Livres
463 909
Membres
423 650

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par mymy37 2016-05-19T14:29:26+02:00

Darcy avait encore les lèvres qui picotaient lorsqu'ils se garèrent en face du magasin de bonbons, Le sweet Spot. Avec son baiser, Jared l'avait remuée en profondeur et il avait fait fondre la calotte de glace qui s'était formée dans son ventre en arrivant au refuge. Il la bouleversait et il ignorait comment gérer ce trouble.

Afficher en entier
Extrait ajouté par madness-story 2016-10-14T10:13:31+02:00

Kirsten zappa pendant un long moment, une manie qui hérissait Jessie. Mais elle ne dit rien et se focalisa sur sa crème glacée. Et sur toutes les délicieuses calories qui se trouvaient dedans. Hé, quand votre vie craint, empiffrez-vous de glace !

Afficher en entier
Extrait ajouté par mymy37 2016-05-19T14:15:04+02:00

Sophia abattit la lampe sur la tête de l'intrus. Sans attendre de voir si elle l'avait assommé, elle prit ses jambes à son cou. Et fonça droit dans un torse musclé. Terrifiée à l'idée que les sbires de son mari l'aient retrouvée, elle poussa un cri d'horreur. Une main puissante se plaqua sur sa bouche.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mymy37 2016-05-19T14:09:57+02:00

Depuis le premier soir, ils flirtaient avec elle. Et même si elle se laissait volontiers prendre au jeu, elle n'avait jamais cédé à leurs avances. Jessie ne paraissait pas plus choquée que cela que les hommes lui proposent un plan à trois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par feedesneige 2015-10-17T17:18:22+02:00

chapitre 1

— Cette enquête me rend fou, marmonna Rick.

Il saisit sa bouteille et avala une longue gorgée de bière.

Truitt, son coéquipier, grimaça et l’imita, portant sa propre boisson à ses lèvres tout en jetant un coup d’œil à l’autre bout de la salle. Rick savait vers qui se dirigeait son regard. Depuis plusieurs semaines, ils avaient pris l’habitude de venir flâner dans ce bar spécialement pour la voir.

Jessie Callahan. Une superbe poupée arborant le sourire le plus adorable qui soit. Le visage auréolé d’épaisses boucles blondes comme le miel et serti d’yeux couleur chocolat.

Depuis le premier soir, ils flirtaient avec elle. Et même si elle se laissait volontiers prendre au jeu, elle n’avait jamais cédé à leurs avances.

Jessie ne paraissait pas plus choquée que cela que les hommes lui proposent un plan à trois. Ses joues prenaient une nuance rose adorable chaque fois qu’ils lui faisaient miroiter une nuit mémorable. En fait, elle paraissait vraiment intéressée, raison pour laquelle ils ne lâchaient pas l’affaire. Elle allait forcément finir par céder. Rick et Truitt en auraient mis leur main au feu. En attendant, ils s’amusaient à faire monter la tension au fil des soirs.

— Tôt ou tard, ce salopard finira bien par commettre une bourde, répliqua Truitt, détournant le regard de la serveuse pour le reporter sur son coéquipier. Il faut être sacrément tordu pour aimer torturer des femmes, les lâcher dans les bois et ensuite les traquer comme des animaux. Je crève d’envie de coincer ce fils de pute. Rien ne me ferait plus plaisir.

Rick acquiesça d’un hochement de tête. Les images des victimes étaient imprimées dans sa tête. Les entailles, les ecchymoses, le sang… Beaucoup de sang. Des corps couverts de boue et d’égratignures. Les victimes s’étaient toutes enfuies à travers la forêt jusqu’à ce que ce monstre achève sa traque en les abattant d’une balle de fusil de chasse.

Les femmes étaient condamnées d’avance. Leur sort était scellé à partir du moment où il les avait kidnappées. Pourtant, il leur redonnait de l’espoir en les abandonnant dans les forêts après les avoir torturées pendant des heures, voire des jours. Nues comme des vers et mutilées, elles couraient à en perdre haleine.

La police n’avait pas réussi à établir de lien entre les différentes victimes. Pas le moindre point commun. Le bourreau semblait choisir ses proies au petit bonheur la chance, ce qui faisait enrager Rick, Truitt et leur service. Car l’enquête piétinait.

Les médias avaient surnommé cet enfoiré « le Meurtrier des Bois ». Pas très original mais approprié. La police n’avait pas une seule piste. Les médecins légistes se trouvaient dans une impasse. Ce salopard était soit très méticuleux, soit très chanceux.

Et la seule raison pour laquelle on retrouvait les dépouilles, c’était parce que ce monstre passait un coup de fil aux autorités juste après chacun de ses crimes pour leur indiquer où trouver les corps de ses victimes.

Combien de femmes ce psychopathe avait-il assassinées avant de se faire connaître ? Sur combien de personnes s’était-il fait la main avant de contacter la police pour la défier ?

Rick finit sa bière et la reposa brutalement sur la table. C’était leur première soirée de repos depuis plusieurs jours. Les dossiers s’accumulaient au bureau et ils faisaient chou blanc sur l’affaire du tueur en série. Ils allaient se tourner les pouces jusqu’à ce que ce salaud frappe de nouveau. Rick ne supportait pas cette idée. Combien d’innocentes allaient encore perdre la vie avant qu’ils ne coincent ce malade ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elowenn 2015-10-12T13:17:33+02:00

La fille qui accompagnait Jessie posa brutalement son verre sur le comptoir, la prit par la main et la conduisit sur la piste de danse sans qu’ils aient eu le temps de la rejoindre.

La scène qui se déroula ensuite devant eux les décontenança. Truitt ouvrit des yeux grands comme des soucoupes ; son jean lui parut soudain trop serré. La copine de Jessie, tout en courbes, se déhanchait à merveille, ondulant en rythme avec la musique.

Elle avait un décolleté pigeonnant – le Wonderbra y était sans doute pour quelque chose. Sa poitrine semblait sur le point de déborder du corsage.

Pendant ce temps, un nombre hallucinant de mecs s’étaient agglutinés autour de Jessie, essayant de la toucher et de se frotter à elle, au grand dam des deux hommes.

— Elle est ivre, rugit Rick.

— Tu penses ? ironisa son coéquipier.

— On ne va quand même pas sortir notre insigne. Vu sa récente expérience avec la police, elle ne voudra plus jamais nous parler après. On n’a qu’à se faire passer pour des copains en colère, les interrompre et emmener Jessie loin de cet endroit.

— Hum, ça risque de poser un problème, souligna Truitt. Visiblement, Jessie est venue avec sa copine. Je n’ai pas vu sa voiture sur le parking. Autrement dit, on va devoir les ramener toutes les deux.

— Tu te fais passer pour le petit ami de qui ? demanda Rick.

— Je m’occupe de Jessie. Toi de l’autre.

— Elle est pas mal. Si je n’avais pas repéré Jessie en premier, je me la serais tapée, pas de doute.

Truitt leva les yeux au ciel.

— Allons-y. Je ne vais plus supporter ce spectacle bien longtemps. Elles n’en sont pas à leur premier verre.

Ils se frayèrent un passage à travers la foule en jetant des regards menaçants sur leur chemin.

Lorsqu’ils eurent rejoint les deux femmes, elles dansaient dans une posture étrange, à moitié agenouillées. Jessie frottait son dos et ses fesses contre la poitrine et l’entrecuisse de sa copine. Elles se trémoussaient comme si elles étaient en plein peep-show.

Truitt comprenait mieux pourquoi elles avaient suscité un tel émoi parmi la gent masculine.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode