admets que le dernier crime est moins répandu que les premiers, fort heureusement, et qu’il a plus de risque d’être commis lorsque l’homme ne trouve plus rien à manger que dans une situation confortable où la nourriture lui tombe tout cuit dans l’assiette). Mais bien sûr, les conditions extrêmes exacerbent ces mauvais travers de l’être humain : contrairement à ce qu’on aimerait penser, lorsqu’on en est réduit à la survie la plus primaire, c’est chacun pour soi et souvent au détriment des autres. Et quand il n’y a plus rien à manger, il y a fort à parier que quelqu’un proposera rapidement la solution la plus impensable …

Fort heureusement, dans ce récit, il y a tout de même de beaux exemples de solidarité, d’altruisme et de bienveillance. La petite Liv, atrocement blessée, n’aurait pas survécu plus de quelques heures sans la bonté d’Alex, qui a aussitôt pris cette petite orpheline sous son aile, la soignant, la consolant, l’éduquant et la protégeant. J’ai vraiment beaucoup aimé la relation entre eux : un père et sa fille, liés non pas par le sang mais par le cœur, par les épreuves vécues et surmontées ensemble, par des années de solitude partagée … On le sent, Alex n’a plus qu’un seul but dans la vie : veiller sur sa petite protégée, même au péril de sa vie. On devine également assez rapidement que cette situation idyllique ne peut pas durer, et que tout ceci va se terminer bien tragiquement. C’est un pressentiment qui nous suit du début à la fin : à chaque fois que tout semble s’arranger, que tout semble aller pour le mieux, on sait que quelque chose va mettre fin à cette quiétude, la seule question étant finalement de savoir quand et quoi exactement. Et d’une certaine façon, on aimerait ne jamais le savoir, car on sent que notre petite Liv va souffrir atrocement … et nous aussi.

C’est peut-être finalement le premier reproche que je peux faire à ce roman : la construction est un peu trop « linéaire ». On alterne entre des moments où tout va « pour le mieux dans le meilleur des mondes » (façon de parler, car on reste dans du post-apocalyptique, mais disons des moments de calme et de sérénité où Liv est en sécurité et s’épanouit au contact de personnes amicales) et l’irruption d’un nouvel ennemi toujours plus cruel, jusqu’à ce que tout s’arrange et que la boucle recommence. C’est un petit peu lassant à la longue, d’autant plus que chaque épisode est raconté très succinctement … ce qui s’explique cependant par le fait que notre héroïne et narratrice couche tout ceci sur papier dans la précipitation, en allant à l’essentiel. Deuxième reproche, malheureusement plus problématique encore : je n’ai pas retrouvé la si belle plume que j’avais tant aimée dans Le temps d’une étoile et Demain les hommes. La narration m’a semblée bâclée : il y a un nombre incalculable de grosses fautes d’orthographes (« une pose café », « les suicident étaient nombreux », pour exemple) et de syntaxe (des phrases sans verbe, ou bien des problèmes de ponctuation), et cela a considérablement perturbé ma lecture …

En bref, vous l’aurez bien compris, c’est une lecture en demi-teinte : d’un côté, j’ai trouvé le récit en lui-même particulièrement intéressant (bien que très difficile à assumer émotionnellement, certaines scènes étant vraiment très difficiles à lire), mais de l’autre, je n’ai pas retrouvé le style si particulier de Valentin Auwercx, celui qui faisait toute la différence. A travers le témoignage de Liv, l’auteur évoque les thématiques de la survie, de la condition humaine, de la société en tant que regroupement d’individus tendus vers un même objectif … Il y a un sacré potentiel, d’autant plus que notre jeune héroïne et narratrice est assez attachante (sans doute parce qu’elle nous ressemble : ce n’est pas une « bête de survie », elle a besoin des autres pour s’en sortir, tout en étant prête à donner du sien pour aider les autres), mais ce potentiel n’a pas été aussi exploité qu’il aurait pu l’être. Le fond était vraiment très intéressant et prometteur, mais la forme n’a pas suivie, et c’est bien dommage, car j’attendais beaucoup de ce récit … Mais que l’auteur se rassure : cela ne m’empêchera clairement pas de tenter ma chance pour ses prochains romans, car j’aime beaucoup ses idées, j’espère juste retrouver sa si belle plume qui m’avait tant charmée !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2020/02/demain-tout-recommence-valentin-auwercx.html

Afficher en entier
Demain tout recommence

J'ai adoré ce roman, l'univers est tellement bien recherché, et construit.

L'auteur nous dévoile un monde ravagé, anéanti !

Dès le début j'étais conquise !

J'ai adoré les personnages, Liv , cette fillette qu'on voit évoluer dans ce monde , elle qui devient une jeune femme, j'ai adoré ce personnage, très courageuse, déterminer, elle n'as pas eu la vie facile non plus !

J'ai beaucoup apprécié Alex , Sonic et d'autres personnages qui cachent bien leur jeu !

Certaines sont vraiment sadique, donc j'ai encore plus adoré !

De bonnes scènes d'action , de scènes bien dégueulasse aussi , mais bon des morts , du sang , du sadisme, je ne pouvais qu'approuver ! ( C'est pas pour les fillettes ^^ )

La plume de l'auteur reste toujours aussi fluide et agréable a lire , il décrit très bien l'univers, les scènes ...

J'étais vraiment a fond dans ce roman, c'est tellement Addictif, avec pas mal de révélations et surtout de rebondissements !

De plus l'auteur traite de sujets tel que la technologie, la liberté et bien d'autres !

Une tuerie à lire !

Si vous aimez les dystopie, science fiction, le sang , des morts , foncez !

Afficher en entier

Dédicaces de Valentin Auwercx
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Independently published : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array