Livres
443 191
Membres
378 297

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Victor Del Arbol

110 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Victor DEL ARBOL est né à Barcelone en 1978.

Il fait divers petits métiers et n’achève pas ses études d’histoire et de droit. Il entre dans la police catalane où il exerce depuis 20 ans tout en se consacrant à l’écriture, avec bonheur. Son roman « La Tristesse du Samouraï » a reçu le Prix Le Point du polar européen 2012 et a été classé par la revue LIRE parmi les 10 meilleurs polars, en juin 2012.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.61/10
Nombre d'évaluations : 28

0 Citations 21 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Victor Del Arbol

Sortie France/Français : 2019-01-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Minisucre 2015-11-25T08:52:56+01:00
La maison des chagrins

Le synopsis m'a attiré mais je n'ai pas apprécié le livre. Trop de personnages avec leurs peurs, leurs deuils et vouloir que tout se regroupe (au vu des commentaires car arrêté au milieu du roman). Il ne m'a pas captivé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lila11 2015-12-30T15:02:55+01:00
La tristesse du Samouraï

Un bon polar espagnol sur fond historique. J'ai beaucoup aimé les aller-retour dans le passé. Il m'a donné envie de mieux découvrir cet auteur

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bidule2 2017-01-16T01:44:03+01:00
La Veille de presque tout

Les trois quarts de ce livre est long et très peu intéressant. On ne sait pas ou l'histoire nous emmène et les personnages sont difficile à cibler.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par viduite 2017-01-20T10:45:06+01:00
La Veille de presque tout

Un bon polar avec une fragmentation de l'histoire qui maintient l'intérêt du lecteur. La grande valeur de ce roman tient, à mon avis, à son interrogation sur la culpabilité de la survie.

Découvrez l'intégralité de mon avis ici :

https://viduite.wordpress.com/2017/01/20/la-veille-de-presque-tout-victor-del-arbol

Afficher en entier
Toutes les vagues de l'océan

Voilà un livre, un auteur et un traducteur qui méritent une autre place que celle que la critique semble leur accorder au rayon de la "littérature policière" fût-elle primée ! La traduction de Claude Bleton est remarquable, ce "million de gotas" étant devenues "toutes les vagues de l'océan", car c'est bien d'un déferlement qu'il s'agit : celui de l'histoire- dans l'Histoire- de la confrontation de deux hommes que tout oppose et à la fois relie, de la violence des hommes, mais de celle aussi des idées, celles auxquelles ils souscrivent autant que celles qu'ils imposent. Bref, une fresque étonnante de ce siècle passé, des périodes tragiquement noires qui l'ont marqué et dont la description n'est pas sans rappeler d'ailleurs les témoignages de Malaparte qui les a vécues, et que l'auteur a lus assurément. Un livre assez noir en vérité, car laissant peu d'espoir de paix à ceux que l'histoire (qui s'écrit chaque jour) a broyés. Pour lecteurs "avertis".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lelette1610 2017-09-04T12:00:40+02:00
La tristesse du Samouraï

Ce livre est passionnant et compliqué pour ceux qui aiment les bonnes histoires et la littérature "impliquante".

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fridakhalo 2017-10-22T12:13:47+02:00
La tristesse du Samouraï

Riche en événements historiques, ce livre est un peu complexe mais passionnant. J'ai beaucoup aimé l'écriture et les personnages. J'ai appris que l'auteur avait été plusieurs fois primé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Low90 2018-04-06T15:46:20+02:00
Toutes les vagues de l'océan

Deuxième livre que je lis de cet auteur et une chose est sur j’aime beaucoup son style d’écriture.

Ce livre met en avant l’impact que peux avoir les secrets de famille, la soif de vengeance sur plusieurs générations. Ici on va suivre l’histoire de Gonzalo qui suite à la mort de sa sœur va petit à petit lever le voile sur l’histoire de sa famille.

Ce que j’ai aimé dans ce livre c’est le changement d’époque suivant les chapitres, en effet, parfois on se retrouve avec Gonzalo en 2002 et à d’autres moments on découvre l’histoire d’Elias le père de Gonzalo dans les années 30. Cette alternance nous permet de découvrir petit à petit ce qu’il c’est passé et ainsi la conséquence des actes qu’il y a eu dans le passé. Ici, on voit bien les conséquences de que peut avoir la rancœur d’une génération sur la suivante qui au final est innocente et n’est pas responsable des faits.

J’ai beaucoup aimé les personnages qui pour moi apporte toute la qualité au livre. Ils sont tous très bien et apporte leur utilité à l’histoire. Je trouve que le personnage d’Anna est vraiment intéressant et impressionnant, elle m’aura étonné jusqu’au bout je ne pensais que son implication dans l’histoire était faite de cette manière.

La fin est plutôt surprenante, l’intrigue est bien présente et se dévoile petit à petit jusqu’aux dernières pages.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture et je vais sans doute continuer à suivre ce que fait cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Korentin 2018-11-06T17:40:24+01:00
Toutes les vagues de l'océan

Très bon roman mais j'ai été agacé par la façon systématique dont l'auteur traite ses personnages torturés. Les personnages ayant subi des sévices dans leur vie deviennent à leur tour des monstres. Ca avait un côté too much mais je trouvais que ça s'intégrait bien à l'histoire. Un livre plein de rebondissements qui nous fait toucher aux jours sombres d'un passé toujours aussi présent. Une très belle écriture , On a souffert dans sa vie, on fait souffrir les autres à son tour. Du coup, ça donne des personnages assez caricaturaux.

Mis à part cet écueil, ce polar est passsionnant de bout en bout!

Afficher en entier
Toutes les vagues de l'océan

♫ Je vais et je viens entre… ♪

Non pas "entre tes reins" bande de coquins, mais "entre différentes époques" !

C'est cette phrase qui vient de tourner dans ma tête au moment de prendre le clavier pour pondre une critique pas évidente sur un roman qui m'a boulversifiée (néologisme offert).

Putain de roman ! Putain de fresque historique qui, comme une toile d'araignée, est vaste, ramifiée, mais où tout ramène en un seul point : Elías Gil, figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences.

Par contre, il vous faudra attendre la fin pour découvrir la toile dans son entièreté et savoir ce qui s'est passé en juin 1967, jour de la disparition d'Elías Gil, ancienne figure importante du communisme.

Le roman n'est pas résumable, trop dense, sachez juste que vous allez voyager dans les époques troubles, voguant entre les années 30 et 2002.

Vous suivrez Elías Gil, jeune espagnol, et ses trois compagnons dans la Russie des années 30, vous serez torturé et déporté avec d'autres prisonniers, qui, comme vous, ne seront coupables que d'avoir été au mauvais endroit ou d'avoir critiqué le pouvoir.

Violez, tuez, tant que vous le faites avec patriotisme. Mais ne dites pas du mal du pouvoir ou de la mère à Staline…

Le pouvoir communiste a besoin de main-d'oeuvre pour creuser un grand canal ou pour coloniser la Sibérie. Allez hop, déporté, affamé, humilié, vous serez. Le passage sur l'île de Nazino, surnommée ensuite "Cannibal Island" est un des plus terribles.

Ce qu'un humain est capable de faire pour survivre… Jusqu'à devenir comme celui que vous haïssez…

Vous assisterez à l'arrivée de Franco au pouvoir en Espagne et vous ferez la guerre du côté des Russes, avant de revenir dans votre Espagne natale.

On voyage dans les époques, mais aussi dans les pays : Espagne, Russie, Sibérie et France.

Les personnages sont travaillés minutieusement : entre Gonzalo Gil, avocat et fils d'Elías, qui cherche à enquêter sur le suicide de sa soeur, son père, Elías, disparu quand le fils avait 5 ans, et dont il n'a plus beaucoup de souvenirs, sinon ceux qu'on lui a fait.

L'homme est-il bien comme son fils l'a toujours cru ? Sa soeur n'avait-elle pas raison lorsqu'elle avait dressé de lui un portrait au vitriol, se faisant répudier par son père en même temps.

Le flic véreux, les truands, le pédophile, le salaud, la mafia russe… Tout ça s'imbrique avec un réalisme qui donne des sueurs froides. De plus, il est des silences tout aussi meurtriers, aussi lâches, aussi violents que certains actes innommables. Surtout lorsqu'on ne veut pas voir la vérité.

On ne s'ennuie pas, on frissonne, on a peur, on tremble devant les pages sombres de l'Histoire (une de celles dont on parle trop peu) et on se rend compte que les plus salauds ne sont pas toujours ceux désignés comme tels.

— Tu en appelais à l'éthique pour torturer et tuer, lui, il appelait cela simplement du pragmatisme. Il était convaincu de l'inévitable nature corrompue de l'être humain et toi tu cachais tout cela sous la répugnante théorie de l'idéalisme.

Au final, on est sonné, estomaqué, lessivé, lavé ! On a beau critiquer nos politiciens, les trouver véreux, se plaindre du système qui est mal foutu, mais ce n'est rien comparé au communisme de Staline. Rien au regard de ce qu'un système politique peut faire à ses compatriotes. Rien à côté de cet illogisme qu'était la pensée de ces hommes qui en ont déshumanisés d'autre.

Un tout grand roman noir qu'il vaut mieux aborder en toute connaissance de cause car il ne vous laissera ni de marbre, ni indemne. Gardez tout de même un Tchoupi à côté pour lire ensuite. On n'est jamais trop prudent…

Afficher en entier

Dédicaces de Victor Del Arbol
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Actes Sud : 7 livres

Editorial Alrevés : 1 livre

DEBOLSILLO : 1 livre

Ediciones Destino : 1 livre

Plaza & Janés : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode