Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Azurore : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Le Passeur Le Passeur
Lois Lowry   
L’histoire débute quelques jours avant la cérémonie des « douze ans ». Une cérémonie durant laquelle une fonction va être attribuée à notre jeune héros, Jonas. Dans le monde dans lequel il vit, tout est contrôlé, les émotions sont inexistantes et les sentiments sont maîtrisés, le temps est toujours ensoleillé, le langage doit être précis et chaque âge représente un palier permettant de donner de nouveaux objectifs ou de nouvelles attributions dans le but de toujours servir au mieux la communauté. Jonas qui a toujours vécu selon les règles instaurées au sein de la communauté va voir son destin changer radicalement après la cérémonie des « douze ans ». Un destin qui pourrait d’ailleurs bien causer sa perte.

La narration est à la troisième personne. C’est d’après un point de vue externe que l’on découvre l’histoire de Jonas. Mais ce point de vue, ne permet pas, pour autant, d’avoir une vue d’ensemble sur l’histoire. Nous découvrons ainsi, petit à petit les événements qui s’y déroulent à l’instar du héros.
Bien que je connaisse la fin du roman, cette narration ne laisse pas vraiment la place à la prévisibilité. J’ai ainsi pu redécouvrir certains passages de l’histoire pour mon plus grand plaisir.

L’univers est assez simple mais très bien décrit et très bien maîtrisé. Quand on pense que ce roman est l’une des premières dystopies, il faut avouer que l’univers est vraiment recherché et original. Il est en tout cas assez visuel pour nous imaginer sans peine à quoi peut ressembler le monde dans lequel évoluent notre jeune héros et sa communauté.

L’ambiance est assez oppressante. Dès lors que l’intrigue est lancée, Jonas doit faire attention à tout ce qu’il fait, et l’on se rend réellement compte de ce que tout ce contrôle engendre. C’est à la fois un bienfait puisque la guerre, la pauvreté, le chômage ou les inégalités n’existent pas mais c’est en même temps un véritable fléau puisque le libre arbitre, le passé, le présent ou le futur n’existent pas vraiment non plus. Chaque être humain est plongé dans une vie sans saveur et sans choix, sans en avoir conscience.

Le rythme sans être vraiment rapide, est prenant et nous tient en haleine du début à la fin. L’histoire commence doucement, le temps de planter le décor, de présenter les principaux personnages et leur lien. Une fois la cérémonie passée, tout s’enchaîne plus rapidement. Parfois même, un sentiment d’urgence s’empare de la lecture, la rendant réellement addictive.

La plume de l’auteur est agréable, simple et fluide. Il n’y a pas trop de détails mais pas trop peu non plus. L’histoire est simple mais a le mérite de nous faire réellement réfléchir. J’ai plus d’une fois comparée notre société à celle décrite par Lois Lowry, me demandant ce que cela provoquerait dans notre monde, si nous étions calqués sur un tel schéma. La prise de conscience de Jonas est très bien amenée, et permet de voir à travers ses yeux, les avantages de sa communauté mais aussi ses horreurs.

Les personnages sont intéressants et attachants, enfin, ceci, ne concerne que les deux personnages principaux, à savoir le passeur et Jonas. Les autres n’ont pas de réelle profondeur, mais c’est ce qui correspond tout à fait à l’histoire.
Jonas est un personnage attachant, qui n’a pas les considérations d’un adolescent fort, au courage sans faille et sûr de lui comme nous pouvons en rencontrer dans les dystopies actuelles. Il n’en est pas pour autant moins courageux, bien au contraire, mais sa vision des choses plus pragmatique tout en ayant une vraie sensibilité.
Le passeur quant à lui, est un vieil homme dont l’âge est inconnu. Il apporte des connaissances à Jonas, comme le ferai un sage. Il a l’expérience de ce don et de la vie ce qui en fait un personnage complexe vraiment attachant. Je ne peux pas vous en dire plus à son sujet, car d’une part, je ne voudrais pas vous spoiler et d’autres part, il y a peu d’information à son sujet dans le roman.

Pour finir, c’est un roman que j’ai adoré. Ce n’est pas un coup de cœur, bien qu’il en soit proche. Il a le mérite de faire réfléchir sur des sujets divers, tels que la société, la guerre, les émotions, les inégalités ou encore le transfert de connaissance (la liste n’est pas du tout exhaustive). C’est une très belle histoire qui mérite vraiment d’être lue.

par Azurore
Angie si mystérieuse, Tome 1 Angie si mystérieuse, Tome 1
Miss Shady   
Le résumé est intriguant et à peine le premier chapitre commencé notre curiosité est piqué au vif.

Angie, jeune femme de 21 ans, est profondément marquée par un passé plus que terrible et douloureux. Ce passé, pourtant derrière elle, dicte son comportement et a de graves conséquences sur la relation qu'elle a avec elle-même et avec les autres.
On ne sait pas ce qu'il lui est arrivé exactement, ni la gravité des choses qu'elle a vécu. Mais ce personnage complexe, torturé par ses démons et caractère franc et explosif nous entraîne dans son histoire.

Au départ, on ne ressent qu'une simple curiosité vis à vis du passé d'Angie et on ne peut s'empêcher de la juger sans la connaître. Mais au fil de notre lecture, on en apprend un peu plus sur elle et certains pans de son histoire nous sont révélés bien qu'ils soient peu nombreux. Angie est bien mystérieuse et l'attente de révélations nous tient en haleine tout au long du roman.
Cependant, on s'attache véritablement à elle et progressivement, on finit par la comprendre.

Mais son passé, ses démons et ses secrets la détruisent petit à petit. On se retrouve avec elle dans cette mer déchaînée qu'est sa vie et il n'y a qu'une seule chose à faire, attendre que l'orage passe.
D'autant que l'auteur n'épargne pas son personnage. Angie a déjà un passé douloureux et un tragique accident contribue à la faire descendre encore plus bas qu'elle ne l'est déjà.

Heureusement, un personnage important sera présent pour la relever et l'aider à remonter la pente.
Patient, attentionné, affectueux, compréhensif, il saura la comprendre, la soutenir et sera alors pour elle son sauveur, sa bouée de sauvetage.
Mais c'est lorsque l'on croit que tout va bien que l'enfer recommence.

Que dire de ce roman à part "wahou" !
J'ai vraiment été emballée par cette histoire prenante, dure, intense et terriblement émouvante.
De plus, l’érotisme est subtilement dosé, le rythme est soutenu et maîtrisé et l'humour et l'émotion sont au rendez-vous car certains passages nous font rires et d'autres au contraire nous prennent aux tripes. Véritablement addictif, il est difficile de lâcher ce roman car Angie nous entraîne et on s'accroche à elle.

On sent d'ailleurs le travail de l'auteur derrière ses personnages. Réalistes, complexes et émouvants on ne peut s'empêcher de s'attacher à eux plus ou moins fortement.

Le roman a beau faire plus de 600 pages, la lecture semble courte et lorsque l'on arrive à la dernière page, on en redemande sans hésiter.

Pour finir, j'ai totalement adoré ce roman, éprouvant, intense, c'est un gros coup de cœur !
Ce premier tome ne répond certes pas à toutes nos questions mais quel plaisir lors de la lecture.
J'attends la suite avec impatience et je vous le recommande chaudement.

par Azurore
Mille morts Mille morts
Olivier Bal   
L’histoire est simple mais loin d’être banale. Paul Klein et Franck lombardo sont tous les deux au cœur d’un drame ayant eu lieu au cours de l’année 2005. Les deux hommes souffrent mais de façon bien différente. Au cœur du récit, une vengeance, mais pourquoi ?

Paul n’a qu’une façon de faire face à la souffrance qui le ronge, créer un jeu machiavélique dont le personnage principal n’est autre que l’homme à l’origine de sa souffrance. Ce jeu, dont l’issue est potentiellement mortelle pour l’un des deux hommes va se jouer pendant onze années, de 2005 à 2016. Paul Klein va traquer Franck lombardo, ne lui laissant aucun répit et prenant un malin plaisir à le briser encore et encore, allant toujours plus loin dans sa démence.
Un acharnement qui remet largement en question la place du monstre et celle de l’innocent, car Paul est bien capable d’aller jusqu’à faire subir mille morts à Franck avant d’en avoir terminé avec lui.
Que s’est-il passé pour qu’ils en arrivent à de telles extrémités ? La vengeance est-elle la seule au départ de cette terrible histoire ?

La narration est à la première personne et alterne d’un chapitre à l’autre entre le point de vue de Paul ou celui de Franck.
En plus de cette variation de point de vue, les chapitres varient également dans le temps, car ils ne sont pas dans l’ordre chronologique. Les chapitres sont ainsi malmenés à l’instar de nos deux protagonistes, une situation qui peut être perturbante parfois, mais qui n’enlève rien à la qualité du récit.

L’intrigue est centrée sur le jeu malsain dont Paul Klein est à l’origine. Bien que l’on ne sache pas immédiatement la raison de cette traque infernale, il n’est pas difficile de se plonger pleinement dans l’action poussé par la curiosité. L’intrigue est prenante et haletante.
L’envie de découvrir l’origine de toute cette haine nous accompagne et ne nous lâche plus du début à la fin du roman.

Le rythme soutenu donne une impression d’urgence qui ne nous quitte pas jusqu’au dénouement de l’histoire, faisant de ce roman un véritable page turner. Surtout que l’histoire ne souffre d’aucune longueur qui pourrait ralentir considérablement le récit.

L’ambiance est sombre, tendue. Elle donne l’impression que l’histoire se déroule dans un espace confiné alors que c’est tout le contraire. A la limite d’être étouffante, elle nous plonge dans des sensations de stress où le sentiment d’urgence est omniprésent du début à la fin.

La plume de l’auteur est simple, fluide et soigné. Olivier Bal propose un récit de qualité grâce à une histoire originale qui se place loin des clichés du genre.

Ses personnages, complexes, au portrait soigné et à la psychologie décortiquée sont étrangement attachants alors qu’ils sont à la fois monstres et innocents.
L’intrigue a beau être captivante, ce sont bien les personnages le véritable atout de ce récit.
Notre avis sur les personnages est un bon nombre de fois chamboulé car les limites entre innocents et monstres sont plus d’une fois flouées.

Un thriller où la psychologie humaine est au cœur du récit, pour notre plus grand plaisir.
Sans oublier, cette fin surprenante et inattendue qui font de ce livre une excellente lecture proche du coup de cœur. Je vous le recommande sans hésiter.

par Azurore
Red Rising, Tome 1 Red Rising, Tome 1
Pierce Brown   
Dans un futur lointain, la vie est possible sur les autres planètes qui ont pour la plupart été colonisées. Un système de castes avec des couleurs a été mis en place. Le système politique est proche de la dictature tel que l'on a pu le voir dans Hunger Game. Le sommet de la pyramide est représenté par les Ors, des dirigeants riches, cupides et intransigeants, prêts à tout pour conserver leurs privilèges et leur pouvoir. La base de cette pyramide, elle, est représentée par les Rouges, les esclaves. Grimper les échelons dans ce système est impossible, la condition que l'on a à la naissance reste la même pour la vie et les règles appliquées sont très injustes.

L'histoire suit un Rouge vivant sur Mars, du nom de Darrow et plus jeune fossoyeur de son camp, les Lambdas. Les Rouges qui vivent dans le sous-sol de Mars sont chargés de récolter l'hélium 3, un composé essentiel dans cette société. C'est une tâche ingrate, dangereuse et difficile, effectuée qui plus est, dans des conditions déplorables. Pour ne pas rappeler leur conditions d'esclaves aux Rouges, un camp peut être récompensé si son rendement d'extraction de l'hélium est le plus élevé. Mais Darrow se rend rapidement compte que cette règle est caduque car ce sont toujours les mêmes qui gagnent quel que soit le résultat.
Un jour, sa femme est exécutée devant ses yeux pour avoir chanter la chanson interdite. un événement atroce qui fera voir à Darrow, les choses autrement et dirigera désormais chacun de ses actes. Il se retrouve ensuite embarqué dans une mission d'infiltration chez les Ors par les rebelles.

L'intrigue est centrée sur Darrow et son infiltration chez les Ors. Pour obtenir un poste au sein des grandes institutions, les Ors doivent passer un examen mettant à l'épreuve leur intelligence et leur capacité mais aussi mettant en danger leur vie. Darrow a dû subir un entraînement éprouvant pour être admis à l'académie où des épreuves aussi dangereuses que mortelles l'attendent. Une intrigue véritablement palpitante qui m'a fait penser aux épreuves présentes dans Hunger Game.

Le rythme est assez rapide grâce à un récit très prenant et passionnant et à une narration à la première personne qui permet une très bonne immersion dans l'histoire. La présence de quelques longueurs passe presque inaperçue.

La plume de l'auteur est riche, fluide et assez visuelle pour nous immerger, nous effrayer ou nous émerveiller grâce à un décor bien planté et détaillé. L'univers est bien construit et parfaitement maîtrisé.

L'ambiance est sombre, froide et dure, sanglante et effrayante aussi. Une ambiance très immersive qui pousse le lecteur à l'instar du personnage principal, à se méfier de tout et tout le monde car la trahison est courante dans le récit.

Les personnages sont bien développés et intelligents.
Darrow, né esclave, grimpe plus haut que n'importe quel Or dans cette société dictatoriale, à l'aide d'un groupe de rebelles, si on peut les appeler ainsi, qui l'entraînent et le poussent à donner le meilleur de lui. Cette transition entre le Darrow Rouge et le Darrow Or est certes rapide mais j'ai apprécié le fait qu'un esclave puisse s'élever et atteindre les meilleurs jusqu'à peut être les dépasser. Darrow est très attachant, c'est un personnage intelligent et pleins d'émotions. Voir le cheminement de ses pensées est intéressant, de même que d'être témoin de son évolution tout au long du roman. Il apprend de ses erreurs et de celles des autres, c'est un héros que l'on aime apprécier.
Les personnages secondaires sont moins dépeints mais ont tout de même leur importance car il soutiennent Darrow ou le trahissent, parfois les deux. En tout cas, ils participent tous ou presque à son apprentissage et à son évolution.

Pour conclure, j'ai vraiment adoré ce roman et pourtant, au départ, en voyant les nombreuses caste qui y sont présentent, j'ai eu peur de me perdre dans tous ces détails. Mais finalement tout est parfaitement dosé et le système du roman n'a presque plus de secrets pour nous.
J'ai été rapidement absorbée dans ma lecture et me suis mise sans aucun mal à la place de Darrow bien que ce soit un personnage masculin.
Amitié, loyauté et trahison entre autre, coexistent dans ce roman pour le rendre époustouflant et addictif. Pas très loin d'un coup de cœur.


par Azurore
L'Instant présent L'Instant présent
Guillaume Musso   
L’histoire de ce roman est celle d’Arthur Costello, un jeune médecin d’un peu plus de vingt ans. Il n’est pas le plus aimé de sa famille mais hérite tout de même et ceci bien malgré lui, d’une vieille bâtisse à l’histoire assez étrange. Le phare des 24-Vents dont il devient propriétaire, appartient à sa famille depuis de nombreuses années. Son père, pourtant à la tête d’une grande entreprise, le lui laisse comme seul héritage. Dans ce phare, une pièce est condamnée, la porte y a été murée par son père et la seule consigne que doit respecter Arthur est de ne surtout pas ouvrir la porte qui se cache derrière. Mais évidemment, il désobéit et se retrouve prisonnier d’une bien étrange malédiction.

L’intrigue débute donc en 1990, lorsqu’Arthur hérite du phare et se poursuit jusqu’en 2015. La malédiction qui frappe Arthur est au cœur de ce roman et l'embarque dans une sorte de spirale temporelle infernale. Quoi de plus palpitant que de découvrir ce qui se cache derrière toute cette histoire au fil des pages.
En tout cas, j’ai été embarquée dedans, du début à la fin, le rythme est si rapide et prenant dans cette ambiance étrange où coexistent à la fois curiosité, peur et sentiment d’urgence, qu'on ne voit pas passer le temps. Une seule chose compte, savoir ce qu’il se passera à la fin.

L’univers n’est pas pour rien dans cette immersion, bien qu’il soit assez moderne puisque l’histoire se déroule lors des dernières décennies, l’impression que l’on effectue un réel voyage dans le temps est très présente. D'ailleurs, la narration à la première personne aide aussi très bien à s’immerger totalement dans l’histoire.

Les personnages sont quant à eux terriblement attachants et impressionnants de réalisme. J’ai eu l’impression de vivre cette histoire, de la première à la dernière page,. Il faut avouer qu’Arthur, le personnage principal, la tendre Lisa et ce cher Sullivan sont des compagnons de lecture intéressants. J’ai vraiment adoré parcourir ces lignes avec eux.

Concernant le style de l’auteur, je ne suis pas objective, j’aime la plume de Guillaume Musso et sa façon de nous embarquer dans ces histoires même quand elles semblent totalement loufoques. Et même, comme dans ce cas, quand la fin du roman est totalement inattendue et tellement surprenante qu’elle m’a de prime abord déçu. Je m’attendais à quelque chose de tellement différent que ce que j’ai lu, surtout après toute cette tension accumulée au fil des pages. Mais, finalement, je m’en suis remise et elle n’est pas si mal.

Pour conclure, j’ai adoré ce roman. Ce n’est, certes, pas un coup de cœur mais j’ai été prise dans ce tourbillon d’aventure du début à la fin et je l’ai dévoré.
Que dire de plus, à part qu’il faut le lire ?


par Azurore
PS : I Love You PS : I Love You
Cecelia Ahern   
Holly et Gerry sont mariés depuis plusieurs années quand ils apprennent que Gerry est malade et qu’il lui reste peu de temps à vivre. Holly qui a accompagné son mari jusqu’à la fin, se retrouve seule après les quelques mois que durèrent le combat de son mari, et doit apprendre à surmonter cela. Ses amis et sa famille sont très présents mais ils ne sont pas Gerry. Chaque jour est alors un nouveau défi qui lui semble insurmontable, car la vie sans Gerry ne vaut pas la peine d’être vécue.
Mais Gerry ne l’a pas complètement abandonné pour autant : il lui a laissé des enveloppes qu’elle doit ouvrir le premier de chaque mois. Dans chacune de ces enveloppes une consigne à respecter, un défi à relever avant le prochain mois. Ces enveloppes sont des petits bouts de Gerry, un moyen de remonter la pente en douceur, pour réapprendre à vivre et aimer de nouveau la vie.

Dans ce roman à la troisième personne nous suivons donc essentiellement Holly. C’est un point de vue que je n’affectionne déjà pas habituellement quel que soit le roman et encore moins dans ce genre d’histoire bien que j’en comprenne l’utilisation. J’ai donc eu quelques difficultés à m’imprégner des personnages.

Le rythme est assez lent mais correspond très bien à l’état d’esprit du personnage principal, Holly, qui doit retrouver pas à pas goût à la vie. L’histoire se déroule dans un univers actuel, elle a lieu principalement dans une petite ville d’Irlande, même si le pays n’est jamais explicitement cité.

Concernant le style de l’auteur, j’ai trouvé que la plume de Cecelia Ahern nous fait passer sans mal du rire aux larmes. Les émotions sont très représentées tout au long du roman, malheureusement certaines scènes qui aurait dû être particulièrement émouvantes, ne m’ont pas touchée comme je l’aurai souhaité.

Holly est le personnage principal de ce roman. La perte de l’être le plus important de sa vie est l’épreuve la plus difficile qu’elle ait eu à surmonter. Quoi de plus normal quand on a déjà eu la chance de trouver son âme sœur.
Dès le début du roman, on ressent à quel point la perte de Gerry a rendu sa vie fade. Holly se comporte comme un robot, elle vit sur pilote automatique, elle souffre et ses souvenirs sont autant de moments difficiles qui lui rappellent sans cesse que Gerry n’est plus là.
Heureusement qu’elle est entourée par ses amis et sa famille qui bien qu’ils ne comprennent pas ce qu’elle ressent sont des piliers importants dans sa vie et lui permettent à leur façon de revivre.
Tous les personnages sont intéressants et certains sont mêmes surprenants. Selon la place qu’ils occupent dans la vie d’Holly et leur importance dans sa reconstruction, ils sont plus ou moins approfondis.

L’intrigue est donc centrée sur Holly et sa reconstruction, mais même si la vie d’Holly semble se dérouler au ralenti, les vies des personnes qui l’entourent, continuent au même rythme qu’avant cette épreuve. Les petites intrigues de chacune de ces vies permettent d’enrichir l’intrigue principale.

Au début du roman, l’ambiance est lourde et triste. Elle s’allège au fil de l’histoire tout comme le cœur d’Holly qui réapprend peu à peu à vivre sans Gerry.

Pour finir, j’ai beaucoup aimé ce livre. J’ai une préférence pour le film dont l’histoire ne correspond pas tout à fait à celle du roman. Le roman reste très beau, très touchant et très agréable à lire.

par Azurore
La Maison de la Nuit, Tome 3 : Choisie La Maison de la Nuit, Tome 3 : Choisie
P.C. Cast    Kristin Cast   
J'ai été véritablement ravie de retrouver Zoey et ses amis.

Ce tome est nettement plus rythmé que les précédents, Zoey devant gérer un nombre important de choses : sa romance avec trois garçons que sont Heath, Erick et Loren Blake, son rôle au sein des Filles de la nuit, les mensonges qu'elle est obligée de dire à ses amis, la machiavélique Neferet, sans oublier qu'elle doit tout tenter pour sauver sa meilleure amie Lucie.
Heureusement, elle pourra compter sur une alliée de taille, Aphrodite.

Ce tome nous révèle un aspect de Zoey moins présent dans les autres tomes. Malgré ses dons hors du communs, elle reste une jeune fille de 17 ans avec des émotions humaines. Ses émotions sont d'autant plus difficiles à gérer qu'elles ne sont pas sa seule préoccupation.
Nous découvrons ainsi une Zoey dépassée par les événements, tellement de choses dépendent de ses décisions qu'elle ne sait plus où donner de la tête, la conduisant à prendre de mauvaises décisions justement. Elle est jeune, insouciante et surtout naïve, elle s’évertue à ne voir que le bon côté des gens sans jamais se méfier et accorde sa confiance trop facilement. Cette naïveté et cette manie à ne voir que le bon côté des gens lui feront rencontrer des problèmes qui lui sembleront insurmontables.
Elle va être confrontée aux machiavélisme de personnes qui veulent la discrédité au yeux de ses plus proches amis et se retrouvera une nouvelle fois face à la réalité de la trahison qui cette fois ne la laissera pas indemne.
Tous ces événements auront au moins le mérite de lui faire prendre conscience que les mensonges mêmes les plus anodins ne sont pas sans conséquence.

Etre choisie par la déesse Nyx, n'est pas un tranquille chemin bordé de jolies fleurs, ceci Zoey va le comprendre à ses dépends.

J'ai trouvé ce tome riche en rebondissements, en révélations et découvertes. Nous sommes confrontés à un suspense haletant rendant le livre très addictif. Il ne m'aura d'ailleurs fallut que quelques heures pour en venir à bout. Ce tome très court n'a pas révélé toutes ses réponses, le suivant s'annonce donc encore meilleur. Je suis impatiente de retrouver Zoey dans le tome 4.
Un roman excellent que je recommande fortement.

par Azurore
La Maison de la Nuit, Tome 2 : Trahie La Maison de la Nuit, Tome 2 : Trahie
P.C. Cast    Kristin Cast   
L'histoire reprend directement, sans préambule, c'est un peu gênant quand on ne lit pas les tomes de cette saga à la suite, heureusement qu'il y a des références aux événements ayant eu lieu dans les tomes précédents dans les premiers chapitres. Malgré cela, j'ai eu u peu de mal à me replonger dans l'histoire.

Dans ce tome, Zoey est au centre de l'attention, ayant pris la tête des filles de la nuit, elle est devenue populaire. On retrouve une Zoey plus sûre d'elle, plus forte et à la fois plus fragile.

De nombreuses choses basculent dans ce tome, Zoey sera confrontée à des épreuves douloureuses et heureusement qu'elle pourra compter sur le soutien de ses amis fidèles, qui seront présents pour lui remonter le moral et la faire rire.
Zoey devra se fier à ses ennemis et remettre en question la confiance qu'elle accordait à certaines personnes.

Le sujet principal de l'intrigue est le fait que Zoey doit trouver des réponses, elle se tournera d'ailleurs vers un allié inattendu.

Deux choses m'ont toutefois déplues : la prévisibilité avec laquelle Zoey se fait prendre au piège et le fait qu'elle soit au centre d'un carré amoureux.

En dehors de ces points, j'ai beaucoup aimé le livre, l'histoire est prenante et le roman porte bien son nom puisque Zoey sera trahie. Cette trahison présage une suite très intéressante. Même si j'ai trouvé ce tome un peu en dessous du premier, je le recommande et me plongerai dans le tome 3 avec plaisir.

par Azurore
La Maison de la Nuit, Tome 1 : Marquée La Maison de la Nuit, Tome 1 : Marquée
P.C. Cast    Kristin Cast   
M'étant plongée dans l'histoire en ayant seulement lu la quatrième de couverture, j'ai été un peu déroutée pendant les premières pages.

Je m'explique, un homme sorti de nulle part, dont personne ne semble faire attention, annonce à Zoey qu'elle a été choisie par la déesse de la nuit et que son destin l'attend. Elle se fait alors marquer le front par un croissant de lune et est rejetée par tout le monde. Elle doit en plus quitter sa famille et aller dans un lieu nommé la Maison de la Nuit. Vu comme ça, c'est un début quelque peu déroutant et je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre.

En continuant ma lecture, la confusion du début est vite oubliée et les pages filent à toute vitesse.
C'est alors avec plaisir, qu'à travers le point de vue de Zoey, je découvre un univers qui semble bien exploité, mêlant magie et vampires avec subtilité.
Les personnages sont intéressants, attachants et intelligents, on prend plaisir à découvrir leurs traits de caractères.

On veut absolument découvrir ce qui attend Zoey, pourquoi elle a été choisi et quel sera son destin, du coup, on ne s'ennuie pas une seconde. La plume des auteurs est très fluides et les chapitres s'enchaînent très rapidement, trop rapidement peut être. J'aurai bien aimé que l'histoire dure un peu plus longtemps.

J'ai donc adoré ce premier tome que je recommande fortement. C'est une saga qui s'annonce très intéressante et je suis impatiente de me plonger dans la suite.

par Azurore
La Maison de la Nuit, Tome 4 : Rebelle La Maison de la Nuit, Tome 4 : Rebelle
P.C. Cast    Kristin Cast   
A la fin du tome précédent, nous laissions Zoey dans une situation terrible. Les mensonges l'ont conduit à perdre la confiance de ses amis, qui l'ont désormais abandonné, comme l'avait prévu le plan de la maléfique Neferet. Cependant, Zoey n'est pas totalement seule, elle peut compter sur Aphrodite qui plus qu'une simple alliée, pourrait bien devenir une amie fidèle.

Dans ce tome, il n'est plus question de triangle amoureux, l'imprégnation avec Heath a été brisée, Eric a rompu et Loren Blake est mort. Zoey en plus d'être débarrassée de ses problèmes amoureux n'a plus du tout de petit ami et finalement ce n'est pas plus mal.

L'histoire met presque en retrait le côté sentimental pour se tourner vers l'action et Zoey a encore beaucoup de choses à gérer comme la potentielle résurrection d'un démon qui pourrait bien détruire le monde.

Retrouver la confiance de ses amis n'a pas été une mince affaire et à peine ceci fait qu'elle se voit déjà confronté à un problème bien plus sérieux qui pourrait avoir des conséquences graves.
La maléfique Neferet s'est définitivement tournée du côté du mal mais personne ne semble se rendre compte de son comportement hormis Zoey et Aphrodite. En plus de devoir lutter contre la réalisation d'une vieille légende cherokee qui pourrait provoquer la résurrection du démon Kalona et détruire le monde, Zoey doit affronter d'autres dangers la concernant elle, directement.
Les visions d'Aphrodite, l'aide de sa grand-mère et de ses amis ne seront pas de trop pour l'aider à surmonter ce qui l'attend.

L'univers et l'ambiance sont bien plus sombres que dans les tome précédents. Zoey subit des événements qui semblent ne toucher qu'elle, rendant certains moments du livre presque effrayants.

Concernant les personnages, Zoey est évidemment au centre de l'intrigue. Elle a su évoluer depuis le premier tome et a beaucoup gagné en maturité même si elle peut sembler parfois dépasser pas les événements. Aphrodite prend dans ce tome une place plus importante, sa proximité avec Zoey, son humanité retrouvée et son comportement la rendent plus sympathique. Fidèle envers Zoey, elle a gardé sa franchise et est devenue une alliée indispensable. La découvrir sous ce nouveau jour la rend attachante.
Concernant les amis de Zoey, je suis assez partagée, ils sont certes toujours aussi attachants mais j'ai trouvé leur réaction envers Zoey un peu exagérée, même si après quelques explications avec elle tout à fini par s'arranger.

Ce tome est une fois encore riche en rebondissements et révélations. L'action est nettement plus présente et nous tient en haleine jusqu'à la fin.
Un très bon roman dans l'ensemble, même si je l'ai tout de même trouvé légèrement en dessous du précédent.

par Azurore