Livres
443 757
Membres
379 747

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Extraits

Ayesha


Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Kyriaan 2013-06-21T14:40:59+02:00

-Je trouvais le ciel beau, moi aussi, avant. Mais vous me l'avez arraché.

Marikani fronça les sourcils.

-Arraché? Arraché quoi?

-La beauté du ciel. Et celle de la terre, et celle du sable, et celle du vent. Avez-vous jamais pensé à ce que vous m'avez fait? dit-il en levant lui aussi la tête vers le firmament. Avant, chaque étoile avait une signification, chaque constellation une légende. Je voyais les filles des dieux souffler dans le vent, la chevelure des nymphes onduler dans la glace... Le monde était magique... Et tout cela vous l'avez détruit. Maintenant mon ciel est vide. Le monde est vide.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lelette1610 2018-11-03T16:32:09+01:00

"Nous ignorons, encore aujourd'hui, l'origine du mythe d'Ayesha chez le Peuple turquoise. La cristallisation religieuse faite autour de ce qui n'était, à l'époque, qu'une déesse mineure, pour la transformer en symbole de rébellion et de liberté, n'a aucune explication officielle."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mathy97 2018-05-04T16:36:14+02:00

La galère coulait lentement, comme à regret. Les membres d'équipage avaient été tués dès les premières minutes ; la bataille s'était ensuite éloignée vers la rive sud du lac, abandonnant le vaisseau et les prisonniers à leur sort.

L'eau avait envahi l'embarcation par petites vagues, l'une après l'autre, déséquilibrant la coque, jusqu'à ce que la galère décide de s'enfoncer par l'arrière. Le plus surprenant, avait pensé Arekh, c'était le calme. Les cris des officiers des autres vaisseaux, les hurlements des marins agonisants, le bruit des voiles ravagées par les flammes étaient maintenant très loin. Les vaisseaux de l'émir et de ses ennemis avaient disparu derrière une avancée rocheuse.

[...]

Les rayons du soleil chauffaient les visages, murmurant des promesses de printemps.

Puis la galère se renversa et Arekh se retrouva sous l'eau.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mathy97 2018-05-04T16:24:51+02:00

- Mais la vie est ainsi, reprit Arekh en l'ignorant. Pourquoi voulez-vous changer le destin ? Nous avons tous notre rôle écrit, et vouloir le changer ne fait qu'ajouter à l'amertume.

Marikani secoua la tête, le regard posé sur l'eau.

- Vous ne pouvez pas comprendre. J'ai bénéficié d'un... d'un miracle, expliqua-t-elle. Mon destin a été changé pour toujours. Si vous aviez eu votre vie transformée ainsi, n'auriez-vous pas envie de rendre ce miracle, d'en transformer d'autres autour de vous ? De payer votre dette ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mathy97 2018-05-04T15:54:03+02:00

Ils étaient arrivés par milliers, traversant à pied les mers gelées. Le hommes, les femmes, les enfants du Peuple turquoise... espérant une nouvelle vie, un nouveau soleil.

Nous les avons réduits en esclavage.

C'était il y a plus de trois mille ans. Trois mille ans de captivité, trois mille ans de chaînes, sous le regard des dieux. Sans le savoir, ils attendaient... génération après génération, ils attendaient la légende qui leur donnerait le courage, l'étincelle, la flamme qui leur manquaient...

Ce livre est l'histoire de la libération du Peuple turquoise.

Ce livre est l'histoire d'une révolution.

Tout commença par un naufrage...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mathy97 2018-05-04T15:45:33+02:00

- Haut Prêtre, vous avez fait votre devoir, dit Marikani avec un étincelant sourire. Une accusation telle que celle-ci ne pouvait être ignorée.

- Bien parlé, ayashinata. Et c'est pour cela que je vais vous supplier de nous accorder une dernière faveur. Si vous le voulez bien, devant les regards de tous ces nobles participants et sous celui du dieu, je vais vous demander de prêter serment. Veuillez- vous avancer ici, poser votre main sur la main d'Um-Akr et jurer que vous êtes bien Aya Eola Taryns Marikani, fille d'Ayini Eloïne, sang noir du puissant Arrethas. Que la vérité de vos paroles monte jusqu'au firmament et que le dieu frappe si un mensonge est proféré au cœur de son temple.

Et c'est là que tout bascula.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Foxi1309 2014-04-21T20:18:17+02:00

[...] Il disait que les paysages dans lesquels vous avez été élevé enfant vous marquaient pour toujours. Que votre caractère, vos souvenirs, vos émotions étaient pour toujours teintés des couleurs des paysages oubliés: coucher de soleil sur la mer, pluie grise des rues sordides des citées, immensités aveuglantes des rochers rouges du désert...

- "Mon âme est un marais", songea Arekh

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-10-23T21:39:36+02:00

"Qu'importe l'origine du mythe. Ce qui est certain, c'est qu'à l'époque où Salmyre, la cité lointaine, étincelait de ses dernières lumières d'or, que l'émir et la reine d'Harabec se livraient à leurs querelles insignifiantes et séculaires, une révolte sourde et secrète grondait dans le cœur des esclaves du Peuple turquoise. Ils parlaient d'Ayesha. Ils attendaient Ayesha".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Shavri 2013-01-22T18:51:13+01:00

Marikani émit un soupir imperceptible, et tourna ses yeux vers la mer, cherchant a distinguer les voiles.

Puis elle regarda Arekh, luttant pour trouver ses mots.

-Promets moi que tu vas leur dire. Tu ne les laisseras pas... Promets moi que tu vas leur dire la vérité, répéta-t-elle. Ayesha... Tu ne la laisseras pas gagner. Promets moi...

Arekh la serra contre lui, les sanglots l’empêchant presque de parler.

-je te le promets, dit-il.

Bien sur, il mentait.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode