Livres
458 531
Membres
412 127

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Yves Viollier

113 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par 21la 2013-01-31T23:00:11+01:00

Biographie

Yves Viollier est né en 1946 en Vendée. Enseignant dans un premier temps, sa passion pour l'écriture le rattrape : il devient critique littéraire pour l'hebdomadaire La Vie. Au début des années 80, il publie ses premiers romans : La Mariénée (Jean-Pierre Delange , 1981), La Cabane à Satan (Éditions Universitaires, 1982), La Chasse aux Loups (Flammarion, 1984), Le Grand Cortège (Flammarion, 1986). C'est grâce à sa rencontre avec Jacques Peuchmaurd qu'il publie Jeanne La Polonaise chez Robert Laffont en 1987, et qu'il intègre la célèbre École de Brive.

L'École de Brive, sous ce nom très officiel, n'est en réalité que le rassemblement d'une « bande d'écrivains » constituée au début des années 80 lors de la Foire aux Livres de Brive la Gaillarde. L'élève Yves Viollier a donc pu rejoindre d'autres camarades bien connus tels que Michel Peyramaure, Claude Michelet, Denis Tillinac ou Christian Signol. Tous ces grands noms ont un point commun : leur volonté d'écrire des histoires qui puisent leurs racines dans la terre de leur enfance ou dans celles de leurs ancêtres. C'est ainsi qu'Yves Viollier s'intéresse à décrire cette vie provinciale, ce passé, la vie de ces gens simples, chacun héros à leur manière de leur vie respective.

Outre le fait d'être des succès de librairie, plusieurs de ses romans ont été primés, notamment Par un si long détour (Robert Laffont, 1992), Les Pêches de Vignes (Robert Laffont, 1994), Les Lilas de Mer (Robert Laffont 2001). Son roman, Les Sœurs Robin, paru en 2002, retrace l'extravagante virée en 4L de 2 sœurs septuagénaires à travers le marais et le département. Fort de son succès, ce roman a été adapté en 2005 au cinéma par Jacques Renard avec dans le rôle des deux protagonistes, Line Renaud et Danièle Lebrun.

En 2010, avec Délivre moi, Yves Viollier renoue avec son histoire régionale et offre aux lecteurs un aller-retour entre le XXIème siècle et les Guerres de Vendée pour un conte à la limite du fantastique.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
11 lecteurs
Or
30 lecteurs
Argent
58 lecteurs
Bronze
32 lecteurs
Lu aussi
27 lecteurs
Envies
78 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
7 lecteurs
PAL
38 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8/10
Nombre d'évaluations : 31

0 Citations 39 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Yves Viollier

Sortie France/Français : 2019-04-04

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Emrys98 2017-01-01T21:35:11+01:00
Délivre-moi

Je dois avouer que je suis un peu déçue... Etant fan des guerres de Vendée, je trouvais la trame de ce livre originale ou du moins différente de ce que j'avais pu lire sur cette période. Mais peut-être que j'en attendais trop...

Je n'ai réussi à accrocher à aucun personnage. Sétima est impénétrable, on ne sait jamais ce qu'elle pense et on ne commence à comprendre Clotilde que tard, alors que des bribes de son passé sont rapportées à travers des flash-back. Cette impression de distance entre les personnages et moi m'a pas mal bloquée.

Après, au niveau de l'écriture, c'est fluide, ça se lit bien et vite. Certaines phrases donnaient parfois l'impression d'être des didascalies ^^

Enfin bref, l'idée avait éveillé ma curiosité, je trouve intéressant de voir cette période abordée dans un style de roman assez moderne mais la sauce n'a pas pris.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bebi 2017-06-30T11:25:47+02:00
Le Marié de la Saint-Jean

Zhida voit le plus jour de sa vie arriver: celui de son mariage avec Gabrielle.

Pendant la période de préparatifs, dans sa belle-famille, il se remémore son passé.

Chinois élevé au Cambodge par un père médecin et une mère sage-femme, il est ensuite envoyé, avec son jeune frère, en France, afin d'y faire ses études. Une déchirure énorme.. Surtout que la vie au Cambodge est de plus en plus difficile et que sa famille n'en sortira pas entièrement indemne..

Dans ce roman, Yves Viollier nous fait à nouveau toute sa douceur. Il a su rendre les souvenirs de Zhida tellement réels et ses émotions tellement fortes, que l'on peut se demander s'il ne s'agit pas là d'un véritable récit biographique....

J'avais déjà lu un de ses romans (les pêches de vigne), et déjà avec celui-là, j'avais été touchée par la poésie qui parsemait les pages. Il y a, dans cette façon d'écrire, une invitation au rêve et à la détente.

Bien sûr, tout ce que raconte Zhida n'est pas rose, loin de là. Après tout, la situation au Cambodge dans les années 60 était loin d'être paradisiaque! Entre la misère, la révolution Khmère, et le danger, il y a de quoi s'inquiéter. Et c'est que l'on ressent, rétrospectivement, quand le jeune homme revient sur ces années perdues, celles pendant lesquelles il n'a pas pu intervenir pour sauver sa mère.

Mais à côté de cela, il y a le mariage avec Gabrielle. Gabrielle, et sa joie de vivre. Et là, en Vendée, on prépare des noces comme il se doit, à l'ancienne, avec toutes sortes de traditions. On se trouve entouré d'une famille aimante, d'un futur beau-père rude mais au coeur gros comme ça. De futurs beaux-frères prêts à l'adopter, lui et ses traditions. On ne fait pas les choses à moitié. Et c'est le bonheur sans nuage.

Ce roman n'est pas un coup de coeur (l'est-ce pour Pampoune, ma binôme?), mais je dois dire que j'ai passé un très agréable moment de lecture.

Points attribués: 7/10

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nathnoirm 2017-10-25T18:48:41+02:00
Elle voulait toucher le ciel

Très joli moment de lecture, écrit sous forme de journal intime. On côtoie la joie et la tristesse, l'amour et la haine. J'ai passé un très bon moment

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emrys98 2018-01-02T19:25:12+01:00
L'instant de grâce

J'avais déjà lu un livre de cet auteur, que je n'avais pas apprécié plus que ça... Eh bien avec celui-là, on peut dire qu'il remonte dans mon estime !

C'est un dialogue entre deux époques. D'un côté nous avons le général vendéen Charles de Bonchamps et de l'autre David d'Angers à qui le roi fait commande d'une statue pour ornementer le tombeau de Bonchamps. C'est pour le sculpteur l'occasion de voir resurgir de nombreux souvenirs et d'honorer une vieille dette, puisque Bonchamps avait obtenu la grâce de son père sur son lit de mort. Ainsi les deux époques se mêlent, d'un chapitre à l'autre et à l'intérieur même des chapitres, et ce sans que cela ne soit le moins du monde embrouillant.

Outre cet ancrage historique, nous voyons aussi comment un sculpteur se construit et aborde son œuvre. David passe du temps sur son "Bonchamps", en choisit la pierre, fait des esquisses, des ébauches, galère, hésite, tâtonne, se trompe et recommence... Jusqu'à parvenir à monter ce que Bonchamps représente pour lui : non pas le général vendéen, mais l'homme qui par un geste a épargné cinq milles vies. Le rapport qu’il entretient avec lui à travers le temps est très beau.

Bon, il faut tout de même garder à l’esprit qu’il s’agit d’un roman historique. Allez savoir ce qu’il se passait réellement dans la tête de David, mais je trouve la proposition d’Yves Viollier plausible.

Un court livre sympathique donc, qui présente à la fois la genèse d'une œuvre et la vie d'un grand homme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hillja 2018-07-12T09:10:24+02:00
La Nuit d'après

Il a parfois fallu que j'arrête la lecture tant mes yeux débordaient de larmes. C'est que l'histoire de ce vieux couple est d'une émouvante proximité, géographique bien sûr (c'est la Vendée qui est racontée), humaine surtout, comme ses joies et ses peines sont celles de toute famille provinciale.

Traduits par une écriture double, — pointilleuse quand il s'agit de scènes dédiées au travail du bois et à la nature, pudique dès que sentiments et émotions émergent sur les lignes, — ces allers-retours épisodiques du présent au passé édifient un mémorial voué à l'éternité, et profondément attendrissant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ludwigjeansebastien 2019-01-01T22:55:38+01:00
La flèche rouge

En 1937, Pierre Métayer, jeune mineur vendéen membre du parti communiste est sélectionné pour participer à un voyage en URSS, en compagnie d’autres jeunes mineurs, ouvriers ou employés agricoles, tous enthousiastes à l’idée de découvrir le merveilleux « paradis » communiste du petit père Joseph Staline. Après un long périple en chemin de fer, ils visitent Léningrad et doivent reprendre un train soviétique, « La Flèche rouge », qui se retrouve bloqué par une tempête de neige pendant cinq jours au milieu de nulle part. Pierre y fait la connaissance de Maïa, seize ans, danseuse du Kirov qui doit se produire avec sa troupe sur la scène du Bolchoï. Les deux jeunes tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Maïa rêve de fuir un régime dictatorial qui a déjà broyé sa famille. Pierre voudrait pouvoir s’installer un jour dans ce nouvel eldorado. Le contexte le permettra-t-il ?

« La flèche rouge » est à la fois un roman historique et un roman de terroir. Le lecteur y découvrira à la fois la réalité de la vie des mineurs sur un territoire pas particulièrement célèbre pour ses terrils et ses corons ainsi que le choc de la réalité quand Pierre découvre la véritable vie des Soviétiques à mille lieues de ce qu’il imaginait avant de partir : présence policière permanente, pauvreté omniprésente, délation, espionnage et répression aussi sauvage qu’injuste. Les parents de Maïa ont été déportés au goulag puis exécutés comme « ennemis de classe » simplement parce que le père, professeur, apitoyé par le sort cruel des paysans mourant de faim, avait voulu les secourir. Livre très agréable à lire, Viollier est un des meilleurs dans ce genre de littérature. Une histoire romantique et émouvante à souhait mais qui pêche par une fin un brin décevante. Jamais de « happy end » avec Staline…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ludwigjeansebastien 2019-01-03T19:39:51+01:00
La route de glace

De retour en Vendée, Pierre Métayer, désespéré d’avoir laissé seule Maïa en URSS, prend la place de son ami José qui devait partir combattre en Espagne dans les rangs des Républicains. Blessé à la hanche lors d’un bombardement, il est rapatrié en France et récupéré par Hélène, l’amie fidèle, qu’il finit par épouser et dont il aura un fils, Michel. La guerre venue, il se retrouve pris dans le STO et embarqué en Allemagne. Il y travaille comme mécano sur un vaisseau qui sera envoyé par le fond. Rescapé des terribles bombardements au phosphore sur la ville de Hambourg, il profite de la pagaille pour rentrer en France où il gagne les rangs de la Résistance en s’illustrant dans la forêt de Mervent. La guerre terminée, il peut retourner en URSS à titre de héros de la guerre et de la Résistance. Il retrouve Maïa dans un petit village sibérien. Ayant été blessée à un pied, elle ne peut plus exercer son art de danseuse et est devenue maîtresse de ballet. Elle aime encore Pierre et voudrait toujours échapper à l’enfer soviétique. Mais le pourra-t-elle un jour ?

Second tome, suite et fin de « La Flèche rouge », « La route de glace » est un beau roman historique et de terroir. Il couronne la saga de Pierre et de Maïa de fort belle manière. Les évènements se précipitent avec la guerre d’Espagne, la seconde guerre mondiale (la description des bombardements de l’Allemagne agonisante, un des grands moments de ce récit quasi épique ne peut que remplir d’horreur le lecteur). Cette histoire d’amour impossible prend une ampleur magnifique quand on voit tout ce que les deux amants doivent traverser pour arriver à se retrouver. Les personnages sont si attachants et cette histoire si prenante qu’il est difficile voire impossible de lâcher le livre avant de savoir comment tout ça va finir. Pour ne pas gâcher le plaisir d’éventuels lectrices ou lecteurs, nous ne dévoilerons pas la fin particulièrement réussie. Surprenante, dramatique et grandiose. Une complète réussite. Du très grand Viollier !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Line12 2019-01-13T12:15:54+01:00
Le chemin de fontfroide

Une bonne intrigue, bien menée, qui rythme le récit jusqu'à la fin.

Une histoire émouvante et un personnage principal attachant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Phil_33 2019-02-07T18:03:10+01:00
L'orgueil de la tribu

De nos jours, dans un village de Vendée, subsiste une communauté de dissidents, héritiers de leurs ancêtres qui en 1801 ont refusé le concordat imposé par Napoléon et continuent de pratiquer la religion de leurs pères au sein de la Petite Église. Ce jeudi de la Fête-Dieu, c'est jour de première communion dans la communauté et pour François-Xavier. Après la messe on cherche en vain sa maman, Danièle. Après plusieurs jours de recherche on apprend qu'elle est sur l'île d’Yeux... avec un photographe. Danièle est devenue dissidente de la dissidence ! Un grave accident précipite François-Xavier à l'hôpital et fait revenir Danièle. Mais restera-t-elle dans cette communauté qui l'étouffe ?

Dans un style naturel et rapide, l'auteur nous fait découvrir la vie simple, faites de respect des traditions ancestrales, dans cette communauté de dissidents vendéens où tout le monde se connaît, travaille et se marie entre dissidents, s'épie et se juge sans complaisance. Lorsque l'un d'entre eux s'échappe, c'est pour découvrir le monde extérieur et ressentir le souffle de la liberté. Mirage ou réalité ? Mais le pas franchi n'est-il pas définitif ? La communauté intransigeante et furieusement intolérante ne rejette-t-elle pas définitivement ses enfants prodigues ? Un livre, qui ne prend pas parti, facile à lire et vite lu à mettre entre toutes les mains (?).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Phil_33 2019-03-16T19:06:52+01:00
Le chemin de fontfroide

Juin 1856, cinq personnes sont empoisonnées au cyanure au château de Fontfroide, en Charente, au cœur des vignes productrices de Pineau et de Cognac. Un simple d'esprit est vite désigné comme coupable et envoyé au bagne. Vingt deux ans plus tard, un jeune homme, Ange, vient vendanger, avec sa famille adoptive, il découvre que sa mère, Angeline, fait partie des empoisonnés de Fontfroide. Qui est son père ? Qui a tué et pourquoi ? Il mène une enquête difficile, avec gentillesse et obstination dans ce milieu rural très fermé où les gens vivent avec leurs secrets. Au bout du chemin il découvrira l'amour !

Un roman captivant qui nous fait découvrir avec beaucoup de sensibilité et d'authenticité la vie de la France profonde, rurale, au siècle dernier. Les paysages semblent tout droit sortis de tableaux impressionnistes. Les personnages sonnent justes et sont attachants, peints par petites touches vives, précises et vraies. Si le récit débute sur un crime multiple, il se termine sur un dénouement heureux, porteur d'espoir (presque trop beau).

Afficher en entier

On parle de Yves Viollier ici :

Dédicaces de Yves Viollier
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Robert Laffont : 29 livres

Pocket : 22 livres

Presses de la Cité : 5 livres

Libra Diffusio : 3 livres

France Loisirs : 2 livres

Flammarion : 2 livres

Cercle d'or : 2 livres

J'ai lu : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode