Livres
511 480
Membres
522 086

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Laurine-25 2019-07-19T16:03:10+02:00

— Désolé, ma mère est un peu… bah, je suis désolé. Pour tout.

Ben le regarda disparaître dans le chaos de son foyer puis descendit les marches grinçantes du porche. Sa jambe le ralentissait ; il lui faudrait y appliquer de la glace avant de prendre son service s’il voulait se montrer d’une quelconque efficacité au travail. Il alla frapper à la maison voisine, puis celle d’après, en s’efforçant de se rappeler où il devrait revenir et d’ignorer la petite voix qui lui soufflait que ça n’avait aucune importance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alapage 2019-04-25T02:49:02+02:00

Il ne se souvenait plus combien de fois le cauchemar était revenu; des dizaines au moins, voire des centaines. La première fois avait déjà été assez épouvantable, mais la deuxième le fut bien davantage, car il avait compris que ça ne s'arrêterait jamais et que son cerveau avait concocté un truc spécialement pour lui. Bientôt, ses nuits, qui représentaient les seuls moments de réconfort dans sa vie, lui furent totalement confisquées, détruites par la promesse du retour de ce mauvais rêve.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Root 2019-02-23T00:59:23+01:00

L’espoir agit telle une drogue sournoise, sécrétée par les mots et les pensées, affinée par le temps. Il ne résout rien. Il nous endort et nous rassure jusqu’à absorber notre désespoir dans sa brillante incandescence. Et plus il nous berce d’illusions, plus nous avons tendance à oublier qu’il se trouvait lui aussi enfermé dans la fameuse boîte de Pandore. C’est la seule horreur du monde à ne pas s’être échappée quand le couvercle a été ouvert. La seule qui vit en nous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Root 2019-02-18T00:38:17+01:00

Les enfants ne se laissent pas traumatiser si facilement. Ils décrètent leur propre immortalité. À mesure que les années passent, toutefois, ils prennent conscience qu’il leur en reste de moins en moins à vivre. Difficile de prévoir quand cette prise de conscience les frappera ; disons juste que le Temps trouve toujours le moyen de se rappeler à leur bon souvenir. En regardant derrière soi, on mesure le chemin parcouru, mais on est bien obligé d’admettre, un jour, que l’horizon n’est pas illimité. On ne peut qu’espérer parcourir encore un peu de route avant que le sol ne se dérobe sous nos pas. La distance exacte est impossible à mesurer, mais elle s’amenuise à chaque instant.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode