Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Avaelys : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Tu ne manqueras à personne Tu ne manqueras à personne
Alexis Aubenque   
Je remercie infiniment l’auteur, Alexis Aubenque, pour sa confiance. J’ai découvert sa plume en janvier dernier avec le thriller Tout le monde te haïra (dont j’attends la suite avec impatience !), et sa manière de construire son intrigue m’avait laissée la mâchoire par terre. J’étais donc très curieuse de me plonger dans cette nouvelle histoire.

Avant de commencer, il faut savoir que Tu ne manqueras à personne est le deuxième tome de la saga Pacific View, mais il peut se lire indépendamment, car les circonstances ne sont pas les mêmes. Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps : je n’ai jamais lu un roman policier aussi rapidement. Ce livre est si addictif que je l’ai terminé en moins d’une journée !

L’histoire commence avec le meurtre d’une adolescente, Lucy Torper. Son corps, mutilé et savamment mis en scène, est retrouvé dans les toilettes de son lycée. Le lieutenant Davis et sa collègue Vanessa Bloom sont dépêchés sur les lieux et doivent mener l’enquête. Qui aurait pu tuer Lucy, cette lycéenne mal dans sa peau et sujet aux moqueries et au harcèlement scolaire ? Le récit oscille entre l’avancement de la police et celui de Faye Sheridan, une journaliste bien décidée à faire la lumière sur cet acte macabre.

Alexis Aubenque a frappé fort, et ce dès le début. Impossible de rester indifférente face à ce qu’il nous relate. Chaque page est un nouveau trésor, une porte ouverte vers des vérités et des révélations. Le récit ne souffre d’aucune longueur et j’ai été totalement absorbée par l’intrigue.

Que ce soit au niveau du fond ou de la forme, tout tient la route. D’un côté, nous avons ce policier à la vie privée houleuse, et de l’autre la journaliste, affamée d’amour, mais dont le coeur se délite peu à peu. Tous les deux sont investis dans cette affaire et nous content à leur manière leur version des faits. L’auteur ne nous les présente pas que dans leur contexte professionnel, il travaille sur leurs failles, leurs erreurs, leurs doutes… ce qui les rend humains et très attachants.

Le fil conducteur est terriblement accrocheur. Il m’était chaque fois difficile de reposer le livre. Alexis Aubenque joue avec nos nerfs en malmenant ses personnages. Parfois, j’ai eu le sentiment qu’on ne verrait jamais l’issue de cette affaire. Ça devenait trop complexe, trop intense, et j’avais peur qu’une fois la lumière faite, je sois déçue ou désabusée. Heureusement, c’était sans compter son adresse et son imagination foisonnante ! Je suis tout simplement restée sur le popotin, et ça m’a rappelé Tout le monde te haïra et mon impression de ne rien maîtriser. J’avais beau avoir une idée très précise des secrets qui nous étaient cachés, j’étais loin – très, très loin – de la vérité. L’auteur est un as en la matière, et c’est avec une précision presque chirurgicale qu’il fait tourner les rouages de son intrigue, tout en nous embrouillant l’esprit !

Non seulement le mystère est au rendez-vous, mais les émotions aussi ! On ne se cantonne pas à suivre une enquête policière froide et sans accroc. Derrière tout cela, le lecteur est confronté à la détresse humaine, ne serait-ce que vis à vis du parcours de la victime. Le harcèlement sous toutes ses formes, l’impact des mots, les insultes et les moqueries qui se fichent dans le coeur et qui provoquent un mal-être abominable… J’en ai eu les larmes aux yeux, par moment. Toutes les émotions sont débridées dans ce roman, même les plus destructrices.

En résumé, Tu ne manqueras à personne est un roman policier difficile à démêler, tortueux et délicieusement noir. Alexis Aubenque a su me toucher en plein coeur grâce à ses personnages authentiques et un sujet qui touche trop de jeunes en ce bas monde : le harcèlement scolaire. Une enquête dans l’air du temps, qui fait écho à notre société et qui me confirme que cet auteur est un véritable magicien des mots.

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/thriller---polar/pacific-view-alexis-aubenque
Les Archives de Roshar, Tome 1 : La Voie des rois (I) Les Archives de Roshar, Tome 1 : La Voie des rois (I)
Brandon Sanderson   
A la lecture du chapitre d'introduction, ma première réaction fut : "Uh, un remake de star-wars version fantasy?"
Force et simili sabres lasers, dans quoi suis-je tombé?

Cependant, au fil de la lecture, on découvre un monde très bien construit et dans lequel on a envie de se plonger.
J'ai trouvé quelques aspects originaux, notamment l'équivalent de la "magie" et sa place dans le monde :
elle est parfaitement intégrée et crée par exemple les matières premières.
Le livre est très prenant et les perspectives intéressantes, les deux parties du premier tome ont été dévorées!

Un petit point "négatif" mineur (car il en faut bien un), on sent que ce premier tome sert à la mise en place du décor :
il y a quelques creux dans l'histoire, et plusieurs personnages ne faisant pas partie de l'action ont des chapitres entiers
centrés sur eux, sans qu'on les revoie par la suite.

J'ai beaucoup d'attente pour la suite et je la guette avec impatience!

par Ecyth
Ever After High, Tome 1 : Le Livre des Légendes Ever After High, Tome 1 : Le Livre des Légendes
Shannon Hale   
J'ai lu ce livre hier soir et n'ai pas pu m'en détaché ! Nous sommes dans un univers plus lourd de conséquences, selon moi, quand dans l'anime réservé aux enfants. J'ai tout simplement adoré ce remake de contes où le choix n'est à la portée de personne jusqu'à l'arrivée de Raven Queen, fille de la Méchante Reine.
Les "grands lecteurs" (j'entends par là les lecteurs de romans plus adultes comme Hunger Games, ou encore Harry Potter) trouveront surement ce livre dénué de tout intérêt et puérile, je ne leur recommande donc pas.

par JadexLiz
Les Enfants d'Athéna Les Enfants d'Athéna
Évelyne Brisou-Pellen   
Est-ce que la mythologie est présente ? Si oui, je cours me l'acheter, je suis dans ma période "fan-de-mythologie-grecque"..
Le sourire des femmes Le sourire des femmes
Nicolas Barreau   
À que ce livre m'a fait du bien à mon cœur
Quelle fraicheur cette belle histoire d'amour...
Une magnifique écriture fluide et douce...
J'ai dégusté ce livre avec délice comme on mange une bonne friandise !
Et bien avec ce roman ses la même chose ...
Je les lus doucement pour le garder le plus possible près de moi car se livre et beau et bouleversant .
Je ne voulais pas que se ça finisse !
Je voulais garder encore avec moi ces personnages si attachants qui on fait fondre mon cœur...
Un véritable COUP DE CŒUR
Une vraie romantique dans l'âme ...
À lire d’urgence pour les romantiques comme moi .
Magisterium, Tome 1 : L’Épreuve de fer Magisterium, Tome 1 : L’Épreuve de fer
Cassandra Clare    Holly Black   
J'ai longtemps hésité avant d'attaquer ce livre mais - franchement - je n'aurais pas du ! Magisterium est une vrai bouffée d'air frais, gorgée d'une ambiance magique, doté de personnage attachant, et d'un suspense étonnant (bien que celui-ci pointe son nez plutôt vers la fin, l'attente vaut le coup !)...

Sans doute ai-je démarré ma lecture avec un peu trop de clichés, puisque qu'en voyant la couverture (qui fait très jeunesse entre nous), et en apprenant que le héros avait 12ans, je me suis attendu à une lecture un peu trop légère et à des réactions immatures des personnages...
Eh bien non , pas vraiment !

L'intrigue m'a beaucoup surprise : très bien construite, elle ne manque pas de nous époustouflé !
Et les personnages, bien que jeunes, sont loin d'être immature et vivent des aventures assez incroyables ! Et leurs jeunesses apporte à l'histoire une sorte de "bouffée d'air frais" !

Cassandra Clare (auteur de la genialissime saga mortal instruments, ne l'oublions pas) et Holly Black (une autre auteur young adult célèbre ) nous ont décris un univers haut en couleurs, de mages, de pouvoir, de guerre, mais en y insufflant quelques touches d'originalités (qui aurait pensé qu'au magisterium , les élèves allait manger du lichen ?)

L'ambiance du livre m'a également fait un peu pensé à Harry Potter (simple observation par rapport au film, je ne les ai jamais lu) : sans doute ceux qui ont aimé cette saga apprécieront le Magisterium ?

Becky07

par Becky07
Les Cantos d'Hypérion, Tome 1 : Hypérion 1 Les Cantos d'Hypérion, Tome 1 : Hypérion 1
Dan Simmons   
J'ai commencé ce livre en me disant : "tiens, je vais tester un bouquin de SF", et connaissant Dan Simmons de réputation (et Hyperion aussi). C'était pour moi un genre de prélude avant d'aborder un nouveau genre jusqu'alors inconnu.
Dès le début, j'ai été un peu effrayé par ces termes étranges, ce jargon propre à un roman de SF ; les mégatrans, les distrans, les persocoms, les extros, l'Hégémonie, le Retz...
Puis j'ai réussi à m'y faire, peu à peu... J'ai découvert les histoire de chacun des protagonistes, et j'ai compris en quoi consisterait le roman.
Mais là, j'ai été foutrement émerveillé par la qualité de chacune des parties, qui sont en elles-mêmes tout autant d'œuvres relativement indépendantes autour du monde créé par Dan Simmons ; par la différence radicale de genre et de narration, de vie et d'imagination entre chaque histoire.
Chaque récit est prenant d'un bout à l'autre, l'écriture de l'auteur n'est pas du tout lourde et compliquée (ce que je craignais en lisant de la SF), et je suis peu à peu parvenu à me sentir à l'aise dans cet univers assez particulier. L'histoire principale et celles qui s'y entremêlent sont tout sauf superficielles ; chaque point de vue et chaque subjectivité y est développée, analysée, la singularité de chaque personnage est respectée et sa psychologie mise en avant dans chaque récit ; et l'imagination de l'auteur est stupéfiante à chaque page.
A la fois, comme c'est le premier SF que je lis, je suis peut-être émerveillé par quelque chose qui est commun à beaucoup d'auteurs de SF. Je le saurais quand j'aurais poussé plus loin mon exploration du domaine.
Dans tous les cas, avant ça, je vais m'empresser de lire la suite de l'histoire ; car arrivé à la fin d'Hypérion, l'histoire ne fait que commencer...
Ilium Ilium
Dan Simmons   
Ce roman de Dan Simmons m'a encore tenu éveillé de longues heures dans la nuit.
Encore de la science-fiction ! Après Hypérion et Endymion, c'est un style tout autre qui prend place dans Ilium. Ici, ce n'est pas un Space Opera où nous suivons une humanité évoluée en expansion conquérant l'univers. L'histoire est bien plus intimiste, même si, tout de même, tous les acteurs sont concernés.
Cet univers est très étrange, et au début il nous faut un certain temps avant de pouvoir structurer le temps, les êtres pensants dont il est question, et trouver une logique. Alors on laisse Dan Simmons nous révéler peu à peu ce futur tout à fait incroyable, qui est plus que le futur même : c'est le futur du futur. Quand on s'en rend compte, petit à petit, on se dit que notre présent est bien loin derrière.
La description ci-dessus est bien, contrairement à mon 4e de couverture.

Concernant le récit de l'Iliade selon Dan Simmons, c'est un régal. Le mélange peu à peu envahissant de la SF dans cet univers homérique transforme le visage du récit. Nul besoin d'avoir lu l'Iliade, car Hockenberry ici présent, scholiaste au service des dieux, nous en retrace les grandes lignes à chaque instant. L'avenir leur est connu, et c'est d'ailleurs pourquoi ils sont présents. Mais le meilleur apparaît lorsque la réalité s'écarte, un peu, puis un peu plus, du récit d'Homère.

L'humanité décrite sur Terre est aussi fabuleusement riche en imagination de ce que pourrait être un futur humain post-technologique, post-scientifique, post-tout, en fait. On découvre des gens totalement différents, qu'on ne reconnaît pas, et pourtant on comprend peu à peu, en voyant leur naïveté, leur simplicité, on comprend ce qui a pu amener à ça, et pourquoi.
Blitz Blitz
David Trueba   
Ce livre nous plonge dans la vie de Beto dévastée après avoir reçu par erreur un message qui ne lui était pas destiné. Il était à Munich avec Marta pour présenter son projet d'architecture. Son monde s’effondre et c'est dans ce moment de dévastation que Helga va lui tendre la main. Beto est touchant même si parfois je trouvais ces réactions bizarres, il se reconstruit petit à petit. Il me paraît bien arrogant par moments et je n'ai pas aimé certaines de ses réactions. Néanmoins j'ai aimé la façon dont le sujet était traité. Beto se retrouve en proie à ses sentiments, il est dans le tourment. Il décide aussi de remettre en question son métier dans une Espagne où la crise touche une part importante de la population. Seule une aide extérieure peut lui permettre de se relever. Cela m'a rappelé comment une rupture peut être douloureuse et les phases qu'ils s’essuient entre amour et haine. D'un côté, impossible de vraiment m'attacher à ce personnage dont j'avais du mal à cerner. Ses pensées me semblent à la fois juste et parfois détestable, je ne sais pas vraiment ce que je dois en penser. De l'autre, il y avait ce sentiment de honte qui s'emparait de Beto comme si c'était anormal de ressentir des choses comme ça. J'ai l'impression que l'histoire restait en surface, pourtant il y a cette tendresse qui transparait au fil des pages.

Blitz est mot allemand signifiait éclair et ce n'est qu'à la fin que j'ai compris.

par Honnola
Tu peux pas comprendre, t'es pas un chat ! Tu peux pas comprendre, t'es pas un chat !
Larousse   
Quel joli livre !
Des chats, des chattes et des chatons, des clichés superbes pour présenter nos amis les chats.
Le livre a le format idéal pour être consulté tous les jours.

Ces petits félins ont l'air de bien s'amuser et offrent leurs plus beaux minois.
Ils se sont mis en scène eux-mêmes, parfois aidés de leurs maîtres, souvent dans des postures irrésistibles et comiques. Qui sur la cuvettes des W-C, qui dans un sac à main, une valise, pendu à la poignée d'une porte, dans le tiroir de la commode, sous les draps ou devant le miroir... ils s'étirent, se pavanent, scrutent, observent, s'interrogent, se roulent dans l'herbe, se câlinent, s'essaient à la guitare ou au piano, se prélassent devant un bon feu de cheminée...

C'est joliment photographié et commenté.
C'est un livre plein d'humour qui plaira forcément aux amoureux des chats.

par SuperNova