Livres
464 199
Membres
424 599

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par NekoNara 2018-04-29T18:07:04+02:00

- Si c'est ça, allez acheter un billet de train. Nous allons à...

Il tira de sa poche un papier plié en deux, avec un grand sourire. Mon menton tomba quand je vis ce qu'il brandissait.

- Au nom de la reine, comment-avez vous su où nous allions ?

Il lissa le ticket et le remis soigneusement en place, ravi.

- C'est une question à deux sous, Wadsworth. Vous portez des bottes montantes en cuir.

- Ma foi quelle évidence ! raillai-je en roulant des yeux. Si je ne vous assassine pas dès cette après midi, j'y verrai un ordre de Dieu et je retournerai à la messe tous les dimanches, assurai-je la main sur le cœur.

- Je savais que je vous amènerais à l'église, tôt ou tard, commenta-t-il en frottant le devant de sa veste. Ce qui m'impressionne, c'est la rapidité avec laquelle vous m'avez cédé. Mais bon, je suis irrésistible, il faut le dire.

Afficher en entier

No man has invented a corset for our brains. Let them think they rule the world. It's a queen who sits on that throne. Never forget that.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chaton007 2019-02-22T00:17:40+01:00

« — Je cherche un certain Alistair Dunlop. On nous a dit qu’il travaillait pour vous.

Le capitaine, décidément grossier, cracha dans l’eau en me regardant de travers.

— Qu’est-ce que vous lui voulez ?

Thomas se raidit, une main se balançant sur le côté.

Je fis un second sourire, cette fois en observant délibérément derrière l’épaule du capitaine. Après avoir testé la combinaison d’astuce et de charme de ma tante, j’en venais à ma propre méthode.

— Je ne voudrais surtout pas faire scandale et attirer le charmant douanier qui se trouve là-bas, prétendis-je. Ce n’est pas prudent de voyager sur un bateau aussi chargé sans mettre à jour toutes les formalités. Vous êtes d’accord, monsieur Cresswell ?

— Et comment, confirma Thomas en relâchant un peu la laisse de Toby.

Le capitaine recula d’un pas maladroit. Thomas ajouta :

— Si on découvrait qu’une partie du chargement est écoulée sur un marché parallèle, ce serait catastrophique. Votre famille connaît à peu près toute l’aristocratie d’Europe, n’est-ce pas, mademoiselle Wadsworth ?

— En effet, confirmai-je alors que le capitaine piaffait sur place. Si je ne me trompe, vous êtes vous-même membre de la haute société, monsieur Cresswell ?

— Parfaitement. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par RavenAtlas 2019-02-05T19:33:56+01:00

I knew from experience not to interrupt Uncle while he was examining evidence and was especially grateful for that rule when he described the mutilated neck again - in even greater detail - for Thomas. There was something familiar about that woman and I couldn't stop myself from imagining her life prior to ending up before us.

Perhaps there were people who loved her - a husband or children - and were mourning her loss this very moment, no longer caring that she'd fallen on hard times.

Afficher en entier
Extrait ajouté par keisha50 2018-06-23T17:23:38+02:00

Le médium se balançait sur sa chaise, ses geste soudain plus rapide et plus vifs. Le bois grincait comme pris de panique et mon cœur s'emballait. M.Lees se leva si vite que sa chaise bascula. Il lui fallut quelques secondes pour se réorienter, il me regarda comme si j'étais Satan en personne.

- Monsieur Lees. Voulez-vous nous faire part de ce qui vous trouble, demanda Thomas, ou gardez-vous vous le message des esprits pour vous ?

Tremblant, M. Lees secoua la tête comme pour effacer ce qu'il avait vu ou entendu. Quand il prit enfin la parole, sa voix été aussi inquiétante que son message.

- Quitter Londres immédiatement, Mademoiselle Wasdsworth. Je me suis trompé, je ne peux pas vous aider. Allez-vous-en! Aboya-t-il.

Afficher en entier
Extrait ajouté par keisha50 2018-06-19T10:16:39+02:00

Je traversai la maisonnette en hâte vers l'escalier miteux, Thomas sur mes talons. L'odeur de chou bouilli nous accompagna tandis que nous montions, et s'ajouta au malaise qui me travaillait déjà l'estomac. Quand j'ai posé le pied sur la dernière marche, la femme lança d'une voix moqueuse:

- Vous êtes pas prêt de dormir tranquille, même dans des draps de soie! Enfin, je vous aurai prévenue, ma belle dame.

Cette fois, en entendant le tonnerre, j'eus un frisson.

Afficher en entier

La peur est un montre vorace. Plus on l'alimente, plus elle a faim."

P.339

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ravine 2017-05-07T15:48:44+02:00

"- Franchement, je ne vois pas pourquoi vous avez insité pour venir avec cet animal, râlai-je en direction de Thomas quand, pour la troisième fois, la laisse faillit me faire tomber. Il est déjà assez délicat de marcher avec ces maudits talons, inutile d'y ajouter le risque de trébucher à cause d'un chien myope.

Thomas étudia les boutons d'argent alignés le long de ma veste d'amazone noire, ce qui me fit râler encore plus. Par son attitude, il sous-entendait que ma tenue - complétée par une culotte de cheval - me permettait de marcher facilement.

- Je voudrais bien vous voir affublé d'un corset qui vous serre jusqu'à l'os, lui dis-je. Et d'une jupe assez longue pour couvrir votre culotte, mais assez flottante pour vous fouetter les cuisses quand il y a du vent.

- Si vous voulez me voir sans culotte, il suffit de me le demander, Wadsworth. Je serais plus qu'heureux de vous obéir, sur ce point.

- Goujat !"

Extrait Chapitre 10

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ravine 2017-05-06T14:35:43+02:00

"- [...] Que ferez-vous donc si vous découvrez votre erreur au moment où vous aurez un couteau sous la gorge ?

- Je...

Il traversa le grenier à une telle vitesse que j'eux à peine le temps de l'apercevoir lever un objet qui me frôla le cou. Thomas m'embrassa sur la joue et recula lentement, les yeux rivés sur les miens. Mon coeur s'emballa, pris de panique, quand il se mit à regarder mes lèvres. Je ne savais plus si je voulais l'embrasser ou l'éliminer. Enfin, il recula en laissant tomber sa bougie puis, l'air de rien, il saisit une canne.

- Intéressant, murmura-t-il en l'examinant.

L'éliminer, voilà. Je voulais le réduire en bouillie."

Extrait Chapitre 25

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ravine 2017-05-06T14:30:49+02:00

"- Si on déjeunait ensemble, demain ? proposai-je. Je demanderai à Martha de nous préparer un panier, et on pique-niquera à Hyde Park, si tu veux. On pourrait même faire le tour du lac Serpentine.

Nathaniel me sourit avec un peu de tristesse.

- Tu veux bien repousser ça à la semaine prochaine ? Quand même, j'aimerais savoir ce que vous faites, tonton Cadavre et toi, dans cette petite maison des horreurs. (Ses yeux scintillèrent.) Je trouve inquiétant que tu voies tant de sang. Cela n'a rien de bon pour le caractère fragile d'une femme.

- Ah ? Dans quel dictionnaire médical explique-t-on qu'une femme n'y résiste pas, dis-moi ? L'âme d'un homme est donc faite d'une autre matière ? J'ignorais que mes entrailles étaient en coton et les tiennes en acier trempé."

Extrait Chapitre 3

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode