Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Aylytha

Extraits de livres par Aylytha

Commentaires de livres appréciés par Aylytha

Extraits de livres appréciés par Aylytha

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 20-12-2014
Le soir, au coin du feu, j'ai pensé bien des fois,
A la mort d'un oiseau, quelque part dans les bois.
Pendant les tristes jours de l'hiver monotone,
Les pauvres nids déserts, les nids qu'on abandonne,
Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.
Oh! Comme les oiseaux doivent mourir l'hiver!

Pourtant, lorsque viendra le temps des violettes,
Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes.
Dans le gazon d'avril où nous irons courir,
Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir?

F. Coppée
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
_Quel est ce jeune homme qui fixe ainsi votre fille?
_Qui donc?
_Mais si, voyez! Celui qui tente de lui échapper!
_Voyons, duchesse, c'est là leur jeu se découvrir, se cacher et s"enfuir... L'amour, c'est de leur âge... Et c'est tellement plus drôle masqué.
_Voilà bien une définition française de la galanterie! Je me suis même laissé dire qu'à Versailles, c'était leur jeu préféré...
_De fait! A la cour d’Autriche, on préfère les défilés militaires et la charge des hussards! L'Impératrice compte neuf enfants, si je ne me trompe...
_Les autrichiens sont peut-être rustres, mais en matière de babillage, ils n'ont rien à vous envier...
_En moins léger, tout de même, et en plus tragique. Regardez ce jeune viennois, c'est à croire qu'il vient pour un enterrement...
Visiblement, ce n'est pas un familier de la cour d'Autriche...Car l'Impératrice ne tolère pour l'anniversaire de sa fille que des couleurs gaies.

_Franz-Joseph?...
_Perdu!
_A ton tour!Wagner...!

_Non, vraiment, je ne sais qui l'a fait entrer ici, ce jeune puceau... Ce bon curé de Bönn peut-être? Ou votre mari? Il a toujours des idées fantasques, votre mari...
_Oubliez un instant mon mari, vicomtesse! N'est-ce point vous qui l'avez invité? Ne mentez pas, je connais votre goût des intrigues pour peu qu'elles satisfassent votre appétit de cupidon...
_Vous vous méprenez, Alexandra! A mon âge, qui a encore cet appétit? La lassitude m'en prive...
_Certes, l'ennuie est, hélas, notre plus fidèle mari...
_...Voilà pourquoi il ne faut jamais hésiter à le tromper...
_Comtesse! Où courez-vous?
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
_Tu vois ces passants, Betty. Penses-tu qu'ils soient amoureux?
Je ne le saurais dire.
J'ignore tout du partage des sentiments. Personne n'a jamais franchi le mur de mon apparence...
Personne n'a tenté de voir au-delà. Et personne ne sait qui je suis réellement.
Excepté vous mes chéries! Vous êtes les seules à m'aimer telle que je suis.
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 15-09-2013
_Mais... Betty, comment peux-tu avoir des doutes? Tu es déjà ma meilleure amie!
_Gaja?
Gaja, ça vous plairait de sortir un peu?
_Est-ce que ça vous plaît, Betty?... Elle a dit oui!
_Vous ne devriez pas rester sans cesse entre quatre murs. Il faudrait délaisser un peu vos poupées et ne pas fuir les rapports avec autrui.
_Dans votre monde je serais une princesse? Oh, Betty...!
_Mais pour cela, il faudrait vous trouver des points communs avec les enfants de votre âge et commencer à leur parler. Ce n'est pas si...
_Tu n'en veux pas? C'est moi qui vais tout manger, alors...
"_Elle est encore plus renfermée qu'avant."
_Mademoiselle Gaja, pourquoi ne vous adressez-vous qu'à vos poupées?
_Betty, tu ne sais pas ce que tu rates, c'est délicieux!
Tu fais ça pour moi? Oh, comme tu es gentille...
_CA SUFFIT, A LA FIN!!!
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-09-2013
"Chère Betty, tu as toujours été ma préférée..."
_Tu sais, Gaja, tu as de la chance d'être née avec ce visage...
Au moins, tu pourras te distinguer des moutons qui vivent dans cette ville!
-Hi hi hi!!!
_Bon! Puisque tu as retrouvé le sourire, je peux te donner tes cadeaux!
_J'espère que ça te plaira...
Arrête de les regarder!Jouons, maintenant! Il y en a une pour moi et l'autre pour toi... Laquelle tu choisis?
-Celle-là. Je vais l'appeler Betty!
_Oh, Gaja... C'est justement celle que j'ai créée de mes propres mains...
C'est ta première poupée, je t'en prie, soigne-là bien!
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 14-08-2013
"COUDRIER: L'incendie? Alors c'est le propriétaire qui a fait le coup pour toucher l'argent de l'assurance?
PASTOR: Non, Monsieur, c'est le courtier d'assurance lui-même.
COUDRIER: Original.
PASTOR: Dans l'intention de partager la prime avec le propriétaire.
COUDRIER: Moins original. Vous avez des preuves?
PASTOR: Des aveux.
COUDRIER: Des aveux... Encore du café?
PASTOR: Volontiers, Monsieur.
COUDRIER: Décidément, j'adore vos "Monsieur".
PASTOR: J'y met toujours une majuscule, Monsieur.
COUDRIER: C'est bien ainsi que je l'entends."
Avez vous apprécié cet extrait ? +1