Livres
558 058
Membres
606 018

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par RockAShoe 2018-07-27T23:26:39+02:00

Il se pencha pour lui chuchoter quelque chose à l'oreille et Tobias rigola, embarrassé mais aussi un peu émoustillé.

Le soir même, il tira son tapis de selle juste à coté de celui de Tania, qui l'accueillit en ouvrant sa couverture. Un peu plus loin, Matt l'entendit dire :

- Pour quelqu'un qui a une altération de vitesse, tu en as mis du temps à venir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alyer 2021-04-21T15:56:36+02:00

La nuit se prolongea, inquiétante et somptueuse en même temps. Puis la jeune femme se releva, de manière presque surnaturelle, et entraîna Matt vers leur grotte où une lampe à cristaux orangés - souvenir de leur périple souterrain - éclairait leurs deux tapis de selle collés ensemble et leurs couvertures.

Ils se firent face, un peu gauches, avant qu'Ambre se sépare de son débardeur et de son pantalon de toile. En quelques gestes, elle avait ôté tout le reste et fixait Matt, nue.

Elle flottait à cinq centimètres du sol.

Magnifique. Fragile, simple, offerte.

Matt se dévêtit à son tour et posa son corps contre le sien, lentement. Leurs langues s'effleurèrent puis se cajolèrent, Ambre avait les lèvres chaudes et Matt se laissa emporter, ses doigts s'enroulèrent autour de ses cheveux, sur sa nuque.

Les seins de la jeune femme s'écrasèrent contre son torse et la chair de poule les parcourut tous les deux. Matt la pressa encore un peu plus contre lui. Elle crocheta une jambe autour de la sienne et l'étreignit de ses bras. Pour la première fois, Matt n'éprouva aucune gêne lorsque son excitation gonfla contre la toison d'Ambre.

Leurs baisers allaient et venaient, leurs bouches se séparaient pour fondre dans le cou ou sur l'épaule de l'autre avant de se retrouver, plus fougueuses encore.

Ambre l'entraîna vers leur couche et ils s'allongèrent ensemble, sans ses quitter, le désir plus fort que tout, se câlinant, s'accrochant, se léchant, encore et encore. Electrisés par la passion, les sens aiguisés, ils se mêlaient l'un à l'autre. Chaque frottement embrasait leur chair, leur moiteur commune créait une réaction en chaîne, comme de l'huile sur le feu. Ils se liaient petit à petit, tressant de gestes exaltés le nid de leur intention.

Matt bouillonnait, enfiévré par la brûlure du désir qui ne cessait de pulser en lui, inondant son ventre de savoureuses tensions.

Soudain Ambre le saisit et le fit passer sur elle. Ses mains se posèrent au creux de son cou et elle le consulta avec douceur. Une esquisse de sourire relevait le coin de ses lèvres. Il hocha la tête en lui rendant son sourire et elle acquiesça à son tour.

Matt embrassa sa gorge, et descendit à la naissance de sa poitrine, qu'il parcourut avec sa bouche. Tout l'épiderme d'Ambre frissonna et elle l'enlaça pour faire taire les gémissements qui lui venaient. Souvent ils s'étaient ainsi donnés mais toujours avec une certaine retenue, ils connaissaient leurs corps mais ne s'étaient jamais embrassés et empoignés avec une telle intensité. Cette fois, il n'existait plus aucune barrière. Ils avaient effacé toute limite et ne s'appartenaient plus. Ils étaient à l'autre.

Ils s'exploraient de la paume, leurs doigts s'aventuraient avec plus de hardiesse qu'ils ne l'avaient jamais osé, provoquant des décharges de plaisir, et leurs hanches commencèrent à se chercher. Ambre s'ouvrit à son partenaire et l'agrippa de ses jambes. Les gestes du jeune homme furent calmes et ne provoquèrent presque aucune douleur lorsqu'ils s'unirent. Peu à peu, ses mouvements devinrent même une source de bien-être, irradiant en elle, et la danse de papillons se fit à nouveau sentir, mais cette fois plus bas, juste nichée dans son intimité. Ils virevoltaient, toujours plus nombreux, la flattant de leurs ailes soyeuses.

Matt sentit la chaleur d'Ambre l'entourer, une douce euphorie se propagea depuis son bas-ventre, et l'univers cessa d'exister pour se concentrer sur le point d'union qui les rassemblait. Tout était là, dans cette délicieuse alliance, l'amour, la volupté, la vie.

Ils s'assimilaient, se repoussaient, s'avalant, se pénétrant, et leurs souffles se teintaient de gémissements abandonnés.

Un foisonnant terrain de quêtes extatiques s'ouvrait brusquement à eux, leurs perceptions venaient de s'élargir, déflorant un champ d'expérimentations entièrement vierge et aux perspectives sidérantes. Addictives. La synthèse formidable de leurs instincts, de leurs sentiments et de leurs pensées.

Leur sang tourbillonnait, leur cœur s'accélérait, Ambre et Matt se regardaient, entre ivresse et dévotion commune, tandis qu'ils s'offraient une jouissance encore inconnue.

Matt ferma les paupières lorsque le monde éclata non pas à l'extérieur mais en lui. Une explosion sensitive qui remonta depuis son entrejambe jusque sous son crâne, incontrôlable et grisante, il fut submergé.

Leurs haleines fouettaient leurs cheveux en bataille, les doigts emmêlés, leurs pupilles dilatées comme la nuit au-dehors, ils se fixaient avec fascination. A nouveau ils souriaient, mais cette fois sans contrôle, frémissant, n'osant bouger, voulant prolonger par tous les moyens cette parenthèse étourdissante. Déjà désireux de la poursuivre, de la multiplier. Un parfum capiteux de musc, de fleurs séchées et de châtaigne se dégageait d'eux et ils auraient aimé que jamais il ne se dissipe.

Matt voulut se dégager de peur d'écraser Ambre mais elle le serra contre lui.

- Tiens-moi comme tu tiendrais cette nuit pour que jamais elle ne s'arrête, murmura-t-elle.

Matt l'embrassa et la prit dans ses bras en se promettant qu'il ne la lâcherait jamais.

Il aurait donné son âme pour retenir le temps.

Au lieu de quoi, ils venaient de lui offrir leur innocence.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alyer 2021-04-15T17:53:28+02:00

A ce moment, la foudre s'abattit juste derrière la jonque, sans un bruit, mais ses arcs aveuglants inondèrent la pièce d'une lumière blanche qui obligea Ambre à se protéger les yeux.

Elle ignorait ce qui se passait au-dehors, mais le vent soufflait encore très fort et elle n'était pas rassurée. Elle marcha jusqu'à la couche de Matt, plongé dans le sommeil, et elle l'observa. Il était beau, même ainsi, complètement livré aux songes. Ambre avait l'impression de connaître son profil par cœur. Elle l'avait tant et tant admiré pendant ces heures ensemble. Ils avaient eu de très beaux moments, et ses souvenirs étaient si nombreux qu'elle se rassura en se disant qu'ils avaient pu vivre souvent côte à côte, à rire, à bavarder, à s'embrasser de plus en plus fougueusement, les sens affolés. Elle aimait le contact de sa peau plus que tout au monde. Sa chaleur. Le cocon de ses bras autour d'elle. Ses baisers tour à tour tendres et délicats ou enfiévrés et avides. La façon dont il la regardait avec passion...

Lorsque la cabine s'embrasa à nouveau d'un flash argenté, Ambre s'était déjà glissée sous la couverture de Matt. Posant son oreille contre son torse, elle s'endormit à son tour, bercée par les battements de son cœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lili5 2021-01-29T18:43:27+01:00

Il faudrait être bien crédule pour s'imaginer que la culture est un poison!

Afficher en entier
Extrait ajouté par emelinevdc76 2020-09-14T13:02:08+02:00

« Le Vaisseau Noir fonçait vers le feu. Il cinglait sur une couche d’eau en fusion avec l’aurore. Le soleil déroulait son tapis scintillant sur la mer et dans l’éclat éblouissant ne faisait plus qu’un avec l’horizon. Toutes voiles dehors, le navire bénéficiait de vents porteurs qui le propulsaient si rapidement qu’il semblait flotter. Lorsque les Pans se levèrent et gagnèrent le pont principal, Jahrim tenait toujours sa place. Il les accueillit en mordant dans une pomme et leur fit un large sourire. Ce matin-là, le capitaine avait mille ans. Ses rides s’étaient creusées, ses cernes lui formaient deux poches noires sous les yeux et même son regard ne pétillait plus avec le même entrain que d’habitude. Matt devina qu’il avait veillé toute la nuit et probablement songé à sa femme et ses filles disparues. Son visage affichait les souffrances de son cœur. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Laurence-151 2020-08-18T13:50:06+02:00

Matt prit la tête de sa chienne entre ses mains et vit tout l'amour qu'elle lui portait. Les larmes n'entamèrent pas sa détermination, ni celle de Plume qui se releva pour le porter. Elle serait avec lui jusqu'au bout. Dans la vie et à travers la mort.

-C'est à toi de jouer maintenant, dit Matt à sa chienne, des sanglots plein la gorge. Pour nous. Pour Ambre. Pour l'enfant qu'elle porte.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2020-01-08T20:44:43+01:00

Il n’était pas capable de revenir en arrière, et il n’était pas sage de ruminer ce qui ne pouvait être changé, des regrets naissent les fantômes

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2019-12-29T11:35:05+01:00

La sienne avait été l'Alliance des Trois. Sa famille.

Il lui faudrait s'en construire une bien à lui un jour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fanny-135 2019-07-15T00:26:24+02:00

Torshan savait qu'on n'efface pas les morts, on les grave dans notre mémoire et ce sont les gardiens de nos souvenirs.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fleurdencre 2018-12-26T22:22:16+01:00

Repousez-vous cette nuit car demain sera éternel.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode