Livres
486 843
Membres
477 173

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Vanessa Springora

68 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Diamant
13 lecteurs
Or
22 lecteurs
Argent
12 lecteurs
Bronze
3 lecteurs
Lu aussi
13 lecteurs
Envies
45 lecteurs
En train de lire
5 lecteurs
Pas apprécié
0 lecteurs
PAL
24 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.74/10
Nombre d'évaluations : 34

0 Citations 20 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Vanessa Springora

Sortie France/Français : 2020-01-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par missmesmerized 2020-01-23T20:11:36+01:00
Le Consentement

« La littérature excuse-t-elle tout ? »

C’est une des multiples questions que Vanessa Springora pose dans son livre « Le consentement » qui a peut-être provoqué le plus grand scandale littéraire de l’année 2020. L’éditrice raconte l’histoire comment elle, à l’âge de seulement quatorze ans, a été séduite par Gabriel Matzneff, un ami de sa mère et auteur reconnu qui a franchement parlé dans ses livres de sa préférence sexuelle pour les très jeunes filles et garçons sans que jamais quelqu’un aurait désapprouvé. C’est l’histoire d’une fille qui se sent aimée, qui comprend que ce qu’elle vit doit se passer à l’ombre comme ce n’est pas tout à fait accepté moralement, mais qui, en même temps, ne se voit pas comme « victime », mais comme une jeune femme qui aime. C’est seulement quand elle se reconnaît dans les récits de l’auteur qu’elle se sent abusée et qu’elle développe le désir de s’emparer de son propre histoire.

Il est vraiment difficile de ne pas avoir entendu parler de l’affaire Matzneff et ce sont les nombreux articles de journaux et reportages radiophoniques qui m’ont intrigués à lire le livre de Vanessa Springora. A mon avis, c’est un document à ne pas rater, non seulement pour soi-même se forger une opinion en ce qui concerne le scandale, mais avant tout, parce qu’elle permet de suivre ses pensées et ses sentiments en temps de son relation avec Matzneff qui ne correspond pas du tout à l’idée d’un abus de mineurs mais qui est beaucoup plus compliquée et pour cette raison intéressante.

Avant tout, « Le consentement » est un document de la pensée des soixante-huitards. La relation d’un quinquagénaire avec une adolescente est inimaginable aujourd’hui, selon l’idée de la liberté totale, il n’y a rien de choquant, au contraire, l’initiation devient presqu’une obligation. Quoique ce soit difficile à accepter, il y a une certaine logique comme dans la vision du monde de la jeune Vanessa pour qui l’intérêt et l’admiration d’un homme aide à devenir vivante. Au moment où elle est ensemble avec l’auteur, c’est seulement savourer le jour, c’est beaucoup plus tard qu’elle va éprouver vraiment les conséquences de cette relation.

Ce qui est étonnant et certainement choquant, c’est que tant d’adultes avaient connaissance de cette liaison singulière mais aucun d’entre eux – même pas ses parents et ses profs ! – la désapprouvait ou prenait des mesures pour protéger la fille. Peut-être que vraiment les temps ont changés – au moins le fait que le scandale est bien existant et ainsi fait preuve de cela – mais c’est peu compréhensible aujourd’hui comment au vu et au su de tout le monde cela se pouvait dérouler.

A part du contenu totalement captivant, c’est aussi la manière de raconter que j’ai adorée et qui évoquait plutôt un entretien avec une amie qu’un roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hegoa 2020-01-25T14:09:59+01:00
Le Consentement

Le consentement de Vanessa Springora. Un livre très sincère, extrêmement troublant dans lequel l’auteure raconte comment elle a été séduite et « possédée » a l’âge de 13 ans par un homme de plus de 50 ans´ écrivain, intellectuel.... Un combat contre la perversité et les pedophiles .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par VanessPiouPiou 2020-02-04T19:59:18+01:00
Le Consentement

L'histoire de V. à l'heure de me too est stupéfiante, édifiante,

énervante. Comment de telles choses ont elles pu rester impunies ? Comment G. peut il ne jamais avoir été inquiété par la justice, comment a t il pu être idolâtré, recomposé ?

V. nous démontre sans aucune ambiguïté que le délai de prescription dans ce genre d'affaires est une aberration, les victimes mettent des années pour ne pas dire des décennies pour se reconstruire... du moins pour celles qui y arrivent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2020-02-06T20:29:11+01:00
Le Consentement

Je vais être honnête avec vous, je ne savais même pas qui était Gabriel Matzneff (G.M) avant d'entendre parler de cette affaire de pédophilie.

Affaire que j'avais suivie de loin en m'abstenant d'aller ajouter mon grain de sel dans les débats.

Puisque l'auteure venait à La Grande Librairie, je me suis plantée dans mon canapé et j'en ai pris plein ma gueule. le lendemain, le roman était sur ma table et fut de suite entamé.

Mettons les choses au point pour ceux ou celles qui ne sauraient pas, ce roman n'est pas un pamphlet de haine, ni un règlement de compte, ni un roman de plus sur l'horreur qu'est la pédophilie.

Non, c'est différent, mais c'est fort, horriblement fort et, je l'espère, libérateur pour l'auteure et pour toutes celles qui furent victimes de ce pédocriminel qui se vantait de n'en forcer aucune puisqu'il avait toujours le consentement des adolescentes de moins de 16, de moins de 15 ans, parfois de 14 ans à peine. Pour les garçons de Manille, c'était encore plus jeune.

Non, l'auteure ne règle pas ses comptes, elle raconte simplement les faits, sans minimiser ce qu'il s'est passé. Elle donne sa version des faits, puisque son prédateur ne s'est pas privé pour l'insérer dans ses abjects livres où il décrivait ses crimes sexuels par le menu, sans que les romans ne portent l'étiquette "fiction" mais celle de "journaux". On ne peut pas dire que personne ne savait…

Enfermer le prédateur, le chasseur de petits garçons et de petites filles dans un livre, le prendre à son propre jeu, à son propre piège. Il a dû lui en falloir du courage, car il faut toujours plus de courage aux victimes qu'aux coupables.

G.M, c'est un pédocriminel pervers narcissique… Il manipule les filles, il manipule les gens, utilise les mots comme des armes, les sentiments aussi et se donne toujours de l'importance puisqu'il est un auteur célèbre et un amant magnifique (c'est lui qui le dit, pas moi !!). Bref, il donne envie de vomir.

Mais ce qui rend encore plus malade, c'est que la Société n'ait rien fait et ait laissé faire, comme si, le fait qu'il soit un auteur célèbre et que les filles mineures soient « consentantes » aient constitué un passe-droit et non une violation de la loi, en plus de celle des gamines.

Le monde littéraire savait mais tolérait les penchants de G.M, les flics ne voyaient même pas la gamine qu'était Vanessa, à côté de G.M, pourtant… Les passants faisaient bien leurs regards désapprobateurs, mais passaient ensuite leur chemin, comme les passants qui passent savent si bien le faire. J'en fais partie aussi.

Non, à 14 ans on n'est pas adulte, non, à cet âge-là, on ne pense pas correctement, on est un peu folle (j'ai eu 14 ans moi aussi), on est nombriliste, les adultes sont des gens qui ne comprennent rien (surtout les parents et les profs) et si la Loi ne nous donne pas la capacité légale de signer certains contrats, j'estime que le législateur devrait protéger aussi les mineurs de ces adultes qui veulent s'amuser en ayant des relations déplacées avec eux.

À 14 ans, il n'y a pas de « consentement » qui tienne, à 15 ans non plus… Ce sont des vies détruites à tout jamais. Mais les politiciens ont pinaillé sur ce fameux « et si il y a consentement ? » et n'ont rien produit de concret. Ce roman va peut-être faire bouger les choses, je l'espère en tout cas.

220 pages qui se lisent d'une traite, sous apnée car on voit Vanessa courir à sa perte et on aimerait la retenir, l'empêcher de tomber sous la coupe de ce pervers narcissique pédocriminel manipulateur mais on sait déjà qu'il est trop tard puisque cela à eu lieu il y a plus de 30 ans, dans ces années 80 que j'aimais.

Un livre choc, fort, pudique, bourré d'émotions mais sans vouloir faire pleurer dans les chaumières car l'auteure ne veut plus être victimisée, ni être une coupable car le coupable, c'est l'adulte qui l'a chassée, qui l'a prédatée, qui a abusé d'elle, et on se fout pas mal qu'elle ait donné son consentement car pour moi, consentement il n'y avait pas, en raison de son jeune âge.

Il lui en a fallu du courage pour vivre après ça, pour reprendre pied, pour remonter à la surface respirer, et réapprendre à vivre, alors que ce pédocriminel de G.M. continuait de publier des livres, d'agir au nez de tout le monde, de se victimiser, de rendre les autres (notamment l'auteure) coupable, de regarder de haut les rares personnes qui s'indignaient des actes de G.M. (l'auteure Denise Bombardier a eu ce courage, mais tout le monde s'en foutait sur le plateau de Bernard Pivot).

J'aimerais vous dire plus sur ce livre qui m'a tordu les tripes, sur ce livre qui montre les failles de la Justice, vous parler des émotions ressenties, mais les mots me manquent ou alors je vais écrire une chronique de 36 pages.

Je ne direz qu'une seule chose : lisez-le ! Pour comprendre… Parce que comprendre ne veut pas dire pardonner. Mais pour se prémunir, il faut connaître les méthodes de chasse des pédocriminels.

Et faisons en sorte que le législateur se prononce enfin sur une interdiction des relations entre majeurs et mineur(e)s de moins de 16 ans. Point barre.

Madame Springora, je salue le courage qu'il vous a fallu pour écrire ce livre et pour votre intervention sur le plateau de la Grande Librairie, ainsi que les intervenants qui ont tenté d'éclairer un peu le monde sur le pourquoi du comment la justice, les flics et personne (ou si peu) n'avaient bougé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par auramillia 2020-02-07T07:15:46+01:00
Le Consentement

Un très bon livre qui se lit vite, dans lequel V.Springora remet systématiquement les choses dans leur contexte et adopte un ton particulièrement calme malgré le fait qu'elle ai été personnellement impactée par cette histoire.

En le lisant, on sent une grande volonté de l'auteur de se ré-approprier son histoire, avec son point de vue et ses ressentis.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fabienne-23 2020-02-09T12:09:31+01:00
Le Consentement

Sitôt trouvé en ebook sitôt lu... mue par la nécessité de rendre justice à l'auteure et par ma profonde empathie pour cette victime d'un environnement culturel et d'une époque complaisante, où une certaine élite signe des pétitions en faveur de la dépénalisation des relations sexuelles entre mineurs et adultes.

Même si les signataires s'excusent plus tard de cette dérive et de cet aveuglement, G.M. lui ne baisse pas les armes. Les publications de celui-ci deviendront le pire instrument de trahison, présentant une oeuvre de fiction qu'il veut faire passer pour la réalité. L'auteure découvre que les livres peuvent devenir un piège dans lequel elle est enfermée. G.M. s'empare de son image et lui vole son âme.

L'auteure constate qu'en dehors des artistes, il n'y a que chez les prêtres qu'on a assisté à une telle impunité.

Avec cet ouvrage, Vanessa Springora se réapproprie son image. Elle démontre que la parole des victimes peut enfin se libérer.

Avec une très belle plume , Vanessa Springora entre directement dans la cour des grands.

Maintenant qu'elle est redevenue le sujet de sa propre histoire, Vanessa Springora pourra peut-être, dans le futur, poursuivre son oeuvre littéraire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par anne58 2020-02-09T15:45:15+01:00
Le Consentement

Le thème est dur et pourtant lire ce livre est très facile. La plume est agréable fluide, le style rend presque léger cet écrit qui retrace une portion de vie.

L'art place t-il son auteur au dessus des lois et de la morale? La question est loi d'être nouvelle et les avis divergent dessus. Pourtant, comme le signifie l'auteure, si un boulanger, un chômeur ou quiconque n'appartenant pas à "l'élite" se permet le quart de ce que l'écrivain concerné par ce livre fait, je suis persuadée qu'il y aura un tollé général.

Je ne connaissais pas cet auteur "G." et j'en suis heureuse. Les extraits, mot à mot ou dans l'idée de ses textes, que je viens de lire m'ont assez salie.

Je trouve merveilleux une telle thérapie , ou plutôt fin de thérapie, par l'écriture. Elle est de plus très intéressante à lire. Si cela pouvait accompagner un changement dans le monde de l'édition ce serait merveilleux. Les livres nous influencent, les livres accompagnent une société, une évolution dans ce domaine ne pourrait qu'être profitable.

J'ai conscience de l'impossibilité d'un telle chose, pourtant ce texte pourrait tout à fait être étudier au collège ou au lycée, pour protéger, éduquer, mais aussi responsabiliser les adultes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilyf80 2020-02-09T17:09:40+01:00
Le Consentement

Un livre qui mérite de la reconnaissance, c'est à la fois courageux et difficile de raconter cette partie de sa vie dans notre monde actuel. Elle permet également de bien comprendre le consentement, du viol ou de l'abus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ywilos 2020-02-09T21:42:22+01:00
Le Consentement

C'est un peu compliqué de juger le livre vu les circonstances d'écriture et ce dont il parle. L'auteure semble néanmoins décrire de façon franche et honnête ce qu'elle a vécu et c'est le principal.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alex-ex 2020-02-11T15:37:44+01:00
Le Consentement

Sous couvert d’une époque, de l’aveuglement d’un certain milieu , V. a vécu aux yeux de tous, cette histoire avec G.. Ce style de vie, cette « transgression » face à cette société bien pensante, était à l’époque défendue par des grands noms de la littérature mais pas que ! Nous sommes propulsés dans une époque où l’adulte est toujours plus protégé alors que l’enfant est offert en pâture.

Comment ne pas protéger une adolescente de 14 ans face à un homme de 50 ans qui ne cherche que son plaisir pour ensuite tout apposer et déformer dans son journal qui sera ensuite publié ? Pour marquer encore et encore au fer rouge Vanessa et toutes les autres ?

Après cette lecture, je suis dans l’incompréhension, de cette impunité totale, de cette époque où les actes sulfureux et décadents étaient considérés comme des actes de liberté et rien d’autres.

Vanessa Springora arrivera à se libérer plusieurs dizaines d’années plus tard avec l’écriture de ce récit.

Un livre à lire absolument !

Afficher en entier

Dédicaces de Vanessa Springora
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Grasset : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array